mercredi 26 janvier - par beo111

Discours presque imaginaire de Marine Le Pen (2/5)

JPEG

La flamme est là, légère et vacillante. Elle a traversé les siècles. Mais depuis plusieurs décennies, s'amplifie la crainte qu'elle ne s'éteigne à tout jamais.

Pourtant elle en a vu d'autres. Elle a échappé à de bien plus graves périls. Elle a traversé des épreuves bien plus douloureuses.

On pourrait d'ailleurs se demander si ce ne sont pas les Français, qui ne se sont pas ramollis un peu, encanaillés dans un confort matériel, éloignés de cette rusticité revigorante, rafraîchissante.

On parle aussi de l'abrutissement collectif. Et pourtant si on est honnête, on remarquera que le niveau d'instruction est bien supérieur à celui des siècles passés.

Le problème en fait est dans les dernières décennies, où il nous semble que l'époque du certificat d'études nous avait fait atteindre un niveau inégalé. Nos écoles d'ingénieur rayonnaient dans le monde entier, alors que le classement de Shanghai nous voit chaque année dégringoler.

Et voici que tous les cinq ans, les mougeons au cerveaux ramolli par la télé, doivent voter pour élire le Président de la République. Donc dans ces conditions, on a pas besoin de candidats d'une très grande qualité.

L'édition 2022 ne déroge pas à la règle. Comme évoqué, nous avons le petit monarque en place, le VRP de l'Élysée. Je dis le VRP, car Emmanuel Macron c'est quand même le mec qui non content de brader Alstom, nous a vendu à nous, la peur et des vaccins dans ses numéros de télé-achat en mode hypnotisé.

D'ailleurs il aurait bien voulu vendre nos retraites aux fonds de pension Blackrock ou Vanguard, mais ça ça sera pour les cinq ans qui viennent, si les Français font l'erreur de le réélire.

On a ensuite sa sœur jumelle, Valérie Pécresse, bien placée, cette autre playmobil de la mondialisation. Elle aurait pu être son ministre, mais maintenant sa seule ambition est d'être le Calife à la place du Calife, de la région France déclassée.

Elle nous fait une campagne à la Chirac, mais n'est pas Chirac qui veut. Lui aussi prenait les Français pour des cons, mais lui au moins il les aimait. Elle, elle veut uniquement cacher que son vrai positionnement politique est exactement le même que celui de Macron.

Et qu'elle a pour eux la même indifférence. La même indifférence à leur sort. La même indifférence face aux difficultés des Gilets jaunes, la même indifférence face aux revendications de l'Hôpital, la même indifférence face à l'incompréhension des non-injectés, qu'elle aurait voulu confiner.

Son problème à Valérie Pécresse, c'est qu'un cercle ne peut pas avoir deux centres. Donc c'est au niveau de l’élite mondialisée que se fera le choix entre le VRP et la playmobil. Du jour au lendemain les médias vont décider de valoriser l'un pour dénigrer l'autre. Mais qui ce sera, cela ne nous regarde pas.

Enfin, cela regardera sans doute les Français au deuxième tour, mais en attendant, jetons un œil sur les autres prétendants.

Nous ne nous attarderons pas sur Anne Hidalgo, qui malheureusement n'a pas décollé dans les sondages. Nous ferons juste remarquer, même si c'est facile, que Paris a la réputation d'être une ville sale. Et que les Français ne veulent peut-être pas d'un pays sale.

Je passerai par contre plus de temps avec Yannick Jadot. Déjà parce que c'est un bel homme. Ce n'est pas mon genre, mais c'est un bel Homme. Musclé, il a un peu le physique d'un terminator. Vous savez, ce héro de science fiction, entièrement motorisé.

Alors évidemment dans le camps national on peut craindre que Terminator veuille en terminer avec la France. La France contre les robots, vous connaissez. L'ouvrage de Bernanos, que je n'ai pas lu au passage, est assez édifiant à ce sujet.

Surtout que, la réalité dépassant la fiction, ce beau robot bien huilé a dans sa programmation, la pensée politique de Jar-Jar Binks, un autre héro de science fiction. En gros, il va falloir accepter toutes les humiliations, toutes les restrictions, tout cela pour sauver la planète. Sauver le climat. Avec les migrants bien entendu.

