mardi 17 novembre 2020 - par Dr. salem alketbi

Lecture sur le résultat de l’élection américaine

JPEG

Le résultat de l’élection présidentielle américaine a été interprété sous différents angles selon les gouvernements et les observateurs. Les angles de vue varient en fonction des intérêts et des priorités de chaque parti en ce qui concerne les positions, les politiques et les stratégies des États-Unis.

Cela explique amplement le contraste frappant dans la réception des conclusions de ce scrutin. Il y a eu de la satisfaction, de l’anxiété, voire de la théâtralisation du processus électoral américain en disant que c’était une «  pièce de théâtre  » ou de tels qualificatifs qui ne s’appliquent pas au combat électoral le plus acharné de la planète.

Objectivement, les résultats de cette course électorale sans précédent en termes de circonstances et de nature du conflit politique qu’elle a connu sont révélateurs de quelques éléments.

Premièrement, le bilan de ce vote représente un coup dur pour l’industrie des sondages d’opinion dans un pays que beaucoup d’études et de recherches décrivent comme le plus démocratique du monde. Les sondages n’ont hélas pas permis de prédire l’issue des élections, bien qu’ils aient donné la préférence au président élu Joe Biden dans la plupart des cas.

La raison en est simple : la majorité des sondages ont donné à Joe Biden une avance remarquable de 512 points. Ceci signifie que la course serait décidée par une confortable majorité.

Cela ne s’est pas produit. Les résultats restaient serrés durant de nombreux jours en attendant le décompte des voix dans les «  swing states,  » où les deux candidats avaient des différences minimes, à l’exception de certains États où le président Trump a obtenu une majorité assez nette.

Publicité

Ce n’est pas la première fois que les sondages se trompent sur le résultat de l’élection présidentielle américaine. Un grand échec s’est dessiné en 2016, lors du tour de scrutin d’Hillary Clinton contre Donald Trump.

Ce sont des indicateurs qui invitent à revoir les règles et les normes de conduite des sondages et à combler leurs lacunes. C’est particulièrement vrai pour l’électorat indécis, ainsi que pour la partialité des intentions de vote et les tendances réelles, car les nouveaux répondants donnent parfois des opinions différentes de leurs véritables orientations.

Une telle sorte de désinformation est difficile à détecter ou à éviter. Mais il faut un processus statistique et scientifique qui renforce la crédibilité des résultats des sondages, car cette grande industrie est l’un des chevilles ouvrières dont repose le processus démocratique en Occident.

Deuxième point : le statut du président Trump ; il est difficile de dire qu’il s’agit d’un phénomène passager dans la vie politique américaine. Environ la moitié des électeurs américains ont voté pour le président Trump. Autrement dit, ils soutiennent à la fois ses attitudes, ses positions et ses points de vue sur la politique intérieure et étrangère.

On peut donc parler d’une tendance croissante chez les électeurs américains qui, par la suite, chercheront un remplaçant au président Trump lors de toute élection future. Sa popularité a également contribué au score des républicains lors des élections sénatoriales. Voilà une question intéressante pour ceux qui estiment que le président Trump est un phénomène temporaire ou exceptionnel dans le paysage politique américain.

Toutes les analyses qui disent qu’il n’a pas su gérer les politiques intérieures et étrangères au point de subir une défaite écrasante ont été rejetées. Ce qui s’est passé, c’est qu’il est resté un concurrent solide et même un gagnant potentiel pendant cinq jours où tout le monde a retenu son souffle en attendant le verdict final de cette incroyable rencontre.

La leçon à en tirer est que le monde doit se préparer à une nouvelle Amérique dans les décennies à venir. Les positions de Trump sur les institutions et les accords internationaux pourraient se répéter.

L’approche isolationniste américaine n’a pas pu être prolongée par la perte de cette élection par le président Trump. Mais l’isolationnisme est ancrée dans la pensée politique américaine et a de nombreux partisans au sein de l’élite politique et parmi les Américains ordinaires. En effet, il y a maintenant ce que l’on peut décrire comme le courant trumpien au sein de la politique américaine, surtout au sein du parti républicain.

