mardi 28 mai - par Hamed

Israël est en train de perdre cette guerre

Dans un article (1) de l’hebdomadaire américain The Nation, du 8 décembre 2023, on lit :

« Malgré la violence qu’il a déclenchée contre les Palestiniens, Israël ne parvient pas à atteindre ses objectifs politiques.

Il peut paraître stupide de suggérer qu’un groupe d’irréguliers armés, comptant quelques dizaines de milliers de personnes, assiégés et ayant peu accès à des armes avancées, est à la hauteur d’une des armées les plus puissantes du monde, soutenue et armée par les États-Unis. Et pourtant, un nombre croissant d’analystes stratégiques avertissent qu’Israël pourrait perdre cette guerre contre les Palestiniens malgré la violence cataclysmique qu’il a déclenchée depuis l’attaque menée par le Hamas contre Israël le 7 octobre.

Israël et le Hamas semblent tous deux rétablir les termes de leur lutte politique, non pas vers « le statu quo d’avant le 7 octobre, mais vers celui de 1948. » On ne sait pas exactement ce qui va suivre, mais il n’y aura pas de retour à la situation antérieure.

L'attaque surprise a neutralisé les installations militaires israéliennes, forçant les portes de la plus grande prison à ciel ouvert du monde et provoquant un terrible carnage au cours duquel quelque 1 200 Israéliens, dont au moins 845 civils, ont été tués. La facilité choquante avec laquelle le Hamas a franchi les lignes israéliennes autour de la bande de Gaza a rappelé à beaucoup l'offensive du Têt de 1968. Pas littéralement : il existe de grandes différences entre une guerre expéditionnaire américaine dans un pays lointain et la guerre menée par Israël pour défendre une occupation sur son territoire, menée par une armée citoyenne motivée par un sentiment de péril existentiel. L’utilité de l’analogie réside plutôt dans la logique politique qui sous-tend une offensive insurrectionnelle.

En 1968, les révolutionnaires vietnamiens ont perdu la bataille et ont sacrifié une grande partie de l’infrastructure politique et militaire souterraine qu’ils avaient patiemment construite au fil des années. Pourtant, l’offensive du Têt a été un moment clé dans la défaite des États-Unis, même si elle a coûté énormément de vies aux Vietnamiens. En organisant simultanément des attaques spectaculaires et très médiatisées contre plus de 100 cibles à travers le pays en une seule journée, des guérilleros vietnamiens légèrement armés ont brisé l’illusion de succès colportée auprès du public américain par l’administration Johnson. Cela signalait aux Américains que la guerre pour laquelle on leur demandait de sacrifier des dizaines de milliers de leurs fils était impossible à gagner.

Les dirigeants vietnamiens ont mesuré l'impact de leurs actions militaires à l'aune de leurs effets politiques plutôt qu'à l'aune de mesures militaires conventionnelles telles que la perte d'hommes et de matériel ou la conquête de territoires. Ainsi la lamentation d'Henry Kissinger en 1969 : « Nous avons mené une guerre militaire ; nos adversaires ont mené une bataille politique. Nous avons recherché l'attrition physique ; nos adversaires visaient notre épuisement psychologique. Ce faisant, nous avons perdu de vue l’une des maximes cardinales de la guérilla : la guérilla gagne s’il ne perd pas. L’armée conventionnelle perd si elle ne gagne pas. »

Cette logique amène Jon Alterman, du Centre d’études stratégiques et internationales de Washington, DC, à considérer qu’Israël court un risque considérable de perdre face au Hamas :

Le Hamas ne voit pas la victoire en un an ou cinq, mais en s'engageant dans des décennies de lutte qui renforcent la solidarité palestinienne et accroissent l'isolement d'Israël. Dans ce scénario, le Hamas rallie autour de lui une population assiégée de Gaza et contribue à faire tomber le gouvernement de l’Autorité palestinienne en veillant à ce que les Palestiniens le voient encore plus comme un auxiliaire irresponsable de l’autorité militaire israélienne. Pendant ce temps, les États arabes s’éloignent fortement de la normalisation, les pays du Sud s’alignent fortement sur la cause palestinienne, l’Europe recule devant les excès de l’armée israélienne et un débat américain éclate sur Israël, détruisant le soutien bipartite dont Israël bénéficie ici depuis le début des années 1970.

Le Hamas cherche « à utiliser la force bien plus grande d'Israël pour vaincre Israël. La force d'Israël lui permet de tuer des civils palestiniens, de détruire les infrastructures palestiniennes et de défier les appels mondiaux à la retenue. Toutes ces choses font avancer les objectifs de guerre du Hamas. »

De tels avertissements ont été ignorés par l’administration Biden et les dirigeants occidentaux, dont l’adhésion inconditionnelle à la guerre d’Israël est enracinée dans l’illusion selon laquelle Israël n’était qu’une autre nation occidentale vaquant pacifiquement à ses affaires avant de subir une attaque non provoquée le 7 octobre – c’est un fantasme réconfortant à ceux qui préfèrent éviter de reconnaître une réalité qu’ils ont été complices de créer.

Oubliez les « échecs du renseignement » ; l'incapacité d'Israël à anticiper la date du 7 octobre est une incapacité politique à comprendre les conséquences d'un système d'oppression violent que les principales organisations internationales et israéliennes de défense des droits de l'homme ont qualifié d'apartheid.

Il y a vingt ans, l’ancien président de la Knesset, Avrum Burg, mettait en garde contre l’inévitabilité d’une réaction violente.

« Il s’avère que la lutte pour la survie des Juifs, qui dure depuis 2 000 ans, se résume à un État de colonies, dirigé par une clique amorale de contrevenants corrompus qui sont sourds à la fois à leurs citoyens et à leurs ennemis. Un État dépourvu de justice ne peut survivre », a-t-il écrit dans l’International Herald Tribune.

Même si les Arabes baissent la tête et ravalent à jamais leur honte et leur colère, cela ne marchera pas. Une structure construite sur l’insensibilité humaine s’effondrera inévitablement sur elle-même. Israël, qui a cessé de se préoccuper des enfants des Palestiniens, ne doit pas s’étonner de les voir s’enfuir dans la haine et se faire exploser au milieu du rêve israélien.

Burg a averti qu’Israël pourrait tuer 1 000 hommes du Hamas par jour sans rien résoudre, parce que les actions violentes d’Israël seraient la source d’un renouvellement de leurs rangs. Ses avertissements ont été ignorés, même s’ils ont été maintes fois confirmés. Cette même logique se retrouve aujourd’hui complètement démultipliée dans la destruction de Gaza. La violence structurelle écrasante sous laquelle vivent les Palestiniens laissait penser en Israël que ces derniers subiraient toujours en silence ; elle se traduit en réalité par le fait que la sécurité israélienne demeure toujours illusoire.

