mercredi 14 janvier 2015 - par Samson

Pour qui sonne le glas ?

Petite remise en contexte

On a connu la marionnette Ben Laden, pur produit d'une élite saoudienne allaitée aux vertus conjuguées du fanatisme wahabite, des cours de la bourse et de l'investissement des pétro-dollars chez Black Water : elle a servi tant à la victoire de la guérilla talibane contre les troupes soviétiques qu'à la justification simultanée - par la paternité qu'on lui attribue de la chute des Twin Towers - du Patriot Act, des budgets alloués au développement exponentiel de la surveillance globale, de l'abjection de la torture, des boucheries afghanes et irakiennes toujours en cours, et last but not least, à désigner en l'Islam l'irréductible ennemi !

Bel outil de la CIA, si "pratique" qu'il a fallu rien moins qu'un prix « Nobel de la Paix » au président de la première puissance mondiale et plus de 10 ans à ses services de renseignement pour se résoudre à finalement "retrouver et éliminer" cette icône jihadiste qu'ils avaient si brillamment créée et enluminée, ...

Médiatiquement et financièrement soutenus par les puissances occidentales, les « printemps » arabes ont par la force de frappe des réseaux sociaux permis de substituer à des régimes - autoritaristes sinon dictatoriaux, mais néanmoins attentifs à la satisfaction des besoins essentiels de leurs populations (eau et alimentation, logement, éducation, santé, ...) - l'exacerbation du même chaos déjà expérimenté avec succès en Irak, pour le plus grand malheur des habitants de ce nouvel « Africanistan » qui s'étend maintenant à nos portes.

Nonobstant la précieuse caution morale d'un très insipide « philosophe intestinal » avide de notoriété et l'ambition dénuée de tout scrupule d'un « malfaisant » soucieux - contre l'avis de l’État-major - d'en découdre afin de mieux assurer sa réélection à la fonction suprême de la République, la distribution par l'OTAN lors de l'aventure libyenne d'un immense volume d'armes et de munitions entre factions tribales rivales aussi bien qu'opportunément fanatisées et sa dissémination subséquente jusqu'au delà du Sahara pose à tout le moins question sur la pertinence des options stratégiques et sécuritaires de l'OTAN dans notre environnement géopolitique proche.

 

Nos "partenaires"

Toujours soucieux d'offrir des leçons de démocratie, l'Occident s'est dans sa tâche choisi pour alliés et partenaires le Qatar, état presque officiellement esclavagiste mais grand bienfaiteur du football parisien et mondial, et l'Arabie Saoudite.

Ces deux grands modèles musulmans de tolérance, pluralisme, épanouissement de la condition féminine, ... constituent nos investisseurs et exportateurs préférés tant de pétrole ou de gaz que - pour répondre à la quête de sens de leurs plus désespérées, idéalistes ou fanfaronnes ouailles banlieusardes - les prédicateurs et imams salafistes ou wahhabites, messagers et propagandistes de l'Islam le plus obscurantiste, rigoriste et borné.

C'est avec l'aide de tels "alliés" que l'Occident s'obstine à soutenir le renversement d'un régime syrien, certes autoritariste lui aussi, mais surtout proche de Moscou et Téhéran, et - quoique de sensibilité majoritairement chiite - plutôt respectueux des diversités ethniques, religieuses et culturelles, tout aussi bien qu'autant que possible attentif à la satisfaction des besoins essentiels de sa population.

Sans même insister sur le financement par le contribuable d'une prétendue "Armée Syrienne Libre" qui ne sert que de faux nez à celui d'intégristes salafistes de toute barbe ou poil, c'est ainsi que, malgré la large diffusion de leurs exploits sur internet, nous découvrons maintenant avec stupeur dans nos rues les sanglants effets de formations et d'entraînements soigneusement dispensés et encadrés pour part - notamment en Jordanie et en Turquie - par des instructeurs militaires occidentaux à des paumés redoutablement fanatisés pour le plus grand bénéfice des marchés énergétiques et du cours des pétro-dollars.

 

L'Europe

Notre culture européenne occidentale se croyait enfin - et manifestement à tort - tant immunisée des spectres des pogroms, génocides et autres "châtiments des juifs" qui hantaient sa mémoire récente qu'à la faveur du consumérisme définitivement libérée des puritanismes et rigorismes religieux.

Mais depuis belle lurette déjà, pour justifier les coupes sombres dans les budgets des états, le pillage effréné du bien et des ressources publics, la ruine et la misère communes sous la férule de la « Financratie », le rôle de nos politiciens et journalistes se réduit essentiellement et toutes tendances confondues à inlassablement nous bêler le célèbre "There Is No Alternative" cher à Margaret Thatcher et autres slogans issus des bréviaires de la « Pensée Unique ».

