samedi 17 février - par Réflexions du Miroir

Foutez-vous la paix

"La méditation n'est pas un outil pour se calmer, être zen et détaché de la réalité mais une façon de s'y relier d'une manière plus éthique et responsable. Les gens se torturent à longueur de journée, avec des normes, des injonctions, des modèles qui ne nous correspondent pas parce que nous voulons mieux faire. Pris dans un activisme frénétique et aveugle, nous oublions d'oser.

Libérez-vous des protocoles, des procédures, des pseudo-urgences qui n'en sont pas pour faire jaillir l'enthousiasme et l'envie d'aller plus loin".

Voici le préambule du livret de 164 pages de Fabrice Midal, philosophe et et écrivain. "Foutez-vous la paix et commencer à vivre" en s'aidant de recettes toutes faites sous forme de dictons, de proverbes de philosophes au départ de ses quinze chapitres pour y répondre.

Ce sont des principes dans lesquels je me suis retrouvé depuis très longtemps pour trouver la paix.

J'ajouterais les liens de mes billets par la sélection de mots clé et une conclusion personnelle.

PNG 1. Cessez de méditer

Méditer , ce n'est ni ni un bien ni un mal, ce n'est pas un drame. Ce n'est pas pour sage, calme, patient. Aucun but de finir la journée dans un état particulier. Elle nous délivre de l'asservissement de la dictature de l'utilité, de la rentabilité. Elle est un art de vivre et le fait d'être pour s'ouvrir au monde à travers ses sens en s'isolant sans expliquer, comprendre, justifier, critiquer pour redevenir humain. 

Réflexions du Miroir : "Où en êtes-vous avec la mort ?"

2. Cessez d'obéir

Obéir est une solution facile, un gage de prudence sans s'écarter du chemin des autres dans un acte de servitude. Pas de risques, ni emmerdes. Cela fait abstraction du monde chaotique en confondant formation et formatage. Pas de conseil. Chaque être est différent. Chaque situation unique. Cesser d'obéir c'est sentir la nécessité de penser par soi-même. Faire confiance à son intelligence. 

Réflexions du Miroir : Le cerveau est câblé pour obéir

3. Cessez d'être sage

On nous trompe en omettant de dire que la sagesse est un difficile chemin et non un but dont nous ne voulons surtout pas nous encombrer à l'ère de la facilité. Ils sont fort semblables : vaincre les passions, les peurs, les désirs, les colères ou les envies à se sentir toujours en faute ou inadéquats à cause d'un idéal qui ronge dans la froideur des débats intellectuels déconnectés de la chaleur de certaines réalités. La force du lisse, l'enthousiasme avec les débordements seul guérit et change le monde sous forme de provocation. La sagesse implique d'entrer en rapport avec ses émotions, ses douleurs et ses confusions pour distinguer le vrai du faux prouvant d'être vivant.

Réflexions du Miroir : "Adieu monde de brutes, Bonjour monde d’abrutis"

4. Cessez d'être calme

Etre en harmonie avec le temps enfin suspendu est agréable avec l'Epicure et les stoïciens. Dans nombre de situations sociales, on ne sent pas à l'aise, pas toujours avec une façade lisse d'un idéal robotisé et socialement adaptée sans faire de vague en laissant l'absurdité prendre le dessus. Une approche consiste à observer les pensées traverser l'esprit. Une deuxième technique est de tenter de contrôler l'esprit. Une troisième, ne rien se reprocher et ne rien rechercher plus religieusement. La paix ne découle pas d'un contrôle absolu mais d'une transmutation des aléas de la réalité en s'ouvrant à la bienveillance. 

Réflexions du Miroir : La stratégie du cœur contre celle du cerveau

5. Cessez de vous refréner 

Le vrai désir reste tours pour une part inconnu. Les notes les plus élevées sont accordées à des activités associées au désir de relever un défi qui n'écrase pas. Un désir qui nous sort de notre zone de confort. Etre juste unique avec des désirs propres. Il suffit de le reconnaitre et de s'en foutre pour se libérer des injonctions moralistes et culpabilatrices. Cela appelle à la douceur et légèreté à s'ouvrir pour que notre monde soit plus habitable. 

Réflexions du Miroir : "Le culte de la richesse"

6. Cessez d'être passif

L'impression d'être juste en répétant inlassablement la même injonction et en espérant être finalement entendu. Le temps n'est pas normatif. Il est propre tellement plein qu'il est oublié. Pourquoi se battre contre la réalité ? On perd d'avance. Etre actif, ce n'est pas s'agiter. C'est comprendre et trouver une solution nouvelle à une situation qui semble sans issue.

