vendredi 6 juillet 2018 - par Lucchesi Jacques

 Le problématique concept de « race »

Est-ce que le racisme découle du mot « race » ? Sous l’angle lexical, certainement ! Mais sous l’angle psychologique et social ? Peut-on penser que la simple suppression d’un mot va entraîner celle des maux dont il est porteur ? C’est ce qu’on semble pourtant croire à l’Elysée et au Palais Bourbon.

 Longtemps nous avons vécu avec la certitude de plusieurs races au sein de l’espèce humaine. A vrai dire, il n’y en avait pas douze, ni même cinq ou six, mais trois, précisément, avalisées par la science. La race blanche ou caucasienne qui regroupait très largement les individus d’origine européenne et leurs descendants, quelles que soient les nuances de leur peau. La race noire ou africanoïde, qui n’avait pas moins essaimé dans le monde, et dont le berceau était évidemment en Afrique. Enfin, la race jaune ou asiatique qui était principalement concentrée en Asie orientale. 

Sur quoi était basée cette classification ? Sur des caractéristiques d’ordre physique (et pas seulement la couleur de la peau) qui se retrouvent majoritairement dans l’un ou l’autre de ces trois groupes humains, sans que ces différences d’origine génétique n’entraînent une hiérarchisation et des inégalités – ce qui pourrait être la définition du racisme. Toutes se fondaient au sein d’une même espèce, dans une parfaite absence de barrières à l’inter-fécondité. Qu’y avait-il de mal à affirmer que l’humanité est une et plurielle à la fois ? Cela ne ramenait pas l’être humain au rang des animaux domestiques (sur lesquels il a pratiqué de nombreux croisements). Cela corroborait simplement le long travail de l’évolution - à défaut d’une mystérieuse volonté de la nature -, constat appelant le respect et la tolérance.

Mais il est dans le moteur de la science de toujours lutter contre les évidences. Et ces deux dernières décennies, avec le perfectionnement de ses outils de recherche, elle a pu atteindre le niveau génomique, faisant apparaître une quasi unité de tous les êtres humains. Ainsi le biologiste Bertrand Jourdan, dans un récent article issu d’un entretien sur France Culture, expliquait «  qu’il n’existe pratiquement aucune variation entre l’ADN de deux êtres humains pris au hasard…ils sont semblables à 99,99%.  ». Et d’ajouter – comme quoi les antiracistes sont des spécistes qui s’ignorent – « que cette homogénéité ne concerne que l’humanité. ».

Cependant le même Bertrand Jourdan déclarait, dans un autre article paru sur France Inter.fr, que « par les analyses ADN, on peut obtenir des informations sur la provenance des ancêtres d’un individu. » Et de conclure prudemment « qu’il n’y a aucun lien entre les différences génétiques entre groupes et des différences de capacités cognitives. ». De cela, au moins, nous en sommes convaincus. Si ce n’était pas le cas, on pourrait nous taxer d’avoir une approche raciste de l’humanité. Seulement ce qui est dit ici en filigrane, c’est que des différences génétiques – assertion corroborée par d’autres scientifiques – subsistent quand on se donne la peine de les chercher, jetant du coup une ombre sur cette belle théorie de l’homogénéité humaine.

Ces différences, pourquoi une certaine intelligentsia veut à ce point les occulter ? Par crainte de froisser la susceptibilité de ceux dont les ancêtres ont été colonisés par les occidentaux ? Ou par peur de donner ainsi du crédit à des poussées de racisme primaire ? N’est-ce pas plutôt cette parole politiquement correcte qui risque de favoriser un retour en force du refoulé racial – au nom de la liberté de pensée - et donc de s’avérer contre-productive ?

En proposant, récemment, de supprimer le mot « race » du préambule de notre constitution au profit du mot « origine », Emmanuel Macron et ses députés ne font pas autre chose que de « gazer » frileusement notre langue. Pensent-ils réellement que la cause du racisme est dans le mot « race » ? Et qu’en l’éradiquant de ce texte princeps on va du même coup en juguler les effets les plus sinistres ?