Et non contente de nous écraser sous une austérité ruineuse, la Troïka impose de surcroît à nos producteurs survivants les effets des fort belliqueuses sanctions économiques décidées par l'OTAN à l'encontre de la Russie, coupable de récupération de la péninsule de Crimée et de refuser ce nettoyage ethnique apparemment indispensable aux très €urophiles et atlantistes oligarques de Maïdan pour établir une « démocratie » ukrainienne.

Tandis même que - toute dévouée à la diabolisation du président Poutine - la doctrine militaire U$ se refuse désormais à envisager, en cas de confrontation, les risques d'un éventuel recours russe à la riposte nucléaire et son impact sur l'€urope.

 

Ici ...

Pendant ce temps, des prédicateurs issus de l'Islam le plus rétrograde, intolérant et puritain œuvrent à la radicalisation d'une frange de l'opinion et particulièrement de la jeunesse "musulmane" qui approuve l'exécution des "blasphémateurs" de Charlie, justifie par la politique de l'état d'Israël le mépris et l'agression des juifs, banalise ou admire l'esclavage des infidèles et autres barbaries fièrement proclamées en ligne par l'EI, ...

Et, surfant sur ce même désarroi généré par la ruine et l’appauvrissement général dans lesquels nous a précipité la "crise" financière, d'autres "gros beaufs" se prétendant qui - journaleux, politicien, humoriste, polémiste ou philosophe - s'accaparent sous couvert de "libérer" la parole une large audience médiatique pour prêcher à l'envi repli communautariste, ségrégation, rejet, haine et peur de l'Autre - au choix juif, rom, musulman, homosexuel, réfugié, allocataire social ou sans-abri, ... -, et toutes valeurs opposées à la très « ringarde »devise de la République et autres idéaux proclamés de la construction €uropéenne.

 

maintenant !

Jamais notre horizon ne m'était apparu aussi sombre et désespéré.

Et c'est alors que du fond de leur humiliation, de leur colère, de leur rage habillement canalisées et fanatisées sous la bannière d'un "jihad" dévoyé à la solde et par la "grâce" de cet Empire même qu'ils croient combattre, surgissent comme des diables de leur boîte ces mômes acculturés de nos banlieues - ou d'autres plus exotiques - mués par la haine en froids assassins et familiers de l'abjection au point d'exécuter au sol un gardien de la paix blessé.

Je ne doute aucunement de l'aspiration profonde de l'immense majorité des membres de chaque appartenance et communauté à la paix, à l'harmonie, au respect et à la "civilité" du vivre-ensemble : ma tristesse et mon angoisse n'en croissent pas moins de voir ainsi s'accentuer les défiances et les peurs, se creuser encore et toujours plus les fractures et lézardes qui parcourent notre société désemparée et déboussolée sous les coups de boutoirs et l'horreur économique associés à la mise en place de ce « Nouvel Ordre Mondial » qui se rit de toute humanité et instrumentalise si efficacement nos désespoirs !

Toutes mes condoléances à leurs proches, hommage à toutes les victimes de ces tragiques journées et à feu les membres de la rédaction de Charlie pour cette liberté d'expression et de dérision qu'ils ont payée de leur sang.

Mais devoir lire et entendre en boucle répéter l'hypocrite compassion des pires blaireaux que dénonçaient précisément l'impertinence et la gouaille de Charlie - politiciens à la botte, cireurs de pompes médiatiques, "néo-philosophes" toujours prêts à passer la vaseline, ... - apparaît tout aussi inévitable qu'indécent et pénible.

 

Et demain ?

Et comme il est, lors de chaque vague d'attentat - New-York, Londres, Madrid, Boston, Toulouse, Bruxelles, Paris -, coutumier à nos autorités d'"optimiser" traumatisme et psychose générés dans l'opinion publique pour mieux nous fourguer son arsenal sécuritaire et nous inviter à toujours plus serrer le cul et renoncer aux libertés et droits conquis de haute lutte par nos pères, je ne peux que m'inquiéter : lorsque les plus extraordinaires laquais de la Pensée Unique - Valls, Hollande, Sarkozy, Cameron, Merkel, Rajoy, Junker, Netaniaouh, Bongo, ... - se retrouvent réunis en tête d'une manifestation "républicaine", peut-on croire un seul instant à leur sincérité ou leur attachement à une "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen", un "esprit Républicain" et une liberté d'expression dont ils se torchent sans vergogne au quotidien ? Tout n'indique-t-il pas bien au contraire qu'il s'agit d'en mieux de concert sonner l'hallali ?

Quand la terreur de l'épouvantail islamiste massacre nos derniers esprits libres, elle permet fort opportunément de faire l'impasse sur son terreau : c'est donc selon toute vraisemblance au deuil des dernières libertés – le rire n'en est pas la moindre - encore en vigueur sur notre vieux continent que nous conviait vendredi le glas.



2 réactions


Réagir