mercredi 23 novembre 2016 - par Daniel MARTIN

Mrs. FILLON - JUPPE, seule la politique internationale peut faire la différence…

Des programmes économiques « bleu bonnet - bonnet bleu » qu’ils ne peuvent maîtriser…

Excepté quelques dossiers de société et pas des moindre où FILLON apparait beaucoup plus traditionnaliste catholique, bien qu’il lui sera difficile de revenir sur l’avortement ou le mariage pour tous, les programmes économiques des deux candidats qui risquent fort d’être revus et corrigés sont « bleu bonnet et bonnet bleu »… Tant que le pouvoir économique et politique sera aux mains des Banquiers, marchés financiers, via les traders et les agence de notation à leur service, dans une logique monétariste, avec l’alibi de la croissance qui est désormais impossible, la crise économique aggravée par la situation écologique de la planète n’est pas et ne peut être résolue par l’un ou l’autre des deux programmes. Les vrais enjeux qui peuvent les différencier sont la politique internationale, souveraineté ou non de la France ? Comment nos deux candidats, peuvent-ils se réclamer du général de Gaulle dans ce domaine ? Autre problème fondamental, les conflits en cours au moyen Orient, avec pour conséquence les vagues de migration massive qui se retrouve sur le sol Européen, sans compter celle des populations Africaines fuyant aussi bien le terrorisme Islamique que la misère... Ce problème s’imposera à tous les acteurs politique qui ne pourront continuer à ignorer la crise écologique, la réalité de la sixième extinction qui s’accélère s ‘imposera à tous. Monsieur FILLON nous a promis de dire la vérité aux Français,  mais on peut aussi mentir par omission

Vu la situation internationale et son impact : Terrorisme Islamiste et vagues migratoires qui en découlent, aucun des candidats aspirant à la fonction présidentielle, de quelques sensibilité que ce soit ne peut faire l’impasse sur cette situation. Le président de la République détient, en matière de politique étrangère, une compétence particulière qui relève du « domaine réservé ». Le président représente la France sur la scène internationale et entretient des relations directes avec les chefs d’Etat et de Gouvernements étrangers.  La France n’a pas vocation à continuer de servir d’auxiliaire aux USA, à intervenir militairement et à s’empêtrer politiquement à leur coté dans des conflits, tel l’Irak, dont les Américains et les Britanniques sont entièrement responsables. Par ailleurs, la France n’a pas à se substituer aux Nations Unies pour jouer un rôle dans des interventions militaires, rôle qui est dévolu exclusivement aux Nations Unies, mais à développer une stratégie de paix, fondée sur la polémologie. La France doit sortir de l’OTAN, contribuer à sa dissolution, ce qui est fortement compatible avec la création d’une véritable défense Européenne, pour laquelle la France doit être le moteur déterminant.

L’Europe

Si l’Europe technocratique qui s’est construite par traités économiques successifs est devenue un repoussoir pour nos concitoyens, contrairement à ceux qui ont pour projet d’en sortir, je pense au contraire qu’il faut bâtir une Europe politique qui lui redonne du sens. Pour y parvenir cela passe par une vraie gouvernance démocratique avec un gouvernement élu et responsable devant le parlement Européen. Il faut également renforcer le pouvoir des citoyens en généralisant, par son inscription dans la charte des droits fondamentaux de l’union Européenne, le référendum révocatoire (existe en Allemagne, Pologne et Royaume uni). Il existe aussi dans d’autres pays, notamment aux USA et il consiste à révoquer un élu s’il fait mal son travail ou s’il transgresse gravement son contrat électoral. Pour un nouveau rêve Européen, la démocratie rénovée implique de supprimer la Commission pour la remplacer par un secrétariat technique général allégé. Il est également souhaitable de créer une seconde chambre parlementaire européenne consultative sur la base de l’actuel comité des Régions, comprenant en plus des représentants des divers parlements nationaux. Elle serait chargée d’accompagner et de contrôler la politique de l’UE, ainsi que les négociations entre états membres. Vouloir une Europe politique avec une vraie gouvernance démocratique, cela passe par une harmonisation fiscale et sociale des différents Etats, mais aussi par une réforme des institutions Financières et de l’Euro compatible avec les nouvelles contraintes écologiques.

