jeudi 16 mars - par carnac

Petit A B CEDAIRE des élections : E comme « EMPÊCHEMENT »

Ne risquons-nous pas de faire face, non à un empêchement du futur Président prononcé par le Conseil Constitutionnel, mais à son empêchement politique DE FAIT, quel que soit le choix sorti des urnes ? Est-ce que les électeurs ne vont pas tenter d’instaurer un contre-pouvoir, après l’élection présidentielle, faute d’avoir eu la chance de voir élu leur candidat « de cœur » ?

Même si les urnes ont désigné « leur candidat » Peuvent-ils lui faire confiance s’il est élu avec 30% des votes au premier tour de la présidentielle, non compris les abstentions ?

Le passé récent instille le doute : Monsieur SARKOZY a été éliminé par son propre camp lors de la primaire de la droite pour n’avoir pas été suffisamment « de droite » pendant son premier mandat et Monsieur HOLLANDE a jugé plus prudent de se désister pour ne pas subir le même sort à gauche.

Dans ce contexte, où les partis traditionnels sont en décomposition, l’élection législative pourrait prendre un relief particulier. Examinons les hypothèses.

Marine LE PEN est présidente, je ne vois pas les électeurs de Macron à Mélenchon lui donner une majorité à l’Assemblée.

François FILLON est président  : il a prévu une blitzkrieg contre les composantes de gauche de l’électorat comme le confirme son intervention devant le patronat.

Comme il a perdu toute crédibilité morale il se heurtera au refus d’une austérité qu’il ne s’applique pas à lui-même tant à l’extrême droite qu’à gauche.

Emmanuel MACRON est président, il n’a pas de parti mais un mouvement qui engrange les ralliements de professionnels de la politique de droite comme de gauche.

Qui nous dit que son programme sera respecté ? Rien. Les risques de tension sont en effet nombreux entre les deux composantes de ce qui sera devenu « la majorité » présidentielle .

Le « ET » de droite « ET » de gauche risque d’indisposer selon les cas ET les macronistes de gauche ET les macronistes de droite ainsi que leurs électorats respectifs.

L’électeur macroniste peut donc être tenté de revenir à son vote de cœur franchement à droite ou franchement à gauche, selon le cas, pour contrebalancer la composante adverse du pouvoir du Président.

Benoit HAMON est élu président, la droite de Marine LE PEN à MACRON n’acceptera pas d’être privée de l’ « alternance » au pouvoir. La gauche de Monsieur MELENCHON a une composante radicale qui ne se pliera pas forcément non plus au regroupement des forces et les valsistes abandonnent le navire PS, malgré les promesses de la primaire.

Monsieur MELENCHON a lui aussi un mouvement mais pas de parti : il a une implantation intéressante dans la population notamment chez les jeunes mais pas dans l’hémicycle et il n’est pas certain que les électeurs du PS de Monsieur HAMON acceptent de lui prêter main forte bien que ces deux sensibilités résolument de gauche soient proches de la majorité, trop de rancoeur ?

Lors du prochain débat télévisuel, Monsieur MELENCHON contraindra-t-il les autres candidats à se positionner sur la réforme constitutionnelle qui seule pourrait  redonner un sens au vote des électeurs et éviter les blocages inhérents à notre organisation représentative.

L’idée est dans l’air de longue date, mais le problème c’est que tout le monde n’est pas d’accord sur le modèle de République à retenir comme l’avait très bien résumé SLATE.fr en 2013.

Monsieur MELENCHON ne manquerait pourtant pas d’arguments pour faire remarquer que la représentation n’a plus rien à voir avec ses représentés :

  • Des visages qui se disent « hors systèmes » sont soit les ripolinisateurs générationnels d'un clan politique du siècle passé : nous avons la famille LE PEN de père en fille et nièce sur trois générations.
  • Nous avons des responsables d’une politique mise en échec et de ce fait en rupture de ban pour tenter de faire oublier leur responsabilité, tel Monsieur MACRON,
  • d’autres sont de « purs produits du système des partis » n’ayant jamais exercé la moindre activité dans le privé, à droite « avec casseroles », tel Monsieur FILLON,
  • à gauche, « sans casseroles » Monsieur HAMON.

