samedi 29 août - par Patrice Bravo

Ils veulent renverser le gouvernement de Merkel

Les Montagsdemos de 2013, Pegida de 2014 à 2020, deviennent les Coronademos. Le 1 août une première grande manifestation a eu lieu à Berlin. Ce week-end une autre manifestation XXL, à la base ciblant les mesures sanitaires, est annoncée par une partie du peuple allemand qui réclame la démission du gouvernement de Merkel.

JPEG

Le gouvernement a interdit la manifestation. Les politiques en poste à Berlin, comme ceux du SED (Parti socialiste unifié d’Allemagne) avant la chute du mur, commencent à trembler de peur. La fronde monte depuis plusieurs années en Allemagne contre la chancelière, l'ancienne chef de la propagande de la FDJ (La Jeunesse allemande libre de la RDA) qui occupe son poste depuis 15 ans. Mais, le tribunal administratif de Berlin a tranché.

Le mouvement « Q » des « Querdenker » (les penseurs latéraux) initialement de Stuttgart avec l'organisateur Querdenken 711 a fait sonner la charge pour prendre Berlin depuis plusieurs jours. Des bus ont été mis en place pour transporter les manifestants de toutes les parties de l'Allemagne sur Berlin.

Publicité

Le magazine Compact, se posant en organisateur de la communication de cette révolte qui veut faire tomber le régime actuel, annonce fièrement l'arrivée du neveu de JFK , le démocrate Robert Kennedy Jr, qui dénonce les mesures du Covid-19 et la vaccination, à la manifestation pour faire un discours. Le spectre politique de la fronde ratisse large du NPD (Parti national-démocrate d'Allemagne) à l'AfD en passant par les déçus du SPD, de la CDU ou des Linken.

« Samedi prochain, 29 août 2020, la deuxième Journée de la liberté » (Tag der Freiheit) aura lieu à Berlin, au cours de laquelle les opposants des mesures gouvernementales dans le contexte de la soi-disant pandémie corona veulent manifester dans la rue. Cette grande manifestation est interdite pour le moment. Interdit par l'ancien membre du SED Andreas Geisel, sénateur berlinois de l'intérieur (aujourd'hui SPD) », a écrit le NPD sur son site.

Mais Jürgen Elsässer, qui est issu de la gauche, fait remarquer que les manifestants ne sont pas des néonazis comme les média subventionnés par l'Etat, l'écrivent : « Quelle confrontation : Merkel contre Kennedy Jr ... Aux USA aussi, certaines célébrités ont déjà compris que les manifestations des penseurs latéraux ne sont pas une réunion d'extrémistes de droite, mais que les droits élémentaires pour la liberté sont négociés ici ». En effet, les organisateurs se regroupant autour de Elsässer ou de l'AfD et de Querdenken 711, demandent à leurs sympathisants à ne pas se mélanger avec les troupes du NPD, pour ne pas donner les images voulues par les mêmes média. Le NPD, qui a été fondé par le MI6, est considéré comme un parti politique néonazi par les média officiels.

Sur Telegram, les organisateurs de la manifestation agissent et diffusent les informations aux manifestants car Facebook les a bannis depuis longtemps. L'ancienne journaliste vedette de la ARD, Eva Herman avec 139 479 abonnés ; le journaliste Oliver Janich, avec 138 082 abonnés, bombardent leurs lecteurs de nouvelles du front presque 24h24. Les publications sont là pour donner une conscience de groupe et une formation politique puisque les média d'Etat ne publient pas sur la même fréquence et parce que Facebook censure ces informations politiques.

Les média d'Etat ont tenté, il y a peu, de déstabiliser Eva Herman qui vit au Canada en titrant qu'elle et son compagnon, Andreas Popp, un expert en finance et économie, seraient en train de construire une colonie allemande. De nouveau, le joker nazi a été employé par les média pour discréditer l'action politique du couple qui obtient une large audience en Allemagne.

Publicité

Querdenken 711, qui avait fait appel de cette interdiction, a tweeté en cet après midi du 28 août que le tribunal administratif de Berlin a levé l'interdiction de manifester si les organisateurs empêchent la concentration de personnes et demandent via haut-parleur aux manifestants de respecter les distances sociales. Les manifestants souhaitent occuper la capitale allemande sur plusieurs jours et forcer Merkel à démissionner. 

Olivier Renault

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1927



16 réactions


  • McGurk McGurk 29 août 15:16

    Le règne Merkel est du jamais vu dans l’histoire moderne allemande.

