samedi 30 avril 2016 - par le moine du côté obscur

J’y ai cru...

Oui j’ai cru à mieux dans ce monde. J’y ai cru mais pas pour moi car je me considère comme déjà mort et d’une génération sacrifiée. J’y ai cru pour mes neveux et mes nièces entre autres, espérant qu’ils auraient un monde meilleur. Certains veulent se raccrocher à l’idée que « la lumière » sortira de la « démocratie ». D’autres veulent voir en Poutine, cet homme froidement pragmatique, un « sauveur ». Probable qu’ils redescendent sur terre très vite et d’ailleurs j’entends certains pleurnichailler parce que Poutine « n’achève » pas le travail en Ukraine et en Syrie. Et bien j’ai à leur dire qu’il est humain pour le meilleur et pour le pire comme nous tous et surtout qu’il n’agit qu’en fonction de ses intérêts propres que nous ne cernerons jamais complètement. 

Oui car j’essaie de comprendre l’humain depuis des décennies. Je croyais beaucoup d’humains sincères et puis j’ai vu le vrai visage du « bipède ». Les guerres, les crimes odieux, les tromperies etc… Tant de mal et si peu de bien. Et ce qui m’a agacé c’est cette recherche permanente du « bouc émissaire ». Aujourd’hui pour les dirigeants occidentaux le « bouc émissaire » parfait c’est Poutine, quand ce n’est pas Assad. Bientôt on leur imputera le « réchauffement climatique » ou peut-être même une catastrophe nucléaire. Et si peu de gens parlent de Laurent Fabius qui a dit en 2012 que la branche syrienne d’Al Quaïda « faisait du bon boulot ». J’ai eu beau répéter cela à certaines personnes mais il n’y a rien à faire elles pensent toujours qu’Assad est le plus odieux criminel de siècle, un nouvel Hitler. Ils ont déjà apparemment oublié Bush et ses guerres dévastatrices, ils ont oublié le « prix Nobel » Obama alias O’drona (le maître des drones) etc… Ils n’ont même pas en mémoire les propos abjects d’une Madeleine Albright ! Et bien sûr ils ne lisent pas des « penseurs » comme Zbigniew Brzeziński. Ils n’ont pas lu le rapport « reconstruire les défenses de l’Amérique » du « Think tank », le PNAC. Je regarde ces gens et je me dis, peut-être qu’ils adorent le monde merdique dans lequel on vit. Peut-être qu’ils aiment qu’on leur mente ! Et qu’en fin de compte peut-être que comme le dit « l’agent Smith de « Matrix » (1), l’homme est un « virus ». Une créature en tout cas qui n’aime pas assumer ses responsabilités et qui rejette constamment la faute sur l’autre. J’ai eu maille à partir avec certains arabo-musulmans aussi qui rejetaient la faute de tous leurs maux sur les israéliens et les sionistes. Mais pour qu’un mal prospère il faut que le terrain soit propice ! Et comment ce terrain devient propice ? Que chacun d’entre nous se le demande ! Car si dit-on le mal ne prospère que grâce à l’inaction des gens de bien, la question que je me pose est de savoir combien y a-t-il d’hommes de bien et peut-on foncièrement changer la nature de l’homme ?

