samedi 1er mai - par Marc Dugois

La parabole de l’arbre pour comprendre ce qui nous arrive

Il faut d’abord remercier l’armée française d’avoir généré ceux qui font le constat précis de notre délitement général avant de solliciter une réaction rapide et réelle :

Comme le disait le cardinal Mercier, primat de Belgique : « Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part. » Alors, Mesdames, Messieurs, assez d’atermoiements, l’heure est grave, le travail est colossal ; ne perdez pas de temps et sachez que nous sommes disposés à soutenir les politiques qui prendront en considération la sauvegarde de la nation.

Il faut la remercier aussi d’avoir généré ceux qui préfèrent en souligner les causes profondes :

Ce qui met mortellement en péril la France, c’est tout simplement le libéralisme effréné qui est inscrit dans le marbre des traités dits européens se traduisant par la désindustrialisation du pays tout autant que par l’abaissement de notre langue, l’emploi du globish par les médias, la publicité envahissante et … le chef de l’État lui-même. C’est aussi la destruction de l’outil de l’énergie nucléaire et la politique d’auto-flagellation au plus haut niveau et en toute occasion, c’est encore le délitement de l’éducation nationale et de la politique de santé publique, c’est enfin la mise en résidence surveillée de 66 millions de Français avec port obligatoire de la muselière.

Les uns soulignent la ramure, les autres, les racines. Ils ont évidemment tous raison et regretter la forme d’un arbre ne s’oppose pas à en chercher les causes dans ses racines.

Mais il n’y aurait ni ramure ni racines s’il n’y avait pas de sève pour fabriquer l’une à partir des autres, Or la sève de cet arbre dont les branches, les feuilles, les fruits et les racines posent problème, pour ne pas dire qu’ils sont quasiment pourris, cette sève vitale et empoisonnée est la véritable cause du désastre actuel que l’on peut voir en effet sous différents angles. Cette sève, c’est l’argent qui pour la première fois dans toute l’histoire de l’humanité n’a pas très rapidement disparu lorsqu’il n’a plus été lié à une richesse préexistante. Il y aura exactement 50 ans le 15 août prochain, le dollar auxquelles quasiment toutes les monnaies étaient liées, a été décroché de l’or, richesse préexistante à laquelle il était lié. Les Européens, oubliant Bretton Woods, ont créé l’euro en le liant consciencieusement (ou perfidement, ou bêtement) aux anciennes monnaies qui n’étaient liées à plus rien. Toutes les monnaies mondiales ont suivi et doivent donc disparaitre comme ont disparu les billets de Law, les assignats et tous les papiers-monnaies puisque les politiciens en fabriquent systématiquement toujours plus que le constat de la richesse préexistante ne l’autorise. Ils sont tellement sensibles, pour rester en place, aux demandes de « moyens » qui leur arrivent de partout, qu’ils ne savent que céder en faisant fonctionner la « planche à billets » qui est simplement devenue digitale.

Les banques centrales comme les banques commerciales sont devenues aujourd’hui les fabricants incessants de monnaies fondées uniquement sur une confiance aussi claironnée que mensongère. On dissimule au peuple que toutes les banques, ayant un bilan équilibré, inscrivent toujours, en même temps, en créance à recouvrer, ce qu’elles inscrivent comme argent créé et distribué. Les créances des banques centrales sont toujours de futurs impôts. Les Politiques sont donc écartelés entre leur discours racoleur de baisse d’impôts toujours promise et leur autre discours du « quoi qu’il en coûte » et du « déblocage » d’argent inexistant qui est mathématiquement une annonce masquée d’impôts futurs nouveaux.

Publicité

La création monétaire actuelle est exclusivement fondée sur des impôts futurs ou du travail humain futur, ce qui signifie en clair l’appauvrissement du peuple, sa mise en esclavage ou un retour à l’esclavage des autres. Le jeu de glaces pervers du PIB que l’on présente comme une création de richesse alors qu’il n’est que la somme des dépenses, ne peut faire longtemps illusion.

Illusion ! Le mot est lâché. Il décrit tout cet arbre dont la sève est illusoire comme sa ramure et ses racines. Seule l’avalanche de monnaie devenue fausse donne l’illusion que les folies sont réalistes, voire même réalisables.

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, le libéralisme serait ce qu’il devrait être, un échange véritable et libre, reconnu comme utile par les deux parties. Mais le libre-échange est devenu un échange illusoire entre des biens et des services véritables et des monnaies frelatées forçant à la désindustrialisation des uns et à l’esclavage des autres.

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, jamais on aurait inventé le prêt sur richesses futures alors que dans toutes les civilisations il n’y avait jamais eu que des échanges que sont les prêts sur gage.

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, jamais l’Union Européenne ne serait ce monstre de milliers de fonctionnaires bruxellois non élus et surpayés dans leur paradis fiscal. Ils imposent aux autres un enfer qu’ils ignorent et qui est composé de restrictions de libertés et d’anesthésies par distribution d’argent.

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, le dieu dollar et sa mère la City, ne régneraient pas en maîtres imposant le « globish » l’abaissement des langues qui ne sont pas la leur et le matraquage publicitaire cherchant à récupérer à leur profit le travail des peuples.

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, l’immobilier, les actions en bourse et les oeuvres d’art, tout ce que les puissants recherchent en ayant accès à la monnaie, n’auraient pas doublé voire triplé de prix en 20 ans en créant non seulement une crise du logement mais une crise de la natalité dans les classes moyennes.

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, jamais Emmanuel Macron n’aurait été élu monarque républicain, ce que furent tous les rois de France puisque la république n’est que la chose commune. Le monarque républicain Louis XIV avait moins de pouvoirs qu’Emmanuel 1er pénalement irresponsable et décidant secrètement en conseils de défense où personne n’a pénalement le droit de dévoiler ce qui s’y dit vraiment. Va-t-on déconstruire l’histoire pour que la fausse monnaie lui fasse une place honorable dans une vérité reconstruite ?

