vendredi 6 octobre 2023 - par Luc-Laurent Salvador

Qu’est-ce que le bonheur ?

 Voilà une question qui a toujours préoccupé les hommes mais qui a pris une importance particulière depuis l’ère révolutionnaire qui a prétendu en faire un enjeu politique. Le capitalisme l’a récupéré et nous l’a ensuite vendu avec l’idée que le consumérisme en constituait la voie royale.

 Les masses se sont laissées séduire par les sirènes de la publicité et même si chacun sait que l’argent ne fait pas le bonheur, chacun se raconte dans son for intérieur qu’il y contribue quand même un peu. D’innombrables achats sont ainsi réalisés dans le but de se faire plaisir mais ils procurent rarement la félicité sans laquelle il n’est pas de bonheur.

 De ce dernier, l’individualisme moderne aidant, on aura finalement beaucoup parlé, on nous l’aura aussi chanté, chacun lui courant après dès que l’occasion se présente, dans la cuisine, dans le lit, dans le pré, sur la plage, etc. mais au fond, en dépit de tout ce qui a pu être écrit à son sujet, on ne sait pas après quoi on court, on ne sait pas le définir d’une manière précise qui puisse aider à le trouver ; car c’est quand même ça le but de connaissance, non ?

 Dans le champ de la philosophie, bien qu’ancienne, la question du bonheur est devenue un vrai capharnaüm, un bazar dans lequel chacun à son point de vue et croit tenir une parcelle de vérité à propager de sorte qu’au bout du compte, personne ne soit en mesure de dire exactement de quoi il retourne.

 Cela en est au point que dans son Dictionnaire amoureux de la philosophie, Luc Ferry n’hésite pas à affirmer que le bonheur est indéfinissable, voire impossible — hormis pour les croyants — et c’est quand même un comble, vous ne trouvez pas ? :

 

A la différence du malheur, qui est aisément définissable et identifiable, le bonheur est donc et restera à jamais impossible à définir a priori. C’est là un argument que Kant, dans les Fondements de la métaphysique des mœurs, a étayé d’un raisonnement bien difficile à réfuter dès lors qu’on y réfléchit un tant soit peu sérieusement. Permettez-moi de le citer ici presque en son entier : « Le concept de bonheur est un concept si indéterminé que, malgré le désir qu’a tout homme d’arriver à être heureux, personne ne peut jamais dire en termes précis et cohérents ce que véritablement il désire et il veut…Veut-il la richesse ? Que de soucis, que d’envies, que de pièges ne peut-il pas par-là attirer sur sa tête ! Veut-il beaucoup de connaissances et de lumières ? Peut-être cela ne fera-t-il que lui donner un regard plus lucide sur des maux qu’il se représentera désormais de manière plus terrifiante, tandis qu’ils se dérobaient avant à sa vue alors qu’ils étaient pourtant inévitables – à moins que cela ne le charge de plus de désirs encore, alors qu’il avait déjà bien du mal à satisfaire ceux qu’il avait déjà… Bref, il est incapable de déterminer avec une entière certitude dérivée de quelque principe ce qui le rendrait véritablement heureux, car pour cela, il lui faudrait l’omniscience… »

 

 Quoi qu’il en soit, cela doit nous rendre modeste et... intelligent. Il serait vain de s’efforcer d’organiser ce bazar conceptuel hérité de la philosophie, attachons-nous plutôt à la psychologie et tentons de la mobiliser à partir de ce que nous connaissons le mieux : les habitudes, qui forment la trame de nos vies. Voilà la perspective que je vous propose d’explorer en sachant que ce n’est qu’une hypothèse et qu’elle le restera tout au long de cette réflexion même quand il vous semblera que des conclusions ou des vérités sont exprimés catégoriquement — ce qui ne saurait tarder J )

 Le fait qu’en venant ainsi, en parfait candides, à ce fondamental méconnu que constitue l’habitude, nous sommes d’emblée projetés dans la question du bonheur car, de ce dernier, nous savons au minimum qu’il procède d’une satisfaction qui serait globale et durable, donc au-delà des petits plaisirs furtifs qu’on sait pouvoir se procurer à l’occasion.

 Or, c’est justement le bizness des habitudes que de nous donner des satisfactions au long cours, puisque par nature, elles se répètent d’autant plus qu’elles réussissent à reproduire cette satisfaction. Vous avez l’habitude de manger, de dormir, de converser, de faire du sport, de faire l’amour ? Ce sont autant d’habitudes qui vous amènent chacune leur lot de satisfactions, et peut-être cela suffit-il à vous combler ? Il semblerait donc que nous ayons déjà trouvé la source du bonheur ou, du moins, son moteur.

 Le fait est que, ainsi que je l’ai déjà expliqué par ailleurs [1], tout individu peut être considéré comme un écosystème d’habitudes. Elles sont comme les formes vivantes qui occupent les espaces naturels et selon que notre écosystème est riche, cohérent et stable comme une forêt primaire tropicale ou, au contraire, pauvre et chaotique comme une steppe dans l’Arctique, nous connaîtrons le bonheur ou, au contraire, les affres d’une vie âpre et sans répit.

 Cette manière de voir les choses peut être rapprochée de la fameuse pyramide de Maslow destinée à illustrer aussi bien l’interdépendance de nos besoins que leur caractère hiérarchique au sens où nous sommes censés nous accomplir au niveau le plus élevé, là où la satisfaction la plus précieuse se trouve réalisée.

 Maslow situe ainsi la réalisation de soi au sommet et si le parallèle avec les écosystèmes naturels n’est pas évident c’est, d’une part, que nous avons tendance à oublier que nous en faisons partie et que, d’autre part, nous nous plaçons nous-mêmes à leur sommet sans la moindre hésitation, car il n’y a pas de place pour le doute. [2]

 Toujours est-il que nous voilà amenés à penser le bonheur dans le contexte d’une écologie du mental où chaque chose va devoir trouver sa place afin de contribuer au mieux à la satisfaction de nos objectifs les plus importants et, probablement la réalisation de soi par l’épanouissement de nos talents ; à moins que nous y ayons renoncé en étant heureux d’avoir déjà satisfait nos besoins d’amour (surtout conjugal), de reconnaissance, d’appartenance, de sécurité ainsi que nos besoins corporels.

 Certains, en effet, ne visent pas très haut en raison d’un historique d’échecs qui les aura découragés et placés en situation dite de « résignation apprise ». Au pire, certains renoncent même aux besoins corporels et fuient une réalité qui leur est devenue difficilement supportable via des drogues qui les mettent en état d’addiction, le degré extrême de l’habitude — car on n’en sort pas, il faut y insister, hormis l’âme peut-être, nous ne sommes que ça : des cycles dans des cycles, qui résonnent, dansent et s’harmonisent autant qu’ils peuvent ! En fonction de nos objectifs nous aurons besoin d’une plus ou moins grande discipline. Corporelle d’abord, éducative ensuite, puis professionnelle, éventuellement spirituelle mais assurément morale.

 Nous retrouvons la logique des grecs de l’Antiquité qui visaient ce qu’Aristote appelait l’eudémonie, terme « archaïque » pour dire que nous sommes « habités » par ce qu’on pourrait appeler l’esprit du bonheur. Et ce que nous avons à comprendre ici est qu’il va venir grâce à un effort constant pour nous tenir à ce qui est juste et bon, à ce qui nous permet d’être à notre place et de nous sentir en harmonie avec le monde. C’est un travail de maîtrise de soi, un travail de maîtrise de ses pensées, de ses émotions et de ses désirs.

 Rien là qui ressemble au bonheur de l’enfance me direz-vous ? Funeste erreur ! L’enfance n’est pas l’âge du bonheur mais celui des joies et des peines intenses, l’âge des peurs et des désirs puissants et celui où l’on a tout à apprendre, celui au cours duquel on est le plus apte à se... discipliner — pour autant qu’on reçoive une saine éducation, certes pas nationale. L’âge du bonheur est celui qui vient après que ce travail ait été accompli, ce qui supposera maints sacrifices, c’est-à-dire, maints renoncements à des satisfactions qui nous auraient égarés. « Renounce and enjoy ! » disait le sage Gandhi qui savait de quoi il parlait.

