samedi 10 avril 2010 - par Bloggy Bag

L’affaire du siècle

Je voudrais revenir sur une manipulation, une de plus, visant à cacher l’absence d’arguments de quelques égarés politiquement en perdition par la génération d’un nuage fangeux et cherchant à discréditer (que savent-ils faire d’autre ?) les hommes et femmes politiques qui les gênent au PS (c’est-à-dire à peu près tout le monde aujourd’hui).

Pendant la période des régionales, je n’ai pas réagi à cette tentative de manipulation du web (dont l’écume qui vient de loin est arrivée jusqu’à agoravox si l’on en croit entre autres les commentaires de cet article de 2007 - la rumeur est un ver qui prend son temps pour ronger le fruit !) pour ne pas polluer le débat de la campagne et me concentrer sur le soutien à nos équipes, mais cela ne veut pas dire qu’il faille ignorer ces pratiques indignes et malfaisantes ; on ne le sait que trop bien, sur le web le bruit peut devenir message si la réalité des faits n’est pas exposée avec force et conviction.

Comme je n’aime pas les posts sans fond et sans arguments vérifiables, j’ai donc construit celui-ci sur une analyse critique de cette campagne de calomnies, analyse soumise à la réflexion de chacun de façon à ce mes propos soient à la fois instructifs, pédagogiques et je l’espère prophylactiques.

Tout d’abord, les faits.

À l’origine de cette “affaire”, il y a la révélation de l’existence d’un club (qui n’a d’ailleurs rien de secret) réunissant des hommes et femmes politiques et d’affaires, Le Siècle. Si vous et moi ne connaissions pas ce club, ce n’est pas à cause d’un complot du style “on nous ment, on nous cache des choses”, mais tout simplement parce que vos préoccupations quotidiennes comme les miennes n’avaient aucune chance de vous y mener.

Sur le fond, ce club ne diffère pas fondamentalement des milles et un clubs professionnels, économiques, politiques ou culturels où peuvent se côtoyer en fonction de leurs intérêts, acteurs économiques, sociaux, mais aussi riches mamies en quête de bons placements et de petits fours, écologistes à la recherche d’action ou de revendications, entrepreneurs à la recherche d’affaires, lobbyistes locaux et pétitionnaires patentés, ou encore entrepreneurs à la recherche d’une interview avec PPDA. Depuis sans doute la nuit des temps de la liberté d’associations, les gens se sont associés au nom de leurs idées, ambitions ou intérêts et les clubs, quels que soient leur nom, les ont toujours accueilli. Le Siècle ne déroge pas à la règle, et malgré ce que l’on a voulu nous laisser à penser, il ne ressemble manifestement pas à une secte millénariste ou malfaisante. Quant au jugement de chacun sur les motivations des gens qui le fréquentent, c’est finalement une affaire de sentiments personnels ; il n’y a pas là trouble à l’ordre public…

Manipulation sur internet : le siecleDeuxième acte, la campagne, faite sous forme d’une révélation intergalactique. Si vous cherchez sur google, vous pouvez voir fleurir une somme assez étonnante d’articles récents sur le sujet, ce qui permet de s’apercevoir qu’il ne s’agit pas d’un simple artéfact aléatoire, mais bien d’un buzz repris et alimenté par des gauchos-complotistes, mais hélas aussi par une partie, petite semble-t-il mais active, de camarades royalistes égarés. Il n’y a qu’à lire certaines signatures associées à ce buzz ou les titres d’article du genre “Le TSS, c’est le SIECLE contre le PS et Ségolène Royal” (article qui arrive en tête de recherche google).

Plutôt que d’en décortiquer fastidieusement la liste (ce que je vous invite quand même à faire à vos moments perdus), je me contenterai de reprendre ce post paru sur lepost.fr et qui a au moins le bon goût d’avoir évité les commentaires personnels pour n’exposer que deux vidéos dont je vais vous décortiquer le mécanisme manipulateur.