Il est inutile de préciser l’opposition déterminée en Europe de la majorité des populations au TAFTA, au CETA et au TISA. Le CETA n’est autre qu’une sorte de « cheval de Troie » des multinationales Américaines . Vu les possibilités qui sont accordées aux multinationales et qui peuvent les rendre parfois plus puissantes que Etats grâce au recours des « tribunaux arbitraux », notamment, celles de l’agro alimentaire, il faut mettre un terme définitif à ces projets de traités. La nouvelle Présidence Américaine peut être une opportunité dans ce sens. Il faut également s’opposer avec force aux usages qui permettent à ce type d’accord commercial d’entrer en vigueur provisoirement dès qu’il est validé par le Parlement européen, et avant le vote des parlements nationaux. 

Les conflits du moyen orient et la lutte pour éradiquer le terrorisme Islamiste

Parmi les conflits du moyen orient, s’agissant du problème Palestinien et avant que la crise écologique avec les problèmes de surpopulation ne règle définitivement la question, car nous devons faire face à une gravité croissante de la situation de la planète et par rapport aux défis écologiques du XXIe siècle qu’elle suppose, il faudra qu’Israël, comme les Palestiniens parviennent à une régulation équitable de leur population. Le plus important de ces défis est incontestablement la forte croissance démographique et de ce point de vue en Israël et en Palestine il se pose avec acuité. Il est évident que la France doit agir pour imposer à Israël l’arrêt de la colonisation des territoires palestiniens, tout en créant les conditions d’un retour à un dialogue pour un accord entre les différentes parties.

Les « révolutions » Arabes, un scénario écrit depuis longtemps

Concernant la Syrie, je rappelle une fois encore que dans un document révélé par l’ONG de Julian ASSANGE, Wikileaks sur son site internet indique, qu’en sa qualité de secrétaire d’Etat aux affaires étrangères des USA, Mme. CLINTON avait envoyé un email qui apporte des détails sur les motivations qui ont poussé Washington à « aider » le peuple syrien à renverser le régime de Bachar Al-ASSAD … « La meilleure manière d’aider Israël à gérer la capacité nucléaire grandissante de l’Iran est d’aider le peuple syrien à renverser le régime de Bachar Al-ASSAD » pouvait-on lire … L’email fait partie de nombreux documents déclassifiés par le Département d’État américain, suite à la découverte du serveur email privé que Mme. CLINTON utilisait chez elle alors qu’elle occupait, entre 2009 et 2013, le poste de secrétaire d’État de l’administration OBAMA.

Il ne faut pas s’y tromper, comme j’ai eu l’occasion de le faire à plusieurs reprises, on ne rappellera jamais assez à une opinion publique totalement manipulée que la prétendue « révolution du jasmin » ou celles des « printemps Arabes fut un scénario écrit depuis longtemps, si on se réfère à un membre influent des proches de BUSH en 2002 : … « D’abord nous devons en finir avec les régimes terroristes, à commencer par les trois grands : Iran, Irak et Syrie. Puis nous nous occuperons de l’Arabie saoudite …Nous ne voulons de stabilité ni en Irak, ni en Syrie, ni au Liban, ni en Iran ou en Arabie saoudite. Nous voulons que les choses changent. La question n’est pas de savoir s’il faut déstabiliser mais comment le faire. » (The War against the Terror Masters (Guerre contre les maîtres de la terreur), Sept 2002, de Michael LEDEEN, membre du groupe des néo conservateurs de Georges Bush.)

