jeudi 4 mai - par SEPH

L’urgence : sortir de l’Union Européenne

L'Union Européenne est au coeur de ce deuxième tour des élections présidentielle. Présentée comme nécessaire à notre économie et au maintien de notre pouvoir d'achat, on a l'impression qu'il est impossible d'en sortir au risque d'un cataclysme financier.

Et pourtant c'est une machine à fabriquer de l'inégalité et de l'appauvrissement qui a été sciemment mise en place.

L'Union Européenne est sortie d'un accord entre les maîtres de forge Français et allemands pour créer la Communauté européenne du charbon et de l'acier (C.E.C.A.).

La C.E.C.A. fut au niveau européen la première organisation basée sur des principes résolument supranationaux. Cette organisation fondée sur le traité de Paris (1951), est entrée en vigueur le 23 juillet 1952 pour une durée de 50 ans. Elle n'existe plus depuis le 22 juillet 2002.

L'Union Européenne est une invention américaine, portée par Jean Monnet qui ne comptait que des amis à la CIA et à Washington, et par Robert Schuman (qui fut ministre de Pétain après lui avoir voté les pleins pouvoirs), cette Europe ne s’est jamais libérée de sa curatelle américaine (1).
 

Mais, il existe une préhistoire que peu de gens connaissent :

 

I - LES « PÈRES » DE L’UNION EUROPÉENNE :

A - Joseph Retinger

PNG

 Ex-fasciste polonais devenu agent britannique. Il est une figure majeure de l’histoire du fédéralisme européen. Il est le cofondateur, au lendemain de Seconde Guerre mondiale, de la Ligue européenne de coopération économique (LECE). En décembre 1947, il est secrétaire général du Comité international de coordination des mouvements pour l’unité européenne.

Partisan du fédéralisme comme solution à la guerre en Europe dès la fin de la Première Guerre mondiale, Jozef Retinger est parfois considéré comme le père d’ombre de l’Europe contemporaine. Il a joué un rôle phare dans l’organisation du Congrès de La Haye de 1948 et dans la fondation du Mouvement européen, et a été l’initiateur de l’idée de congrès annuel euro-américain devenu, à partir de 1954, le Club de Bilderberg (*). On peut affirmer que l’OTAN et le mouvement Européen ( aujourd’hui l’Union Européenne ) sont les « enfants » de Joseph Retinger

Sources https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Retinger - http://www.bvoltaire.fr/pierrehillard/qui-connait-jozef-retinger,28785

(*) Club de Bilderberg  : l’un des pères fondateurs du groupe n’est autre que le Prince Bernhard des Pays-Bas.
Un article dans leTelegraph intitulé « Bernhard, une histoire secrète » a révélé que le prince a été un membre du parti nazi Allemand jusqu’en 1934. Le Prince Bernhard fut directeur pendant 22 ans du rendez-vous Bilderberg, jusqu’à ce qu’il eut été obligé de démissionner à cause du scandale de corruption impliquant Lockheed.
La première conférence a eu lieu à l'Hôtel de Bilderberg à Oosterbeek, Pays-Bas, du 29 au 31 mai 1954. Il a étécrée par plusieurs personnes, dont le polonais Józef Retinger, préoccupés par la croissance de l'anti-américanisme en Europe occidentale. Le but ultime est d’obtenir un gouvernement mondial qui domine la planète entière au service du capitalisme et des banques. Le club Bilderberg est à l'origine de toutes les grandes décision du monde capitaliste d'aujourd'hui.

 
http://www.voltairenet.org/article169364.html

B - Walter Hallstein

PNG

 Haut fonctionnaire allemand, rédigea le projet hitlérien d’Europe fédérale. Il s’agissait de détruire les États européens et de fédérer les populations par ethnies autour du Reich aryen. L’ensemble aurait été soumis à la dictature d’une bureaucratie non-élue, contrôlée par Berlin. À la Libération, il mit en œuvre son projet avec l’aide des Anglo-Saxons et devint, en 1958, le premier président de la Commission européenne (*). http://fawkes-news.blogspot.fr/2014/03/a-lorigine-de-lue-walter-hallstein.html

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/09/11/rappel-walter-hallstein-un-nazi...

(*) La Commission européenne est l’organe exécutif de l’Union européenne. Elle est composée d’un commissaire désigné par chaque État membre, soit 28. Elle est entourée de lobbies.