Le processus même d’élaboration du programme de la France insoumise pourrait être une bolée d’air pur dans cet environnement si MELENCHON ne fait pas du MELENCHON mais crédibilise sa "présidentialité" en laissant à sa "constituante" le choix entre un amendement de la Vième république et une VIième république.

Autre sujet qui lors du débat télévisuel pourrait permettre de faire le choix du futur président : Le domaine international et notamment la question européenne qui fait débat.

Si se rejoue en 2017 le NON à l’Europe du marché de 2005, et le OUI à une Europe sociale que Martin SCHULZ en Allemagne pourrait remettre à l’ordre du jour, il faudrait que la France lui propose un interlocuteur aussi germano compatible que possible mais lequel et avec quelle majorité législative lui permettant d’être un partenaire fiable ?

La législative apparait donc l’élection la plus importante du prochain quinquennat, contrairement à ce que l’on a vécu dans les années antérieures bi-partisanes.

Cette élection peut bloquer la gouvernance du pays en faisant du prochain président un Président politiquement « empêché » sauf à abuser du 49.3 ce qui ne pourra qu’heurter le Pays.



15 réactions


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 09:08

    Tiens, encore une qui a oublié qu’il y avait d’autres candidats que les candidats mainstream : Arthaud et Asselineau . Et plein d’illusions sur le changement de l’ Europe des banksters en paradis pour les peuples ... Yaka fo kon, sauf que pour changer les Traités, il faut l’unanimité des 27 pays, tous de plus en plus divisés sur tout...


    Ceux qui proposent de renégocier les Traités :
    Dupont Aignan, le FN & Mélenchon ne proposent pas le Frexit en priorité.

    Ils parlent de referendum si échec, mais se gardent bien de dire qu’ils proposeront comme question : «  Sortie unilatérale de l’ UE par l’article 50 et sortie complète de l’ OTAN par l’article 13 »

    Le seul qui soit clair sur la question, c’est Dupont Aignan, par référendum il proposera un autre projet européen.

    Seul Asselineau propose la priorité à la sortie de l’ UE par l’article 50 et de l’ OTAN par l’article 13.
    « Conférence de presse d’Asselineau le 10 mars »

    • carnac carnac 16 mars 09:14

      @Fifi Brind_acier

      En effet Fifi comme mon article concerne essentiellement la composition de l’Assemblée issue des prochaines législatives , j’ai volontairement éliminé de mon analyse les candidats à la présidentielle qui ont peu de chance de pouvoir former un groupe à l’assemblée. Ce n’est pas méconnaître pour autant leur programme , j’ai lu en détail le livre de Monsieur Dupont Aignan et j’ai apprécié certaines de ses analyses d’ailleurs vous le trouverez cité dans certains de mes articles. Pour Monsieur Asselineau je n’ai pas encore lu sa documentation .

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 10:01

      @carnac
      Et comment savez vous qui sera au 2e tour, alors que plus de la moitié des électeurs sont paumés dans cette campagne électorale de caniveau, et ne savent pas encore pour qui voter ??

      La tradition fait que les Français sont logiques, ils donnent une majorité de Députés à celui qu’ils élisent comme Président, pour qu’il puisse gouverner.
      Avec Asselineau, vous allez avoir des surprises !


    • carnac carnac 16 mars 10:51

      @Fifi Brind_acier

      précisément lorsqu’il y avait deux partis bon an mal an chacun était raisonnable et faisait en sorte de permettre l’alternance , là les deux partis historiques sont à la peine .... et justement des offres comme Asselineau pourrait émerger pourquoi pas ? pour autant je ne crois pas que vous puissiez faire voter Asselineau aux élections législatives à une majorité d’électeurs .... il y aura « trop » de déçus ... le peniste, macronistes, fillonistes , hamonistes et mélenchonistes 

      Je pense donc que la principale élection n’est pas cette fois les présidentielles mais bien les législatives .... c’est elle qui va permettre de gouverner.