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, on ne fausserait pas le jeu des énergies avec des énergies renouvelables subventionnées sans limites pour casser une source nucléaire que le monde entier nous enviait et nous imite aujourd’hui en souriant de notre soumission à des écologistes irresponsables.

Publicité

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, nous ne nous pourrions pas vivre l’équilibre actuel imbécile de nous flageller nous-mêmes sur ce que nous avons apporté à nos anciennes colonies pendant que nous recevons sans limites tous ceux qui préfèrent vivre chez nous que chez eux grâce à la fausse monnaie qu’on leur distribue si généreusement et qui en attire chaque jour davantage.

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, nous n’aurions pas une éducation nationale avec plus d’administratifs que d’enseignants. Les premiers domestiquent les seconds pour un résultat de plus en plus mauvais en dépit d’un temps de plus en plus long passé par la jeunesse à leur faire apparemment confiance.

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, c’est toutes l’administration non régalienne qui perdrait son obésité et le peuple pourrait contribuer à une administration régalienne actuellement pressurée et méprisée alors qu’elle est la seule utile.

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, jamais les gouvernements n’auraient pu avoir la politique sanitaire stupide d’interdire de vivre pour empêcher de mourir en laissant une situation inextricable aux suivants. Interdire l’énergie humaine et la remplacer par l’énergie monétaire, ce qui est le principe du confinement, c’est ne pas savoir que l’énergie monétaire n’existe que par l’énergie humaine qu’elle véhicule et qu’il faudra trouver.

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, jamais les associations de minorités ethniques, sexuelles ou religieuses, n’aurait pu être aussi visibles sans les subventions qu’on leur octroie pour faire vivre ces minorités les faire croitre croitre et parader au mépris de la majorité .

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, nous ne pourrions pas piller la Terre et nous fabriquer une vie facile avec une énergie et des matières premières payées avec une monnaie de singe inépuisable. Jean-Marc Jancovici s’attriste du pillage mais ne voit pas qu’il l’alimente lui-même en disant : « Du pognon, il y en a ».

Si la fausse monnaie ne coulait pas à flots, nous ne discuterions pas pour savoir si la monnaie est une marchandise, un signe ou une institution. Le seul point commun de toutes ces définitions distantes et médiocres est de négliger l’essentiel, à savoir l’origine de la force de l’argent qui n’est que la force humaine.

Quand on s’intéresse à un arbre, c’est à sa sève qu’il faut s’intéresser en premier. Elle est toujours le résultat du passé et le porteur de l’avenir. Elle nait de ses racines et génère sa ramure.



65 réactions


  • Les racines sont déjà coupée depuis la révolution française....A ce moment Uranus (signe du verseau : l’eau qui éteint le feu du soleil), En carré avec le signe du TAUreau : la terre, les racines et le scorpion (Pluton : le karma). Liberté-égalité-fraternité. Le plus gros des mensonges...


  • L’Amérique est clairement liée à URANUS, Dont l’indépendance coïncide avec (

    Caractéristiques orbitalesHistoireDécouverte parWilliam HerschelDécouverte le13 mars 1781. 

    Désireux de s’affranchir de la métropole britannique et de gouverner par eux-mêmes, les colons des Treize colonies proclamèrent leur indépendance en 1776. À la suite d’une guerre d’indépendance victorieuse, ils créèrent une nouvelle nation qu’ils baptisèrent les États-Unis d’Amérique.


    • Decouz 1er mai 12:11

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      L’Amérique « découverte » par les Européens, peut-être pas l’Amérique des Indiens qui se connaissaient déjà eux-mêmes.
      Sinon les Mayas, c’est Vénus.
      Lu récemment : « un paysage de cow-boy » pour décrire la nature, peut-être que les Indiens, ils ne savaient pas regarder.


    • Decouz 1er mai 12:15

      @Decouz
      Sinon les Indiens des Plaines, c’est le soleil.


    • Decouz 1er mai 12:18

      @Decouz
      et l’or d’Amérique du Sud a servi aux riches d’Espagne et des Pays-Bas.


    • @Decouz la STATUE de la LIBERTE. La Liberté est bien symbolisée par Uranus. Le ciel qui n’est pas le soleil et est bien plus stable que les nuages...Uranus symbolise la révolution, la liberté, l’égalité, le libérateur, la révolte, le protestataire, l’indépendance, l’individualité, la foudre, l’électricité, l’innovateur, les nouvelles technologies, l’excentrique, le provocateur, les imprévus, le castré. Uranus est l’octave supérieur de Mercure : penser plus grand. URANUS NE SYMBOLISE PAS LES COSMOS OU l’UNIVERS. c’est une question d’Etymologie, mais le ciel, c’est le firmament cintré par la voute, pas le cosmos. 


  • L’ARGENT correspond bien au signe du TAUreau (maison 2). Actuellement : Uranus est coincé dans le signe du Taureau (en chute libre). Un combat au sommet est mené...Les racines contre le déracinement (le mouvement LGBT n’a pas choisi l’arc en ciel par hasard,...). Uranus étant le ciel (qui bouge sans cesse). Gaïa (le Taureau la terre selon la mythologie n’aimait pas trop Uranus : violeur et cachant ces monstrueux enfants qu’ils détestaient dans Gaïa...question qu’ils puissent aussi s’attaquer aux racines). le Covid, bien sûr, c’est Saturne. Fini la LIBERTE.


  • Amérique et Amérigo Vespucci : 

    « Nous naviguâmes tant vers la partie du midi que nous entrâmes dans la zone torride et sous le cercle du Cancer : et vous pouvez avoir pour certitude qu’en quelques jours, navigant dans la zone torride, nous avons vu les quatre ombres du Soleil, parce que le soleil était au zénith à midi. »

    — Amerigo Vespucci, La lettre du 18 juillet 150056.