Publicité

Le troisième point porte sur l’idée que le président élu Biden renoncerait à toutes les politiques du président Trump et reviendrait à une approche politique similaire à celle de l’ancien président Barack Obama, à qui il a servi de VP. L’idée est romanesque et renvoie à un vœu pieux et non à la réalité.

La raison est simple : chaque président a sa propre empreinte, même s’il est un ancien vice-président. Avant, Biden devait s’engager à respecter la ligne politique tracée par le président, et non par lui. Par ailleurs, de nombreux développements ont eu lieu et la question n’est pas aussi facile que certains l’imaginent.

Le nouveau président ne peut pas annuler toutes les décisions de l’ancien président d’un simple trait de plume. Il y a des intérêts stratégiques de la superpuissance et des institutions constitutionnelles qui contrôlent et influencent les politiques.

Ce serait compliqué pour un président d’aller au-delà des lignes rouges tracées par les institutions de sécurité nationale pour protéger les intérêts nationaux. On peut imaginer qu’il y a des stratégies définies par les institutions et des tactiques que chaque président adopte suivant son approche politique.

Par exemple, nous savons que Trump et Biden adoptent la même position sur la menace nucléaire iranienne. Cependant, leur tactique pour circonscrire cette menace diffère.

Trump a joué la politique des sanctions maximales et Biden a promis de retourner à l’accord nucléaire. Mais la certitude est que ce dernier ne reviendra qu’avec de nouvelles conditions et des négociations qui permettront de contenir ce danger.

Les tactiques divergent et la stratégie concorde. Cela n’empêche qu’un président puisse laisser des marques distinctives, comme le retrait du président Trump de certains accords et traités internationaux tels que l’accord de Paris.

Mais je suis sûr que de telles décisions sont prises en accord avec les institutions de sécurité nationale, dans le cadre de manœuvres politiques à long terme visant à obtenir des concessions ou à atteindre des objectifs stratégiques.



11 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 novembre 2020 11:44

    Les globalistes ont réussi à revenir aux manettes non pas en bourrant le urnes comme le disent Trump et ses partisans isolationnistes, mais en lui envoyant dans les pattes un piège sanitaire qu’il n’a pas vu arriver ! C’est l’argument « incompétence face au Covid » qui a fait la différence chez les électeurs.

    Conséquences pour nous :

    1. les dégâts collatéraux du grand « reset » à base de Covid sont encore plus désastreux dans les colonies que nous sommes que pour les citoyens étasuniens
    2. la bande de mondialistes vainqueurs nous fera encore mins de cadeaux que Trump : ils vont nous saigner à blanc avec des traités commerciaux multilatéraux.

    La lecture du résultat des élections présidentielles américaines, c’est surtout qu’elles sont une parfaire illustration de la thèse de Naomi Klein,«  La Stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre (2007) ». Avec cette élection, les plus gros groupes transnationaux (corporates) ont définitivement pris le dessus sur les états, à commencer par leur maison mère, les USA qu’ils n’utilisent plus que pour sa puissance militaire, à travers l’« état profond » que Trump disait vouloir éradiquer. 


    • Emohtaryp Emohtaryp 17 novembre 2020 13:49

      @Séraphin Lampion

      Soyez prudent Séraphin, contrairement à l’éructation de la meute des chiens de garde médias fake news et leurs thuriféraires, rien n’est encore joué en réalité....

      Ceux qui ont déjà fait « allégeance » sur un bidon vide risquent très gros sur ce coup, et pour le coup !

      Soyons patient, poubelle la vie n’est pas encore à la fin du scénario.

      Wait and see...


    • robert robert 17 novembre 2020 18:58

      @Emohtaryp
      plus le mensonge est gros, plus il a de chances d’être avalé, un petit coup des schnaps pour le pousser
      signé : Hermann


    • Super Cochon Super Cochon 17 novembre 2020 22:09

      .

