lundi 21 novembre - par Elric Menescire

Entre corruption, greenwashing et cynisme : bienvenue à la Coupe du Monde de la Honte

“Abolissez l'exploitation de l'homme par l'homme et vous abolirez l'exploitation d'une nation par une autre nation.”

Friedrich Engels

PNG

Et la coupe du monde de l'enfumage est officiellement décernée à ...

On nous promet une coupe du monde "hors normes" : déjà, une dérogation spéciale pour cet évènement mondial qui a habituellement lieu en été, a été délivrée par la FIFA aux organisateurs, pour le faire exceptionnellement en automne. Elle a donc démarré hier, dimanche 20 novembre.

Ensuite, le lieu : le désert, ou presque, avec un pays composé à 90 % d'étendues désertiques, et qui compte moins de 3 millions d'habitants, qui gagnent chacun en moyenne 4000 euros par mois. Soit un des pays les plus riches du monde, mais qui n'a tout simplement pas la capacité d'accueillir le 1,2 million de spectateurs qui va venir se presser quotidiennement dans un des sept stades climatisés à ciel ouvert, construits pour l'occasion, pour assister aux 64 matchs qui y seront disputés : pas grave, on les logera dans les pays voisins, et ils feront la navette en avion tous les jours...on prévoit ainsi en moyenne 160 vols aller-retour par jour, rien que pour ces invités du ballon rond, et ce tous les jours durant les 2 mois que durera ce cirque.

Ce qui nous amène aux points suivants : le bilan humain et écologique.

Pour le greenwashing, les Qataris rassurent les gogos que nous devrions être : l'évènement sera entièrement "compensé carbone" -comprendre, les émissions de gaz à effet de serre suite à cette coupe du monde sont estimées officiellement à 3,6 millions de tonnes, ce qui est déjà bien plus que la précédente, mais seraient entièrement contrebalancées par la plantation d'arbres et autres imbécilités à base de croissance verte.

Bien sûr les vrais experts de la chose estiment que tout ceci est de la poudre aux yeux : comme nous le résume le Huffington Post, "le Qatar attend 1,2 million de supporters pour la Coupe du monde. Néanmoins ce petit pays, à peine grand comme l’Île-de-France n’a pas suffisamment de place pour loger tout ce petit monde. Il a donc prévu de mettre en place des paquebots hôtels. Le MSC World Europa en est le parfait exemple. Il est parti de Saint-Nazaire et est arrivé le 13 novembre à Doha. Si ce navire n’est pas alimenté au fioul mais au gaz naturel liquéfié (GNL), pour les associations écologistes ce n’est pas forcément mieuxLe gros problème du GNL, ce sont les fuites de méthane, un gaz qui a un pouvoir de réchauffement climatique 80 fois plus élevé que le CO2 [sur 20 ans], explique Fanny Pointet, responsable du transport maritime de l’ONG Transport & Environment. Ce qui veut dire que le GNL est finalement pire sur le plan climatique que les carburants conventionnels qu’il remplace. »

Pour résumer côté écologique, les estimations sérieuses évoquent un bilan catastrophique, entre les stades climatisés à ciel ouvert, les paquebots au méthane et les centaines de vols quotidiens pour les supporters, on se doute bien que ça ne seront pas les quelques bagnoles électriques gentiment prêtées par les sponsors pour l'évènement qui y changeront quoi que ce soit. Mais même la FIFA s'y est mise, en mentant officiellement sur le chiffre des émissions, qui serait au minimum à doubler selon plusieurs ONG (5 à 6 millions de tonnes de CO2 et autres gaz à effet de serre relargués en même pas deux mois de "baballe au fond des filets"). Et on ne parle même pas des émissions consécutives à la construction des sept gigantesques stades climatisés à ciel ouvert : minimum 206 000 tonnes de CO², d’après le rapport de la Fifa. Mais avant tout un chiffre obtenu grâce à une méthode de calcul avantageuse, comme l’explique l’ONG Carbon Market Watch : 

« Puisque la durée de vie de ces stades est de 60 ans et que la Coupe du Monde ne va durer que deux mois, la partie des émissions de construction dont la FIFA se dit responsable correspond à deux mois divisé par 60 ans. Ça pourrait avoir du sens si on parlait d’émissions liées au fonctionnement du stade comme l’énergie. Mais là, on parle des émissions liées à la construction des stades, or il est tout à fait peu probable que ces stades auraient été construits sans la Coupe du Monde. Donc ce serait plus honnête pour nous, que la FIFA s’attribue l’entièreté de ces émissions à son bilan », explique Gilles Dufranes, porte-parole de l’ONG.