    Elle indique également qu’ils ont traversé l’équateur et qu’ils sont arrivés vers une latitude de 6° S (il écrit plus loin « six degrés et demi »), perdant de vue l’étoile polaire56. La navigation dans ces latitudes est assez courante à cette époque quand, par exemple, Bartolomeu Dias dépasse les 34° S du cap de Bonne-Espérance dès 148857. La détermination de la latitude au sud de l’équateur peut théoriquement se faire par la mesure de l’altitude du Soleil et la correction avec l’analemme, tout comme dans l’hémisphère nord, mais Amerigo Vespucci ne mentionne pas cette technique sur sa lettre56,58.

    « Nous naviguâmes tellement dans la zone torride en direction du sud, que nous nous retrouvâmes sous la ligne équinoxiale, et ayant un pôle et l’autre au bout de notre horizon, et nous la passâmes par six degrés en perdant complètement l’étoile tramontane. »

    — Amerigo Vespucci, La lettre du 18 juillet 150056.


  • Amerigo Vespucci affirme avoir cherché sans succès un équivalent austral de l’étoile polaire septentrionale56. Son meilleur candidat semble être un groupe de quatre étoiles qui forment « une amande », s’inspirant de quelques vers de Dante il le cite :

    Et moi, j’avais tourné mon regard vers la droite,
    Pour mieux voir l’autre pôle, où brillaient quatre étoiles
    Que les premiers humains ont pu seuls contempler.
    Le Ciel en paraissait plus heureux et plus gai ;
    Oh ! comme notre Nord est veuf de toute joie,
    Lui qui n’a pas le droit d’admirer leur éclat !

    — Dante Alighieri, Divine Comédie, Tome II : Le Purgatoire


  • Les quatre étoiles et l’amande au TAROT. L’apocalypse, ses cavaliers et les Etoiles fixes : Taureau-scorpion. Lion verseau.


    • sylvain sylvain 1er mai 11:51

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      mais vous en avez pas marre de nous coller 8 pages de commentaires a coté de la plaque ??


    • @sylvain c’est vrai que quand un arbre tombe, on met une plaque pour boucher le trou...


    • sylvain sylvain 1er mai 12:05

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      en même temps vous êtes sacrément douée dans votre style


    • VOUS CONNAISSEZ LA MYTHOLOGIE ; PERSONNE N’ECOUTE CASSANDRE. enfin quelques personnes oui (Pallas par exemple,,...lié à Athéna)


    • sylvain sylvain 1er mai 14:04

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      oui, vous seriez surement très bien ensembles . Ca ferait des discussions incroyables, et peut être même plus


    • @sylvain je suis endeuillée. perdu deux Oliviers. Le premier ami de la cousine de Françoise Nyssen passée en coup de vent au gouvernement (toujours proche des Macron, qui n’est mais alors pas du tout mon style,...) rencontré le 1er mai 2005. Un tout autre jour qu’aujourd’hui. Un dimanche et un SOLEIL ECLATANT.. Il pleut dans mon coeur..et dehors, il fait froid.. isabelle Nyssen aussi est dévastée.. C’était son plus grand ami...


    • Ceci pour fair le lien avec l’arbre. Mais mon olivier planté devant ma fenêtre semble résister. il bourgeonne joyeusement. La vie, ce sont des cycles : vie-mort.


    • 26ème commentaire. Né un 26 juillet, jour de la Sainte Anne et anniversaire de JUNG. La femme qu’il connu avant moi s’appelait Anne et est morte ce jour là. Une très bonne peintre : ANNE DABIN.


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er mai 11:54

    Les hévéas et les upas donneront toujours du latex, mais pour l’upas il s’agit d’un poison violent.


  • Clocel Clocel 1er mai 11:56

    Tant que les distributeurs distribueront la fausse monnaie, que les linéaires des supermarchés seront approvisionnés, que les veaux conservent une illusion de choix et de liberté, ils abonderont ce système de merde.

    Mais le roi est nu et nous le savons tous, et la réalité, c’est que quelques poignées de salopards à l’esprit malade font une OPA hostile sur la planète et que les forces de la raison s’interdisent de lutter avec les armes nécessaires qui conviendraient à notre situation, la violence est unilatérale.

    « Nous sommes en guerre » et nous ne la faisons pas.


  • sylvain sylvain 1er mai 12:04

    Il y aura exactement 50 ans le 15 août prochain, le dollar auxquelles quasiment toutes les monnaies étaient liées, a été décroché de l’or, richesse préexistante à laquelle il était lié


    L’étalon or n’assurait pas plus que la quantité de monnaie en circulation correspond bien à une richesse matérielle crée . L’or n’est une valeur préexistante qu’en tant que richesse monétaire, par la valeur qu’on lui accorde en tant que monnaie et pas en tant que valeur d’usage . C’est donc sa rareté et une sorte d’illusion, ou de consensus, collectif qui lui donne sa valeur comme pour l’argent dette .

    Rien n’assure non plus que la quantité en circulation, qui dépend de l’extractivisme, ou sa valeur d’échange, qui est une tractation entre financiers et éventuellement politiques ne corresponde systématiquement à la richesse matérielle crée et échangée . On peut d’ailleurs parfaitement faire marcher la planche a billet avec un étalon or, c’est juste censé créer de l’inflation sur la monnaie éditée, tout comme une offre de crédit surdimentionnée avec l’argent dette 

    D’autre part vous semblez mettre tous les maux de notre société sur ce type de création monétaire . Certes elle est très importante et a des répercussions partout, mais elle n’est pas la cause de tout


  • sylvain sylvain 1er mai 12:37

    l’argent dette n’est pas en soit totalement absurde . L’argent que vous possédez, c’est une dette que la société a envers vous, quel que soit le type de création monétaire . Cet argent soit vous le gagnez en rendant un service à la société, à ce moment là il est normal qu’elle ait une dette envers vous et cette dette est signifiée par de l’argent, soit vous l’empruntez et la société a une dette envers vous (l’argent que vous possédez), vous avez une dette envers votre créancier et lui même a une dette envers la société qui correspond a l’argent qu’il vous a prété, dette qu’il rembourse au fur et a mesure que vous remboursez votre dette envers lui . Ce n’est pas absurde en soit