Mais attention à son discours bulldozer. Chargé de bons sentiments et d'égards pour la planète, il est prototypé pour hypnotiser, et faire culpabiliser les Français. C'est un discours extrêmement efficace, au vu de l'affaissement des valeurs et du niveau culturel des Français, en particulier des plus jeunes.

Il en est d'autant plus dangereux, que si par bonheur Emmanuel Macron s'écroule, c'est Jadot qui va jaillir. En effet dans ce cas ce qui ne peut pas aller chez sa sœur jumelle partira à gauche. Et dans ce cas Hidalgo et Taubira sont trop petites, et Mélenchon est trop loin. Jadot est à la bonne taille et à la bonne distance. À croire qu'il a été programmé pour ça.

Mais je viens d'évoquer Jean-Luc Mélenchon. Attardons nous un peu sur son cas. Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la créolisation. Ben vous savez que nous on est pas d'accord. D'après nous au Rassemblement National la France doit conserver ses racines dominantes pour accomplir sa mission millénaire. Et l'immigration de masse, les naturalisations abusives qui en résultent, entravent l'action du peuple français.

Je ne reviendrai pas sur les arguments stupides, de gens comme Attali ou Minc, qui disent qu'il faut des immigrés pour payer les cotisations sociales. Parce que ça ça marche en plein emploi. Et je ne sais pas s'ils ont remarqué, mais on est plus dans les années 60, les 30 glorieuses. Il y a des chômeurs, assez nombreux, mais ça je crois qu'ils n'ont pas remarqué.

Non, d'après nous, le peuple français n'a pas à être sympathique avec les nouveaux entrants. Jusqu'à présent ça s'est très bien passé. On pense au XXème siècle, à l'intégration d'une générations d'Italiens, les ritals comme on disait, ou celles des Espagnols fuyant le franquisme. C'est vrai, au début la France les a regardé de haut, elle ne leur a pas fait de cadeau.

Il n'y avait pas d'aide sociale pour eux, ou si peu. Mais si la France n'a pas été sympa avec eux, c'était pour que ceux qui restent aiment la France pour ce qu'elle est et ce qu'elle fait, c'était pour vérifier qu'ils voulaient vraiment devenir Français. C'était pour que, si eux devaient lever les yeux pour regarder la France, leurs enfants et leurs descendance soient au même niveau que tous les enfants de France.

La France est une patrie ne l'oublions pas. Défendons la quand elle est en danger. Chérissons là quand il nous plaît. Battons-nous, combattons le monstrueux macronisme qui veut la fondre dans un monde aseptisé ! Et aucune pitié, je dis bien aucune pitié pour sa sœur jumelle Pécresse qui n'est qu'un autre outil encore plus menteur de la finance mondialisée.

Nous allons gagner ce combat. Car enfin se sont levés des alliés, je parle des partisans de Zemmour, Éric Zemmour, qui d'après moi en tout cas est un patriote sincère. Et de toute façon vous le savez bien, il n'y a pas d'ennemi à droite. Et autant je suis d'accord pour placer Zemmour à droite, pour moi Pécresse n'y a pas sa place. Car comme Sarkozy elle peut faire des promesses à droite, mais son action n'a de cesse que de détruire notre nation.

Il n'y a qu'une seule droite, et c'est la droite nationale. Elle est libérale aussi, et j'y reconnais Éric Zemmour. Maintenant, c'est un concurrent, et je ne peux pas dire que du bien de lui ici. Mais je ne dirai rien de rédhibitoire à son encontre, soyez rassurés.

D'ailleurs son programme, que je n'ai pas étudié en détails — mais mes équipes l'on fait, soyez-en sûrs — m'a l'air tout-à-fait correct. J'émettrai juste des réserves sur le prénom des enfants, car l'enfant est le fruit d'un amour, et je pense que c'est au papa et à la maman de donner, en toute liberté, le prénom à leurs enfants.

La nation c'est important, mais on peut faire passer l'amour et la liberté avant.

