samedi 4 avril - par Philippe Khalfine

Les différentes réponses contre la crise du Covid-19

Cinq facteurs pourraient rendre inutile une injection de plusieurs milliards de dollars en réponse à la pandémie.

Les politiciens européens préfèrent parier sur une fin rapide de la crise pandémique. C'est pratique. Cela crée l'illusion de contrôler la situation. Les dirigeants européens se sont pourtant déjà trompés en sous-évaluant d’abord, sa dangerosité, puis, en ne mettant à temps les premières mesures. Maintenant, ils font une erreur encore plus grave, en ignorant la menace d'un conflit nucléaire qui pourrait déclencher une pandémie de coronavirus. L'Europe possède des armes nucléaires qui échappent au contrôle de ses dirigeants et le monde cherche inexorablement un point de non-retour potentiel.

Premier point :

Selon l'Université Johns Hopkins, le nombre de personnes infectées par le coronavirus aux États-Unis a atteint 82 404. En comparaison, 81 782 cas ont été signalés en Chine depuis le début de l'épidémie. En Italie, épicentre européen de la pandémie, le chiffre est actuellement de 80 589. Ainsi, les États-Unis occupent désormais la première place dans ce triste classement.

Donald Trump a expliqué que les États-Unis « ont effectué plus de tests qu'aucun autre pays au monde ». La logique est claire, mais le résultat ne change pas, la situation aux États-Unis se détériore, et les habitants sont devenus très actifs dans l'achat d’abri atomique.

Deuxième point :

Il peut sembler qu’une puissance aussi développée soit difficile à briser par un coronavirus. Mais ce n'est pas le cas. La pandémie est une nouvelle page de l'histoire humaine. C'est une page vierge. Tous les pays commencent à le comprendre, mais certains semblent faire des erreurs stratégiques.

Publicité

Par exemple, une de ces erreurs est, comme vous le savez, que le Sénat américain a approuvé l'allocation de 2 billions de dollars pour soutenir l'économie dans les conditions de prolifération du coronavirus. De telles mesures ont déjà été prises en 2008. Ensuite, les mesures anti-crise annoncées par le gouvernement américain s'est élevé à 2,25 billions de dollars.

Il faut admettre que l'économie mondiale n'était pas prête à un tel choc. Soit dit en passant, le Kremlin n'a pas jeté de l'argent sans réfléchir. Certains peuvent considérer cela comme une avarice, une incapacité à fournir de grosses injections d'argent. D'un autre côté, personne ne peut dire maintenant si les États-Unis et l'Europe seront capables de conserver l'économie avec leurs propres méthodes. Si les États-Unis allouent 2 000 milliards de dollars à cette fin, alors avec les prêts de la Fed, le montant total de l'aide sera de 6 000 milliards de dollars. Est-il logique de se demander dans combien de temps les poches de l’oncle Sam seront vide ?

Le Kremlin préfère prévenir que guérir. Cette approche a déjà permis d'éviter la propagation du coronavirus en Russie. Depuis janvier, Vladimir Poutine a déjà fermé ses frontières avec la Chine et la Mongolie, restreint les voyages en avion, suspendu la délivrance de visas et, depuis le 20 février, a complètement interdit aux citoyens chinois d'entrer en Russie. Désormais, la situation épidémiologique en Russie est enviable. Il n'y a que 1 036 personnes infectées et 3 décès. Et cela donne à Moscou un avantage rentable.

Troisième point :

C'est chacun pour soi. Armés de cette ancienne règle, les États-Unis et les pays de l'Union européenne sont passés au confinement. La solidarité n’est déjà plus de rigueur. L'Italie est un brillant exemple de la fragilité des idéaux européens. Tout récemment, le monde a été choqué de voir des Ukrainiens rencontrer leurs concitoyens évacués de Chine. Ils ont été lapidés, et des barricades ont été construites sur les routes afin de les bloqué. C'était une gêne pour la nation. Mais ce que les pays occidentaux ont fait est une honte aux proportions sans précédent. Priver un État souverain de la possibilité d'acheter du matériel médical lors d'une pandémie est comparable à la collusion de Munich, lorsque la Grande-Bretagne et la France ont conclu un accord avec Hitler, lui donnant des Sudètes.

