lundi 18 mai - par Régis DESMARAIS

Misère effrayante et vacuité du Slim cuir

Bien avant le confinement, le perron de l’Elysée offrait parfois de cruels contrastes avec la rue : sous le soleil, les tenues griffées et slim cuir de Brigitte M ; sous les néons, la pauvreté de gens qui ne seraient rien, un peu dégriffés. Brigitte M a mal vécu le confinement et la presse s’en est émue. Les nuits de la première dame auraient été agitées. Le slim cuir, c’est peut-être chic et tendance mais ça ne fait pas tout. Il y a même comme une impression de vacuité…

JPEG

 

Les malheurs d’une certaine Brigitte M

Brigitte M a mal vécu le confinement au Palais de l’Elysée. Une certaine presse, comme une bonne fée, s’est penchée sur le rocking chair de la première dame pour l’écouter et lui donner un petit coup de baguette magique, histoire de relifter et de repulper son moral. Les 11 179 m2 de l'Elysée et l’hectare et demi du parc du Palais devaient être source d’angoisse dans le silence effrayant de leur immensité. Il se raconte que Brigitte M aurait eu des nuits particulièrement agitées, et même hantées par de terribles cauchemars. Ces cauchemars auraient un lien avec les lectures de dame Brigitte : un recueil de nouvelles d’Edgar Allan Poe, intitulé Le masque de la mort rouge. Selon les fées, Brigitte M aurait eu des sueurs froides. Le peuple est ému ; les histoires de masques ne le laissent pas indifférent. Les larmes coulent déjà sur les visages des mères de famille qui, pendant le confinement, se levaient aux aurores pour prendre le RER et venir faire le ménage dans des locaux spacieux du 8ème arrondissement, sans masques évidemment.

La presse se trompe : Edgar Allan Poe est innocent. Brigitte M a eu des sueurs froides à cause du projet de confinement longue durée, réservé aux plus de 65 ans ! Pauvre première dame privée du Touquet, des couturiers et des sorties entre copines. Si Brigitte M étincelle, c’est bien en tant que porte-vêtement des créateurs de mode. Comme le mot couturier rime avec vacuité, rime pauvre je vous l’accorde, il est difficile de ne pas de ne pas sentir injuriés, rime moins pauvre, avec ces histoires de malheurs de Brigitte M alors que tant de personnes sont dans la misère.

Aux esprits naïfs qui s'étonneraient que l'on puisse faire un rapprochement entre Brigitte M et la misère de certaines personnes, il est bon de rappeler que la première dame a désormais un rôle public dans le pays, dispose d'un secrétariat et de deux conseillers financés par nos impôts. Par ailleurs, la juxtaposition de la misère existant dans ce pays et des comportements de Brigitte M et la façon dont la presse en parle, révèle la superficialité et la vacuité qui gangrènent les lieux de pouvoir. Enfin, en endossant un rôle public, alors qu'elle n'a pas été élue par le peuple Français, Brigitte M représente un pouvoir politique dont les décisions contribuent à l'appauvrissement de certains.

 

La souffrance des dégriffés, juste avant le confinement

Venir à Paris, pour une personne qui a perdu l’habitude de la Capitale, est une expérience éprouvante. L’épreuve n’est pas de subir les embouteillages causés par les nouveaux plans de circulation et les multiples travaux. La difficulté n’est pas de survivre aux trottinettes et aux cyclistes inconscients qui ignorent que le code de la route s’applique à eux et que les passants sont fragiles. Le défi n’est pas de surmonter la pollution du métro et son trop plein de passagers. L’expérience éprouvante est de croiser une misère humaine épouvantable sur les trottoirs et surtout dans les stations et les rames du métro.

Sur le quai de la ligne 4, station Gare du Nord, un homme, sans doute la trentaine, est en caleçon. A ses pieds des vêtements déchirés, sales, malodorants et rongés par des bestioles dont j’ignore le nom. Cet homme est contourné par les voyageurs. Il est quasiment nu et ses pieds sont enflés, la chair est décolorée, les orteils presque méconnaissables.

