lundi 20 novembre 2023 - par Jean-Luc Picard-Bachelerie

Israël est-il une démocratie ?

Un ministre israélien a été limogé par Netanyahou pour avoir envisagé comme une option, le largage d’une bombe atomique sur Gaza regrettant que les représailles israéliennes dans le territoire ne soient pas plus dures. Certes, ce ministre n’est plus au gouvernement, mais nous en sommes désormais à plus de 15 000 Palestiniens morts, dont plus d’un tiers d’enfants soit plus de 10 Palestiniens morts pour 1 Israélien le 7 octobre. Du reste, pourquoi une bombe atomique lorsque la 5e armée du monde détruit méthodiquement toute la bande de Gaza et s’attaque à une population qui n’a pas d’armée et qui est à la merci d’un groupe salafiste, le Hamas, qui lui impose la loi islamique et ne les défend pas ?

JPEG

S’il n’y avait pas eu les otages, ce ministre aurait-il sauté ? Pas sûr. Mais les familles ont été outrées par ses autres paroles : « Dans une guerre, il y a un prix à payer. Pourquoi les vies des otages (...) sont-elles plus importantes que celles de nos soldats ? » Netanyahou pouvait-il accepter que ces paroles soient professées ? Évidemment non, car des étrangers se trouvent parmi les otages. Mais renvoyer un ministre, est-ce protéger les otages quand on voit les frappes indiscriminées israéliennes ? L’armée israélienne ne sait pas où sont cachés les otages. Cela veut dire que les bombes peuvent avoir déjà tué nombre d’entre eux. À la fin du mois d’octobre, une estimation indiquait la destruction de 45 % des habitations de la bande de Gaza. Il y a tout lieu de se poser la question sur la réelle volonté de Netanyahou à protéger la vie des otages. Il y a même lieu à se demander si, lui-même, n’a pas déjà accepté que les otages soient comptés comme victimes collatérales. Notamment lorsqu’on voit qu’une cinquantaine de journalistes ont déjà été tués ainsi que des membres de l’ONU.

Rétablissons rapidement deux ou trois vérités sur cette guerre soi-disant commencée le 7 octobre. D’une la guerre n’a pas commencé le 7 octobre, mais dès la création d’Israël le 14 avril 1948. De deux, les colons sont les Israéliens qui grignotent petit à petit le territoire palestinien depuis 1948. Ce territoire dévolu à la Palestine a donc déjà été réduit de plus de la moitié du seul fait des Israéliens. De trois, tout est prétexte pour Israël de coloniser. Ainsi les actes de terrorisme du Hamas. L’objectif est cette fois de vider la bande de Gaza en expulsant les Gazaouis en Égypte pour la coloniser et s’approprier la nouvelle réserve pétrolière découverte au large de Gaza. Sans parler que la colonisation redouble actuellement en Cisjordanie, ce qui n’a rien à voir avec un quelconque droit de défense. De quatre, les membres actuels du gouvernement sionistes messianiques (ceux qu’on appelle les suprémacistes) et ultraorthodoxes ne se sont jamais cachés que leur objectif était d’éliminer toute présence d’Arabe sur le territoire que leur a promis Dieu. C’est-à-dire la totalité du territoire situé à l’ouest du Jourdain (une fois atteint cet objectif, ne doutons pas un seul instant que leur revendication se portera sur toute la Jordanie). De cinq, Netanyahou a présenté en septembre aux Nations Unies la carte du Nouveau Moyen-Orient sur laquelle Israël recouvre entièrement la Palestine alors qu’il était en train de conclure des accords avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis qui s’apprêtaient à laisser tomber les Palestiniens.

Ce détour sur les raisons de cette guerre du 7 octobre ne veut montrer que si l’attaque du Hamas est sans excuse, elle n’est pas sans cause et que nous sommes malheureusement dans une suite logique de deux partis qui s’affrontent, Israël étant l’occupant colonisateur et les Palestiniens les victimes d’un non-respect permanent du droit international par Israël. Depuis 75 ans, Israël empêche la création de l’État palestinien qui avait été prévu par la résolution 181 de l’ONU. La dernière stratégie de Netanyahou ayant été de favoriser le Hamas pour rendre impossible la création de cet État palestinien. On voit ce que cela a produit...

