jeudi 31 août - par rosemar

J’voudrais travailler encore avec mes mains d’or...

Le chômage, les usines qui ferment, telles sont les dures réalités de notre monde moderne : Bernard Lavilliers nous raconte cette tragédie qui anéantit les hommes dans une de ses plus célèbres chansons : Les mains d'or...

Le poète nous montre, d'abord, "Un grand soleil noir (qui) tourne sur la vallée..."
L'oxymore "soleil noir" symbolise le travail perdu, des usines abandonnées où la vie a disparu...
Un décor désolé apparaît, alors :
"Cheminées muettes - portails verrouillés 
Wagons immobiles - tours abandonnées 
Plus de flamme orange dans le ciel mouillé..."
Les cheminées personnifiées, devenues "muettes", semblent comme muselées, l'énumération des noms, sans verbe conjugué, restitue un désarroi, d'autant qu'ils sont accompagnés de termes négatifs.

La strophe suivante fait intervenir une comparaison : "On dirait - la nuit - de vieux châteaux forts 
Bouffés par les ronces - le gel et la mort ".
Un décor fantomatique est décrit, un décor à la fois somptueux et désolé.... Le verbe imagé et familier "bouffés" traduit une violence inouïe.
 
Ces lieux effrayants sont comme pétrifiés et anéantis dans une immobilité terrifiante.
Seul "un grand vent glacial" anime cette usine, faisant "grincer les dents" d'une machine à l'arrêt, devenu "monstre de métal dérivant".
 
Le refrain à la première personne est un hymne au travail bien fait : le personnage exprime une volonté de retrouver du travail, de manière insistante et réitérée.
"J'voudrais travailler encore - travailler encore 
Forger l'acier rouge avec mes mains d'or 
Travailler encore - travailler encore 
Acier rouge et mains d'or..."
 


L'expression "mes mains d'or" donne toute sa valeur au travail de l'ouvrier qui sculpte l'acier et le dompte.
 
L'ouvrier évoque, alors, sa vie passée dans ce "laminoir", un terme terrible, à double sens, le propre et le figuré, une vie consacrée à un dur labeur, une vie difficile...
 
L'énumération qui suit mêle mots concrets et abstraits : "Mes poumons - mon sang et mes colères noires 
Horizons barrés là - les soleils très rares..." Cette succession chaotique de mots insiste sur la dureté du travail de l'homme : il y a tout mis, ses poumons, son sang, sa vie, ses indignations... sans beaucoup d'espoir puisque les horizons sont barrés...
 
Le laminoir est même comparé à une "tranchée rouge", image guerrière très forte qui vient encore souligner l'âpreté du travail. On voit apparaître, aussi, une "saignée rouge sur l'espoir"...
 
La strophe qui suit est à nouveau métaphorique : l'usine abandonnée suggère des images de "navires de guerre 
Battus par les vagues - rongés par la mer 
Tombés sur le flanc - giflés des marées..." 
Vaincus par l'argent - les monstres d'acier..."
 
Ces navires échoués, balayés par la mer viennent alourdir le désarroi et la détresse du narrateur.
On voit, pour la première fois, apparaître, dans la chanson, le thème de l'argent, du profit : le texte est, ainsi, une dénonciation du monde de la finance qui délocalise, ferme des usines, au mépris de la vie des gens.
La toute puissance de l'argent est bien mise en évidence par cette évocation de ces navires anéantis et vaincus par l'argent...
 
L'ouvrier constate, alors, son inutilité : les négations se multiplient, évoquant un vide de l'existence....
"J'peux plus exister là 
J'peux plus habiter là 
Je sers plus à rien - moi 

Y'a plus rien à faire..."
 
Il en vient même à souligner un paradoxe vers lequel le conduit ce monde absurde de la finance :
"Quand je fais plus rien - moi 
Je coûte moins cher - moi 
Que quand je travaillais - moi 
D'après les experts..." 
 
Et, pourtant, l'ouvrier travaillait dur, il se "tuait" à la tâche, pour "gagner des clous...", expression familière qui accentue l'idée de misère sociale.
"C'est moi qui délire 
Ou qui devient fou 
J'peux plus exister là...", conclut, ainsi l'ouvrier face à ce monde qui inverse les valeurs. 
 
Un monde qui rend les gens fous, qui les anéantit, leur enlève jusqu'à l'espoir de travailler pour un salaire de misère...
La mélodie rythmée et lancinante restitue la douleur et le tourment de celui à qui on a enlevé sa raison de vivre...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/05/j-voudrais-travailler-encore-avec-mes-mains-d-or.html

 

Vidéo :



35 réactions


  • foufouille foufouille 31 août 11:53

    ça dates pas d’hier, une fois la mine vide ou non rentable, il fallait fermer la fonderie.
    c’est aussi un boulot merdique qui tue à petit feu


  • Plus robert que Redford 31 août 12:14

    Nanard, il nous l’a chantée il y a quelques années, à l’Arc, au Creusot, chez moi...