    Ce qui est problématique avec notre argent dette c’est qui a le monopole du crédit, pourquoi et comment ils s’en servent et notamment l’ignorance dans laquelle la population est laissée, et les raisons de cette ignorance . Le fait de faire passer la dette pour un du envers ceux qui créent l’argent notamment, alors que c’est une dette envers la société, pas envers je ne sais quelle banque privée . Le fait que les gens qui décident de qui aura du crédit, qui pourra utiliser l’énergie de la société, ne sont pas élus, ni même connus et choisis selon des processus totalement opaques . Le fait qu’on laisse les gens penser que la dette est un problème qu’on peut solutionner en travaillant/produisant plus alors qu’elle est une mesure de la richesse existante et doit augmenter quand la somme des biens à échanger ( donc des richesses produites) augmentent : plus de croissance= plus de dettes, c’est un rapport linéaire


    • Marc Dugois Marc Dugois 1er mai 12:44

      @sylvain

      Non je suis désolé mais il n’y a pas de cas de figure où l’argent dette ne soit pas totalement absurde car on ne peut constater une énergie avant qu’elle ne soit fournie.

      Le drame actuel est encore compliqué par le nombre de personnes qui expliquent qu’il y a des cas où il est possible de mettre la charrue avant les boeufs, demain avant hier et le résultat avant l’effort.

      Il faut clairement dire que c’est absurde.


    • sylvain sylvain 1er mai 14:18

      @Marc Dugois
      on ne peut constater une énergie avant qu’elle ne soit fournie.

      Mais c’est pourtant ce que fait toujours l’argent, et pas seulement l’argent dette . Prenons un exemple qui marche quelque soit le système monétaire : Vous produisez des patates que vous vendez, cet argent que vous avez est censé pouvoir vous fournir un service équivalent quelque part dans la société . En bien ceci est un pari, cela suppose que d’autres gens feront des choses qui ont de la valeur pour vous et rien ne dit que c’est déja fait ou si c’est fait que ce sera disponible en échange de votre argent . Le fait qu’il y ait éventuellement de l’or derrière ne le garantit pas non plus puisque l’or ne vaut rien en soit, comme valeur d’usage .

      La seule chose qui le permettrait serait un stock d’une valeur universelle déja crée et disponible pour un arbitre impartiale des transactions . Or il n’y a ni valeur universelle, surtout pas d’usage, ni arbitre impartial

      L’argent est une illusion collective, quand elle disparait, sa valeur disparait aussi, c’est donc toujours une forme de pari


    • Ausir 1er mai 15:37

      @sylvainL’argent est une illusion collective,

      Non c’est une monnaie d’échange et l’échange existera toujours , 
      Les gens auront toujours besoin de manger , de se vêtir , de travailler , et donc d’échanger, .

      Avant l’argent n’existait pas il n’y avait que des échanges , et pas d’argent échangé , les nobles fournissaient protection , logement , terre a exploiter, donc subsistance au paysans , non contre de l’argent mais contre des récoltes . 

      Et puis les assignats et la planches a billets sont venus inonder illusoirement l’économie ,
      l’argent fabriqué sortant ex nihilo ne sert plus à rien , c’est du vent qui ne vaut rien , ceux qui s’en servent sont des voleurs qui n’ont pas travaillé pour qu’il vale quelque chose, les états sont des faux monnayeurs , 
      il faut que l’argent corresponde à un travail réel pour valoir quelque chose et être une monnaie d’échange valable .


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 1er mai 15:42

      @Marc Dugois

       il n’y a pas de cas de figure où l’argent dette ne soit pas totalement absurde

      Sauf qu’à peu près tout ce qui vous entoure provient de ce système.

      @Sylvain
      Merci.


    • sylvain sylvain 1er mai 19:15

      @Ausir
      les nobles fournissaient protection , logement , terre a exploiter, donc subsistance au paysans , non contre de l’argent mais contre des récoltes . 

      il ne me semble pas que les nobles construisaient des maisons de leur main . Les paysans, ou les roturiers dans leur ensemble fournissaient tout le travail et les nobles les protégeaient... contre eux mêmes ou leurs alters egos . Les roturiers n’avaient d’ailleurs le choix ni de leur maison, ni de leur emploi, ni de leur « protecteur » . Ca s’appelle de l’esclavage, mais c’est vrai que ce n’est pas de l’argent dette


    • Ausir 2 mai 13:47

      @sylvain
      Selon les plus grands anthropologue et ethnologue , aux origines les sociétés primitives qui vivaient très bien et en harmonie , sans violence , étaient toutes organisées en castes , et ca se passaient très car chacun était à sa place selon son potentiel , , et pas seulement au MA.

      ll y avait au sommet les sages (équivalent des papes ) qui décidaient , ensuite les guerriers qui protégeaient , puis les commerçants artisans ,etc puis les ouvriers , 
      et tout ce petit monde était prospère ,
      à voir les textes sur le MA qui décrient des foires dans tous les villages de France , les riches artisans commerçants , les paysans n’étaient pas malheureux et même riches , c’est la désinformation historique en marche depuis plus d’1 siècle qui discrédite les temps anciens , c’est beaucoup moins bien maintenant les gens sont déprimés , violence en tout genre , les délinquants étaient vite réprmiés et bcp mojs nombreux ?

      C’est depuis que les classes sociales ont disparues qu’il y a un chaos et des injustices , car personne n’est à sa place réelle correspondant à ses capacités ;
      Observons qu’historiquement notre organisation sociale est sans précédent , par rapport aux millénaires passés , tout ca sous prétexte d’égalité et de droits :la révolution française a fait beaucoup de mal idéologiquement , le pays des lumières est plutôt le pays de l’ombre et du chaos ...suite à l’idéologie des droits de l’homme qui poussée à l’extrême mène à une impasse.


    • @Ausir

      Tout n’était pas rose, loin s’en faut. Se souvenir que beaucoup n’avaient ni le statut de paysan ni celui d’artisan ou de compagnon, il étaient serfs, et à ce titre travaillaient d’office pour le seigneur du lieu.