Dans un rapport, l’ONG évoque donc une empreinte des stades de 1,6 million de tonnes, presque huit fois plus que le chiffre officiel.

Mais surtout, n'oubliez pas d'éteindre votre wifi chez vous hein...

C'est du foutage de gueule à l'échelle planétaire.

Pour ce qui est du bilan humain même combat. Mais comme nous sommes tous conscients que les enturbannés sont des gens honnêtes et raisonnables, du moment qu'ils cotisent chez le camp du Bien, nous ferons de notre mieux pour oublier la petite ombre au tableau que sont les 6500 morts estimées chez les esclaves  pardon les ouvriers immigrés employés pour construire dans les délais ces gigantesques stades et autres infrastructures dignes de l'évènement. 

Car parmi les 3 millions d’habitants du Qatar, environ 85-90% de la population est composée de travailleurs étrangers. Les citoyens qataris occupent des postes à responsabilité et ils ont l’habitude de recourir à des travailleurs immigrés pour occuper les emplois plus pénibles, comme celui d’ouvriers sur les chantiers. Des dizaines de milliers de travailleurs en provenance d’Afrique et d’Asie (principalement du Bangladesh, du Pakistan, d’Inde, du Sri Lanka et du Népal) ont ainsi été embauchés en masse pour construire les stades et les infrastructures de la compétition (routes, hôtels, aéroports voire une ville entière...). Certaines estimations évoquent le nombre de 35 000 ouvriers étrangers présents au Qatar au plus fort des travaux. Et c'est là que le bât blesse : par 50 degrés à l'ombre, avec des journées de 12, voire 15 heures de travail dans des conditions dignes du ... Qatar, entassés dans des logements insalubres avec deux jours de repos par mois grand maximum, avec cerise sur le loukoum une rétention arbitraire de leur passeport et une menace de retour forcé dans le pays sans être payés la plupart du temps... L'émission "Complément d'enquête" en avait fait un reportage saisissant il y a quelques temps...Ce serait ainsi chaque semaine 12 personnes qui perdraient la vie sur ces chantiers transformés en enfer, et ce depuis 10 ans.

Les familles des morts se voient octroyer, dans le meilleur des cas, un rapatriement gratuit du corps, et quelques centaines d'euros de l'employeur, en guise de "dédommagement". Le "droit du travail" étant, dans ce merveilleux pays, apprécié au cas par cas par les tribunaux eux-mêmes...tribunaux contrôlés bien sûr, par les religieux, et fortement en lien avec les patrons, qui ont tous les droits.

Selon Amnesty International, le droit du travail d'une manière générale, est embryonnaire au Qatar, pour les étrangers qui vont y chercher pitance : les travailleurs et travailleuses migrants ne sont toujours pas autorisés à former des syndicats ni à y adhérer, en violation de leur droit fondamental garanti par le droit international. À la place, des employeurs ont créé et dirigent les comités mixtes, qui ne couvrent que 2 % de la main d’œuvre. Ces comités assurent aux travailleurs une certaine représentation, mais restent marqués par de graves lacunes – absence de mécanismes de négociation collective et de protections juridiques cruciales notamment.

Et il y en a encore qui parlent de Droits de l'Homme" par ici ?

Officiellement donc, les organisateurs ne reconnaissent que trois ouvriers morts sur les chantiers consécutivement à un accident du travail : deux Népalais et un Britannique. Les Qataris reconnaissent également 37 autres décès sur les chantiers, mais ils ne sont selon eux pas consécutifs à un accident du travail. Il s’agirait de morts provoquées par des « maladies cardiovasculaires ». Etrange, car la majorité de ces morts sont en très bonne santé cardiovasculaire, car tous très jeunes...

