vendredi 1er mars - par hommelibre

L’IVG dans la Constitution, une discutable hiérarchie des valeurs

Les élus nationaux vont donc voter solennellement en Congrès l’inscription de l’Interruption Volontaire de Grossesse dans la Constitution. Tout le monde ou presque s’en félicite. La France est le premier pays à le faire, argument répété en boucle mais qui n’a pas grande valeur.

Le fait d’être le premier pays montre l’envie de donner une leçon au monde mais ne renseigne pas sur le fond.

Je ne suis pas favorable à l’inscription de textes particuliers dans une Constitution, qui doit rester générale. Sans quoi il faut inscrire une longue liste de droits et principes divers. Ce n’est pas l’endroit.

Je ne suis pas une femme et je n’ai peut-être pas les conditions requises pour juger de la chose. Je sais que beaucoup de femmes ont souffert des suites d’avortements clandestins non médicalisés.

La contraception préventive reste préférable. Je me situe dans la ligne de feu la ministre Simone Weil : l’avortement doit rester le plus exceptionnel possible.

Un slogan répété hier sur les ondes est que les femmes peuvent disposer de leur corps selon leur volonté. C’est une chance car à d’autres époques ont attendait qu’elle fournissent des bras et des soldats au pays, comme on demandait aux hommes de mourir pour ce pays. Mais on oublie que la femme n’est pas seule : l’homme doit aussi avoir une part de responsabilité.

 

 

IVG, avortement, constitution,

Je serais malvenu de critiquer l’avortement alors que j’en ai bénéficié. Mais ce n’est pas aisé, même si ce n’est pas l’homme qui subit l’intervention. Pour éviter cette situation et pour d’autres raisons, je pense aujourd’hui que la réserve masculine est préférable à l’élan spontané – qui peut générer une irresponsabilité à l’égard des conséquences.

Je ne dis pas cela par sympathie pour le féminisme, j’en ai très peu, mais parce que la dissymétrie femmes-hommes est un point qui fonde une grande part des relations, et qu’il faut la gérer avec souplesse et amitié.

Bon, va pour la constitutionalisation du sujet, c’est un symbole, les hommes se sentent obligés, le 8 mars approche, bref je ne suis pas sûr que ces raisons soient si bonnes. On nous dit : c’est pour que la question ne puisse pas être supprimée par une loi au cas où les majorités changeraient.

Alors si l’avortement est sacralisé au point d’être aussi intouchable que la loi fondamentale d’un pays, la Constitution, alors je n’adhère pas. Je ne vois pas les choses ainsi. Je pense que l’on fait fausse route. La hiérarchie des importances n’est pas respectée car le droit à l’avortement est à mon avis inférieur aux Droits de l’Homme et à la souveraineté nationale, à la liberté, à l’égalité.

 



32 réactions


  • sophie 1er mars 11:07

    Calme ! ce n’est pas encore vôté.


    • Seth 1er mars 13:32

      @sophie

      Il y a accord des chambres. Du coup, tout le monde à Versailles ! Où, rappelons-le on a foulé aux pieds en 2008 la décision du peuple.

      Hier matin Dupont Moretti est venu se féliciter de la réussite et de l’impossibilité de revenir là dessus par la suite bcoz la constitution...
      Il ne s’est pas trouvé un interviewer pour lui rappeler qu’on en était à la 25ème ou 26ème modif de la constitution et que par conséquence on ne voit pas pourquoi il serait impossible de reconsidérer cela. smiley

      De la publicité pour la macronie en pleine déconfiture.


    • Et hop ! Et hop ! 1er mars 14:20

      @sophie

      La Constitution n’a rien de sacré : elle peut toujours être abrogée ou modifiée, comme le montre cette convocation du Congrès.

      La Constitution est la loi qui définit les pouvoirs, les institutions politiques et leur fonctionnement, donc des considérations sur l’avortement n’ont rien à y faire, c’est totalement ridicule, comme d’y affirmer que les races de chiens et de vaches n’existent pas, qu’il y a priorité à droite, ou que le climat se réchauffe.