Ce que la Russie a décidé de faire pour aider porte gravement atteinte à la crédibilité de l'UE. Mais cela frappe encore plus l'autorité des États-Unis. De toute évidence, maintenant, Washington n'a plus qu'à regarder, impuissant, la Russie déployer des forces militaires dans un pays de l'OTAN, et de manière absolument légale. Il regarde la Russie fournir des médicaments au Venezuela et à l'Iran qui se noieraient dans une pandémie en raison des sanctions américaines. Les Russes remportent avec succès le titre de bon gars, augmentant ainsi leur influence sur la scène mondiale.

Pékin fait de même. Après s'être remise de l'épidémie, la Chine a commencé à rattraper rapidement son retard. Alors que les États-Unis creusaient leur tombe, le monde tournait son regard vers l'Est, comptant sur l'expérience des pionniers dans la lutte contre le coronavirus. La Chine est heureuse d'offrir son aide, tout en préparant sa propre rampe de lancement là où elle était difficile à atteindre à cause des États-Unis. Là où le Coronavirus est vaincu, les Chinois peuvent facilement conquérir de nouveaux marchés, supplantant les États-Unis affaiblis.

Quatrième point :

Washington ne peut pas répondre pleinement aux actions de ses opposants stratégiques. L'administration américaine est contrainte de dépenser des ressources pour lutter contre la pandémie sur son territoire. Cette situation ressemble à une guerre à part entière, et il n'y a pas eu de guerre sur le sol américain depuis 155 ans. Il est possible de faire beaucoup d'exercices, d'élaborer de nombreux plans, mais cela n'a aucun sens sans expérience réelle. Les Américains ne l’ont pas. Les Américains ne savent pas à quoi ils ont affaire. Alors que certains se cachent chez eux, d'autres sortent délibérément, car ils ont le droit constitutionnel de le faire. Les autorités ne peuvent pas répondre à cela sans modifier les normes démocratiques.

Publicité

Mais ils peuvent se préparer au pire. Selon le journal « Newsweek », le Pentagone a déjà ordonné de préparer la mise en œuvre d'un « plan militaire top secret au cas où le gouvernement s'effondrerait à cause du coronavirus. En fait, c’est un plan pour parer un cas d'invasion armée du territoire américain et comprend une stratégie pour éliminer les conséquences de la guerre nucléaire.

Dernier point :

Dans le contexte de tout ce qui précède, une déclaration a été faite par le député allemand Waldemar Gerdt. Il a déclaré que les négociations avec les États-Unis concernant le retrait des armes nucléaires d'Allemagne n'avaient pas abouti.

« Les armes n'ont pas été retirées car l'Allemagne est en fait toujours un pays occupé. Les Américains utilisent leur position comme ils l'entendent », a-t-il admis.

Conclusion :

Maintenant, il suffit de rassembler les cinq facteurs. Lorsque toute l'administration américaine se cache dans des abris anti-atomiques, du point de vue international, les États-Unis signent un verdict politique.

"Le plus grand membre de l'OTAN s'est rendu face au Coronavirus", seront les gros titres des médias.

Mais les élites américaines sont-elles prêtes pour un tel résultat ? Sont-ils prêts à admettre leur défaite ? Le coronavirus, la Chine et la Russie accapareront les États-Unis, et nous savons tous très bien ce que fait la bête acculée. Il faudrait des étincelles, la moindre menace, provocation ou accusation politique pour provoquer une guerre nucléaire.

C'est le pire scénario possible. C'est difficile à admettre, mais c'est possible quand il n'y a rien à perdre.



12 réactions


  • The White Rabbit The White Rabbit 4 avril 16:45

    Entre Bravo , Néant et vous , nous avons l’embarras du choix concernant la propagande russe sur Agogoravox.