Amnesty International parle plutôt de 3000 morts suspectes en 9 ans, et d'autres comme le journal britannique The Guardian montent jusqu'à 6500 victimes, ce chiffre étant basé sur des données collectées auprès de cinq pays asiatiques.

Ce Moooondial se fera avant tout sur une mooooontagne d'exploitation, de souffrances, et de cadavres.

 

Les turbans au turbin

Autres faits qui méritent l'attention, et pas des moindres : les conditions d'attribution de cette Coupe qui promet d'être "exceptionnelle". C'est une affaire tentaculaire révélée (entre autres) par Médiapart en 2019, avec de multiples rebondissements depuis, jusqu'à très récemment dans l'actualité.

Tentons de résumer : tout semblerait parti d'un déjeuner à l'Elysée sous la présidence de... Sarkozy, en novembre 2010. Celui ci aurait organisé ledit déjeuner avec, entre autres participants, son bras droit Claude Guéant, Michel Platini responsable de la FIFA, et Tamim ben Hamad Al-Thani, prince héritier et ministre de cette monarchie, qui deviendra émir du Qatar en 2013 à la mort de son père.

Qu'ont bien pu se dire ces individus ce jour là ? C'est ce qu'a aussi dû se demander Sepp Blatter, le président de la FIFA de l'époque

Il avait apparemment un peu les boules le Sepp, de n'avoir pas été invité à cette petite sauterie...il vendra donc la mèche aux enquêteurs en 2015. Mèche qui sera bien sûr allumée par les juges et mettra le feux aux poudres, poudres qui brûlent encore à ce jour. On a ainsi appris il y a moins d'une semaine que, malgré les dénégations des uns et des autres, ce déjeuner avait bien eu lieu et qu'il y a bien eu manigances, pacte de corruption présumé et tutti quanti, en vue d'offrir l'organisation de la coupe du monde au Qatar en échange d'un certain nombre de petites choses.

Dans une vidéo d'utilité publique Mediapart révèle ainsi qu'en dix ans d'enquête, de nouveaux documents entrés en sa possession permettent d'affirmer que l'attribution de la coupe du monde au Qatar en 2010, seulement dix jours après ce fameux déjeuner, a été possible grâce à la voix de Platini qui au départ, était réticent et qui miraculeusement, changera d'avis lors du vote.

Que quelques mois plus tard le Qatar investira des sommes massives dans le groupe Lagardère, homme d'affaires et aussi ami proche de Sarkozy, qui était dans la panade financière. Les enquêteurs s'intéresseront de très près à l'intermédiaire ayant servi à ces investissements, un certain Nasser El Khelaïfi, ancien président de Bein Sports, qui deviendra ministre sans portefeuille au sein du gouvernement Qatari (si si, ça existe) et qui deviendra en 2011 président du ... Paris Saint Germain en rachetant le club à Sébastien Bazin, autre proche de Sarkozy. Il est toujours président du club à ce jour, vous savez on voit la pub pour "Qatar Airways" sur le maillot à chaque fois ? Ca vient de là...

Ledit Bazin embauchera également le fils cadet de Sarkozy, un barbaud inculte qui joue de temps en temps au DJ et au producteur de rap et qui, occasionnellement, va faire la fiesta en...Ukraine (!) ce qui lui vaudra une intoxication alimentaire et un rapatriement sanitaire aux frais de la princesse en 2012, dans un Falcon présidentiel, rapatriement qui aurait coûté la modique somme de 8000 euros. Suite à la révélation de ce mini scandale, celui qui était encore président à talonnettes pour quelques semaines seulement, assurera "avoir payé par chèque sur ses deniers personnels" ladite somme, histoire de ne pas partir sur un scandale de plus...Bazin demandera au gosse de faire la bande sonore des hôtels Accor dont il est le PDG. Ca va, vous suivez jusque là ?

Quand au fils Platini, Laurent de son petit prénom, il se retrouvera lui aussi miraculeusement embauché comme Directeur Général de Burrda Sport, un équipementier sous contrôle Qatari via une filiale basée en Suisse... On retrouvera aussi le même Laurent en 2017, lors de son embauche comme "Directeur France du Business Development" du Groupe...Lagardère. Un vrai prodige ce gosse !