 Bref, pour tenter de résumer cela, on pourrait dire que l’homme connaît le bonheur lorsque le microcosme qu’il est s’est mis en bon ordre, avec la même cohérence mentale et morale qu’il sait obtenir corporellement par l’exercice physique. Il est alors à l’image du macrocosme, le cosmos, dont le nom ne dit rien d’autre que l’ordre. L’harmonie règne et le bonheur est là quoi qu’il arrive car ce qui est réalisé est au-dessus des contingences et des vicissitudes de la vie. Socrate a mis cela en lumière d’une manière prodigieuse par sa phrase presque christique : « Anytos et Mélétos peuvent me tuer, ils ne peuvent pas me nuire  ». Ils ne pouvaient en effet lui ôter ce bien souverain qui vient avec le fait de s’être réalisé pleinement et d’être pleinement consentant à la réalité du monde comme il est et comme il va, mal parfois. Nous retrouvons le grand Oui que Nietzsche nous enjoint à adresser à la vie et nous comprenons que la stabilité du bonheur procède de la disposition à accepter sa perte. N’est-ce pas la condition pour vivre sans peur ?

 Avec le recul de deux mille ans de philosophie Luc Ferry pense pouvoir balayer tout ça en suggérant que la conscience ne peut être que malheureuse dès lors qu’elle est morale et, donc, nécessairement empathique avec les souffrances du monde comme celles des êtres chers qui nous entourent. Sa démonstration ne convainc pas. Il me semble qu’un peu de bon sens aurait pu lui épargner ses tourments mais je ne vais pas tenter ici de lui faire la leçon car je souhaite insister sur le point où je crois, il a parfaitement raison.

 En effet, au détour de son argumentation et, à chaque fois comme à regret, il pointe le fait que les croyants, eux, peuvent connaître le bonheur en tant que ce dernier serait stable car, pour autant qu’ils aient vraiment la foi, ils ne craignent pas la mort et peuvent vivre avec la même sérénité que Socrate a pu exprimer à la fin de sa vie, alors qu’il était condamné à mort. Il me paraît clair que le travail de verticalisation de soi qui s’accomplit lorsque nous œuvrons à l’édification de notre pyramide de Maslow, c’est-à-dire, lorsque nous nous efforçons d’amener notre écosystème d’habitudes — ces petites « machines » à produire de la satisfaction — à l’équilibre, à l’harmonie et, plus exactement, à son accomplissement, à la plus grande richesse de talents possible, ne peut pas ne pas viser le bien commun et donc ne peut pas ne pas se situer dans une dynamique qui projette dans un au-delà d’amour universel, une transcendance qui assure sa plénitude de sens à la vie menée en ce bas-monde. C’est simplement une conjecture [3] que j’ajoute aux hypothèses précédentes et qui signale le moment de conclure mon propos.

 

 Je vais tenter de le faire au travers d’une opposition rarement thématisée entre deux formes de bonheurs : d’une part ceux que Philippe Delerm dessine si habilement dans ses beaux catalogues de bonheurs minuscules et d’autre part ceux que le psychologue d’origine hongroise Mihály Csíkszentmihályi a décrit au travers de la notion de flux (flow) en désignant par-là les états mentaux exaltés que nous connaissons lorsque nous sommes absorbés dans la réalisation en cours — de réussite — d’un objectif d’une grande importance et exigeant beaucoup d’efforts de notre part.

 Pour faire simple, le bonheur serait donc soit d’être dans un bon fauteuil, à lire un bon livre, avec un bon verre, près d’un bon feu et non loin d’un chat qui ronronne dans le chalet familial soit d’être « sur le pont », dans son labo ou son atelier, ou au bureau, en train d’accomplir une tâche enthousiasmante pour laquelle nous débordons d’énergie et de créativité.

 On pourrait imaginer que dans le meilleur des mondes il serait possible d’alterner entre les deux et que le tempo serait déterminé par nos niveaux énergétiques, le bonheur à la Delerm correspondant, en somme, à la phase de repos au cours de laquelle nous faisons simplement retraite dans le confort de nos habitudes. Il me semble que la plupart d’entre nous pratiquons cela naturellement. Pour autant, aussi plaisante qu’elle soit, cette image n’est pas complètement satisfaisante car elle écarte une troisième option qu’on pourrait appeler « contemplation ».Il y a, en effet, une forme de bonheur presque indicible qui vient lorsque les circonstances nous permettent de nous absorber pleinement dans la contemplation des beautés de la nature, du ciel ou même du monde humain. Ce bonheur-là ne requiert aucune activité de notre part, seulement notre immobilité, de loin la plus propice à la pleine absorption de cette beauté.

 Je vois donc émerger une trilogie du bonheur en contemplation, consommation et conquête qui me paraît dynamique au sens physique dans la mesure où elle pourrait grosso modo correspondre à la triade du point, de la vitesse et de l’accélération.

 Tout se passe comme s’il y avait du bonheur à prendre aussi bien quand… :

  1. Aucun désir ne nous anime et nous sommes comblés par la beauté de ce qui se présente à nous (contemplation statique)
  2. Lorsque, au sein de notre écosystème personnel, nous contentons d’activer d’aimables habitudes sources de constantes satisfactions via la consommation d’objets de désir vers lesquels nous nous mouvons sans effort particulier.
  3. Lorsque nous nous efforçons d’élargir notre écosystème d’habitudes en développant de nouvelles compétences — qui seront autant de nouvelles satisfactions — via une phase d’apprentissage coûteuse de par les efforts consentis justement. On peut penser qu’il y a là une augmentation de puissance qui correspond à l’accélération.

 Je ne sais pas si cette analogie vous paraîtra éclairante mais elle me parle. Ainsi, il me semble que notre vie commence dans la contemplation, le petit de l’homme étant sur son cul posé à absorber le monde autant qu’il peut. Il apprend déjà certes mais l’action n’est pas, il est dans ce qu’on appelle l’impéritie, l’incapacité à faire quoi que ce soit. Il peut seulement crier et c’est ce que le sauve, mais c’est une autre histoire J. Ensuite, un peu comme le coureur de 100m qui jaillit des starting-blocks, l’enfant explose et part à la conquête du monde dans un peu toutes les directions. C’est la phase de puissance, la phase d’accélération en somme, je dirais. Il apprend, développe ses compétences, se forme, devient capable de se forger une volonté, de se donner des buts, il se discipline. Il est alors prêt pour la dernière phase. Celle-ci consiste à accomplir les buts pour lesquels on s’est formé. L’apprentissage est terminé, on est dans la performance. C’est la phase du mouvement vers le(s) but(s) qu’on s’est fixé(s). Bien sûr, tout peut se mélanger et, cela été dit déjà, bien des peines peuvent se mêler aux joies. Il n’en restera pas moins que nous serons dans le bonheur si les hauts et les bas qui se présentent trouvent leur place dans une habitude qui leur donne du sens et nous permet non seulement de les accepter mais de les aimer. La douleur que ressent le sportif à l’entraînement ou à l’effort n’amoindrit aucunement son bonheur quand il est confiant dans sa réussite.

 Voilà, au fond, ce dont nous avons besoin pour éprouver du bonheur : une forme de réussite, celle-là que, justement, nos habitudes bien exercées par la répétition, nous procurent à chaque fois, de sorte que nous pouvons vivre confiants dans la durabilité de nos satisfactions, confiant dans le caractère stable du bonheur que nous éprouvons alors.

 Voilà pourquoi l’habitude est un peu comme l’argile dont l’Homme est fait : parce que, comme la coccinelle, nous sommes des « bêtes à bonheur » et il nous reste à devenir des hommes à bonheur. Il semble que nous ne soyons pas très doués pour cela, ce sera donc « à la grâce du Ciel » !

 

 

[1] Dans ma thèse de doctorat non encore publiée mais aussi ici même sur Agoravox

[2] Seule l’élite mondialiste voudrait nous en faire douter avec ses sbires antispécistes afin d’amener notre consentement à leurs stratégies de réduction des populations.