Éric Zemmour a un bon programme, je dois juste préciser qu'il a parfois des positionnements assez bizarres. Prenons le sexe par exemple. Oui, le sexe. Zemmour c'est quand même le mec selon lequel on choisit sa sexualité. Il avait sorti ça lors d'un débat sur la PMA. Débat au cours duquel j’étais assez d'accord avec lui, mais tout de même, cette histoire qu'on choisit sa sexualité m'avait assez interloquée.

Parce que bon, je ne vais pas vous raconter ma vie, mais des hommes m'ont plu, on a fait des choses, et j'avais l'impression que ça me tombait dessus. Et jamais oh grand jamais avais-je l'impression que je choisissais ma sexualité. Et puis bon, au vu de ses aventures de pré-campagne, j'ai l'impression que lui non plus ! Allez, pas de coup en dessous la ceinture, mais qui aime bien châtie bien.

Tiens, parlons de la mort maintenant. Eh oui la mort, quand il faut y aller, on ne pourra pas y couper. Je reviens sur la mort des victimes du terroriste Mohamed Merah. Des enfants notamment, dont les parents, et c'est leur droit, ont voulu les faire enterrer en Israël. Et là notre Zemmour national de déclarer qu'il aurait fallu les enterrer en France.

La droite est nationale bien entendu, mais la République, laïque selon moi, doit rester respectueuse des religions dès lors que cela touche le périmètre des religions, et avec la mort et l'enterrement on est en plein dedans. Oui, sur quelques questions éthiques, religieuses et morales je me distingue d'Éric Zemmour.

Ce qui ne veut pas forcément dire qu'il ferait un mauvais président. La France en a vu d'autres, bien pires que lui. Mais je dois avouer qu'il a un point commun avec Macron qui me dérange un peu. C'est que comme Macron en 2016, ce n'est qu'en 2021 que Zemmour a créé son parti. Pas de soucis, il a le droit. Mais regardons la suite.

Le problème avec les gens sortis du nulle part d'un point de vue électoral, c'est qu'ils n'ont pas d'appareil pré-existant, un parti à qui ils doivent tout, et dont les remontées terrain, les remontées du réel, peuvent infléchir la trajectoire de la tête. Regardez Macron. C'est son parti qui lui doit tout. Du coup ses députés lui doivent tout. Du coup, ils disent oui à tout ce qu'il dit.

Même quand il dit n'importe quoi. Pour ratifier le CETA, pour être sourd aux complaintes des Gilets jaunes, pour acheter des centaines de millions de doses de soit-disant vaccin avec l'argent public, et entretenir pour les écouler un climat de terreur sanitaire absurde.

Alors je sais que Zemmour ne fera rien de cela, en tout cas je l'espère. Mais il y a d'autres choses qu'il pourrait faire, tout le monde a ses défauts, et dans ce cas il n'aurait pas de gens autour de lui pour se constituer en contre-pouvoir, pour être en mesure de tirer une sonnette d'alarme qui se ferait entendre.

Oui mes amis, le Rassemblement National n'est pas fort, comparé aux imposantes machines de guerre que sont LR et le Parti socialiste notamment, mais lui, il a une âme. Et quand je dis ou je fais des bêtises, ce qu'il m'arrive de faire — personne n'est parfait —, je peux vous dire que j'ai rapidement un retour de bâton.

Je ne parle pas d'un retour de bâton médiatique, tout de façon ils sont la plupart du temps dans la mains de nos ennemis, les ennemis de la nation. Non, je parle notamment du Bureau politique du Rassemblement National, où je peux vous dire, je siège autant en servante, qu'en présidente.

Car mon attention va d'abord à tous ceux qui ont un amour inconditionnel à la patrie, à la France, mon respect est immodéré pour tous ceux qui sont fiers de la nation, la nation française qui n'a pas dit son dernier mot, et qui va poursuivre sa glorieuse mission !

Et je leur dis, aux autres candidats, ceux qui croient que je ne suis pas capable, que je ne pourrais pas gagner un débat, et que je ne pourrais pas gagner l'élection tout court, je leur dis qu'ils oublient plusieurs choses.

Je leur dis que qu'ils oublient que je n'ai jamais baissé les bras, je ne me suis jamais résignée au déclin de la France. Ils oublient que j'ai des troupes, peu nombreuses, mais aguerries et puissantes, un parti que j'ai fait progresser. Et ils oublient surtout une chose, une chose dont je suis très fière et que personne je dis bien personne ne peut m'enlever.