Tout d’abord l’accroche : Mettre Anne Sinclair au générique, c’est vendeur. Une journaliste belle et connue, cela attire le chaland à coup sûr ! Chaland immédiatement déçu puisque le sourire d’Anne disparaît immédiatement au profit… d’un compte à rebours (faire monter l’adrénaline), puis d’images violentes se succédant sur un rythme rapide (saisir le spectateur pour faire monter l’adrénaline et l’angoisse). Missile explosant sur un char, crash du 11 septembre (avec un bandeau sur le prix du pétrole, angoisse latente), figures honnies de Bush et Ben Laden, figure satanique (en filigrane, jouer de façon subliminale sur un sentiment d’horreur et de rejet), bombes et bombardiers, petit détour cosmique où l’on suggère une connexion extraterrestre, extraterrestres qui arrivent rapidement (le film joue là à la fois sur les peurs et les clichés pour rebondir sur les fantasmes), feux de Saint Elme (i.e. la menace de l’électricité tombée du ciel) dérivant sur de menaçantes expériences scientifiques, OVNI introduisant les mystères de civilisations perdues (peurs ancestrales, mythologie extraterrestre), mystique de l’énergie interne liée à l’explosion nucléaire finale destructrice (à ce stade si vous n’avez pas encore la trouille c’est à désespérer des techniques de manipulation !). Ouf, fin de la première séquence violente, on passe à la suite.

Manipulation médiatique le siècle

Suite introduite par “tout le monde il est gentil”. La pointe d’humour décalée est destinée à désamorcer le stress de la séquence d’introduction pour vous rendre plus réceptif à la suite avec en substance le message suivant : “Le siècle c’est en apparence un visage aimable et souriant, mais derrière ce n’est que complot et destruction, nous on est là pour vous dire la vérité”. Bien sûr, on se demande à ce stade les relations qu’il y peut y avoir entre les éléments de ce fatras, mais dans la dynamique du film, le spectateur n’a que peu de chances de faire la part des choses, il est prêt pour la suite.

Hors du contexte de cette intro stressante, la suite serait totalement plate (de fait, plutôt ratée du point de vue de la manipulation) : déclaration de (bonnes) intentions, éléments du statut de l’association. Tout cela serait sans intérêt si nous n’avions “appris” combien était malfaisant et subversif ce club… D’ailleurs, la suite n’est qu’une longue litanie ennuyeuse de portraits de quelques membres du siècle et la boîte à rythme associée à l’atmosphère brumeuse et sombre des portraits (destinée à renforcer le côté occulte et malfaisant) a bien du mal à maintenir l’intérêt.

Ce premier film est une parfaite manipulation cherchant à faire des liens entre des choses qui n’ont rien à voir entre elles (d’ailleurs, jamais on ne vous dit qu’elles en ont, le film se contente de le suggérer par la collision des séquences et la bande son), jouant sur des peurs et des fantasmes. Une merveille du genre ! À l’arrivée, ce que vous êtes censé en retenir c’est “le siècle c’est des gros méchants, tremblez braves gens”. Mais que vient faire Anne Sinclair dans cette histoire me direz-vous ? Il faut voir le second film pour le comprendre.

Reprise par la séquence de portraits pour arriver à un extrait d’un reportage (dont la source n’est pas citée). On n’y apprend rien de nouveaux, en particulier pas de scandales particuliers si ce n’est l’inquiétude de la “construction” d’un consensus d’opinions établi lors de discutions au sein du club. On connaît plus décapant comme complot… Plus intéressant est la fin de l’extrait de ce reportage où les monteurs du film tentent de rebondir sur un autre fantasme, Bildeberg, présenté comme un club de gouvernance mondiale. Les propos devaient être tellement intéressants et croustillant que… l’on passe à autre chose. Technique intéressante, là aussi les monteurs de ce bobard ont testé la collision entre le siècle présenté sous la forme la plus fantasmatique possible et Bildeberg dont la menace est évoquée avant de passer à autre chose.

Et quoi donc ? Là c’est le fin du fin. Après avoir créé une atmosphère complotiste, on va mettre les rieurs de son côté en surfant sur un extrait des guignols de l’info. Succès assuré, l’extrait est amusant, surfe sur le rejet du pouvoir et reprend sur un mode joyeux des thèmes que l’on vient de voir sous une forme inquiétante.

Et Anne alors ? Pour comprendre son rôle dans ce conte manipulateur, il faut faire le parallèle avec le film des guignols dont la vedette est Bernadette Chirac, épouse de Jacques, ex-président. Quel est le rôle de Bernadette ici ? Être la tête pensante française de la world company (le spectre). Et Anne Sinclair n’est-elle pas l’épouse d’un potentiel futur-président ? La boucle est bouclée et la manipulation achevée, tremblez brave gens, “ils se mettent d’accord et complotent contre le bonheur des gens” !