      Ceci sera bousculé dans les années qui ont suivi la grand peste (1348-1350). La rareté de la main-d’oeuvre fera que les ouvriers et les artisans verront leur niveau de vie considérablement amélioré au point que l’État édictera des lois visant à plafonner les gages et à interdire au gueux l’acquisition de certains produits, à la demande des seigneurs locaux.

      Ceci débouchera, en 1381, sur la révolte des paysans en Angleterre, qui sera à deux doigts de renverser pour de bon la monarchie, et ceci marquera la fin du servage, et on ira doucement vers la renaissance.


    • sylvain sylvain 2 mai 16:32

      @Ausir
       Peut être le MA était il une chouette période pour les humains, je ne sais pas trop mais je ne crois pas non plus tellement au récit moderne d’une époque totalement obscure .
      Cela dit, une société de caste ne serait pas bien vécu du tout aujourd’hui . Qui voudrait faire parti de la caste des bosseurs, des producteurs qui vivent a peu près partout dans le monde comme des chiens ?? Qu’est ce qui permettrait de vous faire appartenir a telle ou telle caste ?? Et puis normalement quand vous dites caste vous dites hérédité, et si c’est le mode de sélection ça veut dire que ce ne sont pas les plus aptes à une activité qui l’exercent


    • Ausir 2 mai 20:37

      @Philippe Huysmans, Complotologue
      les serfs n’étaient pas malheureux , 
      les récits de l’époque décrivent une économie prospère la plupart du temps , des corps de métier bien installés et il n’y a avait pas de chômage , les métiers se transmettaient de pères en fils , 
      De toutes les époques , la notre est la pire coté mécontentement , violence , prise d’anti dépresseur , suicide ...les gens n’ont jamais été aussi libres mais malheureux , mécontents de leur sort , et angoissés pour l’avenir ...dans une impasse .
      A part peut être quelques fonctionnaires payés 35 et bossant 20 , personne n’est satisfait ;

      La soit disant Renaissance a été plutôt l’ entrée en décadence , l’homme est placé au centre à la place de Dieu , jusqu’à aboutir à notre époque à l’oubli du divin et l’avènement de l’homme dieu .


    • @Ausir

      les serfs n’étaient pas malheureux

      J’ai étudié l’histoire de cette époque, notamment la révolte des paysans. Peu de gens savaient écrire, mais on a quand même des documents d’époque et non, leur vie n’était pas vraiment rigolotte. Rien à voir avec celle d’un boulanger ou d’un charpentier.

      Pour le reste, je suis d’accord que ça a évolué dans le mauvais sens.


    • Marc Dugois Marc Dugois 2 mai 20:45

      @sylvain
       Vous prenez vous-même les choses par le bon bout. On produit les patates avant de les vendre et donc de les transformer en argent. Si cela marche c’est que l’argent est le fruit d’un travail et non un espoir de travail.

      La différence est essentielle car dans un cas l’argent est limité par le travail effectué, alors que dans l’autre l’argent peut être un doux rêve et il est dans ce cas sans limites comme actuellement.


    • Ausir 2 mai 20:49

      @sylvain
      les castes au départ sont basées sur les capacités et potentiel réels des gens liés à l’identité familiale , l’homme est relié à sa famille et en possède les caractéristiques , nier cela c’est nier le réel .La famille nous influence .Baigner dans une famille d’artisan façonne autrement que baigner dans une famille de commerçant 
      il y a des famille des dirigeants , de médecins , des familles d’artisan , des familles de couturières , de servantes etc il y avait possibilité de changer mais toujours selon la nature et capacités de chacun .
      Vous voyez bien maintenant avec le brassage que personne n’est à sa place , un bennala n’a rien à faire à l’Elysée par ex ;

      Nous sommes tous ancrée dans une famille qui forgent notre identité et détermine en nous un potentiel , nier cela c’est du matérialisme , c’est nier le réel .

      Les gens ne sont pas interchangeables à diplome égal , il y a une détermination héréditaire .


    • Ausir 2 mai 20:57

      @Philippe Huysmans, Complotologue

      Leur vie matérielle pour nous n’étaient peut-être pas rigolote , et encore il faut se méfier des historiens comme Michelet qui travestissent l’histoire et racontent des salades , mais ils ne suicidaient pas , n’avaient pas besoin d’anti dépresseur etc ,
       
      si vous lisez des récits honnêtes sur la période du MA vous vous rendrez compte que c’était une période fastueuse en découvertes , et travaux , liberté , pour les femmes notamment qui avaient jouissance de leurs bien ,et une grand liberté , contrairement à la période de la renaissance ou on a commencé à brûler les sorcières , les femmes étaient plus soumises à leur mari etc , 
      il y a une désinformation complète sur le MA , pour que les moderne oublient justement cette période faste et dénigrent la féodalité , ou pourtant les gens étaient plus heureux qu’à notre époque .


    • sylvain sylvain 2 mai 20:59

      @Ausir
      je serais curieux de savoir quel serait l’héritage de votre famille . Mon pti doigt me dis que ça ne doit pas être maçon ou paysan


    • @Ausir

      Leur vie matérielle pour nous n’étaient peut-être pas rigolote


      Stop, là ça va bien ! Je vous ai dit que j’ai lu les textes des chroniqueurs de l’époque. Et puis des acteurs de cette crise, aussi.

      Les serfs étaient des esclaves, ils n’avaient pas le droit de quitter le domaine, ne pouvaient travailler que pour leur seigneur, ne pouvaient se marier que sur autorisation expresse du seigneur, et ils étaient sous-payés. Ils ne possédaient pas de terre et bien souvent même pas leur mansarde, et vivaient dans des conditions désastreuses.

      Vous voulez parler histoire, ou nous raconter des histoires, c’est pas la même chose.