 

Platini la pleureuse

Toujours est-il que ce joli monde nie bien sûr tout en bloc, mais que certains journalistes et autres personnalités qui s'intéressent d'un peu trop près, ou qui critiquent un peu trop ouvertement ce qui ressemble désormais à une gigantesque affaire de corruption voient de curieuses choses leur arriver : des piratages informatiques ciblés de leurs boîtes email ont été constatés. Piratages opérés via un gang de hackers indiens de haut niveau baptisé WhiteInt.

Ce sont des journalistes du Sunday Times qui ont révélé le pot aux roses : " L’origine de ces révélations repose sur un fichier de commandes de victimes ainsi que sur le témoignage d’Aditya Jain, un informaticien indien à la tête de WhiteInt, obtenu par les journalistes sous couverture du Sunday Times. En se faisant passer pour des détectives travaillant pour des entreprises britanniques à la recherche d’un hacker, les journalistes ont fait sa rencontre en début d’année. L’homme leur a expliqué qu’il pouvait pirater l’adresse e-mail d’une cible dans un « délai moyen de 20 à 30 jours » et indiqué qu’il avait « réussi à obtenir des données de messageries électroniques de quelques personnes très en vue » à la demande d’un client financé par le Qatar. Bavard, Aditya Jain leur a indiqué que ce client était Jonas Rey, un détective privé vivant en Suisse." nous dit ainsi un article fort instructif de Libération.

On apprend aussi dans le même article que, parmi les 4 français victimes de ce groupe de hackers, le nom Michel Platini est sorti en 2019. 

Ce dernier, auditionné par le Parquet National Financer dans le cadre d'une enquête préliminaire pour « corruption privée », « association de malfaiteurs », « trafic d'influence et recel de trafic d'influence » sur des soupçons de corruption à la Fédération internationale de football (FIFA), en lien avec l'attribution, s'est ainsi vu espionné par ses anciens commanditaires qui apparemment, voulaient savoir ce qu'il préparait comme défense. Histoire de vérifier qu'il n'avait pas la langue trop bien pendue ?

D'ici à ce qu'il se fasse couler dans un bloc de béton au sein d'un de ces magnifiques nouveaux stades climatisés, et qu'on entende plus jamais parler de lui, il y a un gouffre, certes... mais manifestement Platini aurait les nerfs, et cela agacerait fortement les enturbannés qui veulent pouvoir acheter tous ces chiens d'occidentaux sans avoir à rendre des comtpes à qui que ce soit.

Et pour se calmer, il est allé jusqu'à plaider sa cause devant...Macron en 2018 lors d'une rencontre à l'Elysée où il aurait désespérément demandé de l'aide au fanfaron enfariné, quelques mois avant que celui ci ne se retrouve empêtré dans la révolte des Gilets Jaunes...Un peu plus tard, devant l'inaction de Sa Majesté poudrée, il pètera les plombs au téléphone... malheureusement pour lui les enquêteurs n'en ont pas perdu une miette, son téléphone étant sur écoute : il aurait balancé à Jupiter "Soit on me blanchit complètement, soit je me casse ! Au revoir, et c'est fini." Il contactera aussi Jacques Vendroux, un ami journaliste qui dispose de bons appuis à Paris, et qui s'engagera à essayer d'en parler en privé avec E. Macron, d'après un entretien sur FranceInfo. Le journaliste n'en aura finalement pas la possibilité, mais il en discutera avec le conseiller aux sports du président. Une conversation qu'il rapportera ainsi à Platini : "Je lui ai simplement dit : 'Putain, là, c'est chaud, ce que vous avez fait à Michel : la garde à vue, etc. Il ne le prend pas très bien. Même très mal.' Il m'a dit : 'Oui, je sais.' C'est tout."

C'est vrai ça bordel, si on peut même plus en manger sans risquer la taule, mais où va-t-on ?

Foutu pays des Droits de l'Homme !

I have a dream

Au vu de tous ces élements, et de tant, tant d'autres (il aurait fallu un roman pour tout évoquer), que dire ?

