mardi 21 mars 2006 - par Itapetininga

L’Oréal, l’éthique, et nous...

Les journalistes économiques et les autres se font l’écho, en cette fin de semaine, du rachat par l’Oréal de la firme britannique The Body Shop. Nouvelle acquisition pour l’Oréal, et une des premières dans la catégorie des produits très typés ultra branchés écolos.

Libération nous indique que : «  Anita Roddick, Dirigeante de la société anglaise, entend bien continuer à jouer sa partition chez L’Oréal pour modifier les règles dans le domaine des droits de l’homme, de la protection des animaux et de l’environnement ». Libération ajoute encore : « Il y a quelques semaines déjà, l’Oréal annonçait le rachat de SkinEthic, une société française spécialiste de la reconstitution tissulaire de la peau, réputée pour bannir les tests sur les animaux, ­ ce qui ménage la susceptibilité de leurs défenseurs, prompts à pointer du doigt les essais menés par les grandes firmes pharmaceutiques »

Cet acte de foi de l’Oréal à propos du commerce éthique et du respect des droits de l’homme et des animaux serait pour nous réjouir, si dans le même temps, il n’y avait ceci :

Extrait du communiqué du Conseil de la concurrence du 14 mars 2006 :

« Le Conseil de la concurrence sanctionne à hauteur de 46,2 millions d’euros 13 sociétés exploitant des marques de parfums et cosmétiques de luxe ainsi que 3 chaînes nationales de distribution ».

Et entre autres sociétés, il condamne L’Oréal Produits de luxe France à 4,1 millions d’euros d’amende. La marque s’était entendue avec ses distributeurs pour que chaque produit soit vendu au détail à un prix unique, supprimant de ce fait toute possibilité de faire jouer la concurrence entre les points de vente de ce produit.

J’ai relu avec un certain plaisir la charte des valeurs de L’Oréal, dont voici un extrait :

Une charte éthique pour diffuser les valeurs et principes d’action de L’Oréal
Respectueux de la personne humaine, de ses consommateurs, de ses partenaires et de son environnement, la culture de L’Oréal repose sur des principes éthiques forts qui ont fondé son développement.
Ces principes ont été formalisés au sein d’une charte éthique rappelant les valeurs fondamentales et les principes d’action auxquels L’Oréal est attaché et qui étaient jusqu’à présent toujours transmis par la parole et par l’exemple.*

Le côté « respectueux de ses consommateurs » me laisse quelque peu dubitatif au regard de la décision du Conseil de la concurrence. Il y a donc un réel problème de respect de la charte, notamment pour ce qui concerne les consommateurs, sans doute une petite erreur de lecture ou bien d’écriture. Il va falloir demander au rédacteur de supprimer les termes "de ses consommateurs" de la charte.

Trop d’entreprises ( cf. l’article sur Auchan publié auparavant) surfent sur le politiquement correct en créant des chartes éthiques. En fait, il s’agit bien trop souvent de vulgaire bout de papier sans valeur, juste un habillage de communicant destiné à séduire les esprits les plus innocents. S’il leur fallait un exemple de la manipulation dont ils sont quotidiennement l’objet, l’Oréal en est une superbe illustration.

Pour être complet et impartial, à noter : L’Oréal a indiqué, mercredi 15 mars dans un communiqué, qu’il "conteste formellement toute accusation d’entente verticale avec les distributeurs de ses marques" et envisage de faire appel de la décision du Conseil de la concurrence.

La suite : challengestempsreel.nouvelobs.com

L’article de Libé : www.liberation.fr

Communiqué du Conseil de la concurrence : conseil-concurrence.fr



7 réactions


  • Massacre Animal (---.---.79.68) 21 mars 2006 20:38

    Grave erreur de la part de Body Shop d’avoir vendu à L’Oréal. Pourquoi est-ce que l’Oréal ne cesse pas les tests sur les animaux au lieu d’acheter cette chaîne ? Ceux qui achètent les produits Body Shop sont des gens qui sont respctueux des animaux et de la planète. Ils veulent se procurer des produits provenant d’une firme ne faisant pas de test sur les animaux. Maintenant ce n’est plus le cas pour Body Shop alors les fidèles clients vont aller ailleurs c’est sûr. Même si Body Shop continue dans la même obtique, l’Oréal par contre va à l’encontre de cette idéal. Me semble que Body Shop aurait dû comprendre ça !

    Alliance contre le Massacre des Animaux


  • Mathieu (---.---.212.160) 22 mars 2006 11:57

    Il me semble que Body Shop ne faisait déjà pas l’unanimité au sujet de leur prétendue éthique et ce avant le rachat pat Loréal


  • Nicolas le vrai (---.---.232.177) 23 mars 2006 20:26

    Je comprends pas le procès d’intention fait contre L’Oréal dans cet article Luc. Tu parles du manque d’éthique de l’entreprise mais pourtant tu indique les efforts qu’elle fait au niveau environemental, de la faune et de la flore avec l’acquisition par L’Oréal de Body shop et SkinEthic. Et ensuite tu la condamne pour des histoires de conventions anticoncurentielles dissimulées entre elle et les distributeur de parfums.