    • Ausir 2 mai 22:25

      @sylvain
      origine paysanne avec de nombreux enfants comme 70% des français et un grand père immigré arrivé sans rien , qui s’est marié avec ma grand mère placée comme fille de ferme à 16 ans , puis comme serveuse dans un bar .Ils n’ont jamais été malheureux mais ont toujours réussi à se débrouiller en travaillant et économisant .Ils n’avaient pas de salle de bain ni de wc mais n’était pas malheureux et leurs enfants non plus , bizarre non ? 
      mais la caractéristique de ma famille des 2 cotés paternel et maternel c’est la débrouille , le travail , ils considéraient les fonctionnaires comme des fainéants , ils cherchaient à s’élever de leur milieu en grimpant les échelons pour devenir indépendant , autonome :avoir son commerce , son entreprise ,son café, son restaurant , surtout ne dépendre de personne , mes 2 grand mères ont tenues des restaurants routier et louaient des chambres , un grand père prisonnier de guerre pendant 4 ans , pas de quoi être riche mais aucun de ne s’est plaint ni n’ont jamais revendiqués , et tous morts sauf 1 après 95 ans .Mon rêve est de vivre dans une ferme en autarcie .


    • @Ausir

      Ok, vu. Mais reste à potasser un peu l’histoire avant de raconter n’importe quoi, ce n’est pas très sympa pour d’autres pauvres qui ont vécu voici 600 ans.


    • Ausir 2 mai 22:43

      @Philippe Huysmans, Complotologue

      ce que vous avez lu est faux , et il y avait seulement 10% de serf qui pouvaient d’ailleurs être affranchis et la condition des paysans évolue grandement au MA , 
      la plupart des paysans étaient libres avec des niveaux de richesses très variées selon le travail et capacité de chacun .Les XIe, XIIe et XIIIe siècles sont une période de croissance démographique marquée par la mise en culture de nouveaux espaces et l’accroissement des villes. Ils sont plus favorables aux paysans, qui obtiennent des avantages en échange de leur travail. La plupart des serfs sont alors affranchis. À la fin du Moyen Âge, les paysans sont le plus souvent locataires ou fermiers, ces derniers payant une redevance (fermage) pour l’exploitation de terres et certains sont riches .
      Il n’y a donc pas une seule situation , et surtout il y a possibilité d’évolution pour les paysans qui ne sont pas dans la position catastrophique que la désinformation de la pensée unique essaye de nous faire croire .

      Déconstruire l’histoire c’est mentir sur les conditions du système féodal .C’est important pour le mondialisme de faire croire que les gens ne sont pas hiérarchisés mais de placer tout le monde à égalité , ce qui ne correspond au réel .

      La pensée unique moderne veut faire croire que c’est mieux maintenant , 
      et que la féodalité était un système horrible , ce qui est faux , mais personne ne peux vous empêcher de croire aux bêtises du dogme mondialiste .


    • Ausir 2 mai 22:47

      @Philippe Huysmans, Complotologue

      C’est plutôt à vous de revoir vos sources sur le MA , 
      lisez par ex http://notabenemovies.com/2016/02/24/le-mensonge-du-moyen-age/


    • Ausir 2 mai 22:50

      @Philippe Huysmans, Complotologue

      votre sortie sur les serfs est à mourir de rire tellement ca fait cliché avec lequel l’école vous désinforme .« .les pauvre serfs exploités par les riches propriétaires » c’est véhiculé par la pensée unique pour désinformer ,,,, 


  • Taverne Taverne 1er mai 15:07

    Mais allons-nous scier la planche à billets sur laquelle nous sommes assis ? N’y voyez-vous pas le danger...


    • Marc Dugois Marc Dugois 1er mai 15:12

      @Taverne

      Le vrai danger est de rester assis dessus car il est mortel. Scier la planche c’est au moins ne plus y croire et affronter nos problèmes les yeux ouverts.


    • Taverne Taverne 1er mai 15:21

      @Marc Dugois

      Si on scie la planche, la chute ne fera aucune mal aux riches (ils ont la protection intégrale : ceinture, bretelles et parachute) mais les autres ? Survivront-ils ? Les faibles périraient...


    • Ausir 1er mai 15:45

      @Taverne
      Il resterait l’économie réelle plutôt que ce mensonge , les états ont trop empruntés pour financer des baudruches , toute l’économie est basée sur du vent et non sur la réalité , 
      si tout s’effondre on revient à l’essentiel , ceux qui n’auront pas prévus et cru au système et qui sont assistés et vivent de la distribution d’argent qui n’existe pas , tomberont plus de haut , mais ce sera de leur faute .


    • mmbbb 1er mai 16:36

      @Ausir quand un systeme financier s effondre cela donne des guerres C est ce qui c est produit en Allemagne avec la faillite des banques apres la crise de 1929 .
      L auteur nous démondre la fausse valeur de « l énergie monétaire » Ce n est pas tres nouveau Durant l année 1929 , la bourse de WS spéculation de 300 % .


    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 1er mai 16:44

      @Taverne

      La chute ne fera aucun mal aux riches

      Effectivement les riches ont déjà construit et réservé leur bunker pour se protéger des catastrophes dont ils auront été à l’origine.

      Mais ils n’oseront plus quitter leur tombeau pour retrouver la lumière dont le décor deviendra pour eux une jungle. De ce fait ils rejoindront leur grand maitre dans son entre souterraine.


    • Ausir 2 mai 13:54

      @mmbbb

      mais nous sommes déjà en guerre et dans une impasse , donc peu importe , la table rase réelle serait que l’état cesse de distribuer à tout va et surtout seulement l’argent qu’il encaisse pas plus , se serrer la ceinture ,
      comment font les familles qui font faillite ? continuent elles de se payer des vacances , payer payer le stage de ski au petit ,ou manger du foie gras ? 

      toute une partie des gens ne vivent que d’alloc , ce n’est pas normal , il y assez de travail à entreprendre pour que chacun se débrouille , c’est cela qu’il faut rétablir , en abolissant les normes et règles stupides , qui bloquent les gens pour entreprendre et vivre décemment eux -même de leur travail .