Les semaines qui ont suivi le 7 octobre ont confirmé qu’il ne peut y avoir de retour au statu quo ante. C'était probablement l'objectif du Hamas en organisant ses attaques meurtrières. Et même avant cela, de nombreux dirigeants israéliens appelaient ouvertement à l'achèvement de la Nakba, le nettoyage ethnique de la Palestine ; maintenant, ces voix ont été amplifiées.

Fin novembre, une pause humanitaire mutuellement acceptée a permis au Hamas de libérer des otages en échange de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes et d’augmenter les fournitures humanitaires entrant dans la bande de Gaza. Lorsqu’Israël a repris son assaut militaire et que le Hamas a recommencé à lancer des roquettes, il est apparu clairement que le Hamas n’avait pas été vaincu sur le plan militaire. Les massacres et les destructions massives qu’Israël a provoqués à Gaza suggèrent une intention de rendre le territoire inhabitable pour les 2,2 millions de Palestiniens qui y vivent et de pousser à l’expulsion par le biais d’une catastrophe humanitaire provoquée par l’armée. En effet, les FDI estiment avoir éliminé jusqu’à présent moins de 15 % des forces de combat du Hamas. Cette campagne a tué plus de 21 000 Palestiniens, pour la plupart des civils, dont 8 600 enfants.

Le 7 octobre et la politique palestinienne

Il est presque certain que l’armée israélienne chassera le Hamas du pouvoir à Gaza. Mais des analystes tels que Tareq Baconi, qui a étudié le mouvement et sa pensée au cours des deux dernières décennies, affirment qu’il cherche depuis un certain temps à se libérer du carcan de la gouvernance d’un territoire séparé du reste de la Palestine, selon des conditions fixées par la puissance occupante.

Le Hamas a longtemps manifesté son désir de sortir de son rôle de gouvernance de Gaza, depuis les manifestations massives et non armées de la Marche du retour en 2018, violemment réprimées par les tirs de snipers israéliens, jusqu’aux efforts contrariés par les États-Unis et Israël pour transférer la gouvernance de Gaza vers une Autorité palestinienne réformée, des technocrates convenus ou à un gouvernement élu, tout en se concentrant sur le recentrage de la politique palestinienne à Gaza et en Cisjordanie sur la résistance au statu quo de l’occupation, plutôt que sur son maintien. Si l’une des conséquences de son attaque était la perte de la charge de gouverner Gaza, le Hamas pourrait y voir un avantage.

Le Hamas a tenté de pousser le Fatah sur une voie similaire, en exhortant le parti au pouvoir en Cisjordanie pour que l’Autorité palestinienne (AP) mette fin à la collaboration avec Israël en matière de sécurité et à se confronter plus directement à l’occupation. La perte du contrôle de Gaza est donc loin d’être une défaite décisive pour l’effort de guerre du Hamas. Pour un mouvement voué à la libération des terres palestiniennes, gouverner Gaza commençait à ressembler à une impasse, tout comme l’autonomie limitée permanente dans des îlots isolés de la Cisjordanie l’a été pour le Fatah.

Selon M. Baconi, le Hamas s’est probablement senti obligé de prendre un pari risqué pour briser un statu quo qu’il considérait comme une mort lente pour la Palestine. « Tout cela ne signifie pas pour autant que le changement stratégique du Hamas sera considéré comme une réussite à long terme », écrit-il dans Foreign Policy.

La perturbation violente du statu quo par le Hamas pourrait bien avoir donné à Israël l’occasion d’accomplir une nouvelle Nakba. Cela pourrait entraîner une conflagration régionale ou porter aux Palestiniens un coup dont ils mettraient une génération à se remettre. Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’il n’y aura pas de retour à la situation antérieure.

Le pari du Hamas a donc peut-être été de sacrifier la gestion d’une bande de Gaza assiégée pour consolider son statut d’organisation de résistance nationale. Le Hamas n’essaie pas d’enterrer le Fatah : les divers accords d’unité entre le Hamas et le Fatah, en particulier ceux dirigés par des prisonniers des deux factions, démontrent que le Hamas cherche à présenter un front uni.

L’Autorité palestinienne est incapable de protéger les Palestiniens de Cisjordanie de la violence croissante des colonies israéliennes et du contrôle permanent qui pèse sur les populations, et encore moins de répondre de manière significative à l’effusion de sang à Gaza. Sous le couvert du soutien occidental à Gaza, Israël a tué des centaines de Palestiniens, en a arrêté des milliers et a déplacé des villages entiers en Cisjordanie, tout en intensifiant les attaques des colons soutenues par l’État. Ce faisant, Israël a encore affaibli le Fatah au sein de la population et l’a poussé dans la direction du Hamas.

Depuis des années, les colons protégés par les FDI attaquent les villages palestiniens dans le but de forcer leurs habitants à partir et de renforcer l’emprise illégale d’Israël sur le territoire occupé. Mais l’expansion de ce phénomène depuis le 7 octobre fait pâlir même les complices américains d’Israël. La menace de M. Biden d’interdire les visas aux colons impliqués dans des actes de violence contre les Palestiniens de Cisjordanie est une dérobade : ces colons sont loin d’être des voyous individuels ; ils sont armés par l’État et agressivement protégés par les FDI et le système juridique israélien, parce qu’ils mettent en œuvre une politique d’État. Mais même la menace mal formulée de M. Biden montre clairement qu’Israël est en désaccord avec son administration.

Le Hamas a une perspective pan-palestinienne, et non une perspective spécifique à Gaza, et il a donc voulu que le 7 octobre ait des effets transformateurs sur l’ensemble de la Palestine. Au cours de l’« Intifada de l’unité » de 2021, qui visait à relier les luttes des Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza à celles menées à l’intérieur d’Israël, le Hamas a pris des mesures pour soutenir cet objectif. Aujourd’hui, l’État israélien accélère cette connexion par une campagne de répression paranoïaque contre toute expression de dissidence de la part de ses citoyens palestiniens. Des centaines de Palestiniens de Cisjordanie ont été arrêtés, y compris des militants et des adolescents postant sur Facebook. Israël n’est que trop conscient du risque d’escalade en Cisjordanie. En ce sens, la réponse israélienne n’a fait que rapprocher les peuples de Cisjordanie et de Gaza.

Il est clair qu’Israël n’a jamais eu l’intention d’accepter un État palestinien souverain à l’ouest du Jourdain. Au lieu de cela, Israël intensifie ses plans de longue date pour assurer son contrôle sur le territoire. Cette situation et l’empiètement croissant d’Israël sur la mosquée Al Aqsa nous rappellent qu’Israël alimente activement tout soulèvement en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et même à l’intérieur des lignes de 67.

