mardi 18 février - par Bertrand Loubard

Kagame – Onana : le premier qui dit la vérité ..... (3/3.1)

 

« Jacques Matand[1] a dit la vérité

Il a été viré de la BBC..... »[2]

 

« Le 7 février dernier (2020), la rédactrice en chef de la BBC-Afrique à Dakar, Anne LOOK[3], a notifié au journaliste Jacques MATAND son licenciement de la BBC pour « faute grave ». Quelle est donc cette faute ? Il s’agirait, selon Anne LOOK, de l’interview du politologue et enquêteur Charles ONANA réalisée par le journaliste Jacques MATAND et diffusée le 20 novembre 2019 par la BBC »[4].

 

Je terminais à peine mon « article » précédent par le mot « Fin ? », ce 10 février[5] que Charles Onana[6] revient au premier plan de l’actualité avec les ennuis qu’un de ses confrères connaitrait, comme repris ci-dessus. Il est évident que les « dérives du pouvoir », quant aux libertés fondamentales, s’accentuent de jour en jour, au Rwanda. Il n’a jamais s’agit de « bavures isolées », mais bien d’une stratégie de longue date, pré-génocide, formant l’ossature planifiée de la propagande, dénoncée justement, par Charles Onana[7].

 

Il faut se souvenir que les autorités rwandaises avaient déjà exercé des pressions, en 2015, sur la BBC suite au documentaire mettant en lumière les crimes du FPR dirigés par Paul Kagamé en 1994 et intitulé « Rwanda’s Untold story ».[8]

« Les programmes en kinyarwanda de la BBC au Rwanda seront suspendus indéfiniment »

 

Il faut se souvenir, également, de l’« entrevue » que Kagamé avait accordée, en février 2016, à la BBC où il avait été mis en difficulté par Stephen Sackur[9] .....

 « Stephen Sackur : Mais vous n’aviez pas le droit de descendre son avion et de l’assassiner ! (Habyarimana)

Le Président Paul Kagame : Eh bien j’avais le droit de me battre pour mes droits !

S. S. : Mais croyez-vous que vous aviez le droit de l’assassiner ?

P. P. K. : Non [rire], mais bien sûr, Habyarimana étant du côté de ceux que je combattais, il était possible qu’il meure facilement. Supposez que j’y eusse laissé moi-même la vie ; ce juge (Jean-Louis Bruguière) serait-il en train de s’intéresser à ma mort et à celui qui m’aurait tué ?...... Je dis que nous étions dans une situation de guerre. Mais ceci n’a rien à voir avec l’assassin de Habyarimana. Je ne traiterai même pas de ce sujet. Je dis tout simplement qu’il n’est pas étonnant qu’un belligérant meure. Est-ce que cela signifie que quelqu’un peut monter des accusations grossières contre moi sans » .....

S. S. :.... Excusez-moi de vous interrompre…Mais vous étiez en négociation de paix avec lui à cette époque ! Le FPR négociait avec lui. ....

P.P.K. .... « Tout d'abord je ne suis pas responsable de la mort de Habyarimana et de je m'en fous ! Je n'étais pas responsable de sa sécurité. Il n'était pas responsable de la mienne non plus. Et ça lui aurait été égal si j'étais mort, ça m'est égal que cela lui soit arrivé »

 

On peut donc se demander ce qui se passe actuellement avec les experts rwandais des « Relations Publiques » et du « Protocole » (tiens !, tiens !, tiens ! .... Mais à propos, où est donc passée Rose Kabuyé, la chère et tendre amie de Bernard Kouchner ?). Remarquons, au passage, que le Rwanda occupe la 155ième place sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse établi, en 2019, par RSF[10]. Et effectivement ce qui est rappelé ci-après ne doit certainement pas faire plaisir à Kagamé.

 

1 - Il y a eu la présidence de l’UA où le passage (jusqu’au 10/02/2019) de Kagamé n’a pas fait que des amis, que des heureux. Il y a eu l’intervention du Rwanda, court-circuitée (ou avortée par qui ?), dans les élections en RDC. Il y a les torchons qui brûlent entre le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi .... et pendant ce temps-là, Kagamé (qui se trouve à deux pas[11]) joue avec la « Présidence de East African Community, EAC » (Rwanda, Ouganda, Burundi, Kenya, Tanzanie, Soudan du Sud).

