lundi 11 mai - par Dover63

Estimations des décès liés au Covid-19 à domicile par le certificat de décès : naïveté ? Poisson d’avril ? Arnaque délibérée ?

Mots clefs : certificat de décès, coronavirus, covid-19, décès à domicile, médecins généralistes, revue de presse/web, santé publique, syndicat MG France.

JPEG

On peut mourir du coronavirus.

On meurt du Covid-19.

Tous les soirs la France fait le décompte des informations collectées, le bilan du SARS-CoV-2[1].

L’information semble être comme les virus, elle vient par vagues…ou pas.

Un petit tour de l’actualité récente[1b] fait qu’on peut être pour le moins dubitatif.

Nous avons eu une première vague de titres dans la presse et sur le web, à une époque où les décès dans les Ehpad peinaient à être connus.

Le 24 mars 2020, on pouvait consulter CheckNews[2]. Une page de fact-checking en accès libre (dans la limite des visites offertes il semblerait)[3][4]. Nous pouvions lire : « […] contrairement à ce que le bilan quotidien pouvait suggérer jusqu’alors, le décompte funèbre livré chaque soir par le directeur général de la Santé ou son ministre de tutelle n’est pas exhaustif, les décès survenus à domicile ou dans les Ehpad n’étant pas comptabilisés. ». Nous apprenions alors : « Vendredi dernier, Jérôme Salomon avait toutefois expliqué que le dispositif de surveillance qui se met en place via les médecins de ville permettrait d’avoir des éléments statistiques sur cette mortalité hors milieu hospitalier. ».

Les choses se mettraient en place.

On pouvait lire également : « Les plus de 1 000 décès enregistrés à ce jour à l’hôpital dans le cadre de l’épidémie de coronavirus « ne représentent qu’une faible part de la mortalité » en France, a indiqué ce mardi 24 mars le directeur général de la Santé. »[5].

On semble pressentir les proportions de l’épidémie.

Le 25 mars 2020, on lisait « Coronavirus : les décès à domicile et dans les Ehpad bientôt comptabilisés »[6].

Les précisions semblent venir incessamment.

On peut également lire : « Les décès à domicile hors des radars »[7]. Les tests de dépistage y compris post-mortem sont discutés. Il semblerait que l’Italie teste déjà les personnes décédées. En France le contingent de patients testés semblerait dérisoire. Dans le même article, on trouve également : « Michel Kawnik, président fondateur de l’Association française d’information funéraire, reçoit chaque jour des appels de proches qui demandent des renseignements sur l'organisation de funérailles en cette période d'épidémie. Il observe que "depuis quatre ou cinq jours, sur une vingtaine d’appels journaliers, il y a deux à trois appels concernant des décès suite à Covid-19, environ 15%, dont les trois quarts se sont produits à domicile". ». La procédure de recensement des décès est remise en question. Mais cela ne la disqualifie pas « aux yeux du responsable presse de l'ARS francilienne, car "quand on a choisi un indicateur, il faut s'y tenir", et celui-ci "permet de voir la dynamique de l'épidémie et de savoir où il faut mettre plus de moyens". » [7].

On parle de personnes décédées et de dynamique. Le choix des mots est toujours délicat. Surtout dans les discours techniques.

C’est aux alentours du 6 avril 2020 qu’apparaissent les funestes chiffres concernant les Ehpad[1].

Les malades hospitalisés qui s’en sortent retournent à leur domicile. Mais on ne semble toujours pas décompter ceux qui y décèdent.

Deuxième vague et non seconde vague.

Le 11 avril 2020, une question interpelle : « Coronavirus : les morts à domicile, autre zone d'ombre du bilan ? »[8]. On lit : « […] les morts à domicile, sans passer par une hospitalisation, ne sont pas mentionnés. Mais les chiffres de l'Insee, publiés ce vendredi, laissent à penser que cela pourrait représenter un nombre non-négligeable de morts. ». Jérôme Salomon aurait précisé : « "On aura un jour la part des décès survenus à l'hôpital, que je donne, ceux survenus en institution et le delta qui correspond aux décès en ville, à domicile" ».

Un jour notre chiffre viendra…

On parle de delta (du Rhône, près de Marseille ? Message subliminal ?). Delta peut-être, mais pour les proches des disparus ce delta n’est certainement pas epsilon. Mais bon il ne s’agit que de chiffres…

Le test post-mortem est de nouveau évoqué : « La méthodologie du décompte des morts est à l'origine de ce bilan sans doute incomplet. En France, contrairement à l'Italie par exemple, le dépistage post-mortem n'est pas systématique. Une personne non testée, morte en Ehpad ou à domicile, ne sera jamais comptabilisée dans les bilans des morts du Covid-19. De fait, le Haut conseil à la santé publique expliquait dans un avis daté du 24 mars ne pas "recommander de réaliser un test de diagnostic d’infection par le SARS-CoV-2 chez les personnes décédées" »[8].

En France on décrète, on décide, on recommande, on parle… Il suffit d’énoncer pour expliquer. Je pense donc tu suis, drôle d’adage. Nous, nous aimerions juste comprendre. Notre réceptivité aux explications serait donc bien réfractaire. Ah, ces gaulois…On se demanderait si les explications seraient toutes avouables.

Le 12 avril 2020, on trouve un article de terrain touchant : « Coronavirus. Les morts à domicile, victimes invisibles du covid-19 »[9]. Les témoignages sont multiples : médecin généraliste, citoyenne, maire, SOS médecins, responsable d’études démographiques à l’INSEE, avis mortuaires de la presse quotidienne régionale, épidémiologiste de Médecins sans frontière… On parle de morts « derrière les portes ». Les points de vue et les ressentis convergent. C’est juste une perception populaire. On raconte l’histoire d’un médecin généraliste qui « glissera ce mot sur le certificat de décès : "suspicion de covid". Sans savoir si cela aura un effet sur les statistiques. ».

Le 14 avril 2020, une déclaration intéressante. Elle indique que tous les « "[…] décès font l’objet d’une surveillance par l’Insee qu’on appelle de la mortalité toute cause (qui) sera disponible en détail demain" » [10].

Nous qui étions en quête de détails et de précisions. L’Insee veille et sous peu nous allions avoir des informations sur la mortalité toute cause. On se demanderait presque ce à quoi l’Insee est occupé au quotidien, la surveillance de la mortalité toute cause ne serait-elle donc pas une tâche régulière de l’Insee ?

Le 21 avril 2020, un médecin généraliste témoigne : « Quand j’appelais le 15 on me disait ‘’quel âge’’ ? Sous-entendu, si trop vieux, qu’il reste chez lui. Les réanimations étaient pleines. »[11]

On se dit que la problématique des décès à domicile va finir par être traitée rigoureusement. Anne ma sœur Anne…

Troisième vague (ou troisième épisode de la saga de Brice de…Marseille ?) …

Le 23 avril 2020 le syndicat de médecins généralistes MG France annonce « 1,8 million de personnes consultant pour Covid en médecine générale depuis le 17 mars, 340 000 durant la semaine du 6 au 12 avril, près de 9 000 décès en ville en rapport avec le virus »[12].

À partir du 26 avril 2020, la presse s’empare du chiffre et l’information diffuse alors[13]. Le chiffre de +9000 peut être discuté. Avec la même étude et les mêmes données, on pourrait tout aussi bien (mieux ?) le réévaluer à +4500[14]. L’exploitation de ce résultat et l’enchaînement de cette annonce avec la publication d’une tribune deux heures plus tard[15] peuvent interroger[14].