    C’était d’ailleurs inévitable qu’il nous l’offre.

    Ca chialait dur dans les gradins !...

    Pour sûr qu’il n’y avait pas besoin d’explication de textes... Ca, c’est bon pour les bobos, les fonctionnaires, les bien calés dans leurs charentaises...

    Et pourtant, l’Usine, elle en avait vu passer des conflits et des revendications contre les patrons, « La Maitrise » comme on disait ici...

    Tout ça pour se retrouver englués aujourd’hui dans le scandale des malfaçons des cuves EPR...

    Double, Triple punition !!!


    • Macondo Macondo 31 août 16:35

      @Plus robert que Redford
      Je suis intervenu « chez vous » et sur des centaines de sites similaires. Se remémorer ces ateliers sur trois décades, c’est comme fournir, sinon toute la musique, au moins servir de basse lancinante à cette superbe chanson (et son air forain de clowns tristes) qui un jour deviendra poème pour la postérité, dès que les ateliers ne seront plus chauffés ni éclairés (pourquoi faire avec des robots ?). On en est proche, un taraudage M8 peut aujourd’hui devenir, sur des sites gigantesques où œuvraient jadis des centaines de compagnons, un vrai casse-tête qui se négocie à l’extérieur, forcément. A en chialer, en effet ...


  • Taverne Taverne 31 août 13:02

    On veut plus d’nous

    I

    Ça n’est pas les coups du grisou
    Qui nous donnent ces têtes de fous.
    Non, ce n’est pas non plus la mine
    Qui nous a fiché mauvaises mines.

    C’est autre chose, pourquoi le taire ?
    On veut plus de nous sous la terre.

    II

    Non ce n’est pas le laminage
    Qui nous lamine à nos âges.
    D’ailleurs le travail du métal
    Nous laissait d’une humeur étale.

    Faut-il qu’on le chante en la mineur ?
    On n’en veut plus, des lamineurs !


    • Taverne Taverne 31 août 13:15

       C’est pas non plus l’apprentissage
      Dans les ateliers de tissage.
      Ce n’est pas la fée Mélusine
      Qui vient de nous fermer l’usine.

      C’est autre chose, pourquoi le taire ?
      Veut-on encore de nous sur Terre ?



    • rosemar rosemar 31 août 18:31

      @Taverne

      Merci pour le poème... de qui sont ces vers ?

    • Taverne Taverne 1er septembre 01:15

      @rosemar

      Ce ne sont pas des vers, seulement une chanson que j’ai improvisée. J’ai saisi l’occasion pour faire une chanson complète que j’ai envoyée à mon complice compositeur interprète. C’est votre article qui me l’a inspirée : merci.


    • rosemar rosemar 1er septembre 23:08

      @Taverne

      Ravie de vous avoir si bien inspiré...

  • Agafia Agafia 31 août 13:49

    Perso, le métier de mineur de fond est celui pour lequel j’ai toujours eu le plus d’admiration et de respect.


  • rocla+ rocla+ 31 août 13:57

    Un poète à l’ état pur  le Nanar  .....


    Il a bonne mine y a plus d’ mines ...

    Un peu des  gueules noires 

    Et quelques CGT  d’ arrière-cuisines 

  • Robert Lavigue Robert Lavigue 31 août 14:06

    Viens petite bourgeoise demoiselle
    Visiter la plage aux de Wendel
    Ici pour trouver l’Eldorado Il faut une shooteuse ou un marteau.
    La vallée d’la Fensch ma chérie
    C’est l’Colorado en plus petit
    Y a moins de chevaux et de condors
    Mais ça fait quand même autant de morts

    https://www.youtube.com/watch?v=WcCAUZPr2EU&list=PLBq2fyu5GHm3u8C8RUNpNGpeOA86doiGJ


    • Rincevent Rincevent 31 août 15:53

      @Robert Lavigue

      La première fois que j’ai entendu Lavilliers c’était Fensch vallée et j’ai sursauté. Qui c’est ce mec ? Personne n’a encore jamais décrit comme ça le monde des aciéries lorraines (je suis lorrain), y compris dans les détails : « autrefois y’avait des rigolos, ils ont tous fini dans un lingot » ça veut dire que, quand un ouvrier tombait dans la coulée d’acier en fusion, on prélevait de quoi faire un lingot et c’est ça qu’on mettait dans le cercueuil… Depuis, il m’a fait beaucoup voyager, loin de la Lorraine mais toujours avec les gens d’en bas, ceux qui sont tellement démodés dans l’univers jupitérien…


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 31 août 16:25

      @Rincevent

      Et pourtant, Lavilliers n’est pas du coin !