Dans une autre station, sur le quai opposé au mien, une femme est assise, visage blafard, cheveux gras, une bouteille à la main. Son corps est déformé par des boursouflures. De cette masse de chair souffreteuse, une voix rauque tente de s’élever et laisse deviner une phrase confuse et déstructurée.

Dans une rame de la ligne 5, archibondée, un petit espace dépeuplé surprend dans ce trop plein de voyageurs. Au centre de cet espace, une banquette sur laquelle un vieil homme est à demi couché. A son bras droit, le reste d’un tube en plastique est fiché dans sa peau et indique que récemment, un cathéter veineux a été implanté dans ce corps. Au poignet gauche, un bracelet d’hôpital confirme un passage récent dans une unité de soin. Le vieil homme est demi-nu. La peau de son ventre et de son dos est parsemée d’auréoles. La vision de ce corps qui se délite est effrayante. L’indifférence des voyageurs est stupéfiante. Ces hommes et ces femmes qui m’entourent paraissent blasés par cette vision, et sans doute tétanisés, au fond d’eux-mêmes, à l’idée que demain, c’est peut-être eux qui seront avachis sur cette banquette.

Je n’avais pas le souvenir d’une misère humaine aussi visible et répandue dans Paris. Je ne crois pas avoir déjà vu une telle concentration d’êtres en sursis, de corps aussi meurtris, salis, et dévorés par la vermine.

 

La vacuité et l’infortune de l’ignorance

La veille même de ce passage sur Paris, la presse diffusait une photo de Brigitte M, parfaitement maquillée et superbement vêtue. La première dame avait reçu Olivier Rousteing, directeur artistique de la maison Balmain, à l’Elysée. Le temps d'un déjeuner, le couturier aurait parlé de sujets essentiels avec la première dame : mode et cinéma. Le 14 novembre 2019, en prenant la pose sur le perron de l'Elysée avec Olivier Rousteing, Brigitte M en a profité pour renouer avec une de ses pièces mode rock fétiches : le slim en cuir.

Le lendemain de cette escapade parisienne, j’ai appris que France 2 a diffusé un reportage sur les entreprises qui gagnent des millions grâce au crédit d’impôt recherche. Il semblerait, d’après les journalistes, que ce dispositif permet aux entreprises d’alléger leurs impôts et d’augmenter leurs bénéfices. On apprend aussi qu’une commission du Sénat s’est rendu compte du problème mais que, par un vote de justesse (10 contre 8 pour le contenu du rapport), le rapport de la commission a été mis de côté et finalement détruit. Le ministre de l’économie de l’époque aurait envoyé un télégramme de félicitations à l’un des sénateurs qui a voté contre, permettant aux entreprises cette « optimisation fiscale ». Ce ministre était Emmanuel Macron.

Dans le métro parisien, l’air est parfois saturé d’odeurs insoutenables de corps à l’abandon. Sur le perron élyséen, où s’exhibent les toilettes de Brigitte M, flotte un relent insupportable d’indécence face à cette misère humaine toute proche.

Il paraît que le président aurait découvert la réalité de certaines banlieues grâce au film Les Misérables de Ladj Ly. Le chef de l’Etat aurait demandé au Gouvernement de faire quelque chose pour améliorer la situation.

Il paraît que le président pourrait découvrir que des gens qui ne sont rien vivent dans d’épouvantables conditions et se meurent de façon misérable. Pour cela, il faudrait un film ou alors un couturier inspiré qui étofferait les manches de ses manteaux branchés de restes de cathéter et de bracelets d’hôpital. Un petit geste pourrait alors être demandé au Gouvernement pour améliorer les choses, au moins dans le métro parisien…

 

Quel espoir pour demain ?

