vendredi 31 juillet 2015 - par Le Canard républicain

François Hollande : « Déjà, il existait des traités, on ne les soumettait pas aux peuples, pas davantage à des instances de représentation »

« l’Empire, c’est la paix » Napoléon III

Traditionnellement remis le jour de l’Ascension à Aix-la-Chapelle [11], le Prix Charlemagne a été décerné cette année au président du Parlement européen, Martin Schulz, « pour son travail de promotion de la démocratie » [12]. En 2014, ce dernier avait été « le bon Allemand » candidat à la présidence de la Commission européenne [13].
Environ un mois et demi plus tard, il a fait honneur à son prix et en tant que « grand social-démocrate », il attendait la nomination d’un « gouvernement de technocrates » en Grèce en cas de victoire du oui au référendum et de démission du gouvernement [14].
Lors de la remise du prix, François Hollande a « rendu hommage au récipiendaire, “défenseur inlassable de l’idée de la démocratie” » [15] et prononça un discours insipide [16]. Dans celui-ci, un passage est à mettre en perspective avec son piétinement de la souveraineté populaire lors de la ratification du Traité de Lisbonne [17], copie du Traité Constitutionnel Européen refusé par le Peuple français en 2005 par référendum, ainsi que lors de la ratification du TSCG dit Pacte budgétaire, traité voulu par Merkel et Sarkozy qui devait être « renégocié » d'après le candidat Hollande.

Transcription écrite de ce passage :

« Ici, à Aix-la-Chapelle, c’est un lieu chargé d’histoire. Ici, chacun ressent l’esprit des origines puisque c’est à Aix-la-Chapelle qu’un monarque – dont nous partageons tous ici finalement le souvenir – un monarque qui était encore nomade en ces temps incertains, Charlemagne, qui a décidé de fixer la capitale du Premier empire où devaient coexister de gré ou de force – convenons-en – les populations européennes.

Plus que tous autres, cette ville d’Aix-la-Chapelle témoigne de la fécondité d’une grande idée, celle d’un regroupement imaginé il y a plus de 12 siècles, le regroupement d’un continent. Ce rappel historique et géographique nous invite aussi à une interrogation, à une grande question : pourquoi en dépit de cette matrice commune a-t-il fallu tant de séparations, tant de conflits, tant de haine ? Pourquoi aura-t-il fallu un millénaire entier pour que le continent trouve enfin le chemin de la réconciliation, de la concorde et de l’unité ?

Non pas qu’il n’y ait pas eu de tentative pendant tous ces siècles, non pas qu’il n’y ait pas eu des rebondissements inattendus, mais il y a eu des guerres fratricides pour finir avec les deux plus grandes tragédies meurtrières du siècle dernier. Et donc, il a fallu attendre cette hécatombe qui aurait pu engloutir à jamais l’idée européenne que pour ne plus jamais revoir ces images, ne plus jamais revivre ces catastrophes, un acte de volonté admirable fut posé.

Hommage soit rendu à celles et ceux qui ont eu cette lucidité, cette force, cette conviction. C’était sans doute un réflexe de survie, mais il fallait revenir à l’unité originelle dont Aix-la-Chapelle était le symbole pour bâtir une Union européenne.

Je reviens sur cette région qui, à l’époque, s’appelait la Lotharingie, elle était issue du traité de Verdun. Déjà, il existait des traités, on ne les soumettait pas aux peuples, pas davantage à des instances de représentation. » François Hollande

François Hollande pour la remise du Prix Charlemagne, Aix-la-Chapelle, 14 mai 2015

Le Prix Charlemagne a été attribué à de multiples personnalités - la liste sur le site http://www.karlspreis.de/ - depuis 1950, en particulier américaines (George C. Marshall, Henry A. Kissinger, ...) et françaises (Jean Monnet, Robert Schuman,...).