[3] Certes basée sur mes convictions personnelles !



267 réactions


  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 octobre 2023 17:49

    J’ai oublié de mettre le lien pour la note 1. Le voici :

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-l-habitude-112029


    • amiaplacidus amiaplacidus 7 octobre 2023 12:36

      @Luc-Laurent Salvador

      Je suis heureux, j’ai eu de la chance dans la vie d’être bien payé pour faire ce qui me plait.

      Mais je ne vois pas la nécessité de pondre un article avec plein de mots « à la mode » pour le dire.

      Permettez-moi une citation de Pierre Dac :
      « Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. »


    • amiaplacidus amiaplacidus 7 octobre 2023 12:45

      @amiaplacidus

      Je n’avais pas lu l’ensemble des commentaires avant de poster le mien.

      Je dois dire que cette lecture ne vient que conforter mon point de vue. Mélusine s’éclate et Vivre est un village, dans une moindre mesure hamia s’y est mis.

      Bref, une bonne partie des siphonnés d’AV.


    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 17:49

      @amiaplacidus

      Bonne remarque !!!

      A bientôt.
      Amitié.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 octobre 2023 20:05

      @amiaplacidus

      Qui sait (vous) lire comprend que vous, vous ne savez pas lire ou, plus exactement, qu’il vous en coûte tellement de lire tous ces mots « à la mode » (merci celle-là on ne me l’a jamais faite, ce qui prouve que je fais moins de latinismes) que vous ne lisez pas.
      Ce qui, bien logiquement je dois dire, vous amène à « parler pour ne rien dire », en effet, mais avec classe, grâce à Pierre Dac.

      Qu’après une aussi piètre contribution vous ayez le culot de critiquer le fil de commentaires, c’est vraiment « l’hôpital qui se moque de la charité » comme disait ma mère.


    • Ouam (Paria statutaire non vacciné) Ouam (Paria statutaire non vacciné) 8 octobre 2023 03:56

      @Luc-Laurent Salvador

      Qu’est-ce que le bonheur ?

      J’y repondrai avec un petit moment de bonheur (d’humour)
       
      De trouver un rouleau de pq avec la tronche de monarc dessus
      Un moment de bonheur a chaque feuille smiley smiley


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 8 octobre 2023 08:59

      @Ouam (Paria statutaire non vacciné)

      Ecouter une belle chanson, c’est aussi un doux moment de bonheur minuscule et ... innocent.
      Cali :
      https://www.youtube.com/watch?v=BIJqv9KOJfQ

      Maé :
      https://www.youtube.com/watch?v=I40T1QNeKUk


  • ZenZoe ZenZoe 6 octobre 2023 18:44

    Déjà pouvoir être soi, arriver à faire coïncider l’image qu’on renvoie au monde et notre moi intérieur, ça c’est pas rien, et rudement difficile !

    Le bonheur peut aussi être génétique. Certains sont programmés pour être sinon heureux du moins sereins, d’autres, moins dotés en hormones du bonheur, vivent dans l’angoisse et la frustration.

    En vérité, mieux vaut ne pas trop penser au bonheur pour être heureux.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 octobre 2023 19:01

      @ZenZoe

      Merci pour cette prise de position. J’en retiens l’importance de pouvoir être soi-même, sans devoir adopter un masque afin de se conformer aux us, coutumes et valeurs de tel ou tel groupe d’appartenance.
      C’est en effet une condition indispensable au bonheur je crois. On conçoit mal qu’on puisse trouver le bonheur avec une telle contrainte nécessairement stressante.
      Cela correspond me semble-t-il au niveau 3 et 4 des besoins de Maslow. Reconnaissance (de soi) par l’entourage et estime de soi (ce qui va de pair via l’imitation en fait).

      Concernant la génétique, je suis non croyant (et pourtant biologiste de formation). Idem pour les hormones. Le pouvoir de l’esprit est ici souverain pour la plupart même si je veux bien admettre l’existence d’anomalies génétiques parfois, forcément très rare.

      Enfin, pour le troisième point, vous avez au moins l’appui de Luc Ferry qui pense que le fait d’être intelligent et de réfléchir condamne à vivre à l’écart du bonheur. Pour ma part je ne vois pas de problème à penser au bonheur. Il faut seulement ne pas s’en préoccuper, nuance smiley.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 09:07

      @Luc-Laurent Salvador celui qui attend la reconnaissance et l’amour des autres, risque un jour d’être éjecté comme une vieille chaussette. Le public est très ambivalent. S’il adore leur idole. Secrètement, il jalouse son succès. A chacun son narcissisme. celui qui peut se passer de cette reconnaissance est bien plus heureux.


  • Astrolabe Astrolabe 6 octobre 2023 18:56

    Une des solutions pour trouver le bonheur, c’est de voir les choses de la bonne façon.

    Ainsi, suivant le conseil de l’auteur :

    " Il est vraiment bon Poutine. Ce n’est pas de la langue de bois. Seuls les esprits amollis par les médias occidentaux ont du mal à suivre...—"

    eh bien maintenant je sais que la guerre d’invasion de l’Ukraine décidée par Poutine est juste et bonne pour les Ukrainiens. smiley



    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 octobre 2023 19:06

      @Astrolabe

      De quels Ukrainiens parlez-vous ?
      De ceux qui ont voté pour rejoindre la Russie vu qu’ils se faisaient bombarder depuis dix ans ?
      Ou des pro-nazis qui bombardaient les premiers depuis dix ans (malgré les accords de Minsk 1 et 2 sur lesquels la France et l’Allemagne se sont assises alors qu’elles en étaient garantes ?

      Quoi qu’il en soit, bravo, vous avez découvert le caractère relatif et donc subjectif du bonheur qui dépend en effet des dispositions du sujet, de sa manière de voir les choses. Vous avez très bien dit cela.


    • Ouam (Paria statutaire non vacciné) Ouam (Paria statutaire non vacciné) 8 octobre 2023 04:03

      @Luc-Laurent Salvador
      Ca le travaille voyez vous ^^
      Il se dis lequel je lis ce jour
       
      Celui en reliuire cuir qu’il à bcp prété
      La version de poche
      Le grand format illustré
      Celui qu’il ne prete pas
      La version prefacée et signée par Bandera avec « Arhch mon ami de touchours »
      son Meinkampf avec lettre d’or, celui qui trone dans son salon a coté du drapeau ukronazi
      C’est ca la nostalgie , ca le travaille, il y pense constamment avec son air
      mélan-colique du
      « ah si j’avais pu y etre ! »... smiley smiley


  • Clocel Clocel 6 octobre 2023 19:03

    Vouloir résoudre ce genre de question par l’intellect me semble à priori assez vain, un sport de hamster.

    « Vouloir saisir l’esprit avec l’esprit, c’est partir à la recherche du buffle que l’on chevauche ». Lao Tseu

    Pauvres occidentaux, apprenez à chier sur Descartes qui nous a fait tant de mal, embrayez direct sur Spinoza, la plupart de nos philosophes ne sont là que pour être déconstruits.

    Lâchez prise bordel, l’impasse n’est pas un but.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 octobre 2023 19:13

      @Clocel

      C’est intéressant la référence à Lao-Tseu car le sinologue François Jullien a écrit un beau livre qui s’appelle, je crois, « A l’écart du bonheur » afin de dire de manière moins abrupte que vous ne l’avez fait, que vraiment, on a rien à fout’ de ce truc là.

      Franchement, moi, j’ai adoré et j’ai adhéré aussi à cette thèse. Je pense n’avoir jamais cherché le bonheur. Rien à foutre a priori. Mais quand il se présente, je le reconnais et je lui fais bon accueil, ce qui veut dire que je rends grâce smiley


    • Clocel Clocel 6 octobre 2023 19:35

      @Luc-Laurent Salvador

      Je n’en ai pas rien à foutre, j’accueille les phases de « bonheur » avec volupté mais je ne hasarderais pas à vouloir les cultiver, on a déjà tant de mal à se tenir loin de la souffrance lorsqu’on maintient un niveau de sensibilité suffisant qui fait apprécier la vie dans sa plus simple expression.