Le confinement est passé par là. Brigitte M a mal vécu son enfermement dans le palais élyséen. Demain, la première dame va jeter un œil attentif sur la vente aux enchères de quelques pièces de notre patrimoine par le Mobilier National. La vente est décidée pour la bonne cause : au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris - Hôpitaux de France. Une bonne cause et sans doute un moment jet set en perspective.

La misère que j’ai vue avant le confinement devrait continuer à prospérer après le confinement. Que de faillites en perspective, que de gens abandonnés à eux-mêmes, que de sollicitations supplémentaires pour des aides nécessaires. Les parisiens qui détournaient la tête du vieil homme avachi dans le métro avaient raison de craindre pour eux, de s’angoisser à l’idée que cette vision d’horreur soit un signe annonçant leur prochaine déchéance.

Nous sommes ce vieil homme en devenir. Notre seul espoir de changement serait-il donc que le président découvre notre vie au détour d’un film, d’un spectacle ?

Il paraît que le président vient de découvrir l’état déplorable des hôpitaux et les conditions de travail dégradées des personnels hospitaliers grâce au Covid-19 et à une visite sur le terrain. Notre président a du mal à voir son pays sans une aide extérieure. Il faut lui ouvrir les yeux pour qu’il découvre la vie, la vraie et la pauvreté de millions de Français. L’espoir d’un peuple est-il d’attendre une prochaine crise qui, comme un stimulus, pourrait réveiller le président ? L’espoir est-il de se résigner à l’injection prochaine d’un soin palliatif et expéditif ? Dans ce pays, l’espoir d’un changement avec ce président, sans nouvelle catastrophe, est-il illusoire ?

Brigitte M est soulagée. Les magasins ouvrent de nouveau leur porte. Les cauchemars c’est du passé, du démodé. C’est si bon de s’acheter quelques nouvelles fringues pour afficher son style rebelle dont a si besoin la politique !

Régis DESMARAIS

 



29 réactions


  • cevennevive cevennevive 18 mai 08:35

    Bonjour Régis,

    Excellent ! Entre rire et larmes, entre opulence et misère. Le monde d’aujourd’hui quoi...


  • samy Levrai samy Levrai 18 mai 08:46

    En même temps, une bonne refondation et le tour est joué...

    C’est simple la vie en macronie.


  • Decouz 18 mai 08:51

    Devant un magasin audio prothésiste, je vois un homme assis sur les marches, pas très riche d’apparence, je lui dis que la structure est fermée, « je n’entends pas » il me dit, il porte un appareil, je lui fait des signes, lui montre l’affiche. Je lui dis de consulter internet pour des renseignements « je n’ai pas internet », il note le numéro inscrit devant l’entrée mais malheureusement pour lui ce numéro n’est plus valable.

    Et ceux qui lisent sur les lèvres ne peuvent plus comprendre à cause du masque...


  • rita 18 mai 08:55

    Excusez du peu, la dame s’augmente, (passant de 440.000 euros par an payé avec nos impôts) à 23% de plus soit plus de 500.000 euros an ?

    Une infirmière touche en moyenne 1.500 euros mois ?

    Mangez des brioches disait une « reine » raccourcie de 20 centimètres ?


    • Et hop ! Et hop ! 18 mai 20:52

      @rita

      Elle ne l’a jamais dit.


    • stef 18 mai 22:26

      @rita
      Une infirmière c’est quand même un peu pus de 1 500 € surtout en libéral


    • rita 19 mai 07:10

      @stef
      Le salaire d’un infirmier débutant est d’environ 1 700 € brut par mois, hôpitaux publics ou cliniques privées (hors primes). Dans les établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées : 1 790 €.. !


