jeudi 16 juillet 2020 - par Octave Lebel

Le jeu des définitions pour rire ou sourire

Le jeu des définitions relancé sur Agoravox par le rédacteur Robin Guilloux (merci à lui) en vue de nous faire rire ou sourire, dans cette période d’après orage où nous relevons le nez pour mieux respirer en restant sur nos gardes pour ce qui va venir et ce que vont faire ceux qui se croient encore et toujours irremplaçables, m’ a donné l’envie de jouer avec les mots en incluant aussi quelques pastilles déjà dispersées au gré des commentaires semés ça et là.

Afin de desserrer grâce à l’oxygène d’un peu d’espièglerie l’étreinte de ce monde de slogans, d’éléments de langage, de formules recyclées qui transpirent le trucage sans parler du zoo publicitaire qui nous flatte et nous singe pour mieux disposer de nous. Afin d’échapper aussi à la vanité et l’assurance des incrustés médiatiques qui parlent de leur entre-soi afin de nous expliquer qui nous sommes et ce que nous pensons.

Démocratie : Arlésienne infidèle qui se dérobe à notre vue dès le soir des élections. Intermittente de la société du spectacle un peu désabusée de voir les clauses de son contrat régulièrement bafouées. Logée dans un chef d’œuvre en péril dont les apparences témoignent encore en creux de la beauté et de l’utilité de la locataire. La fréquentation du monument serait en baisse malgré une nostalgie ressentie ou affichée.

Christo  : Artiste qui comme chacun de nous devait se contenter très souvent de l’emballage des vies que l’on nous fait. Admiré à ce titre par les marchands d’emballages ainsi que par nous, emballés malgré tout.

République : Temple mal entretenu encombré d’échafaudages dont personne ne comprend plus l’utilité ni l’emploi. Très mauvaise acoustique. On ne s’y entend plus parler ni penser.

Liberté de la presse et des médias : Liberté des propriétaires de la presse et des médias. Grands admirateurs de la fée "Publicité".

Publicité  : Martingale économique légale inégalée à ce jour. Permet d’augmenter la vente d’un produit à ceux qui en paient la promotion. Une sorte de TVA à fin privée.

Décodeurs de l’information :  Entreprises de commerce de poutres en concurrence avec des entreprises de commerce de pailles.

Journalistes du service public  : Métier difficile qui consiste à glisser dans des interstices les moyens de comprendre l’actualité. Ne se reconnaîtront pas ici la catégorie des mercenaires qui occupent les têtes de gondole.

Journalistes de la liberté des propriétaires de la presse : Métier harassant qui consiste inlassablement à nous tenir en haleine dans un pas de trois, émotions, exagérations, simplifications afin de nous empêcher de descendre de la caravane publicitaire et du train de l’Actualité d’Origine Contrôlée.

Union Européenne  : Arche de Noé dont les rameurs s’imaginent toujours habiter une nation, ce qui compliquent infiniment les projets et la tranquillité des passagers des ponts supérieurs ainsi que le travail de leurs officiers de manœuvre et d’intendance.

Publicité

Troll : Homme ou femme en colère souvent pressés qui n’ont pas le temps d’expliquer ce qu’ils pensent. Ont retenu un peu vite la qualité principale de Lucky Luke en en négligeant d’autres pourtant intéressantes.

Connerie : Quelque chose dont vous ne vous vantez-pas à moins vraiment d’être un m’as-tu vu.

Racisme : En fait voir de toutes les couleurs à ceux qui ont de bonnes raisons de se comprendre et de s’entraider afin que d’autres au passage puissent tirer en douce leurs marrons du feu.

Interview d’un président  : Pièce en un acte aussi balisée qu’un parcours d’agility. Chacun des acteurs peut y donner sans surprise le meilleur de lui-même.

Homme et femme politique : Fonctions autrefois écoutées, respectées et respectables. Est-ce leur manquer de respect que d’observer que ces trois qualités sont maintenant moins répandues ? Paradoxe de l’évolution. Se multiplient et se renouvellent sans difficulté dans un monde où l’électeur se fait rare.

Ecologie  : Science fondamentale qui nous fait mieux comprendre notre place dans ce monde. A fait également pousser des ailes à des hommes et des femmes pressés de le diriger ou au moins d’occuper une place à la passerelle.

Médaille  : Don paradoxal fait par ceux qui ont oublié d’être méritants à ceux qui l’ont été pour deux.

Promesses électorales  : Fables régulièrement mises à jour par les écuries politiques et diffusées par les médias pour diviser les citoyens et les transformer en électeurs d’un jour.

