samedi 26 décembre 2009 - par ddacoudre

Du rat jusqu’à moi. L’expérience de CALHOUN. La colonie horizontale.

Il y a des années que je connais cette étude, elle est de nature à permettre la réorganisation de la pensée pour comprendre certains de nos comportement. Peu connue du grand public elle doit être approchée avec prudence pour ne pas lui faire dire ce qu’elle ne dit pas. Son but était d’établir le lien qu’il y a entre nos comportements et l’espace disponible. C’est grâce à cette étude que j’ai créé le néologisme « géohistorique » pour expliquer ce que j’ai déjà dit dans plusieurs articles que le territoire géographique à une incidence sur notre histoire.

 Il vous sera plus facile de comprendre, que désordre, chaos et cloaque ne sont pas la même chose.

Que la foi et l’ordre rituel sont confondus, l’un vient d’une interrogation existentielle, l’autre de la nécessité de réguler le cloaque.

L’autre étude sur le même sujet se déroule dans une colonie verticale. Suivant le résultat des lecteurs d’Ago j’apprécierais l’utilité de la produire.

Mais cette ligne directrice mise en évidence entre l’espace protecteur et l’espace de circulation que nous connaissons sous le nom d’espace privé et espace public et toujours et sempiternellement l’objet d’opposition, c’est d’elle que naissent les notions d’étranger d’immigré et de racisme, c’est d’eux qu’on jailli les cultures. C’est le maître « déviant » de l’espace public qui veut en imposer au dominant de l’espace privé. Souvent ce qui me lise savent que j’utilise le terme de « dominants systémiques » pour expliquer que ce n’est pas le dominant alpha qui commande aux peuples, mais le dominant Bêta, voire Oméga issus de l’obligation de nous réguler, sous une forme dictatoriale ou démocratique qui y accède grâce aux structures organisationnelles. Bonne lecture

Dans un enclos divisé en quatre, on a installé une colonie de 80 rats ; chaque division contient de la nourriture, de l’eau et des abris en auteur : on a calculé que le nombre de 80 est le double du nombre d’une colonie normale et stable. Dispersés à peu prés également dans les quatre subdivisions, les rats se trouvent donc dans une situation de surpopulation.

On a rassemblé des mâles et des femelles de même grosseur. Une bonne distribution de la population entraînait des groupes d’environ 20 individus par subdivision. Ces subdivisions se trouvent dans l’ordre 1-2-3-4. Les enclos 1 et 4 sont aux extrémités, ils sont moins accessibles que 2 et 3, puisqu’ils ne communiquent pas entre eux.

Une observation faite à partir des quatre groupes de rats révéla qu’une minorité se conformait au comportement de la moyenne établie mathématiquement (un groupe contient au minimum 13 rats et au maximum 27). Un groupe était formé de moins de 13 individus et un dernier groupe de plus de 27 individus. L’équilibre des sexes était rompu ; certains groupes comptant beaucoup plus de mâles que de femelles, à causes de la lutte que se livrent les mâles pour l’établissement de leur statut social, cette lutte entre mâles étant chose normale. Toutefois, vu la configuration des lieux de l’expérience, les résultats de telles luttes sont particuliers. Il était en effet possible à un mâle d’exercer une domination absolue dans les enclos 1 et 4. Pendant la période des luttes, les rats inférieurs de tous les enclos avaient pris l’habitude de se lever plutôt pour pouvoir manger et dormir en paix. Ceux des enclos 1 et 4, au retour, retrouvaient sur leur unique passerelle d’accès, le mâle dominant. A la suite de deux ou trois tentatives, complètement vaincus, ils n’essayaient même plus de réintégrer les enclos 1 ou 4.

