lundi 26 février 2018 - par Luniterre

Les leçons d’Afrin : Pour en finir avec le « McDo-marxisme » !

« ...certains de ces combattants affirment eux-mêmes être "fichés S". Interrogé par France Info sur son retour en France, avant qu'il ne soit tué sur le front à Afrin le 10 février, "Kendal Breizh", un Français de 40 ans, disait vouloir rentrer l’été prochain. Il n'était pas inquiet quant à une éventuelle condamnation dans l'Hexagone pour ses activités armées. "Il y a peu de conséquences pour les gens qui ont déjà eu l'occasion de retourner [en France] pour une raison très simple : il serait un peu hypocrite de la part de la France de poursuivre des gens qui combattent avec les Unités de protection du peuple (YPG) [milice kurde, NDLR], alors qu'à quelques kilomètres d'ici les forces françaises font de même."

http://www.france24.com/fr/20180221-syrie-afrin-kurdes-litigieuse-question-retour-combattants-francais-partie2 

 

Quel meilleur aveu que les « fichés S » sont un vivier de pions disponibles et utilisables par les « forces spéciales » et autres barbouzes de tous poils de l'impérialisme français ?

 

A Afrin l'impérialisme français continue de jouer sa partie de « je t'aime moi non plus » avec son allié et suzerain US, dans l'espoir de ramasser quelques miettes du dépeçage de la Syrie.

Hélas pour ces vautours, la macabre pièce montée s'est écroulée et la hyène turque en profite pour essayer de ramasser les morceaux non seulement sous la table, mais éventuellement en montant dessus, et concrètement, à l'assaut d'Afrin, pourtant un bastion de ses alliés US... Dans le camp des alliés de l'impérialisme US tout le monde n'a pas la souplesse d'échine de la diplomatie française... Face au suzerain US, les courbettes, même jusqu'à terre, ne suffisent donc pas pour accéder aux miettes...

 Dans ce contexte nauséabond, le fait que la Russie ait quelque peu « favorisé » ce règlement de comptes « entre amis », cela se comprend aisément. S'étant, comme alliée officielle de la Syrie, portée garante de son intégrité territoriale, elle n'avait donc pas à faire de différence entre la partition déjà imposée par les forces Otanesques directement contrôlées par les USA et la France et celle effectuée par les forces, non moins Otanesques, contrôlées par la Turquie.

 Les forces kurdes, principalement visées à Afrin, quant à elles, ont préféré depuis longtemps pactiser directement avec l'impérialisme US et la France, pour s'arroger un droit d'expansionnisme sur près d'un tiers du territoire syrien, contre toute logique de leur influence ethnique réelle, historiquement limitée à quelques enclaves, même si très peuplées et assez riches, près des frontières nord.

 

 

 

Le "Rojava" aujourd'hui...

 

Ce « pacte avec le diable », en dehors du fait de se révéler évidemment illusoire, ne correspond de toutes façons en aucune manière au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, et encore moins, à l'intégrité et au droit à l'existence de la nation syrienne.

 

Le biais par lequel on a tenté de nous le faire avaler, en France, est celui qui a habilement utilisé la bêtise crasse de la « gauche » française, y compris et surtout supposée « extrême », en nous abreuvant de propagande sur la prétendue édification d'une « utopie sociale » dans ce « Rojava », hypothétique « Kurdistan syrien ». Un « Kurdistan sans kurdes » ont même pu avancer certains... Ce qui est en partie vrai, si l'on excepte, dans de vastes portions de ce territoire, les forces armées « kurdes » et les éléments d'occupation déplacés par elles.

 

En fin de compte, une « utopie sociale » qui serait créée par des forces d'occupation armées par l'impérialisme US...

Quelle « utopie », effectivement !

 Le fait que nos « gauchistes » français aient tenu à s' « illustrer » dans cette entreprise plus que douteuse en dit long sur le niveau d'élucubrations « théoriques » auquel ils en sont arrivés pour justifier de telles contorsions et même les faire passer pour le nec plus ultra de l' avant-gardisme « révolutionnaire » !!

 Mais de plus, ce qui est caractéristique et incontournable, dans cette démarche, c'est la culture du mensonge sur laquelle elle repose.