  • mmbbb 1er mai 15:29

    «  désindustrialisation du pays » je suis désolé , celle-ci a commencé bien avant que nous entrions dans l Europe dès les années 1970. Et comme dans ce pays , nous adorons les intellos , Touraine s était fendu d une formule , « l industrie » une révolution post moderne " . Décidément nous aimons les formules , et dès 1990 , l élite a choisi de mettre un terme à notre industrie en ne voulant que du tertiaire ; Par ailleurs , l Allemagne est dans le même bateau , l élite allemande n a pas renoncé à son industrie Les allemands sont des pragmatiques et ont une culture d entreprise que nous rejetons ..

    Notre educ ne veut produire que des crânes d oeuf !! 

    L Allemagne ne nous a pas menace . Cette assertion est fausse .

    Quant à l énergie nucléaire, c est sous le diktat des ecolos que nous avions cessé toutes recherches et affaiblit cette filière .

    Hollande a fermé la centrale de Fessenheim pour ne pas s aliéner le vote des ecolos . 

    Les écolos promeuvent de l energie verte vendue en autre par la Chine .


    Quant à notre systeme educatif , s il sombre , nous en sommes les seuls responsables


    Si nous distribuons nos aides sociales en n etant si peu scrupuleux sur la fraude , c est de notre engagement .



    Ne faites pas comme ce militant de l UPR, FIFI aussi obtus qu un communiste qui ne voit que l Europe , l Otan , à l origine de tous nos maux .

    Intellectuellement , il est vrai c est confortable ! 




  • saint louis 1er mai 16:57

    Ça va nous faire tout drôle quand d’un coup, nos comptes bancaire ne vaudront plus un kopeck.


    • jocelyne 1er mai 17:03

      @saint louis
      Si, ils vaudront plus, je viens de recevoir un mail de ma banque au sujet de modifications du contrat ( unilatérale ) ils vont prélever 1,38 ros chaque mois pour frais de fonctionnement


  • devphil30 devphil30 1er mai 18:02

    15.000 signatures hier

    21.000 signatures aujourd’hui

    Ca prend de l’ampleur

    https://www.place-armes.fr/post/lettre-ouverte-a-nos-gouvernants


  • pipiou2 1er mai 19:25

    "Le jeu de glaces pervers du PIB que l’on présente comme une création de richesse alors qu’il n’est que la somme des dépenses

    "

    Faux : c’est aussi la somme des revenus.

    Car ce que l’on dépense est aussi une rentrée d’argent pour celui qui vend.


    • Marc Dugois Marc Dugois 3 mai 09:30

      @pipiou2

      Les revenus sont la dépense de celui qui les procure. Ce ne sont que les noms d’une dépense par sa destination.


    • HELIOS HELIOS 3 mai 10:46

      @pipiou2

      Le jeu pervers c’est melanger des choux et des carottes, vous le savez bien !

      Le calcul PIB actuel est vicieux, comme la guerre des pauvres contre les riches, car les choix sont « assymetriques ».

      Le PIB « des riches » qui prend la somme des dépenses  et donc des revenus  se heurte a celui des pauvres dont le revenu ne couvre pas la dépense.

      Il faut au moins deux mesures majeures (techniques car le bien etre n’a pas d’unité de mesure, de « metrique » comme on doit dire) pour faire une evaluation de la richesse d’un pays... dans un equilibre intelligent... où on peut évaluer un mix du coùt d’acces et de la durabilité...
      Nous voyons bien que l’obsolescence programmée comme l’analyse financière des prix de marchés sont des facteurs « menteurs » qui obèrent le PIB

      L’artificialité du PIB qui augmente quand il y a destruction (l’assurance n’etant que la « publicité » du PIB) ou qui augmente quand un iPhone hors de prix est vendu (et qu’il perd la moitié de sa valeur le lendemain matin, mais c’est identique a la Zoé sur le marché) est un leurre qui permet de faire n’importe quoi et entraine imanquablement un renforcement des khmers verts qui sont la pour detruire tout ce qui fait la grandeur de la civilisation et de l’Homme.

      Bon, encore un commentaire hors circuit, comme d’hab : la doxa aura tellement d’arguments que le bon sens dement... vous l’auteur, vous vous enrichissez lorsque votre auto tombe en panne ? votre garagiste vit avec lui, il faut tout type de maintenance certes, mais n’aurait-il pas aussi vecu en développant ou améliorant les vehicules creant ainsi de la richesse (au passage, c’est interdit et on comprend, hélas) !


    • Marc Dugois Marc Dugois 3 mai 10:57

      @HELIOS

      Les éternelles discussions sur le PIB pâtissent toutes d’un manque de compréhension de ce qu’il est exactement.

      C’est la somme chiffrée de tous les échanges dont un des termes est de l’argent. Un investissement intelligent ou stupide, une consommation utile, scandaleuse ou illégale, un service jouissif ou nécessaire, tout contribue au PIB puisque de l’argent circule. C’est totalement faussé par la fausse monnaie qui fabrique un PIB artificiel stupide ou intelligent (c’est un tout autre sujet).


    • HELIOS HELIOS 3 mai 16:32

      @Marc Dugois

      Ah, ah... j’entend bien ce que vous dites, mais j’insiste et j’ai, hélas, oublié un argument etayant mon discours :
      En fait là où vous parlez de fausse monnaie, je parle de lessivage.

      A un revenu quasi fixe, le fait que les acteurs economiques (état compris par ses taxes diverses, hors investissements) le fait de « lessiver » ce que l’on nomme le pouvoir d’achat (reste a vivre) sterilise automatiquement le PIB qui devient egal à la somme des revenus.

      Vous comprenez bien que dans cette dimension, ce PIB n’a pas de sens en valeur monetaire, d’autant que comme vous l’indiquez justement l’injection de "fausse monnaie, c’est a dire la planche a billet, certains credits et l’inflation en sont les principaux faussaires.

      La destruction des investissements avant leur terme ou trop rapidement (avant donc ce retour sur investissement) est bien la preuve que votre propos est invalide au sens que l’on veut donner au PIB.

      Prenons la limite, si demain on detruisait tous les matin tout ce qui a été créé la veille, comment appelleriez vous ce flux ? PIB ???