      On prête beaucoup au « mental » et il rend si peu...


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 octobre 2023 19:39

      @Clocel

      "On prête beaucoup au « mental » et il rend si peu...

      « 

      Je peux témoigner du contraire. J’ai »surinvesti« le mental (les psys diraient la »compréhension") et j’ai le sentiment d’avoir une rente, cad, un sacré retour sur investissement. Mais c’est ma passion, ceci explique sans doute cela... smiley


    • Clocel Clocel 6 octobre 2023 19:48

      @Luc-Laurent Salvador

      Perso, j’y vois une forme d’onanisme... smiley


    • Gollum Gollum 6 octobre 2023 20:13

      @Luc-Laurent Salvador

      J’ai »surinvesti« le mental (les psys diraient la »compréhension") et j’ai le sentiment d’avoir une rente, cad, un sacré retour sur investissement.

      Pareil pour moi. Et je suis arrivé à un âge où je récolte les graines semées.

      Que du bonheur.

      Mais il est vrai aussi que beaucoup s’égarent sur cette voie. 

      Sinon Abraham Maslow excellent auteur.


    • mmbbb 7 octobre 2023 11:56

      @Luc-Laurent Salvador vos articles le démontrent ,  Moi je me méfie des « intellectuels ’  .  Par nature , notre enseignement les a mis sur » un piédestal « , mais j ai appris a mes dépens tout intello qu il soit, il n est pas paré de toutes les vertus .

      Expression pour dire trivialement que certains sont des grosses salopes .

      La seule sentence de Sarte qui est valable est ’ l enfer , c est les autres  » .

      La vie en communauté actuelle ne repose sur rien , des liens sociaux évanescents ou les personnes ne sont pour la plupart peu sinceres et plus préoccupées par leur vie d egoiste .

      Je suis devenu un « para » social . 

      Quant a votre pyramide , c est le bé à ba , ou une tautologie . il est évident que lorsque l on peut se nourrir correctement , avoir un beau logement , etre en bonne sante  et etre entoure de personnes au mental structuré  le bonheur peut s exprimer .

      La vie est tragique , c est ce que l on evite ou que l on élude de voir par commodité intellectuelle . Mais c est la seule certitude . 


    • Seth 7 octobre 2023 12:14

      @Gollum

      Reste que le bonheur, c’est peut être une invention politique, ou religieuse allez savoir mais ça n’existe pas vraiment. Un état d’esprit... c’est vague...

      Qu’on se sente bien, qu’on soit (momentanément) sans souci, possible mais de là à parler de « bonheur » ! D’ailleurs il n’y a rien de plus agaçant que les heureux béats ou ceux qui font profession de le vendre.


    • Gollum Gollum 7 octobre 2023 12:42

      @Seth

      Le bonheur ça se cultive, ça s’entretient.

      Y en a qui n’ont pas le cerveau pour par contre et qui sont obligés de s’inventer des vies factices en compensation... Voyez de qui je veux parler ? smiley


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 12:45

      @Gollum FACTICE : FAUX. Dommage pour vous, c’est VRAI. Et ça vous emmer...


    • Gollum Gollum 7 octobre 2023 12:46

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Oh non ça ne m’emmerde pas et pour cause... smiley


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 12:55

      @Gollum Par contre : Survivre avec les loups de Misha Defonseca était une histoire factice. Elle l’a payé très cher...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 13:00

      Mon ange est IMMMIAH et toutes mes rencontres, bonnes ou mauvaises sont ou ont été Ange gardien du Sagittaire du 8 au 12 décembre : ImamiahImamiah est le 52ème ange de la Kabbale et est généralement associé à des valeurs comme la patience, la persévérance, la ténacité et la capacité à surmonter des obstacles ou des difficultés. C’est un ange d’abnégation. Je suis IMAMIAH, ange de la défense, de l’ouverture spirituelle, de la rédemption et de la liberté. Je viens entourer de mes énergies les personnes qui traversent des périodes complexes. Je leur insuffle le courage et la force de se relever. Je veille également sur les conflits, que je viens apaiser. Je vous montre vos erreurs, j’épure vos karmas et je vous accorde le pardon, tout en écartant la méchanceté. La spiritualité et l’amour d’autrui sont étroitement liés : je vous montre comment conjuguer les deux pour mener une vie plus harmonieuse.



    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 13:26

      @Seth

      Le bonheur existe...je l’ai même rencontré !!!

      A bientôt.
      Amitié.


    • Gollum Gollum 7 octobre 2023 13:27

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Tiens un bon exemple de vos mensonges. Vous avez dit que le premier Olivier était mort le jour de votre anniversaire..

      Je vous cite : Au moment de mourir, il est agréable de se savoir accueillie par un bouquet de roses. Olivier, mon deuxième compagnon est décédé le jour de mon anniversaire 2021. 90 ans après la naissance de Maurice Leblanc (Arsène Lupin). A vous deux... Source : https://www.agoravox.fr/commentaire6603481

      Sauf que récemment vous nous avez donné le faire part de décès du bonhomme...

      (pouvez pas penser à tout hein ?) Et qu’y lit on ? Que Le dit Olivier est mort le 17 décembre soit six jours après le dit anniversaire... smiley

      Un gros coup de pouce tendancieux, malhonnête au possible, dont vous avez l’habitude, puisque vous avez aussi fait coïncider une de vos dates fétiches (le 1er mai) avec la mort de JP2 qui eut lieu presque un mois avant ! smiley

      Voilà vos histoires VRAIES... De pures mensonges, traficotages de bas étage, et vous êtes tellement bête que vous ne vous imaginez même pas que quelqu’un puisse ne pas gober vos âneries.. 

      Alors oui je me marre de vos prétentions ridicules c’est clair. smiley


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 octobre 2023 20:20

      @mmbbb

      Merci, il me semble voir un compliment dans votre propos et ensuite une respectable prise de position bien compréhensible vu l’état du monde comme il va, cad, mal, il est vrai.

      Toutefois, pour le plaisir de la conversation, je vais relever deux points de désaccord. Si la phrase de Sartre que vous citez est la seule valable de cet auteur (ce que je veux bien croire car je ne le goûte guère) alors, il n’a rien écrit de valable parce qu’elle est une erreur, assez classique d’ailleurs. Elle consiste en effet à attribuer aux autres tous les malheurs du monde sans prendre en considération sa part de responsabilité dans le constat qu’on fait.

      Comme rappelé au début de ce fil de discussion, tout dépend de notre façon de voir les choses au point que le Talmud s’est permis de résumer la chose bellement avec l’idée que :

      « Nous ne voyons pas les choses telles qu’elles sont, mais telles que nous sommes ».

      S’il a la bonne disposition d’esprit, un homme peut être heureux même dans un camp de concentration. C’est une question de choix et de discipline de l’esprit.
      Cela n’ôte rien aux constats que vous avez fait avec raison. La société est en pleine déliquescence, en pleine crise et ça va empirer.
      Il n’en reste pas moins qu’il ne tient qu’à nous de vivre heureux... malgré tout. C’est possible mais il faut un sacré reformatage de sa vision du monde.
      C’est un gros travail au point que Luc Ferry nous dit que ce n’est pas possible. Il conclue qu’il faut être bête pour être dans le bonheur (dixit Flaubert que d’aucuns citent plus bas aussi). Sauf à être croyant ajoute-t-il. Et il se garde de laisser penser que les croyants sont bêtes smiley


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 octobre 2023 20:27

      @Gollum

      Je m’en réjouis pour vous. Je comprends que vous disposez d’une grille de lecture qui vous permet de faire sens du monde comme il va, mal j’y insiste.
      C’est tout ce qui compte du point de vue du bonheur car on alors le sentiment de pouvoir accepter ce monde tel qu’il se présente à nous car il n’apparaît pas absurde, aussi violent et imprévisible qu’il soit.

