lundi 27 juin 2016 - par Paul ORIOL

L’Union européenne affolée !

Avec le vote du Brexit, l'Union européenne est fortement ébranlée par la droite, nationaliste, xénophobe, raciste, britannique malgré la pression de l'internationale libérale ; d'Obama à Juncker en passant par la City, les bourses et tous les chefs de gouvernement libéraux de l'Union européenne.

Bien entendu, après avoir fait pression, ce chantres du libéralisme insistent sur l'inconscience des citoyens et sur les conséquences désastreuse du Brexit, projettent des réunions d'urgence : ils reconnaissent, plus ou moins, le manque de démocratie à l’échelle de l'Union et promettent une fois de plus…

Il a fallu le Brexit pour que ces gouvernants se rendent compte du désamour des peuples pour leur conception de l’Union européenne : pourtant combien de référendums l'avaient annoncé, pourtant les résultats des différentes élections montraient bien la montée des droites nationalistes..

Il est remarquable que les plus attaqués par l'opinion publique soient les institutions et les bureaucrates de Bruxelles. Mais l'agitation apparente est surtout celle des gouvernants : François Hollande reçoit et consulte, à tout va, les partis nationaux, les partenaires européens, réunion des ministres des affaires étrangères à Berlin, rencontre Merkel-Hollande-Renzi, puis mardi-mercredi sommet européen sur le Brexit…. François Hollande espère-t-il, retrouver une place dans l'Union européenne, grappiller quelques points dans les sondages et se remettre en selle ?
« La mollesse de la réponse à la crise sociale et l’irrésolution dans la crise migratoire de cet été ont achevé l’ouvrage. Les classes populaires, sur tout le continent, n’y croient plus ». (Laurent Joffrin Libération 25/06/16) Mais peu de gouvernants parlent de la crise sociale et semblent plus motivés par la montée antieuropéenne des nationalistes.


Que vont-ils proposer ? Les partis sociaux-démocrates ou conservateurs européens, vont profiter de cette crise, pour essayer de susciter un nouveau sursaut pour l'Europe, pour la même Europe, sociale-libérale,. À six ? À 19 (euro). Pensent-ils encore berner les peuples ? Tandis que Jean-Luc Mélenchon demande une « harmonisation sociale par le haut » et Marine Le Pen, « la mise en œuvre d'un référendum pour demander aux Français s'ils souhaitent rester dans l'Union européenne ».

Ils vont proposer des cosmétiques ! Car le « pouvoir européen » est essentiellement aux mains du le Conseil européen, c'est à dire les chefs d’État et de gouvernement, qui ont pris à l’unanimité ou à la majorité qualifiée les décisions importantes, traités européens... Les chefs d’État et de gouvernement votent à Bruxelles, reviennent dans leur pays et protestent contre ce qu'ils on voté à Bruxelles. Peuvent-ils se dédire ? David Cameron n'est pas le seul responsable du Brexit… Il est le seul démissionnaire...

Mais ils ne sont pas les seuls. Ce n'est pas Bruxelles qui a cassé les syndicats britanniques : c'est Thatcher, conservatrice, mère de Tina. Quelle a été en Europe la mobilisation pour soutenir les syndicats britanniques ?
Ce n'est pas l'UE qui a imposé Hartz aux syndicats allemands : c'est Schröder, social-démocrate, alors que les syndicats allemands faisaient grève tous les lundis. Qui, en Europe, s'est solidarisé avec les syndicats allemands ? Nous étions une dizaine à La Villette, tous les lundis.
Qui a été le principal ennemi de Syriza : c'est Schaüble. Combien de manifestations dans l'Union pour soutenir Syriza ? Et des manifestations peu spectaculaires à Paris.
François Hollande veut être le Schröder ou le Thatcher français ? Qui, en Europe, manifeste sa solidarité avec les syndicats français ? Malgré la résistance des Français, à travers les manifestations ou les sondages. Et même les parlementaires qui obligent le gouvernement à utiliser le 49-3 pour faire passer sa contre-réforme ?

La grave vérité, c'est qu'il n'y pas d'internationale des internationalistes. Des syndicats, hormis la Confédération européenne des syndicats dont on connaît la forte capacité à ne rien faire !