  • Laulau Laulau 2 mai 12:02

    L’auteur occulte un phénomène, pourtant inédit. Malgré ces émissions monétaires géantes et continues, il n’y a pas ou très peu d’augmentation des prix. Dans la doxa de nos économistes libéraux c’est un vrai mystère, eux qui mettaient quasiment un signe = entre l’augmentation des prix (inflation) et l’inflation monétaire.

    Pour le comprendre il faudrait lire un peu Marx au lieu de réciter un bréviaire d’extrême droite. Essayez vous verrez et si vous avez trop peur, faite un signe de croix avant de lire.


    • Laulau Laulau 2 mai 12:09

      Vous devriez lire l’article de Luniterre sur ce site :

      Dans ses Grundrisse, Marx a-t-il réellement prévu la fin du capitalisme et/ou l’émergence du banco-centralisme ???

    • Marc Dugois Marc Dugois 3 mai 14:42

      @Laulau

      Il y a une hausse des prix énorme mais elle n’est pas encore dans les prix au consommateur. Elle est déjà dans tout ce que touchent ceux qui ont accès à cette fausse monnaie : l’immobilier, les Bourses, les oeuvres d’art et toutes les matières premières où la spéculatuion avale les surplus de monnaie.

      Rien n’est miraculeux en économie.


  • Hervé Hum Hervé Hum 3 mai 13:53

    une monnaie que tout le monde utilise et est même parfois prêt à tuer pour en avoir quelques billets, ne peut pas être une fausse monnaie ou alors, c’est que toute la société est fausse.

    Vous pouvez le dire, le croire, mais je vous met au défi de vivre sans l’usage de cette monnaie, car si comme vous l’écrivez elle est fausse, alors, vous devez pouvoir vous en passer dans la réalité. Si vous n’y arrivez pas, c’est quelle est réelle, vrai et vous qui est dans l’imaginaire, le faux.

    Bref, cette monnaie sera fausse le jour où plus personne n’en voudra, sauf pour jouer au monopoly ou se torcher le cul avec, en attendant, vous trouverez toujours quelqu’un pour aller récupérer le billet, le laver et aller l’échanger.

    Je vous propose même de vous débarrasser de votre fausse monnaie !


    • Marc Dugois Marc Dugois 3 mai 14:37

      @Hervé Hum

      Ne pensez-vous pas que les faux-monnayeurs font de la fausse monnaie ? Et s’ils en font, comme la quasi totalité des gens le pensent, croyez-vous sincèrement que personne n’en veut à part pour se torcher ou jouer au Monopoly ?

      Ce n’est pas parce que l’on utilisait encore les assignats juste avant qu’ils soient reconnus sans valeur, que ce n’était pas déjà de la fausse monnaie ruinant simplement ses derniers possesseurs. L’histoire sev répète mais les monnaies actuelles ont tenu 50 ans. A mettre dans le Guiness des records.

      Mais malheureux ceux qui en détiendront quand ça ne vaudra plus rien comme les billets de Law, les dollars continentaux, les roubles de la Grand Catherine, les assignats ou les emprunts russes.


    • Hervé Hum Hervé Hum 4 mai 09:02

      @Marc Dugois

      Nous ne serons jamais d’accord, pour moi, tant qu’une monnaie est utilisée en tant que moyen d’échange dans la réalité, c’est une vrai monnaie, elle devient seulement fausse le jour où elle ne sert plus comme moyen d’échange dans la réalité. Les assignats, juste avant qu’ils soient reconnus sans valeur, étaient bel et bien reconnus comme ayant de la valeur, sans cela, il serait impossible de dire à partir de quel moment ils n’en ont plus et par voie de conséquence, quand ils en avaient. Autrement dit, selon votre postulat,il est impossible de faire la distinction entre ce qui a de la valeur et ce qui n’en a pas, sauf que la réalité ce n’est pas ça. Soit une chose a une valeur, soit elle n’en a pas, mais en aucun cas les deux en même temps, sauf dans votre imaginaire, qui lui, peut très bien décider que la monnaie n’a pas de valeur et d’attendre le moment où effectivement elle n’en aura plus, mais avant l’heure, c’est pas l’heure.

      Quand au faux monnayeur, c’est la même chose, on ne peut l’identifier et le distinguer du vrai que parce qu’il existe une monnaie de référence reconnue comme vrai. SI personne ne se rend pas compte qu’il s’agit d’une monnaie émise par un faux monnayeur, tout le monde la prend pour vrai, mais dites à quelqu’un que la monnaie que vous lui échangez contre un service ou une marchandise est fausse et là, je doute que vous en trouvez beaucoup à la vouloir ou bien, s’il est lui même un escroc, de l’accepter pour au moins le double de la somme en vrai monnaie.

      Comprenons nous bien, il n’existe pas de vrai monnaie au sens naturel, crée par la nature, mais uniquement artificielle, crée par l’humain pour son usage propre. De fait, la différence entre vrai et faux, réel ou artificiel, repose uniquement sur la reconnaissance collective de la monnaie. De fait, ce n’est qu’une convention entre humain et non une matière qui existe indépendamment de l’humain. Pour cette raison, une monnaie est vrai, tant qu’elle est considérée comme telle et devient fausse, lorsque la convention d’usage la considère ainsi, mais ce n’est pas Marc Dugois seul qui peut en décider, sauf pour lui même, mais qui reste toujours à devoir l’utiliser comme vrai pour ses besoins.

      Dernière chose, l’or est un métal et n’est une monnaie que par convention et qui ne limite en rien la quantité de monnaie, c’est totalement absurde. La seule chose qu’elle limite en quantité, c’est au niveau des échanges entre monnaies lorsqu’il y a une parité des monnaies basé sur l’or, mais on est toujours dans le domaine de la convention humaine qui peut donc être dissoute comme les assignats

      Le problème n’est jamais l’outil en lui même, mais son utilisateur, même lorsque l’outil est inadapté ou obsolète, c’est toujours l’utilisateur qui est en cause. Le système monétaire est évidemment devenu inadapté et obsolète, mais tant qu’il n’est pas réformé, la monnaie actuelle reste vrai.


Réagir