Le chiffre de +9000 décès correspond à la date d’arrêt de l’enquête : le 12 avril 2020[16]. À cette date il était décompté 14393 décès dont 9253 à l’hôpital[1][14]. Que ce soit +9000 ou +4500 la correction serait majeure.

Cette information a un grand mérite, elle replace assez vigoureusement le chiffrage des décès à domicile liés au Covid-19 sur l’espace public (on se dit que cela devrait farter…).

Rien ne semble bouger spontanément. Comme souvent en politique, il faut attendre la séance de questions à l’assemblée nationale du mercredi 29 avril 2020. Lors de cette séance, le sujet des décès à domicile a été abordé[17][18]. Il est annoncé que le nombre de décès liés au Covid-19 à domicile sera communiqué « au mois de juin ». Il sera établi sur la base des certificats de décès.

Un coup d’épée dans l’eau ? (clap de fin pour Brice ?)

Pourtant…

Pourtant la grippe saisonnière tue chaque année.

Pourtant le CépiDC (Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès) est un service de l'Inserm dont une des missions est la production des statistiques nationales sur les causes médicales de décès[19][20][21]. Le CépiDc centralise l'ensemble des certificats médicaux des décès survenus sur le territoire.

Pourtant il est possible d’interroger « les données sur les causes de décès de 1980 à 2016 »[22]. En particulier le libellé sur la cause de la grippe :

JPEG

 

Pourtant, de 1980 à 2016, le nombre de certificats de décès portant la mention « grippe » semble varier grosso modo entre 100 et 3000, avec une moyenne annuelle de 930. Il faut bien entendu reconnaître que la population de la France a évolué de 1980 à 2016. On pourrait pondérer ces valeurs brutes. Des rapports sont disponibles[22b].

Pourtant il existe des décrypteurs qui expliquent clairement les faits[23][24] : sur les dernières années on parle de 10000 décès par an imputables à la grippe et les certificats de décès en mentionneraient en moyenne 500 par an.

Pourtant la presse le sait. En 2017 on pouvait lire : « « Bien souvent, les médecins ne savent même pas que le défunt était porteur du virus, ce n’est donc pas inscrit sur le certificat  », explique Pierre-Yves Boëlle, biostatisticien et professeur en épidémiologie à l’université Pierre-et-Marie-Curie (Paris). « Chez les personnes âgées touchées par la grippe, l’essentiel des décès survient avec retard par rapport à l’infection grippale, soit parce que des bactéries profitent de la faiblesse du patient pour le surinfecter, soit à la suite des décompensations liées à un état général précaire. Dans ce cas, la grippe n’est souvent pas mentionnée sur le certificat de décès », renchérit Daniel Lévy-Bruhl, épidémiologiste à Santé Publique France. »[24b]

Pourtant l’Insee affiche : « la grippe tue en moyenne 10 000 personnes en France chaque année »[25].

Pourtant l’institut Pasteur indique chaque année « un excès de mortalité attribuable à la grippe de 10 000 à 15 000 décès »[25b].

Pourtant le ministère de la santé affiche environ 10 000 décès en moyenne par an liés à la grippe[26].

Pourtant suite à la séance de questions à l’assemblée nationale il semblerait que l’ « agence nationale de Santé publique sera chargée de cette estimation, à partir de l’analyse des certificats de décès, qui mentionnent normalement la cause et le lieu de la mort. » [17].

Pourtant le 29 avril 2020, à l’assemblée nationale, Olivier Véran aurait déclaré : « “Non pas parce qu’il y aurait une volonté de cacher quoi que ce soit, (...) mais parce que ça nécessite d’être capable de traiter tous les certificats de décès, électroniques et non électroniques […]“ » [17].

Pourtant sur cette base on déclarerait que la grippe annuelle serait responsable de 500 décès par an en moyenne…

Pourtant le jeudi 29 mars 2020, Jérôme Salomon aurait annoncé : « que la France allait "progressivement basculer" vers "la surveillance syndromique en population", pour un meilleur recensement des cas. »[27]. Ainsi on peut lire : « "Nous allons de plus en plus basculer vers une surveillance adaptée à l'épidémie, c'est-à-dire à une évaluation réelle du nombre de cas d'après nos professionnels de santé". […] Le site data.gouv.fr[28], qui recense les données sur l'évolution de la pandémie, indique par ailleurs que "du fait de la difficulté de l’identification et de la confirmation biologique de l’ensemble des cas de Covid-19, les données présentées sous-estiment le nombre réel de cas." […] Pour pallier ces difficultés, la surveillance épidémiologique a été progressivement révisée : elle n'est plus basée sur le dépistage biologique, mais sur des estimations basées sur les données communiquées chaque semaine par un réseau de professionnels de santé (médecins généralistes, SOS Médecins, hôpitaux publics, Ehpad...) de l'ensemble du territoire. » [27].

Pourtant le site web du ministère de la santé continue d’afficher quotidiennement le nombre de cas confirmés[1].

Pourtant les réseaux Sentinelles et SOS Médecins sont bien impliqués dans les points épidémiologiques hebdomadaires[29].

Pourtant le syndicat de médecins MG France a bien réussi avec une enquête sur une semaine à consulter 2339 médecins de terrain[12][14] et à produire une évaluation de +9000 décès à domicile liés au coronavirus à la date du 12 avril 2020.

Pourtant le réseau sentinelle composé de 1300 médecins généralistes sur le terrain[30] pourrait proposer une évaluation de ce type.

Le citoyen pourrait s’interroger…1300 médecins de terrains : font-ils cette évaluation ? Leur demande-t-on de la faire ? Si cette évaluation est faite la transmettent-ils ? Si ce travail est transmis, pourquoi aucun chiffre n’est-il communiqué clairement ?

Le 8 mai 2020. Une vague ? Une vaguelette ? Une réplique ? Surfons…

On lit « Coronavirus : une mortalité sous-évaluée en France, faute d’avoir tiré les enseignements des crises précédentes »[31].

L’article détaille, entre autres : « [Les] chiffres peu détaillés sont également partiels. "On a les deux tiers des Ehpad, mais il en manque, s'agace le docteur Jean-Paul Zerbib, médecin en Ehpad et président de l'Union nationale des médecins salariés CFE-CGC (UNMS). Je suis pessimiste et je pense que les chiffres manquants concernent les structures avec beaucoup de décès." Jean-Paul Zerbib rappelle "qu'il a fallu se battre" avec les autorités pour obtenir le nombre de morts dans les Ehpad en plus de la mortalité hospitalière, "et on n’a pas fini de compléter." Mais toutes les personnes âgées, particulièrement vulnérables au coronavirus, ne sont pas en Ehpad. Beaucoup sont suivies chez elles. » [31].

Une surmortalité serait constatée par l’Insee. L’article poursuit : « Là encore, il n'est pas possible de connaître dans l'immédiat la cause de ces décès. Mais Jean-Paul Zerbib, de l'UNMS, estime que ces morts sont majoritairement liés au Covid-19. Ils représenteraient "8 000 à 10 000" décès selon des "extrapolations du syndicat". Une estimation proche des 9 000 morts à domicile du Covid avancés par le syndicat de médecins généralistes MG France. Autant de morts qui ne sont pas comptabilisés aujourd’hui dans le calcul officiel. Pour appuyer sa démonstration, le docteur Zerbib rappelle que si les Ehpad hébergent 700 000 personnes âgées, on en compte 500 000 à domicile. » [31].