Réflexions du Miroir : "Conversion autonome de la Corée du XVIIIème siècle"

7. Cessez d'être conscient 

"On peut douter de l'existence de son corps mais pas de celle de son esprit qui est l'essence de sa personne", écrit Descartes. Pour méditer, il ne faut pas être conscient et réfléchir mais sentir. Ce n'est pas une révélation ni une innovation ni en se recroquevillant sur soi mais un retour aux sources en 'mindfulness' en en étant avec ce qui nous intéresse. Marcher en comptant le nombre de pas. Mesurer la vitesse en comparant à la performance personnelle de la veille. A force de vouloir tout vérifier, on se terrorise. 

Réflexions du Miroir : "Les secrets de nos pensées en équations mathématiques"

8. Cessez de vouloir être parfait 

Eduqués à oublier la vraie vie dans un monde parfait alors que l'échec est inévitable et surtout indispensable, est une gageure. L'échec apprend à grandir. La culture anglo-saxonne valorise les échecs. Il ne faut pas confondre l'ampleur d'une aspiration avec la cruauté du perfectionnisme. Connaitre les altercation de l'humeur. Etre ambitieux, c'est accepter les failles, les lacunes, les imperfections... sinon c'est se couper de la vie. 

Réflexions du Miroir : "De la vigne au vin "

9. Cessez de chercher à tout comprendre

Comprendre le pourquoi c'est entrer en rapport avec la douleur. Se méfier de ceux qui affirment avoir tout compris avec conviction, c'est cesser de découvrir, de se questionner, d'avancer à se protéger derrière la théorie que l'on rectifie par l'intuition qui n'a rien d'ésotérique avec un sixième sens. A hésiter, tergiverser ou sauter le pas en utilisant une rationalité souterraine de la paix pour atteindre la créativité. Notre monde est en perpétuels mouvements et changements. Rebondir c'est s'adapter, désorienté pour mieux sauter.

Réflexions du Miroir : "Questions de principes et d'objectifs de vie"

10. Cessez de rationaliser

Les experts qui gouvernent en arguant de leur savoir théorique de manière abstraite, inhumaine en réduisant tout à un ensemble de données comptables, se trompent souvent. La rationalité des chiffres doit seulement ne pas cacher la complexité du réel mais de l'explorer avec humilié avec le sens de la politique, de l'art et des relations d'affection en se désintoxiquant du calcul, de la violence et de la déshumanisation radicale qu'ils impliquent. 

Réflexions du Miroir : "Manger hier, aujourd'hui et demain"

11. Cessez de vous comparer

Etre différent et singulier, c'est sortir du lot à suivre un vaste mouvement moutonnier et participer à la dictature de l'uniformisation générale sans s'en rendre compte, n'ayant pas d'autres repères, prisonnier d'une violence enfermée. Peur d'être exclus, isolés , rejetés. Trouver le courage de voir l'ampleur du phénomène c'est avoir un rapport plus libre avec lui sans s'acharner à étouffer les fragilités et les différences même si c'est une forme de solitude que le solitaire transforme en plénitudes. "Se connaitre est la démangeaison des imbéciles" disait Bernanos. En étant heureux de faire ce qu'on fait, c'est déjà réussir en s'oubliant pour s'ouvrir au monde avec une confiance en soi inconditionnée. 

Réflexions du Miroir : "Du grain au pain"

12. Cessez d'avoir honte de vous

Accepter ses faiblesses, être vulnérable ne signifie pas s'écrouler en pleurs, ni abandonner ses griffes. C'est être sensible et se donner l'autorisation d'être secoué, ému, épouvanté, en colère contre l'injustice et le malheur. Ni rejeter la vulnérabilité ni en être écrasé. L'épreuve de la pratique libère de bien des armures et des boulets inutiles. 

Réflexions du Miroir : "L'opportunisme gagnant du Mage du Kremlin"

13. Cessez de vous torturer

Faire l'épreuve de la violence au quotidien, c'est constater l'ampleur du harcèlement infligé avant de chercher une solution en s'extrayant de cette atmosphère délétère. Agir avec nous-mêmes en ami bienveillant dans une attitude douce sans experts autres que soi. Ce n'est pas être mu par l'égoïsme, l'envie et la jalousie mais en reconnaissance du droit d'être tel qu'on est et reconnaître aux autres de même. 

Réflexions du Miroir : "L'utopie des égalités ?"

14. Cessez de vouloir aimer

L'amour est difficile comme acte de grâce. C'est simplement le fait que l'interlocuteur comble, apaise et réjouit.