    • véronique 4 mars 19:34

      @Seth

      Oui c’est exact. 
      Il n’y a en réalité aucune garantie que personne dans le futur ne reviendra sur le droit à l’ivg. Mais un mensonge de plus ou de moins de la part de macron ne changera pas grand-chose.
      Et tout est bon pour faire campagne, surtout que là ça ne change rien, c’est sans risque.


  • Clocel Clocel 1er mars 11:13

    L’IVG étant un homicide, ça aura le mérite d’être clair.


  • Brutus S. Lampion 1er mars 11:18

    Est-on autorisé à penser qu’une modification de la constitution justifierait un rérérendum ?


    • Seth 1er mars 13:35

      @S. Lampion

      Un referendum ? smiley

      Ca sert à quoi ? Cf. 2008 où on aurait du guillotiner les ordures au pouvoir pour n’avoir pas respecté la décision du pays, et pourtant...


    • Et hop ! Et hop ! 1er mars 14:27

      @S. Lampion

      C’est un des moyens prévus par la Constitution de 1958 qui avait été adoptée ... par référendum.
      La constitution est la loi qui définit les pouvoir, les institutions et leur fonctionnement, c’est tout : des considérations sur l’avortement et sur l’inexistance des races en Afrique n’ont rien à y faire, c’est totalement ridicule.

      Je pense que c’est un prétexte pour faire en douce d’autres changements dont on ne parlera pas, du genre 3e mandat possible pour le Pdt de la République, suppression de l’article exigeant un vote du Parlement pour déclarer la guerre, délégation à l’UE et à l’OTAN etc.. 


    • placide21 1er mars 16:16

      @Seth
      Voilà pourquoi l’abolition de la peine de mort doit être abolie ,cela permettra à la collectivité française de récupérer la gestion de la pulsion de mort , laquelle est une composante de l’humanité , après avoir laissé ce privilège aux seules femmes (avortement ) et aux criminels et ainsi de mettre fin à l’arbitraire et au chaos


  • Inquiet 1er mars 11:19

    Le fait qu’une femme puisse avorter, ne doit pas être remis en question.

    Jamais.

    J’image mal la moitié de la population, les femmes, accepter de valider par un vote, un référendum… la fin de cette liberté indispensable.

    Je suis, comme le rédacteur, surpris qu’on utilise la constitution, qui est censée entreposer les lois de base de fonctionnement de la constitution, comme le mode de scrutin par exemple.

    À vrai dire, la liberté d’avorter dans la constitution ne me dérange pas plus que ça, par contre le fait que ce soit un précédent pourrait par exemple faire entrer dans la constitution qu’il ne peut y avoir d’autre choix de programmation budgétaire que celle que l’Europe définie par exemple.

    De toute façon, il faut se faire à l’idée que rien n’est écrit dans le marbre et une sixième république remettrait les compteurs à zéro. smiley


    • L'apostilleur L’apostilleur 1er mars 13:35

      @Inquiet
      « ..Je suis, comme le rédacteur, surpris qu’on utilise la constitution.. » comme tout le monde, même la député a l’origine de l’histoire a été étonnée. 
      Imposée une loi qui ne faisait pas débat relève du ridicule comme les tirades de Moretti. 
      Une péripétie plus facile que de faire face à la dénatalité pourtant soulignée par le Président. 
      La loi ne garantit ni les moyens ni les résultats, seulement "..
      à toute personne qui en fait la demande l’accès libre et effectif à ces droits. »
      De la fumée pour bobos.


    • Seth 1er mars 13:38

      @Inquiet

      L’interdiction d’entasser des SDF dans la rue comme on le fait, voilà un nouvel article constitutionnel à envisager au lieu de faits sociétaux.

      De plus ça devrait aller de soi puisque moumoute se vantant d’y mettre fin, ça ne devrait plus être qu’un mauvais souvenir.


    • Seth 1er mars 13:47

      @Inquiet

      une sixième république remettrait les compteurs à zéro

      J’en convient absolument mais les bien pensant qui en font la publicité n’ont pas encore donné de solution pour y arriver. Car la 5ème est autoprotégée au point d’être blindée.
      Alors le veaute mais ne perdons pas de vue qu’aucun changement de république ne s’est fait dans le calme, pour la 5ème ça a été un quasi-coup d’état.