Il y a une véritable internationale des gouvernements favorables au libéralisme qui joue à plein au Conseil européen.. Il y a, paradoxe, une internationale nationaliste.


Pardon, il y a aussi un Altersommet qui se réunira en novembre à Bruxelles, les gouvernements européennes en tremblent.

Il y a eu le "non" en 2005 qui était pas seulement de gauche mais 5 ou 6 candidats du « non de gauche » à la présidentielles suivante : chacun voulant récupérer, à son profit exclusif, les résultats d'une campagne importante. Un véritable » succès !
Et, aujourd'hui, l'essentiel tourne autour des dix candidats potentiels à l'élection à la présidence de la République, de droite, et aux dix de gauche ! Entretenu quotidiennement pas les uns et les autres, avec, bien entendu, le soutien des médias et des bureaucrates français, de gauche et de droite. La France est abonnée au PMU et spécule sur le couplé gagnant !

Le Brexit britannique a été obtenu essentiellement par le vote xénophobe, raciste, nationaliste. Tous les nationalistes de l’Union européenne s'en félicitent et veulent s'en inspirer pour proposer des référendums qu'ils espèrent gagner. Et les eurocrates nationaux et bruxellois sont tout étonnés des résultats de la consultation britannique. Comme s'il n'était pas annoncé, au Royaume-Uni ou ailleurs, par tous les référendums antérieurs, dont ils n'ont nullement tenu compte. Par tous les sondages internationaux qui témoignent du désenchantement européen, y compris dans les pays les plus europhiles.

Aujourd'hui, en période préélectorale en France et en Allemagne, François Hollande s'agite, en Allemagne, Sigmar Gabriel, président du SPD et Martin Schulz, publient un texte qui critique la politique d’austérité qu'ils ont, jusqu'ici, accompagnée, l'un comme vice-chancelier, l'autre comme président du Parlement européen. Quelle crédibilité peuvent-ils avoir ?

Malheureusement le coup décisif est venu de la droite. Pour que la gauche renverse la table au niveau européen, c'est plutôt mal parti. Servira-t-elle de force d'appoint à la droite dans le démantèlement ?
Pour qu'elle reprenne la main, il faudra qu'elle change beaucoup. Qu'elle se coordonne au niveau de l'Union. A une époque, on spéculait sur le socialisme dans un seul pays... Peut-on faire faire une politique économique et sociale nouvelle dans un seul pays ? Peut-on faire la France-sociale seule ?

Quelles alliances décisives sont possibles au niveau européen ? Qui en prendra l'initiative ? Qui sera à l’origine de (puissantes ?) manifestions de gauche dans toute l'Union européenne ?



30 réactions


  • César Castique César Castique 27 juin 2016 10:57

    « Car le « pouvoir européen » est essentiellement aux mains du le Conseil européen, c’est à dire les chefs d’État et de gouvernement, qui ont pris à l’unanimité ou à la majorité qualifiée les décisions importantes, traités européens. »


    Ce n’est pas le Conseil européen qui prend les décisions - lui, il oriente -, c’est le Conseil de l’Union européenne. dont la marge de manoeuvre est au demeurant très étroite, limitée qu’elle est par la nécessité d’une unanimité ou d’une majorité qualifiée, d’où les fameux marathons. Qui sont moins nombreux qu’autrefois, semble-t-il...

    • Hermes Hermes 27 juin 2016 15:41

      @César Castique

      Bonjour,

      je cite (du site de l’EU) :
      "Révision et adoptionLe Parlement européen et le Conseil examinent les propositions de la Commission et proposent des amendements. S’ils ne parviennent pas à se mettre d’accord, le texte passe en deuxième lecture."
      La commission a donc tous les pouvoirs en réalité. Le processus de nomination à la commission est défini ici. :le parlement est consulté seulement (pour un veto eventuel nécessitant une large majorité).
      C’est donc essentiellement le conseil qui nomme les membres de la commission.

      Le Président de la commission fait lui même partie du conseil, avec les chefs d’états des pays membres, et le conseil prend ses décisions par consensus.
      On l’a vu récemment dans différents pays, il y a intérêt à être d’accord, sinon sanctions.