Faut-il rappeler que le gouvernement de Netanyahou est formé d’un nombre important de ministres sionistes messianiques, ultra-orthodoxes qui cultivent un ressentiment depuis 2005, l’année où Ariel Sharon a retiré tous les colons de la bande de Gaza ? Pour ces gens-là, la terre d’Israël a été donnée par Dieu au peuple juif, et ce serait anathème d’en céder ne serait-ce qu’une partie à des non-juifs. Amichay Eliyahu, le ministre limogé, parlant des Gazaouis, mais aussi de tous les Palestiniens, a dit : « Nous devons commencer à [les] déloger de la bande de Gaza pour les faire émigrer vers d’autres pays ». S’il ne parlait que de Gaza... Faut-il rappeler que la Cisjordanie fait partie d’Eretz Israël (le Grand Israël, la Terre promise) et que les Arabes n’ont rien à y faire selon les sionistes messianiques et les ultraorthodoxes ? Faut-il aussi rappeler que depuis le 7 octobre, le gouvernement a distribué des armes aux colons de Cisjordanie pour se défendre ? Depuis, le monde assiste dans un silence médiatique, aux attaques en Cisjordanie contre les Palestiniens, victimes de violences, voire de déplacements forcés. “Les colons de Cisjordanie utilisent la guerre déclenchée par le Hamas pour expulser des milliers de Palestiniens de leurs maisons et de leurs terres”, résume le quotidien israélien Ha’Aretz. Le projet en Cisjordanie n’est nullement la défense des colons ni la défense d’Israël en rapport aux attaques du 7 octobre étant donné que le Hamas de Gaza est en rivalité avec l’autorité palestinienne qui réprime, actuellement, les manifestations de solidarité avec Gaza.

Le gouvernement, tous les gouvernements occidentaux pro-israéliens nous rabâchent qu’Israël est une démocratie et qu’à ce titre, elle a le droit de se défendre. La sempiternelle rengaine des démocrates institutionnels qui ont peur de la démocratisation, celle qui laisse la place au peuple et qui tient compte de son avis. Qu’est-ce que cette démocratie israélienne dont on ne parle pas ou qu’on camoufle en modèle de démocratie alors que le gouvernement actuel n’a jamais été aussi à l’extrême droite avec des et dessuprémacistes ultraorthodoxes aux postes clés ?

On sait que sous son précédent gouvernement, Netanyahou a fait passer une loi d’apartheid à l’égard des Arabes. Mais pour en rester au gouvernement actuel, l’une des premières lois votées par le Parlement après l’élection de partis d’extrême droite a été d’autoriser une personne reconnue coupable d'un crime, mais pas condamnée à la prison ferme à obtenir un portefeuille ministériel. À partir de cela, Netanyahou, premier concerné par la justice a pu former son gouvernement avec Itamar Ben Gvir, ministre de la Sécurité publique, condamné pour incitation à la haine et soutien à une organisation terroriste. Aryeh Deri Vice-Premier ministre, ministre de la Santé et de l'Intérieur, reconnu début 2022 avoir fraudé l’administration fiscale et qui devait passer devant la commission centrale électorale pour déterminer s’il s’était rendu coupable de « turpitude morale », ce qui l’aurait empêché d’avoir une carrière politique pendant une durée de sept ans. Benyamin Netanyahou qui est poursuivi pour corruption et dont le procès n’a toujours pas eu lieu.

Quant aux partis entrés dans les arcanes du pouvoir, gouvernement ou Knesset, sont :

► Le Shass, parti ultra-religieux séfarade. Le rabbin Ovadia Yosef, ancien dirigeant spirituel du parti, a notamment déclaré que « le Seigneur retournera les actions des Arabes contre eux-mêmes, épuisera leur semence et les exterminera ».