Ironiquement, l’insistance des États-Unis pour que l’Autorité palestinienne prenne le contrôle de Gaza après la guerre de dévastation menée par Israël, ainsi que leurs avertissements tardifs et faibles concernant la violence des colons, renforcent l’idée que la Cisjordanie et Gaza constituent une seule et même entité. La politique israélienne de 17 ans visant à séparer une Cisjordanie souple, dirigée par une AP cooptée, d’une « bande de Gaza dirigée par les terroristes » a échoué.

Israël après le 7 octobre

Le raid mené par le Hamas a brisé les mythes de l’invincibilité israélienne et de l’attente de tranquillité de ses citoyens alors même que l’État étouffe la vie des Palestiniens. Quelques semaines auparavant, le Premier ministre Benjamin Netanyahu se vantait qu’Israël avait réussi à « gérer » le conflit au point que la Palestine ne figurait plus sur sa carte du « nouveau Moyen-Orient ».

Grâce aux accords d’Abraham et à d’autres alliances, certains dirigeants arabes se sont ralliés à Israël. Les États-Unis encouragent ce plan, les présidents Donald Trump et Joe Biden se concentrant tous deux sur la « normalisation » avec des régimes arabes disposés à laisser les Palestiniens soumis à un apartheid israélien de plus en plus strict. Le 7 octobre nous a brutalement rappelé que cette situation était intenable et que la résistance des Palestiniens constituait une forme de droit de veto sur les efforts déployés par d’autres pour déterminer leur sort.

Il est trop tôt pour mesurer l’impact du 7 octobre sur la politique intérieure israélienne. Il a rendu les Israéliens plus faucons, mais aussi plus méfiants à l’égard de leurs dirigeants nationaux après l’échec colossal des services de renseignement et de la riposte. Il a fallu que les familles des Israéliens détenus à Gaza se mobilisent massivement contre le gouvernement pour obtenir une pause dans l’action militaire et un accord sur la libération des otages.

Des dissensions internes spectaculaires et très médiatisées au sujet des otages et de ce qui est exigé d’Israël pour obtenir leur retour pourraient faire monter la pression en faveur d’autres accords de libération, voire d’un véritable cessez-le-feu, malgré la détermination d’une grande partie des dirigeants politiques et militaires à poursuivre la guerre. L’opinion publique israélienne reste confuse, en colère et imprévisible.

Il y a ensuite l’impact de la guerre sur l’économie israélienne, dont le modèle de croissance repose sur l’attraction d’investissements directs étrangers élevés dans son secteur technologique et d’autres industries d’exportation. Les protestations sociales de l’année dernière et l’incertitude liée à la crise constitutionnelle ont déjà été citées comme l’une des raisons de la chute de 68 % des investissements directs étrangers d’une année sur l’autre, signalée au cours de l’été. La guerre d’Israël, pour laquelle 360 000 réservistes ont été mobilisés, ajoute un nouveau niveau de choc. L’économiste Adam Tooze a écrit dans son Substack :

« Le lobby de la technologie en Israël estime qu’un dixième de sa main-d’œuvre a été mobilisé. La construction est paralysée par la mise en quarantaine de la main-d’œuvre palestinienne en Cisjordanie. La consommation de services s’est effondrée, car les gens se tiennent à l’écart des restaurants et les rassemblements publics sont limités. Les relevés de cartes de crédit indiquent que la consommation privée en Israël a chuté de près d’un tiers dans les jours qui ont suivi le déclenchement de la guerre.

Les dépenses consacrées aux loisirs et aux divertissements ont chuté de 70 %. Le tourisme, pilier de l’économie israélienne, s’est brutalement arrêté. Les vols sont annulés et les cargaisons sont détournées. Au large des côtes, le gouvernement israélien a ordonné à Chevron d’arrêter la production du gisement de gaz naturel de Tamar, ce qui représente un manque à gagner de 200 millions de dollars par mois pour Israël. »

Israël est un pays riche qui dispose des ressources nécessaires pour faire face à une partie de cette tempête, mais cette richesse s’accompagne d’une certaine fragilité, et le pays a beaucoup à perdre.

Gaza après le 7 octobre

Les forces israéliennes se sont déversées dans Gaza avec un plan de bataille, mais sans plan de guerre clair pour Gaza après leur invasion. Certains chefs militaires israéliens cherchent à maintenir un « contrôle de sécurité » du type de celui dont ils bénéficient dans le domaine de la Cisjordanie de l’Autorité palestinienne. À Gaza, cela les opposerait à une insurrection mieux préparée, soutenue par la majeure partie de la population.

Dans les milieux gouvernementaux israéliens, nombreux sont ceux qui préconisent le déplacement forcé d’une grande partie de la population civile de Gaza vers l’Égypte, en provoquant une crise humanitaire qui rendrait Gaza invivable. Les États-Unis ont déclaré avoir exclu cette possibilité, mais aucun joueur avisé n’écarterait la possibilité que les Israéliens cherchent à obtenir le pardon plutôt que la permission de procéder à un nettoyage ethnique à grande échelle, conformément aux objectifs démographiques à long terme d’Israël visant à réduire la population palestinienne entre le Jourdain et la Méditerranée.

Les fonctionnaires américains se sont tournés vers les livres de prières d’antan, parlant avec espoir de remettre Mahmoud Abbas, 88 ans, le chef de l’AP, à la tête de Gaza, avec la promesse d’une nouvelle poursuite de la chimérique « solution à deux États ». Mais l’AP n’a aucune crédibilité, même en Cisjordanie, en raison de son consentement à l’occupation israélienne qui ne cesse de s’étendre. Et puis, il y a la réalité : empêcher une véritable souveraineté palestinienne dans n’importe quelle partie de la Palestine historique est depuis longtemps un point de consensus au sein des dirigeants israéliens, dans la majeure partie de l’éventail politique sioniste.

Les dirigeants israéliens n’ont pas besoin de se conformer aux attentes d’une administration américaine qui pourrait bien être démise de ses fonctions l’année prochaine. Ils ont d’ailleurs prouvé qu’ils étaient capables de mettre la charrue avant les bœufs même si Biden était réélu. Les États-Unis ont choisi d’accompagner la machine de guerre israélienne, dont la destination n’est peut-être pas claire, mais ce n’est certainement pas vers un État palestinien, quel qu’il soit.

L’impact mondial du 7 octobre

Israël et les États-Unis se sont peut-être convaincus que le monde avait « tourné la page » sur la situation des Palestiniens, mais les énergies libérées par les événements survenus depuis le 7 octobre suggèrent que c’est le contraire qui est vrai. Les appels à la solidarité avec la Palestine ont résonné dans les rues du monde arabe, servant dans certains pays de langage codé de contestation d’un autoritarisme décrépit. Dans l’ensemble du Sud et dans les villes occidentales, la Palestine occupe désormais une place symbolique en tant qu’avatar de la rébellion contre l’hypocrisie occidentale et un ordre postcolonial injuste.

