samedi 16 janvier - par Dr. salem alketbi

La plus forte perte pour les États-Unis

JPEG

Le préjudice énorme causé à l’image de la mentalité et de la réputation est la plus terrible des pertes que les États-Unis ont subies lors des récents événements et de l’assaut du Capitole par certains partisans du président Donald Trump. Cet incident a été dénoncé et rejeté par la majorité des politiciens, des démocrates et des républicains américains.

L’ancien président George W. Bush a décrit la scène comme «  écœurante et déchirante.  » «  C’est ainsi que les résultats des élections sont contestés dans une république bananière, pas dans notre république démocratique,  » a déclaré Bush cité par CNN.

«  Je suis consterné par le comportement imprudent de certains dirigeants politiques depuis l’élection et par le manque de respect manifesté aujourd’hui pour nos institutions, nos traditions et nos forces de l’ordre,  » a averti M. Bush dans sa déclaration indiquant que la rébellion porterait gravement atteinte à la nation et sa réputation.

Il a appelé les gens à «  laisser les responsables élus par le peuple remplir leurs fonctions et représenter nos voix dans la paix et la sécurité.  » L’ancien président américain Barack Obama a accusé le président Donald Trump d’être responsable des événements du Congrès, déclarant que c’était «  une honte [mais pas] une surprise.  »

De leur côté, les responsables républicains ont critiqué ce qui s’est passé au Capitole. Selon le représentant Mike Gallagher, les scènes de cambriolage sont du genre «  République bananière.  »

Le sénateur Ben Sasse a déclaré : «  Les mensonges ont des conséquences. Cette violence était inévitable  » à cause de la division alimentée par le président. Pour le sénateur républicain Mitt Romney, les scènes sont «  une insurrection, provoquée par le président des États-Unis.  » La perte des États-Unis naît avec une vérité que tout le monde connaît.

Publicité

Ce qu’on désigne sous le nom de «  valeurs américaines  » fait partie intégrante de la force et du prestige des États-Unis. Elles leur ont permis de se hisser au rang de première superpuissance à la tête de l’ordre mondial actuel.

La liberté et la démocratie sont au cœur de ces valeurs. Elles représentent l’essence même du modèle de démocratie libérale dont les Américains se targuent depuis la Seconde Guerre mondiale. Le «  soft power  » américain repose sur de nombreux piliers, dont la liberté et la démocratie, et tous ces piliers font partie du soi-disant rêve américain.

Le modèle américain est principalement basé sur la gouvernance démocratique. Il garantit la liberté pour tous, l’État de droit, la souveraineté du peuple et le système électoral.

Cela est devenu une source de discorde et de division parmi les composantes du peuple américain, après l’attaque par l’actuel président. Trump a lancé des douzaines d’accusations selon lesquelles les élections ne reflétaient pas la volonté du peuple américain, avant que la scène de grande division ne devienne la marque de fabrique du média américain pour le monde.

Le problème n’est pas la controverse sur les résultats des récentes élections présidentielles. Il s’agit plutôt de la façon de gérer cette controverse, de la représenter auprès du public américain et de l’utiliser pour contourner ces résultats en faveur du président républicain Donald Trump.

Il en est résulté une profonde agitation politique qui ne finira pas avec la ratification de ces résultats par le Congrès. En fait, des dizaines de millions d’électeurs ont voté pour un président qui leur assure jour et nuit que leurs votes ont été «  volés  » dans un prétendu complot du parti démocrate. Ainsi, l’investiture du président élu Joe Biden ne mettra pas fin à la tourmente.

Elle n’en guérira pas les effets. Elle va seulement aborder les aspects procéduraux afin que la dynamique institutionnelle puisse se poursuivre. Mais le défi le plus difficile reste de réparer les lourdes pertes au niveau mondial.

Il faudra restaurer l’image de marque de la démocratie américaine aux yeux du monde. Plus important encore, il faut, je suis sûr, s’attaquer aux profondes fractures qui ont affecté la société américaine à la suite de ce conflit politique du jamais vu.

Publicité

Remettre en question le modèle de la démocratie américaine ne signifie pas seulement remettre en question les origines, la philosophie et les mécanismes opérationnels du modèle. Cela signifie plutôt un scepticisme parallèle sur toutes ses conséquences institutionnelles.

