lundi 12 avril - par Krokodilo

Et l’ENA devint l’ENA !

- M. l'Attaché au sous-porte-parole, enfin un autre sujet que la Covid : la suppression de l'ENA !

- Je parlerai plutôt de transformation, de mutation, d'ouverture à la modernité, de...

- Oui - en somme, le président reste fidèle à son principe : « en même temps » ?

- Voilà ! Nous garderons les qualités et réformerons les rigidités.

- De nouveaux locaux, alors ?

- Non. Les murs sont solides, chargés d'histoire, ils ont vu passer nombre de grands serviteurs de l'État - nous les gardons !

- L'encadrement alors, les profs ?

- Non plus. Ce sont souvent de fortes personnalités, des gens brillants, dévoués à la chose publique : nous les gardons, bien sûr.

- Les élèves alors ?

- Les élèves changent chaque année ! Hi ! Hi !

- Pardon, tous ces non-changements m'ont troublé. Je voulais dire : en quoi consiste donc la nouveauté ?

- On reproche à l'ENA de former des hauts fonctionnaires « hors sol », déconnectés du terrain. Eh bien, la cour centrale sera transformée en potager, et les élèves suivront des cours de jardinage. De même qu'ils assureront eux-mêmes les révisions...

- C'est déjà le cas, non ?

- …les révisions des véhicules de fonction.

- S'agira-t-il de discrimination positive ? Des légumes pour les fils d'agriculteurs, des bagnoles pour les fils d'ouvriers... Un peu cliché, non ? Comme si vous faisiez des cours de jazz pour faire « couleur »... Et les femmes alors ?

- Des cours de puériculture. En outre, les élèves devront coudre eux-mêmes leur tenue. Mais pas de discrimination positive, uniquement des matières supplémentaires favorisant la diversité sociologique et le travail manuel autant qu'intellectuel. Ravalement de façade, maraîchage, toits végétalisés écologiques, panneaux solaires, véhicules, compostage des déchets - tout sera fait par les élèves. On ne pourra plus dire qu'ils n'ont pas les mains dans le cambouis ou la terre de France (pas de terreau d'importation). On les accusait d'être suffisants, ils apprendront l'auto-suffisance !

- Mais ça fait tout de même beaucoup à apprendre, même pour un haut fonctionnaire français, non ?

- C'est un nivellement par le haut, gagnant-gagnant ! 

- Et ces brillants élèves polyvalents du nouvel Institut du service public (ISP), comment les appellerez-vous ? Isarques, isperticiens, isaïeux, ispeurs, ixperts ?

- Beaucoup pensent qu'il est dommage de supprimer une « marque » si réputée et si connue à l'international. Je vous livre un scoop : ce n'est pas encore officiel, mais nous pensons rebaptiser l'ENA... ENA ! École nouvelle de l'administration.

- Et donc, les énarques...

Deviendront des e-narques ! Modernité oblige. Ou des e-narquois, on y réfléchit.

- Mais... mêmes murs, mêmes profs, même nom ou presque, vous plagiez un peu le Guépard "Il faut que tout change pour que rien ne change", non ?

- Permettez ! Un tronc commun avec d'autres écoles de fonctionnaires, mobilité, diversité. Il s'agira d'une réforme de fond qui s'attaquera au Paris-Strasbourg, à la centralisation, à l'auto-reproduction des élites. Tout est sur la table : création d'ENA de province, stages obligatoires en sous-préfecture...

- Les élèves des lycées parisiens en stage à Jaichassé-dans-la-Garrigue... Vous ne craignez pas une révolte ? Des Gilets jaunes en costard-cravate ?

- Ce ne sont pas des révolutionnaires, eux, au moins...

- Et la nomination dans les grands corps ? Seront-ils toujours à la botte ?

- Un peu facile, non ? Mais je vous accorde qu'ils s'agit d'un délicat problème structurel.

- Finalement, le président Macron, après avoir multiplié les vaccins, multiplie les écoles de l'administration. Ne prépare-t-il pas là sa campagne électorale en plagiant les miracles de Jésus, personnage qui, pour être célèbre, n'est pas vraiment laïque ?

- Maintenant que vous le dites, comme Lui, il prêche dans le désert : l'UE qui ne veut pas nous soutenir au Mali, force panafricaine fantomatique, armée européenne introuvable, programmes militaires franco-allemand évanescents, déchirements européens sur les vaccins, personne ne l'écoute. Mais je ne suis que le porteur de Sa parole, Son apôtre. Les simples mortels jugeront son action dans les siècles des siècles.

 



10 réactions


  • nemesis 12 avril 12:30

    Dès que les Instituts de sondage auront rendu leurs copies, l’état profond dirigé par Rotchild, décidera de son candidat compatible (ça titille autour de l’Enarque Ed.Philippe... ?)


  • troletbuse troletbuse 12 avril 21:34

    L’ENA est le refuge des rejetons de parents friqués, soit des croutes qui ont échoué dans les matières nobles.


    • Fergus Fergus 13 avril 09:25

      Bonjour, troletbuse

      N’importe quoi !

