vendredi 24 août 2018 - par Lucchesi Jacques

 Du féminisme à la française

Traquer les cartes postales montrant des femmes dénudées : c’est le dernier combat en date des féministes françaises. Mais cette ridicule occupation estivale n’est pas exempte d’enjeux sociaux et politiques.

  Saison de toutes les audaces, l’été est aussi celle de toutes les pudibonderies. Car la nudité – celle des femmes en particulier – reste toujours problématique dans notre société. Et souvent elle révèle des enjeux d’ordre culturel et politique. Voici deux ans, c’était le burkini qui alimentait la polémique estivale. Aujourd’hui, c’est un ukase féministe sur les cartes postales coquines qui la relance en plein mois d’août (ce mois des fous, des gros matous, des sapajous, comme le chantait si bien Pierre Perret). Entre ces deux affaires, à priori éloignées, il y a pourtant un lien : l’intégrisme et la volonté de soustraire les femmes à la prétendue concupiscence masculine.

Ces fameuses cartes postales, dénoncées et traquées par l’association Femmes solidaires, nous les connaissons bien à Marseille. Elles fleurissent aux tourniquets des vendeurs de souvenirs et accrochent le regard de ceux qui flânent sans but précis sur le Vieux Port. Sans doute en avons-nous, un jour, acheté une pour l’envoyer, comme une blague marseillaise, à un correspondant lointain. Quant aux amateurs de pétanque, ils ont encore en tête les représentations de Fanny qui offrait son cul à baiser à ceux qui, paradoxalement, avaient perdu la partie sans marquer un seul point. Rien de bien inquiétant dans ces productions du folklore local, on en conviendra aisément.

 Que quelques viragos puissent y voir « une culture du viol » en dit long sur leur vision ascétique des rapports humains. Elles illustrent jusqu’au ridicule les excès de ce féminisme différentialiste qui a, malheureusement, le vent en poupe aujourd’hui. Et qui, au motif de transformer les mentalités, traque tout ce qui, de près ou de loin, érotise l’image féminine. Avec elles les hommes sont toujours sur le banc des accusés – et dire qu’il y en a quelques-uns pour faire cause commune avec elles ! Précisément, elles leur reprochent de tenir les femmes pour des objets sexuels : comme si le regard désirant sur elles était en soi une insulte ! Comme si l’initiative sexuelle ne devait plus venir que des femmes – et encore, sous certaines conditions ! -, ne laissant plus de place à la surprise et à la transgression. 

Ce féminisme-là, répétons-le, est désocialisant ; il ne peut produire que du conflit et de la ségrégation. Il est aux antipodes du féminisme universaliste qui, lui, voulait l’émancipation et l’intégration harmonieuse des femmes dans la société, à part égale avec les hommes. Dans bien des pays, hélas, son combat est toujours d’une urgence absolue et, à titre personnel, je le soutiens sans réserve. Mais, de grâce, qu’on nous épargne ces mesquins procès en sexisme, surtout quand ils portent sur des produits en voie de disparition comme ces cartes polissonnes. Qu’on arrête de couper les cheveux en quatre et qu’on se recentre sur les vrais problèmes - comme l’exploitation économique plus que jamais décomplexée - qui affectent le vécu tant des femmes que des hommes dans ce monde. Cela, nos féministes, maintenant introduites dans les sphères du pouvoir, cherchent à le faire oublier au plus grand nombre, préférant insister sur la menace que représentent, pour la dignité des femmes, deux ou trois postérieurs bronzés et bien alignés.

 

Jacques LUCCHESI 



37 réactions


  • Raymond75 24 août 2018 10:39
    Elles traquent les photos de femmes dénudées, qui sont effectivement le plus souvent vulgaires et donnent une image dégradée de la femme, mais elles se tortillent dans des pantalons ridiculement serrés ou des shorts très courts pour attirer l’attention sur leur cul ...

    C’est sans doute ce que l’on appelle ’la féminité’  smiley

    • Christ Roi Christ Roi 25 août 2018 12:45

      Non. C’est que ce n’est pas du féminisme, mais du lesbianisme. Les lesbiennes ont horreur des femmes qui cherchent à plaire aux hommes. 


    • Alren Alren 25 août 2018 12:48
      @Raymond75

      Elles peuvent « traquer » cette ultra minorité où l’on compte certainement beaucoup d’homosexuelles, elles n’ont aucun pouvoir de faire interdire la vente de ces cartes postales.
      Il ne faut pas leur donner plus d’importance qu’elles n’en ont.

      « Les chiens aboient la caravane passe. »

    • Christ Roi Christ Roi 25 août 2018 21:02

      @Alren
      Détrompez-vous. Elles ont le pouvoir et pas vous. Vous verrez qu’elles y arriveront


    • JC_Lavau JC_Lavau 25 août 2018 21:09

      @Christ Roi. Elles ont le pouvoir et les vitrines de la presse aux ordres, aussi longtemps qu’il subsiste un peu de résistance dans les peuples.