Ainsi," dans le vaste quartier européen de Bruxelles, la puissance des lobbies saute aux yeux. Les grands noms du monde des affaires occupent chaque immeuble de bureau dans un rayon de 1 kilomètre autour des sièges de la Commission, du Conseil et du Parlement européens" : LE MONDE du 07.05.2014 .

Les lobbies , à travers des conseillers et des consultants influents qui connaissent de très près les instances européennes chargées de rédiger les propositions de loi, construisent une Europe a leur façon loin des préoccupations des peuples européens.

 

Avançons dans l'histoire pour nous retrouver en 2005.

Vous avez, pour certains d’entre vous, participé au référendum du TCE (Traité pour une Constitution Européenne), vous avez détesté le battage médiatique outrancier pour le « oui » ?

Vous avez applaudi son rejet par 55% des Français ? Vous avez protesté contre la transformation du TCE en Traité de Lisbonne adopté par le Parlement réuni en Congrès en 2008 ? Vous avez hurlé au déni de démocratie  ?

Regardons à qui nous avons à faire.

 

 

II - LES DIRIGEANTS ACTUELS DE L’EUROPE :

Voici les deux dirigeants actuels , sont-ils des personnes de qualité ?.

A - Mario Draghi

PNG

 Président de la Banque centrale européenne (B.C.E.), est l’ancien vice-président Europe de la banque Goldman-Sachs. Il a masqué au Parlement européen son rôle dans les malversation opérées par la banque pour le compte du gouvernement grec. Depuis plus d'un an, il arrose les banques avec des rachats de créances douteuses (comme ils disent !!) à hauteur de 80 milliards par mois !!. Tout cet argent frais va en majorité dans les paradis fiscaux. Etonnant non !!

 

 

B - Jean-Claude Juncker

PNG

 Il s’est indigné du référendum grec qu’il a qualifié de « trahison ». M. Juncker a été contraint à la démission de ses fonctions de Premier ministre du Luxembourg, après que l’on eut établi son appartenance au réseau d’espionnage Gladio(*) de l’Alliance atlantique. Un an plus tard, il devenait président de la Commission européenne.

Il a organisé un paradis fiscal : le Luxembourg, au sein de l’U.E Il est l’homme des banques et des fraudeurs.

(*) Gladio  : L’organisation secrète « Stay behind », rebaptisée plus tard Gladio, le « glaive », a vu le jour en 1948 à l’initiative des États-Unis. Ses agents devaient être prêts à effectuer des missions d’espionnage et à commettre des actes de sabotage en cas d’offensive soviétique.
Ce sont les intérêts politiques des gouvernements de droite voire de groupes d’extrême droite que Gladio s’attache à défendre. Des contacts existent avec les différents services secrets nationaux, à l’abri de tout contrôle parlementaire. C’est le Shape (commandement militaire de l’Otan en Europe) qui assure la coordination.
Gladio est responsable de nombreux attentats en Europe, notamment en Italie et en Allemagne. Ces attentats ont fait des dizaines de morts (1980 , 85 morts à Bologne). Ils furent , dans un premier temps, attribué à l’extrême gauche !!!!
Voir reportage Arte : http://www.dailymotion.com/video/xhut6o_le-reseau-gladio-armees-secret... - http://www.voltairenet.org/article162546.html/
www.voltairenet.org/article188044.html">http://www.voltairenet.org/article188044.html

 

 

III - L'Union Européenne c'est la fraude fiscale organisée pour les transnationales et les banques

Une étude publiée par l'ONG Eurodad montre comment des multinationales ont conclu des accords fiscaux avantageux avec des pays européens pour réduire considérablement leurs impôts. La Belgique et le Luxembourg sont particulièrement ciblés.

Les accords fiscaux octroyés par les gouvernements européens aux multinationales, une pratique d'optimisation fiscale qui leur permet parfois d'échapper en partie à l'impôt, ont presque triplé entre 2013 et 2015, selon une étude publiée mercredi 7 décembre par l'ONG internationale Eurodad.

 

D'après cette étude intitulée Survival of the Richest : comment l'Europe soutient un système fiscal international injuste, le nombre d'accords fiscaux de ce type, qualifiés « d'accord de complaisance », est passé de 547 en 2013, à 972 en 2014 puis à 1 444 en 2015. !!!