C’est surtout en ce qui concerne la politique étrangère américaine qui fait de Washington le garant des libertés, de la démocratie et des droits de l’homme dans le monde. Un tel politique se fonde sur des rapports qui classent les pratiques et les comportements des États, classification aux implications considérables.

Le classement revêt une grande importance, que ce soit pour les relations des États-Unis avec ces pays ou entre les pays et entre eux, ou encore entre les États et les organismes internationaux spécialisés. La plupart d’entre eux considèrent les rapports et les évaluations américaines sur ces sujets comme une référence directrice de poids.

Finalement, le Congrès américain a entériné la victoire du président Biden à la présidence, tournant la page sur Trump. Mais la perdition pour les États-Unis reste néanmoins grave. La force du modèle s’affaiblit. Ses bases battent de l’aile.

Il est difficile de défendre les événements au Capitole qui font penser aux «  républiques bananières,  » comme l’ont décrit de nombreux politiciens américains.

La mission du président élu Joe Biden, qui consiste à restaurer la confiance et à effacer les profondes cicatrices qui ont terni la réputation de son pays et sa position dans le monde, peut s’avérer un travail de longue haleine. Elle exige un effort bipartisan, démocratique et républicain, ainsi du côté de toutes les forces politiques, médiatiques et académiques américaines.

 



24 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 janvier 14:16

    Ce qui est inquiétant, c’est en effet que les opérateurs aient choisi de désacraliser ces symboles. Cela ne présage rien de positif pour l’avenir. Le rêve est terminé. Maintenant, les naïfs vont devoir avaler leurs antidépresseurs par doses critiques. Il va falloir choisir entre Charybde et Scylla. 


  • Ah, petite info pour les gens de gauche pro-Biden (précisions : je n’aime pas plus Trump) : la Chine adore Trump....Ca c’est un mec, autoritaire et tout,....


  • Et pendant ce temps la Chine ancien pays communiste (dont Mao avait besoin d’une fille de 12 ans différente tous les jour dans son lit) qui a permis à un milliard de chinois de survivre, avance lentement ses pions partout...


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 16 janvier 14:40

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Vous avez oublié de préciser qu’après il les faisait tuer, puis cuisiner dans des grosses marmites pour les donner à ses chiens.

      T’as vraiment des problèmes de câblage...


    • @Philippe Huysma quelqu’un proche de la famille royale. Porche de quelqu’un ayant fréquenté tous les grands : Mitterrand, Rocard, la Reine Elisabeth, Albert Frère, Mandela (j’arrête la liste, elle serait trop longue,...) ben certaines choses finissent par se savoir.... Je connais même les sales secrets de nombreux politiciens belges. Mais Mao est décédé et cela peut donc ce savoir. Le seul qu’il considérait comme bien, c’était Mandela et Rocard....


    • @Philippe Huysmans Ca ne les ennuie pas un peu vos potes de mettre des étoiles... ?????


  • Lire : Associée à quelqu’un de proche,...


  • Porche est un lapsus. C’est vrai qu’il a aussi connu Paul Newman, Lauda, Icxks,... smiley)


  • @Philippe Huysman Proche de quelqu’un ayant fréquenté tous les grands : Mitterrand, Rocard, la Reine Elisabeth, Albert Frère, Mandela (j’arrête la liste, elle serait trop longue,...) ben certaines choses finissent par se savoir.... Je connais même les sales secrets de nombreux politiciens belges. Mais Mao est décédé et cela peut donc se savoir. Le seul qu’il considérait comme bien, c’était Mandela et Rocard....Newman, Ickxs et quelques autres. Mais en gros, c’est tout.... Vous me croyez ou pas, ...je m’en fouts...


  • joletaxi 16 janvier 15:47

    Bush ?

    c’est pas ce type qui avait volé la place à AlCapone Gore ?

    c’est pas ce type qui a vu venir les navions dans les tours ?

    c’est pas ce type qui a si bien réussi à récupérer ses ADM ?

    c’est pas ce type qui a fait voter des lois liberticides ?

    le voir cité dans cet article est presque rigolo, comme tout le reste d’ailleurs


  • Vérifié sur Wikipédia. C’est encore pire que ce que j’ai appris. https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vie_priv%C3%A9e_du_pr%C3%A9sident_Mao. Extrait : 

    La Vie privée du Président Mao : Les Mémoires du médecin personnel de Mao sont les mémoires de Li Zhisui, l’un des médecins de Mao Zedong, ancien président du Parti communiste chinois, qui ont été publiées pour la première fois en 1994.