Depuis l’invasion illégale de l’Irak par les États-Unis, des millions de personnes à travers le monde sont descendues dans la rue pour protester. Le syndicalisme a retrouvé ses traditions internationalistes pour contester les livraisons d’armes à Israël et s’est souvenu de son pouvoir de changer l’histoire. Des mécanismes juridiques tels que la Cour pénale internationale, la Cour internationale de justice et même des tribunaux américains et européens sont utilisés pour contester les politiques gouvernementales qui permettent à Israël de commettre des crimes de guerre.

Paniqués par un monde horrifié par ses actions à Gaza, Israël et ses défenseurs sont revenus aux accusations d’antisémitisme à l’encontre de ceux qui contestent la brutalité d’Israël. Mais tout, des marches de masse à l’opposition juive bruyante en passant par les enquêtes d’opinion sur la gestion de la crise par Biden, indique qu’assimiler la solidarité à l’antisémitisme n’est pas seulement erroné dans les faits, c’est aussi peu convaincant.

Plusieurs pays d’Amérique latine et d’Afrique ont symboliquement coupé les ponts, et le bombardement délibéré d’une population civile et l’interdiction d’accès à un abri, à de la nourriture, à de l’eau et à des soins médicaux ont laissé pantois même de nombreux alliés d’Israël. L’ampleur de la violence que l’Occident est prêt à tolérer contre un peuple captif à Gaza offre au Sud un rappel brutal des comptes non réglés avec l’Occident impérial. Et lorsque le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre canadien Justin Trudeau implorent publiquement Israël d’arrêter de « bombarder des bébés », Israël risque de perdre même une partie de l’Occident. À court terme, il est devenu difficile pour les pays arabes et musulmans de maintenir, et encore plus d’élargir, leurs relations publiques.

Le fait de se lier à la réponse d’Israël au 7 octobre a également fait éclater la bulle des fantasmes américains de reconquête de l’hégémonie dans le Sud sous la rubrique « nous sommes les gentils ». Le contraste entre leur réponse à la crise russo-ukrainienne et à la crise israélo-palestinienne a fait naître un consensus sur l’hypocrisie au cœur même de la politique étrangère américaine, donnant lieu à des spectacles aussi extraordinaires que la réprimande de Biden, face à face lors d’un sommet de l’APEC, par le Premier ministre malaisien Anwar Ibrahim pour son incapacité à s’élever contre les atrocités commises par Israël.

M. Ibrahim a spécifiquement averti que la réponse de M. Biden à Gaza avait créé un grave déficit de confiance avec ceux que les États-Unis espèrent courtiser en tant qu’alliés dans leur compétition avec la Russie et la Chine. Le fait d’avoir démontré aux alliés arabes que leur protecteur à Washington se range du côté d’Israël, même lorsque celui-ci bombarde des civils arabes, renforcera probablement la tendance des États du Sud à diversifier leurs alliances géopolitiques.

La question politique

En brisant un statu quo que les Palestiniens jugent intolérable, le Hamas a remis la politique à l’ordre du jour. Israël dispose d’une puissance militaire importante, mais il est politiquement faible. Une grande partie de l’establishment américain soutenant la guerre d’Israël part du principe que la violence émanant d’une communauté opprimée peut être éradiquée en appliquant une force militaire écrasante contre cette communauté. Mais même le secrétaire à la défense, Lloyd Austin, s’est montré sceptique à l’égard de ce postulat, avertissant que les attaques israéliennes tuant des milliers de civils risquaient de les pousser « dans les bras de l’ennemi [et de remplacer] une victoire tactique par une défaite stratégique ».

Les politiciens et les médias occidentaux aiment à imaginer que le Hamas est un cadre nihiliste de type État Islamique qui prend la société palestinienne en otage ; le Hamas est, en fait, un mouvement politique à multiples facettes enraciné dans le tissu et les aspirations nationales de la société palestinienne. Il incarne la conviction, macabrement confirmée par des décennies d’expérience palestinienne, que la résistance armée est essentielle au projet de libération palestinienne en raison des échecs du processus d’Oslo et de l’hostilité irréductible de l’adversaire. Son influence et sa popularité se sont accrues au fur et à mesure qu’Israël et ses alliés continuaient à contrecarrer le processus de paix et les autres stratégies non violentes de libération de la Palestine.

La campagne israélienne aura pour effet de diminuer la capacité militaire du Hamas. Mais même s’il devait tuer les principaux dirigeants de l’organisation (comme il l’a fait précédemment), la réponse d’Israël au 7 octobre renforce le message du Hamas et sa position parmi les Palestiniens dans toute la région et au-delà. Les grandes manifestations en Jordanie avec des chants pro-Hamas, par exemple, sont sans précédent. Il n’est pas nécessaire d’approuver ou de soutenir les actions du Hamas du 7 octobre pour reconnaître l’attrait durable d’un mouvement qui semble capable de faire payer à Israël un certain prix pour la violence qu’il inflige aux Palestiniens chaque jour, chaque année, génération après génération.

L’histoire montre également que les représentants de mouvements qualifiés de « terroristes » par leurs adversaires – en Afrique du Sud, par exemple, ou en Irlande – se présentent néanmoins à la table des négociations lorsque le moment est venu de rechercher des solutions politiques. Il serait anhistorique de parier contre le fait que le Hamas, ou du moins une version du courant politico-idéologique qu’il représente, fasse de même si, et quand, une solution politique entre Israël et les Palestiniens sera réexaminée avec sérieux.

Ce qui se passera après ces horribles violences est loin d’être clair, mais l’attaque du Hamas du 7 octobre a forcé la réinitialisation d’un conflit politique auquel Israël ne semble pas disposé à répondre autrement que par une force militaire dévastatrice à l’encontre des civils palestiniens. Huit semaines après le début de la vengeance, on ne peut pas dire qu’Israël soit en train de gagner.

Auteurs :

Tony Karon est le responsable éditorial d’AJ+ sur Al Jazeera, ancien rédacteur en chef du magazine Time, et a participé au mouvement de libération anti-apartheid dans son pays natal, l’Afrique du Sud.

Daniel Levy est président du projet États-Unis/Moyen-Orient et ancien négociateur israélien avec les Palestiniens à Taba sous le premier ministre Ehud Barak et à Oslo sous le premier ministre Yitzhak Rabin.

 

La foi des assiégés contre une armée puissante, soutenue et armée par les États-Unis

Si « tout est dit dans cette analyse », on peut cependant encore « en parler » sur cette guerre ignominieuse. Israël peut-il vaincre la foi qui existe dans les cœurs des combattants du Hamas, prêts à sacrifier leurs vies pour leur peuple ? Il est évident que non. Pourquoi ?

