mercredi 29 juin - par Dr. salem alketbi

L’avenir des combustibles fossiles est-il redessiné  ?

JPEG

La crise en Ukraine a eu un profond impact mondial dans divers domaines et secteurs. L’un d’entre eux, bien sûr, est le secteur de l’énergie. Les experts attribuent les prix élevés de l’énergie à la suite de l’opération militaire russe en Ukraine à la tendance mondiale croissante à injecter de nouveaux investissements dans ce secteur vital.

De nouvelles équations sur l’avenir de l’énergie et la place des combustibles fossiles sur toute carte énergétique alternative se dessinent, avec de nouvelles variables.

La tendance à la baisse de la fiabilité de ces combustibles se poursuit-elle en faveur de sources d’énergie nouvelles et renouvelables, respectueuses de l’environnement, ou bien l’absence de disponibilité d’alternatives à des taux et niveaux suffisants de la demande mondiale donne-t-elle aux énergies traditionnelles (pétrole et gaz) un nouvel espoir de vie, de survie et de continuité au milieu de la concurrence mondiale pour les ressources énergétiques pour les années et peut-être les décennies à venir  ?

Dans un rapport de chercheurs internationaux sur le changement climatique, je lis des avertissements urgents sur le risque de ralentissement du rythme des engagements mondiaux de réduction de la pollution.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a qualifié de «  folie  » ce qu’il a décrit comme la précipitation des pays à s’appuyer à nouveau sur les combustibles fossiles comme source d’énergie alternative en raison de la guerre en Ukraine, mettant en danger les objectifs climatiques mondiaux.

Il a noté que les mesures à court terme prises par certains pays pour remplacer les sources d’énergie russes pourraient mettre en péril les objectifs climatiques de Paris. Le problème que Guterres et d’autres voient est que la réduction de moitié des émissions de dioxyde de carbone d’ici la fin de la décennie pourrait se transformer en une augmentation de 14 % des émissions.

C’est pourquoi le secrétaire général de l’ONU a récemment déclaré au Sommet sur la durabilité économique que le problème s’aggrave  ; la guerre en Ukraine a aggravé la crise climatique et en a fait un problème croissant.

Il est certain que la vision future de la situation climatique globale ne doit pas être basée sur les actions à court terme de certains pays, notamment l’Europe, pour réduire la dépendance au pétrole et au gaz russes. Tout d’abord, ces actions sont essentiellement des solutions temporaires à court terme pour faire en sorte que la vie continue comme d’habitude dans ces pays.

Deuxièmement, le résultat est la substitution des combustibles fossiles par d’autres fournisseurs. Donc cela peut ne pas avoir l’effet imaginé sur la carte globale de la consommation d’énergie conventionnelle. Troisièmement, la situation va sans doute accélérer les plans des pays pour devenir plus dépendants des sources d’énergie alternatives, plutôt que l’inverse.

Cependant, il faut du temps pour préparer des plans, adopter les budgets nécessaires ou serrer les calendriers pour mettre en œuvre les plans existants et en préparer de nouveaux. Je ne suis pas d’accord avec l’opinion selon laquelle la dépendance aux combustibles fossiles représente une destruction mutuelle pour toutes les parties. Cette «  dépendance  » n’est ni nouvelle ni transitoire.

Elle n’est pas le résultat de la crise ukrainienne, qui a provoqué beaucoup de confusion et d’agitation sur les marchés mondiaux de l’énergie. Mais elle n’a certainement pas conduit au niveau habituel de fiabilité des énergies traditionnelles. La situation actuelle n’est pas liée au taux de consommation mondial.

Mais elle est surtout liée aux changements dans la carte et les relations du marché, avec différents exportateurs avec une relative stabilité des quotas de consommation, du moins dans la période actuelle.

Le fait que les pays européens soient concrètement conscients des risques géopolitiques de dépendre d’une seule source d’énergie les poussera sans doute à moyen et long terme à rechercher de nouvelles alternatives aux énergies fossiles.

Cela ne signifie pas nécessairement qu’il faille ignorer les politiques et les plans visant à réduire les émissions et à faire face à la crise du changement climatique en temps réel. En d’autres termes, les conditions récentes sont susceptibles d’avoir un impact limité sur le climat.

Cependant, le principal problème reste le niveau variable d’engagement dans les politiques de réduction des émissions à long terme. En outre, de nombreux pays ont refusé de suivre les plans 2030 de l’ONU. En effet, on observe une tendance dans un certain nombre de pays occidentaux à construire de nouvelles usines de GNL.

L’UE aurait alloué environ 12 milliards d’euros pour la construction de gazoducs et d’installations d’importation de GNL dans le cadre du plan REPowerEU. Cependant, ces plans restent des alternatives impératives à court terme jusqu’à ce que des sources d’énergie alternatives renouvelables soient introduites.

La guerre en Ukraine a certainement prouvé qu’il y a encore de la place pour les sources d’énergie traditionnelles  ; une transition complète vers les énergies renouvelables demande plus de temps et d’efforts.

Le monde a encore besoin d’un équilibre entre la réalisation des objectifs de l’agenda environnemental et le maintien des prix de l’énergie d’une part, et le versement d’investissements dans les énergies traditionnelles et la garantie des intérêts des producteurs et des consommateurs d’autre part.

La hausse des prix de l’énergie causée par les guerres ou d’autres facteurs conduit à une mise en œuvre plus lente de l’agenda environnemental, étant donné la corrélation étroite entre les prix de l’énergie et la popularité des politiciens dans les sondages d’opinion et les urnes. Ce phénomène peut être observé spécifiquement aux États-Unis.

Le président Biden a mis de côté les priorités environnementales de son programme de campagne et a ouvert la porte à l’exploration pétrolière. Il réfléchit sérieusement avant de mettre en œuvre toute mesure liée à l’agenda environnemental, surtout dans le contexte international actuel où la sécurité énergétique d’un certain nombre de nations industrialisées est mise à rude épreuve.

Les marchés mondiaux de l’énergie connaissent d’importants changements structurels, dont le principal facteur est la guerre en Ukraine, qui a modifié les règles du jeu du marché. Elle a créé un environnement géopolitique qui affectera plusieurs secteurs, principalement l’énergie.

Cependant, toutes ces circonstances ne sont pas fixes, elles sont liées aux circonstances et peuvent changer, prendre fin, s’étendre géographiquement ou s’étirer dans le temps, en tout ou en partie. Dans chacun de ces scénarios, les énergies fossiles joueront un rôle majeur, à la fois en guidant la boussole des événements et en payant leur coût stratégique.



8 réactions


Réagir