 Ce parti-pris nominaliste n’est pas seulement naïf ; il est également dangereux pour les perspectives de censure et d’appauvrissement linguistique qu’il ouvre. Avec lui plane le spectre de l’administration orwellienne. D’autre part, il n’est pas du tout certain qu’il fasse rapidement consensus dans la population. Et il y a gros à parier que les policiers et les médecins-légistes, quand ils lanceront un avis de recherche ou autopsieront un cadavre, continueront à se référer aux vieilles catégories de races et de couleur de peau.

Osons le dire sans détour : la peur et le rejet de l’autre existent en dehors de leur nomination. Ils sont naturels à tout être vivant et mieux vaut les regarder bien en face. Ce n’est pas par la logomachie mais seulement par une éducation raisonnable et généreuse qu’on peut espérer les endiguer dans l’esprit des générations futures.

 

Jacques LUCCHESI



59 réactions


  • Jean Roque Jean Roque 6 juillet 2018 08:46

     
    DARWIN LE RACISTE : LA RACE EXISTE PAS L’ESPÈCE
     
    Le livre de Darwin s’appelle « Origine des espèces » sous titré « par préservation des races dans la lutte naturelle » , car seules les filiations comptent, la lignée, il n’y a pas d’essence de l’espèce, ni animale ni humaine, pas de forme platonicienne... d’homme « universel » comme le croit gogochon (le poulet déplumé de Diogène lancé à Platon qui cherche « l’Homme » sur la place de l’Agora).
    L’individu est réalité première (Darwin est un nominaliste) et la race seconde, l’espèce n’est qu’une formalité arbitraire de classement, une « boite » virtuelle.
    La barrière de l’espèce s’établit ensuite après maintes mutations, mais un mulet peut encore être fertile, un zèbre se croiser avec un cheval, un loup avec un lycaon.
     
     
    « Les espèces les plus dépensières d’énergie, très libidineuses comme homo crassanelus duguéiens, sont sélectionnés par le Cosmos pour son refroidissement entropique (l’Esprit du Monde Ouvert en deçà de l’horizon galactique a trop chaud). Ainsi un bobo gogocho dépense au kg 10000 fois plus d’énergie que le Soleil ...si ... si... faites le calcul (1)
    [...]
    La loi de Lotka-Volterra de 1925, sur l’évolution des prédateurs-proies (colon-souchien), dérive statistiquement de cette 3ème loi de la bobodynamique de Nernst, appliquée à la zoologie pithécanthropienne, et fut prouvée mathématiquement en 2003 seulement par le chat Dewar. Ainsi pour refroidir, le Cosmos sélectionne l’espèce la plus dégénérée qui change d’Iped tous les 6 mois, bientôt ... 6 jours ... maximisant la dépense d’énergie conne. C’est écrit dans le vide quantique.
    Sans les fenêtres ouvertes de l’horizon galactique où sont balancées des galaxies de trop, le Cosmos serait resté soupe de plus en plus étendue mais stable à entropie fixe (un condensat quantique, c’est à dire le Chaos grecque). Mais en larguant des galaxies, il peut s’organiser localement, et avec les bobos se condenser en débilités locales planétaires au milieu du vide sidéral gogocho. »
     

    ‘Le modèle mathématique du bobo’ W.H Nernst (Nobel qui eut l’intuition de la théorie quantique avec Planck et le chat Schrödinger) 
     
     
    Réponses (1)
     
    FLUX ENTROPIQUES COMPARÉS (dégradation de l’énergie) :
     
    SOLEIL = 800W / m3
     
    HOMO SOUCHIENS = 1kW / m3
     
    BOBO GOGOCHONUS = 150kW /m3


  • Clocel Clocel 6 juillet 2018 09:19
    Après, on fera les sexes et les genres ?

    Qui a dit que le mouvement perpétuel n’existait pas ?

    Pendant ce temps, dans les salons obscurs de Babylone se décident le destin des pourfendeurs d’anus de diptères, qui n’auront, comme d’habitude, qu’à le subir...