 Car très « officiellement » il n'y est jamais reconnu la moindre complicité avec l'impérialisme, même si celle-ci apparaît désormais au grand jour et publiquement, à la lumière crue des derniers événements à Afrin.

 Le discours très peaufiné de ces Tartuffes n'est jamais que celui de l'héritage « gauchiste » qui consiste à voir de l' « impérialisme » chez tous les protagonistes et à prétendre ne pas choisir. Le slogan « Ni Washington ni Moscou » ne date pas d'hier, mais aujourd'hui comme hier, il apparaît clairement que ses tenants ont non seulement choisi Washington, mais qu'il vont même jusqu'à combattre sur le terrain pour cette « cause », alors qu'à l'époque de l'URSS ils se contentaient de motions hypocrites et alambiquées pour soutenir, directement ou non, les divers supplétifs de l'ennemi des peuples...

 Mensonge, hypocrisie, certes, aujourd'hui évidente, mais on ne saurait donc parler de lâcheté, et il faut bien parler de complicité, qui n'est plus seulement « objective » mais désormais factuelle, tout simplement.

 L’indigence de l'analyse, noyée sous une phraséologie « anti-impérialiste » d'opérette révèle, comme on l'a vu, l'amplitude du reflux de la culture marxiste en France et en occident, plus généralement. 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/20/limperialisme-nest-pas-un-complot-cest-un-systeme-economique-a-la-base-du-capitalisme-mondialise/

 

 Cette indigence culturelle trouve ses racines dans la dégénérescence de la gauche française et celle-ci a déjà plusieurs générations derrière elle et son discours est entré tellement en osmose supposément « démocratique » avec le système qu'il paraît s'imposer à tous comme une évidence. Et même aux supposés « marxistes-léninistes » qui s'affirment encore comme héritiers directs du concept de « social-impérialisme soviétique » forgé à l'origine par les chinois maoïstes et colporté depuis l'époque de la prétendue « révolution culturelle » comme la formulation théorique la plus achevée du « Ni Washington ni Moscou ». Malgré le retournement avéré de la Chine maoïste du côté US, sous le masque de la "diplomatie du ping-pong", la formule continue donc de faire florès, sous la forme à peine remaniée du prétendu "impérialisme russe", dans la tête de nos idéalistes petits-bourgeois et les amène aujourd'hui au statut de chair à canon de l'impérialisme.

Il ne s'agit pas non plus d'idéaliser le rôle de la Russie contemporaine, pas plus (ni moins...) que celui de l'URSS de l'époque Khrouchtchev-Brejnev, mais de comprendre en quoi elle a retrouvé son rôle d'axe principal de la résistance de ce qui reste de bourgeoisies nationales et nationales-bureaucratiques sur la planète, et qui était déjà le sien, et encore jusqu'à sa défaite en Afghanistan.

 

(Cf. étude citée en lien ci-dessus, dont un extrait avec les chiffres essentiels, ci-dessous : )

 

**************************************

 

« ...si l’on se place du point de vue primitif d’un prétendu « impérialisme militaire », la réalité des chiffres devrait remettre les choses en proportions. Pour 2017, le budget de l’armée US représente à lui seul 40% du budget militaire total de la planète ! Et il est plus que douze fois supérieur à celui de la Russie ! Qui est lui-même inférieur à celui de la France, grande donneuse de leçons et pourvoyeuse de conflits à travers le monde, et en Afrique, notamment !

http://www.lepoint.fr/monde/budget-militaire-la-france-depensera-plus-que-la-russie-en-2017–12-12-2016-2089696_24.php

http://hist.science.online.fr/storie/politiq_incorrect/PaxAmericana/puissance-militaire.htm

La Russie a effectivement hérité du passé soviétique une industrie militaire d’un bon niveau et a réussi à la rendre à nouveau fonctionnelle, avec en réalité peu de moyens. Ce qui est simplement une nécessité pour sa survie, dans le contexte international actuel, et nullement une preuve de volonté « expansionniste ».

Ce meilleur rapport coût/efficacité est d’ailleurs reconnu et envié jusqu’au sein de l’armée US elle-même…

http://pqasb.pqarchiver.com/mca-members/doc/1868134384.html?FMT=TG

Le véritable impérialisme, effectivement, ne peut aller sans gâchis matériel, financier, et humain, en fin de compte !