L'étude précise aussi que la Belgique et le Luxembourg sont les deux pays à avoir conclu le plus d'accords fiscaux (ou « rescrits fiscaux ») avec des multinationales. Pour obtenir ces chiffres, les auteurs du rapport expliquent s'être basés sur des données publiées par la Commission européenne – qui concernent 17 pays de l'Union européenne – ainsi que la Norvège, dont ils ont analysé les politiques en matière fiscale.

La progression du nombre de rescrits fiscaux (2) est « très surprenante et profondément inquiétante », a commenté Tove Ryding, co-auteur du rapport, qui s'occupe des questions d'« équité fiscale » chez Eurodad, avant d'ajouter que les exemples d'Apple et des LuxLeaks « nous apprennent que ces accords secrets peuvent être utilisés a des fins d'évasion fiscale par les entreprises multinationales ».

Lire aussi : Ikea accusé d'avoir fraudé pour près d'1,1 milliard d'euros grace à un « échappatoire fiscal »

 

 

IV - Le rôle du Président de la Commision Européenne

 

Déjà impliqué dans le scandale des LuxLeaks il y a quelques mois, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, est à nouveau dans la tourmente. En effet, citant des documents confidentiels, le Guardian révèle que Jean-Claude Juncker aurait bloqué les réformes visant à lutter contre l’évasion fiscale des multinationales alors qu’il était Premier ministre du Luxembourg.

Thomas Coutrot, économiste et coprésident de l'association ATTAC, qui milite notamment contre l'évasion fiscale, considère que :

Les raisons elles-mêmes pour lesquelles M. Juncker aurait bloqué les initiatives peuvent s'expliquer par le fait que le Luxembourg était le recordman absolu des accords avec les multinationales qui permettaient à ces dernières d'exercer leurs activités dans le Grand-Duché avec un taux d'imposition dérisoire. «  Évidemment M. Juncker n'avait pas intérêt à la publicité de ces accords et on comprend qu'il se soit opposé à cette initiative  », explique-t-il.

Toutefois, ce qui est étonnant dans cette histoire c'est de constater qu'il faut des fuites de milieux diplomatiques allemands quelques années après que ces faits pour que cette information soit rendue publique, ce qui jette une ombre sur l'Union européenne.

«  L'opacité des débats à l'intérieur de l'Union européenne est absolument totale et jusqu'à présent, Monsieur Juncker pouvait ouvertement nier le fait qu'il avait bloqué un certain nombre d'accords contre l'évasion fiscale  », a-t-il pointé.

Et de préciser que la situation non seulement décrédibilisait M. Juncker lui-même, mais aussi l'UE.

« La première chose qu'on peut noter c'est qu'il faudrait vraiment cesser avec cette opacité, et que les citoyens européens puissent savoir qui dit quoi dans les débats internes à l'Union européenne. La deuxième chose, c'est évidemment que Monsieur Juncker a menti, puisqu'il a à plusieurs reprises affirmé qu'il n'avait en aucun cas entravé l'action de l'Union européenne en matière de transparence et de lutte contre l'évasion fiscale. On se demande comment il peut garder la moindre crédibilité comme président de la Commission. C'est vraiment le problème de la crédibilité de l'Union européenne, qui est de toute façon déjà très faible aux yeux des citoyens européens  », a-t-il résumé.

Tout ceci montre à quel point l'U.E. est gangrénée et est devenue une sorte de Mafia .

 

En résumé, L’UNION EUROPÉENNE (U.E.) est aujourd'hui un ogre financier destiné à l'accumulation de richesses par les banques et les entreprises transnationales (entre autres les GAFA). Véritable banc d'essai pour la création d'une souveraineté mondiale aux mains d'intérêts privés.