À l’arrivée, aucun fait si ce n’est l’existence d’un club qui réunit des gens “influents” qui discutent des choses du monde autour de petits fours. Mais aussi, à force de répétitions et d’un flot d’articles sur internet, une tentative d’installer un malaise et de discréditer ses adversaires politiques. Alors qui sont vraiment les manipulateurs dans l’histoire ? Bernadette Chirac vue par les Guignols, Anne Sinclair présentée comme son alter ego, un club très parisien de notables ou ceux qui sont derrière ce film et son utilisation ? À complot, complot et demi, si je peux comprendre sans problème qu’une personnalité politique soit attaquée, et même s’il est quelque part nécessaire qu’elle le soit, je trouve assez abjecte et minable ce genre de manipulation. S’ils veulent un jour sortir de l’impasse où ils sont, certains militants comateux feraient bien d’en finir avec les sombres manipulations dignes des détestables méthodes trotskystes de la belle époque. Nous avions eu l’entrisme en 2006 pour les primaires, nous avons maintenant droit à la manipulation des esprits.

Tout cela est minable autant qu’indigne !

Mais au fait, quelle est la réalité concernant Anne Sinclair et Dominique Strauss-Kahn (ben oui, j’ai beau être blogueur, j’ai fait ma petite enquête) ?

D’abord, Anne Sinclair a bien été cooptée par ce club à une époque où ils cherchaient à “féminiser l’ambiance”. C’était il y a plus de 22 ans et elle a cessé d’y aller il y a… 20 ans (date à laquelle Dominique et elle se sont rencontrés) ! Figurez-vous qu’entre rôti de veau et banalités mondaines, notre sémillante journaliste de 7/7 s’ennuyait ferme dans ce temple supposé du complot. Quant à Martine Aubry ou encore Lionel Jospin, eux aussi comploteurs fantasmés selon la rumeur, elle n’a jamais eu la joie de partager avec eux la-bas un repas où les carottes symbolisaient une attaque de missiles et les petits pois la population opprimée par les maîtres de la sauce Maringo.



16 réactions


    • Bloggy Bag Bloggy Bag 10 avril 2010 12:56

      « mais si l’on constate ensuite que l’information est devenue uniforme. Qu’ils vont tous dans le même sens. » : voulez-vous dire que la répétition suffit à créer la vérité ? Si c’était le cas la publicité aurait accédé au rang de science suprême.

      "Tout cela est né sans volonté aucune, par la seule force d’attraction et de séduction qu’exercent les intelligences entre elles ?«  : non, ce n’est pas ce que je dis. L’envie de se faire voir dans un club smart et snob ajoutée à la possibilité de passer à la TV est un moteur puissant.
      Parallèlement, si l’on peut admettre sans trop de difficulté qu’il existe des groupes »complotistes" (cela a existé de tout temps), on peut aussi se dire que ces groupes évitent de s’afficher au grand jour avec des gens qui sont par nature bavards.


  • foufouille foufouille 10 avril 2010 18:06

    si ce sont des clubs gentils pourquoi la republique defend leurs reunions ?
    de nombreux gauchistes ont ete invites
    tout ces clubs sont lies entre eux
    trilateral, bildeberg, le siecle, club de rome
    mais bien sur aucun ploutocrate ne ment ni ne vole
    une minute de silence pour un assassin c’est pas mal aussi


    • Bloggy Bag Bloggy Bag 10 avril 2010 18:45

      Mon propos n’est pas vraiment de juger de la gentillesse de ces clubs.

      Ce que je dis ici, c’est que l’analyse d’un film sur le siècle montre qu’il a clairement été conçu pour manipuler.

      Ce que je dis, c’est que par rapport à des rumeurs complaisamment répandues (DSK et son épouse sont des comploteurs du siècle), j’oppose un fait : ils n’y ont pas mis les pieds depuis une éternité.

      Maintenant, je veux bien entendre des récits précis et circonstanciés sur des complots, ou même tout simplement des arrangements entre gens ayant des intérêts communs peu compatibles avec la démocratie ou la République, mais de cela nous n’avons rien dans les rumeurs sur le siècle.
      Le pire, c’est qu’à force de bobards, si des faits finissaient par arriver, on aurait le plus grand mal à y faire croire après tout ces bourrages de mou.