Voilà donc pour l’ « impérialisme militaire »…

Quid de l’ « impérialisme financier » de la Russie ?

Si le budget militaire US représente à lui seul 40% du budget militaire mondial, il en va de même déjà simplement pour la capitalisation boursière située aux USA, qui représente donc également 40% du total mondial. Sur l’ensemble mondial des titres financiers, ce sont largement plus de 50% qui sont contrôlés par des américains…

Par comparaison, la capitalisation boursière de la Chine, son challenger, équivaut à 40% …de celle des USA, soit environ 16% du total mondial.

La capitalisation boursière de la Russie, pour sa part, représente seulement à peine 1,5% de la capitalisation US, soit aux environs de 0,006% du total mondial !

Une seule entreprise américaine, comme Apple, représente à elle seule plus du double de la capitalisation boursière totale en Russie… !

Et qu’en est-il de l’exportation « massive » de capitaux russes qui devrait être la manifestation essentielle de cet « expansionnisme » dévergondé… ?

Comparons les chiffres chinois et russes pour l’année 2016 :

La Chine a exporté en 2016 pour 183 Millards de Dollars de capitaux, et en a importé 133, soit un différentiel positif, pour l’export, de 50 Mds de Dollars.

https://www.tradesolutions.bnpparibas.com/fr/implanter/chine/investir

Cette même année, la Russie a importé en tout moins de 33 Milliards de Dollars, et n’en a exporté que 22, soit un solde NEGATIF de près de 11 Mds.

https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/File/438470

Et encore, selon la source, environ 70% de ces 22 Mds exportés le sont vers des « zones à fiscalité privilégiée », et ne sont donc pas réellement de l’investissement productif. Plutôt de l’évasion fiscale, en termes moins diplomatiques…

Autant dire, en dépit de quelques cas spectaculaires manifestement montés en épingle par la propagande médiatique occidentale, que l’ « exportation » de capitaux russes, déjà basicalement déficitaire, est donc en réalité carrément à considérer comme négligeable, du point de vue des critères qui en feraient l’expression d’un « impérialisme russe ».

Comment donc peut on considérer un pays, certes capitaliste, mais qui n’exporte quasiment pas de capitaux et dont la capitalisation boursière est des plus réduites, surtout en proportion de sa taille et de son importance géostratégique, à l’échelle d’un continent ?

Ses seules ressources économiques conséquentes reposent sur l’exportation de ses matières premières, et non sur leur transformation, et sur l’exportation d’armes, sa seule industrie réellement compétitive, à l’échelle internationale.

C’est en ce sens qu’elle se rapproche effectivement à nouveau de ce qu’était l’URSS des décennies Khrouchtchev-Brejnev, avant l’effondrement de la période Gorbatchev-Eltsine, de loin la plus noire. »

.

******************************

 

Si certains "gauchistes" français sont donc carrément "passés à l'action" en tant que supplétifs des USA, d'autres, plus prudents ou plus timorés, préfèrent encore utiliser cette rengaine "anti-impérialiste" de pacotille pour affirmer une « neutralité » toute formelle et prétendre en fait que toutes ces luttes de libération contre l'impérialisme, y compris, et voire même, surtout, contre l'impérialisme US, sont en réalité des luttes entres puissances impérialistes et ne nous concernent donc pas, sauf rare exception.

 

« Le marxisme place en priorité la révolution socialiste, et la libération nationale des peuples opprimés en découle, ce n'est pas l'objectif principal. Par conséquent lutter contre tel ou tel impérialisme parce qu'il est plus ceci ou cela n'a aucun sens. La seule perspective c'est la révolution en France, et c'est par rapport à cet objectif que doivent être évaluées le soutien à tel ou tel mouvement de libération nationale à l'étranger. » Nous écrivait récemment l'un des adeptes de cette tendance...

« Ce qui me dérange c'est cette façon de ne pas s'occuper de nos tâches ici en France à nous et d'avoir constamment le nez à regarder ce qui se passe à l'autre bout de la planète comme si la tâche la plus urgente n'était pas l'organisation des révolutionnaires marxistes en France et rien d'autre. »

N'hésitait-il pas à préciser dans un mail suivant, invoquant donc cette formule ancienne, telle que lutter sur place contre son propre impérialisme, indépendamment de ses implications internationales et autres connivences avec l'impérialisme US, cela suffirait donc à remplir nos devoirs de supposés internationalistes et anti-impérialistes...

