vendredi 28 novembre 2014 - par C BARRATIER

Destruction de l’école publique et de la République quand ?

Seule la destruction de l’école publique peut permettre de développer l’école privée, (catholique à 96 %). Les parents d’élèves, les enseignants, feront-ils un effort supplémentaire pour la porter ? Derrière cette destruction, il y a la destruction de la République, avec la mise en avant d'une liberté religieuse qui serait plus importante que toutes les autres. Pouvoirs dits de droite ou de gauche ne sont plus républicains par leurs actes, ils ne le restent qu'en paroles

Quand DE GAULLE est arrivé au pouvoir en 1958, les écoles confessionnelles étaient à bout de souffle, et les catholiques déjà de plus en plus rares dans les églises. Le MRP poussait au financement des écoles privées. Les gaullistes n'étaient pas en pointe, mais le général chargea son premier Ministre Michel DEBRE d’apporter une aide financière conséquente aux écoles privées (à 95 % catholiques) dans l’espoir que la fréquentation de ces écoles favoriserait la fréquentation des églises.

La loi n°59-1557 du 31 décembre 1959 décida donc du paiement des enseignants des écoles privées par l’Etat. La porte était ouverte, la loi du gaulliste Guy GUERMEUR n° 77-1285 du 25 novembre 1977 a étendu le financement de l'enseignement privé à toutes les dépenses matérielles d’enseignement sous certaines conditions.

Les classes élémentaires privées purent recevoir un financement des communes à condition de réponde à un besoin que l’école publique ne pouvait pas satisfaire en matière d’accueil des enfants de la commune. Sur avis favorable du conseil municipal concerné, l’Etat, en reconnaissance du rôle indispensable de l’école privée pour accueillir tous les enfants de la commune, signait un contrat d’association avec l’école privée (la commune ne le signait pas). Grâce à ce contrat, l’Etat prenait en charge les salaires des enseignants de l’école privée chargés des classes élémentaires mais des obligations nouvelles apparaissaient pour les communes.
Elles ont l’obligation de calculer le coût des dépenses matérielles d’enseignement par enfant dans leurs classes élémentaires, ce coût étant le « forfait communal » qui est ensuite obligatoirement versé à l’école privée pour les enfants de la commune qui sont inscrits dans une classe élémentaire privée (CP, CE, CM).

Les communes dont des enfants étaient accueillis dans une école privée extérieure n’avaient rien à payer à cette école privée hors de leur territoire.

Dans les collèges et les lycées le forfait communal s’appelle le forfait d’externat. Aujourd’hui les conseils généraux financent ainsi les collèges, et les Régions les lycées sur le même principe en vigueur à l’école élémentaire.

1er grignotage : la généralisation.

Peu à peu l’Etat via les préfets a généralisé ces obligations de financements, la loi DEBRE n’était qu’un amorçage. Après avoir conquis la généralisation des contrats d’association même dans les communes où il restait des places à l’école publique, il restait à taxer les communes extérieures (celles qui ne sont pas le siège des écoles privées). C’est un surcoût toutes les communes qui chauffent, entretiennent, assurent, nettoient leurs classes où des chaises restent vides, celles des élèves inscrits à l’école privée. La commune paie en effet toutes ces dépenses une seconde fois, à l’école privée, sans pour autant diminuer le coût de fonctionnement de sa communale.

Au Ministère de l’éducation nationale comme au Ministère de l’Intérieur, le secrétariat général à l’enseignement catholique est le seul à négocier le termes des circulaires, et à suggérer de nouvelles avancées pour l’enseignement privé, ce qui a fini par aboutir à la loi n° 2009-1312 du 28 octobre 2009 qui dit viser à garantir la parité de financement entre les écoles élémentaires publiques et privées sous contrat d’association lorsqu’elles accueillent des élèves scolarisés hors de leur commune de résidence

Cette contribution en faveur d’une école privée extra communale revêt désormais le caractère d'une dépense obligatoire lorsque la commune de résidence ou, dans des conditions fixées par décret, le regroupement pédagogique intercommunal auquel elle participe ne dispose pas des capacités d'accueil nécessaires à la scolarisation de l'élève concerné dans son école publique ou lorsque la fréquentation par celui-ci d'une école située sur le territoire d'une autre commune que celle où il est réputé résider trouve son origine dans des contraintes liées : 
« 1° Aux obligations professionnelles des parents, lorsqu'ils résident dans une commune qui n'assure pas directement ou indirectement la restauration et la garde des enfants ; 
« 2° A l'inscription d'un frère ou d'une sœur dans un établissement scolaire de la même commune ; La contribution ne s’applique pas à l’enfant qui s’y trouve déjà mais au second ou troisième entrant à l’école privée rejoindre un frère ou une soeur.
« 3° A des raisons médicales.

Deuxième grignotage ; l’aide à l’investissement

Des institutions scolaires privées obtiennent que leurs emprunts pour des restructurations ou des agrandissements soient cautionnés par des collectivités territoriales, alors que les dépenses d’investissement des établissements privés n’ouvrent légalement droit à aucune caution sur fonds publics. Un assouplissement de la loi a été obtenu qui permet le cautionnement avec des plafonds. Mais loi interdit encore toute subvention publique à tout investissement scolaire privé.

Troisième grignotage : Le prosélytisme

Le financement public des écoles privées ayant signé avec l’Etat un contrat d’association était subordonné à ce que les écoles privées accueillent des enfants pouvant être de familles extérieures à la religion affichée de l’école privée, que les enseignements religieux soient facultatifs, et dispensés à des moments où il serait proposé aux enfants qu’ils n’intéressaient pas, un accueil éducatif neutre.

Dans le contrat passé avec l'Etat la contrepartie au paiement des salaires était l'obligation de donner un enseignement respectant les "programmes et règles de l'enseignement public" (L 442-5 du code de l'éducation). De même les enseignants avaient droit à leur liberté de conscience.

 L’article L.442-5 du Code de l’Éducation dit que les maîtres de l’enseignement privé sont recrutés dans le respect du caractère propre de l'établissement et de la liberté de conscience des maîtres

L’article L.122-45 du Code du Travail dénonce l’atteinte au respect de la liberté de conscience : « Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement, aucun salarié ne peut être sanctionné ou licencié en raison de […] ses opinions politiques, de ses activités syndicales […], de ses convictions religieuses […] . Les gouvernements successifs de la France depuis une dizaine d’années ont permis le viol quotidien de ces articles, et donc le viol du contrat d’association.