    Ita est

    • Yanleroc Yanleroc 6 juillet 2018 09:37

      @Clocel,


      Un député Allemand énumère 60 Genres, pour « introduire » son discours..

    • Clocel Clocel 6 juillet 2018 09:52
      @Yanleroc

      C’est « amusant »...

      A deux générations de là, ils collaient une étoile rose à tout le monde et les envoyaient dans des camps se faire bouffer par les chiens.

      Mais bon, l’Histoire n’étant plus apprise ce genre de clown peut parader dans un silence religieux, voire donner à ses voisins, moins « supérieurs », des leçons d’humanité...

      Le sort du peuple grec est là pour nous rappeler ce qui se dissimule derrière les discours lénifiants des relaps.



  • Étirév 6 juillet 2018 10:38

    La guerre éternelle des mots est aussi futile qu’inepte.
    Ce n’est évidemment pas en supprimant un mot mis sur un fait avéré que cela en fait disparaitre la Vérité.
    C’est être bien orgueilleux et surtout bien ignorant que de penser cela.
    L’Histoire bien comprise nous apprend que toutes les races sont autochtones ; La race blanche habitait l’hémisphère boréal parce que c’est là qu’elle était sortie de la végétation boréale qui avait été son état embryonnaire. Une race noire, plus ancienne, était sortie de la végétation tropicale d’Afrique et d’une partie de l’Asie. La race rouge, moins connue, s’était développée sur les hautes montagnes de l’Amérique du Nord. Cette race avait possédé l’hémisphère occidental, pendant que la race jaune possédait l’oriental.
    Quel mal y a t-il à dire les choses telles qu’elles furent ou qu’elles sont, à part pour celui qui souhaite, sciemment, niveler l’humanité au niveau de sa médiocrité et de l’ignorance des masses ?
    Rappelons néanmoins que, souvent, tous les acteurs d’une dispute partent du même point de départ et vont vers le même but et la querelle qui les divise ne réside que dans les mots.
    Cordialement.


  • Christian 6 juillet 2018 11:21
    Les scientifiques qui viennent avec leur démonstration du génome identique ne veulent pas comprendre que la question n’est pas là, le mot race désigne simplement des différences de couleur et de morphologie dans le monde animal, humains compris. Un teckel est différent d’un saint-bernard.
    La nature, pour éviter de dire Dieu, a fait en sorte de ne pas tout unifier, ceci afin de répartir la vie. Si tout était semblable cela ne se serait pas fait. La Bible le montre avec l’histoire de la tour de Babel.
    Maintenant le pus grand antagonisme entre humains ne vient pas de la différence de couleur ou de morphologie, donc de race, mais bien plus de la différence de culture et de religions et aussi de sens musical et de langage.
    Mais il y a mieux. Le mot race peut aussi avoir été utilisé dans un concept non seulement antiraciste mais pire, anti nazi. En effet, en Suisse, dans les années 30, le gouvernement a institué le principe de la Défense spirituelle, ceci afin de lutter contre, entre autres, le nazisme. Et ce principe était le suivant :
    « Le concept de la Suisse, n’est pas né de la race. de la chair mais de l’esprit »

    En supprimant le mot race et en gardant celui de racisme, on ne fait que détourner ainsi le sens de racisme en ne désignant plus seulement une couleur ou une morphologie, mais plus globalement toute appartenance d’un groupe humain différent du notre, par exemple racisme anti : jeunes, vieux, blancs, noir, riches, paysans (bouseux...) etc...

  • gnozd 6 juillet 2018 11:30
    Avant on disait « espèce » humaine, et le mot race désignait les différences physiques liées à la géographie.
    C’était pratique.
    Maintenant, on va parler de race humaine. Ok.
    Mais certains vont remarquer qu’il existe de « types » physiques différents, liés à l’origine géographique.
    Rien de bien méchant.

    Sauf qu’il y aura des connards qui seront typistes !