 

Alors qu'on le voit partout, et notamment en Syrie, l'impérialisme français suit comme un petit chien l'impérialisme US et parfois même, le précède ou le remplace, sur ce qui reste de ses chasses gardées « françafricaines ».

Ce que nous montre Afrin, c'est aussi que l'organisation de la solidarité avec les luttes de résistance anti-impérialistes à travers le monde, que ce soit l'impérialisme français ou US à la manœuvre, c'est bien un devoir de solidarité qui n'est pas vain, mais contribue, au contraire, à affaiblir également notre propre impérialisme et à préparer les conditions de la Révolution en France.

 

De plus, compte tenu des mouvements migratoires induits par toutes ces guerres impérialistes, la solidarité anti-impérialiste, et notamment contre l'impérialisme US, principal fauteur de guerres à travers le monde, a un fort potentiel unificateur par rapport au phénomène de communautarisme qui divise actuellement le prolétariat en France.

A nous de combiner cette solidarité avec les objectifs de lutte à priori plus « locaux » en France...Cette solidarité répond évidemment d'abord à des impératifs économiques et géo-économiques et contribue donc à l'affaiblissement global de l'impérialisme, y compris le nôtre, ce dont nous avons besoin pour avancer, selon le principe marxiste :

« Un peuple qui en opprime d’autres ne saurait être libre.  »

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/22/un-peuple-qui-en-opprime-dautres-ne-saurait-etre-libre/

Principe repris par Lénine dans son texte de 1916, "La révolution socialiste et le droit des nations à disposer d’elles-mêmes", certes relatif aux conditions et circonstances de l'époque, mais qui nous éclaire sur la manière de comprendre concrètement les fondamentaux de son analyse sur le phénomène impérialiste, plus que jamais d'actu, donc, comme on vient encore de le voir, à Afrin et ailleurs.

 

Il n'y a donc pas de « priorité » de la lutte anti-impérialiste sur le plan local par rapport à la solidarité internationale, ni inversement, l'une étant inséparable de l'autre, elles doivent s'intégrer mutuellement dans une stratégie de résistance globale, qui nous permettra, si elle se construit, de passer à la contre-offensive, aussi bien sur le plan local que sur le plan international. C'est ce qui ressort également de cette utile lecture de ce texte de Lénine, au delà de son contexte historique, déjà riche de leçons.

 

Luniterre

 

 

LES ARTICLES CONNEXES RÉCEMMENT PARUS SUR TML :

(Dans l'ordre de parution)

.

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/08/tout-ca-pour-ca-ou-les-eternels-demons-kollabos-de-la-petite-bourgeoisie-maoiste/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/11/quelle-place-pour-la-russie-dans-la-mondialisation-actuelle/

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/20/limperialisme-nest-pas-un-complot-cest-un-systeme-economique-a-la-base-du-capitalisme-mondialise/

.

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/22/un-peuple-qui-en-opprime-dautres-ne-saurait-etre-libre/

.

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/23/les-lecons-dafrin-pour-en-finir-avec-le-mcdo-marxisme/

 

********************

 

Le texte de Lénine en PDF :

Lenine- 1916 - La revolution socialiste et le droit des nations

a disposer d'elles-memes

 

 

 

 

 

 Dernières nouvelles...

 

Il se confirme que les forces kurdes, confrontées à l'impasse de leur propre stratégie, se trouvent donc obligées de négocier leur réintégration dans le dispositif de défense de l'intégrité du territoire syrien...

 BEYROUTH (Reuters) - Les combattants envoyés à Afrin pour s'opposer à l'intervention de la Turquie dans le nord de la Syrie ne sont pas assez nombreux et l'armée syrienne doit intervenir pour protéger la région, a déclaré jeudi un porte-parole kurde.

Plusieurs centaines de combattants soutenant le régime de Damas se sont déployés sur la ligne de front pour s'opposer à l'offensive turque, a précisé le porte-parole, Nouri Mahmoud.

"Des groupes affiliés à l'armée syrienne sont arrivés à Afrin mais pas ils ne sont pas assez nombreux ni en capacité d'arrêter l'occupation turque. L'armée syrienne doit remplir son devoir de protéger les frontières de la Syrie", a-t-il affirmé.