Il faut également se souvenir que dans ce scénario, écrit de longue date, il ne faut cesser de rappeler le plan israélien de remodelage du Proche Orient, dit : plan Oded YINON, (nom de l’analyste du ministère israélien des Affaires étrangères) préconisait, en 1982, le démantèlement pur et simple des Etats arabes. Le plan passe en revue dix-neuf Etats arabes en répertoriant leurs principaux facteurs centrifuges, annonciateurs de désintégration. Après une ultime recommandation qui invite Israël à « agir directement ou indirectement pour reprendre le Sinaï en tant que réserve stratégique, économique et énergétique », YINON concluait : « La décomposition du Liban en cinq provinces préfigure le sort qui attend le monde arabe tout entier, y compris l’Egypte, la Syrie, l’Irak et toute la péninsule arabe. Au Liban, c’est déjà un fait accompli. La désintégration de la Syrie et de l’Irak en provinces ethniquement ou religieusement homogènes, comme au Liban, est l’objectif prioritaire d’Israël sur son front Est. A court terme, l’objectif est la dissolution militaire de ces Etats. Avec la chute du régime de EL ASSAD (le père de Bachar) et sous la pression Américaine, La Syrie va inévitablement se diviser en plusieurs Etats, suivant les communautés ethniques, de telle sorte que la côte deviendra un Etat alaouite chiite ; la région d’Alep, un Etat sunnite ; à Damas, un autre Etat sunnite hostile à son voisin du nord verra le jour ; les Druzes constitueront leur propre Etat, qui s’étendra sur notre Golan, dans le Hourane et en Jordanie du Nord ».

Quelles sont les motivations ?

Comment peut-on expliquer les motivations Américaines ? Sinon la volonté de contrôle par les USA et Israël de cette région qui peuvent être découplés ainsi :

- Pour les USA, conquête impériale de type « classique », agrandissement de la zone d’influence et pour Israël avec des voisins Arabo- Musulmans totalement atomisés en califats, c’est assurer sa sécurité de manière à poursuivre sans être inquiété l’occupation des territoires Palestiniens…

- Avec une ceinture d’Etats Islamiques radicaux plus ou moins atomisés fidèles alliés aux intérêts Américains au Sud de la Méditerranée, c’est affaiblir la concurrence Euro Asiatique au bénéfice des USA qui aujourd’hui souffrent d’une concurrence économique de la part de l’Union Européenne, de la Chine et de la Russie.

Grâce à l’Ukraine, pour laquelle l’UE et la France en particulier ont pris des sanctions économiques à l’égard de la Russie, tombant ainsi volontairement dans le piège Américain, dont l’objectif est de se servir du maillon faible qu’est l’UE pour affaiblir la Russie. Pendant ce temps les USA peuvent mieux aider Israël et contrôler des zones pétrolifères afin d’entraver l’économie chinoise et Russe avec la dimension énergétique.

On peut également s’interroger pour quelles raisons DAECH n’a pas été éliminé dans le désert, lorsqu’il se dirigeait vers les villes Syriennes ?...

Il est tout de même incroyable qu’avant d’atteindre Palmyre, lorsque les Djihadistes égorgeurs de DAECH, se trouvaient dans le désert et qu’ils étaient vulnérables, l’on ait pas voulu les éliminer par une intervention aérienne ou avec des drones … De là à suspecter les USA de faire le service minimum pour vouloir maintenir leur leader chip Mondial en laissant se créer une ceinture Islamiste au sud de la Méditerranée, avec les conséquences que l’on peut imaginer pour l’Europe qui, par ailleurs, est à la fois empêtrée dans la gestion des centaines de milliers de migrants et dans une querelle économico-politique avec la Russie, via l’Ukraine… les concurrents économiques Européens (maillon faible) et Russes ainsi affaiblis mutuellement, les USA peuvent momentanément neutraliser la Chine en passant des accords…Sur l’environnement…

Il vaut mieux avoir un Etat, même avec tous les défauts, que l'anarchie et le chaos généralisé comme c’est le cas aujourd’hui en Libye.