Ils oublient, tout simplement, que je suis la fille de Jean-Marie Le Pen.



15 réactions


  • Lynwec 26 janvier 10:44

    « Alors je sais que Zemmour ne fera rien de cela, en tout cas je l’espère »

    Vous n’avez rien à craindre (ou plutôt tout à craindre), il ne fera en effet rien de tout ça, mais appliquera, prétendument à regret, les directives de la hyène ou de ses successeurs puisqu’il ne prévoit pas de nous faire quitter l’UE.


    • beo111 beo111 26 janvier 18:37

      @Lynwec

      Le problème c’est que le Frexit est vu comme une mesure extrémiste par de nombreux de nos compatriotes.


    • Zolko Zolko 27 janvier 09:55

      @beo111 : le problème aussi, c’est qu’avant de sortir de l’UE, il faudrait sortir de l’OTAN, et /ou de l’€uro. Le Frexit est une proposition idiote car elle détourne du vrai problème : l’OTAN et l’€uro.

      Et autant je pense qu’il y a une majorité de Français pour sortir de l’OTAN, autant je ne pense pas qu’il y en ait une pour sortir de l’UE. Pour l’€uro, je ne sais pas.


    • beo111 beo111 27 janvier 11:10

      @Zolko

      MLP veut sortir du commandement intégré de l’OTAN, ce qui à mon avis est une demi-mesure. Le problème c’est que sortir tout court, alors qu’on était dans le commandement, on se barre avec pas mal de secrets stratégiques donc les ricains ne vont pas trop aimer. Avec en plus le risque, qui si nous sommes contraints par la suite d’intégrer une autre alliance pour sécuriser nos positions en Outre-mer notamment, je ne veux même pas imaginer la suite.

      L’euro je suis assez d’accord avec toi (retour à des monnaies nationales à taux fixes mais révisables). C’est d’ailleurs la position que MLP avait défendu lors du débat en 2017, mais visiblement ça n’a pas plu aux Français, qui se sont laissés séduire par la forme de Macron, alors qu’elle avait raison sur le fond.


  • Zolko Zolko 26 janvier 11:01

    Du jour au lendemain les médias vont décider de valoriser l’un pour dénigrer l’autre. Mais qui ce sera, cela ne nous regarde pas. Enfin, cela regardera sans doute les Français au deuxième tour, mais en attendant, jetons un œil sur les autres prétendants.

    je crains que tu n’aies raté une option : qu’ils les fassent arriver tous les 2 au deuxième tour, comme-ça on n’aura que le choix entre la peste et le choléra.

    Et c’est en cela que Zemmour et LePen risquent de se marcher sur les pieds : sans juger lequel serait « meilleur », si les 2 insistent jusqu’au bout, ça sera Macress contre Pécron au deuxième tour.

     

    Ils oublient, tout simplement, que je suis la fille de Jean-Marie Le Pen.

    j’ai un petit problème avec ça quand-même : considérer que la politique est une affaire héréditaire, qu’il suffit d’être fille-de pour automatiquement être le prochain chef.

     

    Au final, que ce soit Zemmour eu LePen, je m’en fiche, mais qu’ils se mettent d’accord pour être certain que l’un d’eux au moins soit au deuxième tour.


    • beo111 beo111 26 janvier 18:19

      @Zolko

      À droite c’est important la famille.

      À gauche l’émancipation l’est encore plus.

      Mais ça c’est pour la suite.


  • Octave Lebel Octave Lebel 26 janvier 12:52

    « Mais je viens d’évoquer Jean-Luc Mélenchon. …Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la créolisation. ….. »

    C’est tout. C’est mince.

    Le concept de créolisation (Edouard Glissant) mérite que l’on s’y attarde à propos des processus d’échanges interculturels et des enrichissements qu’en tirent les êtres humains quand bien même cela se passe dans un contexte de domination.

    https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2011/02/03/pour-l-ecrivain-edouard-glissant-la-creolisation-du-monde-etait-irreversible_1474923_3382.html

    Concernant la créolisation laissons donc chacun s’informer et se faire une idée en dehors de la propagande paresseuse. Ce sont des sujets sérieux qui méritent mieux que la polémique et la caricature. Vous doutez de la vivacité d’esprit de vos cibles ?