      Leur mission est de terroriser et détruire les peuples, les uns après les autres.

  • cyborg 24 août 2018 11:03

    Les auteuses de cette branlette,
     
    probablement subventionnées par nos impôts s’intéressent-elle à « Richs meet beautifuls » affichés dans les facs ?
     
    Non...
     
    Pour enfumer il faut avoir un diable à montrer.
     
    Comme la société du Moyen Âge qui s’équilibrait sur la dévotion et sur le diable, celle du gocho s’équilibre sur la consommation et sur sa dénonciation.

     
     
    https://fr.sputniknews.com/france/201710271033642032-relation-etudiantes-hommes-aises/


  • eddofr eddofr 24 août 2018 11:37

    Sont-ce les mêmes qui se plaignent du regard (concupiscent) de hommes en place publique le matin et qui, le soir, se plaignent que les hommes ne les regardent plus et soient tous devenus des lopettes ?


  • cyborg 24 août 2018 13:49

    Les paravents des collabos gochos très utiles comme diversion pour les capitalo-mondialistes, féministes, anti-racistes, végans, anti-spécistes, écolos etc.
    Mais le féminisme, la « lopettisation » du peuple en troupeau indifférencié soumis au NOM, avec « en même temps » la pornographie, la marchandisation des utérus, des vagins et des bébés, est philosophiquement intéressante comme dialectique d’une pensée dominante
    L’actrice pauvresse millionnaire de la favella Hollywood, s’indigne gogochonnement quand le cochon casher la fait sucer après qu’elle soit gentiment montée dans sa chambre d’hôtel : tout le foutage de gueule du gochisme... Après ça vote Clinton, pour le mondialisme...
    L’homme féminisé est meilleur consommateur. Le rayon « beauté homme » des Galleries Lafayette est en pleine expansion.
    La mère est la promesse d’un monde de câlins sans contrepartie. Le père dit non au « jouir sans entrave » gocho, il exige, dans l’ordre naturel il marque moins d’attachement à l’enfant, il instaure la nécessité de se battre dans la vie et d’avoir une discipline. Pas un bon sexe décérébré pousseur de caddie ça... mieux Conchita Wurz pour les Galleries Lafayette, qu’un père amish
    Le colon rigole, le rappeur aussi, et méprisent les dégénérés soumis. Fini les Ventura, les Delon, les Gabin.. le viril intouchable est un rappeur noir, le héros mâle blanc gocho porte une jupe


    • vesjem vesjem 25 août 2018 10:41
      @cyborg
      tout bon, excepté les écossais et leur kilt qui leur sied si bien, sans connotation lopette

  • ZenZoe ZenZoe 24 août 2018 18:03

    Les fabricants de ces cartes nous disent qu’elles sont en perte de vitesse (comme toutes les cartes d’ailleurs). Tant mieux.
    Je me fiche de ce que disent ou prônent les féministes, j’ai toujours trouvé ces cartes débiles, vulgaires et offensantes. Elles ne montrent pas les femmes telles qu’elles sont et telles qu’elles devraient être admirées si nécessaire, mais avec des fesses, des seins et des bouches hypertrophiés jusqu’à la caricature. Elles ressemblent plutôt à des vaches lubriques ou des truies en délire, bof bof bof... Je ne comprendrai jamais ce qui fait bander les hommes dans cette sexualité pastiche. Les vraies femmes ne sont-elles pas plus attirantes que ces poupées gonflables sur papier glacé ?
    Quant aux commentaires qui accompagnent les photos, re bof bof bof...


    • TotoRhino TotoRhino 25 août 2018 09:12

      @ZenZoe
      Pas mieux !


    • Fergus Fergus 25 août 2018 09:54

      Bonjour, ZenZoe

      Et même beauf, beauf, beauf, car trouver matière à humour dans ces exhibitions sans intérêt tant elles sont vulgaires ne dénote pas chez ceux qui les achètent pour les envoyer à leurs potes un grand respect de la gent féminine.


    • oncle archibald 26 août 2018 19:06

      @Fergus : et les chansons de salle de garde vous en pensez quoi ? A mon avis c’est exactement le même principe, un défoulement gentillet qui ne fait de mal à personne et qui fait glousser les ados. Rien de plus, rien de moins . Un jour « elles » vont vouloir nous défendre de rire .

      « Elles » ce sont les plus connes exclusivement, car il y a encore de nombreuses femmes, et c’est heureux, qui ne se sentent pas offensées quand on chante « ah la salope, va laver ton cul, malpropre » entre anciens carabins ou entre anciens élèves des beaux arts, où qu’on leur dit qu’elles sont très en beauté aujourd’hui.

      Quand on envoie une telle carte à un pote pour le fun, c’est pour rire et rien que pour rire, parce que ça fait du bien de rire chaque fois qu’on en a l’occasion, et même si le sujet est plutôt grassouillet !