Les écoles privées ont d’abord obtenu de ne plus faire figurer à l’emploi du temps ces moments, rendant impossible tout contrôle de l’inspection.

Sans aucun aménagement légal du Code de l'éducation ni du contenu des contrats d'association , les évêques qui supervisent les écoles catholiques ont imposé l’évangélisation de tous, et belle casuistique, un enseignement obligatoire donné au nom du droit de l’enfant.

Le secrétariat général de l'Enseignement catholique a envoyé à tous les chefs d'établissement l’Annonce explicite de l'Evangile dans les établissements catholiques d'enseignement. (septembre 2009) 

http://www.enseignement-catholique.fr/ec/images/stories/hs/hs_annonce-explicite-de-l-evangile.pdf

Citons le secrétaire général de l'Enseignement catholique, Eric Delabarre : « En matière d’annonce explicite de la foi, il y a une nécessité de donner des grandes lignes de conduite pour dire ce que l’on peut faire, ce que l’on doit faire et comment. Il ne s’agit pas de convertir les jeunes, mais de proposer pour les professeurs un témoignage de croyant ».
Dans un entretien donné sur le site de la Conférence des évêques de France, il répond à la question de savoir quelle part prend l'Enseignement catholique dans l'évangélisation : 

« Tout élève proche ou éloigné de la foi a le droit d’entendre que Jésus-Christ peut être un chemin pour lui s’il exerce sa liberté responsable. (...) L’annonce explicite de l’Evangile dans les établissements catholiques d’enseignement montre une vraie prise de conscience de l’importance de satisfaire le droit des parents et des enfants à entendre cette annonce dans le respect des libertés de chacun. Dans le cas contraire, l’Enseignement catholique ne répondrait pas à la mission qui lui a été confiée …

Arrêtons nous un instant sur l’expression, « la mission qui lui a été confiée ». Signifie –t-elle que l’Etat aurait donné cette mission aux écoles sous contrat d’association ? Le contrat prévoyait la neutralité…Par ailleurs partout les représentants locaux de l’école catholique affirment qu’ils exercent une mission de service public. S’agit il d’un flou cultivé pour de nouvelles conquêtes (après tout, PETAIN avait imposé ces enseignements religieux dans les écoles publiques, probablement, connaissant l’individu, au nom de la liberté) ou bien d’ignorance ? Si les écoles privées exerçaient une mission de service public, la carte scolaire pourrait imposer à tous les enfants d’être scolarisés dans une école catholique.

Eric de la Barre :

« Comment évangéliser à l'école ? Dire au nom de quoi nous vivons n'est pas suffisant... si, justement, l'annonce n'est pas explicite…. Ainsi, pour être crédible, le témoignage de vie des enseignants et catéchistes doit être en adéquation avec la parole de vie annoncée. On ne peut donc faire l'économie de l'amour porté par les enseignants et catéchistes envers les enfants, d'où l'urgence de réfléchir à de nouvelles méthodes éducatives, qui sans laxisme, permettent de respecter l'enfant dans toutes ses dimensions (affectives, psychologiques, spirituelles...) et donc de l'aimer vraiment. Il faut alors des enseignants et catéchistes à la fois exemplaires dans leur conduite et qui, vivant avec le Christ, souhaitent le faire connaître aux enfants qui leur sont confiés. Donc espérer de tout son coeur évangéliser les enfants, tout en respectant leur liberté.

On souhaite aussi « garder le caractère propre » des 5.000 écoles catholiques que compte l'Hexagone. Si l'on ne s'attache qu'à la seule identité de ces écoles, c'est une entreprise qui court le risque de se cantonner à vouloir simplement transmettre aux enfants un savoir, un enseignement chrétien (qui est Jésus ? que dit la Bible, etc.), donc une catéchèse purement théorique. Là se posent de nombreuses questions : qu'est-ce qui distinguerait un cours de musique d'un "cours" de caté ? Comment les élèves seraient-ils plus motivés de participer à ce dernier ? Quelle est la place de la prière à l'école ? On s'aperçoit vite que si une rencontre personnelle avec Jésus n'a pas été vécue chez l'enfant, il sera beaucoup plus difficile - voire presque impossible - de lui apporter une formation spirituelle…..

 Il paraît donc indispensable de distinguer les enfants croyants des non-croyants, les premiers pour les instruire et nourrir leur foi, les seconds pour leur proposer cette annonce explicite, dans le but de rencontrer le Christ.

C'est ce qu'espérait Mgr Jean-Pierre Cattenoz, quand il demandait, dans une charte pour l'enseignement catholique qu'il avait lancée pour son diocèse en 2006, de « remettre le Christ au centre ». Il avait alors proposé d' organiser un Grenelle de l’enseignement catholique, dans l'optique de réfléchir tous ensemble pour proposer aux jeunes une première annonce de la foi. 

La nécessité d'évangéliser à l'école, c'est aussi ce que rappelait le secrétaire de la Congrégation pour l'éducation catholique quand il a invité les responsables de l'Eglise à ne pas perdre de vue que l'école catholique pourrait devenir « dans une société toujours plus sécularisée, le seul lieu de contact avec le christianisme, rappelant ainsi le rôle important de l'école catholique dans l'évangélisation des jeunes ».
 

On est loin, 50 ans après la loi DEBBRE de 1959, des exigences du contrat d’association, et les masques tombent. Le vocabulaire prépare les esprits à des fermetures d’écoles publiques avec obligation de scolarisation pour tous les enfants dans des écoles privées sous contrat d’association détourné vers un prosélytisme affiché. Souvenons - nous du discours de LATRAN de SARKOZY, et de la période pétainiste. Le vocabulaire « parité », « mission de service public » ouvre la voie.

Dans le même temps l’église catholique transforme la liberté de conscience de la devise républicaine en « liberté religieuse » qui est la liberté de ne pas obéir aux lois des hommes, mais à celles d’un dieu, avec des papes et autres évêques prenant le pouvoir. Il n’est plus question de respecter les lois de la République, et des maîtres des écoles privées ont déjà commencé à se démarquer des programmes officiels, refusant l’idée de l’évolution pour ne garder que celle de la création, refusant en 2014 d’accepter l’enseignement de l’égalité » en droits des hommes et des femmes. L’islam intégriste et ce catholicisme là mènent le même combat anti républicain.

