mercredi 24 novembre - par Dr. salem alketbi

Les vagues de réfugiés et l’évolution de la guerre hybride

JPEG

Les guerres de quatrième et cinquième génération se caractérisent généralement par un brouillage de la ligne de démarcation entre militaires et civils, entre pratique politique et action militaire. En d’autres termes, les guerres de nouvelle génération font appel à de nouveaux outils tels que les médias et la politique au lieu des chars, des missiles, des avions de guerre et des forces navales.

Ce type de guerre n’a rien à voir avec les organisations transfrontalières/transnationales, comme certains le pensent. Il s’agit plutôt de confronter l’autre avec des outils de propagande, de brouiller les pistes et de créer de grandes ambiguïtés conceptuelles et culturelles dans l’esprit des groupes cibles.

L’expression “guerre de quatrième génération” est apparue pour la première fois dans la recherche américaine en 1980. Elle a été popularisée après que plusieurs officiers de l’armée américaine ont publié un article intitulé “The Changing Face of War : Into the Fourth Generation.” En 2006, le colonel à la retraite Thomas X. Hammes a publié son livre, “The Sling and the Stone : On War in the 21st Century.”

Il y parle des guerres de quatrième génération et explique que les mouvements rebelles et les protestations populaires sont capables de vaincre l’État de l’intérieur. Ils peuvent attaquer le réseau militaire, politique et socio-économique de l’État, atteindre les décideurs et briser leur volonté politique.

Les guerres de quatrième génération ont évolué depuis le mouvement serbe Otpor, qui a utilisé la non-violence comme méthode de guerre et a été financé par trois institutions donatrices américaines - le National Democratic Institute, l’International Republican Institute et l’Agence américaine pour le développement international (USAID) - jusqu’à l’utilisation des technologies de communication modernes telles que les réseaux sociaux et les smartphones pour créer le chaos et le désordre lors du “printemps arabe” de 2011.

La guerre 4G était à l’origine associée à des organisations et des groupes de combat. Cependant, au fil du temps, elle a également été utilisée par des États dans des conflits avec d’autres pays. Elle a également évolué en termes de modèles et de moyens employés.

Cependant, elle a conservé ses caractéristiques fondamentales, comme le rôle central des idées et des idéologies. La planification de ces guerres vise à attaquer, défier ou détruire la culture de l’adversaire stratégique. Dans ce contexte, y a-t-il un lien entre les guerres 4G, ou la guerre hybride comme certains l’appellent, et les événements à la frontière entre la Biélorussie et l’UE ?

Ce qui m’a poussé à poser cette question est l’utilisation des réfugiés comme moyen de pression et instrument de conflit stratégique entre les deux parties. Le lien avec les événements à la frontière entre la Biélorussie et l’Europe est aussi que le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a parlé d’un “nouveau type de guerre” dans lequel “les gens sont utilisés comme boucliers humains.”

Il a déclaré que c’était la première fois en 30 ans que la sécurité des frontières polonaises était soumise à une “attaque vicieuse.” Les membres européens qualifient ce qui se passe aux frontières de la Pologne de “guerre hybride” que le président Loukachenko mène en représailles à la répression de son régime contre les manifestants pro-démocratie, rapporte Politico.

Tout a commencé avec environ 2 000 migrants bloqués à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. Des questions importantes ont été soulevées sur la façon dont ces migrants sont arrivés en Biélorussie depuis l’extérieur de l’Europe. Les pays dont ils sont venus sont l’Irak, la Syrie, l’Afghanistan, la Turquie et l’Iran, qui sont déjà des foyers d’exportation de migrants et de réfugiés.

Une enquête de la BBC a révélé que des gangs de trafiquants étaient derrière l’organisation des vols et l’obtention de visas pour la Biélorussie. Cependant, certains soupçonnent les autorités biélorusses de faciliter ces vols pour provoquer une crise à la frontière orientale de l’UE. La Pologne accuse désormais Moscou et Minsk de vouloir déstabiliser l’Union européenne.

La Biélorussie, cependant, rejette ces accusations. La Pologne suppose officiellement que le président russe Vladimir Poutine est derrière la crise des migrants à ses frontières - que le cerveau est à Moscou. Mais la Pologne n’est pas le seul pays touché.

Les frontières de la Lituanie et de la Lettonie, qui sont membres de l’Union européenne et de l’OTAN, sont également dans le coup. Dans tous les cas, les observateurs s’accordent à dire que les migrants sont utilisés comme des pions dans une partie d’échecs politique entre les alliés de la Russie et l’Union européenne.

La situation est désormais si grave que la Lituanie a déployé ses troupes pour se préparer à un éventuel afflux de réfugiés et que son gouvernement a déclaré l’état d’urgence pour attendre et voir comment les choses évoluent. Il est clair que dans ces circonstances, l’Europe craint surtout l’infiltration d’éléments terroristes au milieu de grandes vagues de réfugiés ou de migrants.

Le vice-ministre de l’Intérieur de la Lituanie, Kestutis Lancinskas, a parlé de plus de 20 migrants arrêtés en Lituanie après être entrés illégalement et a déclaré qu’ils étaient soupçonnés d’avoir des liens avec des organisations terroristes.

