vendredi 4 août - par Libertad14

La lutte du peuple contre le mépris des « élites »

Il est évident que l’on ne peut cautionner toutes sortes de violences. Que ce soit de la violence physique ou verbale, celles-ci ne restent qu’une réaction primitive attestant la pauvreté argumentaire du protagoniste.

 Ceci étant il n’est pas permis à tout le monde de palabrer ou de paraphraser en utilisant le mépris ou l’invective. Aujourd’hui dans notre société il semblerait que le langage soit devenu, pour certaines élites de la société, un moyen d’intervention visant à embrouiller l’interlocuteur peu formé à cette pratique. Ainsi le dialogue n’est plus un échange, mais une volonté d’imposer sa façon de penser ne laissant pas de place à l’interrogation ni au doute.

Souvent quand l’un des interlocuteurs est à bout d’arguments et que ce dernier est là pour convaincre, alors devant l’opiniâtreté de son vis-à-vis, le mépris devient l’arme privilégiée de déstabilisation.

 Il y a le peuple avec ses qualités et ses insuffisances, puis il y a ceux qui se prennent pour des élites qui croient détenir la vérité sur tout. Si les gens du peuple n’ont pas toutes les données théoriques ils ont eux le vécu et la pratique et quand face à eux des adeptes de « la langue de bois » ou des phrasigoteurs tentent de leur dire qu’il faut continuer à faire des sacrifices, à se serrer la ceinture et pour couronner le tout leur dire qu’ils ne comprennent rien alors ne s’agit-il pas là de la première des violences ??

 Depuis des décennies, voire des siècles les profiteurs ont usé de mensonges, osant prétendre que le peuple français n’a pas à se plaindre au regard d’autres pays dans le monde, que la misère, l’insécurité est un mal nécessaire pour que le pays grandisse ?? Il est d’autant plus choquant que ce langage et le plus souvent tenu par des gens qui n’ont pas le souci des fins de mois difficiles, qui ne vont pas acheter dans les discounts, des gens qui ont les moyens de s’offrir ce dont ils ont envie.

 Il y a bien 2 France, celle du haut et celle du bas. Celle du haut qui achète ce dont elle à envie et qui souhaite que cette société élitiste persiste. Puis il y a celle du bas qui doit se satisfaire d’espoirs de vie meilleurs, se satisfaire de promesses sans lendemains, qui doit accepter d’être snobée ou méprisée !!

 Voilà à quoi ressemble notre société, une minorité dominante qui prospère par le mensonge, qui profite des inégalités, qui de leur tour d’ivoire n’ont qu’un regard méprisant à l’égard de ceux qui osent revendiquer, qui osent se rebeller contre ces injustices, contre cet ordre établi.

 Alors devant cet aveuglement obstiné, face à cette opulence confisquée par cette minorité, devant cet élitisme méprisant, le peuple rejette dans sa majorité ces politiciens et leurs mensonges en refusant d’aller voter. 

 Si la violence physique est condamnable, alors l’attitude méprisante, le refus d’entendre les doléances d’un peuple qui souffre sont dans ce cas une ignominie qui porte atteinte à la dignité humaine.

 Cette société inégalitaire, qui dure depuis trop longtemps, va droit vers le chaos. Les abstentionnistes font la démonstration que les politiques menées par cette minorité d’élites (Enarques, patrons, gros actionnaires, etc.), ne les intéresse plus. Ils ont le sentiment d’être abusés, trahis, manipulés. Sans pouvoir l’expliquer, le peuple ne comprend plus comment cette minorité arrive à se maintenir au pouvoir ?? Il y aurait-il un possible truquage électoral ?? Une manipulation de la pensée ?? Ce qui est certain cette dérive totalitaire du système n’a d’autres solutions que de restreindre les libertés, les droits pour imposer une dictature sauvegardant les intérêts du capital.

 Mais attention au risque d’explosion sociale, l’histoire en témoigne. Combien de révoltes auraient pu être évitées si les élus avaient respecté leurs promesses et leur engagement auprès du peuple. Trop c’est trop, il faut mettre fin à ces politiciens menteurs, politiciens truqueurs, politiciens qui font des promesses pour être élus et une fois parvenus à leur fin oublient pour ne penser qu’au maintien de ce système corrompu.