  • Decouz 18 mai 09:04

    Et puis il y a celui qui vit dans la forêt, été comme hiver, pourtant il devrait savoir que le camping sauvage est interdit. Pour lui virus ou non rien ne change, il fait quelques kms le long de la route avec son sac sur le dos et ses habits noircis pour aller près des magasins. Il accepte l’argent mais il a sa fierté et m’a fait comprendre qu’il ne veut pas passer pour un assisté et que m’a dit que je suis comme lui, j’ai besoin du bon Dieu.


  • xana 18 mai 11:05

    Excellent article.

    En 1793 on a guillotiné des tas de gens pour bien mois que ça, et ça n’a pas empêché la vie de continuer. Il y a même eu quelques progrès.

    Je me suis exilé et dans le village où je vis il y a plus de fraternité qu’en France, aussi je ne regrette rien.

    Mais quoi qu’il m’en coùte, je viendrai en France pour voir Macron et Marie-Antoinette -euh, non, Brigitte passer sur la guillotine.

    J’ai confiance en la justice.

    Il faut bien croire en quelque-chose...


  • Emohtaryp Emohtaryp 18 mai 12:38

    Oh pauvre choucoute qui fait des cauchemars, couic ! elle voit la tête en l’air de son mari et la sienne place de la concorde ?


  • keiser keiser 18 mai 15:32

    Pour ses prochaines lectures, je lui conseille : « La Chute de la Maison Usher »

    Cette nouvelle démontre la capacité de Poe à introduire un ton émotionnel dans son travail, et spécifiquement les sentiments de peur, de fatalité et de culpabilité

    Mais il est vrai que se retrouver devant de tels sentiments pourrait lui être fatal.

    Pensez donc, culpabilité, mais qu’est ce donc que cela !? ...

    Et pourquoi pas du remord tant qu’on y est. smiley


  • alinea alinea 18 mai 16:00

    La macronerie est la caricature de l’ancien régime ! les rêves, les buts, les idéaux de ceux-là ne devraient être partagés par personne ! Hélas je crois qu’ils sont brigués par beaucoup.

    Ce n’est pas très grave qu’une prof de théâtre arrivée au faîte de l’échelle sociale, y vive sa futilité, ce qui est grave c’est que les électeurs n’aient pas vu la vacuité de son époux président ! Je pense qu’il faut ouvrir les yeux !


  • François Vesin François Vesin 18 mai 16:12

     « Notre président a du mal à voir son pays sans une aide extérieure. »

    .

    C’est parce qu’il y est totalement étranger

    qu’il le détruit méticuleusement sans états d’âme !

    .

    Bravo pour le portrait de Brigitte en même temps...

    Il est un peu sa cane, elle est son pistolet !!!


  • foufouille foufouille 18 mai 16:46

    c’est certainement pareil dans toutes les grandes villes.


  • dimitrius 18 mai 17:37

    Pour satisfaire les vieilles toupies d’Avox il faudrait que brizitte aille cul nu et en haillons , non mais tu parles d’abrutis sur ce site. La femme de Li Xi Ping n’est pas en costume Mao à ce que j’ai vu et la plupart des toilettes lui sont offertes par des couturiers qui se font de la pub , et cela à toujours été ainsi . Mais l’auteur petit et mesquin n’est pas plus malin que le président du brésil , je dirais un sombre connard. Que Macron ne soit pas ta tasse de thé j’en conviens , mais se moquer d’une femme âgée qui représente la France c’est simplement à gerber . Et dis moi trouduc comment elle est la tienne de vieille , ou serait tu comme Macron un p’tit peu de l’autre côté.


    • foufouille foufouille 18 mai 17:47

      @dimitrius c’est par ce que macron a dit que c’était 5€ d’apl en moins par mois.

      pas comme sa vaisselle en or ni son budget qui augmente tous les ans ni les fringues de sa femme, etc.