    Normalement, en Allemagne, le renouvellement des têtes politiques est un gage de démocratie pas des idées hélas. Quatre mandats de suite signifie donc, à juste titre d’ailleurs, une dictature.

    Compte tenu de la politique économique allemande qui a généré une extrême pauvreté dans le pays et profité des autres (pays de l’est, Grèce, etc.) , un changement d’idées et de cap est plus que nécessaire.

    Sans parler des hommes politiques qui ont soumis les pays voisins (ex : France).


    • The White Rabbit The White Rabbit 29 août 17:48

      "Selon les sondages, les trois quarts des Allemands approuvent les mesures prises par leur gouvernement pour lutter contre la pandémie de coronavirus et les respectent dans leur ensemble. Mais une minorité critique les rejettent et descend depuis le printemps dans la rue pour dénoncer des mesures qu’elle juge exagérées. Une nouvelle mobilisation a lieu ce samedi à Berlin où une précédente manifestation le 1er août avait rassemblé 20 000 personnes. 

      Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

      « Le plus grand jour de l’histoire depuis 1945 ». Vendredi soir, un orateur lors d’une première manifestation n’a pas lésiné pour qualifier la mobilisation attendue ce samedi à Berlin.

      Quatre semaines après la dernière édition qui avait réuni environ 20 000 personnes dans la capitale allemande, les opposants au port du masque et plus largement aux mesures contre l’épidémie de Covid-19 descendent à nouveau dans la rue ce samedi.

      Ils sont plus remontés que jamais après l’interdiction de la manifestation prononcée mercredi par la ville de Berlin. Mais la municipalité qui arguait des risques pour la santé publique en raison du non respect des gestes barrière le 1er août a été déboutée par la justice vendredi.

      Un tour plus radical


      La manifestation de ce samedi pourrait prendre un tour plus radical, de nombreux groupes d’extrême droite étant mobilisés : le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD), les identitaires mais aussi des néo-nazis.

      À leurs côtés, on trouvera à nouveau une foule bigarrée unie dans le rejet des mesures visant à limiter la propagation du coronavirus qui entravent selon eux leur liberté. Des militants antivaccins, des hippies, des conspirationnistes mais aussi des Allemands inquiets défileront à côté de manifestants plus radicaux n’hésitant pas à se comparer pour certains avec les juifs persécutés sous le nazisme. "

      https://www.rfi.fr/fr/europe/20200829-allemagne-les-anti-masques-font-leur-retour-les-rues-berlin


    • Bendidon Bendidon 29 août 18:48

      @The White Rabbit
      bonne récitation le perroquet smiley


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 29 août 18:55

      @Bendidon

      bonne récitation le perroquet 

      C’est ce qu’on appelle une intelligence « externalisée ». Il copie inlassablement des articles de la prestipution, comme si quelqu’un ici irait les lire smiley

      Après c’est un lapin, hein. Ca court vite mais faut pas trop demander. Et pis comme ça court en zig-zag, si toi tu cours tout droit, tu peux facilement l’attraper par les noreilles et en faire un plat délicieux plus un superbe chapeau façon Davy Crockett.


    • titi 30 août 00:02

      @McGurk
      « . Quatre mandats de suite signifie donc, à juste titre d’ailleurs, une dictature. »
      Comme Poutine ?


    • McGurk McGurk 30 août 01:04

      @titi

      Sauf que Poutine a tout pouvoir ou presque.

      Le chancelier allemand classique doit composer avec les forces politiques, même au sein de la dictature de l’UE.

      Merkel profite à la fois de son propre pouvoir, de l’ascendant de l’Allemagne sur l’UE ainsi que son pouvoir économique éphémère. Trois choses qui rendent les personnes à ce poste particulièrement dangereuses car elles peuvent dicter leurs conditions au reste de l’Europe excepté la Russie.


    • titi 30 août 18:10

      @McGurk
      Ce n’est pas parce qu’un pays élit une personne qui ne vous revient pas que ça en fait une dictature.
      Les mots ont un sens. Essayez de ne pas les galvauder.


    • McGurk McGurk 31 août 16:10

      @titi

      Un pays où on peut assassiner ses opposants, les enfermer et faire ce que bon nous semble n’est pas une démocratie.


  • Giordano Bruno 29 août 15:36

    Selon Russia today, la police berlinoise a interrompu la manifestation, faute de respect des gestes barrière par les quelque 18 000 participants.


Réagir