Bien que la crédibilité de ces affirmations ait été mise en doute dans certains médias, la réalité confirme que le risque est élevé : La plupart d’entre eux ne disposent pas d’une carte d’identité officielle ou d’un document d’identification. L’ouverture des frontières à des flux importants de réfugiés est inquiétante et il pourrait y avoir des éléments terroristes parmi eux.

De toute évidence, la position des pays de l’UE dans la crise migratoire est faible. Le traitement des réfugiés tend à donner à l’UE une mauvaise image de marque dans le monde.

La menace du président biélorusse Loukachenko d’arrêter les livraisons de gaz de la Russie vers l’Europe si l’UE impose un nouveau train de sanctions à la Biélorussie place également l’Europe dans une position très difficile. La Russie ne condamne pas cette menace et ne la rejette pas de manière catégorique, mais envoie des signaux contradictoires.

La Russie déclare qu’elle ne permettra pas que le flux de gaz vers l’Europe soit bloqué et assure son allié biélorusse de toutes les formes de soutien, y compris militaire. Malgré toutes les réserves morales et humanitaires, l’arme des migrants et des réfugiés dans cette crise s’avère être un des moyens de conflits hybrides ou de guerres entre États et parties aux conflits.

Au fur et à mesure que les vagues d’asile et d’immigration illégale se multiplient dans différentes régions du monde pour différentes raisons, davantage d’États pourraient utiliser cette “arme” pour faire du chantage ou exercer une pression stratégique sur d’autres.



4 réactions


  • tonimarus45 24 novembre 10:17

    bonjour---Et bien sur le fait qu’on ait foutu la panique dans ces pays que sont la syrie, l’afghanistan, la libye ,l’irak et j’en passe ,est etranger a cela , ;de meme que l’on appauvrisse des etats africains en mettant a leur tete des pantins bienserviles , qui vont laisser piller leur pays et aubesoin en eliminat ou faisant eliminer des dirigeants en place ou en devenir qui ruent dans les brancards. ;Comme l’on dit et l’auteur fait tres bien cela «  »« Quand du doigt le sage montre la lune l’idiot montre le doigt’’’’’’Et non ce qu’il devrait regarder ????Et j’aouterais que quand il s’agit de migrants venant d’espagne, d’italie,de libye ,du maroc ou d’autres pays, Accuse t’on ces pays de »«  »guerre hybride«  »"


  • SilentArrow 24 novembre 11:47

    Il s’agit d’une invasion, que ce soit à la frontière de la Biélorussie, en provenance de la Turquie ou des pays du nord de l’Afrique.

    Une invasion islamique, de surcroît, comme si l’Europe n’avait pas encore assez de cette peste !

    Depuis la nuit des temps, la seule méthode qui fonctionne pour repousser une invasion, c’est la force. Il n’y a vraiment que les instances de l’UE qui l’ignorent ou font semblant de l’ignorer.


  • saint louis 24 novembre 15:24

    Et comme de bien entendu, les Ricains sont responsables de cet état de fait.

    Nous devrions leurs expédier tout un lot de « migrants »


  • Berthe 26 novembre 04:14

    Pensez vous que le dictateur Biélorusse ait quelque chose à envier au polonais ? C’est la même chienlit. C’est peu de rappeler qui sont les migrants, des âmes en errance depuis le chaos semé dans leur pays et çà ne date pas de cette dernière brouille entre les deux cinglés, ils étaient postés là bien avant, dans l’indifférence totale du reste du monde ... Et on n’y trouve pas que des syriens, mais des arméniens, des kurdes, des grecs, des afghans, etc... En revanche, il n’y a pas de qatari, pas de saoudien, pas d’émirati et moins encore de koweitien. Si on en parlait ? De quelle « guerre » s’agit il ? Celle que les vôtres soutiennent au nom de « la finance » mondiale ? En outre, c’est peu d’évoquer le bourbier dans le Caucase actuel .... Croyez vous qu’un citoyen du monde actuel accepterait avec philosophie de mourir pour des cinglés avides de fric et de pouvoir ? Ils savent parfaitement qu’il faut mieux tenter sa chance ailleurs quitte à mourir plutôt que de rester et mourir sans rien tenter ... Que les médias ou les politicards les utilisent, il est faux de dire que c’est une première... En revanche vous avez raison de souligner que les formes de guerres ont muté, mais en vrai, ce ne sont pas des guerres mais des émeutes qui virent au pugilât... Quand les despotes achètent des armes très sophistiquées pour les retourner contre leur propre peuple vous appelez çà une « grande guerre » ? On est quand même loin des années 30 ou des pans entiers d’Européens ont fui leur pays pour se protéger du nazisme... En revanche, à ma connaissance Hitler a commis l’irréparable avec le génocide mais il n’a jamais lancé de bombe sur son peuple de mémoire. Faites plutôt le lien avec la banalisation des massacres de masses et il me semble que jusqu’à preuve du contraire, pour une fois c’est l’Algérie qui donne un exemple à suivre avec le Hirak, aucune intervention de l’armée, c’est un signe peut être et qui sait si le sursaut ne viendra pas de ce pays. 


Réagir