mercredi 28 février - par Dr. salem alketbi

Les Etats-Unis peuvent-ils dissuader l’Iran  ?

JPEG

La question de savoir si les États-Unis sont capables de dissuader l’Iran a été au cœur d’un éditorial du Wall Street Journal qui a soulevé cette question à la suite des attaques américaines contre plusieurs installations liées à des milices soutenues par l’Iran en Syrie et en Irak. Le journal les a qualifiées d’attaques militaires «  les plus annoncées contre un ennemi dans l’histoire », alors que les responsables américains annoncent depuis plusieurs jours d’inévitables frappes de représailles en réponse à l’attaque d’une base militaire américaine en Jordanie qui a tué trois soldats américains et en a blessé une trentaine d’autres. La recherche d’une réponse à cette question commence par la justification des attaques américaines elles-mêmes. La question la plus pressante est la suivante  : Les États-Unis ont-ils l’intention de dissuader fondamentalement l’Iran  ?

En d’autres termes, la question ne devrait pas tourner autour de l’efficacité et des capacités opérationnelles permettant d’atteindre cet objectif et de savoir si les attaques l’ont atteint ou non. Il faut plutôt se concentrer sur les intentions des administrations américaines successives qui, tout en différant dans leurs stratégies à l’égard de l’Iran, sont unies dans l’idée qu’elles ne veulent pas d’une confrontation directe avec l’Iran et qu’elles ne sont pas disposées à le dissuader. La lecture des détails de ce qui se passe publiquement et en coulisses entre Téhéran et Washington confirme que ce qui est gardé secret dans ces relations complexes va bien au-delà de ce qui est publiquement connu.

Les États-Unis et l’Iran ont mutuellement l’intention de maintenir les tensions sous contrôle permanent. Malgré les tentatives des deux parties de marquer des points stratégiques aux dépens de l’autre, on s’attend à ce que la plupart des cibles des attaques américaines ou iraniennes (clairement dirigées par l’Iran, comme le montre l’attaque de la base d’Ain Al Assad en Irak en réponse à l’assassinat du général Qasem Soleimani) se trouvent à l’intérieur des avertissements répétés de ces attaques. Cela permettra de maintenir les pertes humaines et peut-être matérielles dans des limites acceptables.

Le problème dans ces relations survient lorsque la partie américaine ou iranienne s’écarte de la norme et s’approche des lignes rouges de l’autre partie, comme cela s’est produit dans l’attaque de la base américaine en Jordanie et comme cela s’est produit plus tôt dans l’attaque surprise américaine qui a tué le général Qasem Soleimani. Le fait que cela se soit produit ne signifie pas que les Américains et les Iraniens comprennent les messages de l’autre partie de la même manière et s’accordent dans le contexte d’une petite guerre froide dans laquelle le rapport de force militaire n’est pas comparable, sans parler de la force globale des adversaires.

L’hypothèse la plus évidente est qu’il existe un accord nécessaire dans lequel l’échange d’avantages stratégiques prévaut. Cela signifie que les Etats-Unis ont besoin du comportement du régime iranien depuis de nombreuses années, comme nous l’avons tous vu, à condition qu’il ne menace pas les intérêts stratégiques américains et qu’il ne devienne pas incontrôlable.

Plus récemment, cependant, les accords d’Abraham ont changé les règles du jeu pour la partie iranienne, qui se sent désormais menacée par un isolement régional susceptible d’évoluer vers une alliance qui la mettrait dans le collimateur dans un conflit entre les fronts de la modération et la soi-disant «  résistance  » soutenue et financée par l’Iran au Moyen-Orient.

Depuis 1979, Téhéran a vu de nombreux avantages stratégiques à exprimer son hostilité à l’égard des Etats-Unis et d’Israël. Cette idéologie est la pierre angulaire de la légitimité du régime révolutionnaire iranien, qui vit depuis des décennies dans une relation incertaine avec les États-Unis. Il ne s’est jamais engagé définitivement sur cette question, mais malgré toutes les possibilités de coopération et d’alliances avec d’autres puissances internationales comme la Chine, la Russie et l’Inde, il s’accroche au fil ténu qui maintient l’espoir de relations avec Washington. Ce fil ne sera ni rompu ni élargi tant que le débat interne et idéologique ne sera pas résolu avant le débat stratégique.

A l’heure actuelle, la crainte des Américains d’une escalade militaire directe avec l’Iran est aussi grande que celle des Iraniens. Cela crée une situation qui n’est pas dans l’intérêt des Etats-Unis et encourage les mandataires iraniens à provoquer davantage les Américains et les Israéliens. Du point de vue de ces milices terroristes, il s’agit des deux faces d’une même pièce.