    Désolé , mais pour moi il s’agit de deux choses complétement differentes. Les ententes sur les prix, le fait qu’une gros producteur fasse le forcing sur les prix au niveau des distributeurs, ça a toujours existait et ça existera toujours. Le but pour toutes entreprises c’est de maximiser le profit, et le producteur agit sur le fournisseur qui le repercute sur le client.

    Le problème n’est pas là, c’est le fait que L’Oréal avec d’autres distributeurs ont fait en sorte de fausser le jeu de la concurrence, mais alors il est exagéré de dire que l’Oréal ne respecte pas l’éthique, ce n’est pas que l’Oréal mais toutes. Alors quand on fait un procès d’intention ne focalisons pas sur une société si plusieurs sont concernées.

    De plus comme tu la noté Luc, L’Oréal semble vouloir s’orienter vers des produits plus respectueux de l’environnement , Alors félicitons là, et souhaitons que d’autres entreprises la suive sur cette voie là.


    • Luc (---.---.105.72) 23 mars 2006 20:56

      Mon propos n’est pas un procès d’intention ! ce sont des faits, il met simplement l’accent dans le même espace temps sur le paradoxe du discours affiché sur le respect ethique des consommateurs et de l’autre une violation flagrante des droits de ces mêmes consommateurs.

      Le discours qui consiste à laisser entendre que L’Oréal n’est pas la seule à enfreindre la règle de la concurrence et qu’il s’agit là d’une pratique coutumière me laisse pantois.

      Fécilitons donc L’Oréal pour ses intentions mais ne la fustigeons pas pour ses actes contraires aux lois et réglements en vigueur.

      Eriger une charte éthique est certe louable encore faut il mettre ses actes en accord avec ses propos.

      S’engager sur la voie de l’ethique c’est s’engager vers le respect d’un socle de valeurs communes et tendre à une certaine « irréprochabilité » (sic).

      Le respect des consommateurs fait partie de ses valeurs communes telles qu’édictées par ses auteurs, je ne fais que mettre l’Oréal devant ses contradictions


    • Mathieu (---.---.177.128) 23 mars 2006 21:08

      « De plus comme tu la noté Luc, L’Oréal semble vouloir s’orienter vers des produits plus respectueux de l’environnement , Alors félicitons là, et souhaitons que d’autres entreprises la suive sur cette voie là. »

      L’Oréal veut surtout orienter son image pour se faire passer pour respectueuse de l’environnement. Il n’y a pas besoin de racheter Body Shop pour devenir respecteux, en revanche ça aide pour l’image. Pour être respectueux, cela demande de la volonté mais ça, ce n’est pas la priorité de L’Oréal (ni des autres d’ailleurs)


    • Nicolas le vrai (---.---.105.172) 24 mars 2006 14:41

      Non pour moi ce n’est pas contardictoire , ce qui l’aurait été c’est si L’Oréal achète une entreprise qui respecte l’envirronement comme Body shop et qui derriere fabrique des OGM, tue des animaux en voie d’inctinction comme les baleines pour l’ambre grise etc etc..

      Donc ce que tu dis entre le fait qu’elle soit respectueuse de l’envirronement et derriere fait pression sur les distributeurs pour eviter la concurrence sur les prix, c’est deux choses antinomiques qui ne sont donc pas contradictoires mais distinguables l’une de l’autre. Donc elle est éthique pour une chose et pas éthique pour dautres, mais pas dire qu’elle est pas éthique pour le tout.

      Pour le deuxieme commentaire de « je me rapelle plus du nom » C’est sur que c’est pas en achetant une entreprise ecolo qu’on devient aussitot ecolo. Si le but de L’Oreal c’est d’améliorer son image de marque mais ne pas faire plus d’efforts sur l’ecologie pour toutes ses marques (et pas celles uniquement crées et fabriqués par Boody shop) alors ça serait véritablement comme tu le dis dans le but d’améliorer que son image de marque. Donc sur ce point on ne peut rien dire pour l’instant donc WAIT & SEE


  • who_cares (---.---.159.75) 17 mai 2006 15:40

    L’article aurait pu s’intitulé « l’Oréal s’achète une image »

    Une chose est sur : ces « chartes étiques » relèvent davantage de la fumisterie et de la publicité mensongère que d’une réelle politique ecologiste et environnementaliste respectueuse de la nature et des animaux.

    Ces pseudo-chartes sont uniquement destinées à se forger une image de « sainte n’y touche » (vive la comm’ et le maketing), et le rachat de Body Shop n’est là que pour renforcer cette image (remarque peut-être que Body Shop est en plus une société rentable ce qui en fait une proie doublement attayante pour notre multinationale fagocyteuse.

    Pour la petite histoire, il paraît qu’un homme mange en moyenne 6kilos de cosmétiques dans sa vie...et après on s’étonne qu’ils vivent moins longtemps que les femmes smiley


Réagir