Voir Ecole catholique et mariage pour tous

 http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=233

Leur « liberté religieuse », lorsqu’ils ont des pouvoirs locaux, leur dicte une opposition farouche à la création d’une école ou d’un collège publics. Est bien connu le cas des décennies de combat pour ouvrir une école publique à ARS dans l’Ain qui aurait fait perdre des élèves à l’école confessionnelle (ce qui s’est effectivement massivement produit à la construction de l’école publique). Moins connu est le cas de BEAUPREAU (Maine et Loire)

En 2015, à Beaupréau, l’ouverture d’un collège public aurait dû accompagner celle d’un lycée décidée par le Conseil régional. La cité scolaire publique (lycée et collège) aurait mis fin à l’hégémonie de l’enseignement privé confessionnel secondaire. Voir

http://rue89.nouvelobs.com/2011/06/28/leurs-collegiens-et-lyceens-nont-que-le-choix-du-prive-211168

Le diocèse et la conférence des Evêques qui donne toujours le la, ont réussi à ce que les pouvoirs régionaux, départementaux, et nationaux continuent à leur rabattre les élèves.
Avec l’aval du diocèse, Bruno VERON, directeur de l’ensemble catholique DOM SORTAIS s’oppose publiquement à la création d’un établissement public qui lui enlèverait des ressources financières..
 Gilles LEROY, conseiller général, professeur de lettres dans l’établissement catholique, refuse de « lui porter préjudice » en le concurrençant par un établissement public qui priverait DOM SORTAIS des 1000 euros par élève payés par les parents et du forfait d’internat par élève « perdu » payé par le Conseil général.
Gilles LEROY donne une justification menteuse à son refus de collège public en prétendant que l’établissement DOM SORTAIS a une délégation de service public. C’est parce qu’ils n’a pas cette délégation qu’il a dû signer avec l’état un contrat d’association. S’il avait une délégation de service public, l’Inspection académique imposerait à tout élève soumis à l’obligation scolaire du secteur scolaire de s’inscrire dans cet établissement catholique, DOM SORTAIS n’ aurait ni le droit de le refuser ni le droit d’exiger les frais d’inscription et d’enseignement de 1000 euros.

Dans ce département 30 communes ayant une école catholique sur leur territoire n’ont pas d’école publique.

 L’Etat est complice de cette situation puisqu’il a l’obligation légale de créer les structures publiques nécessaires et de les imposer aux collectivités territoriales.

Nous sommes dans le cléricalisme en recherche de pouvoir, de fonds publics, et parfois de monopole, très bien introduit dans nos instances gouvernementales. L’enjeu est clairement politique.

Dans ma commune de 1800 habitants, Chessy Les Mines, Rhône, à l’occasion des élections municipales 2008, est apparu le jeune parti politique lancé par Christine Boutin, d’idéologie politico religieuse, le parti chrétien démocrate, PCD.

Une liste présentée comme « indépendante des idéologies religieuses et politiques », a été montée par une dizaine de parents d’élèves de l’école catholique de Chessy, ce qui n’était pas dit dans leur publicité. Avec 4 autres candidats connus pour leur militantisme école privée, cela faisait 14 sur 19 ! Un record absolu.

Stupeur, lorsque des habitants, par le jeu des listes de diffusion qui s’entrecroisent, ont reçu un mail les appelant à voter pour cette liste, mail issu des responsables locaux du PCD (Parti Chrétien démocrate) coordonnateur des APEL, associations de parents des écoles libres, ayant organisé des cars à partir de LYON pour les manifestations anti mariage pour tous, anti contraception ou avortement thérapeutique, ou encore anti égalité garçons filles.

Olivier PIRRA, Délégué départemental du Parti Chrétien-démocrate dans le Rhône interrogé a répondu que PCD soutenait les listes « sur lesquelles figure au moins un adhérent du PCD ».

Chaque candidat de cette liste avait publiquement déclaré n’appartenir à aucun parti. Il y avait donc au moins un menteur. Deux élus sur 19 de cette liste, échec donc. La quatrième de cette liste, non élue, est devenue, après le scrutin municipal, Présidente de l’Organe de Gestion de l’école catholique (OGEC). Le suivant sur cette liste l’avait précédée dans cette fonction.

Les OGEC sont des « pompes à finances publiques », dans la légalité ou pas. Les présidents sont épaulés par des négociateurs diocésains formés, et par des juristes qui font partout des procès aux collectivités territoriales. Il est possible de revenir à la légalité si on prend le temps de travailler le sujet, si on ne craint ni d’aller au tribunal administratif, ni de faire reculer des élus surpris en prise illégale d’intérêt et dans le mensonge vis-à-vis de leurs contribuables.
 

Quatrième grignotage : payer pour des dépenses qui ne sont pas des dépenses matérielles d’enseignement.

Ce qu’il est à l’origine obligatoire de payer par les collectivités locales à l’Ecole privée sous contrat d’association est strictement ce qui correspond aux dépenses matérielles d’enseignement de classes élémentaires publiques (les classes maternelles ne sont pas concernées).

Une liste de dépenses à prendre en compte, fut publiée dans la circulaire n° 85-105 du 13 mars 1985 qui s’en tenait aux dépenses matérielles d’enseignement.

En 2005 le secrétariat à l’enseignement catholique obtient que le Ministère publie une circulaire n°2005-206 du 2-12-2005 se substituant à la circulaire 1985 qui ajoute aux dépenses matérielles d’enseignement diverses dépenses 

1.Salaires de Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) « baptisés » agents territoriaux de service des écoles maternelles, - une catégorie qui n’existe pas, mais comme prétendus agents de service qu’ils ne sont pas, les voilà qui entrent dans le calcul du forfait communal des classes élémentaires, ce qui est un comble. Ces agentsspécialisés(et non de service) sont des diplômés de l’encadrement de la petite enfance et cette circulaire fait AINSI financer desdépenses d’encadrement,alors que seules les dépenses matérielles d’enseignement doivent être comptées de par la loi et le code de l’éducation.