On peut remarquer que les 8000 à 10000 décès supplémentaires sont évoqués vraisemblablement à la date de l’article (8 mai, 26230 décès en France, 16497 à l’hôpital, 9733 en ESMS[1]). À la date de la clôture de l’enquête de MG France, le 12 avril, les chiffres étaient : 14393 décès, 9253 à l’hôpital et 5140 en ESMS[1][14]. Une règle de trois entre les deux dates semblerait indiquer que le chiffre de +4500 à la date du 12 avril serait peut-être plus plausible[14].

Alors, une évaluation des décès à domicile sur la base des certificats de décès comme annoncée le 29 avril ? On se dit que le poisson d’avril, c’est peut-être comme les vœux de la nouvelle année : on se donne un mois pour les faire.

On meurt de la grippe.

On meurt du coronavirus.

Avec des gestes barrières, des masques[32], des tests[1b] et une prise en charge précoce en médecine de ville[33][34][35] pour soigner (et aussi pour diminuer la charge virale donc la contagiosité ?)[36][37][38], on se dit qu’on aurait pu vivre et qu’on pourrait vivre avec…

… et ensemble.

 

 

Précédentes tribunes sur la thématique du Covid-19 :

 

Covid-19 : et si la France faisait confiance à ses généralistes ?

 

Covid-19 : Azithromycine testé en préventif. Et si en pleine période de pandémie la France faisait du curatif ?

 

Covid-19 : que penser des essais cliniques avec groupe placebo en période d’épidémie ?

 

Covid-19 : masques, azithromycine, généralistes, essais cliniques, vaccin, confinement, chloroquine… Éléments de langage pour un 20 h 02

 

Antibiotiques : azithromycine, macrolides, C3G, doxycycline… Un traitement du Covid-19 par les médecins de ville serait possible ?

 

Enquête d’un syndicat de médecins généralistes : 9000 décès à domicile en rapport avec le Covid-19 … vraiment ?

 

Didier Raoult, collectif « Laissons les médecins prescrire », prise en charge précoce du Covid-19 : vers un scandale de santé publique ?

 

Désinfox coronavirus, fake news, libération du marché de l’info… et pendant ce temps-là les articles sembleraient disparaître du web ?

 

Chèque-Niouze : le docteur Robinson Crusoé prescrit (hors AMM) du jambon et du fromage aux intermittents du spectacle en cas de Covid-19 ?

 

L’azithromycine aurait un rôle capital dans le traitement précoce du Covid-19 : les médecins n’oseraient plus divulguer leurs résultats ?

 

JPEG

 

[1] https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/articles/infection-au-nouveau-coronavirus-sars-cov-2-covid-19-france-et-monde#block-242818

[1b] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/cheque-niouze-le-docteur-robinson-224170

[2] https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/24/pourquoi-les-autorites-ne-comptent-pas-les-deces-survenus-en-ephad-dans-le-bilan-des-victimes-du-cov_1782653

[3] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/desinfox-coronavirus-fake-news-223962

[4] https://www.liberation.fr/debats/2020/05/03/desinfox-coronavirus-l-etat-n-est-pas-l-arbitre-de-l-information_1787221

[5] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-les-deces-l-hopital-ne-sont-qu-une-faible-part-de-la-mortalite-6790764

[6] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-les-deces-a-domicile-et-dans-les-ehpad-bientot-comptabilises_3884113.html

[7] https://www.franceinter.fr/societe/nombre-de-morts-du-coronavirus-en-france-enquete-sur-un-impossible-recensement

[8] https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20200324_cosacoprenchducodunpaco.pdf

[9] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-les-morts-domicile-victimes-invisibles-du-covid-19-6806399

[10] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-15-729-deces-en-france-plus-lourd-bilan-en-24-heures-6808336

[11] https://infodujour.fr/sante/33596-covid-19-et-si-tout-le-monde-setait-trompe

[12] https://www.mgfrance.org/actualites/2541-enquete-covid-2e-volet

[13] https://www.lejdd.fr/Societe/environ-9000deces-adomicile-selon-mg-france-la-france-est-lun-des-pays-les-plus-touches-3964395

[14] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/enquete-d-un-syndicat-de-medecins-223852

[15] https://www.lejdd.fr/Societe/tribune-comment-les-professionnels-de-sante-liberaux-preparent-le-deconfinement-3964476

[16] https://www.mgfrance.org/publication/communiquepresse/2544-la-deuxieme-enquete-de-mg-france-confirme-la-place-des-soignants-de-ville-dans-la-lutte-contre-l-epidemie

[17] https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-veritable-bilan-des-morts-du-coronavirus-en-france-ne-sera-connu-quen-juin_fr_5ea9675dc5b6106b8ed03703?utm_hp_ref=fr-homepage

[18] http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2019-2020/20200199.asp#P2077062

[19] http://www.certdc.inserm.fr/public_view.php?ihm=102

[20] http://www.certdc.inserm.fr/public_view.php?ihm=107

[21] https://www.cepidc.inserm.fr/

[22] http://cepidc-data.inserm.fr/inserm/html/index2.htm

[22b] https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/esp2017_5_principales_causes_de_deces_et_de_morbidite.pdf

[23] https://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/les-chiffres-de-la-mortalite-du-85661

[24] https://www.youtube.com/watch?v=KZXHbDqm1w8&feature=emb_logo

[24b] https://sante.lefigaro.fr/article/la-surmortalite-cet-hiver-plus-importante-lors-de-la-derniere-grande-epidemie-de-grippe/

[25] https://blog.insee.fr/mourir-de-la-grippe-ou-du-coronavirus-faire-parler-les-chiffres-de-deces-publies-par-linsee-avec-discernement/

[25b] https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/grippe?fbclid=IwAR199SSMmposJgMB238GtktizqqAWa5dXYgSBnEU8_u1Is4ww7PKjfeQ-eQ

[26] https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/grippe/articles/la-grippe-une-epidemie-saisonniere

[27] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-en-quoi-consiste-la-nouvelle-methode-de-comptage-du-nombre-de-cas_3890249.html

[28] https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/evolution-de-la-pandemie-de-covid-19-en-corse/

[29] https://www.santepubliquefrance.fr/recherche/#search=COVID%2019%20%20%20point%20epidemiologique&publications=donn%C3%A9es&reg ;ions=National&sort=date

[30] https://www.sentiweb.fr/france/fr/?page=presentation

[31] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-une-mortalite-sous-evaluee-en-france-faute-davoir-tire-les-enseignements-des-crises-precedentes_3953549.html

[32] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/covid-19-masques-azithromycine-223575

[33] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/antibiotiques-azithromycine-223696

[34] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/didier-raoult-collectif-laissons-223946

[35] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-azithromycine-aurait-un-role-224216

[36] https://www.mediterranee-infection.com/actualite-du-traitement/

[37] https://stopcovid19.today/

[38] https://stopcovid19.today/wp-content/uploads/2020/04/COVID_19_RAPPORT_ETUDE_RETROSPECTIVE_CLINIQUE_ET_THERAPEUTIQUE_200430.pdf



42 réactions


  • Jean Guillot le retour Pollux et Margote 11 mai 14:21

    Bonjour

    Si on regarde les chiffres de L’Insee dans mon département il y a moins de mort en avril 2018 qu’en avril 2020 et en 2019 c’est kif-kif


    • Et hop ! Et hop ! 11 mai 22:14

      @Pollux et Margote

      Le 24 avril Salomon a déclaré dans sa conférence de presse que l’épidémie de covid19 était comparable à celles de peste noire en 1347 et de grippe espagnole en 1918.


