vendredi 7 février 2014 - par lisca

Marianne, Parianne

Comme le dit Vincent Peillon, lequel se garde bien d’appliquer à sa propre famille des théories de timbrés, il faut en France tout éradiquer, arracher, supprimer, déranger dégenrer, regenrer, overgenrer ! Faire du fumier avec les roses de mai et repiquer les jeunes pousses dans de sombres arrière-cours pleines de vieux trognons. La dictature du prolégenriat n’attend pas. Elle tendrait même à s’affirmer, depuis le vote Lunacek au Parlement européen du 4 février 2014.

Il est peu logique, dans ces conditions, qu’on s’entête à représenter la République sous les traits d’une femme. Voyez le timbre 2014, pour le moins puéril, avec son effigie d’innocente à l’ancienne, tout effrayée de se trouver là. Un vrai cliché avec ses yeux grand ouverts, chercheurs de vérité.

Une pucelle, je vous demande un peu ! Son côté macho hérisson qui ne demandait qu'à jaillir a été soigneusement réprimé par l'illustrateur. Ses cheveux en vagues arborent une teinte naturelle et sa peau sans défaut ne révèle que trop l'oestrogène qui conditionne les humeurs de la donzelle. Pour comble, on raconte que le timbre est en partie inspiré par une femen de bazar qui fait enfler la polémique : cette rude Chevtchenko au râpeux épiderme ne devrait représenter qu’elle-même, s'indigne-t-on chez les croyants ! Même si l’hellgébétée Caroline Fourest revendique publiquement son intérêt pour une Inna plus étique qu'éthique − et que donc la muse timbrée s'en trouve un peu dégenrée − aucun doute : biologiquement, c’est une femme, la Marianne des Posteurs.

Comment tolérer en ces temps lune-à-sec et à poil, que la République demeure envers et contre tout absurdement, presque totalement féminine, qui plus est gamine en diable ? Ce n’est pas très égalitatoire ABCD, cette discrimination-là. Alors voici l’idée : tant qu’à faire de feménifier Marianne, pourquoi ne pas la re-genrer ?

La femme, la jeune fille en fleur, n’était que choix de lycéens, ceux qui donnèrent en priorité leur avis sur le timbre 2014. Ces lascars rétrogrades avaient choisi, pour égayer nos enveloppes, une jeunette manga à la Botticelli, à l’image de leurs rêves d’amour et aussi de leurs lectures préférées. 
Mais que sont ces scolaires, face à nos mûres idoles bolchétales accablées d'expériences en tous genres, issues d'antiques révoltes lycéennes autrement considérées ? Que sont-ils ? Des rien du tout, des quenelliers, des bons à se faire déranger, obtus comme des ananas.

Olivier Ciappa, le créateur-colleur du timbre affirme s’être inspiré, en plus d’amies et de femmes de sa famille, de la Liberté et d’autres muses, entre autres la scieuse de croix mémoriale, exportée en territoire Delanoë. Sa timbrée serait en fait, selon l'artiste, l'harmonieux succédané d'une flopée de femmes républicaines tellement passées à la moulinette qu'on ne s'y retrouve plus.

« J’ai donné à ma Marianne, dit-il, un aspect « unique » […] Qui pourra y déceler Inna Chevtchenko, Marion Cotillard, Christiane Taubira ou encore Roselyne Bachelot ? Absolument personne.”

Penchons-nous sur les amazones. Si Marion, dans son genre encore bien accroché, est crédible en Marianne, on ne voit pas bien le rapport entre la déesse mère du génial Delacroix, avec son regard averti, concentré sur la troupe, et la vierge timide du timbre de la Poste. Encore moins avec une Bachelot dodue comme une quenelle. Ou avec une Christiane Taubira (qu’est-ce qu’elle fout grands dieux dans le panel des candidates miss Poste ?!)

Mais il y a un fil d’Ariane. Les œufs au plat affichatoires de l’Ukrainienne ont fourni le prétexte à la confusion des genres. Assimilés sans scrupule au sein généreux − dénudé sans intention aucune dans le feu de l’action − de la Liberté guidant le peuple, ils visent à faire passer une Chevtchenko à sa mémaire pour une Louise Michel.

Donc pour en revenir à nos peillons, pourquoi s’acharner sur une image féminine qui, déjà affaiblie par l’androgynie relative de l'allusion femen, ne demanderait qu’à s’affirmer franchement républicainement trans, si on lui en laissait l'occasion ?
Plutôt qu’une Marianne, collons un(e) Parianne aux messages postés !

À vos pinceaux !

Voici quelques pistes graphiques, car on peut, à l’instar d’O. Ciappa, s’inspirer de bien des modèles pour symboliser la Soci-léthale République 2014 : par exemple, un mix de Filipetti aux mâles accents(quand l’un regarde les trans passer, l’autre les aiguille) et de Frédéric Mitterrand qui n’aime que les vraies dames, on le sait.