Réflexions du Miroir : "Et si on s'envoyait au septième ciel ?"

15. Cessez de discipliner les enfants

Se foutre la paix n'est pas une injonction au laxisme. Mais faire état de présence à partager ensemble pour offrir une perspective sur la pratique dans l'avenir.

Réflexions du Miroir : "Que les couples sans enfants lèvent le doigt"

Capture d'écran 2024-02-16 212110.png

Conclusion de l'auteur

"Longtemps, j'ai été réticent à parler du bonheur le fait de s'autoriser à être. Je craignais une confusion de mon expérience avec la conception niaise et édulcorée du bonheur des magazines consacrés au bien-être plus proche de l'émerveillement à vivre une existence riche en dépit de la pensée dominante qui impose œillères sans prendre de risques pour gagner en ampleur de vie. Le principe du baromètre ne dépend pas uniquement des événements extérieurs, la vision de la météo intérieure est beauciup plus riche que quelques difficultés passagères. Le premier auteur qui m'a aidé sur ce chemin est Nietzsche qui dénonce avec fermeté ce que dissimule notre ambition de contrôle volontariste qu'il appelle "nihilisme". Il retrouve la vie et apprend enfin à l'aimer appelé "amor fati" qui est mon "foutez-vous la paix" qui n'a rien avoir à un fatalisme alors que gérer, c'est planifier et mettre la réalité sous l'ordre du calculable avec une règle statistiqueHeideger m'a aidé à comprendre le sens de la confiance (Gelassenheit) avec laquelle nous avons du mal à cause de notre conception dualiste et souvent irréconciliable de la sensibilité et de l'intelligible. Wittgenstein dissout l'illusion d'un intérieur face à un extérieur alors qu'ils agissent en commun. L'héritage de ce qu'ont apporté de Jung à Lacan, débouche sur l'abandon et de l'écoute qui libère.

Réflexions du Miroir : "Pratiquer sans croire" 

Réflexions du Miroir

Hier soir sur Fr3, le documentaire "La génération des enfants du rock" de 1975 à 1990, époque en pleine mutation, en charnière musicale et sociétale de la pop culture qui osait tout, entre joie et tristesse dans une envie de liberté et de diversité sans limiteIl n'y avait pas de Web. Presque pas d'Internet. L'opportunisme" a toujours ma règle de vie. 
Aujourd'hui, tout a changé.

A la Saint Valentin, j'avais écrit que je faisais partie des Vieux Fourneaux.

L'avant-age de l'âge, c'est d'avoir plus de souvenirs.

A la Saint Valentin, je parlais du film "Les Vieux Fourneaux" dont je fais partie avec le concept "Faites l'amour et pas la guerre". Dans ce film, les retraités tâchent de vivre comme ils le faisaient auparavant : "Vieillir en douce". dépend d'abord de la santé, mais aussi de la manière de chacun à prendre de l'âge. Vieillir n'est pas un sentiment négatif qui engendrerait la dépression et la désolation. Cela peut même être bénéfique pour le moral que l'on peut appuyer par un exercice physique à petites doses. 

L'ambiance d'aujourd'hui a totalement changé.

Les gens ne se sentent plus bien dans leur tête à cause des échos de leur environnement et des situations dans le monde. Les manifestations passent à Bruxelles tous les jours de l'année. Les dirigeants démocratiques subissent des violences de leurs administrésPlus de médicaments sont des drogues prescrites par la médecine et la pharmacie pour allonger la vie.
La drogue apporte le dérivatif dans un faux bonheur et le risque majeur d'addiction. Bénéfices et rentabilités pour les dealers et les mafias. Il faudra peut-être un jour déculpabiliser certaines drogues prohibées et en faire la prévention pour ne pas sombrer dans cette addiction.

48% de la population mondiale est dans une sorte de guerre. Guerre entre Etats, guerres hybrides et irrégulières, guerres gelées et guerres civiles.

Il faut faire du X/tweeter pour "Garder la santé sur les réseaux sociaux" dans "un jeu d'échec avec 100x100 cases dont les pièces évolueraient au gré de leurs fantaisies avec un arbitre qui aurait bu un coup de trop" dans "La tyrannie du divertissement".
Chercher la logique générale est quasiment impossible.

"Foutez-vous la paix" est la solution apportée par Fabrice Midal. 
"Avoir la paix" et rire de tout, sont les miennes.

Fabrice Midal est exactement vingt an plus jeune que moi. Il a compris tout l'intérêt qu'il pouvait tirer de ses conférences. Son site invite à s'y inscrire au prix de 75 euros. 

