vendredi 24 avril - par France Républicaine et Souverainiste

Marre du confinement ? Allez jouer au foot à Saint-Denis (93)...

Avec le retour des beaux jours, le confinement est une véritable punition infligée à nos compatriotes. Avril-mai, c'est le temps des sorties, des brocantes, des kermesses, par un temps clément et agréable. Pour ceux qui résident à la campagne, cela ne change pas grand-chose, pour les citadins c'est le calvaire de l'assignation à résidence dans un appartement avec le voisinage à supporter, ainsi que l'environnement familial.

Nos "gamins des cités", engaillardis par trente ans de protection médiatique face aux forces de l'ordre, protégés à chaque "bavure" (la dernière en date à Villeneuve-la-Garenne), excusés par leur présumée pauvreté et les prétendues "discriminations" dont ils seraient victimes, se moquent bien de ce confinement et de la protection de leur entourage face au covid 19. Il est vrai que dans ces quartiers suréquipés en stades, gymnases et autres installations financées par la "politique de la ville", les loisirs de plein air ne manquent pas.

Comme d'habitude, il ne faut pas compter sur la télévision pour nous informer de la situation dans les zones de non-droits. Le web joue ce rôle. On apprend ainsi qu'à Saint-Denis (93), des "jeunes" jouent au football comme si de rien n'était, au stade Auguste Delaune. En plein après-midi de surcroît. Les français qui se déplacent munis de leur autorisation de sortie, verbalisés au moindre écart par les gendarmes, et qui jouent le jeu du confinement, apprécieront le manque de civisme de la jeunesse des cités populaire.

De même, on pourra s'étonner de l'absence d'intervention des forces de l'ordre dans ces quartiers surpeuplés, donc propices au développement du coronavirus, quand les policiers et les gendarmes sont omniprésents dans des zones où il y a peu de contaminés. Peur des émeutes, des affrontements, crainte d'un emballement médiatique dès qu'un loulou de quartier est brutalisé par un policier, cela donne des droits et un sentiment d'impunité à des gens qui se moquent des lois de la république, préférant celles des croyances de leur communauté d'origine.

Publicité

Ainsi, un syndicaliste policier dénommé Noam Anouar, lui-même natif des "quartiers", nous explique que ces jeunes considèrent que le covid-19 est la maladie des "babtous", des français, pas la leur. Nous apprenons que dans un hadith du prophète Mohammed, la consommation de certaines racines est préconisée pour se protéger des épidémies. Il parait qu'ils raisonnent en ultra-libéraux, n'agissent qu'en fonction de leur propre intérêt, se moquent de ce qui se passe à plus de 10 kms de chez eux.

Mentalités médiévales, sottise et manque de culture, refus de s'intégrer, les jeunes footballeurs de Saint-Denis sont peut-être l'avenir de leur quartier (s'ils survivent au virus), mais pas de notre pays. Après tout, les gogos qui soutiennent ces gens au nom de l'excuse sociale et du soi-disant "racisme" peuvent aller jouer au ballon avec eux, puisque la police n'interviendra pas...

En revanche, interdiction formelle des rassemblements entre braves gens, y compris en petits groupes. Ainsi, les prêtres d'une église du VIIIème arrondissement parisien, cossu et tranquille, où les gens travaillent et paient leurs impôts sans vivre d'allocations sur le dos des autres, en ont fait les frais. Des policiers armés ont ainsi fait irruption durant une messe célébrée en groupe réduit et portes fermées, pour faire cesser le "trouble au confinement". On imagine l'entrée de la paroisse forcée et le manque de courtoisie des policiers, au point que l'épiscopat parisien a publié un communiqué rappelant qu'il est interdit de pénétrer armé dans un lieu religieux : c'est un acquis de la laicité. D'ailleurs qui peut être dérangé par cette messe retransmise sur internet à part quelques riverains abrutis, électeurs de la gauche bobo ? 

Deux poids deux mesures. Le laxisme intégral dans les quartiers à émeutes, la tolérance zéro dans les centre-villes. On attend, en outre, de constater la même démarche de nos zélés policiers pour faire cesser les appels publics à la prière des muezzins dans certaines mosquées (Lyon notamment). L'accueil des paroissiens musulmans risque d'être plus sportif que celui des braves chrétiens parisiens. N'est-ce pas là un cas de discrimination, puisque les uns sont plus surveillés que les autres dès qu'ils communient ?