C’est l’occasion pour de nombreux préfets d’inscrire les classes maternelles dans le contrat d’association qu’ils signent avec les écoles privées sans que les communes le demandent, ce qui est illégal mais va rapporter beaucoup d’argent aux écoles privées.

2. Autres dépenses d’encadrement à financer désormais par cette circulaire : la rémunération des intervenants extérieurs (musique, arts plastiques, sport), ce qui n’est pas conforme à la loi.

3. les dépenses relatives aux activités extra scolaires (dépenses d’encadrement et dépenses de fluides, etc) alors que seules les dépenses matérielles de l’école publique pendant les heures d’enseignement découlent de la loi.
 

Devant la forte résistance des maires, cette circulaire fut abrogée et remplacée par la circulaire n°2007-142 du 27-8-2007 qui sort des dépenses obligatoires à prende en compte dans le forfait communal des classes élémentaires les ATSEM, les dépenses relatives aux activités extra scolaires.
Par contre les salaires des professeurs extérieurs (de l’encadrement) restent pris en compte. Il ne s’agit pourtant pas de dépenses matérielles d’enseignement (seules imposées par la loi).
La Cour des comptes, dans son rapport du 16 décembre 2008, "Les communes et l'école de la République", observe page 72 en évoquant cette circulaire 2007 : "La rémunération des intervenants extérieurs, recrutés par la commune, chargés d'assister les enseignants pendant les heures d'enseignement prévues dans les programmes officiels de l'éducation nationale, ne se rattache pas sans difficulté à la notion de dépense de fonctionnement matériel ..."

Enfin comme en 2005, bien que cela figure dans un chapitre « dépenses facultatives » la circulaire constitue encore une pression illégale pour faire financer les classes maternelles sous contrat d’association Etat/Ecole privée alors que toute la jurisprudence dit que les communes ne sont obligées de payer pour ces classes que dans le cadre d’une éventuelle convention Ecole privée/commune qui doit prévoir les modalités de reconduction ou de fin de convention. Voir en particulier l'arrêt 309956 du Conseil d'Etat en date du 22 octobre 2008, qui précise qu'une commune peut mettre fin au financement des classes maternelles privées en dénonçant la convention qu'elle a pu signer avec l'école privée dans les formes et aux dates prévues par la convention.

Cette circulaire n°2007-142 du 27/08/2007 est tombée à son tour avec la disparition de l’article 89 de la loi du 23 août 2004, remplacé par la loi n°2009-13 du 28 octobre 2009 (loi CARLE). Cette circulaire est remplacée par la circulaire n° 2012-025 du 15-2-2012.
Pour la seconde fois, comme en 2005, les ATSEM des classes maternelles apparaissent dans la liste des dépenses obligatoires si la Commune a demandé l’inscription des classes maternelles dans le contrat d’association Etat/Ecole privée. Cette dépense d’encadrement est donc maintenue, comme sont maintenus les coûts salariaux des professeurs extérieurs.

Cinquième grignotage : tenter d’obtenir plus d’argent public par élève de l’école privée qu’il n’en est attribué par élève de l’école publique.

Ces détournements encore illégaux restent nombreux : subvention d’une collectivité territoriale à des classes pour lesquelles elles n’ont pas compétence. Par exemple subvention du Conseil Général à une école élémentaire privée, ou d’une commune à un collège privé. La loi interdit la rupture de parité entre les fonds publics des forfaits communaux ou d’externat au bénéfice de l’école privée. Il est facile par un simple recours (gratuit) au tribunal administratif du département de faire annuler ces subventions « hors compétence ».

Même observation si par le biais de subventions à l’OGEC ou à l’A.P.EL. de l’école privée proportionnellement plus importantes que des subventions aux associations péri scolaires laïques comme le Sou, une commune rompt la parité.

Autre détournement, la mise à disposition de personnels communaux dans une école privée.

La loi l’interdit, s’agissant de fonctionnaires publics ils risquent de ne plus l’être, s’ils veulent travailler dans une école privée, ils doivent d’abord se mettre en disponibilité, puis se faire embaucher. Il est facile de faire cesser cet abus.

Par contre la commune peut prêter des locaux à une école privée mais dans ce cas le coût de ces locaux (entretien, fluides, etc…) devra être déduit des sommes versées au titre du forfait communal.

Sixième grignotage : le calcul erroné du forfait communal

De nombreuses communes calculent leur forfait communal pour leur école privée en faisant comme si l’école ne servait que 24 heures par semaine (les 24 h d’enseignement), alors qu’elle sert à des garderies ou des activités péri scolaires, ou encore des mercredis ou des vacances sous forme de centre aéré. Le calcul du forfait communal doit compter les dépenses de fluides, de personnels d’entretien, de contrats d’entretien, qu’au prorata des heures d’enseignement.

Voir le détail ici, en table des news :

Forfait communal : lettre aux Maires et conseillers municipaux

http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=135

Pour terminer

L’Etat, aujourd’hui comme hier favorise l’école privée en général, les suppressions de postes par les équipes SARKOZY ont accentué le retard, et les écoles privées primaires et secondaires sous contrat d’association peuvent faire une publicité sur leurs classes à plus petits effectifs que les classes publiques. Ces postes sont financés par l’Etat qui entretient cette inégalité.

Voir Ecoles privées et fonds publics injustement répartis

http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=234

Malgré la loi DEBRE, la loi CARLE, les grignotages qui lui apportent plus d’argent, l’inégalité dans les postes en leur faveur, les écoles privées stagnent. Casser encore plus le service public n’est pas populaire, les parents plébiscitent leur communale, mais se lèveront-ils pour la défendre ?



31 réactions


  • oncle archibald 28 novembre 2014 19:55

    « Seule la destruction de l’école publique peut permettre de développer l’école privée » ….. bizarre et non démontré, mais admettons.


    Plus loin : « C’est un surcoût pour toutes les communes qui chauffent, entretiennent, assurent, nettoient leurs classes où des chaises restent vides, celles des élèves inscrits à l’école privée » ….

    Ainsi une école privée se développerait à coté d’une école publique en bon état de fonctionnement, en contradiction avec l’axiome fondamental ?