    Enfin surtout l’embarras par saturation. smiley


    • velosolex velosolex 5 avril 00:34

      @The White Rabbit
      Ouai, très marrant de lire un tel article digne de pif gadget, mais sans gag à la fin. 
      L’auteur formate la pandémie selon les vues du Kremlin, qui aurait lui domestiqué le fauve. Quelques touches perfides sur l’armement atomique de l’UE en oubliant les stocks pourris de la mer de Baltique. On charge un peu aussi Trump, on se fait plus cool avec la chine. 
      Une photo d’un ville à la ramasse, dont on s’étonne ne pas voir la tour Eiffel. 
      La propagande demande un certain talent. Eviter d’abord les tenues de treillis de libérateur du peuple. Je dis ça pour Néant la bien nommée aussi qui m’a interdit de réponse. Je lui avais reproché d’être « embeded ». Elle a cru que je lui reprochai de coucher...Loin de moi pareille idée.
      Le terme « embeded » fait référence à une forme journalisme, au sein des forces armées, comme il avait été fait par les us lors de la guerre d’Irak...Un minimum de talent en langue est apprécié pour la propagande. Quant à Bravo, que je n’applaudis pas non plus, j’ai vu en modération hier, carrément quatre articles à publier, l’un derrière l’autre, faisant penser à un stakhanoviste du verbe. 


    • The White Rabbit The White Rabbit 5 avril 09:04

      @velosolex

      Oui la propagande demande du talent et de la finesse.
      Comme beaucoup d’agoranautes je suis également censuré chez Néant qui se retrouve presque sans commentaire sauf un fidèle supporter qui n’écrit d’ailleurs exclusivement que pour elle.

      Ces trois auteurs pourraient publier à tour de rôle, ça passerait mieux car leur propagande serait plus diluée. Mais ils préfèrent la vieille méthode du matraquage quasi quotidien au détriment de la qualité.
      C’est d’ailleurs un point commun avec les militants upr qu’on croise en troupeau ici, ils sont plus habitués à la quantité.
      Concernant l’image d’illustration, elle demeure plus intéressante que le nartic. On peut y observer un taxi jaune de type new-yorkais dans une ville a l’abandon ou dame nature a repris le dessus. D’ailleurs c’est un filon à creuser l’art pictural post-moderne dans la propagande poutinienne à l’heure ou les citoyens échangent pour la plupart par tweet. C’est court et plus percutant qu’un long discours.
      Bravo quant à lui a une jolie photo et n’est pas en treillis, il est un plus malin. Bon c’est une photo d’un mannequin néo-zélandais pour une pub de Dior mais ça peut faire son effet sur la ménagère qui se serait perdue sur ce site smiley


    • velosolex velosolex 5 avril 11:52

      @assouline
      Sans doute venu de la même plate forme en ligne, du coté de saint Pétersbourg. Le niveau est bas, et sans doute contre performant.
      D’un coté je comprend. Il faut bien vivre, et se débrouiller, maintenant qu’il y a moins de social en Russie qu’aux states. La seule chose qu’à pas changé, c’est la propagande. Mais on n’est plus dans Philby, ou John Le carré. 
      On sent le boulot à la tache, comme pour le ramassage des fraises à Plougastel.


    • velosolex velosolex 5 avril 12:11

      @The White Rabbit
      Avatar choisi en rapport avec la chanson « White rabbit » de Jefferson Airplane ?
      « Feed your head, feed your head ! »
      Parfois il est bien difficile de nourrir sa tête. Ou alors dans la critique. C’est dans l’art de la rhétorique qu’on peut tenter de se construire des défenses aux mensonges. 
      Bravo est l’image inversé de néant, autant dans l’appellation enthousiaste, sensée suscité l’adhésion. Un nom sonnant latin, élégance, esprit fin, et godillots à crampons au lieu d’escarpins
      L’applaudissement sans réserve, l’esprit d’adhésion collant au pseudo, se veut prendre le contre coup de l’image de la déconstruction au néant, sur fond de balkanisation des territoires en proie à une sourde propagande terrorisme, financée par les lobbys impérialistes.
      Néant est une égérie les mains dans le cambouis, la lanceuse d’alerte, « une femme en treillis », se mettant en péril, pour nous alerter. Dernières nouvelles du Dombass.
      Il y a toujours du nouveau à l’est, avec Néant. Ses soi disant supporters se font du mouron pour elle, lui enverrait un pull. On a envie de rire. 
      Bravo flirterait avec une photo de Dior ?...Marrant. Par chance ce n’est pas avec un costume « Hugo Boss », le couturier qui mit au point les si sémillants uniformes d’officiers nazis. C’aurait été la faute à pas de chance. 