      C’est presque compréhensible smiley smiley mais cela serait sans considérer le processus d’élaboration des propositions de la commission qui se réalise dans des instances qui elles ne sont pas élues et qui préparent tous le stravaux de la commission : COREPER (comité des représentants permanents !) et groupes de travail avec des experts. Bref les instances où des hommes de l’ombre nous imposent le destin qui sied aux puissants.

      Allez expliquer ça à votre voisin, bon courage !


    • Ar zen Ar zen 27 juin 2016 16:21

      @Hermes

      C’est très exactement ça Hermès. Tout a été fait pour rendre difficile et confuse la lecture des traitées. Une personne lambda ne peut pas s’intéresser avec plaisir à cet aspect « juridique » du fonctionnement de l’UE.

      Par conséquent la personne lambda croit sur parole les messes TV, radios et journalistiques qui expliquent jusqu’à plus soif, sur tous les tons, que « le parlement européen », c’est à dire « les représentants des peuples européens » décident des lois de l’UE. Voilà toute la vérité. Le parlement européen est l’alibi « démocratique » de l’UE. A bien lire le fonctionnement de l’Union Européenne il est facile de constater le parallèle avec le rôle du politburo de l’Union Soviétique et le soviet suprême.

      De la même façon les médias font croire que le conseil européen et le conseil de l’Union Européenne prennent des décisions alors que, dans la réalité, leur rôle ne consiste qu’à contresigner des documents préparés par d’autres. Ni les membres du conseil européen ni ceux du conseil de l’UE n’ont le don d’ubiquité.

      Allez donc faire comprendre à Mme Michu la procédure de codécision, la procédure de consultation et la procédure d’approbation. Pourquoi vouloir faire simple lorsque l’on peut faire très très compliqué et noyer ainsi le poisson ?


    • Xenozoid Xenozoid 27 juin 2016 16:29

      @Ar zen


      Allez donc faire comprendre à Mme Michu la procédure de codécision, la procédure de consultation et la procédure d’approbation
      mais le pouvoir ne veut pas de madame michu,non,jamais.juste pour les pâtes...que madame michu pense avoir besoin d’eux,c’est une question de pédagogie,c’est comme le porsalut,faux leur répéter longtemps,alors que c’est marqué dessus....
      Analyse that.....

  • MagicBuster 27 juin 2016 11:24

    Le 29 mai 2005 — plus de 54% des français ont dit NON a cette Europe.

    Ce serait inimaginable de me reposer cette même question.


  • Alpo47 Alpo47 27 juin 2016 11:29

    Il est très regrettable que l’auteur fasse un amalgame entre opposition à l’europe actuelle et l’’extrème droite ou le racisme. La plupart des opposants -dont je suis- font juste le constat que la construction européenne s’apparente à l’URSS d’il y a 25 ans et rejettent cette nouvelle dictature.

    Pour ce qui est du « racisme », l’auteur pourra peut être nous dire ce qu’il pense lorsqu’un ministre Allemand a récemment déclaré qu’il y avait 7 millions d’immigrés en route pour l’europe. Que doit-on faire ? Surtout sachant que leurs familles attendent qu’ils soient installés pour les rejoindre. Peut on accueillir, loger, fournir un logement, une éducation et des soins ??? Est ce matériellement possible dans une europe minée par le chomage et la pauvreté grandissante ?

    Il est bien vrai que dans les partis les plus représentatifs actuels en France, il n’y a que l’extrème droite qui s’oppose à l’europe, mais prétendre que tous les opposants sont d’extrème droite est un raccourci tendant à stigmatiser (encore). Le genre de communication du pouvoir PS.

    Les citoyens font juste le bilan de l’UE et il est accablant.


  • tashrin 27 juin 2016 11:35

    Le Brexit britannique a été obtenu essentiellement par le vote xénophobe, raciste, nationaliste.

    Ca vous derange pas d’associer automatiquement volonté de sortir de l’UE telle qu’elle existe aujourd’hui et adhesion à des idées nationalistes, xenophobes et racistes ?
    Tolerez vous que certaines personnes pas forcement completement con et pas necessairement fachos pour autant ne veuillent plus de cette dictature mortifère ?
    Ou vous contentez vous de reprendre bêtement comme la quasi totalité des media dominants la theorie selon laquelle tous ceux qui ne soutiennent pas officiellement l’intelligentsia mondialiste ont d’indecrottables trouducs non éduqués ?


