samedi 13 décembre 2014 - par lucien

Interrogations sur Alexandre Del Valle

« C’est pire que ça, c’est la nouvelle Solution Finale des chrétiens… C’est une épuration ethnique que j’appelle la nouvelle Solution Finale de la chrétienté d’Orient. »

Alexandre Del Valle, sur le plateau de Thierry Ardisson, dans Salut les terriens ! (2011)

 

 

Retour en arrière

Diplômé de Sciences-Po Aix, Alexandre Del Valle, parfois connu sous le nom de Marc D’Anna, revient sur les plateaux. Au début des années 2000, j’ai lu certains de ces livres et était alors persuadé que la « menace islamiste » était due aux idéaux intrinsèquement pervers de l’islam. Il faisait partie de ces auteurs alors plutôt en avance sur le choc des civilisations mais ses constantes références à une certaine culture "judéo-chrétienne" me rassurait. Par ailleurs, son acolyte dans la Droite Libre (mouvement quand même affilié à l’UMP), Rachid Kaci[1], semblait plutôt de culture musulmane tendance laïc. Une alliance objective et pacifiante pour un bien commun futur : intéressant.

Ses livres étaient très documentés[2] mais présentaient de plus en plus, pour résumer, tout musulman comme un égorgeur potentiel « néo-fasciste ». Je fus étonné quelques années plus tard de le voir à des Universités d’Eté du MPF de Philippe de Villiers qui remarqua sa présence avec déférence. Quand je demandais aux responsables si cette présence faisait suite à une invitation, un très jeune responsable manifesta de la gêne et m’assura que cette présence n’était pas le fruit d’une sollicitation. J’ai même cru un moment donné qu’ADV était plutôt chrétien … Il semble par ailleurs qu’il ait fréquenté le Centre de l'Adrech, le cercle de formation Jeunes de l'Opus Dei d'Aix-en-Provence (converti selon certains au retour d'une mission au Liban organisé par l'Ordre de Malte qui lui avait accordé une bourse de voyage).

Alexandre del Valle, a commencé sa carrière d’essayiste en publiant des essais de géopolitique à partir de 1997. Il était alors dans la lignée « souverainiste » anti-atlantiste (« Islamisme Etats-Unis, une alliance contre l'Europe », préface de Pierre Marie Gallois et Péroncel-Hugoz).

Dans ce livre, Alexandre del Valle démasque l’ « alliance cynique entre les Administrations américaines et les islamistes radicaux sous la guerre froide ». Saddam Hussein y est présenté comme un héros face à « l'arrogance américaine ». ADV va jusqu’à défendre les Serbes nationalistes, ligne à laquelle il sera fidèle.

Son maître en géopolitique est, à cette époque (avec Yves Lacoste et Marie France Garaud), le général Pierre Marie Gallois qui l'introduit chez l'Age d'Homme et le fait éditer. Puis, à partir de 2001, ADV devient une sorte de néo-conservateur libéral au nom d'idéaux "judéo-chrétiens".

Dans un second ouvrage, « Guerre contre l'Europe », Del Valle maintient encore sa critique radicale de la politique américaine, dénonçant les mensonges de Clinton et Madeleine Albright, qu'il accuse d’entretenir une « diagonale verte » dans les Balkans.

C’est alors qu’une revue américaine, Middle East Quarlety, du néo-conservateur sioniste Daniel Pipes, présente ADV comme un intellectuel français de droite, gaulliste, anti-américain et souverainiste, catholique conservateur, qui dénonce le complot « impérialiste » de la « décadence culturelle et morale des Etats-Unis ».

Dans ce livre, en effet, ADV avance que l'Europe est affaiblie par la « sous-culture commerciale américaine planétaire ». A cette époque, Alexandre del Valle est un fonctionnaire au SGDN (Secrétariat général à la Défense Nationale).

Plus tard, Del Valle se lie aussi d'amitié avec un autre formateur : Alain Griotteray, puis avec l'avocat médiatique et sioniste Gilles William Goldnadel. Eric Zemmour lui accorde une page « portrait » au Figaro au moment des attentats du 11 septembre alors que ADV devient subitement pro-américain...
 

Son nouveau livre : « Le chaos syrien »

ADV vient de publier un livre sur le Chaos Syrien, intention louable mais comme vous pourrez le constater dans son interview à Enquête et Débat, il désigne les musulmans comme l’exclusif ennemi de l’Europe et bien-sûr le primordial sujet de préoccupation des français. DAECH est un mouvement spontané qui regroupe surtout des anciens militaires irakiens, etc.

Pour ADV, l’Islam n’est pas une religion, mais une idéologie. Il valide le choc des civilisations en exaltant une culture « judéo-chrétienne » qui est sans doute finalement exclusivement judéo et seulement chrétienne par les idiots utiles. Le musulman, c’est le barbu visionné dans les médias mainstream et criant « Allah Akbar » en tirant en l’air. Son formateur Michel Korinman[3], lui a dit qu’Israël est la première défense de l’Occident dans le monde arabe en particulier, et musulman au sens large. Ce « consultant international », portant beau et au verbe simpliste, est au service de la méfiance envers les musulmans.

Le scénario (la représentation) qu’il nous vend est : les chrétiens contre les musulmans, la civilisation contre les barbares. Il se veut un des animateurs de ce contrôle par le jeu des images. Le vivre-ensemble, tel que proposé par RecNat (de Soral et Dieudonné) n’est pas envisagé. Il serait tout de même plus fidèle à l’esprit de ce judéo-christinanisme dont il fait la promotion.