La réponse est simple. La foi vient de l’Esprit du monde, c’est-à-dire Dieu, Allah, Yahvé et tous les noms possibles qui caractérisent la toute-puissance divine qui a créé l’univers, alors que les êtres humains ne sont qu’un infiniment infiniment infiniment microscopique microcosme dans le macrocosme qu’est l’univers.

Le peuple palestinien, après être chassé, colonisé, viendra tôt ou tard à se libérer. 75 ans de combat, d’épreuves et cela vient de Dieu pour le peuple palestinien pour montrer le mal des êtres humains. Si Dieu avait voulu, le peuple palestinien aurait régné en maître sur la Palestine ; non, Dieu a voulu que cela soit ainsi. Il a donné la puissance armée à Israël, comme Il a donné la puissance aux États-Unis alors qu’il y a 300 ans, les États-Unis n’existaient même pas ; c’était une colonie de l’empire britannique. Et le peuple juif était encore un peuple errant.

Pourtant, on peut se poser la question : « Qui a permis de transformer une colonie britannique en une grande puissance mondiale ? Dans les années 1700, ils étaient 13 colonies britanniques en Amérique du Nord. Est-ce les hommes ? Et qui sont les hommes ? Ne sont-ils que des êtres de chair et de pensée qui ne se commandent pas, et qu’un microscopique virus les enferment tous comme cela s’est passé en 2020-2021 avec le Covid-19 ?

Qui a laissé errant le peuple juif pendant 2000 ans ? Est-ce le peuple juif qui a voulu errer à travers monde ? Non, c’est la puissance divine qui l’a décrété ; comme la puissance divine a décrété que les 13 colonies deviennent les États-Unis d’Amérique.

Les États-Unis auraient pu rester disséminés en plusieurs nations comme le sont les États d’Amérique du Sud ; comme l’ont été la mosaïque d’États européens et qui sont devenus aujourd’hui une Union européenne.

Les êtres humains sont des êtres pensants, raisonnants ; ils sont les seuls êtres humains dotés de pensée sur terre. Les êtres humains connaissent-ils l’essence de leurs pensées ? Qu’est-ce que leurs pensées qu’ils pensent ? Non, ils ne le savent pas ? Tout au plus, ils pensent. Savent-ils pourquoi, dans l’absolu, ils existent sur terre ? Non, ils ne le savent pas. Savent-ils pourquoi, dans l’absolu, ils se font la guerre ? Savent-ils pourquoi, ils s’entretuent ? Ou comme, par exemple, des Israéliens aujourd’hui très suffisants avec la force qui leur a été octroyé traitent les combattants palestiniens d’« animaux » ? 

Non, ils ne le savent pas ; l’Esprit du monde, la Toute-Puissance divine ou le Tout-Divin selon ce que l’on peut appeler par notre pensée ce qui est Au-Dessus de Nous, un peu comme notre pensée dont on ne sait rien sur elle définit son Maître qui l’a créée, et nous nous croyons appeler Dieu, la Puissance divine.

Alors que nous existons sur terre, nous pensons, nous mangeons, nous nous reposons, nous construisons, nous nous faisions la guerre que parce qu’il nous a été permis par la toute-puissance humaine que nous a attribué la Puissance-divine.

Aussi devons-nous dire que Dieu laisse les êtres humains aveugles et qui ne voient que leurs intérêts mais restent aveugles ; ils ne sont pas éclairés, et pourtant, Il leur accorde la puissance ; les chars, les blindés, les missiles, les avions de guerres, les mitrailleuses viennent de ce que la pensée humaine a fait découvrir à l’homme depuis les armements préhistoriques (épieu, lance…) passant par les frondes, les épées aux missiles nucléaires intercontinentaux. Ce ne sont pas les hommes qui ont découvert tous ces armements mais leurs pensées.

Et pourtant, c’est ainsi la marche humaine divine comme elle a été agencée ; les hommes se croyant maîtres sur terre alors qu’ils ne sont que ce qu’ils sont et ce que Dieu a voulu qu’ils sont et non qu’ils soient.

Aussi peut-on dire de ce qui se passe à Gaza, en Cisjordanie, en Israël, tout relève de la puissance divine. Si les Américains soutiennent Israël alors qu’Israël ne cessent de martyriser le peuple palestinien, Dieu simplement veut montrer la méchanceté dans ce qu’il a créé en l’humain. Les milliers de morts palestiniens tués par l’armée israélienne ne sont morts que pour nous qui n’existons que par ce que nous montrent nos pensées ; dans l’absolu, les milliers de morts sont vivants quelque part dans l’univers.

Les souffrances, les tortures que subissent les Palestiniens dans les geôles israéliennes, les chargés de torture ne savent pas que quoi qu’ils fassent sur les êtres humains, toute souffrance qu’ils occasionnent est ressentie par la pensée ; et la pensée des opprimés peut penser autrement sur la torture, la pensée se rit de la torture. Dieu octroie la force qui est souveraine contre toute torture. Les hommes croient qu’ils torturent sans qu’ils sachent que Dieu conforte les pensées de ceux qui sont torturés.

Dieu montre ici comment un peuple qui a connu les camps de concentration durant la Deuxième Guerre mondiale, qui a connu pendant 2000 ans l’errance, qui a connu les ghettos partout dans le monde, et les souffrances intérieures dans ces ghettos, se met aussi à commettre l’impensable, à créer ce qu’il a connu, créant en plus des prisons des prisons à ciel ouvert. Contre une attaque le 7 octobre 2023, il fait payer au centuple ce que le Hamas a osé à s’en prendre à Israël.

Ce que les Israéliens ne savent pas, dans l’absolu, ce n’est pas le Hamas qui a attaqué le 7 octobre. Qui lui a donné la pensée au Hamas d’attaquer Israël ? La pensée ne vient pas de l’homme mais de Dieu ; si Dieu avait voulu qu’il n’attaqua pas, le Hamas n’aurait pas attaqué. Si Dieu avait voulu que l’armée israélienne ne lança qu’une riposte en représailles de quelques jours et qu’il mette fin à son attaque, cela serait passé ainsi.

Mais non, Dieu a laissé faire, Il ne s’est pas interposé ; n’oublions pas que Dieu a concédé à l’homme le « libre-arbitre » et la « pensée » pour qu’il se sente libre sur terre, qu’il fasse selon ce que lui dicte sa volonté qui est « humaine » et capable de tout du bien comme du mal. Donc, si Dieu ne s’est pas interposé, c’est que Dieu avait des raisons « divines ».

Et on le voit dans l’action de l’armée israélienne et du soutien américain qui veut raser Gaza, qui veut s’il lui était possible d’en finir avec le peuple palestinien. A défaut de l’exterminer, de le chasser de Palestine pour prendre ses terres et surtout au nom de la « Terre promise ». Promise par qui ? Par Dieu ? Comme si Israël et ses alliés pouvaient parler pour Dieu. Dieu laisse faire l’absurdité des hommes.