      Regardez , Sarkozy n’a pas fait du Sarkozy empêché par l’assemblée idem quand Hollande s’est éloigné d’une ligne de gauche ... 


    • doctorix doctorix 16 mars 18:55

      @carnac

      Asselineau émerge à peine du cachot médiatique.
      Sa cote augmente incroyablement.
      On lui donnait 0,3%, en rigolant.
      Ensuite, on est passé à 2 ou 3%, et ça rigole moins.
      Ceux qui se marraient disent maintenant : « oh, il ne dépassera pas 5% ».
      Et cela en moins d’un mois.
      Alors je ne sais pas si ça va continuer à grimper au point d’atteindre un deuxième tour.
      Mais ce parti aura fait beaucoup de bruit, et son exposition dans les deux mois qui précèdent les législatives pourrait en faire un parti de tout premier plan, avec un max d’élus, incontournable pour un parti au pouvoir.
      Ne nous obnubilons pas sur les sondages, ils pourraient bien avoir atteint le fond de l’infamie et de la décrépitude. Pour moi, Macron, c’est moins de 10%.
      Tout va se jouer dans les combats d’Asselineau contre chacun des pitres auxquels il va être confronté en direct.
      Là, il semble imbattable.

    • covadonga*722 covadonga*722 16 mars 18:58


      Chuck Asselineau ne prends jamais de laxatif ; personne ne fait chier Chuck Asselineau !


    • carnac carnac 16 mars 19:54

      @doctorix

      je pense comme vous que le prochain débat sera très intéressant. Ceci dit Asselineau c’est combien de candidats aux élections législatives ? le savez-vous ? Car pour former un groupe à l’Assemblée et donc peser sur la législature il faut avoir un nombre suffisant d’élus et donc de candidats susceptibles d’être élus.

    • doctorix doctorix 17 mars 12:12

      @carnac
      Asselineau, avec peu d’éclairage médiatique, arrive tout de même à se faire entendre.

      Dans les deux mois qui viennent, avant les législatives, le phénomène va prendre de l’ampleur.
      Et les 189.000 électeurs qu’il a eu il y a 20 mois pourraient se transformer en millions, avec des candidats dans toutes les circonscriptions qui auraient largement leurs chances.

  • Trelawney Trelawney 16 mars 16:55

    Dans cette élection présidentielle il y a 3 favoris (Macron, Lepen, Fillon), 2 outsiders (Hamon, Mélenchon) et (n’en déplaise à Fifi) des non partants (Dupont Aignan, Arthaud, Asselineau je ne connais pas les autres).

    Si on se focalise sur les 3 premiers :
    Lepen présidente n’a pas besoin de l’assemblée nationale pour gouverner (des référendums et un bon service d’ordre suffisent)
    Macron va se constituer une majorité en faisant des accords pour les places de ministres et de toute façon se sera politiquement la suite de Hollande qui n’était elle rien d’autre que la suite de Sarkozy.
    Fillon va se servir de son image autoritaire faire faire passer des réformes au forceps

    Hamon et Mélechon risquent d’être empêchés, car ce sont les deux qui respectent les règles du jeu démocratique en faisant des accords avant les élections et pas après.

    Pour ce qui est de Lepen Macron et Fillon, ça va se jouer dans un mouchoir et je ne serais pas surpris de voir un Macron Fillon au second tour

    • carnac carnac 16 mars 17:33

      @Trelawney
      Justement c’est aussi du fait de ces accords post présidentielle qu’il faudrait faire évoluer nos règles constitutionnelles car ces tractations font que la politique appliquée n’est pas celle pour laquelle les électeurs ont voté à la présidentielle.