Je me rappelle à l’époque quand certains s’enthousiasmaient sur la révolution bolivarienne ! Je leur ai dit que je ne pensais pas que ce mouvement survivrait au charismatique Hugo Chavez. A l’époque on m’a traité de rabat-joie et que ne sais-je d’autres ! Aujourd’hui devant les déboires de la bande au très peu charismatique Maduro ces mêmes font grise-mine. Car comme l’a dit un de mes oncles, tout le monde veut aller au paradis, mais personne ne veut mourir ! Les gens veulent mieux mais si peu veulent souffrir. Chavez et sa bande ont pu surfer sur le prix élevé du pétrole pour développer certaines actions sociales. Je ne nie pas que ce soit une bonne chose. Mais la nature humaine étant ce qu’elle est, la corruption est apparue et les réalités ont détruit ce « beau rêve ». Ont-ils pu changer positivement les vénézuéliens ? C’est maintenant que l’on verra de quoi sont faits les vénézuéliens et autres sud-américains. Moi qui ai les yeux constamment rivés sur le futur, je ne vois rien de bon, hélas. Les dirigeants étasuniens sont les maîtres de la manipulation comme on les a vus le faire sous les « règnes » de Bush et d’Obama. Le problème est que ça marche toujours car sans doute ces perfides personnages ont bien étudié le comportement humain qui est une créature qui apparemment ne change pas dans le fond. Ils savent appuyer là où ça fait mal quand il le faut. En face qu’avons-nous ? Pas grand-chose puisque beaucoup d’humains se sont laissés endormir par la « facilité ». Tous les beaux joujous dont ces gens nous ont inondés ont complètement abêti le genre humain au point où nous avons une jeunesse perdue. Même chez nous en Afrique noire qui avons besoin de jeunes cadres travailleurs et pensant à construire leurs pays on voit beaucoup de jeunes drogués, de jeunes qui veulent tout avoir facilement ! Ils rêvent d’être des stars et méprisent par exemple les paysans. Dans leur esprit tout est inversé et ils ne perçoivent plus ce qui est important. Vraiment dommage mais c’est un fait ! Et malheureusement parmi ces jeunes ceux qui veulent faire quelque chose de positif se heurtent à un mur de malveillance et de corruption ! S’ils ne tombent pas sur des gens comme moi qui essaient de les aider sans rien attendre à part qu’en retour ils se comportent en citoyens, ils ont peu de chances de s’en sortir. Et le désespoir gagne ces jeunes gens battants et qui veulent faire quelque chose. Et je suis ravagé quand je vois un de ces jeunes perdre espoir et parfois se tourner vers le mal.

Pour ma part j’essaie d’aider les gens quand je le peux. Je ne suis pas hyper-riche mais je pense que quand une personne veut se battre pour réussir sa vie, il faut autant que possible lui donner un coup de pouce. Ensuite j’essaie d’amener certains jeunes à lire des écrits montrant par exemple comme certaines personnes influentes voient le monde. Je veux qu’ils comprennent que c’est une guerre et que nous par exemple en Afrique noire n’avons pas d’amis. Parce que certains en sont à idolâtrer Vladmir Poutine ! Je leur dis que Poutine défend les intérêts de Poutine et ce n’est certainement pas notre ami. Il n’y a pas d’ami à ce niveau-là, mais que des intérêts ! Qu’ils intègrent cela et ils auront je le pense fait un grand pas en avant. Je leur dis que rien n’est acquis et les choses peuvent changer rapidement. Notre pays reposait sur la vente du café et du cacao entre autres ! Quand les prix de ces produits se sont effondrés on a été mal ! Je leur dis que ce que l’on a subi, les vénézuéliens l’ont subi avec la chute brutale du cours du pétrole. Donc l’axe de réflexion serait de trouver comment devenir indépendant, mais pour cela il allait falloir souffrir le martyr. Veulent-ils entendre ce message ? Je ne sais pas, mais je me devais de le donner. Je veux essayer de canaliser les intelligences et les imaginations pour essayer de concevoir un meilleur futur. Cependant comme je le dis je ne me fais pas d’illusion sur la nature humaine car je sais que tout le monde est plus ou moins corruptible. Nous avons tous notre point de rupture et les élites très puissantes aux grands moyens le savent parfaitement. Alors peuvent essayer de se rassurer en pensant qu’il n’y a pas de complot, mais la réalité comme toujours finira par s’imposer. Mais je ne pense pas que les gens malfaisants sont forts parce qu’ils sont « forts », ils sont forts parce qu’en face il n’y a rien ! L’intelligence au service du mal a pris le pas sur l’intelligence au service du bien. Comme l’aurait Hoover : « L'individu est handicapé en se retrouvant face à face avec une conspiration si monstrueuse, qu'il ne peut croire qu'elle existe. ». Certains sont incrédules quand on leur dit que Bush et autres sont des monstres, mais pourtant acceptent quand on leur dit qu’Assad est un boucher. Qu’ont-ils qui ne va pas ? Je ne sais pas, mais ça a de quoi me faire désespérer pour de bon.