Abstention : Mesure d’auto-confinement un peu désespérée destinée à éviter la contagion démagogique à l’ensemble du système démocratique.

Citoyenneté : Maladie contagieuse sans vaccin connu à ce jour. Tenue confinée avec difficulté par les classes dirigeantes et les médias.

Casier judiciaire vierge  : Indispensable et incontournable pour exercer 396 professions. A été jugé superflu en politique.

Publicité

Syndrome du Père Noël : Inverse du syndrome de Stockholm. Transforme un électeur infantilisé en un citoyen lucide.

Fraude fiscale : Si à 50 ans, tu ne sais pas encore t’y prendre, tu as raté ta vie.

Injonctions paradoxales : Quand les responsables politiques délèguent à la police la gestion des effets de leurs politiques publiques.

Impasse  : Puisque les très riches ne veulent plus participer aux fonctionnements du pays en rapport avec les richesses qu’ils en tirent et qu’ils ont accumulées, la justice consiste dorénavant à ne plus augmenter les impôts réputés impopulaires . Et à diminuer à la place la qualité et le nombre des prestations relevant du service public. En s’aidant quand l’occasion se présente d’un petit coup de pouce de compression du coût du travail afin de parfaire l’équation ainsi résolue. Un monde moderne que l’on n’attendait pas vraiment.

Coût du travail : Serait responsable avec l’allongement de vie d’une génération trop nombreuse de périls redoutables pour le pays. Appellation donnée aux savoirs et compétences d’un être humain dont le travail est irremplaçable pour la création de richesses, son accomplissement personnel, le partage de l’utilité sociale et de la solidarité et conférant la dignité et la responsabilité de citoyen dans la cité. Le travail est un droit selon la loi. Jusqu’ici.

Droits acquis  : Droits imposés de haute lutte qui dérangeaient ceux qui ne manquaient de rien. Exemples : République, suffrage universel (même aux femmes), école obligatoire laïque et gratuite, liberté de conscience, liberté d’association, sécurité sociale, liberté de la presse…Méfions-nous quand même des imitations.

Tactique électorale : Quand sa bonne étoile clignote, attirer sur son terrain ses adversaires et ses utilités en lançant un débat à risque pour afficher son courage et sa persévérance tout en se gardant toutes les sorties possibles pour pouvoir se prévaloir du sens de l’Etat et du dialogue social. D’habileté et du sens de l’opportunité aussi. Un débat sur les retraites par exemple.

Cités de banlieue  : Logements locatifs de qualité médiocre mal entretenus, services publics absents ou insuffisants, concentration de populations pauvres, de chômeurs, d’immigrés de 1ère,2ème,3ème,…, génération, économies parallèles. On ne connaît pas bien les causes de cette situation ni les responsables. C’est dire alors s’il est difficile de savoir comment améliorer la situation. Heureusement nos élus, la main sur le cœur entre larmoiement, compromission et vocifération nous assurent qu’ils préparent l’avenir du pays.

Prendre le risque de recourir à l’humour et ses multiples facettes dont la moins sympathique est incontestablement celle qui fait rire à nos dépens ou pire de nos croyances et certitudes, cela peut nous conduire à des fâcheries, des crispations ou des malentendus avec tous ceux qui pourraient se sentir concernés. C’est qu’il n’y a pas d’humour sans risque. Pas de liberté ni de vie non plus.

Bonnes vacances chez vous ou où vous voulez ou pouvez et quand vous pouvez.

 



17 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 juillet 2020 10:06

    Masque (n.c. masc) : marqueur de soumission acceptée, compromis entre la muselière et le voile islamique, dont la prescription repose sur la confusion entre microbes et virus.


    • Octave Lebel Octave Lebel 16 juillet 2020 10:32

      @Séraphin Lampion

       Bien vu.Cela ne doit pas nos faire oublier la beauté des masques vénitiens et de celles qui les portent.


    • Francis, agnotologue JL 16 juillet 2020 10:43

      @Séraphin Lampion
       
      le masque : " marqueur de soumission

      " au NOM, autrement dit l’internationale oligarchique, qui a trouvé en l’OMS sa meilleure cheville ouvrière.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 juillet 2020 12:57

      @JL

      Il faut dire que le lobby de la « big pharma » et celui des GAFAM(s), qui constituent la principale logistique et le plus gros financement de l’OMS, ne laissent pas beaucoup d’initiatives aux pseudo-dirigeants de cet organisme croupion.


    • Francis, agnotologue JL 16 juillet 2020 13:15

      @Séraphin Lampion
       

      A une poignée de siècles près on aurait eu droit à ça


  • xana 16 juillet 2020 15:17

    N’est pas Robin Guilloux qui veut...