2 - Il y a eu les chiffres « techniqués[12] » des exploits de Kagamé dans tous les domaines[13] , surtout ceux du décorum bling-bling (Centre de Conférence, Kigali Arena couverte et climatisée, 30 106 £.à Arsenal et 106 € au PSG, Air Rwanda en faillite virtuelle, etc.) qui ont été mis en lumière par un rapport d’experts de la Commission pour la Coopération et le Développement de l’Union Européenne (Neven Mimica)[14]. Les chiffres des dépenses militaires, ceux de la croissance, ceux du niveau de vie, ceux du PIB et ceux relatifs aux atteintes aux Droits de l’Homme, ont tous été manifestement truqués !!!!

3 - Il y a même eu des experts de la Banque Mondiale qui ont révélé cette supercherie, et qui en plus, ont été « contactés » pour modifier les résultats de leurs recherches, sous peine d’être « sortis » ... (ce qui est arrivé, semble-t-il, à vérifier !).... [15] Car comment expliquer que le Rwanda qui n’a pas un seul carat de diamant sur son territoire, peut en exporter annuellement une quantité X, pré-taillés vers un pays qui déclare en importer annuellement, justement du Rwanda, 10 X de ces mêmes diamants ???? (Non ce ne sont pas les diamantaires anversois de Belgique qui sont de mauvaise foi !!!!). En effet, l’Europe a mis en place une actualisation du « Processus de Kimberley » (Kimberley Process Certification Scheme – KPCS – Marie Aréna et Louis Michel[16]) qui lutte contre l’exploitation des diamants du sang en rendant traçables tous les diamants bruts (donc pas les semi taillés, pas ceux qui sont exportés du Rwanda qui, eux, sont déjà clivés et sciés mais non ébrutés et facettés : Doncoooooooooo !!!.CQFD. Plus des diamants du sang, au sens néokimberleyen) Il en est de même pour l’or, une ressource rare au Rwanda : « Rwanda Exports 2.163 kg of Gold, UAE Imports 12.539 kg of it (Ann Garrison independent journalist based in the San Francisco Bay Area. Black Agenda Report's – 13/11/2019)[17]

 

Non, ces quelques « détails de l’histoire » relatés ci-dessus, parmi beaucoup d’autres, ne doivent pas satisfaire Kagamé vu la proximité de deux événements devant mettre Kigali à la une de la « presse » mainstream :

 

1 - La Capitale du Rwanda sera bientôt en effet le centre mondiale des Cyber-technologies. Quand on sait que l’espionnage, dans la capitale Européenne (Bruxelles), connaît trois grands « intervenants » dans les réseaux du « renseignement », de la « cyber-criminalité » et des « services secrets » : : la Russie, La Chine et le ..... Rwanda (dans l’ordre !!!!) .... on ne s’étonne pas du « panel » des participants à ce genre d’« event »[18] .... : En 2019[19], à Tel Aviv : Benjamin Netanyahu, Israel Prime Minister, Gen. David H. Petraeus, Director, CIA, David Kaspersky[20]. En 2020 à Kigali, la présidence des « speakers » sera assurée par Paula Ingabire, Minister of Information and Communications Technology and Innovation, and Ron Adam, Ambassador, Embassy of Israel in Kigali (comme on dit dans la langue de Voltaire). Il est évident que d’ores et déjà le succès assuré d’une telle manifestation est attendu avec impatience par tous les Rwandais. Cependant c’est aussi l’occasion de rendre Kigali plus attrayante sur le plan de la sécurité[21] et attractive sur le plan urbanistique[22].

 

2 - La Grande-Bretagne et l’Europe ont une année pour lever les dernières « contraintes » qui plombent la finalisation le Brexit : Irlande du Nord, Ecosse, Gibraltar, Falklands, Waterloo, Tunnel sous la manche, Eurostar, Airbus Industrie, immigration et relations avec le Commonwealth, etc., etc. .... Et cela ne s’invente pas : le Rwanda accueillera la première réunion, Post-Brexit, des Chefs de Gouvernement du Commonwealth, à Kigali, à partir du 22 juin 2020. Le Rwanda, dont le Secrétariat Général de l’Organisation Internationale de la Francophonie est revenu à ..... Louise Mushikiwabo, Américano-rwandaise anglophone, une fidèle du président rwandais. Il ne faudrait donc pas que certains « francophones » (Onana, Matand et al.) viennent mettre, en plus, les pieds dans les plats, comme l’anglophone canadienne (donc du Commonwealth) l’avait fait récemment avec son livre « In Praise Of Blood »[23] en Flandres belges.