Dieu laisse aussi faire pour que l’humanité entière voie l’ignominie des êtres humains. Et que l’humanité voit ensuite la force libératrice qui viendra libérer le peuple palestinien de la souffrance qu’il endure depuis 75 ans.

On comprend pourquoi cette analyse ci-avant de deux experts a pour titre : « Israël est en train de perdre cette guerre ».

Aucune force sur terre et dans l’univers entier ne peut triompher, ne peut vaincre la foi que Dieu met en l’homme. Et le peuple palestinien a la foi que Dieu lui a octroyée. Israël doit apprendre ce qu’est la foi ; ce sera Dieu de l’éclairer.

Comme Il a éclairé les grandes puissances qui disposent d’arsenaux atomiques. Sans que ces puissances sachent que, malgré le libre-arbitre qu’Il leur a octroyé, rien ne se fait sans l’Ordre de Dieu sur terre et dans l’univers entier. Et les hommes pensants ne sont que ce que Dieu a créés pour peupler la Terre d’êtres pensants, d’êtres humains, libres évoluant entre le bien et le mal. Et, dans tout l’homme ne peut que se soumettre, c’est Dieu qui décide en dernière instance sur la marche du monde.

 

Medjdoub Hamed
Auteur et chercheur spécialisé en Economie mondiale
Relations internationales et Prospective

 

Note :

(1) « Israel Is Losing This War »/ December 8, 2023
https://www.thenation.com/article/world/israel-gaza-war

 



29 réactions


  • Yann Esteveny 28 mai 18:00

    Message à l’auteur,

    Je n’ai pu publier sur Agoravox pour des raisons de censure évidente un article intitulé « La guerre contre Dieu est perdue » depuis octobre 2023.

    Vous retrouverez donc le texte dans un commentaire dans l’article en lien ci-dessous :

    https://lecourrierdesstrateges.fr/2024/01/31/lettre-a-mes-freres-catholiques-sur-les-evenements-de-gaza/

    Respectueusement


  • La Bête du Gévaudan 28 mai 18:46

    C’est le Hamas qui est à la traîne de l’Histoire, et qui en est rendu à semer le chaos pour essayer de retarder les Accords d’Abraham. Ses amis socialo-tiermondistes, aussi inutiles et dépassés que lui, font beaucoup de bruit, mais c’est une vaste illusion. Les pays arabes attendent poliment qu’Israël détruise l’appareil militaire du Hamas, avant de reprendre le cours des Accords d’Abraham qui sont la seule voie de prospérité et de liberté à terme pour les Palestiniens.

    Le fait de montrer des gangster barbus trainant des cadavres de femmes en hurlant « Allah Akbar » excite peut-être les frustrés suburbains, mais cela inquiète les libéraux et les gens sensés. Vous voyez ce que vous gagnez, mais vous ne voyez pas ce que vous perdez. D’ailleurs, le Hamas a commencé à demander pardon aux Gazaouis pour cette guerre débile.


  • Astrolabe Astrolabe 28 mai 19:41

    Bibi va-t-il encore dire « désolé pour l’incident tragique » avec cette nouvelle frappe sur un camp de réfugiés ?

    Errare humanum est, sed perseverare diabolicum


     smiley


    • La Bête du Gévaudan 28 mai 20:20

      @Astrolabe

      les frappes israéliennes sont vraiment des incidents tragiques, car le Hamas se sert des civils comme boucliers humains. C’est lié à deux conceptions différentes de l’honneur et du groupe dans deux civilisations différentes. Ce n’est pas un jugement de valeur mais un constat anthropologique.

      L’Occident a une conception individualiste et universelle. Le guerrier occidental s’avilit à frapper un civil, quel qu’il soit. C’est l’épreuve de sa valeur individuelle face à un guerrier équivalent qui compte. Et en miroir, il se déshonore également à s’abriter derrière un civil.

      L’Islam, avec sa structure collectiviste communautaire a une conception différente de l’honneur guerrier. Le Musulman mesure sa valeur dans sa soumission totale à Allah et à sa Oumma. Il n’y a pas de distinction civil / militaire bien définie. Ce qui est d’ailleurs renforcé par la tradition de la razzia. Le combattant musulman est donc encouragé à viser plutôt des civils sans défense qu’à s’affronter à des militaires aguerris (ce sont les attentats). Et il peut aussi parfaitement exiger de son propre civil (qui ira au paradis) de servir de bouclier humain pour la cause d’Allah.


    • Astrolabe Astrolabe 28 mai 22:25

      @La Bête du Gévaudan

      Commentaire empli d’un manichéisme douteux.

      Car, en frappant des camps de civils déportés, (qu’il y ait en leur compagnie des cibles militaires ou non), Tsahal (by Bibi) se montre aux yeux du monde en « guerrier occidental qui s’avilit à frapper des civils, quels qu’ils soient » (pour reprendre votre propos).
      Il est donc aussi à cet endroit une relation « en miroir » avec leur réciproque barbarie humaine, nan ?


    • La Bête du Gévaudan 28 mai 22:48

      @Astrolabe

      c’est vous et tous les soutiens du Hamas qui faites du manichéisme douteux... d’une part vous ne répondez pas sur le fond de ce que j’écris. D’autre part, le Hamas se sert des camps de réfugiés et autres installations civiles pour y installer ses dispositifs militaires et lancer à partir de là des attaques. Il n’a aucun scrupule à se servir de ses propres civils comme de boucliers humains, car seule la volonté d’Allah compte à ses yeux.

      En revanche, ce qui est honteux, c’est le soutien qu’apportent de soi-disant « humanistes » à cette sinistre manoeuvre... mais quand on découvre que la plupart d’entre-eux sont des sympathisants du socialo-communisme, voire des nostalgiques du nazisme pour les plus radicaux, alors on comprend mieux... collectivistes eux-mêmes, ils ont une sorte de correspondance intellectuelle avec l’Islamisme.

      Si vous aviez réellement de l’empathie pour les civils de Gaza, vous exigeriez que le Hamas cesse de s’en servir comme de boucliers humains, vous exigeriez la libération immédiate des otages, et vous exigeriez que le Hamas dépose les armes d’une guerre qu’il a lui-même déclenché. Mais, en fait, vous soutenez le Hamas sans oser l’avouer face à face. Tout simplement.


    • Astrolabe Astrolabe 29 mai 08:00

      @La Bête du Gévaudan

      Nous ne nous connaissons pas, mais vous projetez tant de choses erronées à mon endroit que votre argumentum ad personam met fin à l’échange qui, à cause de cela, ne peut plus être constructif.


    • microf 29 mai 09:54

      @Astrolabe

      Vous perdez votre temps á lui répondre, est-ce qu´il est lá pour un dialogue constructif ?
      Il est lá pour sèmer comme ses frères en Israel qui tuent les Palestiniens la zizanie.