      Maintenant, vous le savez j’ai quelques réserves concernant votre grille mais c’est une autre histoire, inutile d’y venir maintenant, il y aura d’autres occasions. L’important est de souligner l’importance de disposer d’une vision du monde qui permette de faire sens de ce dernier. Sans ce « contrôle » sur ce qui se présente ainsi à nous, il est impossible de trouver cet équilibre dans le rapport au monde qui fait le bonheur.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 octobre 2023 20:32

      @Seth

      Vous dites qu’il ne peut pas y avoir de satisfaction durable en somme. Peut-être n’avez-vous pas connu ça et vous avez alors du mal à l’imaginer. Mais renseignez-vous, si on parle du bonheur, c’est qu’il existe. La question : à quelles conditions ?
      Faut-il être obligatoirement « bête » pour être « heureux béats » ?
      Ce n’est pas prouvé.

      J’ai connu des « heureux béats » qui avaient bien mangé et bien bu. On peut imaginer la « communauté de l’anneau » nageant dans le bonheur après la destruction des montagnes du Mordor. Je ne vois rien d’extravagant à cela. Il faut juste affronter ses dragons et mettre un peu d’ordre chez soi.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 07:42

      @Gollum je me répète et je suis CLAIRE. Olivier 2 est tombé dans le coma le 11 décembre 2021. Ensuite il fut maintenu en vie ARTIFICIELLEMENT. Faites-vous comme Rako et le cas du motard qui fut maintenu « en vie » artificiellement en vie des années, alors que cliniquement il était mort


    • mmbbb 8 octobre 2023 08:38

      @Luc-Laurent Salvador Je ne vous blâme pas et je respecte votre propos .

      Mais on recherche toujours ce qui nous a manqué , Je suis un métérialiste avant tout bien qu evidemment je ne neglige pas l aspect philosophique ni spirituel de la vie .

      Il vaut mieux savoir que l on doit avoir les pieds sur terre , ce qui nous empêche pas d avoir aussi la tête dans les étoiles 

      J ai appris à cultiver mon jardin à l instar de ce brave Candide , parce que candide je le fus .

      Je n avais pas cerné les travers de la nature humaine et l enseignement theorique ne nous donne pas les bonnes armes .

      J ai eu comme principe la loi de l emmerdement minimum .

      Comme chacun évidemment ou beaucoup d etres , j ai avancé à tâtons ou plus exactement j ai du composer . 

      C est simplement la vie .


    • Wladimir 8 octobre 2023 10:36

      @Luc-Laurent Salvador
      Vous m’avez coupé l’herbe sous le pied . Vous avez réagi avant moi à cette grossière erreur de Sartre ’L’enfer , c’est les autres’ ... 
      Pour beaucoup , c’est trop facile de trouver des boucs émissaires ... qui seraient seuls responsables ... si nul n’est innocent , cela veut aussi dire que l’on n’est pas non plus innocent ... certains imaginent que le mal est extérieur ... en réalité , en nous , il y a aussi un combat entre le bien et le mal ! Et nombreux sont ceux qui, ont de lourds conflits intérieurs ... qui peuvent être dans certains cas un enfer !  
      Les autres sont ce qu’ils sont ... on ne les change pas ... on doit plus ou moins les subir ... mais là où il y a un énorme travail à effectuer , c’est en soi !
      Il y a quantité de gens qui ont une vie dramatique . Qui vivent un enfer intérieur. Parmi eux , nombreux sont ceux qui affirment sans doute aussi l’enfer , c’est les autres ... Parmi ceux-ci , quelques-uns réussissent un jour à vouloir sortir de leur enfer intérieur et à envisager les choses sous un jour nouveau . Cela tourne au miracle intérieur . Exemple ; la volonté de vengeance ! Pour sortir de cela , il faut des ingrédients miraculeux ...
      Pour conclure , Sartre est un ’nuisible’ .


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 10:40

      @Wladimir EXCELLENTE ANALYSE. Préférez de loin CAMUS. 


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 10:45

       Si nous attirons des personnes TOXIQUES. C’est que notre inconscient les a appelé. Manière de nous rappeler que le bien ou le mal sur terre est une notion bien trop complexe. Les pervers narcissiques ne se présentent-ils pas le plus souvent sous le masque de la gentillesse (ce sont les pires).


    • Gollum Gollum 8 octobre 2023 10:51

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      EXCELLENTE ANALYSE.

      Que vous n’appliquez pas à vous-même car JAMAIS vous ne vous remettez en question pour essayer de comprendre pourquoi on vous rejette sur ce site...

      Comme toujours vous trouvez des trucs excellents que vous ne vous appliquez pas.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 10:56

      @Gollum je connais nombreux des commentateurs sur AGORA. Dommage pour vous, mais eux m’apprécient. Je l’ai écrit plus bas et vous ne lisez pas. Aimez-vous d’abord vous-même, l’amour des autres est TRES AMBIVALENT. 


    • chantecler chantecler 8 octobre 2023 11:00

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Et puis ils sont très séducteurs.... !
      Bref , même dans vos traités de psychiatrie vous ne parlez que de vous !
      D’où les nombreuses lacunes !


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 11:05

      @chantecler
      Olivier A était tout sauf séducteur. Misanthrope, misogyne, sale caractère, bourru. Un ours mal léché quoi. Il avait perdu sa mère à 12 ans. Et je l’ai choisi. Car derrière l’apparence se cachait un coeur en OR.


    • Gollum Gollum 8 octobre 2023 11:06

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Dommage pour vous, mais eux m’apprécient.

      C’est pour cela que vous êtes allée récemment chouiner chez Cabanel en admettant pour la première fois de votre présence ici (!) que vous étiez détestée sur Agoravox...

      Maintenant que le petit coup de déprime est passé vous revenez à vos fantasmes de toute puissance et d’absence de lucidité.. 

      On a l’habitude on sait comment vous fonctionnez.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 11:08

      @Gollum n’espérez pas que je vous révèle ceux avec qui j’ai eu des échanges même téléphoniques. Vous risqueriez d’en attraper des boutons.


    • Gollum Gollum 8 octobre 2023 11:14

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Pauvre et pitoyable smiley toujours à se la péter...

       https://www.agoravox.fr/commentaire6633902


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 8 octobre 2023 14:49

      @Wladimir

      Nous sommes bien d’accord mais je ne souhaiterais pas jeter la pierre à Sartre même s’il est clair que pour le moment je n’ai rien lu de convaincant ou d’intéressant de sa part.


  • Wladimir 6 octobre 2023 21:06

    Dans l’article , certains mots sont très importants .

    Si les petits bonheurs ont une valeur indiscutable ainsi que les merveilleuses petites joies diverses , de même que certaines satisfactions , pour moi , le vrai bonheur , c’est tout autre chose .

    Des bons moments de bonheur , ce n’est pas le vrai bonheur .

    Le vrai bonheur a besoin des petits bonheurs , des moments de bonheur ... car ils le construisent ... mais il est beaucoup plus qu’eux . Il est beaucoup plus que leur accumulation . Le vrai bonheur est une construction .

    Le vrai bonheur est profond ... et cela s’établit dans la durée ... dans le durable ... alors que dans ce monde terrestre , tout est éphémère et plus ou moins destructible ... soumis à des lois matérielles . Le vrai bonheur est dans l’âme .

    Par suite , sans spiritualité , on s’égare dans des bonheurs illusoires  .

    Le palpable et le transcendant , qui va vers l’un et qui va vers l’autre ?

    Certains pourront dire notamment que avoir , ce n’est pas être !

    Mais il vain de croire que le vrai bonheur arrive tout seul . Dans la vie , il y a des choix existenciels à faire ... et les choix effectués conduisent au malheur ou au bonheur . Il faut souvent des dizaines d’années pour commencer à deviner la justesse de certains choix . On ressent alors une satisfaction très différente de l’instant présent car il s’agit de quelque chose de profond et de durable .

    Et repartir après une débacle personnelle , ce qui suppose par exemple une longue lutte parfois dramatique , cela mène à des joies d’un tout autre ordre que des petites joies quotidiennes . Car la lutte dure des dizaines d’années . Une lutte intense et profonde .