Oh certes, les modèle abondent. Mais qui, mieux que Fanfan la polype, pourrait illustrer un tel projet ? Il nous montre la paume : elle est vide. Ni fusil, ni stylo, ni truelle, ni même fourche ou faux. A son niveau de responsabilité, on ne bosse pas, on se la coule. Non, il ne vous défendra pas, il est hands-eupé par l'UE. Voyez les cinq doigts courtauds où l’index, l’annulaire, le majeur et l’auriculaire symbolisent les quatre concubines plus ou moins officielles du futur mariage pour toutes. Le pouce en l’air, provisoirement, c’est pour la France, évidemment. C’est qu’il se les fait toutes, le vert ballant, comme disait un ex-cultureux, il y a peu.

N'attendons plus, brûlons les étapes : virons la femen du timbre et collons Parianne sur nos enveloppes au parfum ! Concentrons en une seule image forte aux dimensions réduites l’idéal du triumvirat Vals-Taubira-Hollande, la quintessence de leur lutte acharnée pour le bonheur des Français(€)s ! Idéal obligatoire, encadré, biberonné, couche-culotté, à visée universaliste qu’on peut résumer ainsi : 

Où je veux, quand je veux, comme je veux, tu seras mon un homme, fifille, ma une fille, garçon.
Et en fin de compte, si tonton Diablo le veut, un gros mouton à laine.

Allez, allez, allez, allez, mon troupeau. Allez, allez, nous arriverons bientôt.

 



17 réactions


  • JL JL 7 février 2014 09:10

    Bonjour lisca,

    votre point de vue est originale et intéressant.

    Pour aller dans le même sens, voilà ce que je disais l’autre jour sur une autre discussion :

    S’il persiste dans ses projets fous, je mets au défi le gouvernement de commencer par renommer l’école maternelle au motif que ce nom de ’maternelle’ fait la part trop belle aux mères et au détriment des pères, ce qui constitue manifestement une quenelle symbolique considérable à la théorie du genre et de ses souteneurs, en même temps que de la misandrie caractérisée, aussi grave et passible de poursuites judiciaires de mon point de vue que l’homophobie.


    • JL JL 7 février 2014 09:12

      Bigre, je m’aperçois que mon point de vue ci-dessus est féminisé !

      Cette confusion des genres finira par nous faire perdre la tête.

      Hum ... c’est peut-être le but ?


    • lisca lisca 7 février 2014 10:39

      Pas tout à fait d’accord sur la misandrie du terme « école maternelle ». smiley

      C’est la tradition grecque, et même universelle : le gamin est dans les jupes (tunique, boubou, pyjamas, kimono...) de maman jusqu’à l’âge mûr de raison (cinq-sept ans) chez les peuples guerriers, deux ans environ chez les peuples à familles nombreuses, âge auquel il est pris en charge par les frères et soeurs, parfois aussi le grand-père, il est vrai.
      Le terme « école maternelle » se justifie très bien. Le petit évolue dans un monde tendre et féminin qui lui transmet langage et culture.
      Dans la tradition, le père reprend plus ou moins cruellement ses droits dés les cinq-sept ans de l’enfant : le petit monsieur va dés lors se faire dresser comme il faut par les hommes pour faire un futur soldat ou travailleur. smiley La fillette apprendra très tôt à se rendre utile sur le modèle de sa mère. Ce n’est pas méchant, de le dire, c’est un constat universel qui fait et a fait ses preuves : la création d’immenses civilisations. 
      C’est donc peut-être l’école « élémentaire » qui pourrait se faire appeler autrement, et bénéficier à parts égales d’instituteurs (sèvères, masculins !) et d’institutrices (sévères aussi, féminines !). Mais ce n’est pas nécessaire. 
      Bon, aujourd’hui de jeunes hommes voudraient s’occuper des petits enfants, pourquoi pas. La solution : ils se marient, épousent une jeune femme qui bosse quand ils sont au chômage ou ont un métier d’artiste, et à deux ils fabriquent un ravissant bambin dont le père s’occupera en journée. Il paraît que les filles trouvent plus facilement du taf que les garçons, elles sont plus « résilientes » comme on dit pudiquement.
      Mais l’école maternelle, c’est quand même encore maternel, à mon (humble) avis, dans ce monde de brutes.


    • JL JL 7 février 2014 11:29

      lisca,

      je crains de n’avoir pas été clair, désolé.

      Je ne dis pas que ce nom ’École maternelle’ me pose problème, au contraire.

      Je dis que dans la logique de ceux qui ont entrepris d’enseigner aux enfants des écoles la théorie contenue dans ce qu’ils appellent l’ABCD de l’égalité, il faudrait commencer par donner l’exemple, à commencer par renommer l’école maternelle aux motifs que j’ai énoncés plus haut.

      Comme ils n’ont ni logique ni courage, ils ne le feront pas, et c’est pourquoi mon défi ne met pas en danger cette appellation.


    • lisca lisca 7 février 2014 12:24

      En effet c’est la logique. smiley

      Il faudrait lancer les procès publics pour misandrie caractérisée de ce gouvernement qui se voudrait mondial.