  • Rinbeau Rinbeau 28 mai 21:34

    Il est une possibilité non envisagée encore (tant elle pourrait paraitre inimaginable) .. Mais qui doit se voir posée quand même tant elle a le mérite de répondre à certaines interrogations sur les évènements mondiaux actuels.. Pour cela il faut reprendre la célèbre citation d’Anatole France..

    Au début de la Première Guerre mondiale, France écrit des textes guerriers et patriotes, qu’il regrettera par la suite20. Il y dénonce la folie guerrière voulue par le système capitaliste dans le contexte de l’Union sacrée en déclarant : « on croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels »

    Imaginons que la Ploutocratie Anglo-Saxonne ait gagné la partie.. Qu’elle domine par sa corruption systémique tous les dirigeants importants des Etats mondiaux.. Alors tout ce que nous observons est le développement d’un plan de devant de scène (comme le COVID) visant à éliminer le plus de gueux possible tout en se faisant un maximum de « pognon ». Dans ce scénario, il faut que la guerre soit longue, bien conventionnelle et surtout non nucléaire.. Cette mise en scène nécessite bien entendu la complicité des élites Russes et Chinoises.. On aurait une entrée en guerre progressive des pays Européens (c’est pas gagné tant les peuples sont réfractaires.. mais devant la menace d’être fusillé si on déserte.. C’est déjà arrivé chez nous), ça peut se jouer.. Ils ont bien observé l’obéissance servile des populations face à la menace COVID. Les Anglo-Saxons hébergeant cette Ploutocratie organisatrice resterait en retrait.. Comme d’habitude en fait.. A moins qu’un imprévu comme il en arrive souvent dans ces cas là les pousse eux aussi à condamner une partie de leurs gueux..

    J’ai entendu je crois toutes les hypothèses concernant ce qu’il se passe.. Sauf celle-ci qui a au moins maintenant le mérite d’avoir été abordé..

    Dans cette version des évènements.. La ploutocratie gagne.. Les peuples meurent !


  • Boaz Boaz 29 mai 07:50

    On s’en balek !

    Le 9 juin votez Bardella 


  • mursili mursili 29 mai 09:05

    Beaucoup de fatalisme là-dedans...

    Pour mémoire : en 1988, très peu de « kremlinologues » pouvaient s’imaginer que l’URSS allait disparaître et que le bloc soviétique allait s’effondrer.

    Aujourd’hui personne ne semble vouloir imaginer un monde sans Israël, alors que la viabilité à long terme de cet état est de moins en moins évidente.


    • La Bête du Gévaudan 29 mai 21:22

      @mursili

      il y a aussi des gens qui s’imaginent sérieusement que l’Islamisme en a encore pour longtemps...

      Le mur de Berlin théocratique en est réduit à règner par le crime, le massacre et la menace... il s’oppose à toute modernité et en est réduit à opprimer ses propres adeptes.


    • mursili mursili 30 mai 09:45

      @La Bête du Gévaudan

      il y a aussi des gens qui s’imaginent sérieusement que l’Islamisme en a encore pour longtemps...

      Pour ma part ce que vous appelez l’islamisme peut bien en effet disparaître, il ne me manquera pas. Mais vous, qu’allez-vous devenir si vous n’avez plus ce dada à enfourcher ?


  • zygzornifle zygzornifle 29 mai 15:55

    Israël VS Palestine nid du Hamas c’est la guerre de 100 ans qui a commencé déjà depuis pas mal de temps ....


  • Mustik 30 mai 07:25

    Les dirigeants de Tel-aviv mènent une politique guerrière de bourrins, encouragés en cela par le Grand Satan qui garde ses pieds crichus au sec.

    On a pu entendre à Paris le slogan « La police tue », effectivement, Israél, le flic du pétrole, tue.

    Expression empruntée à Michel Collon face à Goldnadell dans l’émission « ce soir où jamais ».

    Et pour faire bonne mesure, cette sortie de l’innénarrable Patrick Cohen :

    En avril 2013, Patrick Cohen accuse Frédéric Taddeï d’inviter des « cerveaux malades ». Taddeï réplique : « Je m’interdis d’être le procureur ou le défenseur des uns et des autres [...] Il y a des gens que ça choque, je le comprends. Mais il ne faut pas regarder l’émission. » Et Taddeï précise en outre qu’« il n’y a jamais eu le moindre propos qui a été condamné » sur son plateau


  • Boaz Boaz 30 mai 07:45

    Donc, l’Egypte s’opposait de toutes ses forces à l’opération militaire à Rafah.
    Et pour cause, Tsahal a découvert plus de 80 tunnels qui passent sous la frontière égyptienne.
    Depuis 20 ans, l’Egypte, probablement arrosée par la fortune du Hamas (rappel : le Hamas est l’une des organisations terroristes les plus riches du monde) participe - à minima en fermant les yeux - à l’approvisionnement du Hamas en armes utilisées contre Israel.

      
    C’est pour ça que le Hamas vous a fait descendre dans les rues pour essayer d’empêcher Israel de rentrer à Rafah, bande de décérébrés.
    Ce n’est pas pour protéger les gazaouis, dont le Hamas se fiche éperdument, mais pour protéger son arsenal et ses trafics qui constituent une partie significative de ses ressources.

      
    Si vous aviez eu les yeux sur l’axe de Philadelphie, qui court le long de la frontière entre Gaza et l’Egypte, au lieu des les avoir sur Rafah, beaucoup de morts auraient pu être évitées.
    Aujourd’hui, Israel a annoncé avoir repris le contrôle total de l’axe de Philadelphie.
    Cela signifie que le Hamas ne pourra plus faire rentrer d’armes dans Gaza.
    C’est une avancée majeure.
    Les jours du Hamas sont comptés.


  • GoldoBlack 30 mai 07:53

    « Israël est en train de perdre cette guerre »


  • saint louis 30 mai 13:23

    L’autre jour je suis tombé sur un article dont le sujet parle d’un projet de l’état d’Israël, d’ouvrir un canal maritime sur leur territoire, entre la mer rouge et la méditerranée afin d’offrir une alternative au canal de Suez.

    Projet ambitieux qui semble très important pour ce pays en terme économique mais aussi géopolitique du contrôle de ce passage clé mondial.

    Vu que Gaza se trouve juste sur l’itinéraire logique de ce chantier pourrait expliquer le pourquoi du comment de la situation actuelle.