      Combattons pour la justice, l’équité, la liberté, la démocratie, la République, mais pas avec des manipulations du genre de ce film !


    • curieux curieux 10 avril 2010 21:05

      J’ai pas eu le courage d’aller jusqu’au bout. C’est nul


    • Bloggy Bag Bloggy Bag 11 avril 2010 13:06

      Meyssian est le spécialiste du complot. Il en voit partout et de façon très argumentée, mais combien en a-t-il déjoué ? Combien sont avérés ?


    • Bloggy Bag Bloggy Bag 11 avril 2010 13:09

      Ce post traite du siècle et n’évoque Bildeberg qu’à travers une manip du film que je décortique.

      Sur Bildeberg, je n’ai pas de faits à présenter, ni dans un sens, ni dans un autre. Mais je n’ai pas lu non plus quelque chose de convainquant en terme de complot menançant les démocraties.


    • Bloggy Bag Bloggy Bag 12 avril 2010 09:29

      J’ai un peu de mal à vous suivre.


      D’un côté vous semblez dire que notre modèle est, disons pour être soft, très médiocrement démocratique, preuve à l’appui de la présidentielle de 2007 qui fut construite à partir de sondages habilement utilisés. En conséquence, et je suis assez d’accord avec vous, il est nécessaire d’avoir des procédures plus claires et de dénoncer les techniques de manipulation, qu’elles s’appellent marketing ou carrément propagande.

      J’ajouterai qu’il faut également avoir des citoyens plus éclairés et instruits sur ces techniques de manipulation.

      Mais c’est très exactement ce que j’ai essayé de faire en décortiquant ce film sur « le siècle ». Qui plus est, j’ai donné au lecteur la possiblité de reprendre et d’infirmer si besoin est chacun de mes arguments ! Or personne n’a pour l’instant constesté le mécanisme manipulateur de ce film !
      Pour le reste, tant que l’on ne m’aura pas apporté des éléments plus solides pour dire que le siècle est un club complotiste, j’aurai du mal à y croire et j’en resterai à un club de snobs parisiens.
      Enfin, passer d’un complot supposé à un autre n’est pas une preuve. Je n’ai pas d’éléments pour qualifier la vraie nature de Bildegberg, et *je ne l’ai pas fait dans ce post*, alors en attendant là aussi autre chose qu’une rumeur complotiste, je m’en tiendrai à ce que je peux vérifier, tout en restant vigilant.

      Désolé, je n’ai pas la culture du complot, j’en reste à la raison. Ce post traite du siècle et d’un film en particulier, pas de tous les complots réels ou supposés de ce monde.

    • Bloggy Bag Bloggy Bag 14 avril 2010 10:42

      Cela fait toujours plaisir de se voir traiter d’escroc pour un article où les éléments du propos principal (l’analyse de la vidéo) sont tous potentiellement réfutables en faisant appel à des connaissances accessibles à tout un chacun.

      Je ne défends ici aucune thèse, je réponds à des accusations qui s’appuient sur un film dont je démonte le mécanisme. Ma démarche est rationnelle est l’accusation d’escroquerie est outrancière et infondée, pour le moins.

      D’ailleurs, il me semble que je suis finalement plus critiqué parce que je m’en tiens à cette histoire de vidéo sur le siècle et que je ne prends pas positions sur le reste, dont Bildeberg (ou le 11 novembre et les extra-terrestres), ni dans un sens, ni dans l’autre.
      Est-ce que cela veut pour autant dire que je suis ravi de la situation politique actuelle et du fonctionnement de notre République. Sûrement pas, mais ce n’est pas pour autant que je doive adhérer avec ferveur à tout !
      Est-ce que je pense qu’il n’existe pas des gens qui essaient d’user de leur pouvoir ou de leur position pour biaiser les règles démocratiques. Non là aussi, mais je préfererais avoir des faits solides plutôt que ce genre de film bidonné !

      J’essaie d’avoir une démarche prudente et raisonnée, d’opposition constructive. En quoi cela fait-il de moi un salaud comme vous semblez le penser ?!

      Il est possible a contrario d’adhérer à toutes les thèses complotistes et de se cantonner à l’abstention politique, mais d’après-vous, quelle est la démarche qui a le plus de chance d’aboutir à ne serait-ce qu’une amélioration des choses ?