Après ne pas avoir vu venir les « révolutions Arabes » en Tunisie, en Egypte, fortement instrumentalisées par les services Américains, notamment la CIA, c'est en quelque sorte pour se racheter, que SARKOZY poussé par des notabilités médiatiques, telle que son « garant de guerres humanitaires » Bernard Henri-LEVY et soutenu par les USA avec sa Ministre Mme. CLINTON qu’il est intervenu en Libye, en outrepassant la résolution de l’ONU. La résolution 1975 de l’ONU n’avait que pour objectif la neutralisation de l’aviation Militaire Lybienne, non le renversement du régime et l’assassinat de KADHAFI. Le même SARKOZY avec Mr. FILLON Premier Ministre et Mr. JUPPE Ministre des affaires étrangères a rompu les relations diplomatiques avec la Syrie, avec pour objectif s’en prendre à l’Iran. Concernant la Syrie, comme pour la Libye, l'argument du dictateur est à l’évidence un très mauvais argument. François HOLLANDE, comme son prédécesseur, de deux maux, a choisi le pire, en refusant de se rendre à l’évidence : Il vaut mieux avoir un Etat, même avec tous les défauts, que l'anarchie et le chaos généralisé comme c’est le cas aujourd’hui en Libye où le terrorisme Islamiste a une base territoriale à partir de laquelle il peut nous frapper, ainsi que tous les Etats voisins, sans compter les centaines de milliers de migrants qui partent ou transitent aujourd’hui par ce pays.

En Syrie, c'est également devenu une guerre par procuration, entre l'Iran et la Russie d'un côté, les dictatures monarchistes Arabo pétrolière du Golfe de l'autre, avec la Turquie, instrumentalisées par les USA et Israël. Dans cette affaire-là, SARKOZY et HOLLANDE ont fait que la France s’est trouvée aspirée dans un camp. Il faut un changement radical de la politique extérieure de la France, c'est fondamental si on veut résoudre politiquement le problème Syrien. Précisément, par rapport à ce dossier, à Bachar Al ASSAD et aux Russes, FILLON semble ne pas vouloir suivre François HOLLANDE et rééditer la Libye, ce qui est une bonne chose.

Lorsque François HOLLANDE qui veut éliminer Bachar AL ASSAD, en donnant le pouvoir à « l’opposition modérée » des Islamistes Sunnites d’Al Quaïda local avec le Front Al-Nosra, imagine-t-il les conséquences ? C’est à croire que les centaines de milliers, voire plusieurs millions de migrants fuyant vers l’Europe en laissant tout ce qu’ils avaient n’est pas un drame humain. C’est à croire que pour François HOLLANDE le pire des maux, ce n’est pas DAECH et ces jeunes Français(e)s qui vont les rejoindre pour faire leur » Djihad » en Syrie, mais Bachar AL ASSAD qui résiste et avec son armée, grâce au soutien militaire Russe les contient, et les repousse… Peu importe si en France la lutte contre le terrorisme Islamique, selon le Ministre des Finance, va coûter plus un milliard d’euros aux contribuables…

Pour conclure sur le dossier Syrien. Contrairement à François HOLLANDE qui a choisi le pire, on doit choisir le moindre face au péril du terrorisme Islamiste, Certes, selon nos propres schémas, Bachar Al-ASSAD n’est pas un parangon de démocratie, sauf que la majorité de la population qui redoute bien plus les égorgeurs Islamistes lui apporte son soutien et que c’est de loin le moindre mal, il faut donc renouer immédiatement les relations avec le régime de Bachar AL-ASSAD, notamment par un rétablissement des ambassades.

Il faut également lever les sanctions économiques contre la Russie, conformément au vote de l’Assemblée Nationale du 28 Avril 2016 qui a refusé le renouvellement des sanctions contre la Russie. Les Députés ayant jugé des sanctions « aujourd'hui totalement inefficaces pour résoudre la crise internationale et dangereuses pour les intérêts de la France ».



37 réactions


  • fred.foyn 23 novembre 2016 09:30
    FILLON - JUPPE..même combat..celle d’imposer la politique des patrons en 2017 !

    • nenecologue nenecologue 23 novembre 2016 10:51

      @fred.foyn
      Petite différence entre Juppé et Fillon : Bayrou !