Richard Nikolaus de Coudenhove-KalergiDans son discours du 18 mai 1950, le comte Richard Nikolaus de Coudenhove-Kalergi - premier lauréat - annonça la couleur pour les années futures : « (...) le chemin qui mène à une Europe unie, de l’Islande à la Turquie comme de la Finlande au Portugal, est encore loin. Des années passeront avant que nous puissions l’atteindre. D’autant plus que nous devons mettre nos meilleurs forces au service de l’organisation strasbourgeoise afin qu’un jour tous les peuples d’Europe s’associent. (...). À ce nouveau groupe d’États qui s’étend de l’Elbe au Pyrénées, il était plus digne de le relier à l’Europe de la grande tradition et de lui donner le nom d’ “Union Charlemagne”. (...). Il s’agit ni plus ni moins que la renaissance d’un Empire carolingien selon des principes démocratiques, fédéraux et sociaux. (...). Le temps est venu de mettre un terme à l’état de guerre entre l’Allemagne et la France, non pas par un traité de paix qui conduirait immanquablement à des protestations et à des efforts de révision, mais par une constitution fédérale qui fonderait la relation franco-allemande de l’avenir sur des lois et non sur des traités. (...). Le moyen le plus adapté et le plus rapide serait la réunion d’une constituante par des élections généralisées pour élaborer une constitution fédérale. (...). La réalisation d’une fédération Charlemagne est pour cela dans les intérêts des Anglais comme des Américains. L’Union atlantique deviendrait une fédération à trois avec l’Empire britannique comme pont entre l’Amérique et l’Europe ».

Prix CharlemagneSignalons au passage que la représentation du Prix Charlemagne est basée sur le buste de Charlemagne présent dans la cathédrale d’Aix-la-Chapelle, entouré des 12 étoiles du drapeau européen - de la Sainte Vierge -, et que Jean-Paul II avait reçu le Prix Charlemagne « à titre exceptionnel » en 2004...

Le drapeau européen est un emblème religieux chrétien
Buste de Charlemagne, cathédrale d'Aix-la-Chapelle

Wolfgang Schäuble, lauréat du Prix Charlemagne 2012Le lauréat du Prix Charlemagne 2012, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, avait proposé « un bouleversement des institutions de l’Union européenne, se disant favorable à ce que la Commission européenne soit transformée en un gouvernement » [18]. Le 19 juillet dernier, François Hollande a repris l'idée d'un « gouvernement de la zone euro ».

Enfin, pour mémoire, Napoléon III avait signé un traité de « libre-échange » avec l’Angleterre le 23 janvier 1860. Actuellement, le Traité transatlantique se prépare [19]. François Hollande, Jeune Leader (1996) de la Fondation franco-américaine [20], le soumettra-t-il au Peuple français ? Nous pouvons sérieusement en douter...

 J.G., Primidi 11 Thermidor an CCXXIII

--------------------------------------------------------------------

LIRE AUSSI...

- Martin Schulz, « le bon Allemand » candidat à la présidence de la Commission européenne. Par Yvonne Bollmann
- François Hollande et le Traité de Lisbonne ou comment piétiner la souveraineté populaire...
- « Car le fascisme avait, à son programme, la réalisation de l’Union européenne »
- Les expositions de la France européenne sous Vichy


- Intégration européenne sous le contrôle du Reich et plans américains pour une unification de l’Europe
- Le Pacte Synarchique : de l’Union européenne à l’Organisation Synarchique du Monde
- Robert Schuman : simple exécutant des U.S.A. ?
- M.Mélenchon : « la construction de la nation européenne est un idéal » et « Maastricht est un compromis de gauche »
- L’argent de l’influence. Les fondations américaines et leurs réseaux européens
- Des grandes firmes américaines ont travaillé pour le IIIe Reich
- Lettre de Jean Hennessy, régionaliste, fédéraliste, européiste et mondialiste au maréchal Pétain
- François Hollande : la Fondation franco-américaine l’a félicité pour son élection
- Le drapeau européen est un emblème religieux chrétien
- Ratification de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires : le choix d’une défaite politique de la France. Par Yvonne Bollmann

---------------------------------------------------------------------

http://www.lecanardrépublicain.net/

Nous suivre sur : Facebook | Twitter | Google +



21 réactions


  • juluch juluch 31 juillet 2015 11:09

    « Déjà, il existait des traités, on ne les soumettait pas aux peuples, pas davantage à des instances de représentation.  » François Hollande


    c’est un message clair.