Ce confinement est donc une vaste escroquerie. Tout le monde sait qu'il est impossible de confiner les zones de non-droits de notre république, ravagées par quarante ans d'abandon des quartiers aux trafiquants de drogue, par l'immigration non-choisie, le rejet des coutûmes européennes et la collaboration d'une certaine gauche tiers-mondiste, anticléricale et libérale avec les racailles de quartiers. La prolongation de la pandémie du covid-19 sera la punition collective infligée aux français héritiers de ces errements politiques. Ce n'est pas un hasard si la Seine St Denis est le département le plus touché de France, si la région parisienne compte des milliers de victimes... 

Tant que ces "jeunes des quartiers" refuseront de rejoindre la collectivité et d'adhérer au civisme républicain, ils resteront dans leur mouise et cantonnés aux parties de football intra-communautaires. Pas d'intégration sans donnant-donnant : faire comme tout le monde, ou circuler. La crise du coronavirus ne fait que rappeler les tristes réalités de notre pays...

Publicité

 

Sources de l'article : https://francais.rt.com/france/74059-matchs-foot-emeutes-stupefiants-95-pourcents-quartiers-confinent-bien-selon-policiers

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/trois-policiers-font-irruption-dans-une-eglise-parisienne-pour-demander-l-arret-d-une-messe-20200422

 



37 réactions


  • The White Rabbit The White Rabbit 24 avril 18:39

    Aujourd’hui sur Agoravox, nous avons droit à une campagne jumelée avec Moderatus smiley


  • berry 24 avril 18:43

    Les joies du vivre ensemble socialaud en période de confinement...

    Une femme de 45 ans a été tabassée et violée à Aulnay- sous-Bois mercredi soir, alors qu’elle se promenait dans un parc.

    Le Conseil Départemental PS de Seine-St-Denis a condamné cet acte et en a appelé « clairement à la responsabilité et au civisme de chacun  ».

    «  L’information de la fermeture des parcs est bien visible sur les portes  »

    C’est vrai, quoi, qu’est-ce qu’elle foutait là ? C’était interdit de se balader en période de confinement.

    La victime appréciera comme il se doit la bienveillance des élus à son égard.

    https://www.ouest-france.fr/ile-de-france/aulnay-sous-bois-93600/seine-saint-denis-une-promeneuse-violee-dans-un-parc-aulnay-sous-bois-le-departement-appelle-la-6816685


    • V_Parlier V_Parlier 25 avril 11:32

      @berry
      En effet il aurait mieux valu que l’article traite de tels sujets plutôt que de l’éternel thème du football que je trouve bien gentil.
      Selon les sources officielles, les violences envers personnes et violences sexuelles ont à peine baissé (en chiffre absolu) alors qu’il y a cinquante fois moins de personnes dehors que d’habitude ! C’est dire le danger que vous courrez à sortir le soir à présent ! Mathématiquement le risque est donc multiplié par 50.
      « J’apprécie » comme vous ce commentaire typique de journaleux gaucho-bobo. A gerber.


    • zygzornifle zygzornifle 25 avril 11:48

      @berry
       
      Les flics ont du mettre 135€ de prune a la fille car elle n’avait pas coché la case sortie pour me faire violer 


    • JulietFox 25 avril 16:44

      @berry

      Coronavirus : les policiers du Calvados ont pour consigne de ne pas « intervenir » pendant le ramadan, le patron de la police demande des « explications » Des consignes spéciales adressées aux fonctionnaires de police. Dans le Calvados, le directeur départemental de la sécurité publique indique, dans une note diffusée vendredi 24 avril et que France 3 a pu consulter, qu’"il n’y a pas lieu d’intervenir dans les quartiers à forte concentration de population suivant le ramadan, pour relever un tapage, contrôler un regroupement de personnes rassemblées après le coucher du soleil pour s’alimenter". A deux exceptions près : « atteinte aux personnes ou atteinte grave aux biens. » 

      Or, dans cette note, il est demandé aux policiers "de faire preuve de discernement« , pour  »éviter qu’un manquement aux règles de confinement ne dégénère et provoque un trouble supérieur de violences urbaines« .  »Si la situation le nécessite, plusieurs véhicules pourront être dirigés« ,  »au point de regroupement le plus proche", précise la note, qui est valable "du 24 avril de 5h09 jusqu’au 23 mai à 21h52".