  • xana 16 juillet 2020 15:22

    J’ai moi aussi quelques définitions, mais franchement je n’ai pas le niveau côté humour. Je me suis donc abstenu. Octave Lebel a essayé, lui, hélas...

    Seul Séraphin Lampion aurait eu assez d’esprit et d’humour pour nous faire sourire. Mais il est trop modeste !


  • Christian Slipenfer 1er 16 juillet 2020 22:04

    Article navrant qui donne envie de se suicider,

    commentaires qui abondent dans le même sens. smiley

    Pendez-vous...


  • Octave Lebel Octave Lebel 18 juillet 2020 19:10

    A propos d’humour qui n’est pas sans risque, par étourderie, j’ai oublié quelques définitions en chemin.

    Trollitude  : Comme animée de besoins pressants et fréquents. En se fondant dans le paysage à force d’insistance et devenant insignifiante, elle nourrit à sa manière le débat dont la véritable substance est, sans exclure la vigueur, l’échange d’informations, d’opinions et d’arguments.

    Débat : La richesse de tous, la propriété de personne.

     Bêtise : Prudence, personne n’est vraiment à l’abri d’une poussée. La reconnaître surtout en soi pour pouvoir en rire et s’en libérer. Toujours à la merci des malins qui la flattent et l’exploitent.

    Méchanceté : Paradoxe. Souvent issue d’une blessure mal cicatrisée, elle cherche une revanche en se trompant fréquemment de cible.


  • Octave Lebel Octave Lebel 2 septembre 2020 20:59

    Je m’aperçois que j’avais oublié d’exprimer mes remerciements à ceux qui ont attiré mon attention.

    Trollitude : Fièvre passagère qui peut se déclencher en cas de contrariétés ou d’influences douteuses. Bénigne, elle contient  son propre remède. Ne connaît pas la distanciation mais comme elle n’est pas contagieuse.


  • Octave Lebel Octave Lebel 26 janvier 20:50

    Quelques idées en vrac.

    Le plus important est d’être lu. Les lecteurs silencieux sont infiniment plus nombreux que les commentateurs. De très très loin.

     Un commentaire positif est toujours agréable.

    Une discussion sur le mode de l’accord ou du désaccord de préférence courtoise ( en principe, c’est la charte dont la compréhension est élastique et quelquefois l’élastique casse) est par nature intéressante même si on peut s’y soustraire comme le font un certain nombre de rédacteurs et pourquoi pas.

    Personnellement, je préfère discuter pour défendre et développer un point de vue au besoin avec vigueur et je pense qu’il ne faut pas oublier que nous parlons alors à nos interlocuteurs mais aussi à l’ensemble de nos lecteurs. Pour chacun, une controverse, c’est une occasion d’apprendre et au besoin de mieux cerner nos accords et désaccords.

    Troll, c’est un qualificatif à géométrie variable aussi variable à mon avis que les humeurs, mobiles et intentions de ceux et celles qui pratiquent ce sport d’intérieur. Il me semble qu’il y a quelques-uns qui se comportaient en fou furieux qui ont été éliminés. Je note qu’ailleurs sur des sites de la presse professionnelle il y a aussi un certain nombre d’interventions qui en ont les caractéristiques, critique agressive sans véritable contenu et cherchant la provocation, une forme d’expression toute en outrance sans fond vraiment identifiable, l’expression d’un mouvement d’humeur et de condamnation voisinant avec l’injure…mais au fond, cela n’empêche pas grand-chose et heureusement même si ce n’est pas agréable. Ce qui est bien avec certains trolls, c’est qu’ils se torpillent tout seul sans toujours s’en apercevoir. Cela n’empêche pas et ne doit surtout empêcher l’expression de tous les autres (commentateurs, pas trolls).

    « Humour vache : Vous êtes très troll ». Si un troll sourit, il n’est pas perdu pour la compagnie des commentateurs.

    Concernant l’usage d’un pseudonyme, c’est indispensable pour certains en raison de leurs activités professionnelles et autres responsabilités et engagements. C’est une modalité de la liberté d’expression.Un certain nombre de journalistes professionnels, d’essayistes, d’écrivains en usent. C’est un procédé justement reconnu par la loi.Ici, avec notre adresse IP, nous ne sommes pas anonymes et nous sommes pleinement responsables de nos écrits devant la loi.

     

     


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 26 janvier 21:08

    Oh putain ...on comprend pourquoi les fachos islamistes s’en sont pris à Charlie et pas a l’almanach Vermot .


Réagir