Les enclos 1 et 4 sont rapidement passés sous la domination d’un rat alpha qui y a entretenu un harem. Ce rat, pour garder son statut, n’avait qu’à dormir au pied de la passerelle et à ouvrir un œil à l’approche d’un intrus. Quand il s’agissait des femelles de son propre enclos, il ne s’éveillait même pas. Celles-ci pouvaient aller et venir sans difficulté. L’allure calme et libre des mâles dominants tranchait sur le comportement des autres individus. Certains individus inférieurs, parmi les rats oméga, incapables d’avoir des relations sexuelles avec des femelles tenteront de monter l’un des rats dominants qui acceptera ces avances.

C’est donc dans l’enclos 2 et 3 que vont se rassembler les individus bêtas et oméga, incapables de conserver une place dans les enclos 1 et4. C’est dans ces derniers enclos (1 et 4) que la densité de la population est la plus faible, le taux de mortalité des jeunes et des femelles y est aussi très bas. Les femelles de ces deux enclos font, en général, d’excellentes mères, construisent leurs nids normalement, s’occupent de leurs petits et les protègent… Le taux de survie est plus élevé. Quant aux enclos 2 et 3, ils sont caractérisés par une forte densité de population.

On s’aperçoit alors que dans les enclos 2 et 3, il se forme ce que Calhoun appelle « des comportements cloaque ». Il s’agit d’une augmentation des comportements sociaux pathologiques principalement dus à l’accroissement de la densité de population.

Parmi les facteurs qui encouragent la formation de tels « comportement de cloaque », il faut compter la nourriture. Si celle-là est présentée sous une forme difficile à prendre, il y a de bonnes chances pour que tous les rats mangent en même temps et, comme l’accès des enclos 2 et 3 est plus aisé, ils se retrouveront là en majorité pour manger. L’instinct grégaire pathologique se développe au point que les rats vont abandonner les sources d’approvisionnement 1 et 4 au profit des sources 2 et 3. Les contacts sociaux se multiplient, les ajustements nécessaires seront plus nombreux.

Autre aspect du « comportement de cloaque », le comportement des femelles : les enclos 2 et 3 perdent rapidement l’habitude de construire un nid, ce qui normalement requiert une attention et une activité soutenues. Au début, elles cessent d’apporter le matériel nécessaire sur l’emplacement du nid. Leur instinct maternel sera ainsi amoindri. Elles ne transporteront pus leurs petits pour les préserver d’un danger quelconque. A la place, elles vont se disséminer un peu sur leur territoire ou encore, les abandonner quelque part où ils mourront et seront mangés par d’autres rats. Ajoutons que, durant les périodes de chaleur, une femelle en rut dans les enclos 2 et 3 est soumise à un très grand stress, dû entre autres au nombre considérable de mâles. Les conséquences habituelles du rite sexuel ayant disparu, elle sera poursuivie et on assistera à de véritables viols. Une femelle qui, d’ordinaire, peut se reposer quelques minutes dans son terrier, se verra incapable de tout repos car les mâles la suivront dans son terrier. Il n’est pas étonnant de voir monter alors le taux de mortalité des femelles, puisqu’en plus celles qui survivent conduiront rarement à terme une grossesse.

Chez les mâles également, la surpopulation et le stress ont des effets particuliers. Dans les enclos 2 et 3, aucun rat n’a pu exercer une véritable domination. Celui qui aura atteint une position dominante se verra contraint de l’abandonner au profit d’un autre après un certain temps.

Les rats les plus agressifs, qui étaient sans doute les plus normaux, présentaient pourtant des comportements pathologiques comme des attaques enragées (crises de rage) contre des femelles, des jeunes ou des mâles moins actifs, ou des morsures répétées à la queue des autres animaux. Ces rats sont des alphas malades.

En dessous d’eux, il y a des bêtas, caractérisés en particulier par leur homosexualité (ou encore leur pan sexualité). Ils ne peuvent distinguer entre mâles et femelles et, chez ces dernières, ils semblent incapables de remarquer la période de chaleur. Les mâles alpha vont accepter les avances sexuelles des bêtas mais dans d’autres activités, ils les repousseront dans un état de subordination.

