mercredi 16 mars 2011 - par nemo3637

Mourir pour la Libye ?

On connait la fameuse phrase de Marcel Déat, socialiste puis collaborationniste, à propos de Dantzig menacé par les troupes allemandes dès 1938. Tant il est vrai que le risque d’un conflit faisait alors accepter les volontés des plus arrogants. Les opinions publiques européennes particulièrement en France et en Grande-Bretagne gardaient trop en souvenir les horreurs de la Première Guerre mondiale.

L’enjeu pour tout pouvoir, plus que jamais, est de tenter de manipuler lesdites opinions. On le constate encore avec la catastrophe nucléaire japonaise où les informations importantes sont noyées dans un flot de détails. Et Gaza sous les bombes fut aussi un nouveau Dantzig où l’armée israélienne put massacrer une population sans que les pays « occidentaux-et-civilisés » ne lèvent le petit doigt.

Aujourd’hui, comme toujours en situation de crise – économique à l’échelle mondiale et sociale en Afrique du nord et dans le Golfe – les lignes se dispersent, s’estompent, semblent disparaitre.

Ainsi, pour nombre de personnes, le régime de Khadafi ne tient il pas une légitimité en tant que rempart contre le colonialisme et l’impérialisme ? N’est-il pas victime d’un complot récurrent des forces impérialistes et de leurs alliés pour l’abattre ?

Pour d’autres plus nombreux, majoritaires, le régime du colonel est une sombre dictature faite d’exécutions, de tortures, de massacres. Et la révolte née il y a maintenant un mois, est bien l’émanation d’un peuple entré en insurrection contre le pouvoir tyrannique.

Mais tout cela constitue un faisceau d’opinions qui traversent les populations.

Ce qu’il convient d’analyser quelque peu ce sont les attitudes des puissants, des états, des gouvernements, et particulièrement celles des « grandes puissances » devenant divergentes.

Les Etats-Unis, que tout le monde suit d’ordinaire, ont changé de position depuis quelques jours. Récemment encore par la voix du charismatique Obama ne fallait-il pas se débarrasser de Kadhafi ? Et on faisait planer la menace d’une intervention militaire. Mais bizarrement ces appels martiaux d’outre-Atlantique se sont tus. Et c’est la France et la Grande-Bretagne qui ont pris le relais pour demander le fameux corridor de sécurité aérien. Ce qui revenait, en fait à bombarder la Libye car les cibles auraient été les installations militaires des loyalistes. Certains pays comme l’Allemagne s’en tiennent depuis le début à une position prudente de non-intervention.

La reconnaissance du Conseil National de Transition de Benghazi suit cette même trajectoire sinueuse.

C’est que, dans cette région pétrolifère, le conflit dure depuis trop longtemps.

Les cours du pétrole s’envolent et l’insécurité, du point de vue économique et politique, provoquée par l’émigration de centaines de milliers de personnes, exacerbent en fin de compte des tensions économiques à l’échelle mondiale.

Il faut donc en finir.

Mais en finir avec qui ? Avec quoi ?

 Tout compte fait Khadafi n’a-t-il pas rendu de fiers services à la « communauté internationale » ? En combattant Al-Quaida comme il ne manque pas de le rappeler aujourd’hui devant tous ceux qui font montre d’ingratitude. En se mettant au service dudit Empire par la communication de tout renseignement en sa possession concernant le « terrorisme », en démantelant lui-même son début d’installation nucléaire n’a-t-il pas montré suffisamment patte blanche ? Et le clown sanglant de Tripoli n’a-t-il pas prouvé dans la pratique qu’il pouvait être un fidèle obligé, bloquant l’émigration africaine, seulement préoccupé à se répartir, lui et sa famille, les biens acquis grace à l’argent du pétrole ?

Certes les Américains le détestent. Mais les moyens manquent aujourd’hui pour ouvrir un troisième front. George Bush avait lui-même reconnu le satrape au petit pied en enlevant la Libye de la liste des états-voyous. Le Fou de Libye avait même – consécration suprême – présidé l’Onu, en profitant pour jeter à terre ses statuts lors d’un discours à propos des droits de l’Homme.