    Ce témoignage contesté montre le comportement, sur les deux dernières décennies, de Mao considéré comme le créateur de la Chine moderne. Cette biographie dresse un tableau peu flatteur des mouvements politiques depuis la création de la République populaire de Chine en 1949 et des luttes intestines au sein du Parti communiste chinois.

    L’auteur décrit par ailleurs l’activité sexuelle prolifique du Grand Timonier.



    En 1957 à la demande de Mao Zedong, Li Zhisui rencontre le dirigeant soviétique Anastase Mikoyan afin d’évoquer l’accès de la Chine à l’arme nucléaire. À la suite de ses échanges avec Mao, son interlocuteur « était particulièrement choqué par la désinvolture de Mao concernant les pertes humaines ». En effet, Mao Zedong considère que « la Chine pouvait se permettre de perdre des dizaines de millions de vies humaines lors d’une guerre nucléaire »5.


  • Marius Morin Marius Morin 16 janvier 16:20

    Informons-nous. Comment respecter des institutions, des lois liberticides, des forces de l’ordre gangrenées par la mafia démocrate mondialiste de gauche qui dicte ses lois aux nations souveraines, pour ce qui en reste. Les mondialistes font tout pour détruire la démocratie, les droits et libertés et la souveraineté des nations. Ce qui les intéressent ce n’est pas seulement l’argent, le pognon, mais le pouvoir absolu sur la planète. Celle-ci leur appartient et projettent réduire la population mondiale à 500 millions d’habitants. L’éveil des nations en 2021 va tout charger, je le souhaite ardemment ! 


    • Le421 Le421 16 janvier 18:18

      @Marius Morin

      des forces de l’ordre gangrenées par la mafia démocrate mondialiste de gauche

      Ahahahahaha ahaha aha !!!
      Excellente.
      C’est même l’ultragauche qui a attaqué le Capitole.
      Et ma tante, si elle en avait, etc, etc.


    • confiture 16 janvier 18:40

      @Marius Morin
      des forces de gauche ??? mais vous délirez


    • cettegrenouilleci 16 janvier 22:26

      @Marius Morin

      Merci pour ce commentaire.


    • buratino buratino 17 janvier 09:15

      @Seul le contenu compte
      Trop d’admirateurs du nobel de la paix par anticipation, remplisseur de la Méditérannée de cadavres via le larbin schadock Sarko


  • Le421 Le421 16 janvier 18:17

    Il fallait oser venir sur Agoravox critiquer Trump comme ça !!

    Vous l’avez fait, c’est bien.

    Ne vous étonnez pas des notations, ici, c’est plutôt facholand.

    Alors...

    Rien que le nom de l’auteur dérange !!  smiley


  • ticotico ticotico 16 janvier 21:06

    Un pays qui compte autant de « créationnistes », capable de donner le jour aux visionnaires de Qanon... ? ça un fait un moment que les USA n’impressionnent plus que par leur grande créativité dans la négation du réel.

    En ce moment, ma principale source d’information télévisée est la version de RT Amériques en espagnol, le portrait des USA qui y est fait chaque jour donne presque envie de créer une ONG pour se porter au secours de ce pays à la dérive.


  • jefresi 17 janvier 14:03

    Formidable ce Bush :

    «  Je suis consterné par le comportement imprudent de certains dirigeants politiques depuis l’élection et par le manque de respect manifesté aujourd’hui pour nos institutions, nos traditions et nos forces de l’ordre,  »

    Lui qui les a roulés dans la boue de son terrorisme sur la planète !


  • pierrot pierrot 18 janvier 08:25

    J’espère que le départ définitif de l’infame Trump, escroc, notoire, agresseur, quasi fasciste ouvrira une renaissance aux USA qui en ont bien besoin tant sur le plan intérieur (lutte contre les inégalités, lutte contre le racisme, retour à une politique plus écologique, suppression des énormes doits d’inscription des étudiants, création d’une couverture maladie sérieuse etc.) qu’au plan extérieur (diplomatie de recherche de la paix dans le monde : Chine, Palestine, Iran..., retour aux négociation du traité de Paris et au traités de non prolifération du 14 juillet 2015 etc.

    Tout est à reconstruire après 4 années de folie.


Réagir