 

Quelques éléments pour évaluer son objectivité rationnelle

Marié à une juive selon certaines sources, il est souvent cité comme un expert géopolitique dans des revues catholiques traditionnalistes comme Monde Et Vie, et Radio courtoisie

Pupille de l'Etat et fils de pieds noirs espagnols italiens, il est un jour passé à la question et accusé d'avoir écrit, étant jeune, dans une revue druidique païenne (Muninn) qui a fait une fois la critique de la circoncision… Il rappelle alors les origines juives de sa famille pied-noir maternelle (père italien de Tunisie chrétien d'ascendance juive livournaise, et mère oranaise sépharade espagnole : informations avancées par l'étonnant Caludio Mutti en 1996).

Sa femme juive argentine (ancienne femme politique), le parraine dans la communauté et le « réconcilie » avec ses origines juives, ce qui lui permet d'être reconnu officiellement membre du peuple élu et de pouvoir épouser sa compagne,. L’alliance est célébrée par le rabbin orthodoxe Marcel Zémour, de la Communauté d'Antibes.

Cette « téchouva » lui permet d'intégrer aisément le Bnaï Brith, exclusivement réservé aux franc-maçons de confession juive, et qui le défendra toujours (du moins au temps de la présidence de Yves Kamani).

Ainsi, le nouveau Alexandre Del Valle devient un conférencier de la franc-maçonnerie juive, le Bnaï Brith ( originaire des Etats-Unis), et de nombreuses organisations sionistes françaises comme l'Union des Patrons juifs de France (UPJF), où il côtoie par exemple Claude Goasguen, Centre Simon Wisenthal, Likoud, Kadima, Synagogue Libérale de Copernic, Fondation OSE, CCJ 93-95, Union sépharade Mondiale, Union des Patrons Juifs de France, KKL, Fonds Social Juif, France Israël, CRIF, l'Union sioniste, Radio J, le Cercle Ben Gourion, etc.
 

Adepte du reality building

ADV est là pour nous « raconter des histoires ». Certes, ces histoires ont une part de réalité mais certains traits sont grossis pour influencer les jugements.

 « Cet islamisme fonctionne exactement comme le nazisme » nous dit le géopolitologue Del Valle. N’est-ce pas là prendre les gens pour des imbéciles ?

Mais peut-être a-t-il raison : chacun sait que la civilisation occidentale helléno-chrétienne est surtout menacée par l’Islam dont le pouvoir est efficace et profond. Les allées du pouvoir ne sont-elles pas gangrenées par les réseaux islamistes ? Le lobby iranien n’oriente-t-il pas notre politique étrangère et les choix éditoriaux de nos médias mainstraeam ?

Selon l’expert en géopolitique, les véritables menaces ne sont donc pas les loges maçonniques animées par un « humanisme » déstructurant (gender) ni les groupes de presses dont la philosophie libéral-libertaire sert les profits mais les méchants barbus plutôt orientaux.

Monsieur del Valle doit choisir son camp une fois pour toute et cessez de flirter avec les marionnettistes de ce monde pour assurer une fin de carrière.

 

[1] Rachid Kaci est nommé sous-préfet, directeur de cabinet du préfet de la région Champagne-Ardenne, le 8 juillet 2009. Par décret du président de la République du 30 août 2012, il est nommé sous-préfet de Montmorillon dans le département de la Vienne, puis préfet hors-cadre en décembre 2013.

 

[2] Probablement nourris d'infos des RG, car Del Valle travaille semble-t-il à l’époque au SGDN et aurait reçu des infos des RG, notamment de la DCRG et de la DRM avec qui le SGDN est en liens.

[3] « Nombre de nos contemporains, en Europe de l’Ouest, souffrent eux d’un désir à peine rentré d’apocalypse par procuration. Conjurer la fin de l’Histoire par la fin d’une histoire, celle d’Israël. Accomplissement de la décolonisation ! Finie la nation anti-hégélienne qui s’obstine à l’heure où nous allons nous fondre en un bloc plus ou moins européen ! Et jusqu’à la Shoah s’en trouvera normalisée, puisque viendra s’annuler le miracle de la réparation du génocide par la fondation de l’État hébreu ! » (Michel Korinman, Outre-terre n°9, 2004). Dans cette revue Outre-terre, dirigée par Korinman, se retrouvent des « grands intellectuels » comme Guy Millière, Alexandre del Valle, Pierre-André Taguieff, Shimon Peres... L’universitaire Millière qui estime « dégueulasse » de comparer la Shoah avec les supposés crimes subis par les Palestiniens est entre autres maître de conférences à Sciences Po, ainsi que professeur invité aux Etats-Unis, et collabore à de nombreux think tanks aux Etats-Unis et en France. Expert auprès de l’Union Européenne en bioéthique, Conférencier pour la Banque de France. Ancien visiting Professor à la California State University, Long Beach. Traducteur et adaptateur en langue française pour le site DanielPipes.org. Editorialiste à Israël Magazine, upjf.org, etc.



4 réactions


  • César Castique César Castique 14 décembre 2014 23:10

    « Pour ADV, l’Islam n’est pas une religion... »


    De fait, l’Islam n’est pas une religion, c’est un système religieux, politique, juridique et social qui encadre l’intégralité de l’existence du Croyant, et qui ne trouve son plein épanouissement que dans l’Etat islamique.

    Et ce n’est pas « Pour ADV », c’est une réalité religieuse, politique, juridique et sociale, que tout un chacun peut vérifier.

  • morice morice 15 décembre 2014 19:25

    Diplômé de Sciences-Po Aix, Alexandre Del Valle, parfois connu sous le nom de Marc D’Anna, revient sur les plateaux. 


    et hop de la pub pour un facho...

    allons-y, un de plus ici !!

Réagir