    • The White Rabbit The White Rabbit 5 avril 12:27

      @velosolex

      En effet le choix de mon pseudo fait référence à cette magnifique chanson

       smiley


  • leypanou 4 avril 18:04

    « Les armes n’ont pas été retirées car l’Allemagne est en fait toujours un pays occupé. Les Américains utilisent leur position comme ils l’entendent », a-t-il admis 

     : c’est un rigolo ce député allemand.

    Depuis quand les États-Unis sont-ils partis d’un pays quelconque sans y avoir été obligés¹ ?

    Où est-ce que c’en est d’ailleurs de l’idée de D Trump de multiplier par 4 ou quelque chose comme çà le prix de la « protection » qu’ils offrent pour des pays comme l’Allemagne ou le Japon ?

    ¹:au mieux, ils installent une marionnette aux commandes.


  • BA 6 avril 01:50

    Un article à lire absolument :


    Transmission de COVID-19 par aérosol, les implications pour la santé publique.


    "En l’absence de masques de type FFP2, le virus continuera à se propager dans nos institutions et nos entreprises."


    C’est pourquoi nous recommandons que toutes les organisations gouvernementales et privées suspendent toutes les activités qui ne sont pas absolument essentielles ou réalisées en télétravail, car en l’absence de masques de type FFP2, le virus continuera à se propager dans nos institutions et nos entreprises. Plus la taille de cette population est grande, plus la deuxième vague sera grande, et plus grand sera le risque d’engorgement de nos hôpitaux.


    Nous avons plaidé pour le respect du principe de réalité, pour l’application des mesures nécessaires de santé publique et du principe de précaution en médecine, qui nous enjoignent d’agir en nous protégeant par tous les moyens possible de tous les modes possible de transmission de COVID-19.


    Au lieu de nous couvrir les yeux pour ne pas voir cette réalité, considérée à tort comme anxiogène, prenons notre destin en main en nous couvrant la bouche et le nez aussi efficacement que possible.


    En résumé, soyons adultes et acceptons la réalité du risque de transmission par aérosol, limitons toutes activités non essentielles, utilisons tous les moyens de protection de nos voies respiratoires, du FFP2 à l’humble châle, en attendant de développer les outils pour retourner à la pleine activité, à savoir une capacité de dépistage nucléique et sérologique massive de ce virus associé à un confinement des personnes infectées, et une capacité de production locale de masques de FFP2 pour toute la population.


    https://www.lejournaldumedecin.com/actualite/transmission-de-covid-19-par-aerosol-les-implications-pour-la-sante-publique/article-opinion-47087.html



  • Lugsama Lugsama 6 avril 15:53

    C’est drôle quand on sait que Poutine est très critiqué pour avoir ignoré plus que les européens l’arrivé du virus, la propagande se moque des faits j’imagine :)


    • arthes arthes 6 avril 16:06

      @Lugsama

      Critiqué par qui ? Les européens ? Vu comment ils gèrent la crise eux même...Ma fille, à Moscou, n’a aucun mal à trouver des masques, depuis des mois, si elle veut et quant elle veut..Et en vérité, même si , lorsque son enfant est loin, on se pose des questions sur "comment cela se passerait il si elle choppait le covid 19, je ne peux pas dire qu’elle serait moins bien ni mieux prise en charge la bas où ici.


    • Lugsama Lugsama 6 avril 16:13

      @arthes

      Critiqué chez lui, par les médecins en direct à la télé... au côté de Poutine. Poutine à joué le déni pendant longtemps..


    • arthes arthes 6 avril 16:21

      @Lugsama
      Y a t il un lien, alors sur cette intervention et analyse des médecins, en direct ?
      Et avec une bonne traduction, le russe est beaucoup plus direct que le français qui enjolive, adoucie et attenue la pensée...Ce qui fait que parfois, une incompréhension sur le sens réel des mots s’opère et ...D’où ; les interprétations.
      En gros, sur le terrain, je sais que les russes sont sensibilisés depuis des mois sur le virus, mais sans l e matraquage anxiogène qui est le notre, que nous visons, o ne peut parler de déni.


Réagir