    Par ailleurs, vous prenez ceux dont vous avez désespérément besoin des voix pour les derniers des imbéciles en tentant une fois de plus de les convaincre du bien-fondé d’un vote contre leurs intérêts au 1er tour afin de les amener au second tour à se faire sacrifier au bénéfice de Macron ou son substitut. Evidemment les partisans de Macron sont d’accord pour vous approuver puisque eux comme un seul homme donnent sans hésitation les 20% nécessaires à qualifier leur champion. Fais ce que je dis, pas ce que je fais.

    Mais ceux que vous voulez convaincre, quel est leur intérêt ? Ils se sont déjà fait piéger 3 fois. En 2002, par Sarkosy en 2007 par pompage d’arguments et par Macron et MLP en beauté en 2017. C’est embêtant lorsqu’on s’aperçoit (surtout au 2ème tour) que le discours politique d’une candidate n’a plus de portée ni de fond que celle de l’animation d’une campagne. Et rien de nouveau sous le soleil aujourd’ hui de votre côté.

    Concernant le rabibochage avec Zemmour, j’avoue que là je n’ai pas d’idée, je vous laisse vous « démerder ».Faites attention quand même Eric et vous à ceux dont vous guigner les voix, vous êtes toujours à la limite où ceux qui vous prêtent une oreille finissent par se dire « mais ils nous prennent vraiment pour des cons »


    • beo111 beo111 26 janvier 20:28

      @Octave Lebel

      Oh vous êtes triste parce que je n’ai pas suffisamment tapé sur votre chouchou. N’êtes vous pas un peu sadomasochiste, comme de nombreux Français ?

      Donc je vous le dis tout de suite. Moi, mon problème, c’est le sarkomacronisme, ce que ces deux ordures ont fait à la France. Ce n’est pas que Mélenchon se présente à une élection.


    • Octave Lebel Octave Lebel 27 janvier 10:26

      @beo111

      « Donc je vous le dis tout de suite. Moi, mon problème, c’est le sarkomacronisme, ce que ces deux ordures ont fait à la France. »

      Ben oui, justement, le premier est arrivé au pouvoir en 2007 en piquant les thèmes de propagande de MLP.JMLP en 2002 avait dit qu’il était là pour donner des idées à la droite.

      On connaît les mérites de MLP pour servir de marche-pied plus ou moins volontaire à Macron. Ce fut grandiose.

      Et maintenant Zemmour qui entre dans la sarabande et qui bien entendu n’a pas encore révélé toutes ses filouteries et ses surprises et Pécresse qui navigue à vue.

      Je vous concède que les affaires de famille sont compliquées.

      Que voulez-vous, forcément nos concitoyens et notamment ceux qui prêtent l’oreille aux discours de l’extrême-droite et de la droite ont quand même besoin d’un minimum de cohérence et d’authenticité. Ils finissent par se dire « mais ils nous prennent vraiment pour des cons » et ils s’interrogent sur le sens de voter une fois de plus contre leurs intérêts.

       


    • Octave Lebel Octave Lebel 27 janvier 11:01

      @beo111

      « Oh vous êtes triste parce que je n’ai pas suffisamment tapé sur votre chouchou »

      Ah oui, j’oubliais , à gauche, ce qui n’enlève rien aux qualités et aux mérites des personnes qui portent le drapeau, pas besoin de chouchou, de champion, d’homme ou de femme providentielle, juste des idées et un programme en gestation depuis plus de 10 ans qui émane d’un mouvement social qui traverse la société et dont avec les droites vous redoutez l’issue politique qui sera plurielle dans les urnes en s’affranchissant des états-majors politiques. Ce mouvement, cette aspiration authentiquement démocratique, vous tentez de l’étouffer depuis les années 90 au profit des nantis du patrimoine et des dividendes à courte vue. L’extrême-droite, c’est un réflexe de survie de la droite. Cela marche une fois, deux fois, trois et …

      Vous redoutez la démocratie. Vous êtes dépassé. Le monde actuel tel que vous le défendez et le pensez avec les défis qui se présentent sans une authentique démocratie deviendra de crises en secousses barbare et belliqueux. Qui ne l’a pas encore compris ou ne veut pas le comprendre ?