    Mais oui, cette situation existe bel et bien. Pourquoi ?? 

    Oui pourquoi des parents d’élèves qui ne sont plus chrétiens « Quand DE GAULLE est arrivé au pouvoir en 1958, les écoles confessionnelles étaient à bout de souffle, et les catholiques déjà de plus en plus rares dans les églises » iraient-ils fourrer leurs gniards dans une école privée ??? 

    Ne vient-il pas à l’esprit de Monsieur Barratier que c’est peut-être juste parce qu’ils ne sont pas satisfait de l’enseignement que leurs enfants reçoivent dans les écoles publiques ? 

    Que ces parents pensent que leurs enfants ont plus de chances de sortir du primaire en sachant lire écrire et compter s’ils ont reçu cet enseignement dans une école privée ? 

    Ils pensent aussi que leurs enfants passeront plus de temps à apprendre ces essentiels dans une école privée ou la discipline est plus rigoureuse, que dans certaines classe du « public » ou les « professeurs des écoles » passent la moitié du temps à essayer de calmer les élèves qui foutent le boxon et empêchent les autres de travailler.

    Peut être aussi souhaitent-ils qu’on leur apprenne un peu la morale, le respect d’autrui, qu’on leur donne les bases de ce que nous appelons désormais pompeusement « les valeurs ». Il est loin le temps ou Topaze et tous les autres instits de la République écrivait au tableau noir chaque matin une « maxime morale » du genre « l’argent ne fait pas le bonheur » … 

    Ne seraient ce pas ces mêmes raisons qui poussent la plupart de nos élus et de nos ministres à mettre leurs enfants dans des écoles privées, y compris lorsque les dits élus et ministres se revendiquent de la gauche pure et dure ?

    Il est vrai que lorsque de Gaulle était au pouvoir les écoles privées étaient peu fréquentées, il n’y avait en gros que des cancres, ou les élèves dont l’école publique ne voulait plus. Pourquoi ? Parce que l’école publique était bien plus performante que l’école privée. Il semble que ce soit l’inverse maintenant ! 

    •  C BARRATIER C BARRATIER 28 novembre 2014 23:06

      Oui, dans les collèges de zones difficiles des élèves sont mis à l’école privée hors secteur scolaire pour fuir en général des classes fréquentées par des enfants soumis à l’obligation scolaire qui n’y sont envoyés que pour recevoir des allocations familiales. les parents qui fuient ces classes sont bien raison de le faire.Dans ces quartiers qu’on fuit, il n’y a pas d’école privée

      Par mon métier j’ai recruté en lycée public des élèves de collèges privés qui avaient un excellent dossier d’orientation, mais qui étaient en fait très faibles. Plus tard j’ai demandé aux familles les bulletins scolaires de l’année qui n’étaient, eux, pas bons.
      Je ne connais pas toute la France, mais dans mon département les élèves de l’école élémentaire publique sont mieux classés que ceux de l’école privée. Partout l’école privée peine à recruter. Dans ma commune, ils sont en recul, Pendant que l’école publique passait en 3 ans de 150 à 223 élèves de la commune, l’école privée stagnait à 35. Pour remplir ses classes, l’école privée recrute dans plusieurs communes alentour. 70 % des élèves viennent ainsi d’autres communes.
      Au plan national les élèves des écoles élémentaires privées ne recrutent que 15 % des élèves, c’est ce qui se passe dans ma commune.
      Mais ces 38 enfants ont leur place dans l’école publique qui est plébiscitée, s’ils étaient à l’école publique les frais de fonctionnement de cette école publique seraient moins importants par enfant. Au fur ey à mesure de l’augmentation du nombre d’enfants à l’école publique (la commune grandit), le coût par enfant a diminué. Si le petit nombre d’élèves de l’école privée étaient à l’école publqique, le coût des dépenses matérielles par enfant diminuerait. 
      Enfin dans ma commune les enfants de l’école privée sont tous de familles catholiques. Mais à l’école publique les enfants sont presque tous de familles catholiques. Il y a bien plus de catholiques à l’école publique qu’à l’école privée.
      Mes observations de terrain, chiffrées, ne correspondent pas aux observations d’oncle Archibald.
      Celles ci correspondent parfaitement à a propagande qu’on trouve partout mais à laquelle les parents qui eux, sur le terrain, voient ce qui se passe, et restent insensibles à ces déclarations sans fondement

    • Eddy KHALDI Eddy KHALDI 29 novembre 2014 12:56

      Vous confondez religion et secte


    • mmbbb 29 novembre 2014 13:28

      Je suis un ancien enfant de choeur dans une campagne les esprits etaient aussi obtus que le votre En ce qui concerne la sodomie vos cures n’ont rien a apprendre puisque beaucoup d’entre eux l’ont pratiques en catimini Mais les temps changent et votre morale du passe si belle en apparence a des felures Quant a Darwin laissez ce scientifique en paix et plongez vous dans votre bible mais surtout ne venez pas faire du proselytisme religieux et evitez de nous soulez avec votre verite revelee


    • lisca lisca 29 novembre 2014 15:09

      Bravo oncle archibald !


  • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 28 novembre 2014 20:53

    Sur Agoravox, à côté de « Tribune Libre » ou « Culture », il manque une rubrique : « Le coin du Néanderthal »

    C’est là que ton article devrait figurer !

    Ecole privée versus Ecole publique !

    Ah ! Un bon vieuix combat qu’a au moins 130 ans d’âge !

    Tu sais mon chéri, les combats à la con, c’est pas comme les vins de Bordeaux, ça s’améliore pas en vieillissant !

    C’est quoi ton prochain article :

    « Cent raisons d’être bonapartiste » ?

    « Pourquoi j’ai choisi les Bourbons face aux Orléans » ?

    ou plus simplement :

    « La revanche du Néanderthal » ?

     smiley


    •  C BARRATIER C BARRATIER 28 novembre 2014 23:14

      J’aime bien cette observation car elle est vraie. Pour avoir fait de l’archéologie et suivi les récentes découvertes, on sait que l’homme de Néanderthal avait une bonne intelligence, on sait qu’il n’a pas été victime d’un génocide de la part de l’homo sapiens, mais qu’ils y a eu des échanges, et des métissages, comme la génétique a permis de le prouver. Il n’a donc pas disparu, et rien ne prouve que l’homo sapiens qui n’est pas « race pure » soit meilleur que lui.

      les homos sapiens, nous, ont décrété qu’ils étaient sapiens...mais prouvé qu’ils étaient violents et capables de tuer des millions de leurs semblables, tout en mettant en danger la planète.
      il est possible que le corbeau magnifique le soit parce qu’il aurait plus de gènes néanderthal que moi, je n’y peux rien ni lui !