Donc oui j’ai cru que le monde pouvait être meilleur, mais je n’y crois plus ! Je pense que nous allons passer par des années très difficiles et j’essaie même de prendre du bon temps tant que je le peux. J’essaie aussi d’aider les gens car c’est sans doute ma nature de ne pas supporter de voir des gens souffrir quand je peux les aider. J’espère aussi secrètement que quand ils verront quelqu’un les aider sans attendre automatiquement quelque chose en retour, ça les fera réfléchir. Mais là encore je suis souvent déçu puisque certains pensent que quand vous les aider c’est parce que vous êtes « bête ». Triste monde, mais malheureusement le seul que nous avons. Alors nous pouvons soit nous lamenter, soit essayer de nous battre. Pour moi je suis déjà mort, mais j’essaierai de faire quelque chose pour les autres sans doute parce que c’est « plus fort que moi ».

  1. https://www.youtube.com/watch?v=3w9z02jE_Ck


8 réactions


  • Auxi 30 avril 2016 16:08

    Quand je suis allé au Sénégal, j’ai pu constater que l’hospitalité africaine n’est pas une légende. À Ziguinchor, j’ai été hébergé et nourri par des gens bien plus pauvres que moi, et l’on s’est fâché lorsque j’ai évoqué l’éventualité d’un dédommagement. Bien sûr, il y a là-bas des crétins, des escrocs et des avares comme partout dans le monde, mais je garde, des années après, un souvenir ému de ces moments.


    • Parrhesia Parrhesia 30 avril 2016 23:06

      @Auxi
      Merci pour cette prise de position, au nom de tous ceux de Ziguinchor et de bien d’autres endroits, et au nom de ceux qui, comme Parrhesia, peuvent témoigner de cette hospitalité

      Bonne nuit à vous !!!


    • le moine du côté obscur 2 mai 2016 11:58

      @Auxi
      Concernant l’hospitalité des africains en tant qu’africain subsaharien je serai très nuancé car j’ai vécu des choses notamment avec les sénégalais qui sont considérés par beaucoup d’africains comme xénophobes. Mais il est vrai qu’ils sont très accueillants envers les européens. Mais je ne dis pas que certaines personnes ou certains peuples ne sont pas accueillants mais il est important de ne pas généraliser.




  • jjwaDal jjwaDal 30 avril 2016 23:25

    On dirait que vous en êtes au stade où tous les verres à moitié pleins vous semblent à moitié vides...
    J’ai le souvenir d’avoir lu les mémoires d’un compagnon de cellule de Raymond Aubrac qui décrivaient comment en 1943 en cellule, ils voyaient l’avenir au vu des informations dont ils disposaient. Stalingrad sur le point de tomber, l’allemagne entière sous la botte nazie ou fachiste, il disait que si durant une de ces nuits en cellule quelq’un était venu leur dire que dans deux ans Paris serait libéré, l’emprise nazie anéantie et la guerre mondiale terminée, ils en auraient ris à en perdre le souffle la nuit entière, tellement cela paraissait inconcevable, alors.
    En gros il nous disait que le pire n’est jamais certain car nous n’avons jamais toutes les informations sur les forces en présence et que la pire insulte aux avenirs possibles serait de se rendre à l’« évidence » du présent, si lugubre soit-il. Il parlait en connaissance de cause...
    Dans les années 70/80 on craignait l’apolalypse nucléaire et les retombées radioactives, aujourd’hui l’explosion de la bulle financière. On a des ressources personnelles pour vivre et bien vivre (dans la tête). Le monde est ce qu’il est. Il a l’emprise sur nous que nous lui donnons.  smiley


  • Le p’tit Charles 1er mai 2016 07:28

    Nous ne sommes que des animaux stupides..se croyant « intelligent » car capable d’éliminer des nations au nom de notre connerie...Sans « défaitisme »..nous sommes condamnés d’être descendu des arbres pour marcher debout mais avec les pieds dans la merde... !


  • Jeekes Jeekes 2 mai 2016 10:49

    @ l’auteur

     
    Je pense exactement la même chose.
    Et depuis fort longtemps... 



  • robin 2 mai 2016 11:42

    Le prophète Jérémie disait déjà sous inspiration : « Il n’appartient pas à la l’homme qui marche de diriger son pas », simplement parce quoi qu’on veuille croire, l’homme est trop imparfait trop corruptible. La suite de l’histoire est déjà écrite dans la Bible, il faudra choisir son camp, il n’y aura pas de position intermédiaire possible.


  • Jean Keim Jean Keim 2 mai 2016 15:19

    Je vais vous dire un secret auto protégé moine aux sombres pensées, nous ne sommes pas achevés, nous ne sommes pas encore des êtres humains.


Réagir