  • Layly Victor Layly Victor 27 juin 2016 11:41

    Les qualificatifs que vous employez disqualifient d’entrée votre propos, et montrent que vous n’êtes pas mieux que les bureaucrates de Bruxelles, les journaleux, et tous les partis corrompus en matière de respect de la démocratie.

    Dans la foulée de vos compères journaleux, vous qualifiez ce vote de « raciste, nationaliste et xénophobe ».
    Déjà, pour nationaliste, je trouve que c’est plutôt une qualité. Ne fréquentant pas les faubourgs de Saint Germain ou de la place des Vosges, j’aime les peuples et ceux qui aiment leur peuple.
    C’est une question d’éducation. J’ai été élevé dans les plis du drapeau français, et dans le respect et l’amour de tous les peuples, par des parents qui étaient de fervents patriotes mais étaient ouverts à toutes les cultures du monde. Ce n’étaient pas des germanopratins, ils ne lisaient pas Barthes, Dérrida et Onfray, mais plutôt Franz Fanon, Mishima, Kawabatta, Garcia-Marquez, Asturias, Buazzatti, les écrivains sud africains anti apartheid comme Alan Patton, bien avant tout le monde.
    Donc, vous l’avez compris, j’aime bien les nationalistes, pour moi c’est une qualité. God save the Queen !

    Pour l’emploi du mot raciste, c’est aussi problématique. J’aime bien mon village, sa vie calme et tranquille, ses traditions. Je n’aimerais pas que ce monde soit submergé par la culture mondialiste, européiste, ismamiste, et germanopratine. Donc, je suis raciste ? Pourtant, ma vie montre le contraire. J’ai à deux reprises aidé un collègue Indien qui était en détachement pour quelques mois. Il m’a dit : « dans la chambre de mes enfants, à Bombay, il y a ta photo et celle de ton fils, car ils savent que sans vous j’aurais eu du mal à m’en sortir ». J’ai fait pareil pour des collègues Chinois. Mes parents ont toujours fait beaucoup plus. Alors, racistes ?
    Mais je suis certain que mes parents seraient choqués s ’ils voyaient des Français à la rue, comme aujourd’hui, ou des Britanniques, alors que tout est fait pour les migrants. Racistes ?

    Détruire délibérément, par intérêt économique ou politique, des pays entiers, les plonger délibérément dans la guerre et le désespoir, jeter leur population terrorisée et affamée sur les routes de l’exil, et récupérer cette population d’affamés comme main d’oeuvre à bon marché, ce n’est pas raciste ? Bande de salopards !

  • Layly Victor Layly Victor 27 juin 2016 11:54

    A propos des qualificatifs employés pour ce Brexit, la palme revient, comme souvent, à la grosse pute François Bayrou, interviewé par le journaliste « le plus intelligent de la planète » Claude Askolocich (un modèle de démocratie).

    Ce Bayrou, il a dit qu’il était « blessé par la perfidie des Anglais ».
    La soit disant perfidie des Anglais, ça commence à bien faire !
    En 1941, Hitler voulait à tout prix proposer une paix séparée à la Grande Bretagne, à des conditions très avantageuses pour les British : au reich allemand la domination sur l’Europe continentale, aux Britanniques la domination sur les océans. Ceci était une aubaine, et leur aurait épargné bien des morts et des destructions. Ils n’ont même pas répondu. Pour eux, la fidélité à leurs engagements envers la France allait de soi. Et ils ont payé le prix fort.
    Alors, Bayrou, vous montrez une fois de plus qui vous êtes. Un être visqueux et dans principe.

  • Layly Victor Layly Victor 27 juin 2016 12:20

    Ce Bayrou dont je parle plus haut, reçu en grande pompe par l’anguille Claude Askolovich (le journaliste le plus intelligent de la planète), en plus d’oser parler de la « perfidie » des Anglais, il a donné à fond dans l’argumentaire des médias et des politiques, qui est d’une simplicité biblique : les responsables de ce vote calamiteux (que les démocrates européens ont d’ailleurs l’intention de disqualifier par n’importe quel moyen), ce sont les « ruraux » mal éduqués et les vieux, surtout les vieux faschos, comme ce colonel en retraite dont on parle en boucle dans les médias.