 

Publicité

3 – Je me demandais : où est RSF » .... Et bien, ce n’est pas comme Amnesty International vis-à-vis de Assange ... .à propos duquel cette ONG « se mure » dans un silence assourdissant mais cependant révélateur .... C’e n’est pas comme le prétend Michel Collon ( un belge conspirationniste antisémite, suppôt de Bernie Anders et Jeremy Corbyn, comme il est perçu dans les milieux « conformes ») qui avance que RSF et CIA c’est Kif-Kif. (« Non , pas chez ces gens-là »[24]) et dont le mutisme est, lui aussi, parlant ... En effet, RSF s’est fendu d’une dénonciation : « d’une décision disproportionnée et dangereuse »[25]. Heureusement Mehdi Ba, dont j’évoquais le sobriquet que certains lui attribuaient (dans mon précédent papier, à savoir « La voix de son maître »), dans JA[26], s’est fendu d’une défense en bonne et due forme de Kagamé, le Martyr des Hutus Génocidaires qui a payé, au prix de son propre sang, la libération de tout le peuple rwandais qui le suppliait de le sauver des griffes d’un tyran sanguinaire et de rétablir la démocratie, la paix et les libertés (entre autre de la presse)....etc., etc. ....... que la France complice .... etc.,etc.,etc.........(On connait la chanson !)

 

« Kizito Mihigo[27] a dit la vérité ....

A 1930, il est mort, incarcéré »

(Le 16/02/2020)

 

[1] Jacques Matand Diyambi, journaliste d’origine congolaise

[2] Suivant Guy Béart

[3] Mme Anne Look Thiam, américaine mariée à un Sénégalais

[6] Auteur de : « Rwanda, la vérité sur l'opération Turquoise : Quand les archives parlent » Edition « L’Artilleur » - EAN13 9782810009176

[9] Sur You Tube « Stephen Sackur Kagamé »

5:39 / 7:45 - BBC talk : President Kagame saying "Habyarimana's death ? I don't care"

[10] https://rsf.org/fr/rwanda - Sauf erreur de ma part.

[11] Gilbert Bécaud

Publicité

[13] https://www.france24.com/en/20190624-talking-europe-paul-kagame-rwanda-development-neven-mimica-eu-commission-human-rights

[18] CYBERTECH Africa 2020 – Les 24-25 Mars à Kigali

[19] Le Cybertech, principale conférence israélienne dédiée à la cybersécurité, affiche une fois encore cette année le savoir-faire israélien.

https://www.itpro.fr/cybertech-2019-retour-sur-un-evenement-important/

[21] https://www.hrw.org/fr/news/2020/01/27/rwanda-detention-abusive-denfants-des-rues

« Tant que nous vivrons dans la rue, ils nous frapperont »



4 réactions


  • Ruut Ruut 19 février 08:18

    C’est bien connu, il n’y a que la vérité qui fâche.


    • Bertrand Loubard 19 février 09:52

      @Ruut
      Merci pour votre commentaire. La vérité ne fait pas que fâcher. De Fred Rwigéma à Emmanuel Gapyisi, de Kizito Muhigo à Alison Desforges et jusqu’aux millions de sacrifiés dans l’Afrique des Grands Lacs, la vérité tue.


  • Djam Djam 19 février 11:04

    Merci Bertrand Loubard pour vos article sur l’affaire du Rwanda. J’avais déjà lu des auteurs africains dont les analyses rejoignent clairement celles d’Onana. J’en parlais autour de moi et les réactions étaient les mêmes : la France était la grande coupable !!!!

    On commence à mieux comprendre maintenant et m’est avis que ça va continuer à sortir. Ceux qui écrivent pour dire la vérité ont des bolas, chapeau. Ce n’est pas le cas de nos « élites françaises » totalement soumis aux salopards qui organisent le chaos partout en vue de leur NOM.


    • Bertrand Loubard 19 février 16:30

      @Djam
      Merci de votre commentaire. Effectivement il y a de plus en plus d’auteurs, en Afrique, en Europe et aux USA, qui réévaluent leurs points de vue sur ce qui s’est réellement passé au Rwanda. Les approches scientifiques sont rares. Mais les éléments de preuves s’accumulent, malgré tout. Malheureusement, les témoins disparaissent. Il faut maintenant bien observer les effets de la « libération » du Rwanda. L’évolution actuelle du régime de Kagamé était prévisible dès 1990 et bien avant le Génocide. Et ce ne sont pas des menaces extérieures qui justifient la répression intérieure, récurrente depuis 1994. Kagamé égale et dépasse les plus grands dictateurs .... avec son style et ses arguments propres dont la force est qu’ils ne peuvent être contredits sous peine d’accusation de négationnisme, révisionnisme, divisionnisme, complicité avec les génocidaires, et autres anti....... isme. L’« ubengwe des faits » qui est à la culture de l’oralité ce que sont les arts martiaux à la culture physique, inclus évidemment l’utilisation des tactiques « sous fausse bannière ». L’assassinat de Kizito Mihigo pourrait en être le plus récent exemple.
      Bien à vous.


Réagir