 

_____________________________________________________________________________

(1) Les sceptiques pourront se convaincre en lisant « Aux origines du carcan européen » de l’historienne Annie Lacroix-Riz (Editions Delga). Inutile de rêver. La « belle idée » Europe n’existe qu’au moment de l’exécution de son hymne, « à la joie ». La ligne générale, historique et continue de Bruxelles est claire : « mondialisez-vous ». Déjà en 1957 Pierre Mendes France avait mis en garde les députés français, le traité de Rome allait, disait-il, entrainer une abdication de la démocratie : « Au nom d‘une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, financière, sociale ». Cet homme, qui représentait alors la conscience morale de la gauche, s’opposait à d’autres visionnaires beaucoup moins sociaux. Eux applaudissaient des deux mains à la création de la CEE. Jacques Rueff par exemple s’en réjouissait, il voyait là « l’aboutissement et le couronnement de l’effort de rénovation de la pensée libérale »

Ref : de Jacques-Marie Bourget, Gérard Mordillat, Bertrand Rothé et Kevin Victoire https://www.legrandsoir.info/battre-le-fn-n-est-pas-faire-barrage-c-est-lutter-contre-l-origine-du-mal.html

 

(2) La procédure du rescrit fiscal général vous permet de demander à l'administration fiscale de vous expliquer comment votre situation doit être traitée au regard des règles fiscales. La réponse de l'administration, appelée rescrit fiscal est opposable sous certaines conditions.

Les révélations LuxLeaks ont participé à modifier en 2015 la règlementation relative aux rescrits fiscaux. Antérieurement, le contenu de chaque rescrit fiscal n'était connu que des parties concernées (administration fiscale et contribuable). La réforme initiée par la Commission européenne a instauré l'échange automatique d’informations entre les administrations fiscales des États européens sur les rescrits fiscaux validés. Une certaine opacité demeure néanmoins : il ne s'agit pas d'échanger le contenu des rescrits fiscaux mais des informations relatives à ces rescrits. De plus, ni le grand public ni la Commission européenne n’ont accès à ces informations. En conséquence, l’opinion publique pourra difficilement faire pression sur des agréments fiscaux jugés trop favorables. De même, la commission européenne ne pourra pas s'appuyer sur ces informations pour lancer d’éventuelles enquêtes pour distorsion à la concurrence

 



41 réactions


  • Bartneski Bartneski 4 mai 11:07

    Nous sommes le nombre



  • quid damned quid damned 4 mai 11:12

    Très bon topo mais hélas ...
    Même avec toutes les sources et éléments factuels, attendez-vous à une avalanche de mauvaise fois de la part des eurolâtres.
    Dans les faits les plus incontestables l’UE n’est pas une démocratie, pourtant vous trouverez grand nombre qui veulent y rester, certains en croyant qu’il est possible de renégocier des traités.
    Ils pensent que rester enfermer dans l’UE c’est s’ouvrir sur le monde. Et que de vouloir quitter cet Apartheid pour ne pas se limiter à l’Europe c’est se refermer sur soi.
    C’est ainsi.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 mai 11:33

      @quid damned

      Les grands manipulateurs professionnels chargés de la propagande mondialiste connaissent très bien ce phénomène et en utilisent les ressorts inusables :


    • quid damned quid damned 4 mai 11:40

      @Jeussey de Sourcesûre
      Texte intéressant
      "La peur du changement ... - il est démontré qu’on possède des capacités énormes à vivre avec nos conflits, nos incohérences et même une bonne dose de mal-être...- sic "
      Une forme de schizophrénie ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 mai 12:22

      @Jeussey de Sourcesûre
      Beaucoup de mensonges ont la vie dure ... Des millions de gens, intoxiqués par la propagande européiste, croient encore « au rêve européen » ! L’auteur aurait pu parler aussi du rôle des Socialistes dans la création de l’ UE. Dès 1948, Mitterrand a participé au Congrès européen de la Haye qui mettait en place la construction européenne.

      Et c’est le gouvernement de Guy Mollet - SFIO, qui a signé le Traité de Rome !
      De Gaulle n’a signé aucun Traité européen.


      Un Parti européen, dont les Français n’ont jamais entendu parler, la Gauche européenne, fait partie d’un mouvement politique plus vaste, le Mouvement européen

      "La Gauche européenne, créée en 1947 dans plusieurs pays européens, est membre fondateur du Mouvement européen. Son réseau a été la matrice de création du Parti socialiste européen.
      La branche française de la Gauche européenne se donne pour but aujourd’hui de structurer le débat européen à gauche. Son analyse est que l’Europe est à une charnière de son histoire, hésitant entre la construction européenne classique et l’entrée dans une démocratie fédérale. Elle souhaite donc porter le débat sur le contenu des politiques de gauche qu’elle veut voir adopter par l’Europe."