  • foufouille foufouille 6 juillet 2018 12:03
    « Toutes se fondaient au sein d’une même espèce, dans une parfaite absence de barrières à l’inter-fécondité. »
    pas tout à fait, certains couples ne pourront avoir d’enfants sans la science. deux rhésus opposés, femme -, ne pourront pas avoir plus d’un enfant sans aide médicale.


  • Milka Milka 6 juillet 2018 12:40

    Comme par hasard les races n’existent plus quand on décide de l’invasion de l’Europe par L’Afrique.

    Plus c’est gros mieux cela passe...
    99,99 % ne veut pas dire 100 %. C’est dans le 0,1 % que la différentiation s’effectue.
    Après tout dépend de ce que vous mettez dans ce 0,1 %. Là, il y a débat et il n’est pas tranché scientifiquement. Car on veut nous faire croire que tous les scientifiques sont d’accord entre eux. 
    Là réside l’escroquerie ! 

  • hunter hunter 6 juillet 2018 13:37
    S’il n’y a plus de races, donc il n’y a plus de racisme !

    Donc je peux continuer à insulter les muzzs, à écrire « bougnoule » (d’ailleurs ça ne désigne pas un appartenant à une race, qui n’existe plus), donc pour ma part, ça me convient !

    Adishatz

    H/






    • gnozd 6 juillet 2018 14:10

      @hunter


      D’autant plus que muzz, c’est pas une race, donc on peut y aller franco !

      (et quand je dis franco, c’est sans aucune arrière-pensée, je dis ça pour nos amis ibères)

    • hunter hunter 6 juillet 2018 18:17
      @gnozd

      Exact, muzz c’est pas une race ! Et de toute façon, il n’y a plus de races .....

      Et bougnoule ça va aussi, quoique je me suis fait sucrer des tonnes de messages sur d’autres fils, parce que j’avais utilisé ce terme.

      Et tafiole, c’est pas une race non plus....donc tafiole c’est bon aussi non ?

      Adishatz

      H/

  • zygzornifle zygzornifle 6 juillet 2018 14:10

    Haaa si tout le monde était daltonien ....


  • L'Astronome L’Astronome 6 juillet 2018 14:24
     
    Mentalité « magique » : en supprimant le mot « race » de la Constitution, prétend-on supprimer le racisme ? C’est comme si, en supprimant le mot « con », on supprimait la connerie.
     

  • Lucchesi Jacques 6 juillet 2018 14:53

    « Sauf qu’il y aura des connards qui seront typistes »...C’est exactement ça, Gnozd. Les mots permutent plus facilement que les sentiments.


  • ZenZoe ZenZoe 6 juillet 2018 16:23

    La classification des espèces est du domaine des sciences.
    Pas du tout celui de la politique et de sa corollaire l’idéologie.
    L’idéologie est mortifère et nous replonge en arrière vers l’obscurantisme..
    L’idéologie dit que la terre est plate, que le soleil tourne autour et qu’Eve sort de la côte d’Adam.
    L’déologie dit aussi que les races n’existent pas.


  • zygzornifle zygzornifle 6 juillet 2018 18:20

    Bientôt on va supprimer terroriste migrant et chômeur comme cela on sera débarrassé , le gouvernement et ses mougeons auront la conscience tranquille ....


  • berry 6 juillet 2018 22:51
    Aboubakar Fofana : comment les médias désinforment pour protéger les criminels
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1877&v=21g3pc-uiBc

  • Jonas Jonas 7 juillet 2018 00:07
    « il n’existe pratiquement aucune variation entre l’ADN de deux êtres humains pris au hasard…ils sont semblables à 99,99% »

    On pourrait dire la même chose entre un berger allemand et un chihuahua, qui ont un ADN commun à 99,7%
    Est-ce que vous prétendez que parce leur ADN est presque identique, il n’existe par de races de chien ?
    APPEL À VIRER christophecroshouplon de AGORAVOX !
    qui choisit qui a le droit de commenter ses articles, et qui doit se taire.