  • LE CHAT LE CHAT 7 février 2014 10:54

    un timbre avec Flamby , pas possible ! les gens cracheraient du mauvais coté !


    • psynom 7 février 2014 12:18

      Inna Shevchenko a déclaré sur son tweet : « FEMEN is on French stamp.Now all homophobes,extremists,fascists will have to lick my ass when they want to send a letter. »
      On peut considérer que Hollande l’a fait dans ce même sens : une humiliation aux opposants au mariage pour tous, etc... C’est particulièrement mesquin et indigne de sa fonction présidentielle qui est de représenter tous les français. (je ne défend pas les opposants au mariage pour tous, cathos... mais la dignité)


  • Sylvain62 7 février 2014 11:30

    Pour ne fâcher personne proposons de faire figurer sur les prochains timbres un buste féminin sans visage avec comme seules distinctions le bonnet phrygien et la cocarde tricolore. 


    Notons que le timbre est un symbole de la République et qu’il ne devrait revenir à personne de le dévoyer en fonction des pseudos valeurs d’un parti politique au pouvoir, quel qu’il soit. Ce pays n’a qu’une seule Marianne et c’est celle de « La Liberté guidant le peuple » de feu Eugène Delacroix, soit dit en passant l’antithèse du groupe d’origine ukrainienne de déstabilisation « FEMEN » qui représentent des intérêts américains, rien à voir avec la France. 

  • lisca lisca 7 février 2014 12:30

    « Inna Shevchenko a déclaré sur son tweet : « FEMEN is on French stamp.Now all homophobes,extremists,fascists will have to lick my ass when they want to send a letter. » »


    Par cette blague révélatrice de sa fonction réelle, la Chev confond son crâne (côté pile du timbre) avec son Q. Et en effet, c’est là tout son QI. Ca mériterait un peu de photoshop.

  • izarn izarn 7 février 2014 20:02

    En général, un PD a les cheveux courts, une petite moustache style Hitler, et un petit caniche... Une blouson, en général noir, et pour les intimes une casquette style Waffen SS.

    Ils adorent les bagues et les symboles avec tete de mort. Tatoués sur leur corps et leur trou de cipéte. Vous avez deviné, ce sont des enculés. Je n’invente rien, chers amis, puisque la péderastie est une pratique officielle de l’Etat et de l’UE. Ce n’est nullement une injure, ni meme de l’homophobie. Se faire enculer est meme recommendé par le Ministre de l’Eductaion Nationale, comme jadis Socrate. Car c’est le début du savoir philosophique et de la paix mondiale.

    Faites vous tous enculer, mes trés chers freres, amen, la paix soit avec vous.

    PS : Je ne vous parle pas d’hétérosexualité mais d’homosexualité, ceci pour les crétins.


    • lisca lisca 7 février 2014 20:53

      Ce malheur de l’homosexualisme militant vient un peu d’Obama, on dit qu’il en est, ou en était avec son Rahm Emmanuel. La mode du métissage a baissé depuis sa première élection, mais elle est remplacée ou se veut remplacée par celle de l’homosexualité ou de la sexualisation forcée (on dit viol ?) sur des bambins innocents.

      Ce sont ces gens haut placés qui donnent le ton et ils sont en effet bien pervertis.
      Néron déjà s’était marié avec un homme, ce n’est pas nouveau. En période de décadence accélérée.

    • Aldous Aldous 7 février 2014 21:42

    • Prudence Gayant Prudence Gayant 7 février 2014 21:52

      Pour leur tranquillité d’esprit, ils n’oublient pas de préciser que toutes ces prophéties viendront dans un temps très reculé qui n’ arrive jamais.



  • bleck 7 février 2014 22:48

    Ce Hollande est vraiment nul


    Qu’avait-il a choisir une Femen pour mettre sur les timbres ? ( qui d’ailleurs n’en est plus contente )

    Alors qu’il avait Léonarda qui n’aurait pas demandé mieux









  • nomade 25 avril 2014 13:16

    Bonjour,

    A propos de la dénomination « école maternelle » :

    Savez-vous que l’emploi du terme « école matermelle » n’est plus qu’un emploi d’usage car ces écoles sont désignées dans l’administration de l’éducation nationale sous le vocable « école pré-élémentaire ». Lorsqu’un(e) enseignant(e) postule pour une mutation, il/elle postule pour un poste d’enseignant(e) soit en classe pré-élémentaire soit en classe élémentaire. En Allemagne, on parle de kindergarden (jardin d’enfants).

    PS : je suis enseignant en « maternelle » depuis une dizaine d’années et je voudrais signaler qu’il n’est pas toujours évident pour un homme d’être accepté dans ces écoles. D’abord par certains parents, souvent par les ATSEM et parfois même par certains enseignant(e)s. Un directeur d’école primaire (maternelle+élémentaire) dans laquelle j’ai exercé avait même confié à ma collègue que « selon lui, un homme n’a rien à faire en maternelle ».


Réagir