      Dans un cas Bayrou se présente et deuxieme tour Hollande Le Pen en vue !!!

    • fred.foyn 23 novembre 2016 11:21

      @nenecologue...Bayrou tourne en rond sur son vieux tracteur..Pour Hollande, faudra se lever très tôt pour le voir même au premier tour de 2017...Il est fini..kaput..dans les choux !
      Ce sera Fillon MLP...il me semble !


    • manu manu 23 novembre 2016 16:18

      @fred.foyn

      Fillon, le pantin d’un pantin ; et peut être que le début de fascisme auquel on goûte depuis plus d’un an ne donnera pas envie aux français de voté fn.


  • devphil devphil 23 novembre 2016 09:55

    Juppé est pro atlantiste et il est pour prolonger la guerre en Syrie avec le départ de Bachar , grande mascarade occidentale pour accéder aux ressources pétrolières une fois de plus. 

    Fillon semble plus ouvert vers la Russie , moins va t’en guerre , il semble plus attentif à l’indépendance Française et à sa grandeur ( toute relative ) , un bon gestionnaire.
    Par contre son programme économique est clairement patronal et anti social.

    Voila ce que je ressens dans les discours et prises de position.
    Nous avons vu que les mandats électoraux sont signés en blanc sans aucune certitude ni engagement.

    Le choix est encore une fois un non choix , le choix du moins pire.

    Philippe  

    • Christian Labrune Christian Labrune 23 novembre 2016 11:19

      @devphil
      La politique des socialistes n’aura pas été moins antisociale : la mondialisation était un fait acquis sur lequel on ne reviendrait pas, il fallait bien accepter les délocalisations et la désindustrialisation du pays. Les socialistes avaient fait pis : dès le milieu des années 80, en détruisant le système d’instruction publique républicain, ils avaient mis définitivement hors d’usage l’ascenseur social et salement compromis le renouvellement des élites scientifiques et intellectuelles. Leur seule parfaite réussite - et calamiteuse !- aura été la fabrication et la promotion d’un Front national, sorte d’épouvantail pour les naïfs, et très vite indispensable à leur survie.
      Fillon ne pourra pas aller trop loin dans la politique qu’il envisage : son actuel concurrent sait qu’à vouloir trop loin pousser le bouchon, on mord vite la poussière.
      En revanche, il est nationaliste, comme De Gaulle pouvait l’être, toutes proportions gardées, et il y a toute une frange très conservatrice, proche du bénitier, qui votait pour le FN en croyant naïvement à son patriotisme de vitrine et qui votera pour Fillon. Il n’y avait pas moins nationaliste, de fait, qu’un lepénisme qui n’avait jamais cessé de cultiver dans son arrière-boutique la nostalgie de la collaboration avec l’occupant nazi. Logiquement, le déclin d’un FN béquille du PS devrait suivre de peu l’effondrement de la sinistre officine de la rue de Solférino.

      Sur la politique extérieure, celle de Fillon est la seule qui soit à peu près crédible. Je n’ai pas encore reçu le bouquin où il traite de la bonne manière de vaincre l’islamisme, mais je serais quand même étonné qu’il tombât jamais dans les mêmes dangereuses compromissions qu’un Juppé à Bordeaux avec les Frères musulmans de Tarek Oubrou.
      Le bonhomme Fillon m’a toujours paru extrêmement antipathique. Ministre de l’Education nationale, il s’était contenté d’expédier les affaires courantes, sans tenter d’enrayer le processus de destruction engagé par les socialistes. Aujourd’hui, ll voudrait virer les pédagogistes du Califat Meirieu. Cela vient un peu tard, mais comment ne pas approuver !

      Bref, comme vous le dites, tout cela n’a rien de bien exaltant, mais ce sera probablement un moindre mal.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 novembre 2016 11:49

      @devphil
      C’est l’ OTAN qui décide de la politique étrangère des pays européens.


    • devphil devphil 24 novembre 2016 08:43

      @Fifi Brind_acier


      Je suis d’accord avec vous 

      Il suffit juste de revenir à 1966 quand De Gaulle a décidé de la grandeur de la France et non de son asservissement au USA .