    • Goldored 7 juillet 2018 08:30

      @Jonas

      Ce que l’on met dans un ensemble que l’on appelle « race » est y mis de façon parfaitement arbitraire et non objective.
      Dans quelle race de chiens mettez-vous les croisements ?

    • Jonas Jonas 7 juillet 2018 18:02
      @Goldored « Dans quelle race de chiens mettez-vous les croisements ? »

      Les bâtards.

    • Goldored 8 juillet 2018 08:52

      @Jonas

      Bâtard n’est pas une race.
      Juste une description.
      Mais au fait... peut-être exactement comme le concept de race qui ne serait qu’une description simpliste... Peut-être faudrait-il creuser cet aspect des choses, non ?

    • Jonas Jonas 8 juillet 2018 13:17
      @Goldored « Bâtard n’est pas une race. »

      Comme les métis qui sont des croisements entre races.

    • Jonas Jonas 8 juillet 2018 13:21
      @Goldored « Ce que l’on met dans un ensemble que l’on appelle « race » est y mis de façon parfaitement arbitraire et non objective. »

      C’’est tout à fait objectif.
      La race est l’ensemble des traits et caractéristiques physiques communs à une population donnée, hérités et partagés sur des milliers d’années.

    • foufouille foufouille 8 juillet 2018 14:36

      @Goldored

      pour certains animaux, on peut aussi ajouter le caractère et une certaine intelligente comme pour les poules ...............


    • Goldored 8 juillet 2018 17:39

      @Jonas

      Certes, mais ces traits sont choisis de manière subjective et non objective. Mais je doute que vous connaissiez le sens de ces deux notions...

      @foufouille
      Pour les poules, on leur accordera bien volontiers cette intelligenCe. S’agissant de vous, c’est moins évident...

    • Goldored 8 juillet 2018 17:43
      @foufouille
      C’est une archive de Larousse que tu cites, gros malin.
      Va donc regarder la définition actualisée... Et fais amende honorable.


    • foufouille foufouille 8 juillet 2018 21:44

      @Goldored

      j’ai élévé des poules et donc c’est valable pour les poules. certaines races savent couver et pas d’autres, les coqs de certaines races sont tous barjots.


    • Jonas Jonas 9 juillet 2018 00:51
      @Goldored "Certes, mais ces traits sont choisis de manière subjective et non objective. Mais je doute que vous connaissiez le sens de ces deux notions..."

      La couleur de peau, les yeux bleus, les cheveux crépus, les cheveux blonds, les yeux bridés, c’est quelque chose de subjectif ?

    • Jonas Jonas 9 juillet 2018 00:57
      @Goldored « C’est une archive de Larousse que tu cites, gros malin. »

      Le Larousse a dû effectivement enlever sa définition scientifique des races suite à la mise en place de la loi Pleven. Il s’agit là d’une volonté politique de faire taire tout ce qui pourrait être en défaveur du multiculturalisme.

    • Goldored 9 juillet 2018 07:04

      @Jonas

      « La couleur de peau, les yeux bleus, les cheveux crépus, les cheveux blonds, les yeux bridés, c’est quelque chose de subjectif ? »
      Tu as du mal, hein !?
      C’est le choix de ces seuls critères qui est subjectif.

    • Jonas Jonas 9 juillet 2018 07:59

      @Goldored « C’est le choix de ces seuls critères qui est subjectif. »


      Il y en a d’autres : taille des individus, forme du crâne, forme des lèvres, etc...
      Ce sont des caractéristiques physiques que tout le monde peut constater et mesurer objectivement.
      La race est donc une réalité objective.
      C’est plus clair ?

    • Goldored 10 juillet 2018 07:46

      @Jonas
      Et bien non, puisque parmi tous ces points on n’en retient que quelques uns...


    • Jonas Jonas 11 juillet 2018 01:18
      @Goldored « Et bien non, puisque parmi tous ces points on n’en retient que quelques uns... »

      ON retient les critères qui permettent de différencier les races, tout simplement.