    Et Bayrou de sortir cette perle, à encadrer, mais qui résume bien la vision de ses congénères : « la démocratie, c’est dangereux, quand elle est mal employée ». Notons qu’au passage il justifie un éventuel coup d’état (après le Maïdan, Trafalgar Square ?).

    A propos de ce fameux colonel en retraite, je pense que cette image est bien dans la tête de l’auteur. Mais dites moi, cher auteur, en quoi le fait d’avoir combattu à l’âge de 20 ans les chars de Rommel dans le désert de Libye fait de lui automatiquement un fasho ?

    La dernière de Bayrou (il n’en est pas avare) : il se sent « trahi » par le fait que l’avenir des jeunes soit décidé par des vieux ! ce sont les ficelles habituelles du pouvoir, et une des plus démagogiques, c’est le jeunisme. De tous temps, dans toutes les démocraties, toutes les tribus, toutes les assemblées, la voix des anciens a été écoutée et respectée. Maintenant, c’est le jeunisme.

    Résultat des courses : Bayrou n’aime pas les ruraux, Bayrou n’aime pas les vieux, donc Bayrou doit disparaître de la circulation.

    Quant au "vieux colonel en retraite’ dont tout le monde parle, je lui envoie mes respectueuses salutations en mémoire de El Alamein !

    • Alpo47 Alpo47 27 juin 2016 12:23

      @Layly Victor

      Etes vous certain que M.Bayrou existe vraiment ? Ce n’est pas un ectoplasme ?


    • Alren Alren 27 juin 2016 15:47

      @Layly Victor

      [Bayrou] se sent « trahi » par le fait que l’avenir des jeunes soit décidé par des vieux !

      Sauf sans doute quand les jeunes sont français (les moins de 35 ans et selon les sondages) car ils ont la très mauvaise idée de mettre Mélenchon en tête de leur intention de vote pour 2017.
      Tandis que les plus de 65 ans préfèrent Sarkozy, voire Hollande.
      En France, Bayrou doit penser que ce sont les vieux qui ont raison !


  • jakem jakem 27 juin 2016 12:31

    Excellents commentaires, merci Messieurs !

    Vivement LA F R A N C E X I T .......... suivie par l’eurokraturexitus.


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 27 juin 2016 14:22

    C’est bien pour provoquer une plus large prise de conscience !


    Depuis un demi-siècle que le fragment Ouest de l’Europe tente l’impossible et l’irrationnel !!!


  • Alpo47 Alpo47 27 juin 2016 16:07

    Si l’UE s’affole, l’auteur, lui, semble très contrarié du vote Anglais. Salaud de peuple !


  • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 27 juin 2016 17:30

    @ commentaires précédents

    bin...

    Techniquement oui, l’immigration a été la première raison pour le Brexit. Résultat d’un sondage parmi tant d’autres, dernier graphique en bas de page

    Et maintenant que Boris tempère ses propos sur l’immigration, je vous invite à lire les commentaires du Daily Mail, l’un des journal pro-Brexit. cela ne fait aucun doute.

    Immigration, and being able to kick out undesirables, was the main concern Boris, that is why we wanted out of the EU human rights, best start working on UK human rights, so we can kick them out.

    L’immigration et le pouvoir d’éjecter ceux qui ne sont pas désirables, a été le cheval de bataille de Boris, c’est pour cela que nous voulions nous dépêtrer des droits de l’homme de l’UE, pour mieux se concentrer sur les droits de l’homme anglais, en les mettant dehors.

    Commentaire le plus apprécié.

    Maintenant il faudrait nuancer entre non-xénophilie, xénophobie et racisme, entre l’économie et l’immigration... Mais à quoi bon ? Tout a été repackagé par la presse et les politiciens de touts bords.

    La démocratie est-ce aussi, le droit de mettre les gens dehors ?


  • tashrin 27 juin 2016 19:25

    La démocratie est-ce aussi, le droit de mettre les gens dehors ?