      Voici la liste des Partis de la Gauche européenne.
      En France, on y trouve le PCF et le Parti de Gauche.

  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 mai 11:30

    Merci pour cette piqûre de rappel.


  • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 4 mai 11:34

    @ l’auteur,

    Merci pour cet article. Rien à dire de plus.

    Sinon que l’oligarchie nous a tendu un piège, lequel a commencé surtout avec l’enfumage de Maastricht (donc avec la complicité de qui vous savez : nos hommes politiques).
    Ensuite, dans la mesure où « les réformes » n’allaient pas assez vite dans ce f... pays qu’est la France — le peuple a du bon sens, quand même ! — eh bien, elle s’est payé un candidat, tout neuf, tout beau, tout toussa-toussa, et a investi dans les médias, aux ordres puisqu’elle les avait achetés.
    Cette histoire est finie. Succès total. Bravo les mecs !

    Perspectives prochaines et probables dans les médias : MLP va reparaître régulièrement dans les médias, comme si de rien n’était, pendant que le seul qui a démontré qu’il y avait bel et bien un coup bas, Asselineau, lui, va de nouveau être boudé par les médias.
    Pourquoi changer une méthode qui a parfaitement fonctionné.

    Mais l’Histoire, la vraie, avec un grand « h », reste à écrire. La question, c’est comment ?

    Cordialement.

    Thierry Saladin

    • quid damned quid damned 4 mai 11:53

      @Thierry SALADIN
      Exact MLP a été très mauvaise lors du débat, Mélenchon aurait été meilleur et Asselineau bien plus encore pour ne pas dire parfait car il n’est pas été empêtré dans des contradictions inhérentes à la posture de Mélenchon qui est plus que bancal sur la question UE. Asselineau a un discours cohérent, propre, net et sans bavures.
      Si MLP avait vraiment voulu descendre la baudruche pourquoi ne lui a-t-elle pas parlé d’Attali qui est l’homme qui chuchote à l’oreillette des présidents depuis plus de trente ans et qui est le mentor de l’imposteur quand celui ci l’a attaqué sur le fait que les Lepen font de la politique depuis 40 ans ?
      On a droit a de la politique Attalienne depuis Mitterand, Macron va la poursuivre dans toutes sa splendeur délétère.
      Du théâtre bas de gamme.
      Oui comment sortir de cette mauvaise tragédie ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 mai 12:35

      @Thierry SALADIN
      L’enfumage a commencé bien avant ! Ouvertement, à partir du Traité de Rome en 1957. Le Traité de Rome est fondateur, car il contient tous les Traités suivants. Et même avant !


      Pendant la guerre, les élites françaises attendaient soit la victoire des nazis, soit celle des américains. Seuls les Communistes et les Gaullistes ne voulaient ni des uns, ni des autres !
      Mitterrand a choisi les Anglo saxons et la construction européenne. Mitterrand a trahi les Français dès 1948 ! « Les élites françaises entre 1940 & 1944 ».

      Les Gaullistes ont tourné casaque avec Pompidou, ( sauf Philippe Seguin !) et les Communistes avec Mitterrand. Dans les années 50/60, les Communistes avaient pourtant une analyse très lucide sur le Marché Commun !

      " - La libre circulation des marchandises, donc le déchaînement de la concurrence fondée sur l’infériorité des salaires et de la législation sociale, l’harmonisation par le bas des conditions sociales dans les différents pays, l’opposition renforcée à toutes les revendications des travailleurs. (...)

      - La libre circulation des capitaux, le danger d’évasion des capitaux, de dévaluation et même de remplacer la monnaie nationale par une monnaie commune. (...)"

      - L’enjeu est énorme : le Marché commun conduit infailliblement, à plus ou moins brève échéance, à la disparition des souverainetés nationales, à la création d’un super-État européen, réduisant à sa plus simple expression tout ce qui pourrait subsister d’individuel, de politiquement et économiquement indépendant chez les membres de la Communauté.

      Ce super-État sera dominé par le pôle d’activité économique le plus puissant : la Ruhr ; par la puissance la plus énergique et la plus dynamique : l’Allemagne de l’Ouest. [...] Pour la France, la réalisation du Marché commun c’est l’acceptation de l’hégémonie allemande."(...)


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 mai 12:39

      @quid damned
      Il n’y a pas , hélas qu’ Attali, derrière Macaron ...
      Il y a toute une mafia de néo cons et d’euro-atlantistes !!