► Judaïsme unifié de la Torah, parti ultraorthodoxe. Le parti s’oppose à la séparation entre la religion et l’État. Il réclame même une inclusion plus importante de l’esprit de la loi juive dans la législation d’Israël.

►Le Parti sioniste religieux, « suprémaciste juif ». Il défend notamment l’annexion de certaines parties de la Cisjordanie, l’expulsion des demandeurs d’asile et la mise sous tutelle du pouvoir judiciaire par le pouvoir exécutif.

► Force juive, pour la « légitime » violence. L’accord entre Force juive et le Likoud prévoit notamment un assouplissement des règles encadrant le recours à la force. Celui-ci est censé favoriser les tirs à balles réelles lors des heurts avec les manifestants arabes israéliens.

► Noam, l’homophobie avant tout. Le nom du parti n’a nul besoin d’être explicité.

Il n’est pas inutile de présenter succinctement Benyamin Netanyahou. Élevé par son père selon l’idéologie du sionisme révisionniste de Jabotinsky (revendiquant l’établissement d'un État hébreu sur les deux rives du Jourdain intégrant donc toute la Jordanie), il devient le président du Likoud qui a revu les prétentions à la baisse, c’est-à-dire revenir aux frontières définies en 1967 équivalant à celles de 49, mais réduisant fortement le territoire palestinien prévu en 1947. Rappelons que le Likoud s'inspire très largement de l'idéologie du Parti révisionniste de Jabotinsky, et qui, petit à petit, va intégrer des sionistes messianiques et des ultraorthodoxes. C’est-à-dire des gens qui ne laissent aucune place aux Arabes et qui revendiquent la totalité de la Palestine à l’ouest du Jourdain. Cet extrémisme, Netanyahou va le pousser à des confins hallucinants en soutenant publiquement la thèse selon laquelle le Grand Mufti de Jérusalem aurait inspiré la solution finale à Hitler, cela, bien entendu, pour accréditer la responsabilité palestinienne dans la shoa.

Une démocratie qui vote des lois d’apartheid, qui ne respecte pas le droit international systématiquement, qui colonise un territoire qui ne lui appartient pas, qui s’appuie sur des croyances religieuses, fondamentalistes, est-ce bien une démocratie ? Peut-on prendre comme modèle une telle démocratie ? La démocratie est-ce seulement des élections et quelques institutions ? Une démocratie ne doit-elle pas porter des valeurs et des principes d’égalité, de solidarité et de laïcité qui irradient toute organisation, toute décision politique ?

Comment cela est-ce possible que des régimes qui se prétendent des démocraties soutiennent un tel pays qui est en train de perpétrer un génocide dans la bande de Gaza dont l’annexion est l’objectif caché ? Une chose est certaine : Benyamin Netanyahou est l’homme de la guerre et de l’impossible paix.

 

Bibliographie

La bombe nucléaire à Gaza, « une option » : un ministre ultranationaliste israélien sanctionné

Définition du génocide par les Nations Unies

18 septembre 1982 : le monde découvre le massacre de Sabra et Chatila

Affrontements de mai 2023 entre Gaza et Israël

Netanyahu prédit un nouveau Moyen-Orient

Guerre à Gaza : Israël veut s’emparer d’un gisement gazier palestinien de plusieurs milliards de dollars

Israël-Arabie saoudite : Netanyahou promeut la normalisation avec une nouvelle carte effaçant la Palestine

En Israël, l’essor de l’ultranationalisme religieux

En Israël, le nouveau gouvernement de Benyamin Nétanyahou obtient la confiance du Parlement

La Knesset vote des législations ouvrant la porte au nouveau gouvernement

Gouvernement Netanyahou VI

Israël : qui sont les partis d’extrême droite et ultraorthodoxes partenaires de Netanyahou

Qui est Benyamin Nétanyahou ? Comprendre en trois minutes

Le procès pour corruption de Benyamin Nétanyahou reprend, la procureure l’accuse d’avoir usé de son pouvoir de façon « illégitime »