    • dimitrius 18 mai 17:56

      @foufouille
      Joues pas au con avec moi , la vaisselle elle est la propriété de l’état , et les fringues sont gratos ainsi que toutes les saloperies qu’emploient les femmes pour se coiffer se maquiller etc. les généreux donateurs se font de la pub . Macron est un pourri , mais les autres présidents n’ont pas fait mieux de Pompidou à aujourd’hui , toutes ces femmes de présidents en ont profité . Le plus pourri de tous Sarko avec son A 330 parcourant le globe pour chercher sa femme infidèle.


    • foufouille foufouille 18 mai 18:15

      @dimitrius

      sarko est très con mais un peu plus réaliste.

      la vaisselle plus le service qui est dans la voiture est un luxe. pas 5€ d’apl. pareil pour la déco à 500 000. la chouille avec ses trans.

      macaron est une ordure de faux cul qui a vendu du changement.

      cette merde a délocalisé une usine de masques ..........


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 18 mai 18:46

      @dimitrius
      Vous êtes un parangon d’élégance. Je suis désolé de vous avoir choqué avec cet article. Vous deviez peut-être vous trouver avec ces gens qui hurlaient et scandaient dans les meetings de Macron en 2017 : « BRIGIIIIITTTEEEE, Brigitte ». L’effet était saisissant. Hélas, pour ma part, je ne suis pas dans l’adulation, la soumission à une star, fut-elle de gloss, de poudres et de crèmes revitalisantes. Evidemment, dans un monde où il y aurait des intouchables, dans un monde où la décence n’existerait pas, où la misère n’existerait pas alors oui, on ne pourrait parler que de sujets essentiels : mode et cinéma, et on pourrait ignorer Brigiiittte. On pourrait même laisser fuiter ses cauchemars dans la presse, cauchemars sans doute plus torrides que ceux des personnes placées sous respirateurs artificiels. Hélas, nous sommes dans la réalité avec des personnes qui ont décroché de la réalité, pourquoi pas, mais qui en plus ont l’audace de gouverner ou d’être en représentation, mais en représentation de quoi ? de la vacuité et de la superficialité !


    • dimitrius 18 mai 19:06

      @Régis DESMARAIS
      Cher camarade syndiqué , je n’ai pas eu l’honneur et l’avantage de recevoir une éducation de Bobo comme toi , mille excuses . De brizitte je m’en branle , mais de s’attaquer à une femmes âgée au prétexte qu’elles est la première dame est d’une connerie incommensurable. D’autant qu’elle ne fait pas pire que les anciennes première dames. Si tu considères que la France est un pays merdique de clodos , ben alors il faut faire vivre le Président dans un HLM , c’est l’idiocratie. Nouvelle devise de Desmarais , soyons tous miséreux et misérables pour satisfaire la gauchiasserie.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 18 mai 19:40

      @dimitrius
      Vous ne savez rien de mon éducation. Vous faites des spéculations, un peu comme les amis de M. Macron mais les vôtres ne rapportent pas. Vous n’avez dans le fond pas perçu le sujet de cet article. Le sujet n’est pas Brigitte M. Elle n’est que le prétexte à la mise en lumière de la vacuité et de la superficialité du pouvoir, de la représentation du pouvoir et d’une certaine presse. Cela peut vous sembler injuste que Brigitte M se trouve être embarquée dans cet article mais il faut bien l’avouer, elle s’est elle même embarquée dans cette histoire. il lui appartenait de refuser les meetings et le projet présidentiel de son époux. Par ailleurs, je ne considère pas que la France est telle que vous le dites. C’est un pays où il y a beaucoup de misères mais pas que. Quand on occupe les palais de la monarchie, on adopte une forme de retenue dans la pratique du pouvoir. Ce que je reproche aux Macrons, notamment, c’est leur indécence. vous savez l’indécence, on peut l’avoir dans un palais ou dans une HLM. La classe on peut l’avoir aussi dans une HLM. Ce n’’est pas le décor qui compte mais la manière d’être. De fait, mettre Brigitte M dans une HLM ne changerait rien. Ce qui pourrait aider au changement, serait sa prise de conscience de la vacuité de ses actes. Vous voyez, vous êtes passé à côté du sujet de l’article.