    • Lengage Lengage 4 mai 12:45

      @Fifi Brind_acier Pompidou de chez Rothschild...


    • Taverne Taverne 4 mai 12:48

      @Lengage

      Attention ! Ordure en vue ! Lengage est un propagandiste de la lutte antisémite et contre toutes formes de minorités qui lui déplaisent. Voir son blog nauséabond.


    • quid damned quid damned 4 mai 13:00

      @Fifi Brind_acier
      C’est exact. Je simplifie. Mais déjà si tout le monde avait conscience que ce type est derrière tous les présidents ( et les conséquences que cela implique) depuis Mitterand (pas sûr pour Chirac ?), ... et que Macron est son poulain, ce dernier ne passerait pas.


    • Lugsama Lugsama 4 mai 14:01

      @Lengage

      Pompidou « de chez Rotchild » fut un bon président. Et vous vous êtes une petite merde anti-sémite insignifiante, retourné sur votre blog et vos 3 lecteurs ça nous fera des vacances.. 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 mai 20:43

      @Lugsama
      C’est Pompidou qui a inventé l’obligation d’emprunter aux banques, plutôt que de continuer à emprunter à taux 0% à la Banque de France !


      C’est par la Banque de France que de Gaulle a financé tous les grands travaux d’infrastructures, barrages, autoroutes etc, que l’ UE impose maintenant de liquider au privé.

      Emprunter aux banques est devenu l’article 104 du Traité de Maastricht, puis l’actuel article 123 du TFUE. Les intérêts bancaires de la dette nous coûtent 50 milliards d’euros chaque année !

      « Evolution de la dette publique »

      Sans l’ UE, la dette publique serait « un non sujet »


    • Dzan 4 mai 22:21

      @quid damned
      Asseli ? Noooooo = 0,98%


    • Remosra 4 mai 22:29

      @Dzan

      Et oui, il semblerait que 99,02% de la population votante ne soit pas consciente des enjeux décidés par l’UE.
      Mais comme Macron va passer, on va bien rigoler quand les Français vont commencer à gueuler et alors nous on ressortira nos dossiers pour montrer pourquoi la politique de Macron a été désastreuse.
      Nous attendrons sagement, nous verrons le déclin, et alors peut être, les Français seront ils prés à écouter !


    • quid damned quid damned 5 mai 01:19

      @Remosra
      Bonsoir,
      surtout, qu’à moins de ne servir d’internet que pour regarder des replays TF1-M6 etc, un internaute qui se respecte connaît la corrélation qu’il y a entre le taux de passage à l’écran et le % aux obtenu élections. Les idiots qui se moquent du résultat upr aux dernières élections devraient plutôt se demander pourquoi Asselineau a été tant black-listé ces 10 ans, à défaut d’être capables de voir par eux-même la cohérence de sa vision.


    • quid damned quid damned 5 mai 01:33

      De plus si on prend en considération ce paramètre, le résultat est plutôt bon. Très frustrant pour tous ceux et celles qui se sont tant investis, mais résultat honorable.
      Il est aussi intéressant de noter que personne ou beaucoup moins de monde se moque du résultat de Cheminade. J’en suis ravi pour lui. C’est un homme sympathique.
      Ça signifie quand même beaucoup, en effet, lui s’est déjà présenté aux élections 2012 (et 2007 ?), est (était) beaucoup plus connu que FA, mais il n’a pas marqué autant les esprits, il ne gêne ni le système ni certains partisans fanatiques qui soutiendront leurs candidats coûte que coûte.
      À noter aussi qu’Asselineau a fait de très hauts scores dans certaines petites communes où le trucage des votes est quasi impossible ...


    • quid damned quid damned 5 mai 01:50

      Selon un récent sondage : pour 99% des français, les sondages sont 100% fiables. :)


  • SEPH 4 mai 14:30

    La vidéo de 2011 où Marie-France Garaud sur la souveraineté de la France est d’une actualité brulante : https://www.youtube.com/watch?v=bwuoF-QT0ck

    Dans cette vidéo il y a des arguments qui auraient été pertinents au cours du débats Le Pen:Macron pour démolir les mensonges des partisans de l’U.E.