  • Goldored 7 juillet 2018 08:28
    « Ces différences, pourquoi une certaine intelligentsia veut à ce point les occulter ? »
    Personne ne veut occulter quelque différence que ce soit. Et il faut être menteur ou crétin pour faire croire que c’est le cas.
    Simplement, ces différences ne sont pas significative de grand chose.
    En revanche, les fachiottes cherchent systématiquement à occulter les ressemblances, bien plus nombreuses, quoi que souvent moins visible que la simple couleur de peau.

    • foufouille foufouille 7 juillet 2018 09:36

      @Goldored

      donc un asiatique ressemble à un africain noir ?


    • Goldored 7 juillet 2018 15:10

      @foufouille

      Par de nombreux points de vue, oui. Indéniablement.
      Le concept même de « ressemblance » dans ce domaine est parfaitement subjectif et jamais objectif.

    • foufouille foufouille 7 juillet 2018 16:10

      @Goldored

      tu devrais te faire soigner.


    • Goldored 7 juillet 2018 18:38

      @foufouille
      Pourquoi ? Parce que j’ébranle tes certitudes de mou du bulbe ?


    • foufouille foufouille 7 juillet 2018 19:05

      @Goldored

      en moyenne un asiatique est plus petit qu’un noir, plus mince, n’a pas un diabète spécifique aux africains, n’est pas plus ou moins noir de peau, pas les yeux bridés, le groupe sanguin sera différent, les cheveux aussi, etc.
      ce sont des faits réels.


    • Goldored 8 juillet 2018 08:51

      @foufouille

      Toujours ce qui différencie. Jamais ce qui rapproche ou ressemble.
      Pathétique de simplisme.

    • foufouille foufouille 8 juillet 2018 16:39

      @Goldored

      c’est toi qui est simpliste puisque tu ne vois aucune différence.


    • Goldored 8 juillet 2018 17:40

      @foufouille

      Et bien non, c’est bien toi puisque tu n’entraves pas le moindre mot de ce que j’explique alors que c’est d’un niveau intellectuel parfaitement accessible.
      Mais encore faut-il faire un minimum d’efforts.

    • foufouille foufouille 8 juillet 2018 21:46

      @Goldored

      c’est vrai que tu ne fais aucun effort.


    • Goldored 9 juillet 2018 07:06

      @foufouille

      Ton argumentation du genre cour de maternelle où je renvoie les reproches reçus en dit long sur ton niveau intellectuel.
      C’est la chaleur qui te fait fondre le bulbe ou tu es tout le temps comme ça ?

  • colibri 7 juillet 2018 09:49
    L’auteur oublie la race rouge .
    D’après l’historien Fabre d’Olivet qui a amassé une somme considérable de connaissance , les 4 races sont apparues tour à tour avec à chaque fois une naissance , une adolescence , une maturité ou elle était dominante , et une décadence , la dernière race à apparaitre étant la race blanche .
    D’après lui chaque race a donc dominé le monde à une époque avant d’être délogée par une autre .

  • Xenozoid 7 juillet 2018 18:42

    et dans les races non pures ? on fait quoi...ce sont des dingos ?


  • George L. ZETER George L. ZETER 8 juillet 2018 16:17

    quelle perte de temps...


  • Cadoudal Cadoudal 9 juillet 2018 01:25
    l’ancien il y a une heure

    Question raciale essentielle, fondamentale même, à qui veut comprendre, outre les problèmes de compatibilité histologique pour le don d’organes, la crise que traverse notre civilisation. Une
    raison principale à cela : la race étant une réalité biologique, elle survient (et impacte) en amont des réalités ethno-religieuses et socioéconomiques.

    Elle est la première subdivision de l’espèce humaine, bien avant la civilisation, la structure familiale ou le système politique. Prétendre analyser ces facteurs, situés en aval, sans avoir compris le donné biologique dont ils jaillissent revient un peu à jouer au commando de marine sans savoir nager


    En sociologie également, les chiffres sont éloquents : que ce soit en matière de taux de criminalité, d’alphabétisation, de stabilité des structures familiales, de réussite académique, de conduites à risques les mêmes hiérarchies émergent : caucasiens et asiatiques en haut, noirs, amérindiens et australoïdes en bas. Des chiffres qui se vérifient y-compris a) à niveau économique identique et b) quel que soit le pays et la position relative des différentes races dans le système politique.