      FRAUDE massive ! ..... Regardez le pourcentage de votants par États !

      .
      .

      Nevada ......... 125 %

      Pennsylvanie ....... 109 %

      Minnesota ........... 107 %

      Caroline du Nord ........ 106 %

      Wisconsin ........ 105 %

      Michigan .......... 105 %

      Arizona ........... 101 %

      .
      .

      VIDEO — Voir les tableau des résultats à partir de 8,30 minutes

      .

      https://odysee.com/@Vivresainement:f/fraude-massive-aux-elections-americaines-censure-youtube:2

      .


    • Super Cochon Super Cochon 17 novembre 2020 22:09

      .
      .
      PREUVES de Fraude à grande échelle !
      .

      353 comtés américains dans 29 États ont un taux d’inscription des électeurs supérieur à 100%.

      .

      Judicial Watch, une organisation américaine dont les activités consistent à surveiller les activités du gouvernement américain, en s’aidant principalement de l’appareil judiciaire, a mené en septembre de cette année une étude dont les résultats ressortent à l’occasion de cette élection présidentielle.

      .

      L’étude a porté sur seulement 37 États, ceux ayant une mise à jour régulière de leurs fichiers ! Dans 29 de ces États, 353 comtés auraient à eux tous 1,8 million d’électeurs inscrits de plus que le nombre de citoyens en âge de voter. Huit de ces États ont même un taux d’inscription dépassant 100 % : Alaska, Colorado, Maine, Maryland, Michigan, New Jersey, Rhode Island et Vermont. Des États, cependant, où les deux candidats ne sont pas au coude à coude (sauf le Michigan, où la fraude semble importante).

      .

      Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que des bulletins de vote surnuméraires aient été envoyés aux listes électorales.


    • Super Cochon Super Cochon 17 novembre 2020 22:10

      .
      .
      VOICI le Lien pour ceux qui souhaitent suivre heure par heure les informations qui sont censurés par les Médias « Français » !
      .
      .
      https://www.egaliteetreconciliation.fr/L-election-americaine-en-direct-partie-3-la-bataille-judiciaire-61698.html

      .
      .


  • phan 17 novembre 2020 13:53
    On attend la lecture des résultats des élections dans les pays des frérots et des salafistes : Arabie saoudite, Oman, Koweït, Bahreïn, Émirats arabes unis et Qatar.

  • franta 18 novembre 2020 09:52

    ce dr ne sait pas que ce n est pas fini ? il adore écrire c est un dr, mais il doit revoir son devoir c est pas fini a l heure actuelle en date du 18 novembre TRUMP a 234 voix contre 214 a Biden pourquoi  les médias le déclarent ils déja élu ? Trump va gagner Georgia  le 20 novembre ....reste le wiscounsin et le Michigan....
    pourquoi les médias ont il déclarés Biden élu ils n ont pas le droit se sera fait  fin novembre ou début décembre  avec le vote des grands électeurs


  • pierrot pierrot 18 novembre 2020 10:31

    Les Américains se déterminent principalement pour des caus internes comme certes la pandémie covid-19, mais aussi le coût de la santé trop cher et élitiste, le coût pour étudier trop cher, l’emploi, les inégalités choquantes... et quasiment pas pour des raisons de politique extérieures.

    Là le programme de Joe Biden est très différent de celui de Trump.


  • pierrot pierrot 18 novembre 2020 10:35

    L’ignoble individu Trump ne reconnaîtra jamais sa défaite comme certains soldats japonais cachés dans la brousse de certaines îles du Pacifique 30 ans après la fin de la guerre.

    Mais cela a aucune importance, qu’il reconnaisse ou pas sa défaite, le jugement sera prononcé en faveur de Biden le 8 décembre.

    Trump n’en a pas fini avec la justice pour ses affaires de fiscalité, agressions sexuelles et viols entre autres choses.


Réagir