      "Cette note révèle après quelques jours de polémique que nous avions raison. On ne veut pas qu’on entre dans certains quartiers", commente à France 3 Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat policier Alliance. Ces dernières semaines, des tensions sont notamment apparues à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) et dans plusieurs autres villes d’Ile-de-France, où des affrontements nocturnes ont eu lieu entre des policiers et des jeunes habitants.


    • V_Parlier V_Parlier 25 avril 17:40

      @V_Parlier
      (NB : pour ma dernière phrase je faisais allusion à l’article de journal. Bien que j’aie trop chargé le journaliste lui-même qui ne faisait que rapporter les propos délirants des officiels).


  • adeline 24 avril 18:44

    que cela soit.... c’est leur territoire, bizarre qu’ils ne s’interéssent pas à d’autre territoires


    • cedricx cedricx 27 avril 07:31

      @adeline oui les français purs souche peuvent rejoindre les autres français pur souches qui dansaient sur les trottoirs en plein confinement dans le 18ème les corps à corps langoureux entre nous c’est plus convenable.


  • Xenozoid Xenozoid 24 avril 18:55

    lol,c’est la fete au village en france, entre ceux qui demande plus de confinement et miradors, et les déviants qui ne demandent rien.

    Il semble que modératus et le frs soient du coté des miradors et des kapos ,la france et 4 milliards de personnes confinés se demande pourquoi l’état s’intéresse a ses enfants,que la bonne se fâsse le maitre, et que le minot ne se fait plus changer ses couches,ça me rappelle une blague marxiste sur le capitalisme


  • Jelena Jelena 24 avril 19:09

    En ile-de-france, tout le monde est bras nus depuis 3-4 semaines... Sur la photo les sarrasins qui jouent au foot portent des blousons.


  • The White Rabbit The White Rabbit 24 avril 19:22

    @jelena

    En effet, l’image d’illustration date de 2016 et servait à illustrer des riverains du 93 pris en photo et luttant contre les dealers.

    Mais ici c’est pas grave puisque le but est de faire peur, pas de réfléchir.


    • pemile pemile 24 avril 19:51

      @The White Rabbit « En effet, l’image d’illustration date de 2016 et servait à illustrer des riverains du 93 pris en photo et luttant contre les dealers. »

       smiley


  • berry 24 avril 19:49

    La réussite du déconfinement le 11 mai dépend du respect du confinement actuel.

    Entre le non-respect des mesures de distanciation dans les quartiers immigrés, le manque de masques et de tests, et la circulation de métros bondés sur certaines lignes, le virus continue de circuler dans le pays (la RATP envisage d’augmenter la fréquence des rames, elle est consciente du problème, elle s’en occupe d’ici quelques jours ou quelques semaines, incessamment, sous peu). 

    Il y a actuellement 1 400 nouvelles hospitalisations chaque jour, ce qui est beaucoup. S’il y a toujours des clusters actifs le 11 mai (en ile de France par exemple), l’épidémie repartira de plus belle.


  • foufouille foufouille 24 avril 20:57

    je ne vois pas le problème pour cette fois.

    la gentille police est surtout occupé à protéger le centre ville et ses bourgeois mais se déplace un peu dans les quartiers.

    si ils sont malades, ça ne devrait pas déranger certaines personnes ......

    tout le monde n’a pas non plus un grand et beau pavillon avec jardin .......


    • V_Parlier V_Parlier 25 avril 17:37

      @foufouille
      En fait ce genre de remarque est bien plus dure que celles des « identitaires » car vous sous entendez par là que les gens normaux qui habitent encore là-bas (par manque de moyens pour s’enfuir) ne méritent aucune pitié et peuvent être assimilés aux cailleras qui règnent sur eux.