    Tout à fait, pourquoi en irait-il autrement ?
    Mais l’amalgame systematique entre partisans du brexit et « bas du front » est une ficelle basique de communication, dont les tenants de l’UE abusent sans moderation depuis plusieurs décennies maintenant, et ça commence à devenir legerement fatigant pour rester poli. Et c’etait le sens des commentaires precedents
    Que certains electeurs aient voté sur fond de « ya trop de polonais chez nous », c’est possible. Que cela caracterise l’ensemble des electeurs qui se sont positionnés favorablement au brexit , c’est une conclusion qui n’a pas lieu d’être. C’est fait pour decredibiliser et appuyer encore un peu le TINA qui sert de mantra à nos dirigeants depuis longtemps. Et bcp ici y sont allergiques, d’où la virulence des reactions


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 28 juin 2016 09:24

      @tashrin

      Et bien il ne vous reste qu’à assumer que les beaufs sont de votre coté, quitte à vous en différencier avec un slogan qui tient dans une phrase (au lieu de commentaires tarabiscotés)


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 28 juin 2016 09:29

      @tashrin

      du genre :

      Oui aux étrangers, non à la racaille.

      Ca pète, ça fait bien orwellien, neutralisant et différenciateur à la fois... vous en pensez quoi ?


    • tashrin 28 juin 2016 10:31

      @La Voix De Ton Maître
      J’en pense que vous n’avez soit pas lu soit pas compris ce que j’ai ecrit au dessus


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 28 juin 2016 10:56

      @tashrin

      Mais l’amalgame systematique entre partisans du brexit et « bas du front » est une ficelle basique de communication

      Pas selon les sondages ni les commentaires dans la presse britannique

      Que certains electeurs aient voté sur fond de « ya trop de polonais chez nous », c’est possible. Que cela caracterise l’ensemble des electeurs qui se sont positionnés favorablement au brexit , c’est une conclusion qui n’a pas lieu d’être.

      Ok, ma tentative de slogan était là pour faire cette distinction, clairement et simplement plutôt qu’autour d’innombrables commentaire alambiqué autour du concept xeno

      C’est fait pour decredibiliser et appuyer encore un peu le TINA qui sert de mantra à nos dirigeants depuis longtemps.

      Bien sûr, mais faut pas espérer qu’ils se couchent que vous combattiez (or vous chacun ne fait que se justifier par des salves de commentaires compliquées et à géométrie variables) En campant sur votre bonne foi, vous confortez TINA

      Dans le cas ou vous ne m’aviez pas compris.


    • tashrin 28 juin 2016 13:59

      @La Voix De Ton Maître
      L’immigration est le volet le plus visible, peut etre, mais ca n’est qu’une manifestation parmi des dizaines de la dégénérescence de l’Union Europeenne (pas vraiment une degenerescence d’ailleurs puisqu’elle n’a jamais, en vrai, eu d’autres buts)
      Du coup cantonner le discours des probrexit à cet argument est non seulement faux, insultant pour ceux qui ne se reconnaissent pas ds cette subdivision. Et je le maintiens, c’est un argument fallacieux voué à faire taire toute contestation en la decredibilisant
      Ya rien de compliqué ni d’alambiqué là dedans, et le slogan que vous evoquez ne traite encore une fois que du probleme migratoire, qui globalement n’est pas le plus significatif


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 29 juin 2016 10:28

      @tashrin

      Je crois que j’ai pas été assez clair :

      1) J’ai quelques petites preuves que le premier argument du Brexit c’est bien l’immigration (cf mon tout premier commentaire)

      2) Vous n’avez tous que vos témoignages individuels de votre bonne foi contre l’amalgame qui est fait contre vous

      3) C’est à vous de trouver le bon slogan qui remplacerait ces témoignages individuels, qui vous distinguerait de la frange des « racistes », qui détruirait l’amalgame.

      Sinon moi je vous crois, l’auteur aussi, les autres commentateurs aussi, mais individuellement, un par un.


  • vesjem vesjem 27 juin 2016 23:17

    L« un des actes les plus antidémocratiques de l’UE est de faire voter à mains levées le parlement , des lois imposées par la commission européenne , laissant ainsi toute latitude aux lobbies »d’arroser" les parlementaires pour influer sur leurs votes (rendus visibles) !