      Et pour finir, je ne comprends rien à vos comparaisons religieuses. Je suis personnellement agnostique et politiquement laïc.

    • Leviathan Leviathan 11 avril 2010 10:22

      Tout à fait « Le Sudiste ». D’ailleurs pour ceux qui ne connaissent pas, consultez toute cette playlist qui contient des documentaires sur l’« Opération Gladio » :

      Jukebox vers l’opération Gladio


  • Aleth Aleth 10 avril 2010 19:53

    En ce qui concerne le Groupe Bilderberg je conseille vivement :

    La véritable histoire des Bilderbergers de Daniel Estulin, LA référence sur le sujet.

    Yves Calvi, JF Kahn et consorts devraient y jeter un oeil... smiley


  • Et hop ! Et hop ! 11 avril 2010 02:44

    Il y a des instances officielles de réunion, de débats et de décisions qui existent et qui sont entièrement publiques et démocratiques parce que leur fonctionnement, leur recrutement, leurs ordres du jours, leurs processus de décisions sont légaux et transparents.

    À côté, on a des club et des loges privés, qui jouent le même rôle, mais en secret et hors de tout contrôle des citoyens et des institutions. Les cours, les chambres du parlement, les conseils des ministres, les tribunaux ou autres, n’ont plus qu’un rôle de chambre d’enregistrement de décisions qui ont été prises ailleurs, et souvent par d’autres gens que les responsables élus et connus, et cela en prenant en compte des informations et des projets qui restent secrets et qui sont partisans (ils ne défendent pas l’intérêt public, mais des intérêts privés).

    Cela s’appelle des hiérarchies parallèles.

    C’est une forme de conspiration permanente, exactement le contraire d’un pouvoir qui s’exerce démocratiquement.

    Si nous prétendons être sous un régime démocratique, il faut interdire tous ces clubs, et faire en sorte que les questions politiques soient à nouveau débattues et décidées dans le cadre des instances républicaines qui sont prévues pour cela.


  • Bobby Bobby 11 avril 2010 22:05

    Bonsoir,

    Hélas, nous avons affaire au même phénomène, un peu partout dans le monde (des exceptions sont possibles !) !

    Je ne puis marquer mon accord avec les propos de l’auteur. Il y a une corrélation importantes entre ces personnes qui possèdent le pouvoir non seulement politique, mais financier... ou médiatique ! Ces membres du « siècle », de « Bilderberg » ou autres de la même eau, monopolisent en effet une pensée unique dont les effets sont une augmentation toujours plus grande des écarts entre les plus bas et les plus hauts revenus dans un monde qui s’est tourné vers un « impérialisme marchand » devenu incontournable.

    Cette « logique » provoque des déséquilibres de plus en plus grands au sein de la population mondiale. Et risque bien de mettre le feu aux poudres lorsque celui-ci aura atteint le seuil critique.

    Il est intéressant de constater que depuis déjà un certain nombre d’années,les classes moyennes et pauvres subissent un phénomène de paupérisation. Ce phénomène est doublé par un contrôle de plus en plus accru des populations... Deux indices qui devraient nous mettre la puce à l’oreille ! Et il y en a d’autres...

    Je pense que votre article est lui-même ce qu’il prétend dénoncer chez certains. Il participe comme certaines émissions de télévision à maintenir, au moins le doute chez les personnes plutôt enclines à vouloir croire que « tout est bien dans le meilleur des mondes ». A ce titre, je ne puis attribuer de « plus »...ni de « moins » d’ailleurs car j’estime que par sa publication, vous avez contribué à faire prendre connaissance d’ un plus grande nombre de personnes d’une technique éprouvée depuis fort longtemps !

     


    • Bloggy Bag Bloggy Bag 12 avril 2010 09:39

      Mon article part d’un élément : un film cherchant à prouver qu’un club est une organisation malveillante. J’ai pris les séquences de ce film et j’ai essayé de les analyser. A l’arrivée, il me semble avoir démontré que ce film n’apportait aucun fait appuyant les accusations de complot mais qu’au contraire, il était manipulateur ; dans ce sens je « n’entretiens pas le doute », ce film est bien un bobard.