On peu distinguer au cours de ces expériences deux autres types de mâles. Ils ont en commun d’avoir renoncé à la lutte pour la domination. Le premier type est représenté par des individus complètement passifs qui ont l’air de somnambules dans la colonie. Ils ne font aucun cas des autres rats, de quelque sexe qu’ils soient et cela même en période de chaleur. Leur apparence extérieure est normale. Ils sont gros, leur fourrure est lustrée. Ils ne portent pas de traces de blessures. En somme, ils ont l’air bien adaptés et pourtant leur désintégration sociale est presque complète. Le second type pourrait s’appeler les « aventuriers ». Cela sont les plus actif, même s’ils ne luttent pas pour la domination. Hyperactifs, ils sont aussi homosexuels et mangent parfois des individus de leur espèce. Tout ceci ne les empêche pas de se lancer à la poursuite des femelles sans tenir compte des rites sexuel normaux : approche, accouplement, repos. Ils poursuivent toutes les femelles sans répit sauf celles des enclos 1 et 4 qui réussissent, grâce au mâle dominant, à leur échapper. Dans les autres cas, les « aventuriers » poursuivent les femelles jusque dans leur nid ; là, il leur arrivera de tuer les portées qui malheureusement s’y trouvent.

« La dimension cachée » par claire Barthélémy traite d’un ouvrage dans ce sens de d’Edward T. Hall

L’ouvrage de 1966 d’Edward T. Hall, La dimension cachée, s’intéresse à l’espace social et personnel et à sa perception par l’homme. Pour lui les crises ethnique, urbaine, éducative sont très liées, car l’homme ignore sa dimension propre, culturelle, dont la plus grande partie est invisible. Il y a un façonnement réciproque de l’homme et de la culture. L’ouvrage est passionnant, il part d’une analyse de la distance chez les animaux pour développer les différentes perceptions de l’espace chez l’homme, pour bâtir une anthropologie de l’espace, modèle d’organisation basé sur une bonne connaissance des besoins selon les cultures sensorielles.



7 réactions


  • LeGus LeGus 26 décembre 2009 12:26

    Amis « anthropomorphistes », bonjour.

    Désolé pour cette boutade, mais c’est l’écueil où l’on risque de sombre à propos d’un tel article.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Anthropomorphisme
    Donc article intéressant, si et seulement si on se borne aux rats.

    cordialement.


    • UnGeko 26 décembre 2009 20:41

      Bha vu le niveau de réflexion moyen des commentaires de ce site, une grille de lecture humaine appliquée au rat ne me semble pas dénuée de sens !

      En me référant à jared Diamond l’écart par rapport au chimpanzé sur l’échelle de l’évolution génétique est si infime que cet article ne manque pas d’intérêt ! Il suffit de constater le caractère régressif qui consacre notre société, pas besoin d’aller très loin pour s’en convaincre !

      Merci dd pour ce sujet de réflexion en ces temps ou la perte de conscience collective est patente !


    • ddacoudre ddacoudre 27 décembre 2009 20:21

      bonjour leGus

      le risque d’anthropomorphisme hante nos études antérieures, mais en l’espèce il ne s’agit pas d’analyser le comportement des rats et d’en tirer une similitude linéaire, mais de vérifier si l’espace modifie les comportements d’une espèce et qu’elle structure elle développe pour y échapper ou pour y faire face, tabou et totem y trouvent leurs origines et modifient leurs représentations en fonction de l’espace et de la surpopulation qu’engendre la sédentarisation pour produire, et dans le même temps répond à ses questions existentielles qui s’en trouvent empreintes. c’est le débat inné et culturel qui ne sont nullement séparé mais étroitement lié car le culturel n’est qu’une réponse adaptative de l’inné à son environnement.

      cordialement.