Qu'il faudrait boycotter cette coupe de la honte ?

Que la justice devrait être enfin rendue dans notre pays envers tous ces profiteurs, et ce aussi rapidement qu'elle est rendue sur quelqu'un qui est ne serait-ce que soupçonné d'homosexualité au Qatar ?

Car oui, ce pays extrêmement riche, pays qui est en train d'acheter l'occident est ses dirigeants avec, est aussi et avant tout une monarchie moyenageuse. Nous avons un peu trop tendance à l'oublier : sous les ors et les paillettes de l'évènement, sous les jolis maillots du foot siglés "Fly Emirates", les enturbannés ont une vision absolument rétrograde des autres.

Une vision finalement pas si éloignée de nos dirigeants, qui adorent faire des affaires avec eux.

Car entre semblables, voyez-vous on s'apprécie.

Mieux : on se comprend.

Mais ça, malheureusement nos "démocraties", si promptes à tirer sur le moindre musulman en France, quand bien même celui-ci serait majoritairement intégré à la communauté, oublient très facilement ce genre de détails avec les multimilliardaires du Golfe. Multimilliardaires qui font la pluie et le beau temps un peu partout dans le monde, achetant tout et n'importe quoi à coups de milliards d'argent du pétrole et du gaz.

Et, la première chose pour que cela change, ce serait de refuser de rentrer dans leur petit jeu. De refuser toute cette propagande. Reste-t-il encore un peu d'intégrité chez nos "élites" ?

Je sais, je sais : nous avons encore absolmument besoin de leur pétrole, et de leur gaz dans le cas du Qatar.

Mais alors... peut être que la première chose à faire serait de leur refuser cette appellation : élites.

Si les élites, c'est ça, alors on comprend bien que la fin de notre civilisation est proche.

Et que c'est mérité.

Mais d'un autre côté également, si cette coupe du mondé était un bide -en termes d'audiences, de spectateurs, de ventes, de retombées financières...- le message pourrait, peut-être, enfin passer.

Le peuple n'est pas comme vous : il refuse de profiter du sang des autres. Il refuse votre argent sale. Il refuse vos simagrées télévisuelles, votre propagande éhontée, vos mensonges et manipulations.

Votre corruption.

Il vous refuse, vous et votre monde pourri, que vous ayez un turban ou un costard cravate.

Quelque part, nous sommes tous corrompus : argent contre gaz, argent contre pétrole, argent contre coupe du monde.

Je rêve d'un monde où cela serait enfin terminé.

 

Je sais, j'ai toujours été un doux rêveur.

 



6 réactions


  • sylvain sylvain 21 novembre 18:42

    j’ai l’impression que même si il y avait eu 10 fois plus d’esclaves morts sur ces chantiers, les gens s’en foutraient tout autant . Pas tout le monde bien sur mais la grosse masse, qui bave devant Mbappé débarquant de son jet ou qui mate TPMP a la moindre occas .

    Les mecs peuvent bien pendre du pédé, fouetter de l’esclave, corrompre a tout va, les jeux du cirque auront toujours leurs spectateurs . Je dois dire que l’humanité ne m’a jamais autant dégoutté qu’aujourd’hui


  • sylvain sylvain 21 novembre 18:44

    Si vous voulez vraiment savoir comment s’est passée cette attribution, voir les excellents reportages de blast


  • mursili mursili 22 novembre 06:50

    Élites..

    Couches dirigeantes, cliques oligarchiques, réseaux de pouvoir ?


  • the clone the clone 22 novembre 07:56

    Quand nos politiques vont de pavaner au Qatar ils y vont avec le slip baissé, le cul tendu et la raie bien lubrifiée, il n’y aurait la bas que du désert et des chameliers personne ne saurait ou se trouve ce pays ....


  • the clone the clone 22 novembre 07:58

    Comme le chantait notre Tino Rossi o qatar ina bella tchitchi


  • hamia 24 novembre 09:59

    Le grand avantage du Quatar ce sont ses salaires sans impots : salaire brut = salaire net  ! En occidents on dépouille les salariés avec les impots 40 % en moyenne de retenue et on ose parler de droits de l’homme !


Réagir