mercredi 18 mai 2011 - par j-p. bédol

DSK : les 5 vrais coupables ?

Quelles que soient les circonstances et si l'affaire est avérée, que le coup soit monté ou pas par qui que ce soit, là n'est pas le sujet.

Cependant il ne faut pas se voiler la face, la race animale et plus particulièrement celle humaine sont sans cesse en recherche de sexe. Regardons autour de nous. Cela est le cas pour 99 % des individus mâles et femelles. La recherche d'une rapide fellation pour l'un, un long cunnilingus pour l'autre ou plus si affinité consentie.
 
Celle ou celui qui dit le contraire n'est pas honnête ou appartient à l'une des nombreuses croyances que l'on trouve par dizaines outre-Atlantique, de New-York à San-Francisco et de Chicago à San Antonio.
 
Que le mâle ou la femelle soit ou non satisfait, la recherche de l'autre sexe est toujours là en permanence. Mais peut-on comprendre qu'un mâle, quel que soit son titre ou son niveau social, un jour en manque profond et tellement incontrôlable de sexe puisse disjoncter, péter les plombs et bondir sur une femme de chambre dans un hôtel de luxe de Manhattan à New-York ?
 
Pour beaucoup c'est purement animal et quelque peu instinctif. Mais dans le cas qui anime mon papier, l'animal se serait malheureusement fait homme. Et, quel homme ? Un des tous premiers de la planète en matière économique, financière et monétaire. Celui qui sauva le monde de la crise financière et qui continuait d'ailleurs à le faire jusqu'à ce qu'il redevienne l'espace d'un instant, de quelques secondes seulement, entièrement nu, une bête primitive.
 
Un mâle pourtant promis à un destin extraordinaire. La présidence du pays des droits de l'homme et aussi de la femme comme nous pouvons le supposer.
 
Alors et si les choses sont avérées car à l'heure où j'écris la justice américaine considère le puissant mâle comme présumé innocent, qui sont donc les présumés coupables dans cette lamentable affaire passible d'un ou de plusieurs délits criminels ?
 
Lui, le mâle tout puissant, bien sûr au premier chef. Quel gâchis si cela était finalement avéré ! Et, dans ce cas, mi-homme mi-animal, il devra quand même être châtié comme la loi des États-Unis d'Amérique le prévoit. En France cela aurait sûrement été très différent. La justice étant quelque peu une justice de classes dans ce type d'affaire, selon que l'on soit riche, politique ou misérable.
 
Son épouse ne l'est-elle pas non plus ? Elle savait. Elle le connait depuis longtemps. Elle ne pouvait ignorer sa détresse sexuelle. Qu'a-t-elle fait pour le soigner, pour apaiser ses besoins inlassables et insatiables d'une touffe féminine ?
 
Ses amis, les vrais comme les faux et surtout ses courtisans, tous les bénis oui-oui qui durant des années ont très sûrement flatté sa capacité à séduire n'importe qui. Son orgueil très sûrement. Et peut-être beaucoup d'entre eux ont souvent déclaré "quel homme tout de même" !
 
Les médias de notre pays peuvent aussi être cités à la barre. A ce qu'il paraît beaucoup savaient et depuis longtemps ce secret de polichinelle.
 
Mais aussi le Parti socialiste. Tous et toutes (surtout) savaient son addiction au sexe. Le PS a sûrement dû envisager qu'un jour l'un de ses ténors soit accusé d'un tel crime. Il a sûrement pensé qu'il aurait alors à faire face au fait que ses valeurs pouvaient être bafouées. En effet la présumée victime, femme et de surcroît peut-être issue d'un milieu défavorisé, va devoir être traînée dans la boue par les avocats du présumé innocent afin qu'il sauve sa peau. Quel gâchis, quel gâchis camarades. Ancien ouvrier et de gauche depuis mon enfance cette affaire perturbe mes nuits et ma retraite.
 
Alors tous les 5 sont désormais présumés coupables ! De ne pas avoir mis l'animal en garde, de ne pas l'avoir protégé contre lui-même, de ne pas l'avoir dissuadé de vouloir accéder à la fonction suprême, mais aussi pour le PS de ne pas avoir envisagé qu'une telle affaire pouvait se produire un jour et balayer presque 100 ans de travail.
 
photo : wikipédia


8 réactions


Réagir