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 octobre 2023 22:34

      Pour moi, ce fut les plusieurs centaines de synchronictés de ma vie. Lire PHILIPPE GUILLEMANT. Savoir que dans notre vie, tout se tient... (les rencontres surtout,...).Guillemant est l’auteur de la théorie de la double causalité (ou de l’espace-temps flexible), un modèle de création de la réalité fondé sur le libre arbitre via la rétrocausalité, présenté dans ses cinq livres « La Route du Temps » (Le Temps Présent, 2010 & 2014), « La Physique de la Conscience » (Trédaniel, 2015), « Le Pic de l’Esprit » (Trédaniel, 2017), « Le grand virage de l’humanité » (Trédaniel, 2021 & 2023) et « La physique du futur lumineux (Trédaniel, 2023), mais aussi synthétisé et mis en scène dans le film documentaire de Jean-Yves Bilien »La Route de la Conscience" (Big Bang Boum films, 2015). Ce modèle conduit, entre autres choses, à une explication rationnelle de la synchronicité qui débouche sur un véritable « pont » entre la Science et la Spiritualité.

       


    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 08:44

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Quelqu’un a t-il lu Ervin Laszlo français « Science et champ akashique - Tome 1 » ?

      Merci par avance pour la oules réponses...

      A bientôt.
      Amitié.


    • Seth 7 octobre 2023 12:16

      @Vivre est un village

      Ben... Mélu d’Uccle naturellement. Elle a 10000 livres et elle fait profession d’être experte dans ce genre de truc. smiley


    • Gollum Gollum 7 octobre 2023 12:40

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      ce fut les plusieurs centaines de synchronictés de ma vie.

      Plus que chez Jung lui-même..

      Mais vous êtes décidément trop modeste, c’était des milliards à mon avis...


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 octobre 2023 20:36

      @Wladimir

      Merci ! Franchement c’est superbe, vous dites l’essentiel, notamment cet aspect construit du bonheur, souvent à force de courage car il faut savoir affronter ses démons.
      Ce n’est pas du gâteau mais ça vaut le coup. 
      La vie le vaut bien.
      On n’est pas censé la passer à l’écart de soi en visionnant des séries sur Netflix... smiley


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 09:31

      @Luc-Laurent Salvador
       Ariane Bilheran : vaincre ses démons intérieurs. Vous auriez tort de m’éjecter comme le « mauvais objet ». Vous y perdreiz peut-être quelque chose.


    • Gollum Gollum 8 octobre 2023 09:41

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Ah tiens... La pétoche ? smiley


    • Wladimir 8 octobre 2023 18:19

      @Vivre est un village
      Je n’ai pas lu ce livre .
      Mais je connais 2 femmes liées aux mémoires akashiques . L’une d’elles est liée à une spécialiste du domaine qui a fait des vidéos disponibles sur internet . , l’autre travaille avec ... Les connaissant l’une et l’autre , je ne vais pas plus loin . Je prends la fuite !


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 octobre 2023 22:56

    Un jour, après le décès de ma mère en 2013 j’ai eu un flash extraordinaire. Visionnant tout l’histoire de ma vie, je voyais que tout était relié.Là, vous êtes au huitième ciel. Vous savez alors qu’il y a un dieu sur terre et que rien n’est dû au hasard. C’est 

     bigrement rassurant car on se sait alors porté par le destin sans avoir à forcer quoi que ce soit. Les fruits tombent tout seuls. J’ai 68 ans et ma vie ne fait à nouveau que recommencer... Rien que du bonheur. Tout vient à point à qui sait attendre. Et c’est alors que le plomb de Saturne se transforme en or. Savoir que ce que l’on donne aujourd’hui, vous sera rendu au centuple plus tard est un extraordinaire réconfort.


    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 08:46

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Tout vient à point à qui sait attendre. Et c’est alors que le plomb de Saturne se transforme en or. Savoir que ce que l’on donne aujourd’hui, vous sera rendu au centuple plus tard est un extraordinaire réconfort.

      EN EFFET !!!

      A bientôt.
      Amitié.


    • Gollum Gollum 7 octobre 2023 13:31

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      sans avoir à forcer quoi que ce soit. Les fruits tombent tout seuls.

      Et quels fruits ! De l’esbroufe permanente.. smiley


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 octobre 2023 20:45

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Ce témoignage est très intéressant car il souligne là encore l’importance de la capacité de faire sens.
      Il peut certes exister une part d’illusion, une forme de projection mais cela importe peu car, tant que rien ne vient effondrer cette perspective, le sentiment est en effet celui d’une plénitude de sens qui ravit. On ressent une forme d’accomplissement qui amène à dire que tout est bien. On dit un grand OUI au monde, comme y invitait Nietzsche.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 07:50

      @Luc-Laurent Salvador MERCI les psychanalystes parlent d’ELATION narcissique. Cf, les échanges de Freud et Romain Rolland. Certes, il s’agit d’un moment particulier ou le meilleur s’intègre au pire. Mais cette étape permet une re-structuration de l’ensemble. Comme le « BON SEIN ». 


    • Wladimir 8 octobre 2023 10:49

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Vos 3 dernières phrases sont des pépites . 
      Saturne , le temps ... savoir attendre ... très rares sont ceux qui savent attendre ... cela me rappelle L’attente dans le Yi-King . l’impatience règne avec le court terme ... Il faut beaucoup de temps à Saturne , le long terme . 
      Saturne , la sagesse .. mais avec une condition : de la simplicité , de l’humilité !
      Sinon Saturne risque de se montrer très dur !
      Rien ne se perd ... le sac du karma ... tout est enregistré ... le bien et le mal reviennent ... donc choisir le bon côté ! effet boomerang pour certains , récompense pour d’autres ...


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 octobre 2023 23:41

    Le problème de nombreuses personnes est lié au fait qu’elles ne s’autorisent pas à être heureuses. Problème lié au péché originel et la religion catholique. J’ai été heureuse, donc, inévitablement, je vais le payer. C’est pas rien la culpabilité...(cas de DSK,...) Mais cette culpabilité est souvent lié à un péché d’orgueil, d’hubris. Ma mère disait toujours : M. borne ton bonheur à la cloture de ton jardin. Elle avait tout compris. D’un point de vue psychanalytique, le bonheur est surtout le sentiment du travail bien fait et accompli. D’où la fréquence des rêves d’examens réussis ou ratés. Le plus souvent, les rêves d’examens réussis sont le signe d’une véritable joie : mon bonheur, je l’ai bien mérité. Ni en trichant, ni en l’usurpant, ni en ayant volé, tué, fraudé. Bref, en ne forçant pas les choses. Donc, en résumé, le véritable bonheur est d’être en paix avec soi-même et avec notre Surmoi ou DIEU en l’occurence.


    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 08:38

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      être en paix avec soi-même et avec notre Surmoi ou la synchronicité en l’occurrence. https://fr.wikipedia.org/wiki/Synchronicité

      Pour Michel Cazenave, l’un des principaux éditeurs des travaux de Jung en France, la synchronicité est un concept épistémologique « limite », celui où « Jung est, de prime abord, le plus facilement suspect de mysticisme, quand on ne parle pas franchement de magie. ». D’autre part Ysé Tardan-Masquelier, dirigeante de la Fédération française de yoga et auteur de Jung et la question du sacré7, reproche au psychiatre suisse son imprécision en ayant volontairement quitté avec ce concept le terrain du pragmatisme et de la psychologie clinique ; Jung, en effet, « n’a pas assez formalisé sa théorie, la laissant à l’état d’hypothèse flottante », explique-t-elle.

      Marie-Laure Grivet, dans les Cahiers jungiens de psychanalyse, qualifie ce concept de croyance métaphysique8.


      A bientôt.

      Amitié.


    • Gollum Gollum 7 octobre 2023 08:53

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      M. borne ton bonheur à la cloture de ton jardin.

      Et ben faites le Michèle, restez y dans votre jardin... Vous prônez toujours des trucs que vous ne respectez pas vous-même car s’il y en a une qui sort de son jardin et qui s’étale sur les pieds des autres c’est bien vous !


    • L'apostilleur L’apostilleur 7 octobre 2023 10:12

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      « ...Problème lié au péché originel et la religion catholique... »
      Vous avez oublié la Rédemption du dogme chrétien qui sauve les croyants de leurs péchés. 
       