    Exemple  : les Chinois surclassent les noirs dans tous les domaines en Chine, aux Etats-Unis, mais aussi en Afrique du Sud ou à Kinshasa. En terme de Q.I moyen, les asiatiques scorent même mieux que les caucasiens (104-106 contre 100-102 selon certaines études, y-compris parmi les immigrés récents)

    C’est exactement ce qu’a dit Watson, prix nobel pour sa découverte de l’ADN, dans sa déclaration de 2007 qui lui a valu d’être mis au pilori par la bien-pensance internationale : les multiples études, année après année, avant et après l’affirmative action, toutes corrélations faites, prouvent bien que « pas vraiment ».

    Il avait aussi déclaré que « dans la mesure où les différentes races avaient évolué physiquement en réponse à un environnement donné, il n’y avait pas de raison de supposer que leur évolution mentale ait été, inexplicablement, identique ».

    http://www.fdesouche.com/1039039-nantes-44-des-emeutiers-ont-ete-apercus-en-train-de-decouper-les-poteaux-supportant-les-cameras-de-surveillance


    • Goldored 9 juillet 2018 07:08

      @Cadoudal
      Une argumentation inepte, ascientifique et parfaitement digne du docteur Mengele.


    • Ouam Ouam 9 juillet 2018 16:02

      @Goldored

      Bjr,
      Tu fais bien de parler de Mengele dans les notions de races....
      Peut etre oublié ton histoire contemporaine ?
      Rappelles nous vite fait l’hidélogie hitlerienne national socialiste sur ce point.
       
      Ce n’etais pas d’abolir la « race » en en créant une unique(*) et en eradiquant toutes les autres ?
      (*) Cad l’arienne.
       
      Parfois il faut faire attention avec les exemples que l’on prend pour répondre à un post
      je dis ca...je dis rien....

      Ouam,

    • Cadoudal Cadoudal 9 juillet 2018 16:34
      @Goldored
      dans le New York Times, le 23 mars, David Reich – généticien à Harvard de réputation internationale – plaide pour l’ouverture d’une discussion sur la notion de « race » à travers l’analyse génétique.


      Merci pour ta contribution parfaitement argumentée au débat...

      Taubira peut réécrire l’Histoire de la Traite Négrière si ça lui chante, mais concernant la génétique ou les sciences dures, certains doutent encore de ses capacités...

  • Ouam Ouam 9 juillet 2018 02:37
    Salut Cadoudal.
    Tu à parfaitement raison de parler de Watson qui est qd meme rappellons le :
    prix nobel et de plus qui travaille sur le coeur du sujet, cad l’ADN.

    Sans partir dans quelque idélogie que ce soit, et malgré de nombreuses études, dont celle pratiquée à très grande échelle par I.Q. qui corroborent parfaitement et longtemps apres (cad en ce moment) les résultats de watson.

    Apres il est toujours possible, lors d’expériences scientifiques (démontrées par IQ ou d’autres organismes) de nier les faits, tout comme lorsque gallillée expliquais que la terre est ronde et que c’est la terre qui tourne autour du soleil, et non l’inverse comme le prétendais le clergé.

     A sa décharge et vu l’époque le clergé pouvais avoir l’excuse lorsqu’il niais les faits de ne pouvoir verifier l’information de maniere certaine et de plus de ne pouvoir reproduire l’expérience pour la certifer
     
    Ce qui est la base de toute démarche scientifique.
    Ici est bien la différence entre une approche idéologique, souvent proche du sectarisme, et celle de la démarche « scientifique » ou lorsqu’un postulat est édicté, il doit etre à minima démontré.

    Quitte bien sur à faire d’autres travauxs via d’autres methodologies, pour démontrer, ou infirmer la 1ere démarche.