      Certes, il y a pas mal d’élèves de l’ENA qui sont issus de familles « friquées », mais pas seulement, beaucoup sont issus de familles diplômées CSP+ pas nécessairement « friquées ».

      Mais surtout, affirmer que ces « rejetons » sont « des croutes qui ont échoué dans les matières nobles » est absurde : ils sont tous au moins bac+3, et le plus grand nombre vient de Sciences Po, une filière qui résulte d’un choix et pas d’un pis-aller !


    • tashrin 13 avril 16:54

      @Fergus
      Depuis quand un bac+3 est signé d’intelligence ?
      moins de 1% de fils d’ouvrier dans les rangs de l’ENA, c’est pas « pas mal d’élèves », c’est la quasi totalité. Et les CSP+ comme leur nom l’indique sont les categories socio professionnelles supérieures, donc plus ’friquées" que la moyenne... 
      Je partage pas le caractère péremptoire de l’intervention de troletbuse (je pense qu’ils sont intelligents au contraire), mais pas non plus votre tiédeur...


    • Fergus Fergus 13 avril 17:26

      Bonjour, tashrin

      « Depuis quand un bac+3 est signé d’intelligence ? »
      Je n’ai rien affirmé de tel, j’ai simplement réagi au commentaire, effectivement « péremptoire » de troletbuse. Je suis moi-même bac-2. smiley

      Aucune « tiédeur » dans mon regard sur l’ENA. Je regrette moi aussi que la formation des élites administratives de la nation soit aussi peu ouverte dans les faits aux enfants d’ouvriers, d’employés modestes et d’agriculteurs. Mais ce n’était pas l’objet de mon commentaire.

      « les CSP+ comme leur nom l’indique sont les categories socio professionnelles supérieures, donc plus ’friquées » que la moyenne"
      Certes ! Mais pas toujours de manière très spectaculaire. A cet égard, je connais des techniciens (titulaires de BTS ou DUT) ou des commerciaux nettement mieux rémunérés que la plupart des professeurs ! Même un chercheur bac+8 peut , durant de longues années, gagner moins de 2500 euros nets par mois, soit moins qu’un conducteur de TGV !


  • tashrin 13 avril 17:34

    Je n’ai rien affirmé de tel, j’ai simplement réagi au commentaire,

    « Mais surtout, affirmer que ces « rejetons » sont « des croutes qui ont échoué dans les matières nobles » est absurde : ils sont tous au moins bac+3 »

    => c’est marqué là...

    Même un chercheur bac+8 peut , durant de longues années, gagner moins de 2500 euros nets par mois, soit moins qu’un conducteur de TGV !

    Effectivement, mais s’il a un enfant en age de faire l’ENA, il en est plus là du tout... Et son salaire est très loin du salaire médian

    Faut pas nier l’évidence non plus


    • tashrin 13 avril 17:34

      @tashrin
      @fergus pardon


    • Fergus Fergus 13 avril 17:50

      @ tashrin

      « c’est marqué là »
      Certes ! Cela dit, vous-même avez reconnu que les élèves de l’ENA ne sont pas des idiots. Prétendre le contraire serait d’ailleurs absurde. Mais en réalité, ce n’est pas là dessus que je réagissais tant cela paraît évident, mais sur le fait que, contrairement à l’affirmation de troletbuse, ils n’ont pas « échoué dans les matières nobles » mais bel et bien choisi leur voie.

      « s’il a un enfant en age de faire l’ENA, il en est plus là du tout... Et son salaire est très loin du salaire médian »
      Ah bon ? Nombre de chercheurs ayant plus de 20 ans d’expérience gagnent moins de 3000 euros nets par mois. C’est évidemment nettement au-dessus du salaire médian, mais cela ne fait pas de ces personnes des gens « friqués » au sens où ce mot est utilisé en général* !

      * personne friquée = personne qui peut claquer du fric en futilités.


    • troletbuse troletbuse 13 avril 19:48

      @Fergus
      Faudrait peut-être comparer le niveau du bacc actuel et celui d’il y a 30 ou 40 ans.
      et comme dit Tashrin, un bac+6 peut gagner 2000 et quelques euros/mois même en ayant appris des matières scientifiques.Ne parlons pas des bacc 2020 et 2021 qui ne vaudront rien. Combien de déchets en fin de 1ere année de faculté ?
      Je me répète : la politique n’est pas une discipline scientifique.
      Ceux qui peuvent se permettre de redoubler après le bacc si c’est possible, ne le peuvent que si les parents sont friqués.
      Micron n’est pas intelligent. Il fait juste du théâtre avec un vocabulaire vraiment
       pauvre, famélique. « Soyez printemps ». Débile. D’ailleurs sur le net, pas beaucoup de preuve de ses « brillantes »s études. .
      Aujourd’hui Il vaut mieux avoir des relations que des diplômes. C’est malheureusement le cas aujourd’hui.


  • troletbuse troletbuse 13 avril 20:23

    Je ne pense pas que c’est les étudiants de l’ENA qui se faisaient un peu d’argent en bossant comme serveurs dans les restaurants ou les bars terrasses surtout en 2020 et 2021. Beaucoup de ces courageux ne pourront continuer. Pas grave, c’étaient des enfants de Sans-dents ou de Riens.


Réagir