  • SEPH 4 mai 14:59

    L’Union Européenne c’est celà :

    Il n’a jamais été possible de revenir sur un traité européen. Quand deux peuples, par la voie du référendum, l’ont tenté, en 2005, on leur a infligé le plus antidémocratique des démentis.

    En effet, en 2005, le non par 55% l’emporte pour refuser le referendum sur le TCE (Traité pour une Constitution Européenne). Le tour de passe passe concernant la transformation du TCE (Traité pour une Constitution Européenne) en Traité de Lisbonne fut adopté par le Parlement réuni en Congrès en 2008. Véritable déni de démocratie. !!!!!!


    A-t-il jamais été possible de revenir même sur une directive européenne ? Il suffit de constater l’impossibilité de réviser la directive sur les travailleurs détachés, qui organise la concurrence déloyale entre travailleurs de différents pays de l’UE pour s’en convaincre. Pas une seule fois, une avancée antisociale initiée par l’Union européenne n’a pu être remise en question.

    A-t-il été possible de revenir sur les pouvoirs exorbitants de la Commission européenne dont certains membres détiennent tout à la fois du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire ? Jamais.


    A-t-il été possible de modifier les décisions européennes une fois qu’elles ont été intégrées dans le droit national ? Jamais.

    A-t-il été possible d’empêcher les opérations successives de démantèlement du droit du travail ?


    A-t-il été possible de revenir sur les reculades successives du régime des retraites ?

    ........................

    Cette institution n’est-elle pas une sorte de Mafia ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 mai 20:54

      @SEPH
      Une mafia au service de la finance et des multinationales, elle- même infiltrée par les vraies Mafias !
      « Les mafias sont entrées dans les Instances européennes »

      Ce qui le intéresse particulièrement, ce sont les fonds européens qui financent par exemple des autoroutes en Italie. La Mafia empoche l’argent, mais ne fait que la moitié des travaux prévus. Comme Bruxelles ne contrôle rien, ce sont des milliards d’argent public récupérés par la Mafia.


  • BA 4 mai 15:22

    La Grèce est en faillite.
    L’Italie est en faillite.
    Le Portugal est en faillite.
    Chypre est en faillite.
    L’Espagne est en faillite.
    La BCE a donc eu une idée géniale ( ! ) : depuis 2015, la BCE a prêté à taux zéro 1500 milliards d’euros aux banques privées européennes !

    Résultat : échec total.

    Les banques privées européennes ont investi ces 1500 milliards d’euros en Allemagne (pour 60 % de la somme), en France (pour 20 %), aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Finlande !

    L’euro est un échec total.

    L’Union européenne est un échec total.

    Cinq pays détiennent 90% des liquidités injectées par la BCE.

    Environ 90% de l’excédent de liquidités injecté par la Banque centrale européenne (BCE) pour soutenir l’activité économique dans la zone euro ont profité à cinq des plus riches pays de la région, montre mardi une étude de la banque centrale.

    Elle cite “l’aversion au risque” parmi les raisons expliquant le fait que ces liquidités se concentrent en Allemagne, en France, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Finlande alors que dans d’autres pays, des banques dépendent encore de la BCE pour se fournir en liquidités.

    En clair, les banques des pays les plus riches restent réticentes à prêter des liquidités à l’étranger près de dix ans après l’éclatement de la crise financière et en dépit des efforts entrepris par la BCE pour assurer la cohésion de la zone et favoriser le crédit.

    « Il semble qu’après la crise financière, une augmentation généralisée de l’aversion au risque et des limites plus prudentes en matière de risque interne au sein des banques continuent de limiter les flux de liquidités transfrontaliers et la redistribution interbancaire des liquidités au sein de la zone euro », résument les 14 auteurs de l’étude.

    La BCE a distribué environ 1.500 milliards d’euros d’excédent de liquidités (le solde entre les liquidités déposées par les établissements bancaires auprès des banques centrales et les réserves obligatoires) depuis 2015 par le biais d’achats de titres sur les marchés et d’opérations de refinancement à long terme à des taux extrêmement faibles.

    Mais le fait que ces liquidités restent concentrées dans les pays les plus riches de la zone euro au lieu d’irriguer ceux qui semblent en avoir le plus besoin risque de nuire à l’efficacité de cette politique et montre que l’objectif de l’Union européenne de créer une véritable union bancaire est très loin d’être atteint.