  • Redistribuer 30 mai 14:46

    Israël n’est pas du tout en train de perdre la guerre, il va la gagner et malheur aux palestiniens qui vont vivre la nakba définitive celle de la mort ! Il est probable que si le Hamas a déclenché le 7 Octobre, c’était une opération suicidaire collective, une sorte de chant du cygne pour finir par un coup d’éclat avant la disparition ! Les conditions inextricables imposées de l’extérieur à ce territoire par Israël depuis qu’il s’en était retiré suite à l’intifada rendait impossible la poursuite du gouvernement du Hamas. Tôt ou tard celui-ci aurait du faire face à une insurrection généralisée, et l’humiliation et l’opprobre du peuple de Gaza qui l’aurait rendu responsable. Ils ont donc choisi, ce coup désespéré qu’il savait bien qu’il serait sans lendemain et aussi par la même de disparaître et d’entraîner tous les gazaouis dans l’holocauste ! C’est ce qui est en train de se passer, le rouleau compresseur de l’état israélien passe et détruit tout sur son passage, car son objectif quoi qu’il ait fait croire au monde entier n’était pas d’éradiquer le Hamas comme les alliés ont éradiqué le nazisme en Allemagne à la fin de la secondaire mondiale mais le génocide définitif des palestiniens pour pouvoir installer des juifs à leur place. Cela fait six mois que l’opération est commencée, Israël avait les moyens d’installer la bas une administration d’occupation militaire, en suite de traquer et d’arrêter maison par maison chacun des militants du Hamas, puis comme en Allemagne, une fois cette tâche effectuée, installer peu à peu un régime politique allié tout comme les américains ont créé la RFA et les russes la RDA. Mais il n’en a rien été Mr Netanyahu a trompé ceux qui s’étaient scandalisés du massacre du 7 octobre, car son but était tout autre : l’achèvement de la conquête de la mer au jourdain en éliminant toute trace de l’ancienne population ! Ce projet machiavélique avait muri depuis longtemps dans le cerveau de ceux qui ont pris le pouvoir dans l’état juif ! Ils avait besoin du 7 octobre pour pouvoir justifier ce qui s’est passé en suite, le Hamas a réagi exactement comme ils le souhaitaient et c’est d’ailleurs en connaissance de cause qu’ils ont laissé cette frontière sans défense, le piège a fonctionné jusqu’au bout. C’est la fin des palestiniens, l’exil ou la mort ! 

     ***************************************************************************************

    Et qu’on ne vienne pas me dire que c’est Dieu qui l’a voulu, que c’était impossible d’extirper la peste de l’islamisme radical en Palestine comme le nazisme en Allemagne ! Aides toi le ciel t’aidera ! Ce sont les hommes qui ont inventé le fanatisme de la religion, ce n’est pas Dieu, il les a doté du libre arbitre justement pour qu’ils puissent décider !


    • Léon 30 mai 19:00

      @Redistribuer
      Le but du sionisme a toujours été d’expulser les Palestiniens de Palestine. Des avant 1947, l’Irgoun et la Haganah se chargeaient de faire régner la terreur contre les occupants anglais et les habitants palestiniens. Le sionisme a continué son espérance : chasser les Palestiniens en ne respectant aucun des accords signés que ce soit en 48, en 67, voire les accords d’Odlo. Il suffit de constater la violencc subie à Gaza comme celle subie en Cisjordanie 


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 3 juin 08:20

      @Léon
      Les « Palestiniens » réels sont des minorités dans les minorités.
      Avant 48, les Israeliens ont achetés les terres a des riches arrabes qui n’y mettaient jamais les pieds.
      Ils y avait peu de population native, mais principalement des migrants importés de l’empire ottoman pour y travailler, quasis esclaces qui travailaient pour eux et vivaient dans des maisons de boue.

      Les Israeliens ont adoptés les techniques agricoles occidentales, les rendements ont étés décuples et dans un premier temps, ils ont continué a faire venir des migrants qui musulmans détestaient leurs employeurs même avec des condictions de vie meileurs.
      A cette époque, Israel était socialiste et dans l’utopie des « Kiboutz ». Les juifs se sont mis a la culture de la terre et les populations migrantes se sont retrouvées sans travail.
      Une coalition de 5 pays les ont utilisés et leur ont dit de détruire et fuir Israel car ils allaient tout massacré et qu’au retour ils seraient prioritaires pius se servir des terres qu’ils comptaient leur voler.
      Seuls sont resté une minorité est restée. Helas pour cette coalition, ils ont perdu.
      Au retour Israel n’en a pas voulu et ont fermé la frontière.

      Il n’y a pas de « peuple Palestinien » il y a des pauvres gens manipulés par les pays arrbes.
      L’attaque du Hamas a été organisée par l’Iran et ses monstres...

      Israel ne va pas perdre la guerre..
      Ce qui se profile est la fin de l’Islma et la prise de conscenice que cette religion est une obscure secte qui infecte des idées bien dégeulasse de haine, de misoginie de tyranie sociale et haine envers tous les autres...

      Quand l’Iran va perdre la bataille des femmes, toute la pénisule arrabique va abandonner l’Islam.

      Il va y avoir une vraie prise de conscience.
      Comme si un dieu serait assez con pour demander a ses créatures se se rouler 5fois par jour, de damander aux femme de vivre toujours comme au moyen age. De torélérer la tyrannie sociale d’interdit moyenageux.

      Ils vont imploser de l’ISLAM comme l’URSS a implosé du COMMUNISME. Ces 2 idéologies se rejoignant par leur simlisme de haine de gens a détester.


  • placide21 30 mai 19:26

    Les sionistes doivent donner des cours de négationnisme aux journalistes souhaitant une promotion, celle-ci fait beaucoup d’efforts mais elle est tombée sur un os et se ridiculise : https://youtu.be/Y82gwPk1Zls


  • saint louis 30 mai 21:55

    Le document joint explique les enjeux dans cette région.

    Bien entendu, ce n’est pas sur les médias mainstream que vous serez informés.

    https://ismfrance.org/index.php/2023/12/05/israel-detruit-gaza-pour-controler-la-voie-de-navigation-la-plus-importante-du-monde-partie-ii/


  • zygzornifle zygzornifle 31 mai 14:46

    Les 11 millions de citoyens sous le seuil de pauvreté sont atterrés qu’Israël perde cette guerre, ils n’en dorment plus la nuit les pauvres .... 


  • Mustik 2 juin 11:42

    De temps à autre, on entend à propos de la guerre d’Algérie :

    « la France avait gagné militairement mais, perdu politiquement ».

    ON pourrait être tenté de faire le parallèle pour la Palestine... sauf que sauf que la CIA était derrière le FLN et qu’elle n’est pas derrière la Palestine...

    Tandis que dans les 2 cas, il y a de l’hydrocarbure à la clef.

    Mais, la Commémoration du Débarquement approche, pourquoi gâcher la fête ?

    D’autant qu’on apprend aujourd’hui que les G.I ont donné bien du « plaisir » aux villageoises de France ( femmes faciles promettait-on aux engagés...) .

    «  L’Histoire est une suite de mensonges qui font consensus » ( Bonaparte )


Réagir