    • babelouest babelouest 12 mai 04:24

      @Et hop !
      C’est simple, plutôt que d’écouter ce monsieur dont on ne sait pas si les chiffres qu’il donne sont justes, attendons la fin du semestre, et comparons avec les premiers semestres des cinq dernières années. C’est imparable, parce que quel que soit le lieu, les décès sont comptabilisés même si on se trompe de cause.
      .
      Fins, les baratins !


    • devphil30 devphil30 12 mai 09:01

      @Et hop !

      Il a même les chiffres de 1347 ....
      Il est vraiment trop fort le Salomon , un visionnaire , un prédicateur , un menteur ... ?


    • Super Cochon 12 mai 16:46

      Les chiffres sont FAUX ! ....... Les statistiques sont manipulées par les Gouvernements , au Canada , ils ont été obligés de baisser le chiffres du nombre de morts par Covid .
      .
      .

      https://www.youtube.com/watch?v=DH7Ot3DrmX4


    • Super Cochon 12 mai 16:47

      @devphil30
      .
      « le Salomon , un visionnaire , un prédicateur , un menteur ... ? »
      .
      .
      Non , un pharisien !


    • doctorix doctorix 13 mai 11:54

      L’auteur pense que les chiffres sont sous-évalués : je pense exactement le contraire.

      650.000 morts pour une grippe saisonnière, et ici on peine à atteindre les 300.000 (287137 le 12/5). Même pas la moitié...
      Et encore, il faut voir par quels moyens !
      Une bonne ressource sont les ehpads, qui regroupent 0,9% de la population française.
      Mais qui compteraient pour 40% dans la mortalité par coronavirus, nous dit-on.
      Qui va croire qu’on meurt 45 fois plus (je dis bien quarante-cinq) dans les ehpads qu’à l’extérieur des ehpads ?
      Parce que faut pas croire, il y a aussi des vieux et des fragiles, à l’extérieur.
      Comme il meurt 400 vieux dans les ehpads tous les jours en année ordinaire, il suffisait d’en attribuer la moitié au cornonavirus, sans test et sans diagnostic, bien sûr.
      La moitié de ces 400, ça fait 12.000 sur deux mois, ce qui permet de dépasser le chiffre habituel de 18.000 morts annuels par grippe saisonnière.
      Et le tour est joué. Mais en fait, ça reste une grippette, comme en 2009, pour ceux qui ont un peu de mémoire.
      Le reste, c’est de l’emballement (ou de l’emballage ?) médiatique.
      Pour les motivations de l’arnaque, tout le monde les connait bien maintenant : d’abord test de dictature universelle (N.O.M.), puis vaccin mondial, puis puçage généralisé.


    • Legestr glaz Legestr glaz 13 mai 12:09

      @doctorix

      Tout à fait d’accord avec ce principe de calcul.

      La grande « tricherie » prendra fin lorsque l’on fera le bilan annuel de la mortalité. Si à la fin de l’année la mortalité générale n’a pas augmenté, cela voudra dire que les décès par covid19 sont « invisibes » et que des morts, venant d’une autre catégorie de pathologies ont été « basculés » vers le covid19. 

      Par ailleurs, au plan des chiffres, il est toujours « facile » de tromper le Peuple en faisant référence à des périodes favorables, en ce qui concerne les taux de décès, ou à des périodes courtes soigneusement sélectionnées. Cette technique de « présentation favorable » des chiffres est archi-connue de ceux qui sont amenés à faire des présentations chiffrées. Il faut les rendre « favorables » et c’est possible même « sans tricher », c’est à dire sans les modifier. 

      C’’est une escroquerie intellectuelle de comparer le nombre de morts du premier mars 2020 au 30 avril 2020 avec la même période de l’année 2019 ou 2018. Parce que les épidémies hivernales ne débutent pas à la même époque, à la même date, ne sont pas aussi létales les unes que les autres. Il y a des années au cours desquelles les décès grippaux sont plus nombreux en décembre-janvier ou janvier-février qu’en mars-avril. 

      Nous assistons à une pandémie de mensonges, en ce qui concerne le covid19, rien d’autre. 


    • doctorix doctorix 13 mai 18:43

      @Legestr glaz
      Je crois que c’est tout à fait ça.
      Le NOM avait besoin de chiffres alarmistes pour imposer son puçage, et il a profité ou provoqué une circonstance favorable à instaurer le peur et l’adhésion à son projet final de vaccination mondiale (troisième action d’envergure après le11/9 et le réchauffement anthropique : une tous les dix ans environ).
      Je ne sais si notre gouvernement était complice ou seulement stupide, mais l’appartenance de macron aux young leaders évoque plutôt sa complicité.
      Je pense que c’est un démon à visage d’ange.
      Quoiqu’il en soit, si la mortalité finale de cette année 2020 dépasse les normes habituelles, je veux bien manger mon chapeau (actuellement, le chiffre officiel est de 10000 morts de plus qu’une grippe habituelle : au pire, cela représenterait en fin d’année 1,5% de majoration sur 600.000, mais je crois qu’ils ne seront même pas atteints).
      Il me semble que l’action des réseaux sociaux pourrait cependant déjouer ce plan diabolique.


    • bouderont fele bouderont fele 15 mai 13:04

      @Et hop !
      Ce MONSIEUR braie comme un âne, et il n’est pas le seul dans ce gouvernement. L’épidémie de peste du XIV siècle a fait 25 millions de morts en EUROPE, qui comptait à l’époque entre 50 à 75 millions d’habitants.

      Quant à la grippe dite « espagnole », en 1918-1919, elle a fait 25 millions de morts, réévalués depuis à 100 millions de morts sur TOUTE LA PLANETE.

      Politicards et journaleux, merci de parler de ce dont vous êtes sûrs. Sinon, fermez vos gu..les !

      Cette grippe n’a d’espagnole que l’adjectif, car ce sont les soldates états-uniens qui l’ont apportée avec eux en débarquant en France en 1918


  • njama njama 11 mai 15:00

    La moyenne des décès notifiés « grippe » sur actes de décès a été de 603 par an entre l’année 2000 et 2016. Dans ces chiffres on peine à trouver une pandémie H1N1 cru 2009 ! à se demander si elle n’a existé que dans l’imagination des épidémiologistes (?)