      L’époque devient sinistre et les femmes plus qu’ambiguës. Elles se baladent avec des shorts ou des « leggings » tellement collants qu’ils laissent voir leur abricot fendu, des corsages qui mettent la moitié de leurs nénés à l’air, mais elles prétendent ne pas supporter le regard des hommes sur leur anatomie ! On marche sur la tête .


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 26 août 2018 19:29

      @oncle archibald

      Il faudrait que je vous présente P. , magnifique flamande blonde comme les blés . Une ex et toujours amie . Je l’ai connue en usine où elle paradait en bleu de travail...même dans cet accoutrement nous la trouvions jolie , et a sa conversation adorable...


    • Fergus Fergus 27 août 2018 11:28

      Bonjour, oncle archibald

      Rassurez-vous, ce n’est pas moi qui me battrais pour la suppression de ces cartes, aussi vulgaires soient-elles dès lors que certains prennent plaisir à les poster ou à les recevoir.

      « Elles se baladent avec des shorts ou des « leggings » tellement collants qu’ils laissent voir leur abricot fendu »

      Exact ! smiley Mais je doute que ce soit celles-là qui se plaignent du regard des hommes.


  • xiyih@bit-degree.com 24 août 2018 20:01

    un beau cul ne peut faire de mal, tout dépend comment on le prend


  • Arthur S Dr Faustroll 24 août 2018 20:15

    L’érotisme n’est qu’une pornographie de classe, d’ailleurs ce que les intégristes dont parle l’auteur dénoncent comme pornographie sans prononcer le mot mais à travers la périphrase classique de « dégradation de la femme », n’est que l’érotisme d’une classe sociale qui n’est pas la leur.


    Quand la reine Victoria a fait pour la première fois l’amour, à un âge avancé et dans le seul but de procréer, vous pensez bien, elle a demandé à son conjoint (en un ou deux mots) qui s’était exercé à la chose avec des amatrices de grand talent et quelques professionnelles confirmées, si le peuple usait de la même technique. En réaction à la réponse affirmative de son partenaire, la reine sembla contrariée, considérant que cela revenait à donner de la confiture à des cochons. 

    Quel artiste cet Albert de Saxe-Cobourg-Gotha,prince consort !

    • ZenZoe ZenZoe 24 août 2018 22:36

      @Dr Faustroll
      Quand la reine Victoria a fait pour la première fois l’amour, à un âge avancé et dans le seul but de procréer

      Vous êtes sûr que vous parlez bien de la reine Victoria ? Celle-ci est montée sur le trône à 18 ans en 1837, s’est mariée à 21 ans en 1840 alors qu’elle était déjà enceinte de 2 mois du Prince Albert qui avait le même âge qu’elle d’ailleurs.


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 août 2018 20:24

    Cartes postale qui circulaient sans problème au début 20ème du siècle. aujourd’hui, elles coûtent la peau des fesses. https://www.google.be/search?q=Rapha%C3%ABl+kirchner&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjxkJOQp4bdAhWNJ1AKHYjvBBYQ_AUICigB&biw=1280&bih=669


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 août 2018 23:38

    En accord .


  • Hurricane Hurricane 25 août 2018 07:15

    Si elles sont d accord , je peux leur faire des posters et photos de mon cul et de ceux de mes potes


  • Hurricane Hurricane 25 août 2018 07:17

    Sont elles aussi courageuses pour libérer les femmes prisonnières de leurs burqas moyenâgeuses machistes sexistes , j en doute . Courage fuyons ! I


  • paulau 25 août 2018 09:26

    Relire les « précieuses ridicules » .


  • zygzornifle zygzornifle 25 août 2018 10:09

    Encore une victoire de l’islam ? 


  • marmor 25 août 2018 14:51

    Ce que ne montre pas la carte postale, c’est le souteneur qui les tient en joue et les oblige à montrer leur cul de manière provoquante. Les féministes ont raison, car il y a contrainte !!! Ah non ? Elles ne sont pas obligées ? J’y comprend plus rien …..


  • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2018 15:33
    Je vais bientôt voir cela de + ou - loin.
    Un camp de naturiste à proximité....




  • zygzornifle zygzornifle 26 août 2018 12:42

    ils ont qu’a de mettre Brigitte Macron sur les cartes postales , il n’y aura plus que les allumés d’en marche qui se rueront dessus ....


  • Nobody knows me Nobody knows me 27 août 2018 09:03
    Vous êtes tous recalés, messieurs...
    xD

  • Nobody knows me Nobody knows me 27 août 2018 09:23
    Vous avez l’air d’en connaître un rayon sur les femmes, les gars !
    xD

  • révolQé révolQé 27 août 2018 09:28

    Une bande de mal baisées vivant de subventions et puis c’est tout.
    Heureusement ces vilaines polluent essentiellement la capitale.


  • Nobody knows me Nobody knows me 27 août 2018 16:26
    Une bande de frustrés qui critique les « mal-baisées ».
    C’est pas gagné...
    xD

Réagir