dimanche 11 octobre 2015 - par Le Canard républicain

Groupe de travail Bartolone-Winock sur les institutions : l’hommage du vice à la vertu

 Depuis des années, l’Association pour une Constituante affirme avec constance que la France traverse une crise de régime majeure. Depuis des années, les dirigeants proclament qu’il n’en est rien. Et soudain, Claude Bartolone découvre qu’il existe effectivement un problème et tente de contrôler son potentiel de destruction du régime. Dans un scénario qui rappelle plus Louis XVIII que la souveraineté populaire, le Président de l’Assemblée nationale propose d’octroyer une charte aux français. Il considère ainsi qu’il a la légitimité nécessaire à la reconstruction de la démocratie.

Face à une situation politique de plus en plus incohérente, la réaffirmation de la souveraineté populaire par l’élection d’une Assemblée Constituante est d’intérêt public. Interrogé devant la presse parlementaire sur cette possibilité qui a rythmé en France l’Histoire de la République, Claude Bartolone tente une pirouette en déclarant simplement qu’« il ne croit pas au grand soir ». Qu’est-ce alors que son groupe « petit soir » auto désigné ? Il rejette l’idée même d'une refonte totale au profit de réformes qui sont dans l'air depuis longtemps : maintien du présidentialisme avec des corrections (durée du mandat, recentrage des fonctions sur l'arbitrage, etc.), la personnalisation du pouvoir demeurant et se trouvant même renforcée par la possibilité pour le Président de la République de s'adresser directement aux chambres.

Certes, comme il n’envisage pas de laisser au peuple sa souveraineté naturelle, il propose une « Participation citoyenne via la rédaction d'amendements à la loi », négligeant de ce fait la question fondamentale de la responsabilité politique. Il parle aussi du referendum d’initiative citoyenne, sans en préciser la signification ni les modalités.

En fait, au-delà de leur aspect tactique, il peut d’autant plus évoquer toutes ces propositions qu’elles font l’impasse sur le vrai pouvoir, celui de l’Union européenne et des opérateurs financiers qui l’accompagnent. Elles font également fi de cette idéologie du consensus sur les questions fondamentales. Si le débat démocratique se réduit à l’accessoire, pourquoi tant de remous ?

Le drame actuel est autant celui d’un système que celui de la classe dirigeante tant française qu’européenne qui l’incarne. Hommage du vice à la vertu, vouloir en garder la maitrise ne peut mener qu’à la radicalisation.

André Bellon

Article également publié par l'ASSOCIATION POUR UNE CONSTITUANTE : www.pouruneconstituante.fr


LIRE AUSSI...

- Agir face à l’interminable agonie des institutions
- L’aristocratie des riches ou la souveraineté du peuple ?


http://www.lecanardrépublicain.net/

Nous suivre sur : Facebook | Twitter | Google +



5 réactions


  • Le p’tit Charles 12 octobre 2015 08:14
    Bartolone est la parfaite illustration de l’incompétence au PS...parti politique de bras cassés...Mitterant fut le porte drapeau de ces nains de jardins...Zohollande en est la continuité avec ses sbires du genre Bartelone et tant d’autres...Comment 38% des électeurs inscrits ont pu voter pour cette mafia... ?

    • flourens flourens 12 octobre 2015 12:33

      @Le p’tit Charles
      comment on a pu voter pour ces pieds nickelés, ben parce qu’on avait pas d’autre choix, Hollande ou Sarko, bof bof, peste ou choléra ? on te coupe une jambe ou un bras ? tu préfère un coup de pied au cul ou une claque dans la gueule ? voila le choix, et puis aussi à cause des mensonges de l’ennemi de « gauche » de la finance, l’ami de la tranche des 75% et de la retraite à 60 ans
      reste l’abstention ou le vote blanc, mais, dans nos institutions actuelles, même avec 5% de votant, il y aurait un élu
      il faut revoir entièrement le code électoral et changer de République pour que la démocratie, la vraie, ait une chance de survivre


  • samy Levrai samy Levrai 12 octobre 2015 10:53

    Une nouvelle constitution dans l’Union Européenne est juste une escroquerie... Nous ne sommes plus souverains. 

    Nous ne battons plus monnaie, nos lois sont inferieurs a celles de l’UE, idem pour la justice et nous ne décidons plus de la guerre ou de la paix que nous avons abandonné à l’OTAN...
    Nos votes ne valent plus rien, une nouvelle constituante n’y changerait rien sans sortie prealable de l’UE et de l’OTAN...
    Escroquerie vous dis je...

    • flourens flourens 12 octobre 2015 16:47

      @samy Levrai
      c’est l’histoire de la poule ou de l’oeuf que tu racontes, qui était avant l’autre ?
      c’est pareil pour la sortie de cette UE, il faut en sortir pour avoir une nouvelle constitution mais pour en sortir il faut une autre constitution
      je pense qu’il est possible d’avoir une constituante quo inscrive dans le marbre le principe de souveraineté de la nation et qu’après seulement, suivant la volonté des peuples on peut sortir de cette UE


  • Garance 13 octobre 2015 07:00

    Quand je lis dans la même phrase « Bartolone....groupe de travail.... » je me dis que c’est un non-sens


     « Bartolone....travail  »....faut être sérieux quand même

    Le seul « travail qu’il connaisse c’est de  »placer « sa  »Famille « et ses »amis« pour qu’ils soient ses obligés

    Ce n’est pas pour rien que ce bon à rien est surnommé » Don Bartolone " partout dans le 9/3

Réagir