  • non667 28 novembre 2014 23:02

    à barratier :
    destruction de l’école publique ?

    PAR QUI ?

    1° par tout les ministres qui se sont succédé chacun y allant de sa réforme aberrante et mal intentionné (but  : destruction de la république ) !
    2° par toute la hiérarchie valet/porte-coton qui en rajoutait
    3°par 99% des enseignants socialo-communistes !
     nota : jamais aucune protestation des syndicat contre ces funeste réformes !

    et le pompier pyromane barratier qui essai de crever la bouée de sauvetage que constitue l’enseignement privé ! pour forcer les enfants a subir l’endoctrinement totalitaire nazi-stalinien ! !


    • Hervé Hum Hervé Hum 29 novembre 2014 09:11

      Si on s’en tient aux faits, faut croire que l’école publique est très mauvaise, puisque malgré tous ses efforts elle n’arrive pas à endoctriner les enfants au totalitarisme « nazi-stalinien ». Ce qui est rassurant, c’est que l’école privé ne réussit pas plus son endoctrinement judéo-chrétien de soumission et d’autoflagélation. En fait, la télé et le smartphone sont passés par là !


    • non667 29 novembre 2014 11:29

      à hervé
      l’école publique est très mauvaise, puisque malgré tous ses efforts elle n’arrive pas à endoctriner les enfants
      ce n’est pas faute d’avoir essayé !

       mais soit les barratiers sont trop c...
       soit les français sont moins c... que les barratiers ne le pensent  smiley smiley smiley
      pour mémoire autour de 1986 savary ministre de l’e.n. sous Mitterrand a voulu nationaliser l’école privé  : résultat plus d’1 million de manifestants sur les champs Élysées
      contre manifestation à yssingeaux :50000 !


  • Hervé Hum Hervé Hum 29 novembre 2014 09:04

    bon article, pour preuve, les réactions haineuses et hystériques de deux intervenants sûrement très bon catholique par ailleurs.

    Mais en dehors de cela, rassurez vous, ils enseignent aux enfants l’amour universel Christ !!!


  • Le p’tit Charles 29 novembre 2014 10:00

    +++
    Bien triste constat de notre société actuelle...A qui la faute.. ?
    Au peuple qui vote comme un manche de pioche...et c’est affligeant depuis le temps...Rien ne change en bien..tout son contraire..A croire qu’il subit un lavage de cerveau perpétuel.. ?


  • soi même 29 novembre 2014 16:42

    Et bien vous n’avez toujours pas avaler que depuis un certain temps au moins 30 ans, que l’école publique est une caricature qui forme à l’abatage du marche du travail  !
    D’ailleurs pour en faire bonne mesure , une grande partite des écoles privé ont le même défaut, et c’est une nécessité que l’école publique disparaît, elle ne répond plus à la nécessité de notre époque, l’État n’a pas la fonction de formé des moutons, et l’éducation a comme rôle de rendre les élevés adultes et non pas ses salades pétries de certitude sénile et qui non rien d’autre dans leurs cerveaux que faire carrière !

    Et oui, il est temps de balancer ces écoles publiques aux orties, car il est urgent de bâtir une autre société qui soit plus conforme à notre époque que continuer à maintenir coûtes coûtes, cette veille fille décatie !

    Au faites dans le centenaire de la guerre de 14-18, avez vous une commémoration pour ces hussards noir de la République qui par leur travail admirable envoya avec tellement efficacité autant de pauvre bougre à la boucherie ?

    http://french.ruvr.ru/2012_08_17/hussards-noirs/


    • soi même 29 novembre 2014 20:11

      Vive l’école libre et mort au stalinien !


    • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 30 novembre 2014 02:06

      La seule école vraiment libre, c’est l’école qui respecte les élèves et n’a pas pour mission de leur bourrer le crâne avec des dogmes intangibles sur lesquels ils n’ont même pas le droit de poser des questions que leur imposent la raison et le simple bon sens.
      Quant à ceux qui s’imaginent que l’école publique n’a pour objectif que former de bons producteurs prêts à l’exploitation, qu’ils aillent lire Rerum Novarum, la première doctrine sociale de l’Eglise et ils s’apercevront avec stupeur qu’il n’y est pas question de tendre vers l’égalité, de supprimer la misère, mais simplement de la maintenir à un niveau correct pour éviter la révolte contre les exploiteurs et le clergé qui ont toujours soutenus les plus riches, sauf la théorie de la Libération qui fut condamnée par le Vatican.


  • oj 29 novembre 2014 18:37

    qui ne vont pas leur apprendre toutes les c.nneries du darwinisme, du marxisme et de la sodomie. Le Christ notre Seigneur est en train de revenir tout doucement dans notre vie. Nous Le voyons, nous Lui sourions, nous L’accueillons.

    Quand je lit cela sur un site web francais je commence a m’inquiéter fortement.
    Et là, je me dit qu’entre pratiquants musulmans et pratiquants catholiques, je n’ai guère ma place.... mais ou aller alors ?


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 29 novembre 2014 19:02

    Dans ma commune rurale de la métropole Rouen-Normandie, il n’y a que l’école publique et les enfants qui en sortent ne sont ni plus ni moins savants que les autres. Du temps où j’y officiais aucun n’a subi de conditionnement idéologique et l’ensemble se débrouillaient plutôt mieux que d’autres au collège (laïque) de secteur. Il faudrait arrêter de délirer. Si dans quelques cas l’école privée réussit mieux que l’école laïque, cela ne justifie pas qu’on lui sacrifie l’école de la République (une école qui a bien préparé les enfants à la boucherie de 14-18 alors qu’on avait reproché aux instituteurs français d’avoir préparé la défaite de 1870, mais qu’on accuse aujourd’hui de fabriquer des cancres plutôt que des révolutionnaires !).