      « ..Ma mère disait toujours : M. borne ton bonheur à la cloture de ton jardin... »
      On retrouve bien ici le fondement séculaires des communautés juives qui vous habitent enfermées autour de leur rabbins. Un repli communautaire qui les a coupés des bonheurs du monde, pas de musique, pas de poésie, pas de littérature, pas de peinture, pas de contact avec les autres...
      Un souvenir révélateur. 


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 12:14

      @L’apostilleur arrêtez. Mon Pseudo est un roman qui raconte le plus grand rêve d’un surréaliste : FRANZ HELLENS. Encore à côté de la plaque.


    • Seth 7 octobre 2023 12:24

      @Gollum


    • L'apostilleur L’apostilleur 7 octobre 2023 18:54

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Le rêve est un bonheur qui n’existe pas. Vous vous êtes probablement aperçu que ni l’un ni l’autre ne se décrètent.
      Reste que si votre pseudo y parvient gardez le, même si en Bretagne Mélusine est le nom d’une sorcière dont on racontait l’histoire au château de Suscinio.


    • quijote 7 octobre 2023 23:02

      @Vivre est un village

      Sur les synchronicités : ce que croient les autres sur le sujet n’a aucun intérêt, quels que soient les noms cités. C’est comme les rêves prémonitoires. Soit tu en as fait l’expérience, soit pas. Et c’est ça qui détermine ta position. Si tu en as fait l’expérience, tu sais. Sinon, tu n’y crois pas.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 8 octobre 2023 07:40

      @quijote

      100% d’accord. C’est parfaitement résumé !


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 07:54

      @L’apostilleur Sorcière, c’est à vous de voir. Oui, bien sûr, Mélusine et le SAMEDI (jour de SHABBAT). Encore une histoire juive n’est-ce pas... C’est votre perception de Mélusine. Une vision très « catholique »... Lisez la FEMME CELTE de Jean MARKALE. Oh, mais cela risque d’entrer en compétition avec la Sainte Eglise catholique qui elle brûlait les « sorcières ». Celles-ci n’ont pas oublié...


    • Wladimir 8 octobre 2023 10:56

      @quijote
      Pour vivre une bonne synchronicité et en prendre conscience , ne faut-il pas la mériter ? Ceux qui contestent la richesse des synchronicités avouent de ce fait leur niveau d’évolluiton .


    • quijote 8 octobre 2023 12:32

      @Wladimir

      Très juste. Même si je poserais le problème autrement. La question que je me pose à ce sujet, c’est pourquoi certains ( peu nombreux ? ) font un ou des rêves prémonitoires alors que d’autres ( la majorité ? ), non. Tu dis « niveau d’évolution ». Bon. Moi, je sais pas. Je choisis de poser la question avec le rêve prémonitoire parce que c’est un niveau supérieur de « magie » du réel par rapport aux synchronicités. Qui restent des phénomènes, quoi qu’il en soit, « magiques » aussi...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 octobre 2023 12:37

      @quijote
      Petite anecdote. Mon compagnon Olivier Agulhon, décéde le jour de la PENTECOTE 2019 un grand rêveur,..Le fameux 11 septembre, le matin il est allé voir son ami kabyle et libraire en lui disant. aujourd’hui quelque chose de TERRIBLE va se passer. Il lui a répondu : mais tu es LE DIABLE. Sauf, qu’il ne s’était pas trompé..


    • Wladimir 8 octobre 2023 18:46

      @quijote
      Pour le domaine des rêves prémonitoires , il m’est fort difficile d’en parler . Tout simplement parce que je n’ai pas le niveau pour en parler . Il y a aussi les flashes , les intuitions prémonitoires ...
      Pour les synchronicités , j’ai écrit avec fautes d’orthographe niveau d’évolution . Ce serait plutôt un minimum d’observation et d’ouverture à des liens dans le monde qui nous environne . 
      Cependant , une chose est d’observer des synchronicités , une autre est de comprendre le message qu’elles portent . C’est parfois tellement surprenant et parfois très énigmatique . Les messages du monde invisible nous touchent par leur manière si imprévue et si inattendue ...


    • L'apostilleur L’apostilleur 8 octobre 2023 20:46

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      On ne partage vos opinions judéophiles et voilà... haro sur les cathos hors sujet !
      Un petit défoulement nerveux ?
      Quant à Mélusine la sorcière racontée à Suscinio c’est véridique, et je n’y suis pour rien. Désolé.


  • Tolzan Tolzan 6 octobre 2023 23:59

    Est-ce que vous avez visionné le clip de Christophe Mahé « Il est où le bonheur, il est où » ?

    https://www.youtube.com/watch?v=m5qXr9lLdwA

    Finalement, une chanson avec des mots simples vaut mieux parfois qu’un long discours ....


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 octobre 2023 20:54

      @Tolzan

      Mahé pose bien la question du bonheur mais quelle est sa réponse ?
      L’avez-vous comprise ?
      Si oui, pourquoi ne nous en parleriez vous pas... « en mots simples » ? smiley


    • Tolzan Tolzan 7 octobre 2023 23:34

      @Luc-Laurent Salvador

      Je crois qu’il y répond tout de même. Il dit "il est là bonheur... il est là"... ce que je comprends ainsi : il faut saisir le bonheur au quotidien... C’est-à-dire tous ces moments d’apaisement de nos vies.... que l’on perçoit souvent trop tard, lorsqu’ils sont passés.. lorsque surviennent des temps difficiles. Mahé parle très bien des soirs disparus de Noël avec des mots simples.
      Sur l’instant, très souvent, on ne se rend pas compte du bonheur éphémère que l’on vit.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 8 octobre 2023 07:48

      @Tolzan

      Oui, je suis d’accord, mais ce n’est pas parce qu’il s’est enfui que le bonheur est éphémère.
      On peut après coup comprendre qu’on a vécu le bonheur sur une longue période sauf qu’on ne le savait pas parce qu’on ne s’était pas mis dans la disposition de le voir, trop préoccupé qu’on était alors par ceci ou cela et, souvent, par soi.

      Vous me direz que ce n’était pas le bonheur parce qu’on ne l’a pas reconnu. Ce n’est pas ce que dit la chanson de Maé mais vous auriez raison.

      Ce que l’on vit sans le savoir ce sont des satisfactions belles et bonnes qui durent et qui passent (travaillées qu’elles sont par les soucis qui vont et viennent) mais tant que nous ne les identifions pas comme le bonheur, ce n’est pas le bonheur.

      La conscience est donc ici un élément clé.
      La différence à faire est donc la même qu’entre savoir et savoir qu’on sait.
      C’est la deuxième option qui est la meilleure, de loin ! smiley


    • Wladimir 8 octobre 2023 11:04

      @Luc-Laurent Salvador
      Fort intéressant , surtout les 3 dernières phrases .
      Ce qui s’enfuit , ce n’est pas le bonheur mais le moment du bonheur . Ce qui est ressenti reste en soi . Le moment du bonheur est extérieur . Mais y repenser prouve que c’est le moment qui a fui et non pas le souvenir .
      Après il y a les bonheurs véritables et les illusions ... mais le sujet ici est des bonheurs qui ont bien ce nom .


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 06:14

    Dans cette pyramide, il me semble qu’il manque l’essentiel : L’AMOUR.


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 06:16

    Dans cette pyramide, il me semble qu’il y manque l’essentiel : l’AMOUR.


    • chantecler chantecler 7 octobre 2023 06:51

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Ouais ouais !
      Tu nous aimes c’« est pour ça que tu nous ne nous lâches pas .
      Mais pas dessus tout tu t’aimes encore bien davantage !
      Madame la PN , »origine du monde" !


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 07:29

      @chantecler si le sexe féminin vous répugne, dites le tout suite et l’affaire sera classée.