D’ailleurs au Yémen, alors que les autorités font plus que jamais usage de la force, on salue à présent le dictateur Saleh pour ces concessions raisonnables. Et l’invasion du Bahrein par les troupes de l’Arabie Saoudite ne suscite aucune protestation.

Khadafi ?

Un brave homme en somme.

Alors, people, ladies and gentlemen, ne le dites pas trop fort mais cela ne couterait-il pas moins cher, cela ne serait-il pas moins risqué finalement de laisser au pouvoir le Timbré de Tripoli ? Et après, my friends, business as usual, isn’t ?… Même s’il faut se boucher le nez !

Le peuple massacré ? On arrangera le coup médiatiquement parlant en versant une larme et en donnant des médailles aux rescapés en exil. Pour Gaza martyre les opinions publiques s’étaient-elles émues ?

Le gouvernement Sarkozy, lui, avait semblé faire un autre choix, plus risqué, plus dans la mentalité d’un gambler à l’image du président français, condamné au coup d’éclat pour sauver son trône. Comment, au passage, ne pas déceler dans sa logomachie un désespérant parfum de Napoléon III ? Mais on sait que l’on en reste aux bels pawols. Car le fameux « corridor » qu’il a proposé, n'est-il pas risqué, supposant des bombardements qui pourraient mettre à mal…les installations pétrolières elles-mêmes ? 

Après des déclarations « en pointe » sur la Libye, plus dure sera la chute et la pilule à avaler quand les sicaires khadafistes avançant sans coup férir grace à leur supériorité mécanique, massacreront Benghazi tandis que notre président ne pourra que rester les bras ballants. Le fameux corridor n’aura alors bien sûr plus aucune raison d’être et l’ordre régnera. La fin de l'instabilité tant souhaitée !

L’Allemagne, comme d’autres pays , a en effet d’autres chats à fouetter et ne fait pas de sentiment. Il faut tout d’abord aujourd’hui régler la question du nucléaire...et surtout de son impopularité !

 Avec Merkel on a donc beaucoup de mal à imaginer un remake de l’Afrikakorp ! La Somalie est encore dans les têtes des gouvernants. Moralité : d’un côté comme de l’autre, les états se foutent complètement du peuple libyen comme de tout autre peuple par ailleurs. Mais ça on le savait.

Où sont les brigades internationales ?



15 réactions


  • 2102kcnarF 16 mars 2011 12:39

    «  les états se foutent complètement du peuple libyen  »

    Les états occidentaux vous voulez dire . L’Occident. Tous les états ne sont pas défavorables à la Libye, aussi car ils se sentent menacés dans leur souverainété par l’interventionnisme occidental.

    Vu de Paris, j’imagine, c’est cool et folklo de dégonder des dictateurs. Mais vu du reste du monde ? Revoir les mêmes puissances impériales GB, France s’occuper du bien-être des peuples qu’ils ont colonisé.... Les bobos de libé probablement sentent le frisson de l’Histoire, quand le reste du monde se souvient de la colonisation. On assiste seulement à la remise en cause du droit d’ingérence... de la lutte factice contre un terrorisme fabriqué de toutes pièces par les US et maintenant l’OTAN...


    • nemo3637 nemo3637 16 mars 2011 14:02

      C’est vrai que l’Etat libyen s’intéresse à son peuple...pour le massacrer !


    • xray 16 mars 2011 21:24


      Les USA et l’OTAN, cela se ressemble un peu.  

      Les évènements du Maghreb sont visiblement orchestrés de l’extérieur. 
      Ces évènements démontrent une nouvelle fois que les journalistes sont entièrement soumis aux intérêts des Américains. 

      Le but des Américains est de faire sauter les verrous qui leurs interdisent l’accès directe au fric et au pétrole du Maghreb. (Les « dictateurs » ne sont pas aussi malléables que nos bons élus sans pouvoir du grand bordel européen.) 

      Le réveil des maghrébins risque d’être douloureux. 
      La Libye n’est pas en proie à de simples manifestations ni à des émeutes mais à une véritable insurrection avec de vrais moyens militaires. 

