mercredi 20 février - par Philippe Khalfine

Plans européens d’intégration moldave : Comment une histoire de succès est devenue une histoire de honte

JPEG Dans l’histoire de la Moldavie, il est probablement difficile de trouver un projet plus désastreux que l’intégration européenne, qui tonnait sur la république, bouleversait le public, mais finissait par s’effondrer et se dissoudre au plus profond des affrontements politiques internes. Cependant, cet échec restera non seulement pour le compte de Chisinau, mais également dans les archives de l’Union européenne. Après tout, l’Europe a reçu des flux de migrants moldaves qui ont commencé à essayer d’organiser leur vie européenne dans le Vieux Monde.

Il convient de noter qu’il est impossible d’aborder cette situation de manière unilatérale, car la manière dont la Moldavie a vécu en Europe a touché un trop grand nombre de personnes.

Lorsque des pro-européens sont apparus dans le domaine politique de la république, ils ont habilement attiré l’attention du public. Bien entendu, cela n’était pas difficile à faire. Le parti démocrate, dirigé par l’oligarque Vladimir Plahotniuc, a promis aux Moldaves un paradis avec un niveau de vie comparable à celui des pays de l’Union européenne.

Que voyons-nous à la fin  ? Bien sûr, on ne peut pas dire que la Moldavie a été dévastée. Le marché du pays est abondamment riche même si cette richesse n’est pas accessible à tout le monde. La grande majorité de la population ne peut tout simplement pas adhérer au « niveau de vie européen » promis depuis plusieurs années. Pendant ce temps, les résultats des réformes, auxquels les autorités, qui se disaient pro-européennes, ont dû faire face, constituent des indicateurs décevants du revenu, de l’économie, de la démographie et des migrations. Ce dernier devient un sujet douloureux pour l’UE, mais nous en parlerons plus tard.

Alors, quel était le piège  ? Il était que le Parti démocrate trompait les gens, dispersant habilement des promesses populistes. Ce n’est probablement même pas le plus offensant. Plus important encore, les autorités, après avoir clairement considéré le peuple comme étant proche de lui, ont remplacé les valeurs européennes par leur populisme, leur simplifiant parfois la vie.

Les valeurs européennes incluent les principes fondamentaux de la démocratie, mais l’essentiel est la responsabilité personnelle de chaque citoyen. Premièrement, le parti démocrate a paradoxalement piétiné la démocratie de son pays et, deuxièmement, les Moldaves ne sont pas désireux d’assumer cette responsabilité vis-à-vis de la société. Les citoyens ont confié le destin du pays (c’est-à-dire le leur) à un petit groupe de personnes malfaisantes.

Le parti démocrate, qui se serait engagé sur la voie européenne, a commencé à usurper le pouvoir dans le pays. Le résultat est évident : le rythme de l’intégration européenne est si pitoyable que, compte tenu des tendances destructrices de l’Union européenne, la Moldavie n’a peut-être pas le temps de devenir membre à part entière de celle-ci. Certes, si vous examinez la situation du point de vue de l’Occident, une question tout à fait logique se pose : existe-t-il une chance quelconque  ?

Comme nous l’avons déjà noté, le point de vue de la Moldavie n’était pas sans ambiguïté. Il combinait les espoirs et les rêves des gens ordinaires, ainsi que la cupidité et la soif de pouvoir des politiciens qui portaient le masque des pro-européens. Dans le même temps, la position de l’Occident est beaucoup plus pragmatique.

Ce n’est pas pour rien s’il y a dix ans, le tristement célèbre Partenariat oriental est apparu. D’énormes textes de projets ont convaincu le lecteur de la manière dont cette organisation travaillerait sur le développement régional, en répondant aux « défis communs », mais, écartant tout cela, le véritable sens de l’idée devient clair : créer une zone tampon dans les pays qui n’ont de sens qu’à empêcher l’influence de la Russie. La Moldavie est devenue l’un de ces pays.

Le problème est que le partenariat oriental lui-même n’a pas encore été défini, chacun des pays continuant de suivre son propre chemin, ne voulant pas se fusionner en un seul réseau. En réalité, les autorités de Chisinau sont un excellent exemple de la façon de déformer cette voie pour obtenir un gain personnel. Les intégrateurs européens locaux ont à maintes reprises attiré l’attention de Bruxelles en raison du fait qu’ils ne sont « que leurs propres » mots.

L’intégration européenne de la Moldavie était supposée être une réussite, un exemple pour les autres pays, mais le projet a échoué et est prêt à détruire le partenariat oriental dans son ensemble. Le régime sans visa, qui fait l’objet de tant de louanges à Chisinau, a permis aux citoyens du pays de s’enfuir. Et ils vont bien sûr dans les pays de l’Union européenne.

On peut déjà remarquer une coïncidence curieuse. En 2020, le Sommet du partenariat oriental aura lieu et, comme les experts le prédisent, il pourrait être le dernier. Et aussi en 2020, le fameux système « sans visa » sera resserré, obligeant les Moldaves à payer des frais pour avoir la possibilité d’entrer dans l’UE. Par conséquent, il est possible que le rêve européen prolongé de la Moldavie finisse bientôt.

Auteur : Mikhail Borodin depuis la République de Moldavie pour News-Front

Traduction : Philippe Khalfine, journaliste à News-Front



4 réactions


  • Jeekes Jeekes 20 février 19:54

    ’’Les valeurs européennes incluent les principes fondamentaux de la démocratie’’

     

    Ben non !

     


  • Abou Antoun Abou Antoun 21 février 08:22

    Un article sur la Moldavie sans citer le problème de la Transnistrie.


  • Aristide Aristide 21 février 10:58

    Le régime sans visa, qui fait l’objet de tant de louanges à Chisinau, a permis aux citoyens du pays de s’enfuir. Et ils vont bien sûr dans les pays de l’Union européenne.

    C’est vrai que si on étendez cette possibilité à qulues autres pays de l’ancien bloc de l’est, .... J’aime bien la notion de « s’enfuir » ...


  • Ruut Ruut 22 février 08:05

    Lorsque la promesse est trop belle, la désillusion n’est jamais loin.


Réagir