    Données du Cepidc_Inserm (Centre d’épidémiologie sur les causes médicales des décès) France entière Années : 2016 / 2015 / 2014 / 2013 / 2012 / 2011 / 2010 / 2009 / 2008 / 2007 / 2006 / 2005 / 2004 / 2003 / 2002 / 2001 / 2000

    Décès toutes causes confondues : 591357 / 591163 / 556467 / 567078 / 568902 / 544885 / 549962 / 545852 / 541118 / 528885 / 524802 / 536233 / 517433 / 560497 / 543191 / 538759 / 538374 /

    Total Maladies de l’appareil respiratoire :
    41289 / 42710 / 35413 / 37626 / 38640 / 34555 / 32534 / 34445 / 33193 / 32547 / 31066 / 35571 / 30717 / 36447 / 34169 / 32524 / 36087 /

    Grippe  : 960 / 1915 / 341 / 715 / 777 / 337 / 140 / 532 / 205 / 248 / 127 / 1009 / 159 / 475 / 555 / 173 / 1588 /

    Pneumonie : 13295 / 13365 / 11058 / 12056 / 12293 / 10636 / 10563 / 11368 / 10788 / 10498 / 9824 / 11332 / 9658 / 12074 / 11294 / 10688 / 11493 /

    Asthme : 924 / 888 / 851 / 883 / 920 / 863 / 963 / 1013 / 944 / 1053 / 1038 / 1186 / 1150 / 1398 / 1419 / 1498 / 1636 /

    Autres maladies chroniques des voies inférieures : 10406 / 10741 / 9008 / 9657 / 9291 / 8621 / 8210 / 8169 / 8330 / 8119 / 7756 / 8500 / 7553 / 8398 / 7608 / 7326 / 7970 /

    Autres maladies de l’appareil respiratoire : 15704 / 15801 / 14155 / 14135 / 15359 / 14098 / 12658 / 13363 / 12926 / 12629 / 12321 / 13544 / 12197 / 14102 / 13293 / 12839 / 13400 /

    (Inserm Cépidc > (dans Menu) Causes médicales décès > Interroger les données de mortalité > dans la Page cliquez sur consultez les principaux indicateurs produits à partir de la base de données des causes médicales de décès.)

    (les dernières données disponibles sont celles de 2016). Sur ces dernières années on constate une augmentation assez significative des décès par maladies respiratoires à pondérer toutefois puisque la mortalité toutes causes confondues à augmenter (génération baby boomers ?)


    • Analis 13 mai 19:01

      Ce qu’il faut retenir des constatations données par l’auteur de l’article croisées avec ces données, c’est que les statistiques annuelles du ministère de la Santé, pour conclure à une dizaine de milliers de morts de la grippe en moyenne chaque année, ne peuvent pas être basées principalement sur les certificats de décès, effectivement tant incomplets qu’imprécis ; mais bel et bien sur la comparaison entre l’excès de morts au plus fort des épidémies saisonnières. Si on prend les années 2015 et 2016, qui auraient été plus meurtrières que la moyenne, elles montrent en effet non seulement une augmentation des cas de décès estampillés grippe, mais aussi des morts par pneumonie et autres maladies chroniques des voies inférieures. Le tout groupé sous le nom de « grippe » désignerait donc là tous les décès des maladies respiratoires saisonnières, incluant rhumes et autres états para-viraux, à base de rhinovirus et adénovirus, les pneumonies résultant de surinfections bactériennes étant la cause principale des morts.


      S’agissant de la sous-estimation du nombre de décès du Covid-19 en raison de la non-prise en compte des morts à domicile, il est probable que le gouvernement n’est pas très pressé de donner des chiffres, approximatifs ou non. Il ne faut pas oublier que certaines victimes pourraient être indirectes, c’est à dire qu’elles seraient le résultat d’un manque de prise en soin de malades chroniques, en raison du débordement de certains hôpitaux. Mais quoi qu’il en soit, quelques exemples pris à l’étranger montre qu’elle peut effectivement être dans certains cas très grande.

      Voici à titre d’exemple des données tirées de New-York :

      https://lesakerfrancophone.fr/les-etats-unis-vont-cacher-leur-propre-mortalite-due-aux-coronavirus


        [......]

        Les rangées de tombes « visibles depuis l’espace » arrivent maintenant aux États-Unis mêmes. Le président du conseil municipal de New York a annoncé avec tristesse que les victimes de l’épidémie seront bientôt enterrées temporairement dans des parcs publics :

        Mark D. Levine @MarkLevineNYC - 1:33 UTC - 6
        avril 2020

        Les familles en deuil disent avoir appelé jusqu’à
        une demi-douzaine de pompes funèbres et n’en
        avoir trouvé aucune qui puisse s’occuper de leurs
        proches décédés.

        Les cimetières ne sont pas en mesure de traiter le
        nombre de demandes d’enterrement et refusent la
        plupart d’entre elles. 4/

        Il n’y a pas que les décès dans les hôpitaux qui sont
        en hausse.
        En moyenne, avant cette crise, il y
        avait 20 à 25 décès à domicile par jour à New
        York. Aujourd’hui, au milieu de cette pandémie,
        ce nombre est de 200 à 215. *Chaque jour*.
        5/

        Au début de cette crise, nous pouvions prélever
        des échantillons sur les personnes décédées
        chez elles, et ainsi obtenir un test de coronavirus.
        Mais cette époque est révolue depuis longtemps.
        Nous n’avons tout simplement pas la capacité de
        tester le grand nombre de personnes qui meurent
        chez elles. 6/

        […...]


      Si certains parlaient d’un taux de décès 2 à 2,5 fois fois supérieur à la normale à New-York, alors que le nombre de morts à domicile l’est en fait entre 9 à 10 fois, combien cela fait-il de morts du Covid-19 ? Il serait de 3 à 4 fois supérieur dans cette ville à celui qui était recensé début avril. On peut se demander si les USA n’avaient pas déjà largement dépassé les 100 000 morts il y a deux semaines.

















  • njama njama 11 mai 15:09

    Les chiffres français sous-évalués ? vraiment ? la France aurait été encore plus nulle que nulle ?

    Pays : décès attribués Covid – (population) > décès par million d’hab.

    Espagne : 26070 (47 M) > 554
    Italie : 29958 (population : 60 M) > 499
    France : 25990 (67 M) > 382
    Suisse : 1810 (8,5 M) > 213
    Allemagne : 7392 (83 M) > 89
    Autriche : 609 (8,6 M) > 71
    https://fr.statista.com/statistiques/1101324/morts-coronavirus-monde/

    Taux de lits en soins intensifs (source OCDE)
    L’Allemagne a conservé 6 lits de soins intensifs pour mille habitants, contre 3,5 en Suisse... et le France encore moins !
    http://jdmichel.blog.tdg.ch/media/01/00/337694503.png

    ou dans l’article : http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html


  • njama njama 11 mai 15:36

    Les chiffres d’une « sur-mortalité » (idée en vogue chez les épidémiologistes) peuvent être un trompe-l’œil parce qu’elle n’est souvent qu’une mortalité proportionnelle aux variations démographiques bien plus qu’à des causes épidémiologiques.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_la_France#Donn%C3%A9es_d%C3%A9mographiques_1900-2015


    • Cyril22 11 mai 19:02

      @njama
      On sait faire la correction des évolutions démographiques, qui sont très lentes, donc la surmortalité entre mi mars et fin avril par rapport à la moyenne des 5 précédentes années sera significative du covid (en fait, il y a surmortalité au niveau national entre le 9 mars et le 23 avril) cette surmortalité est de l’ordre de 20 à 25 000, donc il n’y a pas eu sous estimation dans les chiffres communiqués.

      Bien sur il y a d’autres facteurs à prendre en compte pour une « correction fine », par exemple l’effet de la baisse des accidents routiers lié au confinement, mais comme il y a aussi des effets inverses comme des pathologies mal soignées pendant le confinement, cela risque de se compenser.