    • soi même 29 novembre 2014 19:51

      L’école public est à chiée et les vieux C... qui non rien compris !


    • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 30 novembre 2014 02:17

      Vous avez tout à fait raison, mais je souhaite souligner que les écoles privées ont l’énorme avantage de pouvoir sélectionner leurs élèves sans avoir à se justifier. Ce n’est pas un service d’intérêt public, mais un établissement commercial qui doit s’assurer de pouvoir exposer de bons résultats aux examens. C’est pourquoi les lycées privés se débarrassent des élèves médiocres en classe de seconde, refusent de présenter les élèves moins sûrs au baccalauréat, quand ils n’arrêtent pas simplement leur enseignement à la classe de première.


    • soi même 30 novembre 2014 16:23

      École privé c’est comme le reste, il en a des égotistes qui copie fidèlement avec exagération le public, ceux là sont en définitif pour la bourgeoisie car elle sont discriminatoires au niveau du prix et puis il y a les autres, au fond celle qui sont les plus intéressante, Oberlin, Montessori, Freinet et Waldorf, celle là justement ce que l’éducation national voudrait s’approprie en leurs vidant de leurs substances moelles !

      Car on rien de confessionnelle, elle ont tous un trait libertaire et le comble, ce que les élèves qui sortes de ces écoles ont sertes pas forcement un bagage exceptionnel de savoir solaire, mais par contre ils ont une fraîcheur et un enthousiasme à toute épreuve à faire pâlir d’envie qui montre bien que l’école public n’est plus un vaste maraîchage à cultiver sur pied des pieds de salade !

      D’ailleurs cela se comprendre bien, l’école public est mammouth , une ruche syndical, une île de privilégier médiocre !
      On comprend mieux pourquoi son budget est supérieurs à la défense national pour faire des ânes en séries, c’est évident que c’est un club med pour des syndicaliste sans scrupules !
      Quand c’est une institution irréformable, la meilleur des choses à faire c’est l’aider à qui sombre !


    •  C BARRATIER C BARRATIER 30 novembre 2014 21:48

      J’ai beaucoup oeuvré avec ces écoles « nouvelles » qui sont pour l’école élémentaire des laboratoires de pédagogie. Moi même je pratiquais la pédagogie FREINET. Cette mouvance ne se plaint pas de l’école publique au contraire. Enfin il faut savoir que les enseignants se syndiquent de moins en moins.

      l’école publique, école de masse, réussit bien à mon avis, même si des organisations comme SOS Education financées pour sa destruction mettent le paquet avec l’aide de la presse qui suit la mode actuelle.

    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 1er décembre 2014 11:23

      « l’école public est mammouth , une ruche syndical, une île de privilégier médiocre ! »
      A lire soi-même, on peut penser qu’il sort de ce genre d’école...


    • soi même 1er décembre 2014 12:31

      Il y a des gens qui on une tête bien remplie avec aucune tare grammaticale et orthographie et quand, il s’agit de planté un clou, il se loupe pas leur doigts, en réalité une tare ne veux rien dire, si l’on comprend que l’on pressente toujours le meilleur profil et l’on glisse ses imperfections sous le tapis !

      Relativité mon mode d’écriture et concentré vous pourquoi, il vous faut en réalité relever ce qui est en somme accessoire et de pas ce penché sur l’essentiel !


    • soi même 1er décembre 2014 12:53

      La généralité ne fait pas la règle, à vouloir mettre toute les école privé sous le même vocable confessionnel et qu’il ne pratique pas tous la discrimination élitiste, et qu’il a beaucoup d’élevés qui sont des repêcher du naufrage de l’école public, et n’ oublie pas aussi qu’il y a une grande variété d’école privé et qu’il y en a même comme Pôle Universitaire Léonard de Vinci et une bonne laïc et totalement privé !

      Au fond, c’est un débat troqué, car l’on veut surtout entretenir l’association école privé et correctionnelle, à lors que l’on oublie que les Universités sont toute sous la coupe du privé et l’on va surtout pas parlé pourquoi tant d’élèves sortent de l’école public pour le privé, et ce n’est pas forcement un choix élitiste, c’est aussi que ces faneuses réformés éducatives qui fraudait aussi parler , car si ce n’est pas le bût de faire des moutons, c’est quoi toutes ces réformes qui réforme les réformes qui réforme les réformes , car au final c’est bien les élevés qui trinque et je pense qu’il y a un lien très étroit entre cette éducation national qui veut plus rien dire et la violence qui fait rage dans les écoles ?


  • France Républicaine et Souverainiste Signal d’alarme 29 novembre 2014 19:24

    La réforme des « rythmes » qui ne fait que ghettoiser davantage l’école publique n’arrange rien ; de plus elle n’est pas appliquée dans le privé ! Dans le temps le choix entre les deux systèmes était militant, aujourd’hui c’est la loi du portefeuille... vous avez dit américanisation de la société ?


    • Pere Plexe Pere Plexe 29 novembre 2014 19:40

      C’est bien l’un des problèmes.

      La concurrence est faussée puisque l’on à pas les mêmes exigences pour l’école confessionnelle.

      C’est un manquement grave à l’esprit républicain d’égalité en plus d’être une grave atteinte à un autre pilier de la République qu’est la laïcité.


  • lemouton lemouton 30 novembre 2014 08:43
    BARRATIER....très bon article..et vos commentaires ci dessus le sont tout autant.. 

    d’ailleurs les crapauds de bénitier ne s’y sont pas trompés smiley, suffit pour cela de lire leurs attaques haineuses... 
    Haine, qu’en d’autres temps ils auraient assouvie avec l’uniforme de la légion Charlemagne sur le dos... smiley

    Des incultes créationistes qui ne connaissent même pas la théorie de l’évolution, et qui croient que Darwin prétendait que « l’homme descend du singe »....pfffff...
    Des ignares qui ont l’arrogance de s’instituer donneur des leçons.. 
    (Bon il est vrai que par les temps qui courent, s’autoproclamer detenteur d’une parole divine, et quelque soit cette divinité d’ailleurs, est monnaie courante....)

    Des obscurantistes du siècle dernier, qui n’ont pas encore digéré la séparation de l’église et de l’état, et pour qui la victoire de la laïcité est la pire des insultes...