Les provocations ne découlent pas nécessairement directement des ordres iraniens, mais elles ne s’écartent en rien de la stratégie convenue avec les dirigeants de ces milices terroristes dociles. Ces derniers sont conscients qu’ils agissent dans le cadre convenu avec Téhéran, qu’ils ne sont pas indépendants de lui et qu’ils ne nuisent pas à ses intérêts. Cette complexité devient compréhensible lorsqu’on se rend compte de la nature des relations complexes entre l’Iran et ses mandataires. Il n’y a pas d’exemple plus clair que la déclaration de la Résistance islamique en Irak, qui a annoncé après l’attaque de la base américaine à la frontière jordanienne qu’elle cesserait ses attaques contre les forces américaines.

Il s’agissait probablement d’un ordre strict et urgent de Téhéran d’arrêter ce qu’ils faisaient, car à l’époque, les soupçons portaient sur une réponse américaine potentiellement importante qui pourrait être dirigée contre l’Iran lui-même, ce qui mettrait Téhéran dans une position stratégique extrêmement difficile vis-à-vis de ses partisans et de ses mandataires. Cela ne signifie pas que l’Iran ne souhaite pas entraîner les Etats-Unis dans le bourbier du Moyen-Orient  ; cet objectif est au centre de ses plans stratégiques. La condition préalable est toutefois qu’il n’y ait pas de confrontation directe entre Téhéran et Washington. Ce dernier serait alors impliqué dans des conflits ouverts dans toute la région, du Yémen à l’Irak, en passant par la Syrie, le Liban et les territoires palestiniens.

Dans ce contexte, Téhéran se contente de soutenir militairement et financièrement une guerre qui façonnera la région et peut-être le monde selon sa vision et ses intérêts à long terme.

En tout état de cause, le Moyen-Orient n’est plus ce qu’il était après les atrocités du 7 octobre. Le paysage géopolitique a complètement changé. Il y a des changements majeurs dont les contours ne sont pas encore totalement cristallisés. Reste à savoir comment se déroulera le conflit latent entre les axes de la modération et de la «  résistance », cherchant à entraîner les États-Unis dans une guerre ouverte qui pourrait, à terme, annoncer la fin de l’ère américaine.



7 réactions


  • zygzornifle zygzornifle 28 février 10:15

    Lol ...

    On se met a 4 pattes devant ou on les éradiques, il n’y a pas de juste milieu avec ces fous de dieu ....


  • xana 28 février 10:18

    Pourquoi vouloir dissuader l’Iran ?

    Ce que la propagande ne dit jamais...


  • njama njama 28 février 10:40

    Les États-Unis feraient bien de s’occuper de leurs fesses et d’arrêter de vouloir régenter le monde !


    • Seth 28 février 12:55

      @njama

      Faut comprendre : les vieilles fesses pendantes de Robinette n’intéressent plus grand monde alors on en cherche des plus fraîches. smiley


  • Seth 28 février 12:59

    pour traiter des rapports entre l’Iran d’une part et l’EU / UK d’autre part, il se serait bon de rappeler ce qu’a été « l’Opération Ajax » que l’oxydant fait semblant d’« avoir oublié mais pas l’Iran. Pity isn’t it ? smiley

    Or c’est après ce genre d’intrusion dans le politique d’un pays qu’il se méfie par la suite comme de la peste des »bien pensants" mal agissant se prenant pour Dieu.


  • yvesduc 29 février 06:41

    L’Iran a mené tellement de guerres d’agression ces dernières années qu’on s’en épuise l’imagination à trouver ce qui pourrait les ralentir ! (ironie bien sûr) Vous êtes vraiment impayable avec votre iranophobie compulsive ! smiley (Et vous avez beaucoup d’imagination !)


  • Pascal L 29 février 11:13

    Il est toujours commode de chercher des boucs émissaires à l’extérieur de l’oumma, mais tous ses problèmes sont bien internes. Il existe au moins une cinquantaine d’obédiences différentes dans l’islam qui sont toutes nées de conflits pour la prise de pouvoir sur l’oumma. Et chacune prétend posséder le véritable islam alors même que l’islam est né des mensonges des califes pour prendre le pouvoir. Le Coran, puis plus tard la sunnaʰ sont autant d’excuses pour justifier le pouvoir des califes et chacun y a ajouté une strate pour se justifier.

    Il faut dire que la place de calife est convoitée, le Coran plaçant subtilement le calife au niveau de Dieu lui-même. Mais un Dieu dont les 99 noms conviennent tout autant à un calife ou à un dictateur ne peut pas être Dieu car Dieu ne peut qu’être au-dessus de tous les hommes, califes compris. 


Réagir