    L’étude publiée mardi montre que 60% des montants consacrés par la BCE et les banques centrales nationales à des achats d’obligations finissent en Allemagne, entre autres sur des comptes détenus en territoire allemand par des banques britanniques. La France en a quant à elle reçu 20%.

    Les auteurs de l’étude expliquent aussi la concentration des liquidités dans les cinq pays cités par des facteurs extérieurs comme le fait que les banques les plus saines attirent davantage de déposants ou les nouvelles dispositions réglementaires qui freinent les prêts interbancaires.

    “Les retours des banques et une analyse approfondie suggèrent que les obligations réglementaires et les modèles économiques des banques ont une forte influence sur le niveau de liquidités excédentaires détenues au niveau de chaque banque”, dit l’étude.

    http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRKBN17Y1DF-OFRBS


  • DACH 4 mai 18:29

    «  »«  »L’euro est un échec total.«  »«  » Quelle plaisanterie, dont on peut vérifier à de multiples exemples. Aucune inflation, prix des importations moins élevés que dans la solution d’un Franc en perpétuelle dévaluation, monnaie utilisable dans toute l’Europe sans frais et taux de change variable....
    L’ensemble de l’article apporte des précisions historiques incomplètes et tendancieuses, mais intéressantes, mais san aucune démonstration de ce qui est affirmé. Démontrer est plus complexe que d’essayer de faire croire.


  • SEPH 4 mai 18:54

    Le sondage pour les législatives d’Opinionway-SLPV Analytics donne le résultat suivant :

    La majorité absolue à l’Assemblée est de 289 députés. Et, selon une enquête Opinionway-SLPV Analytics pour Les Echos publiée hier soir mercredi 3 mai, le mouvement d’Emmanuel Macron, En Marche !, obtiendrait de 249 à 286 députés aux élections législatives de juin en France métropolitaine.

    Le Front National, le parti d’extrême-droite dirigé par Marine Le Pen, n’aurait que 15 à 25 députés. C’est-à-dire encore moins que le Parti socialiste, pourtant laminé, avec 28 à 43 sièges.

    Le grand challenger d’En Marche ! à la future Assemblé nationale, serait le parti Les Républicains et ses alliés centristes de l’UDI, qui sont crédités de 200 à 210 députés.

    Quant au Front de gauche, qui réunit le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France Insoumise arrivé 4e au premier tour de la présidentielle, et le Parti communiste, il n’obtiendrait que 6 à 8 sièges.

    C’est le grand triomphe des partisans de la mondialisation et de l’U.E.


  • bonalors 4 mai 22:03

    Bonjour l’auteur
    Tiens quelqu un d’intelligent sur le site, mon cerveau salue le votre


  • SEPH 5 mai 13:30

    Emmanuel Macron, estime que « L’avant-garde de la zone euro doit, elle, aller vers plus de solidarité et d’intégration : un budget commun, une capacité d’endettement commune et une convergence fiscale ».

    Tout ceci est une énorme perte de souveraineté des États européens.

    Macron est bien le plus dangereux des deux candidats


  • SEPH 5 mai 18:25

    L’Europe est un Bateau IVRE.

    Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker est arrivé au sommet de Genève en état d’ivresse, relate le tabloïde britannique The Sun en se référant à des « sources diplomatiques ». Ainsi, d’après les informations, M. Juncker s’est cogné aux meubles et a percuté des personnes tout en se comportant de manière désinvolte avec les collègues plus jeunes.

    « Son comportement était bizarre et un peu embarrassant pour tout le monde », relatent les sources, citées par le média britannique. Et de conclure :

    « C’était clair, Juncker était bien bourré  ».

    Ce n’est pas la première fois que l’on soupçonne le chef de la Commission européenne d’abus d’alcool. Par exemple, lors du Sommet du Partenariat oriental à Riga en 2015, Jean-Claude Juncker, plutôt de très bonne humeur, comme on peut l’observer sur la vidéo publiée sur les réseaux sociaux, semble être très détendu lorsqu’il accueille tous les participants au sommet. Ainsi, chacun de ceux qui arrivaient, recevaient de la part du président de la Commission européenne des bisous sur la joue ou sur la nuque et même des gifles amicales.

    Pauvres peuples d’Europe embarqués dans cette galère où les grand groupe fraude abondamment et sont soumis à la récession depuis des années.


Réagir