    • njama njama 11 mai 23:37

      @Cyril22
      *J’etends bien mais basé une (supposée) « surmortaité » sur la base d’un pic épidémique me paraît statistiquement très malhonnête 


    • chantecler chantecler 12 mai 06:50

      @njama
      Ce qui est idiot , pardonnez moi , c’est persévérer à fournir des données chiffrées alors que nous n’avons toujours pas , disons début mai ,( nous sommes le 12) les nombres définitifs de décès globaux et que nous n’aurons probablement jamais celui imputé au Covid 19 , faute de dépistage et de médecins de terrain actifs.
      ...
      Même dans les ephad , j’ai lu que les médecins « coordonnateurs » ne se déplaçaient plus pour enregistrer les décès : raisons = risque de contagion (merci pour le personnel sur place exposé) mais aussi refus d’imputer cette mortalité à des défauts de structures ,de moyens , de prise en charge des malades contaminés .
      ....
      Et plus généralement l’état fera tout pour minimiser sa responsabilité dans cette crise sanitaire .
      ...
      On préférera noyer ces morts scandaleux dans une mortalité générale , ce qui permettra effectivement de les masquer par une chute des accidents mortels de la route par exemple .
      ...
      Ou d’affirmer que les décès concernant les personnes à risque ( les pathologies chroniques ) ont augmenté parce que l’activité médicale basique a été réduite et que les patients n’ont plus fait appel aux généralistes ( par ex pour renouveler les ordonnances ).
      ...
      Et encore plus généralement avant de comparer d’un pays à l’autre les résultats des prises en charge il faudrait avoir confiance dans les chiffres fournis par les autorités ...
      En plus du fait que chaque pays n’a pas été impacté en même temps et dans les mêmes proportions .
      De même que la densité de population n’est que peu mise en compte alors que plus elle est concentrée plus le risque de contagion est élevé .


    • Cyril22 12 mai 10:04

      @njama
      Dès lors que les chiffres officiellement communiqués sur l’épidémie (décès en hôpital et EHPAD) couvrent la période Mars et Avril, c’est la surmortalité sur la même période qui est à considérer. Or on voit que les chiffres sont de même ampleur, donc contrairement à certaines craintes, il n’y a pas un grand nombre de décès supplémentaires à domicile qui auraient pu faire exploser le chiffre. On peut notamment supposer que certains décès de personnes très vulnérables se seraient produits dans la même période pour une autre cause, ce qui équilibrerait certains oublis de comptage.

      Au passage, on peut noter que certains pays comme la Belgique « surcomptent » en testant plusieurs fois, alors que d’autres attribuent plutôt les décès aux co-morbidités, ce qui pourrait être le cas de l’Allemagne. Donc il serait intéressant d’avoir la comparaison des surmortalités dans les différents pays pour la période épidémique (si on déborde trop de la période, d’autres facteurs vont intervenir). 
      Bien sûr, s’il y a rebond de la maladie, il faudra « élargir » le focus de la période de comptage complet.


  • armand 11 mai 17:38

    Oui mais ce document n’est pas accessible au public, le certificat de décès transmis aux familles ne comporte pas la cause du décès, celui destiné aux assurances ne comporte que deux cas : cause naturelle ou cause accidentelle ( cela change le montant de la prime)


  • titi 11 mai 18:15

    @L’auteur

    Bah c’est pas nouveau.

    Je le répète à longueur d’intervention.

    Et ce que je dis aussi c’est que dans 75% du monde il n’y a ni EPHAD(*), ni certificats de décès : on ne saura jamais combien il y a eu de morts du Covid.

    Comparer la situation Française à celle du Maroc il n’y a qu’un natif de Tanger pour le faire.

    Par contre on peut comparer la situation Française et son « meilleur-système-de-santé-que-tout-le-monde-nous-envie » avec la situation Allemande avec un système de santé largement privatisé.

    (*) petite remarque aussi, c’est que normalement le médecin qui signe le certificat de décès est sensé faire un mini diagnostic, donc se déplacer... Ce que déjà ils font rarement hors confinement dans les EPHAD, où tout se passe au téléphone « entre professionnels de la profession », et là encore moins.


  • sls0 sls0 11 mai 19:15

    Au début d’une épidémie on fait des modélisations. Si on a un R0 correct roule ma poule.

    Pendant l’épidémie on regarde si le réel colle au modèle. Le nombre de cas suivant les pays sont en fonction du dépistage peut être sous-estimé d’un facteur 4 à 30, ça a monté à presque 100 au début aux USA, c’est beaucoup d’états avec des méthodes différentes, ça se comprend un peu. Je m’en fous, j’arrive à sortir le R0 le seul élément important dans une épidémie.

    Pour les morts dans les hôpitaux c’est informatique, ça remonte dans la journée, c’est exploitable statistiquement. La loi sur la déclaration des décès par les HEPAD et les médecins c’est qu’il ont 10 jours pour envoyer les certificats de décès par la poste. C’est inexploitable statistiquement pour l’épidémie, on regardera à tête reposée l’année prochaine. Pendant une épidémie les chiffres sont habituellement à coté de la plaque, il faut un an au niveau mondial pour que les chiffres corrects sortent. Les chinois les ont sorti tôt ils se sont fait rentrer dedans sérieux.

    Il faut être très réactif sur une épidémie, la France n’a franchement pas été un exemple, le nombre de morts n’influence pas l’évolution d’une épidémie ce n’est pas un paramètre épidémique important à l’instant T.

    Il y a combien de pays où l’on peut avoir le nombre complet des morts ? 5, 10 ou 15 ? La France aurait sorti ses chiffres exacts en 2021 comme la plupart des pays ça ne m’aurait pas choqué. Pour tout dire j’ai même été étonné quand j’ai vu l’INSEE sortir les chiffres ce qui m’a permis d’estimer le taux d’erreur. Nos dirigeants n’ont pas dû apprécier. 

    Ca ne change rien au R0, je m’en fout un peu. Je n’ai pas une mentalité de gosse gâté, tout et tout de suite surtout si c’est pas utile pour l’instant c’est pas le style de la maison.

    Le nombre de morts exact a permis à ma modélisation SEIR de me dire qu’en France 4 à 6% des francais sont ou ont été infectés. Oui c’est loin des chiffres officiels, je fait plus confiance au modèle.

    Ici pas de confinement, en ce moment il y a un vendeur des rues qui me casse les oreilles avec 4 melons et 4 ananas pour 3€. Ce n’est pas de la merde de supermarché, ce matin ils ont été cueilli mûrs.


  • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 11 mai 19:31

    @Dover63

    Bel article extrêmement bien sourcé.

    Merci.


  • Taverne Taverne 11 mai 20:02

    Le « mourir chacun chez soi » a achevé de tuer le « vivre ensemble ».


  • tobor tobor 12 mai 02:33

    Finalement, cette « maladie » qui règne actuellement, dont les symptômes semblent varier de la toux à la fièvre en passant par la suffocation, la chiasse ou une migraine ou des plaques sur la peau ou étourdissement ou, ou, ou... N’est-ce pas tout bêtement la « grippe saisonnière » toute aussi mystérieuse en fait, différente chaque année etc.

    Si on en croit toute une branche, certes ténue, de la recherche et de la médecine ( https://bistrobarblog.blogspot.com/2020/04/a-lire-antoine-bechamp-et-les-microzymas.html ) qu’on peut résumer par : "Ce ne sont pas les mouches et les asticots qui font les ordures, mais les ordures qui font les mouches et les asticots…«  le »virus" est une mystification. L’empoisonnement chimique, pharmaceutique et radioélectrique nous amène pour nous détoxifier à produire ces virus, objets jamais réellement isolés et observés en tant que specimen. La plastique qu’on leur connaît est essentiellement une chimère et le rôle qu’on leur attribue est un leurre. De façon saisonnière, nos organismes ont besoin de se nettoyer ce qui nous affecte proportionnellement à ce qu’il y a à évacuer et qu’on évacue dans des virus, non-contagieux car non-vivants.