    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 08:01

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

       Auprès de TOI, Mélusine, qu’il m’est doux, ce matin, de donner lumière à ce concept : "Sous le toit d’Agoravox qu’il est bon de deviser à la manière de Denis de Rougemont https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Amour_et_l%27Occident pour dissiper les brouillards de nos peines et de nos désirs, faits d’affects 2 http://www.leseditionsdeminuit.fr/livre-Brouillards_de_peines_et_de_désirs.<br>Fait_d_affect,1-3396-1-1-0-1.html !!!

      Je n’irais pas à Clermont-Ferrand à la Coopérative de Mai Rue Serge Gainsbourg, 63000 Clermont-Ferrand à 14h cet après-midi pour écouter l’Introduction d’Edwy Plenel, il a fané ses lauriers, tout seul en me suspendant pour 3 mois

       Rencontrez le président et co-fondateur de Mediapart,

      SI VOUS VOULEZ...

      --------------------------

      Quant à nous, Mélusine,

      ENTRONS A NOUVEAU, DANS LA DANSE SANS OUBLIER QU’IL Y A PLUS DE TEMPS QUE DE VIE !!!

      A bientôt.

      Amitié.




    • chantecler chantecler 7 octobre 2023 08:08

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Sexe féminin que vous défendez naturellement, en toute modestie !...
      Bravo pour la pirouette !


    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 08:08

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      https://www.youtube.com/watch?v=7jVGkojzWBg

      De la part de 

      FREDERICK CASADESUS


      SA BIOGRAPHIE

      Journaliste à « Fréquence Protestante », auteur de livres, il rédige des articles pour le site Regards Protestants et des chroniques de disques pour CFDT Magazine- après avoir été, pendant quinze ans, journaliste à l’hebdomadaire « Réforme ».


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 08:13

      @

      Il était un petit homme
      Pirouette, cacahuète
      Il était un petit homme
      Qui avait une drôle de maison
      Qui avait une drôle de maison
      Sa maison est en carton
      Pirouette, cacahuète
      Sa maison est en carton
      Les escaliers sont en papier
      Les escaliers sont en papier
      Si vous voulez y monter
      Pirouette, cacahuète
      Si vous voulez y monter
      Vous vous casserez le bout du nez
      Vous vous casserez le bout du nez
      Le facteur y est monté
      Pirouette, cacahuète
      Le facteur y est monté
      Il s’est cassé le bout du nez
      Il s’est cassé le bout du
      On lui a raccommodé
      Pirouette, cacahuète
      On lui a raccommodé
      Avec du joli fil doré
      Avec du joli fil doré
      Le beau fil, il s’est cassé
      Pirouette, cacahuète
      Le beau fil, il s’est cassé
      Le bout du nez s’est envolé
      Le bout du nez s’est envolé
      Un avion à réaction
      Pirouette, cacahuète
      Un avion à réaction
      A rattrapé le bout du nez
      A rattrapé le bout du nez
      Mon histoire est terminée
      Pirouette, cacahuète
      Mon histoire est terminée
      Messieurs, Mesdames, applaudissez
      Messieurs, Mesdames, applaudissez


    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 08:16

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Jean-Nicolas Diatkine, un pianiste humaniste

      https://www.lylo.fr/artiste/jean-nicolas-diatkine

      Un artiste atypique

      Issu d’une famille de médecins reconnus, considérant le dévouement à autrui
      comme la base de leur métier, il a semblé impossible à Jean-Nicolas Diatkine de
      renoncer entièrement à ces valeurs, d’où la nécessité de mener de front son
      perfectionnement artistique et un retour aux valeurs essentielles humanistes auxquelles
      il a consacré ces vingt dernières années.
      Parallèlement, il a fait de l’étude et de la compréhension approfondies de
      l’écriture du compositeur une nécessité absolue et une étape indispensable avant
      d’interpréter une œuvre en public.

      Quelques repères biographiques

      Jean-Nicolas Diatkine débute ses études musicales à 6 ans. Durant ses années de
      formation deux rencontres seront déterminantes : Ruth Neye en 1989, professeur à
      l’Ecole Yehudi Menuhin et au Royal College of Music, formée par Claudio Arrau ; et
      Narcis Bonet en 1994, compositeur, élève de Nadia Boulanger.
      Chopin conseillait à ses élèves d’écouter les chanteurs, Jean-Nicolas Diatkine l’a
      pris au mot et a choisi de travailler entre 1996 et 2006 comme coach dans l’école de
      chant d’Yva Barthélémy à Bruges. 


    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 08:25

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Refuser la petitesse toujours et encore, défendre la grandeur toujours et encore, que ce soit cette grandeur : https://presite.mediapart.fr/contenu/le-projet.html ou celle-là : https://www.agoravox.fr/qui-sommes-nous/article/politique-editoriale-60 !!!

      A bientôt.
      Amitié.


    • Gollum Gollum 7 octobre 2023 08:50

      @chantecler

      Tu nous aimes c’« est pour ça que tu nous ne nous lâches pas .

      Comme je le dis souvent c’est ceux qui en parlent le plus qui en ont le moins en magasin... C’est valable pour Pascal L c’est valable pour Mélusine...


    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 08:53

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Il est un grand homme
      Pirouette, cacahuète
      Il est un grand homme
      Qui a une drôle de media
      Qui a une drôle de réflexion
      Sa maison https://presite.mediapart.fr/contenu/le-projet.html est en or mais il ne le sait pas...lui dire !!!
      Le 7 octobre de 14h à 18h
      à la Coopérative de Mai
      Rue Serge Gainsbourg, 63000 Clermont-Ferrand
      14h
      Introduction d’Edwy Plenel
      Rencontrez le président et co-fondateur de Mediapart !!!

      A bientôt.
      Amitié.

    • Vivre est un village Vivre est un village 7 octobre 2023 08:59

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Conseiller, peut être, à Chantecler de fréquenter les hommes... https://fr.wikipedia.org/wiki/Homosexualité

      POUR INFO :

      De nombreux individus homosexuels se désignent comme exclusivement attirés par des personnes de même sexeo 1. Certaines études suggèrent toutefois de considérer l’orientation sexuelle comme un spectre continu, dont l’homosexualité et l’hétérosexualité seraient les deux extrémités.

      Selon les époques et les cultures, l’homosexualité sous ses différentes formes est plus ou moins acceptée ou réprimée. Au début du xxie siècle, la tendance, dans les sociétés occidentales, est à l’acceptation et, dans certains pays, à l’établissement d’un statut légal (union civile ou mariage entre personnes de même sexe). 

      A bientôt.

      Amitié.


    • Seth 7 octobre 2023 12:27

      @chantecler

      En plus on peut très bien apprécier le sexe féminin mais pas le sien en particulier.

      Elle est un peu simplette dans ses écrits. En tout cas elle a fait fort ce matin. smiley


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 12:30

      @Seth Le 7 octobre, est le jour de la « Belle de nuit ».


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 12:32

    • Seth 7 octobre 2023 12:33

      Voui ? De quoi parlez vous ? De quel vélo ? smiley

      Attention, la poésie n’est pas donné à tout le monde.



    • Gollum Gollum 7 octobre 2023 12:37

      @Seth

      Pour être simplette elle l’est.. Complètement immature même.. Probablement pour ça qu’elle a attiré des hommes mûrs qui ont dû voir une proie facile d’autant plus qu’elle n’était pas moche à l’époque.. 

      J’ai connu ça au boulot, les simplettes attirent tous les vautours en mal de sexe car ils savent que leur baratin sera gobé goulument...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 12:38

      @Seth
      Ne vous faites pas encore plus bête que vous ne l’êtes déjà. A VIVRE,... attention, vous êtes tombé ici sur un gros nid de freslons souvent antisémites. Autant savoir...


    • Seth 7 octobre 2023 13:16

      @Gollum

      Elle doit surtout être insupportable à blablater non stop, en conférence inepte permanente. Je vois très bien de quel genre de créature il s’agit. On rêve très vite de les étouffer sous un oreiller. smiley

      Un pousse-au-crime en somme.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 octobre 2023 13:20

      @Seth
      Exactement. IMAMIAH rencontre beaucoup d’ennemis sur sa route. Question d’habitude. Et des personnes en moindre nombre qui vous laissent tout sauf indifférents. Pas de juste milieu.


Réagir