      En Libye, qui fourni les armes ? Qui tue qui ? 

      Les Américains ont trouvé en Europe des cons pour faire le sale travail. 
      Les élus européens sont des carpettes sur lesquelles les Américains s’essuient les pieds. 


      Le bourbier européen 
      http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com 



    • xray 16 mars 2011 21:30


      @ neme3637 

      L’Etat Libyen s’intéresse à son peuple pour le massacrer ?  
      Et le 9/11, c’était quoi ? 

      Le 9/11 : 
      Une imposture ordinaire dans le cadre d’un montage de guerre classique.
       
      Une version officielle digne d’un scénario de dessin animé pour enfants. 

      L’explication de la version officielle est franchement ridicule.
      En pilotage manuel, percuter le centre des tours avec des avions qui volent à une pareille vitesse est totalement impossible. Ce ne sont donc pas des pilotes encore moins des amateurs ou des débutants qui dirigeaient les avions. 

      Chacun sait aujourd’hui que la version officielle du 9/11 est totalement farfelue. 
      Seuls les journalistes, les enseignants et les curés ignorent encore la vérité. 

      Ben Laden est un mythe mythique à caractère mythique. (Un piège à cons) 
      Ben Laden n’existe que dans la poubelle médiatique. 

      Le 9 11
      Une opération menée par l’armée américaine
      http://mondehypocrite501.hautetfort.com/archive/2006/10/05/un-certain-11-septembre.html 

      Le bilan du 11 septembre 2001 (Que du positif) 
      http://mondehypocrite501.hautetfort.com/archive/2010/05/18/le-bilan-du-11-septembre-2001.html 



  • Alliance Rebelle citoyen du sud 16 mars 2011 13:58

    eh oui

    le soulevement des bahreinis , en mettant en danger l’odre international , a remis en questions le soutien aux insurgés libyens
    c’etait inevitable en faite , l’occident ne pouvait pas se permettre un effet dominos dans l’espace des monarchies petrolieres du golf alors qu’il se prepare a envahir l’iran
    y’as que le nabot napoleon sarkaozy qui ne la pas compris 
    trop occupé a vouloir faire la une a la télé et dans la presse
    le printemps arabe aura été de courte durée
    la survie de la mainmise des puissance occidental sur les richesses des pays du sud , et de l’ennergies petrolieres prime sur tout autre consideration , et rien d’autres n’as le moindre interet , 
    c’est ça les ’’’’valeurs occidental«  » ... valeurs marchande ... 


  • nemo3637 nemo3637 16 mars 2011 14:09

    C’est vrai.
    Cela a déjà été le signe du début d’un réaction autoritaire car l’Arabie à terme risquait aussi une déstabilisation. Ironie du destin : la catastrophe qui atteint le Japon va provoquer lui aussi non seulement une déstabilisation du point de vue économique mais aussi politique. La prise de décisions en matière de ressources énergétiques pose la question d’un fonctionnement démocratique et une remise en question de l’organisation économico-sociale. 


  • OMAR 16 mars 2011 19:01

    Omar 33

    Un scénario probable : que les insurgés demandent à la ligue arabe des les aider militairement (ils ont déja reconnu par institution corrompue), et que cela se concrétisent par l’interventiuon de l’armée égyptienne, si Kadaffi atteint Benghazi.


    • nemo3637 nemo3637 16 mars 2011 20:28

      C’est probablement le scénario qui a été envisagé par Juppé et Clinton lors de leur venue en Egypte. Logiquement ce serait la seule issue convenable pour la « diplomatie occidentale ». On arme suffisamment une partie de l’armée égyptienne et taïaut. Surtout que la Ligue arabe s’était déjà prononcée en faveur d’une intervention de type militaire.
      Mais encore une fois, ce qui coince c’est la peur d’une trop longue période d’instabilité en Libye. Voyez comme le mistre des affaires étrangères italien est soulagé de voir retardée toute intervention militaire !


  • xray 16 mars 2011 21:19


    Au lieu de faire une affaire personnelle de Khadafi,  nabot Léon ferait mieux de s’occuper de ce qui se passe en France et de cesser de faire ses saloperies. 