    • foufouille foufouille 25 avril 17:53

      @V_Parlier

      les gens normaux sortent aussi un peu.

      il n’y a pas des HLM que dans les quartiers pourris.

      si les flics faisaient leur boulot au de lieu d’obéir au bourgeois, on en serait pas là.

      les débiles restent avec les débiles donc ils se contamineront juste entre eux.


  • foufouille foufouille 24 avril 20:57

    je ne vois pas le problème pour cette fois.

    la gentille police est surtout occupé à protéger le centre ville et ses bourgeois mais se déplace un peu dans les quartiers.

    si ils sont malades, ça ne devrait pas déranger certaines personnes ......

    tout le monde n’a pas non plus un grand et beau pavillon avec jardin .......


  • Slipenfer 1er Christian Deschamps 25 avril 00:15

    De la même manière, les mesures mises en place pour contrôler le coronavirus pourraient finir par causer plus de souffrances et de morts qu’elles n’en préviennent. Réduire le nombre de morts signifie réduire au minimum les morts que nous savons prévoir et mesurer. Il est impossible par exemple de mesurer les décès supplémentaires qui résulteraient de dépressions induites par l’isolement, du désespoir causé par le chômage, ou de la baisse de l’immunité et de la détérioration de l’état de santé que peut provoquer une peur chronique. Des études ont montré que la solitude et le manque de contacts sociaux augmentent l’inflammation, la dépression et la démence. Selon le docteur Lissa Rankin, la pollution de l’air augmente le risque de décès de 6 %, l’obésité de 23 %, l’abus d’alcool de 37 % et la solitude de 45 %.


    • V_Parlier V_Parlier 25 avril 17:38

      @Christian Deschamps
      Certes, vous avez probablement raison. Mais c’est un autre sujet.


    • Slipenfer 1er Christian Deschamps 25 avril 19:54

      @V_Parlier
      Non ce n’est pas hors sujet...
      c’est une facette de cette problématique et il faut en faire une analyse systémique.
      -
      Un autre angle
      (10 mn à lire trop facile : fichier pdf en provenance de /L’Université de Montpellier

      .)
      -

      La Spirale dynamique : modèle d’évolution individuelle et ...
      La Spirale dynamique Processus général de développement des valeurs individuelles et sociales Développé par Clarence Graves (80), qui considérait qu’il s’agissait d’un modèle « bio-psycho-social » prenant en compte l’ensemble des dimensions des êtres humains. Repris par Don Beck et Cowan Décrit des « visions du monde »,


  • dimitrius 25 avril 09:09

    Tu enverras tes lamentations de cul béni au MEDEF , qui dans un premier temps a fait venir les parents de ces jeunes pour faire du dumping social et salarial , du temps où il y avait encore des usines en France , et puis qui à un moment donné à penser que de délocaliser la production dans des pays sans protections sociales , était beaucoup plus lucratif et pas de syndicats pour les faire chier . Et aujourd’hui on s’aperçoit qu’on est même plus foutu de fabriquer un masque chirurgical à 2 balles.


  • cétacose2 25 avril 09:16

    C’est le moment ou jamais . Rapatrier l’armée qui n’a rien à foutre au Mali ou ailleurs et faire le siège quartier par quartier pour les dératiser radicalement ( tirs à vue ,mosquées rasées ,population récalcitrante évacuée de force vers des lieux plus ensoleillés ...etc ) Ainsi après Austerlitz ,Wagram ,Poitiers ,nous pourrions inscrire sur l’arc de triomphe : Aulnais sous bois , Cergy , Vaux en Velin.....etc


  • Decouz 25 avril 09:45

    @foufouille

    Tout à fait on peut raisonner à l’inverse : ils se contaminent, peu importe, mais protégeons la population des centres et des quartiers « normaux ».


  • zygzornifle zygzornifle 25 avril 11:45

    Foot l’aprem , cramage de bagnoles le soir 


  • ETTORE ETTORE 25 avril 13:34

    M’enfin....Le soir, toutes les capuches sont grises !

    Alors pour éclairer ces quartiers tristes, quoi de mieux qu’un incendie de commissariat ?

    Le bâtiment flambe sous les acclamations des découvreurs du feu....

    La mairie soutient que c’est « le centre culturel » (la porte à côté du commissariat, pour preuve, même une photo aérienne) qui était visé !