    Des identitaires, petits fils des légionnaires sus cités, qui parce qu’ils écrivent avec un clavier, où s’organisent en meute sur le net, veulent nous faire croire à un renouveau, qui n’est en fait qu’un retour de la bête immonde... A d’autres..

    Barratier, la destruction de l’école publique, libre et laïque, est pour eux une condition imperative.
    Devant la difficulté de la tâche, il y a des tentatives de contournement de cette digue, et cela en s’infiltrant insidieusement aux plus hauts niveaux de l’éducation nationale, pour ensuite en faire redescendre des « nouveaux » textes de loi, ou de soit disantes « réformes » toutes aussi suréalistes et inaplicables, les unes que les autres..
    Cette réformite gangrene tout le système, et le corps enseignant, aveuglé par sa confiance dans la hierarchie, culpabilisé par tous et n’importe qui, ne remet jamais, ou alors très mollement, cet etat de fait en question..

    Le travail de sabotage de l’école publique se poursuit bien à l’abri, et il a débuté dans les 80’s avec les socialos et la décentralisation....
    Objectif final destruction de l’état France ??....désagrégation.. ??... smiley
    est ce si surréaliste que cela.. ??

  • eric 30 novembre 2014 09:28

    Le droit à un libre choix de l’école de ses enfants est garantie par la déclaration universelle des droits de l’homme. Que serait un droit formel sans les moyens de l’exercer ?

    Ce serait un peu comme affirmer un droit au logement et dire aux gens, ok, vous avez le droit, maintenant, débrouillez vous !

    Si a un moment donné, le privé scolarise 20% des enfants, parce que les syndicats se sont mis d’accord avec le ministère pour essayer de ne pas dépasser ce quota, ce sont 50% des familles qui a un moment ou un autre, pour un ou pour tous leurs gosses, finissent par avoir recours à l’enseignement catholique.

    Or, c’est l’école du peuple :

    http://alain-leger.mageos.com/index.htm

    Ce sont pour beaucoup les familles ouvrières qui font ce choix et leurs enfants y réussissent mieux que dans le public. Une des raison est que l’école publique à délibérément créé, grâce à la carte scolaire, des ghettos pour pauvres ou elle envoie les profs débutant. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-rapport-obin-courageux-mais-peu-15843

    C’est encore plus flagrant avec le professionnel et le technique. A l’EN, c’est considéré comme la lie, le dépotoir à mauvais élèves. Dans le confessionnel, c’est une des voix de l’excellence.

    L’idée générale de cet article est de vouloir interdire à 50% des familles les moyens d’un libre choix.
    Et en particulier aux plus populaires. Les riches se débrouileront toujours pour échapper à la dégradation continue de l’école publique. L’auteur veut obliger les pauvres à y rester.

    C’est effectivement en ligne avec les comportements des ministres socialistes qui sont très attachés à la carte scolaire pour les autres, et à l’Ecole Alsacienne pour leur propres enfants, alors même que les lycées publics du quartier Latin, ce n’est pas l’aventure sociale.... !

    Alors qu’ils ont sous la main, les meilleurs établissements publics gratuits du pays ( Louis Le Grand, Henry IV par exemple), et bien, il font quand même le choix du privé très cher ! Et comme pour l’essentiel, ces ministres sont des profs, ils ont sans doute de très bonne raisons de se conduire ainsi.
    http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/parite-ils-se-foutent-de-nous-116986

    Tu veux savoir ce qui est bon pour tes enfants ? Fais confiance aux profs ! Mets tes gosses dans les mêmes établissements qu’eux !


    •  C BARRATIER C BARRATIER 30 novembre 2014 11:24

      Non Eric, mon article ne demande pas la destruction de l’école privée, mais la justice dans les moyens attribués et la fermeté de l’état qui paie les enseignants privés. Il doit exiger l’application du contrat écrit signé par ces écoles privées : application des programmes de l’Etat et non ceux du Vatican, respect de la liberté de conscience des enfants pour qui l’obligation de catéchismes est interdite par le contrat signé. La culture que répandent les promoteurs de l’école privée catholique, au plan local et national, est celle du non respect de la loi républicaine, on s’assied sur les textes. Dans ma commune le maire s’assied dessus et il faut des recours pour revenir à la loi. 

      J’imagine bien sûr que cette attitude de petits chefs locaux ne s’arrête pas au sujet de l’école privée..Le citoyen ferait bien de tout vérifier. Des associations ont déjà entrepris ce travail.

      C’est vrai que l’Etat finance 20 % des salaires enseignants des écoles sous contrat d’association, mais l’école privée ne réussit pas à recruter plus de 15 % d’élèves scolarisés. Je demande que l’on donne à l’école publique 85 % des postes payés par l’Etat pour qu’il y ait corrélation entre l’argent injecté et les effectifs accueillis.
      Nos gouvernants suivent les directives de l’ocde qui ont publié un vade mecum demandant à baisser la qualité des services publics pour que les gens arrêtent d’y tenir, en particulier l’école. Ce cahier numéro 7 du centre de développement de l’OCDE, sur PARIS, est disponible sur Internet, je me suis même fait envoyer gratis ce cahier numéro 7.
      Voir en table des news :

      OCDE, conseils pour casser les services publics et privatiser

       

      http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=231



  • sophie 2 décembre 2014 19:44

    C’est exactement ce qu’il s’est passé dans d’autres pays colonisés par l’ecole privée dans les pays Africains d’abord puis ici aussi. Vous ne comprenez pas Claude, TOUT DOIT ETRE PRIVE et donc payant............


  •  C BARRATIER C BARRATIER 2 décembre 2014 20:36

    C’est tout à fait ça, Sophie, et il faut que ça rapporte à une société, à une communauté, etc...Les flux financiers de la Sécu qui ne rapportent rien à aucun actionnaire, sont aussi dans le collimateur. L’Europe avec son exigence de concurrence libre et non faussée, ne saurait tolérer que des écoles soient sans but commercial. Des école privées évoluent rapidement. Par exemple les écoles MONTESSORI, « écoles nouvelles » désintéressées au départ ont pris des comportements de vautours. Elles se multiplient, coûtent très cher, et on est loin de l’esprit pédagogique des débuts, même si les matériel est là.


Réagir