 Capture d'écran 2024-02-15 141052.png

D'autres pensent toujours éradique ces drogues par la justice surchargée et en manque de moyens. En attendant, que soit prohiber l'alcool ou la drogue, le résultat sera la même : la rentabilisation du commerce pour les dealers et les mafias.

Capture d'écran 2024-02-16 124421.png

Ce sont les Bruxellois qui commencent à avoir peur des balles perdues
"
Fabrice Midal, le philosophe qui nous déculpabilise" pour Le Point. "Un livre libérateur" pour Elle"
C
e que j'ai appris personnellement pendant 19 ans, c'est qu'il faut souvent "Réapprendre à débattre et à dialoguer"  parce qu'il y a de plus en plus de difficultés que par le passé, de rester sincère à la hauteur des pâquerettes, en composant des textes et ses réponses aux commentaires. Une phrase mal interprétée et c'est souvent l'embardée. On peut vexer sans s'en rendre compte en planant sur des sommets enneigés avec des épines sur les roses alors qu'à cette altitude, il n'y existe plus que des edelweiss sans épines.

"Au diable les convictions et les préjugés" qui expriment les ferments de partis pris
E
tre "Sous influences convictionnelles" met en évidence, les influences désastreuses dont on est poursuivi sur internet.

La psychologie est une science humaine compliquée que l'on n'adresse pas avec des solutions "clé sur porte" mais avec des pincettes que les grands psychologues ne parviennent pas à cerner complètement avec des "Théories de psychologie"
A
lexeï Navalny, le plus célèbre des opposants au Kremlin de Vladimir Poutine, selon les services pénitentiaires russes, serait mort après une promenade dans sa prison où, trois ans après son arrestation, il purgeait une peine de 19 ans pour « extrémisme ». Sa mort rappelle la différence entre une démocratie et une dictature. La question reste : pourquoi s'est-il remis dans la gueule du loup en revenant en Russie ? L'opposition et la résistance dans un régime qui ne permet pas la liberté d'expression, se fait de l'extérieur et pas de l'intérieur. Nous sommes à l'âge de la virtualité via Internet. Deviendra-t-il un héros ou un martyr
"
Donner sa vie pour qui, pour quoi ? "
Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. 
Rester en vie, permet de réagir

La devise "Si vis pacem para bellum" existe. La diplomatie est devenue ultra-agressive de la base au sommet des hiérarchies. Un axe de la "Volonté" d'intégration à un groupe qui ressemble à son idéologie activiste, est devenu une sorte de solidarité dans une bataille des alliances. 

Il y a trois types de personnes : les créatifs, les vendeurs et les clients.

Capture d'écran 2024-02-08 092727.png

Obama vient bientôt à Bruxelles et le ticket d'entré s'élève à 800 euros puisque le prix de sa présence se situe entre 400.000 et 600.000$. Les prestations de Trump s'élevaient à deux millions de $.

Tout est une question de notoriété.

Après plus 2000 ans, on parle de résurrection de Jésus Christ.

Que demanderait-il pour son retour et ses prestations ? Des milliards ?

Capture d'écran 2024-02-16 183123.png

Conclusion personnelle 

Être vrai, c'est souvent être indépendant des autres et de son environnement. C'est n'avoir de compte à rendre à personne d'autre qu'à soi-même. 

Fabrice Midal écrit souvent "Je m'en fous" dans son livre.

Je ne l'écris pas mais je le pense.

Capture d'écran 2024-02-16 183123.png

Capture d'écran 2024-02-06 170922.png

Suis-je sujet de l'agoraphobie ou dans un état d'alexithymie qui consiste en « une inhabilité à pouvoir faire des connexions entre les émotions et les idées, les pensées, les fantasmes, qui en général les accompagnent » ? Pourquoi pas quand on reste affable et rieur pour ceux que je rencontre sans distinction d'origine ?

Capture d'écran 2024-02-16 174709.png

Mercredi, Thomas Gunzig se mettait à crépiter sa plume en parlant des auteurspodcast

.
J'ai son livre "Rocky, dernier rivage" devant les yeux. J'en ferai peut-être un billet dans la suite.

Les séries télé belges ont atteint le dixième anniversaire

Le son et les chansons apportent une autre approche de la création.

Quand j'ai entendu, pour la première fois, la chanson "La symphonie des éclairs" de Zaho de Sagazan, je savais qu'elle allait avoir des prix cette année. Ce fut fait avec lors des "Victoires de la Musique"

La beauté de dessin articulé qui suit n'en est qu'une autre preuve.

Il termine parfaitement ce billet

 

 Allusion

 



11 réactions


Réagir