    • Et hop ! Et hop ! 18 mai 21:00

      @dimitrius : « ...  et cela à toujours été ainsi ... »

      C’est faux, c’est de la corruption, c’est-à-dire un délit.

      Le traitement du président est assez élevé pour qu’il achète des vêtements à sa femme et à ses enfants.

      La femme d’un président de la République n’a aucune raison de porter des vêtements de haute-couture et de s’habiller comme une milliardaire.

      Dans la mesure où elle a une fonction de représentation, elle peut bénéficie évidemment de frais de représentation pouvant aller jusqu’à des habits de haute-couture qui doivent être intégralement payés sur le budget prévu.

      C’est vraiment des gens minables, et surtout des gens très laids.


    • Et hop ! Et hop ! 18 mai 21:08

      @dimitrius : « ... s’attaquer à une femmes âgée au prétexte qu’elles est la première dame ... »

      Elle n’est pas la première dame, il n’y a pas de « première dame » en France, c’est une institution américaine que M. Macron a essayé d’importer en France, mais le Parlement l’a refusé.

      Elle est l’épouse du président de la République, elle n’a aucune fonction indépendante, et elle n’a droit à aucun budget et aucun personnel attitré, elle n’a le droit de prendre aucune décision et elle ne représente rien ni personne.

      Pour l’Élysée il y a un conservateur, un architecte en chef des monuments historiques, plus un fonctionnaire du Mobilier national, etc.. Donc Madame Macron n’a pas le droit de prendre des décisions sur la décoration de l’Élysée, il y a des gens compétents dont c’est la fonction.

      Les bureaux, les fonctionnaires et les frais de fonctionnement qu’elle s’est fait attribuer dans le budget de l’élysée sont un abus.


    • dimitrius 18 mai 22:59

      @Et hop !

      Ta gueule hop hop , tes misérables pleurnicheries de Tocard moraliste me laisse à penser que t’es une sale gauchiasse . Le Président Chinois pour sa visite à Nice à fait venir son lit par avion spécial de Chine et je ne t’ai pas lu te plaindre qu’un Coco vive comme un Prince.


    • Et hop ! Et hop ! 19 mai 18:47

      @dimitrius

      Je n’étais pas au courant.

      Le Président chinois n’est pas la femme du président chinois, je ne connais pas les droits que lui donne la Constitution chinoise, je m’en fous, ce n’est pas moi qui paye.

      Le transport d’un lit AR dans la soute de l’avion, ça coûte combien ? Au maximum 1 000 Euros. 


  • INsoMnia INsoMnia 18 mai 18:00

    Ces gens là Monsieur, n’ont aucune décence ! La Honte ils ne connaissent pas non plus !


  • ETTORE ETTORE 18 mai 21:22

    Peut être juste des sueurs froides de la ménopause, accentuées par l’histoire de la fin tragique de Elena Ceausescu et ....con-sort !


  • xana 18 mai 22:36

    Eh oui. Lenuța était moins élégante que Brigitte. Et elle se mêlait de tout, ce qui a causé sa mort et celle de son mari. En Roumanie on la surnommait « l’académicienne » et on prétend qu’elle ne savait pas lire.

    Mais il y a des chances que Brigitte finisse sa carrière elle aussi devant un peloton, ou sur un échafaud (on est en France !). Ce ne serait que justice.


  • ribouldingue ribouldingue 18 mai 23:43

    Arf ! Si les macron se font chier dans leur 11 179 m2 je connais plein de potes qui seraient ravis de partager le gîte et le couvert avec eux et de leur tenir compagnie. A vot bon coeur mes seigneurs.

    https://music.youtube.com/watch?v=XtB-hMFMSS8&feature=share

    https://music.youtube.com/watch?v=BwZMLE91HPk&feature=share


Réagir