    Un vandalisme institutionnel 
    http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/18/un-vandalisme-institutionnel.html 



  • nemo3637 nemo3637 16 mars 2011 22:27

    Il faut se méfier du « conspirationnisme » qui revient à dire que toute révolte d’un peuple contre ses dirigeants serait obligatoirement l’oeuvre de conspirateurs étrangers. C’est évidemment une hypothèse à prendre en considération. Mais cette thèse ne tient pas pour les révoltes qui touchent l’Afrique du nord et le Golfe.
    D’abord parce que le principal conspirateur potentiel, les USA et ses alliés, n’ont pas intérêt à déstabiliser des zones qui leur donnent ce qu’il demande. Khadafi a fait entière allégeance depuis des années et a combattu Al Quaida, donnant toutes les informations possibles aux Américains.

    Dans cette démarche « conspirationniste » il y a aussi la volonté de renforcer des systèmes tyranniques en place, en alléguant notamment que la Démocratie défendue pour ces pays en révolte serait « des schémas d’Occidentaux » qui ne comprennent rien au colonialisme ni à  l’impérialisme, et qu’au contraire on en deviendrait des alliés objectifs.

    Ceux qui défendent de telles thèses irrationnelles connaissent très mal, notamment,  l’histoire de l’Afrique qui fut le véritable berceau de la Démocratie, et ce bien avant Rome ou la Grèce antique. Mais non seulement cette histoire a été occultée, mais, de plus, ces petits messieurs pseudo-intellos, assis le cul derrière leur écran d’ordinateur, portent aux nues les modèles imposés par les colonisateurs qui ont voulu effacer la culture des peuples colonisés : état, gouvernement centralisé, frontières héritées de la colonie, culture politique faite de magouille et de mépris des peuples, pratiques qu’ils ont vu faire par leurs maîtres colonialistes, et modèles que l’on veut donc  reproduire sans critique….

    Pour notre part, vivant dans une île et dans un régime post colonial bien différent des « régimes démocratiques occidentaux », subissant ains icette oppression colonialiste, nous n’avons pas de leçon à recevoir, pour ce qui est du combat anti-colonialiste, de militants en pantoufle éloignés de toutes réalité, fidèles soutiens, par principe, de dictatures.

     


  • Gérard Luçon Gerard Lucon 17 mars 2011 07:35

    cette ordure de marcel deat n’a pas été socialiste puis collaborationiste

    il a été socialiste puis national-socialiste

    etre collabo n’était pas une idéologie politique ni une doctrine mais un choix d’action lié à une idéologie


    • nemo3637 nemo3637 18 mars 2011 12:37

      etre collabo n’était pas une idéologie politique ni une doctrine mais un choix d’action lié à une idéologie

      D’accord avec vous. C’est aussi pourquoi j’ai employé le mot « collaborationniste » (terme que l’on retrouve dans wikipedia). Un cas « intéressant » car ancien ministre de la IIIe République, il était devenu « pacifiste » défendant de plus en plus en fait le régime hitlérien


  • Taverne Taverne 17 mars 2011 10:32

    Khadafi fait absolument tout ce qu’il veut et les vaines paroles de l’ONU ou de la France ne gênent pas son action de guerre contre son peuple. Il faudrait intervenir, comme le dit Alain Juppé, maire de Bordeaux et blogueur à ses heures perdues. Dommage qu’il ne soit pas ministre des Affaires étrangères !


  • nemo3637 nemo3637 17 mars 2011 13:14

    « Le conflit actuel oppose des tribus à d’autres tribus. »
     
