jeudi 3 juin - par Gérard Luçon

Et ils actualisèrent le consentement implicite !

Vaccin obligatoire ? {JPEG}

Je pense que tout le monde se souvent de ce vieil adage « qui ne dit mot, consent ».

Dernièrement l’Organisation Mondiale de la Santé a planché sur la notion de consentement pour les 6-17 ans, et dans le document qui a été pondu nous trouvons ce paragraphe :

3. Le consentement implicite, au titre duquel les parents sont informés d’une vaccination imminente, au moyen de la mobilisation sociale et de la communication, une lettre leur étant parfois directement adressée. Par la suite, la présence physique de l’enfant ou de l’adolescent, que ses parents l’accompagnent ou non à la séance de vaccination, est considérée comme un consentement implicite. Cette pratique se fonde sur le principe de la faculté de refus (opt-out) et on attend implicitement des parents ne consentant pas à la vaccination qu’ils fassent en sorte que leur enfant ou leur adolescent ne participe pas à la séance en question. Ils peuvent, par exemple, ne pas le laisser se rendre à l’école quand une journée de la vaccination y est organisée. Les procédures de consentement implicite sont fréquentes dans nombre de pays. Mais lorsque les enfants se présentent aux vaccinateurs sans leurs parents, il est difficile d’établir si ces derniers ont effectivement donné leur consentement. Les pays sont donc encouragés à adopter des procédures visant à garantir que les parents ont été informés de la vaccination et l’acceptent. On ne dispose pas de données complètes sur la question de savoir si l’approche des pays en matière de consentement a changé ou évolué ces dernières décennies.

Je vous suggère de le lire le plus attentivement possible, en pesant les termes employés, car nous atteignons un sommet de „dégueulasserie”, personnellement j’ai retenu ce qui suit, en gras et italique, avec ce petit commentaire préalable : dans la Convention d’Oviedo (seul instrument juridique contraignant international pour la protection des droits de l’Homme dans le domaine biomédical) on parle de consentement éclairé ... pas implicite !!! (Source Convention d’Oviedo https://www.coe.int/fr/web/conventions/full-list/-/conventions/treaty/164 )

3. Le consentement implicite, au titre duquel les parents sont informés d’une vaccination imminente, au moyen de la mobilisation sociale et de la communication, une lettre leur étant parfois directement adressée. Par la suite, la présence physique de l’enfant ou de l’adolescent, que ses parents l’accompagnent ou non à la séance de vaccination, est considérée comme un consentement implicite. Cette pratique se fonde sur le principe de la faculté de refus (opt-out) et on attend implicitement des parents ne consentant pas à la vaccination qu’ils fassent en sorte que leur enfant ou leur adolescent ne participe pas à la séance en question. Ils peuvent, par exemple, ne pas le laisser se rendre à l’école quand une journée de la vaccination y est organisée. Les procédures de consentement implicite sont fréquentes dans nombre de pays. Mais lorsque les enfants se présentent aux vaccinateurs sans leurs parents, il est difficile d’établir si ces derniers ont effectivement donné leur consentement. Les pays sont donc encouragés à adopter des procédures visant à garantir que les parents ont été informés de la vaccination et l’acceptent. On ne dispose pas de données complètes sur la question de savoir si l’approche des pays en matière de consentement a changé ou évolué ces dernières décennies.

Source : https://www.who.int/immunization/programmes_systems/policies_strategies/consent_note_fr.pdf

Non contents de cela, il fallait bien que l’Union Européenne donne des précisions sur les vaccins et les frontières, que l’étau se referme de plus en plus et de mieux en mieux !

et elle propose la mise à jour de l'approche coordonnée de la restriction de la libre circulation (sic)

Donc on aborde (dans le document mentionné plus bas) le problème des vaccinés simples, de ceux avec rappel, des tests PCR, en ne traitant pas du tout celui des non vaccinés qui se présentent aux frontières ou à l’embarquement dans un aéroport ...

Aussi un dispositif a été prévu (il est déjà en service à certains postes notamment en Roumanie à Nadlac, Borș, mais il n’est pas „officialisé”) pour les non vaccinés partant en vacances en voiture, camping car, etc ... et qui arrivent au poste frontière : soit vous êtes refoulé soit vous acceptez le „fast vaccin” de Jonson & Johnson, une seule injection sans rappel, et vous pouvez continuer tranquillement votre route ...

Ce dispositif relève aussi du „consentement implicite” dans la tête des ces grands démocrates que sont nos dirigeants, car ils ont bien compris que nous ne nous vaccinons pas pour nous protéger d’un virus devenu quasiment inexistant, mais pour pouvoir partir en vacances et arriver dans le lieu où nous avons réservé et versé des arrhes !

Pour les vaccinés, le document laisse entendre qu’ils seront faciles à poster et à isoler, en cas de problème sanitaire...

Il est attirant, ce Nouvel Ordre Mondial, n’est-ce pas ?

Source : https://ec.europa.eu/france/news/20210531/mise_a_jour_mesures_coordonnees_deplacements_fr ?