Netanyahou : la fin du rêve sioniste (vidéo)

Likoud

Sionisme révisionniste

De la haine et de l'outrance : la stratégie de l'extrême droite israélienne pour peser

Frontières d’Israël

Ligne verte (Israël)

Réflexions sur la Notion de "Frontières de 1967"

Fronde historique en Israël

Gaza : cinq États saisissent la CPI contre Israël

Israël : pourquoi un État suprémaciste juif ne pourra jamais triompher

Israël, une démocratie devenue illusoire

 



29 réactions


  • Clocel Clocel 20 novembre 2023 10:30

    Démocratie : C’est ainsi que l’on nomme un régime où une minorité de crétins corrompus élisent les représentants des oligarques qui les feront gras, le tout détriment de la majorité.

    Songez qu’entre Netanyahou et Macron, c’est plus une question de degré qu’une question de nature, et pour répondre à la question du titre de l’article, au sens dégénéré du terme, Israël est bien une démocratie, la forme dont vulgum pecus a appris à se satisfaire.

    Lorsque les gardiens de la paix deviennent des forces de l’ordre, amateurs de la Liberté vous êtes en grand danger.


    • leypanou 20 novembre 2023 10:38

      @Clocel
      hs pouvez-vous commenter l’article de Pressenza ? pour moi, pas possible je ne sais pas pourquoi.


    • Clocel Clocel 20 novembre 2023 10:48

      @leypanou

      Je répondais juste au titre de l’article, pour le reste, je suis las de ce sujet délirant, ce n’est pas sain pour l’esprit qui aspire à le demeurer, sain.


    • Clocel Clocel 20 novembre 2023 11:21

      @leypanou

      Pour répondre précisément à votre question, apparemment personne ne peut commenter les articles de Pressenza, pourquoi s’emmerder avec des opinions contradictoires, Avox est décidément une drôle de boutique.


    • leypanou 20 novembre 2023 11:29

      @Clocel
      je voulais seulement m’assurer qu’il n’y avait pas que moi qui ne peut pas commenter l’article, comme j’ai déjà eu quelques suppressions de posts et interdictions de commenter certains articles.


    • troletbuse troletbuse 20 novembre 2023 11:54

      @leypanou
      Effectivement, on ne peut commenter !


    • hans-de-lunéville 1 20 novembre 2023 17:27

      @troletbuse
      c’est un « partenaire »


  • leypanou 20 novembre 2023 10:35

    De quatre, les membres actuels du gouvernement sionistes messianiques (ceux qu’on appelle les suprémacistes) et ultraorthodoxes ne se sont jamais cachés que leur objectif était d’éliminer toute présence d’Arabe sur le territoire que leur a promis Dieu  : c’est cette croyance qui a fait dire à un député des Français de l’Étranger qu’il n’y a pas de colons en Cisjordanie(qu’il appelle Judée), ce qui a choqué même le général modéré N Richoux (détails 1mn26s ici).


  • Sirius Grincheux 20 novembre 2023 11:26

    Frédéric Beigbeder a écrit :

    "Le seul intérêt de vivre en démocratie, c’est de pouvoir la critiquer."

    C’est déjà assez restrictif, mais petinent. Mais on peut en déduire qu’Israël n’est pas une démocratie puisque, si on critique sa politique, on est accusé d’infâmie.



    • Clocel Clocel 20 novembre 2023 11:38

      @Grincheux

      Quel dommage que ce type soit si paresseux et pollué par des substances douteuses, il aurait pu nous faire du Houellebecq à un autre niveau.

      Pour le reste, « cause toujours et ferme ta gueule » produisent à peu près les mêmes résultats d’où cette étonnante facilité de passer d’un système l’autre sans même changer les protagonistes.