    C’est aussi ce que dit le pouvoir libyen. Mais rien ne le prouve quand on observe les débuts de l’insurrection née dans les grandes villes.
    Il est vrai que le pouvoir central a discriminé la Cyrénaïque et les habitants de Benghazi ont toujours manifesté une hostilité récurrente à Khadaffi.
    Il est vrai aussi que les structures tribales restent un élément important de la société libyenne et le clan Khadafi y trouve des soutiens et une clientèle.
    Et puis une telle affirmation, quelqu’en soit sa part de véracité, justifie t-elle des massacres en masse des populations par des forces armées au service du pouvoir ? Cela encore ce serait de la « propagande occidentale » ? Malheureusement via internet on peut voir les photos de monceaux de cadavres en plein air à l’entrée de morgues.
    Mais nos thuriféraires du colonel n’en ont cure : ces morts seraient bien sûr l’oeuvre des insurgés !
    A quoi bon perdre son temps avec des apprentis-mystificateurs, des menteurs qui nous rappellent les discours de la « cinquième colonne » fasciste de l’avant-guerre ?
    Quant à nous, soyons clair : il faut sauver des vies.
    Pendant la seconde guerre mondiale, des militants de gauche ou d’extrème-gauche combattirent le fascisme et les fascistes aux côtés des Alliés qui, c’est vrai, faisaient le jeu des deux empires qui allaient se partager le monde. Mais l’idée était qu’après la victoire contre les fascistes le combat continuerait pour un changement de société et la Justice sociale. Et c’est bien ce qui s’est fait.
    Aujourd’hui ce qu’il manque c’est une véritable force prolétarienne unie, comme dans l’avant-guerre qui avait permis par exemple la création des Brigades Internationales. Celles-ci étaient certes majoritairement inféodées au staliniens et ne représentaient pas toujours les intérêts du peuple espagnol. Et l’on pourrait ainsi poursuivre le débat sur la Libye en remarquant qu’à contrario de la Tunisie et de l’Egypte, il n’y a pas de classe ouvrière libyenne proprement dite. Les travailleurs y ont été...importés grace à l’argent du pétrole et il ne s’est pas constitué une organisation - parti ou syndicat - influente de ces travailleurs. Cela donnerait du grain au moulin de ceux qui nous disent que le conflit en Libye se réduirait à une opposition entre tribus. Sauf que, comme en Arabie Saoudite, est née en Libye une classe moyenne de plus en plus importante s’intégrant au monde marchand moderne de la consommation, et rompant de plus en plus ses liens avec les traditions (tribales)....



  • nemo3637 nemo3637 18 mars 2011 12:28

    Quant aux monceaux de cadavres, je suis extrêmement prudent pour avoir vu les « charniers de Timisoara » pratiquement en direct à la télé. Et je sais qu’il ne faut pas beaucoup de cadavres pour donner une impression de monceaux.


    Il a fallu des années avant que l’on puisse exhumer les charniers contenant les corps de milliers de victimes des cette « guerre de Bosnie ». Et peu de responsables ont été arrêtés. Mladic est toujours dans la nature. Encore une fois vous niez l’évidence car cela ne correspond pas à votre « grille », à votre conception idéologique.


    vous ne dites rien sur le merdier à l’irakienne, qui attend la Libye dans tous les cas de figure, et dans lequel il ne faudrait à aucun prix que l’Europe soit impliquée.

    Là encore il s’agit de dégager un argument pour ne rien faire contre le pouvoir du colonel.
    On ne sait pas ce que deviendra la Libye. Par contre on sait ce que devient la Libye quand son gouvernement attaque son propre peuple. Et bien sûr « les monceaux de cadavres » que l’on peu voir partout sur internet ne seraient que de « savants montages » des « impérialistes et de leurs alliés » ! Minable. Digne des discours pro-hitlériens d’avant la seconde guerre mondiale.
    Maintenant il ne s’agit pas de faire de l’angélisme, de montrer les « démocraties occidentales » comme des nouveaux Saint Georges. La manipulation des médias, adoptant un discours défaitiste à propos des rebelles, insistant sur les horreurs à venir si les Khadafistes gagnent, a visé, côté français, à faire pression pour qu’une intervention militaire ait bien lieu.
    Tous les Libyens rencontrés en France adorent aujourd’hui Sarkozy. Et à Benghazi on brandit le drapeau français. C’est sans doute la révélation de notre impuissance d’internationaliste. Mais il faut bien se mettre à la place des insurgés. Ils se seraient alliés au Diable si celui-ci s’était présenté.
    Merci Monsieur Sarkozy. Merci le Diable.




    i


Réagir