Un commandant de la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) à Alep a déclaré que des éléments de sa formation avaient quitté la ville pour aller renforcer les Kurdes dans le secteur d'Afrin, et que par conséquent, le régime syrien avait pris le contrôle de quartiers d'Alep tenus par les Kurdes.

"Nous, à Alep, sommes partis pour le secteur d'Afrin. De ce fait, les quartiers orientaux d'Alep sont passés sous le contrôle du régime syrien", a expliqué dans un message à Reuters Fourat Khalil, commandant des YPG à Alep.

Un témoin cité par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté jeudi que des troupes syriennes étaient entrées dans les quartiers de Al Halak, Bani Zaïd et Boustan al Bacha dans le nord d'Alep, jusqu'alors contrôlés par les YPG.

 

(Ellen Francis ; Pierre Sérisier et Eric Faye pour le service français)

https://fr.news.yahoo.com/les-ypg-kurdes-demandent-laide-larm%C3%A9e-syrienne-%C3%A0-103055694.html

 

http://www.leparisien.fr/international/syrie-l-offensive-turque-a-afrine-tourne-a-la-confrontation-avec-le-regime-syrien-20-02-2018-7570443.php

 

http://www.france24.com/fr/20180220-offensive-turque-afrin-entente-kurdes-regime-syrien-assad-erdogan

 

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2018/02/21/syrie-les-motifs-et-les-enjeux-de-la-bataille-d-afrin_5260346_1618247.html

 

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/01/29/apres-l-attaque-turque-a-afrin-le-pouvoir-de-damas-en-embuscade_5248648_3218.html

 

***************************************************

 



11 réactions


  • Diogène Diogène 26 février 2018 11:07

    « Face au suzerain US, les courbettes, même jusqu’à terre, ne suffisent donc pas pour accéder aux miettes... »


    on le savait déjà depuis la Yougoslavie, pourtant !

  • leypanou 26 février 2018 11:34

    Dans ce contexte nauséabond, le fait que la Russie ait quelque peu « favorisé » ce règlement de comptes « entre amis », cela se comprend aisément  : même favorisé entre guillemets n’est pas le mot approprié.

    La Russie a proposé aux Kurdes syriens de laisser Afrin sous contrôle syrien moyennant un appui russe pour leur présence aux négociations (dont la Turquie ne voulait pas en entendre parler) ainsi qu’une plus grande autonomie, mais les Kurdes ont cru au « soutien » états-unien (détails ici) et n’ont rien voulu céder jusqu’à ce qu’ils se rendent compte de leur incapacité à résister à la Turquie.

    Par contre, l’article a très bien souligner la grande escroquerie de ce qu’on entend ici concernant les Kurdes syriens par ceci : "Les forces kurdes, principalement visées à Afrin, quant à elles, ont préféré depuis longtemps pactiser directement avec l’impérialisme US et la France, pour s’arroger un droit d’expansionnisme sur près d’un tiers du territoire syrien, contre toute logique de leur influence ethnique réelle, historiquement limitée à quelques enclaves, même si très peuplées et assez riches, près des frontières nord« 

    PS beaucoup de terrain »conquis« par les Kurdes syriens l’ont été sans un seul coup de feu, l’empire ayant dit à ses supplétifs locaux »vous dégagez", à cause de son but ultime qui est le démembrement de la Syrie (et aussi de l’Irak). Combien de gens savent que ce sont les États-Unis qui paient le salaire des peshmergas -kurdes irakiens- (635 millions de $).


    • Luniterre 26 février 2018 12:17
      @leypanou

      Entièrement d’accord avec vous...

      Du reste, le terme « favorisé » est précisément entre guillemets pour résumer cette situation qui a consisté à mettre les YPG devant leurs responsabilités.

      Une tournure à la fois elliptique et abrupte, finalement, selon les point de vues...

      Merci pour ce rappel utile, donc !

      Luniterre

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 février 2018 16:12

      @leypanou

      à trop jouer avec le feu, Assad va donc se décrédibiliser, et vous avec :

      le grand défenseur, soi-disant, de la Syrie, laisse le pays voisin intervenir et ne dit rien.