       


    • amiaplacidus amiaplacidus 20 novembre 2023 13:03

      @Grincheux
      Il me semble que Coluche a dit quelque chose qui y ressemble :

      « Il y a une grande différence entre dictature et démocratie :
      La dictature, c’est ferme ta gueule. La démocratie, c’est : tu peux toujours causer.
       »


    • Jean-Luc Picard-Bachelerie 20 novembre 2023 14:05

      @Grincheux
      Accusé d’infamie, non, mais accusé d’antisémitisme, oui.


  • njama njama 20 novembre 2023 11:41

    Israël n’a pas de Constitution depuis 1948, le Talmud lui sert de boussole !

    Israël pratique l’apartheid depuis son auto-proclamation en 1948

    Israël est en guerre depuis sa création

    Israël n’a pas de frontières définies

    Israël ne coche rien des critères qui définissent une démocratie

    Israël a une forme de régime théocratique

    ...


    • Clocel Clocel 20 novembre 2023 12:14

      @njama

      « Israël a une forme de régime théocratique » 

      Que de circonvolutions pour, au final, désobéir à la parole divine que l’on prétend respecter.

      J’ai bien peur qu’Israël ne soit qu’une simple association de malfaiteurs, quels pasteurs pourraient cautionner ce qui se déroule en ce moment ?


    • Jean-Luc Picard-Bachelerie 20 novembre 2023 14:06

      @njama
      Ses lois fiondamentales lui servent de constitution


    • Seth 20 novembre 2023 17:33

      @Clocel

      Chez eux ils ont les allumés grave benneguevire et baisalaise cemotriche. Ca c’est du lourd ! smiley


  • Com une outre 20 novembre 2023 12:26

    Pas besoin de faire un article tellement la réponse est une évidence. C’est une théocratie à l’heure actuelle, ce qui est contradictoire avec la démocratie.


    • JPCiron JPCiron 20 novembre 2023 18:24

      @Com une outre
      Pas besoin de faire un article tellement la réponse est une évidence. C’est une théocratie à l’heure actuelle, ce qui est contradictoire avec la démocratie.>
      Oui, c’est la manière de voir les choses qui nous est habituelle.
      Cependant, Israël est une Start-Up Nation, qui vient avec des idées nouvelles, auxquelles on n’est pas habitués dans notre ron-ron européen. En fait, Israël est une démocratie pour les Juifs Israéliens. (la contrepartie, c’est que c’est un apartheid pour la minorité Chrétienne et Musulmane).
      Et peut-être que cela nous choque car on est un peu attatdés. Car, finalement, le seul problème initial est de soumettre les minorités auxquelles on retire la nationalité et auxquels on donne des droits inférieurs. C’est plus simple à gérer !
      Peut-être que l’on pourrait faire de même en Europe avec sa majorité Chrétienne. Et les minorités s’ajustent.
      Au début, ça choque. Mais puisque ça marche en Israël, ça devrait être conceptuellement considéré. Il ne faut pas critiquer pour critiquer. Faisons notre auto-critique.


    • Jean-Luc Picard-Bachelerie 20 novembre 2023 20:34

      @JPCiron
      Vous oubliez juste les manifs fleuves qui ont lieu depuis 10 mois en Israël. Ca ne marche pas du tout. Netanyahou est fini.
      Et puis, vous balancez des idées qui ont l’air d’être un jeu alors que vous jouez avec la vie des gens. Je vous propose de vous mettre quelques minutes dans la peau d’un mec de la minorité avec tout ce que cela implique comme changement de votre mode de vie. N’oubliez pas les insultes et les humiliations quotidiennes.


  • JPCiron JPCiron 20 novembre 2023 15:02

    Une chose est certaine : Benyamin Netanyahou est l’homme de la guerre et de l’impossible paix. >

    Une chose est certaine : ce qui s’est passé en Palestine, ce qui s’y passe, et ce qui s’y passera, résulte directement du soutien inconditionnel (dans les faits) de toutes les politiques d’Israël, y compris quand elles piétinent leurs et nos prétendues Valeurs et Principes.