      Alors on fait quoi ? On attend que ça tombe tout cuit ? Parce que les « penseurs » butent un peu sur les moyens d’arriver aux lendemains qui chantent et en attendant ils pleurnichent sur la dégradation du monde de la coproduction Mongénéral / l’Amer Michel.


    • Et hop ! Et hop ! 1er mars 15:02

      @Seth

      Il faudrait la garder, mais supprimer toutes les réformes qui y ont été apportées depuis 1980, notamment la suppression du crime de haute-trahison à étendre à tous les hauts fonctionnaires, membres du gouvernement et députés, et ajouter :
      qu’aucun citoyen ne peut se présenter à des élections si il a une nationalité étrangère ou si il est assujetti à une puissance étrangère, à des services, associations, fondations, ONG ou sociétés qui en dépendent, que la dissimulation de ces liens rend punissable pour haute trahison,
      que la constitution est une loi souveraine parce qu’aucun traité international ne prévaut sur elle, qu’aucune délégation de souveraineté ne peut être faite à des organisations internationales,
       le référendum d’initiative populaire législatif et abrogatif,
       l’autorisation de cumul de fonctions et de mandats publics, mais avec interdiction de cumul d’indemnités et de traitements,
       l’alignement stricte sur la grille de la fonction publique de tous les traitements des hauts-fonctionnaires (notamment inspecteurs des finances), contractuels de la fonction publique, dirigeant d’établissements et d’entreprises publiques, conseillers du gouvernement, représentants auprès des organisations internationales, avec interdiction stricte de cumul avec des emplois privés,
      l’interdiction pour les administrations de faire de la publicité, des sondages et d’avoir recours à des cabinets de conseil en organisation, communication, gestion, etc..
       l’interdiction de voter et d’approuver des budgets en déficit sous peine d’en être responsable sr ses biens propres, et de financer les investissements publics autrement que par des dotations d’État ou par des emprunts obligataires réservé aux souscripteurs français, 
       le rétablissement du monopole des entreprises et fournisseurs français dans tous les marchés publics, et de l’exigence de la nationalité française et d’un casier judiciaire vierge pour tous les emplois de la fonction publique et dans les entreprises publiques ou délégataires de services publics.


    • Seth 1er mars 17:29

      @Et hop !

      Zavez oublié la désignation du PM par l’AN et une réflexion sur l’abolition du poste de président.


    • Et hop ! Et hop ! 2 mars 03:35

      @Seth

      La double fonction de chef de l’État et de chef du gouvernement est indispensable, elle existe partout où il y a un président et un directeur, présider et diriger n’est pas la même chose, il y a un président à l’Assemblée nationale qui préside les débats, fixe l’ordre du jour, donne la parole, ne doit pas y participer, c’est comme un arbitre qui s’assure du respect des règles du jeux, mais ne joue pour aucune équipe. Cette différence de fonction n’est plus respectée depuis Sarkozy qui s’est mis à exercer lui-même la fonction de chef du gouvernement, comme aux USA. Avec Macron et le 49-3, le président concentre en plus la fonction législative, avec le Conseil secret de Défense, on était complètement en dictature militaire.

      De même l’existence de deux chambres est utile, par contre il y a beaucoup trop de parlementaires, ils sont 1000 c’est du délire, il en suffirait d’un de chaque par département, soit 200 en tout, les débats seraient plus faciles, ils seraient obligés d’y participer et de voter en personne. Il y a aussi beaucoup trop de lois, on pourrait peut-être spécialiser une chambre à la supression des lois superflues, avec pour objectif de réduire de 5% par an le corpus des lois.

      Faire désigner le chef de l’exécutif par l’Assemblée Nationale c’est subordonner l’exécutif au législatif, c’est supprimer encore plus la séparation et l’indépendance des pouvoirs, c’est retomber dans le parlementarisme instable et impotent. Il faudrait au contraire rétablir cette séparation, interdire à vie aux fonctionnaires de se présenter à une fonction élective, l’administration est déjà suffisemment représentée par son fonctionnement, par le gouvernement et par ses projets de loi.