    • ddacoudre ddacoudre 27 décembre 2009 21:18

      bonjour Ungeko

      j’ai un peu hésité à faire cet article qui offre une grille de lecture qu’il faut utiliser avec précaution.

      elle permet de comprendre que le dominant n’est pas seulement le plus fort qui peut nous apparaître dans l’étude de nos sociétés mais celui qui est à même d’être le meilleur reproducteur de son espèce. que le dominant n’est pas a rechercher dans la multitude des compartiments 2 et 3, qui se cherchent une solution pour sortir du cloaque, mais dans ceux qui vivent en harmonie dans leur environnement. pour notre espèce cela concerne que très peu de population que nous considérons encore comme sauvage.

      notre histoire humaine démontre que l’organisation de la multitude dans la recherche de sa nourriture et d’un ordre est un danger même pour les dominants alpha, (les tributs éparses).

      nous l’avons vu avec tous les processus de colonisations. ce qui complique la compréhension, et c’est la la limite avec cette étude, c’est que dans la pression du stress que fourni le cloaque qu’apparait grâce au processus émotionnel de la survie, la solution procréatrice au travers d’un ordre situant le dominant, non plus dans ces populations éparses vues comme des « sauvages », mais dans l’extériorisation de ce dominant dans un espace supérieur au notre (Dieu ou toutes les constitutions fondatrices), pour que cesse l’autodestruction du groupe 2 et 3.

      quelque part nous pourrions dire que dans les groupes réduits évoluant dans un espace suffisant, les tabous et les totems sont l’expression des comportements innés non perturbé par la surpopulation dans un espace restreint, tandis que la sédentarisation, pour produire ce qui nourri et donne la puissance dans un lieu concentrationnaire, sollicite inné pour fournir une solution adéquate qui se trouve dans cette internalisation du dominant, et nous concevons à partir de là toute sorte de dominants systémiques, comme ceux idéologique ou dogmatique que ce soit en organisation sociale et économique.

      actuellement est sorti un ouvrage de kathinka Evers la neurohethique paru aux éditions odile jacob. c’est une philophes qui traite de la place des neurosciences dans la détermination de l’analyse de la conscience et du libre arbitre. lire son ouvrage en ayant en mémoire l’existence de cette pression concentrationnaire en situation de surpopulation fait comprendre que nombre de nos émotions morale sont une solution à la pression de cet état concentrationnaire.

      cordialement.
       


  • Alain-Goethe 26 décembre 2009 20:10

    De mon coté, je pense que « serrer »les gens dans des espaces « surpeuplés » (sans qu’il y ait des soupapes de décompression, des échappatoires) font qu’ils se comportent comme des rats

    Film : « Mon oncle d’Amérique » y avait un CMT de Leroy Ladurie avec une expérience sur des rats

    Bon article l’auteur


    • MKT 26 décembre 2009 23:56

      Le film « Mon oncle d’amérique » est (comme de nombreux film de Resnay) un essai de compréhension de l’âme humaine.


      les rats de labo sont présentés comme des supports à la compréhension de nos comportements. En ce sens se sont des modèles, mais comme tout modèle ils ne présentent qu’un aspect simplifié de la question.

      Le film est servi par des acteurs épatants et par les explications de Henri Laborit. Le rôle tenu par les femmes dans le film est l’élément (le 5e ?) qui peut donner de l’espoir concernant notre espèce.

      Alain Resnay est un visionnaire, hélas.

    • ddacoudre ddacoudre 27 décembre 2009 21:33

      bonjour alain

      les rats ne sont que les animaux choisi pour l’étude, des étude sur les humain ont été réalisé dans des espace concentrationnaire comme les hôpitaux psychiatriques. nous y retrouvons sous d’autres formes le même type « dérégulation ».

      les rats sont assez indicatifs de la destruction d’un processus de procréation, nous retrouvons son corolaire dans la bible quand il est dit aux hébreux de ne pas se comporter comme les égyptiens et dans la destruction de Sodome. Les effets jugés « délétères » de la concentration humaine étaient connu depuis fort longtemps, et les rituels religieux sont l’organisation systémique édité pour en sortir.

      ce n’est pas aussi simpliste que ce que je l’écris.

      cordialement.


Réagir