    Et pour ce sujet précis, enfin jusqu’a nouvel ordre ce n’est evidemment pas le cas, puisque l’ensemble des expériences vont toutes dans le meme sens, avec bien sur les quelques % de pondération (ou demarge de tolérance) suivant l’etude.

    Je suis désolé d’etre long pour appuyer ta remarque auquel je souscris, mais il faut pour quelques lecteurs, et avoir l’analyse la plus objective possible, dans de telles questions avoir les démarches scientifiques les plus justes.

    A l’inverse tous les délires et interprétations vaseuses et non etayées de celui qui crie le plus fort deviens verité...

    Et bien sur que l’evolution d’une espece, race, on appelle cela comme on le veut, est dans son évolution due à de multiples facteurs, p ex souvent plus l’environnement est rude, plus l’espece doit faire preuve d’intelligence pour survivre, ceci est peut etre ? un erzats d’explication sur l’inégalité des peuples

    Le rationnel versus le religieux peut aussi expliquer beaucoup de choses sur un temps long

    Et meme à travers une race (ou ethnie ou etc...) smiley
    Bref certains politiciens, pourtant « whites » ne sonts pas dotés hélas de la meme quantitée de neurones, ou alors les utilisent tres mal, car de penser ou d’imaginer qu’il suffit de casser un thermometre pour en invalider sa température est proche de la folie pure.
     
    D’ou ma remarque sur a vox que la france, pourtant ex pays des lumières evolue vers un hopital psychiatrique géant à ciel ouvert ou le le grand n’importe quoi a pris le pas sur le rationnel et l’objectif sans parti pris.

    Ouam (Lamentable 2)

  • arthes arthes 9 juillet 2018 08:22

    Donc le concept race consiste à subdiviser l espèce humaine ?


    Dans le fond il peut s employer à l infini pour subdiviser : race de riches, race de pauvres, race de patrons, race de prolo, race de breton, de corses, parigots et rats des villes et rats des champs...Race de femelle, race de male, race de pd..

    On n en finit plus pour les subdivisions si il s agit du seul moyen d observer nos différences .

    Pour simplifier, il est remarquable que l histoire de l humain tel qu’ il se présente sur la planète débute avec homo sapiens : Celui qui se redresse , qui quitte définitivement et complètement sa posture simiesque , l homo erectus et qui se dissémine sur toute la terre.

    Nous avons tous en commun d être des êtres humains et comme venant de cet ancêtre.
    Pour moi il y a le genre humain reparti en ethnies, cultures, aux sensibilites et capacités physique et intellectuelles différentes selon les endroits du globes .

    Il est plus intéressant de s attacher à étudier et comprendre nos différences qu’ à vouloir les gommer par idéologie .

    Mais la notion de race à mon sens entre dans l idéologie quant elle dresse une barrière qui sépare les hommes en leur faisant perdre de vue qu ils appartiennent à la même souche , qu ils sont humains, et c est la seule chose pourtant qui puisse rapprocher les hommes : puiser une fraternité dans la libre conscience de sa propre humanité.. 


    Mais , retirer le mot race est inutile, démago, c est certain, pfff.












    • Ouam Ouam 9 juillet 2018 16:11

      @arthes

      « Mais , retirer le mot race est inutile, démago, c est certain, pfff. »
      Merci pour ton intervention.

      Et le but est bien la, de creer l’illusion de l’ homme universel (enfin surtout la notion de) pour y gommer toutes les différences culturelles qui vont avec.

      Mais bien sur en se gardant soigneusement bien d’eradiquer celle des classes.

      Le but final est bien ici de la suppression du mot ’race’ (l’idéologie quii va avec et à laquelle elle sert de « support »).
       
      Parfois il est salutaire de regader loin devant pour comprendre ce que l’on veut nous faire avaler,
      lorsque l’on conduis, si on est les yeuxs rivés sur le compteur, on ne percoit pas le danger plus loin.

      C’est pour cela que je ne crois pas que cela soit juste « démago », il faut comprendre les buts de ces manipultions au bout pour en decrypter leurs sens.

      Je te salue bien bas.



Réagir