11 réactions


  • Clocel Clocel 3 juin 15:52

    Je pense que la peine de mort était quand même un sacré garde-fou, et que ceux qui nous l’ont confisqué savaient ce qu’ils faisaient.


  • Jeekes Jeekes 3 juin 15:58

    Et comme pour :

    ’’une lettre leur étant parfois directement adressée’’

     

    Ce qui, de toute évidence, ne se produira jamais.

    Paske :

    Oupps, pardon, on a oublié de vous écrire...

     

     

    On peut sans risque de se tromper, imaginer que pour :

    ’’ne pas le laisser se rendre à l’école quand une journée de la vaccination y est organisée’’

     

    On oubliera également de prévenir les parents de cette journée de vaxxination.

    Paske :

    Oupps, pardon, on a oublié de vous le dire... 

     

    Bande d’ordures !!!

     


  • sirocco sirocco 3 juin 17:09

    La balance « bénéfice / risque » de la vaccination chez les moins de 15 ans est : 0 % bénéfice, 100 % risque. En parlant de santé évidemment, pas de fric.

    Cette population ne risque en effet strictement rien du Covid-19. Du 18/03/2020 au 18/05/2021, on a officiellement enregistré parmi elle 6 décès attribués au virus mais c’était des sujets présentant des polypathologies sévères (maladies génétiques, dégénératives, cancers...).

    Par contre la vaccination fait courir aux enfants de très sérieux risques d’effets secondaires graves. En toute inutilité — sauf bien sûr l’enrichissement de Big Pharma et de ses valets. 

    La vaccination des enfants avec des mixtures à ARN messager pour une infection dont ils n’ont rien à craindre est un crime contre l’Humanité.


    • I.A. 3 juin 18:24

      @sirocco

      « Par contre la vaccination fait courir aux enfants de très sérieux risques d’effets secondaires graves. En toute inutilité — sauf bien sûr l’enrichissement de Big Pharma et de ses valets. 

      La vaccination des enfants avec des mixtures à ARN messager pour une infection dont ils n’ont rien à craindre est un crime contre l’Humanité. »

      J’ajouterai que c’est déjà un crime contre l’humanité lorsqu’il s’agit de vacciner des adultes bien-portants.
      Ma seule consolation : si soulèvement il doit y avoir, il viendra de là...


    • JulesDu13 6 juin 23:56

      @sirocco
      Et l’énorme point d’interrogation des effets à longs termes : de 1 an à 50 ans plus tard.
      Qui a envie de faire la liste de tous les traitements médicaux et de toutes les substances chimiques qui ont été interdites (ou au minimum sévèrement restreintes dans leur utilisation) après une, voire plusieurs décennies d’utilisation généralisée...
      Je pense que c’est la première fois que l’on décide de vacciner des jeunes qui ne risquent rien pour une maladie de vieux (qui de toute façon sont à risque pour toutes les infections et toutes les pathologie imaginables du fait de leur âge).


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 3 juin 18:41

    « Le consentement implicite, au titre duquel les parents sont informés d’une vaccination imminente, au moyen de la mobilisation sociale et de la communication, une lettre leur étant parfois directement adressée »

     

     « Parfois »  ! Parfois oui, parfois non ?

     

     Vraiment, ils osent tout.

     


  • Adèle Coupechoux 4 juin 07:52

    Martin Blachier ne ferait pas vacciner ses enfants dans cette vidéo à1 : 30 !

    https://www.youtube.com/watch?v=K5CtlE9ILmE


  • ETTORE ETTORE 4 juin 12:00

    Un gouv de moulins à vent !

    Tant que c’est pour ma gueule, tout est bon.

    Demander à des ados d’être « responsables de leurs choix »....Pour la waxx...

    Mais tout autant, déclarés « irresponsables de leurs actes », quand il s’agit d’affaires de délinquances et plus graves encore.....

    Prouve bien que nous avons un gouvernement bicéphale, tri-céphale, ou carrément une tête de gorgone, qu’il faudra couper, « quoi que cela coute » ( sic)

    Parce que, à un moment, il faudra bien se rendre compte que la courbe de la saloperie organisée, à fait le tour, et quelle recommence à lécher les mêmes culs, qui en ont déjà bénéficié .


  • tashrin 4 juin 15:29

    Ce qui est drole c’est que simultanément on parle de consentement explicite en matière de moeurs...


  • ETTORE ETTORE 4 juin 20:46
    tashrin 4 juin 15:29

    Ce qui est drole c’est que simultanément on parle de consentement explicite en matière de moeurs.


    C’est bien que vous parliez de moeurs !

    A voir le cercle de prostitution qui est à la tête de ce pays .....

    Les péripatéticiennes, fleurs des trottoirs, ne leur arrivent pas aux chevilles, en terme de saloperies tarifées.

    C’est plus une police nationale qu’il faut, c’est une police des moeurs.

    C’est pas un garde des Sceaux sous préservatifs, qu’il faut, mais des ci-seaux à castrer.....

    Même si depuis 5 ans, les pires lubricités sont devenues, habitudes, cela devient lancinant, pareille débauche à mots couverts.



Réagir