  • jakem jakem 27 juin 2016 23:44

    J’espère que tout va rentrer dans l’ordre. Etabli. Programmé. Inexorable comme le coran.

    Pour mon 14 juillet, je souhaite une grande fête eurokraturiste au cours de laquelle ( et en marge de celle-ci ) on apprendra par quelques indiscrétions et vols de documents secrets que les ayatollahs mafieux-profiteurs et les politicards pourris, totalement inspirés par leur dogme, ont décidé des séries de procédures progressivement contraignantes afin de fédéraliser l’eurokrature.
    En interdisant strictement toute consultation populaire. En interdisant l’accès des institutions eurokraturistes aux journalistes. En interdisant toute émission et tout reportage potentiellement critique à l’égard de « l’espace européen de paix et de prospérité ».

    Je souhaite aussi un nouveau coup d’état de cet imperium dans un pays récalcitrant.    Et une intervention résolue en Grèce où les loqueteux doivent disparaître des rues ; il-y-a des îles pour les regrouper, nom d’Europa !

    Et des centaines de milliers d’exilés brandissant des panneaux « we want Germany »

    Il faut absolument que la Merkel et Juncker réagissent ! et qu’on rappelle l’excellentissime Barrosso.
    Et que Désir accède à un poste plus élevé, avec une substancielle augmentation de salaire et une nouvelle villa de fonction et une berline neuve et du personnel domestique payé avec nos sous.
    Il le mérite ! Son parcours est exceptionnel : SOS Racisme, PS, Gouvernement , Bruxelles. Il connait tout et sait tout faire.

    L’€kratur ne récompense pas assez ses grands et nobles serviteurs. Elle en fait trop pour les sans-dents et déclassés-inadaptés de tout poil.

    Que la Force soit en Vous !


  • Albert123 28 juin 2016 10:19

    « La grave vérité, c’est qu’il n’y pas d’internationale des internationalistes. Des syndicats, hormis la Confédération européenne des syndicats dont on connaît la forte capacité à ne rien faire ! »


    c’est bien, avec de la chance vous êtes en train de comprendre que la gauche internationaliste est le bras armée de la finance internationale (un indice le mot international commun aux 2 camps qui soit disant s’opposent)

    par contre de toute évidence vous n’avez pas encore compris que la nationalisme ce n’est pas sale, ni forcément de « droite ».

    « Le Brexit britannique a été obtenu essentiellement par le vote xénophobe, raciste, nationaliste. »

    amalgame récurrent bien immonde visant encore à accoler l’idée du nationalisme avec la xénophobie et le racisme. stratégie éculée qui n’a plus l’effet escomptée. Il est temps de moderniser votre arsenal.

    synthèse de l’article : « je suis gauchiste et eurobéat , je vois le monde à travers un prisme déformé par une idéologie dont je n’aie toujours pas compris l’hypocrisie ni la nocivité, je suis donc capable d’écrire tout et son contraire dans la même phrase et je réussis même à me convaincre que cela reste cohérent. En bref je suis paumé et je n’aie que des délires sophistes à émettre pour tenter de masquer mon aliénation . »


  • Julien30 Julien30 28 juin 2016 10:19

    « l’Union européenne est fortement ébranlée par la droite, nationaliste, xénophobe, raciste »

    D’entrée on sait que l’on a à faire à un esprit libre, original et subtil, et dont en plus apparemment le combat prioritaire est de donner le droit de vote aux étrangers, l’anti-France dans toute sa laideur et sa nullité.

  • covadonga*722 covadonga*722 28 juin 2016 10:56

     yep , julien30 notre respectable auteur est sur la ligne de la crapule cooptée bruxelloise éructant a cdanslair que l’Europe etait trop importante pour laisser n’importe qui donner son avis qui plus pour voter !


    UE DELENDA EST !
     

    • Julien30 Julien30 28 juin 2016 11:22

      @covadonga*722
      La palme revient quand même à Donald Tusk qui a déclaré que la civilisation occidentale serait menacée en cas de Brexit, lui il est hors catégorie.


Réagir