    • beo111 beo111 27 janvier 11:14

      @Octave Lebel

      Vous dites que pour les classes moyennes, le vote Le Pen ou Zemmour serait à rebours de leurs intérêts. Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?


    • beo111 beo111 27 janvier 11:21

      Je précise Octave que j’ai lu votre paragraphe de dessous. Mais je vous rappelle qu’en ce qui concerne l’UE, un gouvernement patriote bloquerait au niveau Conseil toute mesure allant à l’encontre des intérêts des travailleurs français.


  • Octave Lebel Octave Lebel 26 janvier 13:08

    Heureux hasard, j’ai justement eu l’occasion de poster un article hier sur vos histoires de cœur.

    Pas sûr que cela va vous plaire.

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/zemmour-et-le-pen-le-mariage-de-238917


  • Octave Lebel Octave Lebel 26 janvier 17:10

    L’idée d’un vote contre ses propes intérêts.

    Il est difficile de savoir comment les conseillers de cette triade Zemmour/MLP/Pécresse vont se dépatouiller. Ou devrait-on dire de ce quatuor. Parce que la droite que « représente » Pécresse a des frontières poreuses et mouvantes avec l’extrême-droite mais aussi la droite de Macron qui lui se sert de l’extrême-droite comme d’un faire valoir démocratique et de raison dont il serait le représentant.

    Il y a des transfuges de longue date et d’autres qui de l’intérieur font le pont comme Ciotti. Du point de vue du fond des politiques publiques économiques et sociales, ils sont tous d’accord sur l’essentiel. Ce sont les directives de l’UE même s’ils exagèrent leurs divergences pour la parade électorale et font mine de s’opposer pour le petit combat des postes et des mandats. Qui va croire encore que ces gens là sont engagés par leur parole délivrée dans une campagne électorale. A part un nouveau-né de la politique.

     

    Macron joue avec ses conseillers à tenter d’amalgamer populaire et populiste pensant ainsi invisibiliser (neutraliser ?) le mouvement social qui travaille le pays et qui a une issue politique ferme et construite comme noyau d’une authentique alternative. Celle-ci a les moyens de se concrétiser dans les urnes au moins autant qu’en 2017.Tout simplement parce que suffisamment de nos concitoyens ont compris et appris depuis.

    Par contre, nos concitoyens qui prêtent l’oreille aux discours de l’extrême-droite ont quand même besoin d’un minimum de cohérence et d’authenticité. Pas seulement des affirmations pompeuses, des déclarations d’intention, des analyses à la hache et des provocations à répétitions. Ils ont commencé à réfléchir un peu plus loin que ce qu’on leur raconte. Ils sont quand même souvent traités comme des imbéciles par les propagandistes de la maison. L’idée d’un vote contre leurs propres intérêts finalement a fait et fera forcément son chemin.

     

    Ce qui est à redouter, c’est que devant le danger, plus vite que l’on ne pense, une stratégie de tension, de provocation, de discrédit, coups bas et boules puantes, de violences soit développée par le pouvoir qui a déjà fait ses classes sur le sujet. Avec l’apport des médias experts à la fois en semences de division et étouffoir comme on l’a vu avec les gilets jaunes. Avec la participation de l’extrême droite aussi qui comprend des éléments facilement manipulables et excitables.

    Il faudra être très vigilant, ne pas se laisser déstabiliser dans nos analyses et convictions et ne pas perdre les enjeux de vue. Remettre sur pieds des institutions et des fonctionnements démocratiques avant qu’il ne soit trop tard et reprendre aux marchés et à ses maîtres le pilotage et l’arbitrage des politiques économiques et sociales. Retravailler méthodiquement et fermement les traités européens.


  • zygzornifle zygzornifle 28 janvier 09:12

    Ces élections sont du bidon, il n’y a aucun suspens, Macron qui ne s’est pas encore présenté sait qu’il sera réélu, il connait même son résultat a quelques suffrages près et il a certainement déjà une idée de son futur gouvernement ....


Réagir