    • oncle archibald 31 juillet 2015 11:25

      @juluch : ça n’est pas un message clair, c’est un rappel historique. Il y a douze siècles personne ne demandait jamais l’avis du peuple et il n’y avait aucune représentation nationale élue.


    • MagicBuster 31 juillet 2015 11:38

      @oncle archibald

      Même en 2005, on a fait semblant de demander au français leur avis sur l’Europe. => Ils sont dit NON.

      Honnêtement si les français avaient voté OUI - il n’aurait rien fait de différent.

      Tous les responsables - Sarko en tête - Qu’on leur coupe la tête


    • juluch juluch 31 juillet 2015 11:46

      @oncle archibald

      Un rappel historique , oui, mais surtout un avertissement.

    • stereo 31 juillet 2015 14:20

      @juluch

      Autre message clair mais venant des peuples depuis la nuit des temps : « Les traitres ont toujours fini pendus... »


  • Laurent 47 31 juillet 2015 11:56

    Je crois me rappeler ( mais je peux me tromper ), qu’on avait demandé son avis au bon peuple par référendum sur l’adoption de la Constitution Européenne. Et le bon peuple en toute logique avait répondu non, car ce qui caractérise la valetaille contrairement à l’aristocratie, c’est qu’étant plongée dans la dure réalité de la vie quotidienne, elle savait depuis le début qu’on allait dans le mur en se jetant pieds et poings liés dans les pattes des Etats-Unis ( comme avec l’OTAN par exemple ).

    Mais l’aristocratie politique a été très choquée de constater que les larbins se rebellaient ! Comment ? Mais ils osent penser, nos valets ?
    Alors le référendum, direct poubelle !
    Et les politicards qui nous dirigent osent donner des leçons de démocratie à la Russie ou à la Chine !
    Ce qui confirme le vieil adage : la dictature, c’est taisez-vous !...et la démocratie, causez toujours !

  • popov 31 juillet 2015 14:45

    un monarque qui était encore nomade en ces temps incertains, Charlemagne,

    Ce pauvre Hollande, il a du confondre Charlemagne avec Attila.


    • oncle archibald 31 juillet 2015 17:30

      @popov : « il a du confondre Charlemagne avec Attila »


      Oui, où Hollande passe le contribuable trépasse, c’est le nouvel Attila des portefeuilles. Je me demande s’il réchauffe un steak sous la selle de son scooter lorsqu’il va retrouver sa belle …. 


  • lloreen 31 juillet 2015 19:45

    Depuis le 18 juin 2015, un conseil national de transition s’ est mis en place, seule autorité légitime
    de la nation.
    Monsieur Hollande et son gouvernement, qui représentent des intérêts étrangers sont donc de facto illégitimes.
    Ils le savent si bien qu’ ils ont envoyé 11000 miliciens à Paris le 14 juillet pour contrer les 7000 français venir soutenir le nouveau mouvement de transition .

    Proclamation officielle du 18 juin 2015
    https://www.youtube.com/watch?v=Eg78p_fwt0g

    Les informations sont en lien.
    http://www.conseilnational.fr/

    Tout un chacun peut rejoindre le conseil national de transition.
    Pour ceux qui le feraient attendez vous à devenir de dangereux « complotistes »...


  • lloreen 31 juillet 2015 19:47

    Ce qui s’ est réellement passé le 14 juillet 2015.
    http://mvt14.blogspot.fr/2015/07/le-vrai-bilan-du-mouvement-du-14-juillet.html