      Je n’évoque pas la trahison du petit à talonnettes pour le retour dans l’Otan , une vraie marque de culpabilité et de repentance envers son maitre USA 

      Philippe

  • leypanou 23 novembre 2016 10:04

    Article qui aurait pu être bon, sauf que l’auteur croit au rêve européen.


  • Christian Labrune Christian Labrune 23 novembre 2016 10:43

    il faudra qu’Israël, comme les Palestiniens parviennent à une régulation équitable de leur population. Le plus important de ces défis est incontestablement la forte croissance démographique et de ce point de vue en Israël et en Palestine il se pose avec acuité. Il est évident que la France doit agir pour imposer à Israël l’arrêt de la colonisation des territoires palestiniens, tout en créant les conditions d’un retour à un dialogue pour un accord entre les différentes parties.
    ----------------------------------------------------------

    à l’auteur,
    Le conflit israélo-palestinien va devenir de plus en plus négligeable : en faisant à voter à l’UNESCO des résolutions négationnistes, en demandant l’abrogation de la déclaration Balfour et en poussant plus récemment le ridicule jusqu’à revendiquer la propriété des manuscrits de Qumran, l’Autorité palestinienne aura achevé de se discréditer. La mythomanie palestinienne a complètement cessé d’être crédible, même pour les plus naïfs, et la palestinomanie délirante de ces dernières années sera bientôt un lointain souvenir.

    Il est totalement absurde de parler de « colonisation ». La Judée et la Samarie, à l’époque des manuscrits de Qumran, c’est-à-dire deux ou trois siècles avant notre ère, et près de mille ans avant le prophète de l’islam n’étaient assurément pas des terres arabo-musulmanes. Parler de « colonies » (et le mot n’est jamais employé qu’à cause d’une connotation négative qui renvoie aux colonisations de l’époque moderne et à leurs exactions), c’est aussi absurde que si on prétendait en France que les « territoires perdus » de la République étaient indûment administrés par un état colonial.
    Sur le plan démographique, une récente statistique a fait apparaître qu’on en était à un peu plus de trois enfants par femme dans les deux communautés, ce qui repousse l’urgence d’une solution à deux états qui ne sera probablement jamais mise en oeuvre.
    Quand les Occidentaux cesseront de prêter une oreille complaisante aux doléances imbéciles des Palestiniens (l’Autorité aussi bien que le Hamas), lesquels n’ont jamais voulu un partage territorial, mais une seule Palestine « judenrein » ( comme disait déjà le mufti à Berlin !) de Haïfa à Eilat, il faudra bien qu’ils se fassent une raison et, dans leur intérêt même, cessent de se comporter comme un peuple d’assassins habités par une ambition génocidaire.


  • njama njama 23 novembre 2016 11:06

    « Des programmes économiques « bleu bonnet - bonnet bleu » qu’ils ne peuvent maîtriser… »

    je n’ai aucune sympathie pour l’économie libérale encore moins ultra-libérale mais je crois comme l’explique Jacques Sapir que ce serait jouable à condition de sortir de l’€uro ; mais ce n’est ni dans le programme de Juppé, ni dans celui de Fillon ; voir son article :

    « François Fillon, de Gaulle et Jean Monnet »

    Graphique 1 : Le chômage et la politique de François Fillon (nombre de demandeurs d’emploi des catégories A, B et D de la Dares)

    « L’autre solution, qui serait non seulement incontestablement moins coûteuse, mais aussi dont la garantie de succès est considérablement plus élevée, consisterait à sortir de l’Euro, à laisser le « nouveau » Franc se déprécier d’environ 10% tandis que l’Euro allemand (et plus certainement encore le DM, car une sortie de la France ferait exploser la zone Euro) se réapprécierait d’environ 20%. Cette solution est en réalité la seule qui permette à la fois de résorber une partie du chômage de masse que nous connaissons (entre 1,5 et 2,0 millions à court terme), et de rééquilibrer nos comptes sociaux (moins de chômage signifiant plus de cotisations et moins de prestations) mais aussi nos comptes publics. »

    http://arretsurinfo.ch/francois-fillon-de-gaulle-et-jean-monnet/


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 novembre 2016 11:43

    Les Français remettent en doute tout de ce racontent les médias et les politiques, mais ils croient dur comme fer que tout est affaire de caractère, de personnalité, dès qu’il s’agit de candidats...
    Et que celui qui veut, peut changer les choses.