 C’est dans la rue que se gagnera la bataille sociale. L’Union de tous qu’ils soient chômeurs, étudiants, retraités, ou salariés victimes de mauvaises conditions de vie et de travail doivent se mobiliser pour montrer leur détermination.

 03/08/2017



15 réactions


  • Taverne Taverne 4 août 11:17

    La question, c’est qui va profiter de ces manifestations : comme d’habitude, les catégories privilégiées (agents SNCF, etc.) ou autres catégories sentant que c’est le moment de réclamer quelque chose en plus, les syndicats qui défendent leurs avantages, les opposants des extrêmes qui veulent obtenir de sièges aux assemblées (bientôt les sénatoriales) : ça rapporte gros des postes de députés et de sénateurs. On ne verra jamais protester en masse les pauvres victime des mesures drastiques de notre gouvernement de droite. Ce sont trop souvent les opportunistes de tous bords qui ramassent la mise. En réalité, ces manifestations n’ont rien de démocratique ni de juste.


    • Sozenz 4 août 12:39

      @Taverne
      vous avez raison .
      perso , je verrais ce que les gens veulent vraiment selon les attitudes qu’ ils auront tous les jours les uns vis a vis des autres . dans le quotidien de leur vie ; dans leur travail .
      c est dans la fonctionnement de tous les jours que nous saurons si les élites ont réussi a diviser pour mieux régner ou si les gens sont solidaires entre eux et si la perversité et les manipulations de toutes sortes ne pourront plus passer .
      elle se fera ainsi la vraie révolution humaine et sociale .


    • jaja jaja 4 août 13:10

      @Taverne

      Qui va profiter de ces manifestations ? et bien c’est simple, si les manifestants l’emportent, les plus pauvres qui sont les plus touchés par les mesures Macron et son attaque contre le Code du travail....
      Le DAL manifestera également contre la baisse prévue des APL et là, dans la rue, il y aura bien derrière sa banderole les plus pauvres d’entre les pauvres, pour parler votre langage..

      Vous qui souteniez naguère un politocard éleveur de chevaux et grand amateur de costards payés par nos soins savez bien que ces manifestations, grèves et blocages sont les seuls moyens pour faire reculer ce gouvernement et le contraindre à abroger ses lois Travail... Gouvernement pourri que vous soutenez ici en attaquant les salariés et leurs syndicats...

      Quant aux privilégiés dans cette société ils ont un autre portefeuille et d’autres conditions de travail que les agents SNCF... SNCF qui a d’ailleurs du mal à recruter... Salaires peu attractifs et horaires impossibles !


    • foufouille foufouille 4 août 14:14

      @Taverne
      c’est certain que tu ne risques pas de te plaindre vu ton gros salaire très élevé et ton travail peu fatiguant.


    • Taverne Taverne 4 août 14:29

      @foufouille

      « vu ton gros salaire très élevé »

      Ah ah ah ! Quel humour. smiley


  • bob14 bob14 4 août 12:35

    (Il y a bien 2 France, celle du haut et celle du bas)..Les Français qui mettent des « bas » sont ceux qui courent applaudir Jean-neymar joueuse Brésilienne de foutre-bol !


  • soi même 4 août 13:26

    ( La lutte du peuple contre le mépris des « élites ») Décidément le mot lutte est le véritable centre de la dialectique communisme. Et si l’on tien véritablement compte que sous tant le mot Lutte, on ne peut pas ignoré la citation de Marcel Camus mis en exacerbe au début de l’article , qui reflète bien que le soit disant peuple sait très bien renvoyé la monnaie de la pièce à cette pseudo élite.

    Car si l’on prend sa signification première du terne élite ( Toutes les civilisations de la vieille Europe se sont efforcées de proposer des modèles humains dans la perspective de se grandir. Dans cette première acception, l’élite est liée à l’idée d’excellence : c’est le kalos kagathos grec [καλὸς κἀγαθός], désignant « ce qui est bel et bon » et par extension « l’honnête homme ».) Interdit tous simplement le mépris, car autant le peuple que la pseudo élite sont dans ce cas dans une situation de caricature mensongère.