    La politique de colonisation de Theodor Herzl a été préalablement approuvée par les ’’ grandes puissances’’, et est mise en oeuvre selon les plans. Comme en Amérique du Nord et comme en Australie, les ’’indigènes’’ en feront les frais. C’est la loi du plus fort, avec les formes de la démocratie, et les plumes de la Vertu.


    • Jean-Luc Picard-Bachelerie 20 novembre 2023 20:37

      @JPCiron
      Vous avez raison. On peut se demander si ces américains ont une quelconque autocritique (ne parlons pas de remords, car c’est certainement hors de leur portée) de ce qu’ils ont infligé aux Amérindiens. Mais, je pense que tout cela est juste une question d’intérêt. Israël leur sert de tour de contrôle au moyen-orient. 


  • yakafokon 20 novembre 2023 16:14

    Bien sûr qu’Israël est une grande démocratie...pour les prétendus juifs ashkénazes européens qui ont échappé à l’holocauste de la Shoah, et ont débarqué en 1948, pour se mettre immédiatement à piller les terres ancestrales des sémites palestiniens, et à massacrer ceux qui leur résistaient.

    Ces « faux juifs » ashkénazes issus d’Allemagne et des pays de l’Est, s’étaient autoproclamés juifs, sans en avoir le droit ( d’après la Torah ), parlaient yiddish et ne connaissaient pas un traitre mot d’hébreu !

    D’après le Centre Wiesenthal, qui gère le mémorial de Yad Vashem à Jérusalem, les vrais juifs ( les juifs séfarades ), ne représentaient que 5 % de ceux qui ont posé le pied en Palestine !

    Les autres ( 95 % ) n’étaient que de vulgaires squatters !

    Alors, leurs descendants...

    Israël une démocratie ?

    C’est exactement le même modèle que l’Allemagne nazie du 3ème Reich, qui était aussi une démocratie...pour les blonds aux yeux bleus, mais Adolf Hitler avait été élu démocratiquement !

    La « démocratie » de Netanyhaou, cet escroc aidé d’un gang d’ultra-orthodoxes russes, a aussi gagné démocratiquement l’élection qui lui donnera l’autorisation de massacrer les sémites musulmans ( ce qui n’est pas de l’antisémitisme d’après lui ).

    Mais la population israélienne des villes commence à bouger et à se mobiliser contre le « califat juif » voulu par les ultra-orthodoxes, préférant deux pays séparés, mais vivant en paix, à un seul état en guerre perpétuelle !

    Affaire à suivre.


  • zygzornifle zygzornifle 20 novembre 2023 16:44

    La fRance n’est plus une démocratie, chaque jour qui passe est un pas de plus vers la dictature .... 


  • Plus nuisible que B GATE,

    Plus nuisible que l’OMS,

    Plus nuisible que le COVID ,
    Plus tueur que le vaxxin ARNm , il y a Benyamin Netanyahou, Premier ministre d’Israël


    L’impacte escrologique de la guerre Israélienne a été évacué à la décharge publique .

    Cette guerre est le résultat d’une spéculation OVERGREEN ...MDR !

    Très rapidement les discours / menaces du World Economic Forum ont été écrasés par le messianisme Juif .

    Ainsi l’équipe des baltringues ( Schwab,Macron, Sunak , Scholz .....) a été éborgné , réduit au silence .


  • https://www.voltairenet.org/article220023.html

    Comment Publicis et la Knight Foundation contrôlent la presse mondiale

    NewsGuard, qui contrôle et note la presse internationale, n’est pas une association à but non-lucratif, mais une entreprise prospère [1].

    Elle compte parmi ses conseillers :
     Anders Fogh Rasmussen, ancien secrétaire général de l’Otan et actuel conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky ;
     Michael Hayden, ancien directeur de la CIA ;
     Tom Ridge, ancien secrétaire à la sécurité de la Patrie ;
     Richard Stengel, ancien sous-secrétaire à la Diplomatie publique (Propagande) ;
     Jimmy Wales (alias Jimbo Wales), co-fondateur de Wikipedia.