      Visiblement pour vous, il vaut mieux la Turquie que des milices kurdes syriennes ? C’est assez affligeant, au regard de votre propre logique d’hier.
      Les girouettes tournent avec le vent

      Votre article parle de négociations ayant pour but de remettre l’administration de l’Etat syrien dans une zone sous bombardement et bientôt sous embargo turc ?

      D’envoyer 5000 soldats de l’armée régulière à Afrin alors que la banlieue de Damas n’est pas encore sous contrôle ?

      Est-ce vrai, sont-ce des blagues ?

      Et qui vous dit, une possibilité parmi tant d’autres, comme ça, que le format d’Astana, associant « les 3 empereurs » (russe, turc, perse) n’a pas poussé les gauchistes kurdes dans les bras de Washington ?


    • Luniterre 26 février 2018 16:29
      @Olivier Perriet


      « poussé les gauchistes kurdes dans les bras de Washington ? »

      Tenez vous au courant... Ils y sont depuis des années à divers titres... Y compris sur le plan idéologique. « Anarchisme » made-in-USA... etc... Le « rapprochement » ne date pas d’hier ! C’est plutôt le retournement d’alliance, avec les troupes loyalistes, qui est la marque d’un revirement inattendu, même si tout simplement très réaliste et cohérent avec les besoins réels du peuple syrien, pour une fois, ce qui est donc une bonne chose.

      Espérons que cette rectification soit durable.

      Luniterre


    • leypanou 26 février 2018 17:16

      @Olivier Perriet
      Visiblement pour vous, il vaut mieux la Turquie que des milices kurdes syriennes ? : savez-vous comment les Kurdes syriens se comportent dans les zones « libérées » ?

      L’Armée Arabe Syrienne n’a pas les moyens de mettre le paquet et sur Ghouta Oriental, et sur Afrin et sur la partie d’Alep non libérée. Et puis je n’ai pas lu que ce soit l’armée régulière syrienne qui est venue à Afrin, mais des milices chiites.

      Les Kurdes syriens ont été assez stupides pour croire l’empire, croyant qu’il allait leur venir en aide face à la Turquie. La position de la Russie est des plus difficiles : d’un côté, la position maximaliste de la Turquie qui aimerait annexer tout le Nord de la Syrie, de l’autre, la position maximaliste des Kurdes syriens qui veulent garder tout le Nord de la, de l’Ouest à l’Est, avec une indépendance à la clé, avec tout le gisement de pétrole et de gaz.
      Lisez l’article d’Elijah Magnier : cela n’a rien à voir avec tout ce qu’on lit ici en France.

      Qu’Israel voit très bien un Kurdistan syrien et un Kurdistan irakien indépendants devrait vous mettre la puce à l’oreille.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 février 2018 17:45

      @leypanou

      Je ne crois pas aux « Kurdistans », personne n’en veut (voyez d’ailleurs le « Kurdistan irakien », depuis 1991, ce n’est pas devenu un pays).

      Les Kurdes syriens n’ont pas vraiment fait des demandes d’indépendance il me semble. C’est l’Etat syrien qui a disparu de l’est du pays, les laissant se débrouiller tous seuls.

      Assad joue un jeu dangereux car il se prétend garant de la Syrie mais approuve l’invasion turque, quoi qu’on puisse juger des alliances des « gauchistes kurdes » avec les USA, en faisant ça il est en train de les pousser à se radicaliser aussi.


  • Dom66 Dom66 26 février 2018 16:22

    le retournement avéré de la Chine maoïste du côté US ???? Là nous verrons dans un futur proche.

    L’auteur merci pour votre article/analyse….beaucoup de vérités, auscultées par nos médias


  • jesaispas jesaispas 26 février 2018 20:04

    ben oui les terroristes de Daesh font partie de l’armée Française, ils combattent pour nos couleurs, il est normal de les accueillir en France et protéger, on pourrait avoir un Français un peu bas du casque qui les attaquerait, c’est pour cela qu’ils sont fiches ils ont droit a une protection rapprochée.


  • zygzornifle zygzornifle 27 février 2018 09:38

    Le pire c’est que ceux vivant en France ont le chômage ou le RSA et se font soigner gratos et quand ils rentrent dans un magasin on leur dit bonjour monsieur que puis-je pour vous ?.....


Réagir