      J’ai aussi cherché à vérifier la participation de 2 acteurs en particulier à ce club, DSK et Anne Sinclair et là aussi, il s’avère que c’est à l’eau depuis de très longues années !

      Mon post se limite à cela, je ne statue pas sur tous les complots réels ou supposés du monde, en particulier ceux évoqués dans ce film comme les guerres, le 11 novembre ou encore les extra-terrestres !

      Donc non nous ne sommes pas dans le meilleur des mondes, oui il existe comme il a existé de tout temps des gens qui veulent biaiser par rapport aux lois et à l’intérêt des peuples, mais ce n’est pas en jouant avec des rumeurs que l’on restaurera la vérité.

    • Bobby Bobby 12 avril 2010 12:16

      ...« les lois, intérêt du peuple » voilà bien un mensonge éhonté !
      les lois ne sont pas élaborées ni par le peuple, ni pour le peuple. Elles ont pour but de contraindre le peuple, pas les nantis c’est un truisme !

      Quant à la manière et aux moyens utilisés par les « malades qui nous gouvernent », l’américanisation planétaire est quasi terminée... il existe bien quelques rares ilôts qui résistent mais pour combien de temps encore ?

      Nous sommes bien sur la voie d’ « un meilleurs des mondes », qu’on le veuille ou non ! et ce ne sont pas quelques réflexions à caractère plutôt philosophique (se questionner sur son environnement) qui risquent d’en changer la dynamique... celle-ci mène sans coup férir à l’autodestruction de sa propre structure, voire de la totalité de ses composants. Il n’en est pour preuve que l’ énorme disproportion que le monde dépense en matière d’armement (tiens, c’est « légal » !) et ses besoins... (indispensables) en matière d’alimentation, soins de santé et eau potable. Cet écart, mesuré par les instances officielles, le PNUD ( programme des nations-unies pour le développement) constatait un coefficient multiplicateur de 23 à 1 à l’avantage du premier... en 1999. ce coefficient ne cesse de croître !

      Les différents mouvements de pensée qui ont lieu actuellement, la recherche d’une solution à cette décadence dont nous voyons, presque impuissants, l’amorce et la fâcheuse logique, me disent que si nous, tous, autant que nous sommes, n’y mettons pas du nôtre, nous n’aurons rien fait pour échapper à cette tourmente qui se profile, bien noire à l’horizon.

      Nous vivons bien , une période charnière, dont tous les indices nous indiquent une catastrophe de plus en plus imminente... un monde qui à force de s’engluer dans ses « principes » érigés en « lois », en arrive au résultat exactement inverse à sont but premier ! formant « in fine » un véritable « ouroboros »

      A titre d’exemple, les gendarmes qui prennent en chasse des cyclomotoristes ne portant pas le casque (obligatoire !... pour leur protection !) et provoquant au terme de cette poursuite la mort de ces « délinquants »... ne font pas autre chose !

      Mon rôle, en écrivant, se situe précisément en une modération qui, si elle est bien comprise serait salutaire pour l’ensemble. Le vôtre semble au contraire considérer que l’autorité serait bienveillante dans son rôle... ce qui constitue une contre-vérité majeure dans les faits. Elle est bien la seule a disposer de gens-d’armes !

      Verra t-on un jour un officier du « ministère public » prendre la défense d’un pauvre erre contre son (bienfaiteur selon vous ?) riche opposant ?... contre le système qui a fait de la disparité des droits et devoirs, une règle absolue ?... sauf effet publicitaire démagogique sciemment voulu, voilà bien qui ressemblerait à « un oranger sur le sol irlandais... ».

      Nous sommes loin, fort loin d’un des principes pourtant formulé peu avant la révolution française « liberté, égalité, fraternité » dont « l’égalité » n’a tout simplement jamais été abordée !

      Quant à la « liberté », elle était bien différente, dans le vocable compris par le peuple, et l’acception que l’église et la bourgeoisie (comme un siècle plus tôt, aux amériques) ont voulu (en utilisant le peuple) établir... vous savez, le « droit » d’entreprise, qui est passé des mains de la noblesse (raccourcie à l’occasion) au tiers état. (la bourgeoisie). Le seul véritable changement opéré à cette occasion et qui semble encore aujourd’hui ne pas pouvoir souffrir le moindre changement.


    • Bobby Bobby 12 avril 2010 12:44

Réagir