      De même il faudrait que les magistrats du siège soient complètement autonomes de l’exécutif, mais remettre en vigueur la procédure de prise à parti qui permet de sanctionner un juge qui n’applique pas la loi, et ne fait pas exécuter ses jugements, le rendre responsable des conséquences dommageables. Il y a matière avec les OQTF, les accidents de travail des travailleurs clandestins, etc.


    • quijote 2 mars 08:41

      Et c’est un gars qui est pour que tous les traîne-savates musulmans ou africains puissent venir envahir l’Occident et « s’entasser dans les rues » qui le dit...

      T’es vachement crédible... Un vrai type bien, quoi.


    • Et hop ! Et hop ! 3 mars 10:45

      @quijote

      C’est à moi que ça s’adresse ?
      Mais je suis pour envoyer au bagne, ou pour les expulser vers leur pays si ils ont une double nationalité tous ceux qui défendent ou favorisent l’immigration légale ou clandestine.
      Une fois ces puissant lobbies immigrationnistes neutralisés, les naturalisations françaises ayant créé une double nationalité seront toutes supprimées ensemble, on pourra s’inspirer des préceptes de Kémi Séba pour commencer un grand mouvement de rapatriement volontaire vers pays d’origine.
      Une grande campagne publicitaire sera faite dans tous les média en faveur de l’immigration et du regroupement familial, mais vers les pays d’origine : l’Afrique aux Africains, l’immigration est une chance pour l’Afrique. Les aides sociales aux étrangers cesseront de leur être versées en France, la moitié sera versée pendant 5 ans au gouvernement de leur pays d’origine qui pourra leur verser sur place.


    • quijote 3 mars 19:37

      @Et hop !

      Non, c’est à mon ami personnel seth, le grand immigrationniste, que ça s’adressait. J’ai dû oublier de le mettre.


    • @Et hop ! (& quijote)
      "@quijote

      C’est à moi que ça s’adresse ?"

       
      Ah j’ai bien rigolé avec le quiproco involontaire c’etais juste exellent les 2 !

      Puis comme ca j’interviens pas pour rien !

      "..on pourra s’inspirer des préceptes de Kémi Séba pour commencer un grand mouvement de rapatriement volontaire vers pays d’origine.

      « 
       
      Vous avez vu, Kemi Séba est dans le vrai c’est sur
      Ca c’est une bonne nouvelle ils ont peur des gens déterminés
       
      Puis vous avez vu sur l’enquete sur les clients du site du monde entier
      on est enfin 1er qq part ca se fete pour l’UE déja on dis merci à qui ?
      https://fr.numbeo.com/criminalit%C3%A9/classements-par-pays?region=150&title=2024
       
      Hein à qui ? 

      les JO ca va etre ’Le must » , une « turie » un « the place to be »
      le sens bien qu’on ne va pas que friser le ridicule vs reste de la planète ....


  • Yann Esteveny 1er mars 11:23

    Message à tous,

    Constitutionaliser le crime ne surprendra que ceux qui n’ont pas compris que les injections forcées, la promotion de l’euthanasie ou l’absence de peine de mort pour les grands criminels sont les ingrédients criminels d’un même projet.

    Inutile aux petits complices de ces criminels de venir expliquer encore une fois qu’il est question de défendre la liberté.


    • Seth 1er mars 13:49

      @Yann Esteveny

      Quel crime ? smiley

      Il y a encore des rats de sacristie qui en sont là. Métonne pas que vos résultats politiques aient été si brillants. Vous avez juste 2 siècles de retard en nageant dans l’au bénite comme vous le faites.


    • Seth 1er mars 13:54

      @Seth

      Et je vais même plus loin, s’il y a des toubibs que ça gène, ils quittent le métier et se recyclent en vendeurs de chaussettes. Ou qu’ils entrent dans un monastère.

      Mais cela va sans dire, après avoir remboursé les études que l’Etat leur a payées pour qu’ils puissent se faire des cojones de oro.

      Assez des « états d’âme » de la curetaille ! smiley


    • Eric F Eric F 2 mars 10:44

      @Seth
      ce n’est pas tant une question de curetaille que de curetage...


  • Samy Levrai Samy Levrai 1er mars 11:28

    N’est ce pas ce même gouvernement qui a obligé à l’injection d’expérimentation génétique ? notre corps est à nous mais certains plus que d’autres.