  • foufouille foufouille 4 août 14:15

    "Voilà à quoi ressemble notre société, une minorité dominante qui prospère par le mensonge, qui profite des inégalités, qui de leur tour d’ivoire n’ont qu’un regard méprisant à l’égard de ceux qui osent revendiquer, qui osent se rebeller contre ces injustices, contre cet ordre établi."
    ajoutes leurs larbins bien payés comme taverne ou moins bien payés et ça fera beaucoup plus.


  • Lugsama Lugsama 4 août 15:15

    “Dès que quelqu’un me parle d’élites, je sais que je me trouve en présence d’un crétin.”


  • Claudec Claudec 4 août 17:06

    Pour être clair, l’auteur devrait préciser ce qu’il entend par « élite ».


    • Libertad14 Libertad14 4 août 17:45

      @Claudec


      A mon avis , les élites de cette société capitaliste sont ceux qui ont usurpé le pouvoir et la richesse.
      par ce fait ces énarques, ces manipulateurs de la pensée démocratique s’accaparent et soumettent le peuple à la pensée unique. Cette minorité capitalo bourgeoise se présentent comme des éléments incontournables alors que leur but n’est seulement que de nourrir leur carrière fin de s’enrichir.
      Dans mes propos le terme « élites » est utilisé de façon caricaturale car pour ces gens sans scrupules le mensonge, la corruption se sont substitués a i’action méritante et à la reconnaissance du peuple. Je préfère la démocratie à l’élitisme. Malheureusement dans notre société l’élitisme c’est la loi du plus fort, du dominant, c’ est une arme de représentation servant à tromper le peuple qui sert la minorité au dépens de la majorité.

    • HELIOS HELIOS 4 août 22:52

      @Libertad14

      ... le problème, c’est que dès ton voisin est un peu moins favorisé que toi, tu as l’impression d’appartenir a l’élite !!!

      Sinon, j’adhère a l’article completement. La violence physique est innacceptable, ou alors, il faut sortir la guillotine.

      Mais, il y a un mais, la violence engendrée par le mépris, les l’indignités qui retombent sur tout un peuple, indignité qui commence par le suicide d’une nation qui se donne pieds et point liées a des fonctionnaires de Bruxelles... et une complete soumission a une administration toute puissante et intransigeante, jusqu’au moindre petit détail -regardez, 17 euros pour un megot jeté dans la rue- alors, la moindre des réponses c’est la violence.... et même des lois qui ne devraient pas être...

      Je trouve que les français sont plutot doux, il y a longtemps (lisez l’article sur Mai 68) que j’aurais vraiment foutu la merde si j’avais 20 ans.

  • Vraidrapo 5 août 07:39

    C’est Le Sujet par excellence, à mon avis. Cependant, lorsque j’évoque ce thème autour de moi, ça fait toujours « flop ! » : les gens qui vivent dans une aisance relative ou qui « n’ont pas à se plaindre » ne sont pas près de descendre dans la rue. Ils s’accommodent vaille que vaille de leur bas de laine qui laisse encore de la marge pour aider les étudiants. N’oublions pas que le montant du bas de laine des français est estimé à 900 Mds d’Euros et l’Oligarchie en a conscience grâce à ses « points de contrôle » technique (que je lui suppose...) ;
    Alors, encore qq tours de vis ???


  • juan 7 août 05:16

    Les fonctionnaires ne sont pas content que l’on ose dénoncer les différences entre les salariés du secteur privé et ce qui est choquant dans leurs contrats. Pourquoi, un fonctionnaire lorsqu’il est en arret maladie, n’est pas traité comme un salarié du privé ? Est-ce déshonorant de subir les mêmes inconvéniants de trois jours de carences ? les salariés du secteur privé, dont les bénéfices de leurs entreprises sont engloutis par la masse salariale de la fonction publique, ets-ce un crime de dénoncer ces différences ? Alors, chers concitoyens du secteur public, défendez vos acquis, sous réserve de le faire avec pudeur ! Rappelez-vous qu’avant la guerre de 40, l’État qui n’avait plus de quoi payer ses fonctionnaires se serait fait prêter des fonds par les magasins du Louvre... qui ne s’en sont jamais remis...


Réagir