    Nada, wallou, rien du tout !


    Il n’existe qu’une seule politique étrangère permise aux Pays européens :
    celle définie par l’ OTAN, au nom des intérêts géopolitiques des USA.
    C’est écrit dans les Traités européens. Article 42.
    Que prévoit l’article 42 du traité sur l’Union européenne (TUE) ?

    Cet article 42 porte en réalité sur la « politique de sécurité et de défense commune » de l’Union européenne et précise qu’elle « fait partie intégrante de la politique étrangère et de sécurité commune » de l’UE.


    Donc tous les candidats qui vous racontent qu’ils peuvent faire « une Autre politique étrangère » que celle décidée par l’OTAN, et sans sortir de l’OTAN, vous prennent pour des mougeons...

    Que va décider Trump pour l’OTAN en 2017 ? Bien malin celui qui le sait.


  • Gogonda Gogonda 23 novembre 2016 12:42
    Les élections ressemble plus à des sous fifres qui se dispute la place du Roi que des gens qui tente un programme pour sortir la France du marasme économique et social dans laquelle elle baigne. 




  • Doume65 23 novembre 2016 13:01

    « bien qu’il lui [Fillon] sera difficile de revenir sur l’avortement ou le mariage pour tous »
    On reprend ici la propagande de Juppé sans réfléchir à sa validité. Fillon ne veut absolument pas revenir sur l’avortement et il a voté tous les textes en sa faveur. Quant au mariage pour tous, il ne veut pas non plus l’abroger. Il est question par contre de modifier la loi Taubira sur certains points annexes, comme l’adoption.


  • Alice Alice 23 novembre 2016 13:11

    "Excepté quelques dossiers de société et pas des moindre où FILLON apparait beaucoup plus traditionaliste catholique, bien qu’il lui sera difficile de revenir sur l’avortement ou le mariage pour tous, "

    Je sais qu’il est catholique, comme (encore) la majorité des français mais je n’ai jamais entendu dire qu’il était traditionaliste.

     

    Mariage pour Tous, il bien dit qu’il ne reviendrait pas sur la Loi Taubira, il a juste annoncé une modification : ne garder pour les couples homosexuels l’adoption simple et réserver l’adoption plénière aux couples hétéros. à mon avis c’est un os à ronger destiné à calmer un frange rétrograde de l’électorat. Rien dit que cela se fera et il aura une bonne raison de laisser tomber car ce serait anticonstitutionnel.


    • Alice Alice 23 novembre 2016 13:15

      Avortement : jamais il dit, à aucun moment de sa carrière qu’il souhaitait revenir sur la liberté d’avorter.

      C’est une calomnie de dernière minute inventée par le clan Juppé tentant son va-tout : lisez la magnifique lettre ouverte de Bernard Debré à Juppé

      http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/primaires-droite/2016/11/23/35004-20161123ARTFIG00093-bernard-debre-a-alain-juppe-as-tu-perdu-la-tete.php