    Donc nouveau tripatouillage de la constitution, faudra voir ce qu’ils font passer en même temps derrière comme ils le font à chaque fois... mais nous gagnons le droit fondamental humain de pouvoir tuer des sapiens sapiens sans jugement.

    Je ne suis pas contre l’avortement mais le mettre dans une constitution c’est ne pas comprendre ce qu’est une constitution.


    • @Samy Levrai
      J’allais le dire tiens tu n’a pas du l’avoir celle ci (Peronne) deja pour faire fermer leur bouche aux miteux et crasspuilleux adorateurs de proto nuisible et des enfermements et terreurs et lobomtmisations divers et vatriés 
      Bfre d’ici qui cherchent à le décridibiliser Berkoff au debut de la video lkis une partie de ce CV
      Les cafards propagandistes d’ici se reconnaitrons
      n’ en sonts meme pas pour les 99% au niveau du bas de ses semelles
      Ca commence ICI

      Bon super comme d’ab


  • ZenZoe ZenZoe 1er mars 13:07

    ’’Graver dans le marbre’’, ’on ne pourra plus y toucher’’... C’est ça qu’on entend pour justifier de cette inscription.

    Or, c’est ballot quand même, si on considère que justement ce qui diférencie une démocratie d’une théocratie est que rien ne doit être gravé dans le marbre comme si les tablettes de Dieu le Père étaient tombées sur terre et immuables jusqu’à la nuit des temps. La démocratie, c’est justement donner au peuple la possibilité de décider par lui-même ce qui lui semble bon à un moment donné de son histoire, compte tenu des circonstances. Pas d’élite qui se prend pour Dieu dans une démocratie ! Donc, sur le principe, ça coince.

    Quant à ’’on ne pourra plus y toucher’’, là c’est juste complètement faux. D’abord, une Constitution, ça se change. Surtout en France. On en est à la cinquième depuis la Révolution ( à titre d’exemple, les USA ont la même depuis la même date). Et sans compter les amendements. Bref...

    Ceci dit, il serait infiniment préférable que l’IVG reste une option. Bien sûr. L’idéal serait de savoir pouvoir compter sur le peuple, mais le peuple, en France, a un problème avec la démocratie.


  • zygzornifle zygzornifle 2 mars 07:39
    L’IVG dans la Constipation, une discutable hiérar chie .....

  • Eric F Eric F 2 mars 10:39

    Le président du Sénat avait dit à juste titre que la Constitution n’est pas un catalogue de droits, on n’y trouve pas le salaire minimum, l’allocation chômage etc.

    Dès lors que l’IVG fait l’objet d’une loi, la constitutionnalisation n’apporte rien de concret, c’est juste de la posture (progressistes versus conservateurs), et trouver un thèse recueillant une majorité d’approbations, pour faire un nuage de fumée sur les sujets qui fâchent.

    Introduire le RIC dans la constitution serait considérablement plus utile, ou au moins réduire le quorum de signatures pour le RIP, et par ailleurs élargir le champ du référendum (art 11), mais les déclarations en ce sens de Macron restent lettres mortes.


  • agent ananas agent ananas 2 mars 17:02

    L’IVG dans la Constitution ?

    Cela va sans doute dans le sens du « réarmement démographique ».

    Ou la marque de fabrique du en même temps de Macron.


  • hans-de-lunéville 1 2 mars 17:54

    il faudra tout de même les « 3/5 » , ce n’est pas gagné. Mais bon est-ce important ?


  • Christophe 9 mars 11:10

    @hommelibre

    J’étais passé au travers mais je trouve l’article très juste.

    J’ai toujours en tête un point essentiel de constitution : Elle est l’expression d’un droit générique qui s’applique à tous.

    Inscrire un texte pour couvrir un sujet ne s’appliquant qu’à une partie de la population me pose souci. Vous parlez justement d’égalité que j’entends au sens d’égalité devant la loi, au moins au plus haut niveau de la loi, la constitution. Aujourd’hui, nous avons inscrit dans la constitution, le seul niveau de loi assurant l’égalité devant la loi de tous les citoyens, un article qui expulse cette égalité.


Réagir