      Ainsi Sarkosy a été accusé par son camp d’avoir fait une politique de « gauche » et Hollande accusé par son camp d’avoir fait une politique « de droite ». 
      Les électeurs ne faisant plus confiance au président élu pour appliquer son programme on peut penser qu’ils ne lui donneront pas les clefs de la maison et que la couleur de l’hémicycle sera aussi variée que le nombre de candidats à la présidentielle . 

      Je peux me tromper mais il me semble que justement les électeurs ne supportent plus ces arrangements entre politiques de tous bords dont vous parlez et dont les visées sont souvent plus personnelles que programmatiques .... Ces tractations nous ont valu 10 ans d’immobilisme sur bien des sujets.

    • Ouallonsnous ? 16 mars 18:10

      @carnac

      « il me semble que justement les électeurs ne supportent plus ces arrangements entre politiques de tous bords »

      Absolument Carnac, c’est pourquoi il est indispensable de prévoir dans nos nouvelles règles constitutionnelles un dispositif de surveillance en continu des élus, à tous niveaux, afin de pouvoir réagir rapidement s’ils transgressent le mandat pour lequel ils ont été élus.

      Quant au solde du passif, ceux qui nuisent à notre pays depuis la montée en puissance de l’européisme et l’apparition des « Pétains » du XXI éme siècle, Sarkozy et Hollande et tous leurs partisans, il sera nécessaires  de les saisir, auditer leurs actions, les juger et les interner à vie afin qu’ils ne puissent plus nuire à notre nation à nouveau.

      Cela aussi devra être intégré aux nouvelles règles constitutionnelles. Il est dommage que le programme des Insoumis qui pourtant prévoit une VI république ne dispose de rien pour la protéger !


    • carnac carnac 16 mars 19:12

      @Ouallonsnous ?
      A ma connaissance dans le programme de la France insoumise il y a possibilité des révoquer les élus qui n’appliquent pas le programme pour lequel on les a élus et il peut y avoir des lois d’initiative populaire


      Maintenant je pense qu’il faut regarder le futur et pas le passé . Sarkozy et Hollande n’ont fait qu’utiliser les failles de notre modèle constitutionnel ils sont moralement responsables mais pas juridiquement responsables . A nous instruits par cette expérience de changer nos règles en conséquence.

    • doctorix doctorix 17 mars 14:31

      @carnac
      Sarkosy a été accusé par son camp d’avoir fait une politique de « gauche »


      Pour ma part, je le lave de tout soupçon de cet ordre.

    • Ouallonsnous ? 17 mars 16:44

      @carnac

      Je ne le jurerais pas, mais dans le programme des insoumis, du moins celui paru sous le titre de l’Avenir en commun, il y a, si vous me passez l’expression, « à boire et à manger » alors qu’il serait beaucoup logique et rationnel de repartir du programme du CNR de 1944 en l’actualisant pour notre époque et, comme vous le dites, en amendant les failles de notre modèle constitutionnel, qui ont permis aux deux « Pétain » du XXI iéme siècle que sont Sarkozy et Hollande de nuire à notre pays comme ils l’ont fait !

      Il faut effectivement regarder le futur, mais cela ne nous exonère pas de neutraliser ceux qui nous ont nui par le passé, quand à leurs responsabilités , autant moralement que juridiquement ils devront êtres châtiés car ils ont trahis autant les engagements de leur fonction que leur pays au profit de l’étranger UE/OTAN pour le moins !


  • MERLIN MERLIN 17 mars 14:28

    Le 20 mars TF1 organise un débat entre les futurs présidentiables entre : Fillion, Macron, JLM, Hamon & MLP mais pas François Asselineau, cela est tout simplement scandaleux, encore une fois ce media à la solde de ceux qui veulent museler et interdire une vraie démocratie libératrice en France agit au grand jour, réagissons c’est vitale pour le bien commun.
    Ils ont peur, la preuve est criante.


Réagir