    Je ne sais pas qui est le plus con de ces cloportes, les encapuchonnés qui font la danse du feu tous les soirs, ou les débiles retranchés au dernier étage de la mairie de Strasbourg, et qui préfèrent sauvegarder la réputation de « Capitale Européenne »

    et les investissement hôteliers et immobiliers .

    Quand cette ville seras plus noire de suie que pendant la guerre avec nos

    ( désormais voisins européens )« amis Allemands », qui ne veulent plus de la racaille Strasbourgeoise chez eux) on vas peut être prendre des mesures pour faire comprendre à ces illettrés notoires que le nouvel an, c’est pas tous les soirs...

    Ramadan où pas !


  • OMAR 25 avril 22:02

    Omar9

    .

    @L’Auteur :« ... Il est vrai que dans ces quartiers suréquipés en stades, gymnases et autres installations... ».

    .

    C’est vrai, d’ailleurs, même le Stade de France est installé là-bas...

    .

    Sauf qu’en matière d’infrastructure scolaires, St-Denis est à la traine avec moins de 50% d’établissements scolaires par rapport à d’autres mairies.

    .

    Et l’école ou le lycée le moins doté de Neuilly est plus équipé que la meilleure école ou le meilleur lycée de St-Denis.
    .
    Enfin, il y a insuffisance de personnel enseignant à St-Denis où la majorité du corps enseignant est composé de nouveaux profs inexpérimentés...
    https://www.ccomptes.fr/system/files/2019-02/08-communes-defavorisees-ile-de-France-Tome-1.pdf


    • cétacose2 26 avril 18:53

      « Sauf qu’en matière d’infrastructure scolaires, St-Denis est à la traine avec moins de 50% d’établissements scolaires par rapport à d’autres mairies ». ........les autres 50 % ayants été incendiés car ces « jeunes gens » estiment que l’école n’est pas indispensable pour préparer le CAP d’un bon « droguiste ».....


    • chantecler chantecler 27 avril 08:51

      @cétacose2
      Salaud !
       smiley
      Je sais à coup sûr que vous n’avez jamais mis les pieds dans ces banlieues où l’on a concentré toute la misère humaine .
      ....
      Et encore moins dans ces « groupes scolaires » fabriqués dans les années 50/60 , style Pailleron, tout béton , ( proches des lignes SNCF, périphériques/axes routiers , aéroports, zones industrielles en déshérence ) qui fuient de partout , à peine chauffés , et où les enseignants manquent de tout , parce que les municipalités n’ont pas les moyens de payer les fournitures de base , les cantines qui permettent aux enfants parfois de prendre un repas par jour et encore , repas « préparé » par « un traiteur industriel »...
      ....
      Ou encore parce que les responsables municipaux ont la même mentalité que vous .
      Salopard fasciste !


    • cétacose2 27 avril 13:36

      @chantecler
      Bonjour et merci pour ces qualificatifs élogieux . Certes je ne connais pas les quartiers « prestigieux » de la région parisienne mais je connais trop bien ceux de la région grenobloise et lyonnaise qui sont tout aussi infestés par la même pègre que les français (les vrais ) souhaiteraient qu’elle soit attirée par les mirages orientaux....


  • cedricx cedricx 27 avril 07:37

    Oui l’auto deconfinement c’est mieux et plus convenable quand c’est entre français pur souche comme ici dans le 18ème 

    Par Cécile Beaulieu
    Le 26 avril 2020 à 17h14, modifié le 26 avril 2020 à 18h11

    En plein confinement, un vent de folie a soufflé au pied de la butte Montmartre (18e). Place Constantin-Pecqueur, entre la rue Caulaincourt et la très chic avenue Junot, une trentaine de personnes se sont soudainement mis à danser, vers 20 heures, au son d’une chanson de Dalida, dont le buste trône sur la place qui porte son nom, à quelques encablures de là.

    Sidérantes, les images, tournées par un passant et visionnées sur Twitter par les internautes près de 3 millions de fois, ce dimanche matin, montrent des couples enlacés se déhanchant avec entrain sur « Laissez-moi danser », d’autres badauds, occupés, hilares, à filmer la scène, au mépris de toute distanciation. 



Réagir