      Le ciel a souvent des teintes étranges

      Le nom des patelins s’termine par ..ange

      C’était avant 1980. Les ouvriers étaient logés au fond de la vallée et les cadres sur les hauteurs...
      C’était il y a si longtemps. Aujourd’hui, le ciel n’a plus ces teintes étranges dans la vallée des anges.
      Je n’y passe plus guère et jamais la nuit. Trop de fantômes et l’air y est devenu trop pur.


    • Cateaufoncel 31 août 16:48

      @Robert Lavigue

      « Et pourtant, Lavilliers n’est pas du coin ! »

      Et il vit où présentement ? Antilles ? Jamaïque ? Il bourlingue comme Antoine, dans les mers du Sud ? Los Angeles ?

      Quelque part où brille un soleil que les ouvriers ne connaîtront jamais, assurément.


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 31 août 17:14

      @Cateaufoncel

      Et il vit où présentement ?
      Pas dans une salle de profs ouvriéristes !
      Sinon, je n’en sais rien et je m’en contrefous. Je l’ai perdu de vue et d’oreille au cours des années 80 !


    • rosemar rosemar 31 août 18:37

      @Robert Lavigue

      Merci pour cet extrait.

  • L'enfoiré L’enfoiré 31 août 14:42

    Bonjour rosemar,

     J’aime cette chanson mais elle ne peut plus faire partie du futur.
     Le numérique que je connais bien, en a décidé autrement.
     Le travail dans le sens original du mot « tripalium, un instrument formé de trois pieux, deux verticaux et un placé en transversale, auquel on attachait les animaux pour les ferrer ou les soigner, ou les esclaves pour les punir » ne sera plus.
     Il faudra utiliser encore plus ses neurones pour contrer ces machines qui nous volent le travail tout en nous amusant..


  • kalachnikov kalachnikov 31 août 16:31

    Un type bien. On se fait un juke box ?

    https://www.youtube.com/watch?v=ubL_hVPm6Oc

    Ps je n’ai rien contre Nicoletta.


    • rosemar rosemar 31 août 18:42

      @kalachnikov

      Avec Nicoletta, donc :https://youtu.be/E8EOhsoVSiI


    • kalachnikov kalachnikov 31 août 21:26

      @ rosemar

      ’Est-ce ainsi que les hommes vivent ?’, le poème d’Aragon est trop beau.

      Tout est affaire de décor
      Changer de lit changer de corps
      À quoi bon puisque c’est encore
      Moi qui moi-même me trahis
      Moi qui me traîne et m’éparpille
      Et mon ombre se déshabille
      Dans les bras semblables des filles
      Où j’ai cru trouver un pays.
      Coeur léger coeur changeant coeur lourd
      Le temps de rêver est bien court
      Que faut-il faire de mes nuits
      Que faut-il faire de mes jours
      Je n’avais amour ni demeure
      Nulle part où je vive ou meure
      Je passais comme la rumeur
      Je m’endormais comme le bruit.
      C’était un temps déraisonnable
      On avait mis les morts à table
      On faisait des châteaux de sable
      On prenait les loups pour des chiens
      Tout changeait de pôle et d’épaule
      La pièce était-elle ou non drôle
      Moi si j’y tenais mal mon rôle
      C’était de n’y comprendre rien
      Est-ce ainsi que les hommes vivent
      Et leurs baisers au loin les suivent
      Dans le quartier Hohenzollern
      Entre La Sarre et les casernes
      Comme les fleurs de la luzerne
      Fleurissaient les seins de Lola
      Elle avait un coeur d’hirondelle

      Sur le canapé du bordel
      Je venais m’allonger près d’elle
      Dans les hoquets du pianola.
      Le ciel était gris de nuages
      Il y volait des oies sauvages
      Qui criaient la mort au passage
      Au-dessus des maisons des quais
      Je les voyais par la fenêtre
      Leur chant triste entrait dans mon être
      Et je croyais y reconnaître
      Du Rainer Maria Rilke.
      Est-ce ainsi que les hommes vivent
      Et leurs baisers au loin les suivent.
      Elle était brune elle était blanche
      Ses cheveux tombaient sur ses hanches
      Et la semaine et le dimanche
      Elle ouvrait à tous ses bras nus
      Elle avait des yeux de faÏence
      Elle travaillait avec vaillance
      Pour un artilleur de Mayence
      Qui n’en est jamais revenu.
      Il est d’autres soldats en ville
      Et la nuit montent les civils
      Remets du rimmel à tes cils
      Lola qui t’en iras bientôt
      Encore un verre de liqueur
      Ce fut en avril à cinq heures
      Au petit jour que dans ton coeur
      Un dragon plongea son couteau
      Est-ce ainsi que les hommes vivent
      Et leurs baisers au loin les suivent.