    Une vieille personne qui prend 3 fois par jour une dizaine de cachets prescrits par la médecine allopathique pour tous ses maux petits et grands et se vaccine contre la grippe est effectivement bien une personne à risque vu sous cet angle...


  • goc goc 12 mai 03:23

    Merci à l’auteur pour cet article parfaitement documenté. Toutefois, concernant « les morts à domicile » permettez-moi une hypothèse expliquant ce silence quantitatif, et allant à l’encontre de votre analyse.

    Se pourrait-il que ce silence apparemment volontaire, soit destiné à cacher un scandale bien connu, mais qui en cette période d’incompétence gouvernementale, aggrave encore plus les choses et nous rappelle les dégâts causés par nos dirigeants depuis 10 ans, dans notre système de santé.

    Bref , je pense que le nombre de mort à domicile

    est bien plus faible qu’annoncé, et si l’État cache ce nombre (et le trafique), c’est pour éviter qu’on comprenne à quel point les maladies nosocomiales font des dégâts dans les hôpitaux. c’est à dire que les hôpitaux ont fait plus de morts du coronavirus qu’ailleurs, par l’aggravation suite aux infections internes, de l’état des malades admis.

    Pour cela, je me base d’une part, sur le fait que le personnel soignant a été, dès le début sous-équipé, et surtout sous-protégé, et d’autre part, sur une étude du professeur Ionnidis détaillée dans un interview sur le site du Saker Francais 


    • doctorix doctorix 13 mai 20:01

      @goc
      Loannidi (saker) est très intéressant, il invite à une réflexion approfondie.
      (On peut gagner 24 minutes avec l’outil accélérateur).
      Il insiste sur la nosocomialité originelle, qui a contaminé d’abord les soignants à l’hopital.
      Il dit qu’en dessous de 65 ans, il n’y a pas plus de risque de mourir du covid 19 que dans un accident de trajet en allant au travail.
      Il dit qu’à ces âges, le risque de mourir si on est infecté est de 0,3% (1/333).
      Il dit que c’est en fait tout à fait comparable à une grippe saisonnière.
      Très intéressant, il dit qu’une absence d’anticorps ne signifie pas qu’on n’a pas su se protéger, et qu’un taux d’anticorps significatif ne signifie pas une protection (ce que ceux qui étudient les vaccins de près savent très bien : en fait, l’immunité cellulaire est dix fois supérieure à l’humorale)
      Curieusement, il se dit vaccinophile, mais nous dit que les vaccins peuvent aussi bien être inutiles ou mortels : ce sont les paradoxes des vaccinolâtres, qui s’accrochent à leur obsession comme la moule au rocher...
      Il dit qu’en Italie, il y a eu beaucoup de morts parce que la grippe, qui tue habituellement les fragiles en début de saison, avait été clémente : ces fragiles sont morts en même temps à la première attaque du coronavirus. D’où cet effet de masse.
      Il envisage la possibilité que laisser le virus se propager parmi les populations jeunes en protégeant les anciens aurait pu accélérer la diffusion du virus et l’obtention d’une immunité de groupe beaucoup plus rapidement.
      (Ce sui est l’avis des suédois, et le mien : affronter le danger vaut mieux que le fuir, car la fuite est sans fin).
      Il suggère que le confinement dans des appartements petits a pu favoriser la transmission des jeunes ,porteurs mais non vulnérables à la maladie, aux vieux fragiles, avec un effet inverse de l’effet espéré.
      C’est encore mon avis:le confinement non sélectif a été catastrophique.
      Il analyse le cas de la Suède et conclue : « il ne faut pas blâmer les suédois pour leur choix ((écoles, restaurants et bars ouverts, rassemblement de moins de 50 personnes autorisés), peut-être même faudrait-il les féliciter !!! »
      En tous cas, moi, je les félicite.
      Il dit enfin que la mortalité n’est pas supérieure à celle dela grippe saisonnière, et qu’il est grand temps de tout réouvrir, car les décès épargnés d’un côte se payent par d’autres (suicides par chomage et retard pris sur les opérations courantes).
      C’est rien que du bon sens à la Raoult.


  • nono le simplet nono le simplet 12 mai 06:08

    beaucoup de questions dans cet article ... pour lesquelles on n’a pas de réponse ... pas encore ? ... pour les EHPAD il a fallu attendre les 3 et 4 avril pour avoir une première comptabilisation des décès ... pour les domiciles on parle de juin, fin juin ou début juin ? 4 mois pour avoir un bilan ... c’est proprement hallucinant qu’en 2020 les certificats de décès soient expédiées en partie par la poste et traités avec des mois de retard ... les chiffres de l’INSEE connus au 20 avril à ce jour et datent du 4 mai ... les prochains le 15 mai ... un mois de délai ... comment être réactif avec des délais aussi longs ...

    pour les tests on nous parle de 700 000 tests par semaine ... selon worldometer 1 384 000 ont été pratiqués à ce jour en 3 mois et la France est toujours dans les profondeurs du classement en tests par million d’habitants ...

    pour les masques, dans mon bled de 6000 h, j’ai eu un masque en tissu avec bandelettes pour faire un nœud ... vachement pratique de faire un nœud derrière la tête ...

    on n’est pas sorti des ronces ...


    • leypanou 12 mai 08:01

      @nono le simplet
      pour faire un nœud ... vachement pratique de faire un nœud derrière la tête ... 

       : jamais mis de hakama ? smiley


    • nono le simplet nono le simplet 12 mai 09:19

      @leypanou
      non, ni de bretelles, ni de mouchoir avec 4 nœuds sur la tête ...
      enfin bon, vu les rassemblements hier le long du canal St Martin, sans masque bien sûr ... et un peu partout ailleurs j’imagine ... youpi ! c’est fini ! smiley


    • Abou Antoun Abou Antoun 14 mai 15:24

      @nono le simplet
      pour les masques, dans mon bled de 6000 h, j’ai eu un masque en tissu avec bandelettes pour faire un nœud ... vachement pratique de faire un nœud derrière la tête ...
      Ça dépend ya des têtes de n... qui ont plus de facilités pour ça.


  • zygzornifle zygzornifle 12 mai 08:36

    Faut multiplier les chiffres par 3,14116


    • Cyril22 12 mai 10:08

      @zygzornifle
      Indépendamment de l’actuelle épidémie, si on regarde les statistiques générales de causes de décès, on s’aperçoit effectivement qu’il y aurait plusieurs fois le nombre de morts total. Un fumeur alcoolique cardiaque et diabétique serait mort quatre fois, et même cinq fois s’il était mort suite à un accident de la route.


    • Abou Antoun Abou Antoun 14 mai 15:21

      @zygzornifle
      Faut multiplier les chiffres par 3,14116
      Ou par 3,14159265, c’est ben pis !


  • Où sont passés les 9 000 morts suspectés de désertion devant la statistique. Ne me dites pas qu’ils sont corses, je ne vous croirait pas pour 99%M

    12/05/2020 - https://wp.me/p4Im0Q-3HO

    • Nous ne sommes pas ego dans le vie et vous voudriez que nous le fusions dans la mort covidée…. Nous ne sommes pas à la même enseigne selon que l’on soit danois, netherlandais ou franchouillard. Certains meurent mieux que d’autres. Ceux de la mer du nord ne le perdent pas et ne se perdent pas en confi-âges obsolètes ( dans le désordre : Sweden, Netherlands, France.