    • Christian Labrune Christian Labrune 23 novembre 2016 15:05

      @Alice
      La lettre de Debré ne brille pas par la qualité du style, mais sur le fond elle est très juste. J’ai été soufflé moi aussi de voir, dès qu’on a pu connaître l’écart considérable entre les résultats des deux candidats, que Juppé s’obstinait, contre toute raison, et comme la pauvre chèvre de Monsieur Seguin, à vouloir « continuer le combat ». On a ga-gné ! hurlaient ses supporters au bas de la tribune. C’était pathétique et burlesque.
      Non seulement le collaborateur des islamistes bordelais ne connaîtra jamais l« espèce de »divine surprise" qu’il affectait de prévoir pour dimanche prochain, mais l’écart va se creuser davantage encore et il en sortira plus ridicule que jamais.
      Le discours d’adieu d’un Sarkozy qui n’avait jamais paru être l’arbitre des élégances, du coup, en aura été presque sublime. On se serait cru dans une tragédie de Corneille. Une comparaison immédiate avec l’autre perdant accable cruellement le Bordelais.
      Il semble qu’il y en ait qui croient encore à une résurrection de l’actuel locataire de l’Elysée. La pétition du showbiz, qui rappelle le soutien des stars à la pauvre Hillary, aura probablement le même effet : cette fois, c’est bien le coup de grâce.


    • julius 1ER 24 novembre 2016 08:43

      @Alice


      il dit qu’ à titre personnel il est contre l’avortement mais qu’en tant que chef de l’Etat il ne ferait rien contre ...... 
      comprendre que tant qu’ il n’y aura pas un lobby assez puissant contre l’avortement il ne fera rien contre, çà c’est très politique .... en clair c’est si vous me poussez un peu je reverrai ma position !!!

  • fred.foyn 24 novembre 2016 06:31
    Mrs. FILLON - JUPPE, seule la politique internationale peut faire la différence…Plutôt MLP non ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 novembre 2016 09:11

      @fred.foyn
      Il faudrait surtout que les casseroles judiciaires du FN en ce moment, interdisent au FN de se présenter aux élections ...
      « Liste des affaires financières au FN en cours »


    • Christian Labrune Christian Labrune 24 novembre 2016 11:17

      @Fifi Brind_acier
      Si Fillon était élu, le FN serait foutu. Le FN a beau essayer de se dédiaboliser, comme on dit, il reste et il restera un parti d’inspiration fascisante. Ce n’est évidemment pas le cas du quart des Français assez incultes qui ont paru le soutenir et se laisseront toujours facilement séduire par le chant des sirènes de la démagogie. Qu’on entende leurs revendications assez légitimes au lieu de les assommer, comme l’auront fait les socialistes, par des réformes sociétales pseudo-progressistes pour bobos qui les heurtent, et ils se rallieront à des positions conservatrices classiques qu’on peut évidemment critiquer mais qui n’ont rien d’inacceptable dans un système démocratique et républicain.

       C’est en cela que les propos de Juppé concernant les soutiens « d’extrême droite » de Fillon sont d’une imbécillité consternante : il ne voit pas qu’en pompant les voix qui se porteraient sur le FN son concurrent précipite ipso facto le déclin de ces marchands d’illusions faussement patriotes et authentiquement ennemis de la République. En fait, il le voit très bien, mais il croit pouvoir adopter, et c’est là qu’il est vraiment idiot, la même stratégie que celle du PS agitant depuis trente ans le spectre qu’il a lui-même sciemment fabriqué pour faire peur. Or, le procédé est désormais usé jusqu’à la corde, et les mêmes causes produisant souvent les mêmes effets, ce qui a discrédtité le PS achèvera Juppé.

      Fillon n’est pas toujours très malin non plus : son propos d’hier sur je ne sais quel repli communautaire des Juifs lui paraissait très innocent puisqu’il mettait dans le même sac les intégristes des trois religions, dont la sienne, comme le ferait un candidat au bac ayant à traiter du fanatisme. Mais on pourrait attendre d’un candidat à la présidence qu’il ait passé l’âge des dissertations à la hache. Il mélangeait tout : le repli communautaire dont il parlait n’a jamais été qu’une conséquence de l’antisémitisme et il n’a menacé personne. On ne peut donc pas mettre sur le même plan aujourd’hui les Juifs orthodoxes, les paroissiens de Saint-Nicolas du Chardonnet ou de Saint-Eugène et les salafistes du djihad ou les Frères musulmans. Ces derniers sont bien les seuls, me semble-t-il, à s’exprimer par la kalachnikov !


Réagir