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 31 juillet 2015 20:54

    Bonjour,
    .
    Le prix Charlemagne décrypté par le président de l’UPR Monsieur François Asselineau :
    http://www.upr.fr/emissions-radio-tv/le-prix-charlemagne-decrypte
    .
    En gros le prix Charlemagne crée en 1950 est attribué à des serviteurs du mondialisme en Europe, ceux qui aident à fabriquer l’UE (un projet profondément anti-démocratique mais promue comme « démocratique ») soumise aux intérêts américains voire les intérêts de l’oligarchie financière, bref à ceux qui aident les États-Unis à vassaliser les pays européens aux intérêts américains !
    .
    Parmi les personnes ayant obtenu le prix Charlemagne on trouve Paul Henn-Spaak et Robert Schuhman qui ont été en fait des agents américains financé par l’ACUE ! Le rôle de États-Unis fut camouflé comme pour une opération secrète, cela été révélé dans une publication du journal anglais The Daily Telegraph (19 septembre 2000), suite à la déclassification des documents secrets.
    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/1356047/Euro-federalists-financed-by-US-spy-chiefs.html
    .
    En 1957 le prix Charlemagne à été attribué à Paul Henn-Spaak et en 1958 à Robert Schuhman, ils étaient tout le deux traité comme des employées par leur parrains américains !
    .
    L’argent de l’ACUE, American Committee for United Europe, provenait des fondations Ford et Roquefeller et à servi à financer secrètement le projet de la création de l’UE !


  • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 31 juillet 2015 21:02

    Ce prix est-il donné en mémoire de la « Division Charlemagne » ?

    Avec ce prix, avec ces lauréats, avec des discours, avec les faits de génocide du peuple grec ordonné par l’oligarchie financière, on voit que désormais l’Union Européenne est en guerre contre ses peuples-

    Et comme pour toute guerre, on s’assoie sur les traités ou on les utiise pour détruire l’ennemi.

    Sauf que désormais, l’ennemi, c’est le peuple : l’ennemi, c’est nous.

    Laisserons-les nous détruire sans rien dire ?


  • lloreen 31 juillet 2015 21:52

    « Laisserons-les nous détruire sans rien dire ? »

    Non.
    https://roundopalpha.wordpress.com/list-r-oa2014/


  • sarcastelle sarcastelle 1er août 2015 03:55

    Pourquoi l’auteur se réfère-t-il à cette ânerie qu’on nomma quatorze ans durant le calendrier révolutionnaire ? 


  • bernard bernard 1er août 2015 07:27

    Non content d’avoir inventé l’école, il aurait aussi inventé l’Europe ?


    C’est vraiment une idée folle...
    Sacré Charlemagne !

     smiley smiley



  • julius 1ER 1er août 2015 08:52

    Déjà, il existait des traités, on ne les soumettait pas aux peuples, pas davantage à des instances de représentation. »


    le problème n’est pas que des représentants plus ou moins élus se passent de l’avis ou du consentement des peuples, mais c’est que les peuples continuent à élire ces gens-là........ et surtout se dessaisissent de la Politique en maintenant ces gens-là en place ......

  • smilodon smilodon 1er août 2015 21:39

    @ françois hollande et nicolas sarkozy : En 2017 à part vous 2 y’en aura une autre !.. Marine elle se prénomme !..... Non pas que j’ai envie d’elle !... Mais vous 2, si vous saviez à quel point j’ai plus envie de vous !... Je vais voter FN en 2017 !... Ce sera ma « prise de la bastille » à moi !.. 226 ans plus tard !... Tout seul derrière mon rideau !..... Juste pour rire un peu !... Et revivre enfin !...Adishatz.


  • GUIGUI971 GUIGUI971 3 août 2015 00:24

    C’est bizarre, je ne vois personne pour contredire cet article et les commentaires !

    Pas un pour vous traiter de complotistes. Les gardiens de la pensée unique, abreuvés de TF1 et BFM seraient-ils partis en vacance ?
    Vous n’êtes que des cryptodémocrates ! smiley

  • GUIGUI971 GUIGUI971 3 août 2015 00:27

    Je reviens sur cette région qui, à l’époque, s’appelait la Lotharingie, elle était issue du traité de Verdun. Déjà, il existait des traités, on ne les soumettait pas aux peuples, pas davantage à des instances de représentation. » François Hollande


    Oui mais rassures toi François, un jour on va te soumettre au peuple, toi et toute ta clique. Et on va te traiter.

  • gaijin gaijin 3 août 2015 09:55

    « déjà a l’époque ..... »
    raison de plus pour que ça change ....


Réagir