    • rosemar rosemar 1er septembre 23:06

      @kalachnikov

      Un texte magnifique, chanté aussi par Léo Ferré :https://youtu.be/GJvP9R9otmQ


  • nono le simplet nono le simplet 1er septembre 08:12

    la chanson est extraite du 33 tours « Le Stéphanois » , son premier 

    il y raconte sa jeunesse dans les mines, carrière courte mais qui l’a marqué 
    j’a eu la chance de passer une fin de soirée avec lui après un de ses spectacles dans les années 75-76 ...
    il avait réservé un petit bistrot restaurant pour manger seul après son spectacle 
    mes 3 copains et moi, ne le sachant pas et voulant boire un coup chez ce copain, on a fait du bazar pour qu’il nous ouvre ...
    à force, il est parti demander à Nanar si on pouvait entrer qui a donné son accord 
    quand on l’a vu on lui a dit brièvement qu’on ne venait pas le déranger, seulement boire un coup ...
    15 mn plus tard, ayant fini son repas il nous a invité à sa table ... 2 ou 3 heures à discuter et rigoler ...
    un mec bien !
    dans ce 33 je me souviens aussi de sa chanson sur la mort de Morisson ...
    un soleil rouge et noir qui épaissit le jour ... ( de mémoire) 

    • kalachnikov kalachnikov 1er septembre 08:44

      @ nono le simplet

      Sa bio est très intéressante.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Lavilliers


    • nono le simplet nono le simplet 1er septembre 20:30

      @kalachnikov
      on y parle pas de sa courte « carrière » comme mécano (?) dans les mines ni de sa carrière de boxeur ( champion ou vice champion de France ) ...

      mais bon j’ai lu que « Le Stéphanois » n’était pas son premier album ... en tous cas c’est le premier que j’ai acheté smiley

    • kalachnikov kalachnikov 1er septembre 23:14

      @ nono le simplet

      Il semble qu’il y ait quelques controverses au sujet de sa bio, ça ajoute à son côté Corto Maltese.

      J’ai pas mal écouté ’o gringo’ et ’nuit d’amour’ à l’époque de leurs sorties. Puis je l’ai vu en live en 85 ou 86 et il avait un super groupe sur scène à ce moment (les batteur et bassiste en particulier). Un pote m’avait filé des tas de bootlegs en k7.

      Hier, j’ai réécouté Pigalle la blanche, avec le son fort, c’est très bon.

      La salsa,
      aussi.


  • supradine 1er septembre 12:44
    Superbe chanson , paroles qui touchent au cœur, mélodie nostalgique et envoutante, sur un monde qui disparaît, sur la dignité du travailleur, sur ces conditions de travail très dures, que beaucoup d’entre nous ont connues par eux même ou par leurs parents. Ne regrettons pas cette époque, oeuvrons plutôt pour que la suivante soit plus douce , et ce n’est pas gagné !

    une série d’emissions à été consacrée à Lavilliers sur France Inter cet été, une façon de mieux connaître cet homme attachant et engagé.

  • phan 1er septembre 14:39
    Merci d’avoir une pensée pour les mains d’or, j’étais lamineur à froid, mais non à chaud comme eux, dans le Nord de la France. J’ai aussi aimé Fortaleza au Nord du Brésil.
    Est ce vrai que Bernard Lavilliers a appris à lire avec Prévert ?

     Les feuilles mortes (Bernard Lavilliers)
     ( paroles Jacques Prévert - musique J. Kosma )

     Oh ! Je voudrais tant que tu te souviennes,
     Des jours heureux où nous étions amis,
     En ce temps-là, la vie était plus belle,
     Et le soleil plus brûlant qu’aujourd’hui 
     Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
     Tu vois, je n’ai pas oublié,
     Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
     Les souvenirs et les regrets aussi,
     Et le vent du Nord les emporte
     Dans la nuit froide de l’oubli,
     Tu vois, je n’ai pas oublié
     La chanson que tu me chantais
     C’est une chanson
     Qui nous ressemble,
     Toi, tu m’aimais,
     Et je t’aimais,
     Et nous vivions
     Tous deux ensemble,
     Toi, qui m’aimais,
     Moi qui t’aimais
     Mais la vie sépare ceux qui s’aiment,
     Tout doucement, sans faire de bruit,
     Et la mer efface sur le sable
     Les pas des amants désunis
     C’est une chanson
     Qui nous ressemble,
     Toi, tu m’aimais,
     Et je t’aimais,
     Et nous vivions
     Tous deux ensemble,
     Toi, tu qui m’aimais,
     Moi qui t’aimais
     Mais la vie sépare ceux qui s’aiment,
     Tout doucement, sans faire de bruit,
     Et la mer efface sur le sable
     Les pas des amants désunis.

    Copacabana, Ipanema font plus rêver que l’Île sur Orgue ? Le Quatuor Ebène vous le confirme.


Réagir