    Nous avions donc mis en garde contre les a priori politiques de NewsGuard [2]

    Cependant au cours de la pandémie de Covid, NewGuard a sévèrement réprimé les sites d’information qui critiquaient les mesures gouvernementales.

    Les puissances politiques qui se cachent derrière NewsGuard, mais que l’on peut identifier aisément au travers de son Comité de conseillers, font financer leur croisade par des puissances capitalistes amies.

    Les deux principaux actionnaires de NewsGuard sont Publicis et la Knight Foundation.


  • papat 21 novembre 2023 11:17

    Selon le recensement de 1871-1872, la population totale de la Palestine (excluant les Bédouins) aurait été de 381 954 habitants. Parmi ceux-ci, environ 85 % étaient musulmans (les Druzes étaient aussi comptés dans cette catégorie par les Ottomans), 11 % étaient Chrétiens et 4 % Juifs.8 nov. 2013


  • AmonBra AmonBra 21 novembre 2023 20:58

    Merci @ l’auteur pour le partage.

    Poser la question c’est déjà y répondre et dans ce lien, Me Di Vizio démontre dans le style vivant et coloré qu’on lui connaît, avec une logique imparable le disputant au bon sens le plus élémentaire, à quel point les judéonazis, tout en se noyant dans leurs mensonges, prennent les dirigeants occidentaux et leurs opinions publiques pour des triples cons. . .

    Mais du point de vue des $ionnards, quand on fait l’effort de se mettre à leur place,(*) ils n’ont pas tord sur la forme, car qui ont ils pour alliés manipulables à souhait, si ce n’est des pays et des peuples occidentaux ne cessant d’évoquer la démocratie, l’état de droit, les droits de l’homme, l’ingérence humanitaire et . . . Soutenant inconditionnellement un état suprémaciste, racialiste, ségrégationniste, terroriste. . . Bref un régime d’apartheid depuis plus de 75 ans, pratiquant à Gaza, tu m’étonnes, un génocide . . .

    .

    .

    .

    (*)Oui ce n’est pas évident pour les gens sains d’esprit, mais en prenant sur soi et avec un peu d’imagination on y arrive.


    • Jean-Luc Picard-Bachelerie 22 novembre 2023 00:30

      @AmonBra
      On ne peut en aucun cas traiter les Israéliens de judéonazis parce qu’ils ne sont pas semblables. Les Nazis prenaient les Juifs pour une race inférieure et voulait exterminer cette race. Les Israéliens, même s’ils prennent les Palestiniens pour des animaux n’ont pas le porjet d’installer des fours crématoires pour accomplir une extermination industrielle. Les Israéliens veulent juste vider le Grand Israël des Arabes. Et ça, c’est déguelasse, injuste, tout ce que vous voulez, mais ça n’est pas le nazisme. Le gouvernement est tout ce que vous dîtes sauf racialiste. Ce ne sont pas les Arabes qui les gênent en tant qu’Arabes mais les Palestiniens qui vivent sur la terre qu’ils jugent à eux. Mon précédent article écrit en collaboration explique bien les nuances qui permettent de bien comprendre le fond du problème ICI


    • AmonBra AmonBra 22 novembre 2023 18:52

      @Jean-Luc Picard-Bachelerie

      Il est vrai que depuis que le $ionnard en chef a trouvé des circonstances atténuantes à Hitler, le terme judéo-hitlérien serait donc tout aussi approprié pour lui et sa bandes de fascistes.
      Manifestement le terme judéonazi fait tiquer beaucoup de monde et pour différentes raisons.
      Mais ce n’est pas le cas pour son inventeur, un penseur juif reconnu en Israël qui me semble mieux placé que quiconque, pour connaitre et nommer ce qu’il critique et condamne chez ses coreligionnaires.

      Les $ionnards ne seraient pas racistes, ils en ont qu’après les palestiniens et non les arabes dites vous !?

      Vous plaisantez !? Même en étant de confession juive un arabe est sur d’être ostracisé dans leur apartheid  ! . . .


Réagir