  • Abou Antoun Abou Antoun 14 mai 09:12

    Article sérieux intéressant et formidablement documenté, tout comme les précédents.

    Soit vous avez des sources spéciales et ’autorisées’ soit vous êtes un très gros bosseur. Il faut du temps pour rédiger un tel article.

    Merci pour le partage.


  • Alcyon 14 mai 14:16

    https://www.nytimes.com/interactive/2020/04/21/world/coronavirus-missing-deaths.html?fbclid=IwAR0GiX2Q_kvn8o_di4Vd7a6wvVf1TKgNIQOQelwk-KAfa4JJCKd56Dlujow

    On utilise ce genre de données. Ca répond à la majorité de l’article. Qui ne fait que dire « hon sé po donk say dé mensonje »

    Pour la comparaison avec la grippe, il faut être un attardé pour continuer à le faire. Sérieusement, la surmortalité en France sur les 40 jours est évaluée à presque 30000. Pour la grippe, elle est évaluée à moins de la moitié sur 6 mois. Besoin d’explications ou c’est difficile de comprendre que 2 à 3 fois plus en 4 à 5 fois moins de temps, c’est pas la même chose ?


  • njama njama 14 mai 14:30

    Coronavirus et nombre de décès douteux
    Par F. William Engdahl
    Mondialisation.ca, 12 mai 2020
    https://www.mondialisation.ca/coronavirus-et-nombres-de-deces-douteux/5645433

    La pandémie 2020 : De la fraude statistique à la société de contrôle
    Par Vincent Mathieu
    Mondialisation.ca, 09 mai 2020
    https://www.mondialisation.ca/la-pandemie-2020-de-la-fraude-statistique-a-la-societe-de-controle/5645319


    • doctorix doctorix 14 mai 15:14

      @njama

      « La loi CARES a autorisé une augmentation temporaire de 20 % des remboursements de l’assurance maladie pour les patients COVID-19… » Il a ajouté que, par conséquent, « les hôpitaux qui reçoivent beaucoup de patients COVID-19 reçoivent également de l’argent supplémentaire du gouvernement ».
      On peut penser que c’est tentant pour l’hôpital d’affirmer un diagnostic douteux ou plus simplement de frauder pour gagner 20% de la part des assurances.
      On peut même en être carrément certain.


    • doctorix doctorix 14 mai 15:21

      « En ce moment, l’assurance maladie détermine que si vous êtes admis à l’hôpital avec un COVID-19, vous (l’hôpital) recevez 13 000 $. Si ce patient COVID-19 est placé sous respirateur, vous recevez 39 000 $, soit trois fois plus. »
      Ce qui est de l’incitation à la fraude, d’autant que j’ai lu que 85% des malades sous respirateurs décédaient aux USA.
      Donc on place un mourant (de covid 19 à tout hasard) deux heures sous respirateur avant qu’il ne décède, et on empoche 39.000 -13.000 = 26.000 $ les doigts dans le nez.
      Elle est pas belle,la vie ?
      Et pendant ce temps-là les statistiques s’affolent...


  • njama njama 14 mai 15:53

    @doctorix, la fraude sur le nombre de morts ne fait que continuer, aux USA, en Italie, en France qui a intégré les décès Ehpad,... avec le nombre de morts « attribués à Covid il faut donner de l’épaisseur à l’épidémie (qui n’est pas une pandémie) pour se justifier d’avoir pris des mesures liberticides et suicidaires pour la société qui dépassaient le simple bon sens.

    Pourquoi tant de patients atteints du conavirus sont-ils morts en Italie ?
    mercredi 25 mars 2020 Professeur Walter Ricciardi

    Le nombre élevé de décès dans le pays est dû au vieillissement de la population, à la surcharge du système de santé et à la « façon dont les décès sont signalés ».
    [....] Mais le professeur Ricciardi a ajouté que le taux de mortalité en Italie peut également paraître élevé en raison de la façon dont les médecins enregistrent les décès.
     »La façon dont nous codons les décès dans notre pays est très généreuse dans le sens où toutes les personnes qui meurent dans les hôpitaux avec le coronavirus sont considérées comme mourant du coronavirus.
    « Après réévaluation par l’Institut national de la santé, seuls 12 % des certificats de décès ont montré une causalité directe du coronavirus, tandis que 88 % des patients décédés ont au moins une prémorbidité - beaucoup en ont eu deux ou trois ».

    Cela ne signifie pas que le Covid-19 n’a pas contribué à la mort d’un patient, mais plutôt que le nombre de décès en Italie a augmenté car une grande partie des patients ont des problèmes de santé sous-jacents.[...]

    http://www.geopolintel.fr/article2197.html


    • doctorix doctorix 15 mai 13:59

      @njama
      Hélas, on perd son temps.
      41 commentaires sont une misère.
      Les français ne veulent pas savoir qu’on les a confinés et ruinés pour une merde de grippe saisonnière comme on en voit tous les ans depuis cent ans.
      On leur a dit qu’ils étaient courageux, alors ils plastronnent.
      On ne leur a pas dit qu’on les avait pris pour des cons, à juste raison.
      « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute » n’a jamais eu autant de réalité.


  • njama njama 14 mai 16:08

    Covid : un immense virologiste partage mes analyses
    mardi 12 mai 2020 par Jean-Dominique Michel, MSc anthropologie médicale et expert en santé publique, Genève.
    [...]Les données pleuvent pourtant, confirmant massivement ce que j’énonçais dès le 12 mars : l’épidémie est limitée et sans danger particulier, l’immense majorité des gens ne courent aucun risque et pour ceux qui hélas ont connu ses terribles complications, on aurait sans doute pu en sauver les 2/3 si on avait fait autre chose que de les regarder mourir en contemplant l’horizon dogmatique et funeste des statistiques.

    [...] message du Pr Darlix :
    Cher Monsieur,
    Les propos tenus lors de votre interview sont dits avec justesse, maniant les termes scientifiques avec clarté comme tout scientifique, particulièrement les virologistes (dont je suis, voir plus loin) devrait le faire, tact, sourires, un peu jaunes de temps en temps (même si je manie l’ironie froide un peu comme un citoyen Suisse que je suis.) Et indiscutables, n’en déplaise aux médias français que j’ai contactés pour savoir raison garder à propos de cette épidémie (ce n’est pas une pandémie stricto sensu) à de nombreuses reprises (TF1, TV5, ARTE, le Figaro, le Monde, Mediapart, etc.)

    Or un seul m’a répondu poliment que c’était hors sujet (le Monde).
    Mon CV ou parcours, 50 ans de virologie, travaux sur les bactériophages, les virus associés à des cancers, rétrovirus dont le virus du SIDA, virus de l’hépatite, virus émergeants Hanta Virus, Sin Nombre virus) ; collaboré avec des prix Nobel comme J Dubochet (Suisse de Lausanne), David Baltimore (USA) et Françoise Barré-Sinoussi (France).
    300 publications, des prix, mais là n’est pas l’important ; en effet l’important c’est de relativiser, et il est inconscient de comparer cette épidémie à celle de fin 1918-1920, à celle de HONG KONG, sans omettre celle à Coronavirus porcin qui a touché les porcs dont il a fallu abattre 300 Millions d’entre eux (oui 300 millions).
    En fin de compte comme je l’ai dit sur Facebook, le virus dit COVID-19 n’est que la conséquence de nos agissements, et non la cause.

    [...] http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/05/12/covid-un-immense-virologiste-partage-mes-analyses-306421.html#more


Réagir