mardi 2 juin - par Jean Dugenêt

Qu’est-ce que le trotskisme ?

1. La vérité est toujours révolutionnaire

Mon précédent article intitulé « Il n’y a plus de trotskistes en France ? » a suscité de nombreuses réactions parfois passionnées tant sur Agora Vox que sur FaceBook en particulier sur le groupe de discussion « Révolution Socialiste ou barbarie ! » Comme toujours, la discussion a parfois volé bien bas avec moults insultes, invectives et amalgames. Comme toujours aussi, c’est beaucoup plus sur FaceBook que sur Agora Vox que nombre d’intervenants ne connaissent que cette manière de s’exprimer. Il faut cependant se réjouir du nombre de réactions et de la pertinence des questions soulevées. Il me plait d’avoir bousculé des idées reçues. La télévision et tous les médias de masse, tant décriés à juste titre puisque nous connaissons leurs propriétaires, répètent à l’envi que le NPA, Lutte Ouvrière et les divers lambertistes sont des trotskistes. Dans la « gauche et l’extrême-gauche », tout le monde se targue d’avoir un esprit critique à l’égard de ces médias mais personne n’avait pensé à se demander s’il y avait bien une raison sérieuse pour qualifier tout ce petit monde de « trotskistes ». La réponse à la question allait d’ailleurs de soi : ils sont trotskistes puisqu’ils le disent. A quoi il me suffit de répondre avec la citation de Karl Marx (L’idéologie allemande) : « Dans la vie courante n'importe quel boutiquier sait fort bien faire la distinction entre ce que chacun prétend être et ce qu'il est réellement ».

Car, il fallait y penser, pour savoir si une organisation est trotskiste, il faut définir ce qu’est le trotskisme. Avant même de répondre à la question, nous pouvons déblayer le terrain en disant que le trotskisme n’est pas une religion, ni une croyance, ni un catalogue d’idées ni même une forme de pensée. Et, pendant que nous en sommes au nettoyage préliminaire nous pouvons aussi enlever des potentiels trotskistes le NPA car leurs dirigeants ont eux-mêmes abandonné la référence formelle au trotskisme. Ils incluent d’ailleurs, au fil de leurs pérégrinations diverses des « leaders » comme Ho chi Minh, qui a combattu le trotskiste Ta Thu Thâu, ou Che Guevara qui a contribué, avec Fidel Castro, à éliminer les trotskistes de Cuba. Nous nous demandons pourquoi ils sont encore parfois qualifiés de trotskystes.

Pour donner une première indication sur ce qu’est le trotskisme, à défaut d’en donner une définition, rappelons cette belle citation de Trotsky à propos du titre choisi pas les trotskistes français pour leur journal :

« Votre hebdomadaire s'appelle la Vérité. On a assez abusé de ce mot, comme de tous les autres, d'ailleurs. Néanmoins, c'est un nom bon et honnête. La vérité est toujours révolutionnaire. Exposer aux opprimés la vérité de leur situation, c'est leur ouvrir la voie de la révolution. Dire la vérité sur les dirigeants, c'est saper mortellement les bases de leur pouvoir. Dire la vérité sur la bureaucratie réformiste, c'est l'écraser dans la conscience des masses. Dire la vérité sur les centristes, c'est aider les ouvriers à assurer la direction juste de l'Internationale communiste. C'est là la tâche de votre hebdomadaire… »

La vérité est toujours révolutionnaire. Il faut donc, en principe, compter sur tous ceux qui se réclament peu ou prou du trotskisme pour s’engager dans « la guerre de l’info » que nous avons lancée afin de faire admettre cette vérité : Walter Hallstein était un nazi. Nous avons lancé cette bataille avec l’image que nous joignons pour illustrer le présent article en l’accompagnant du commentaire suivant :

« Walter Hallstein était un nazi.

Oui ! celui qui fut pendant 9 années le président de la CEE (ancêtre de l’UE) était un nazi et même un nazi de premier plan. Les preuves abondent. La plupart ont été avancées par des personnes de profils politique très divers (François Asselineau, Philippe de Villiers, Annie La Croix Riz). J’ai composé à ce sujet le dossier le plus complet.

La vérité éclate sans ambiguïté pour ceux qui veulent regarder les faits. Mais cette vérité est insupportable pour les européistes qui ont des moyens démesurés pour interdire qu’elle émerge. Mes fichiers « hallsteinnazi.html » ont été effacés sur le serveur de mon site web et sur mon ordinateur.

Sur la Wikipédia, la page de discussion concernant « Walter Hallstein » dit clairement que la chasse est faite avec les moteurs de recherche aux mots « Walter Hallstein + nazi » et nous voyons qu’ils ne lésinent pas sur les moyens pour les faire disparaître.

Je vous transmets le dossier complet au format PDF.

Pour faire émerger la vérité. Pour contrer l’intox des milliardaires qui possèdent les médias.

Dupliquez le dossier !

Envoyez-le à tous vos contacts !

http://www.avant-garde-internationaliste.com/articles/pdf/hallsteinnazi.pdf  »

J’entends déjà les récalcitrants trouver les arguments ou les prétextes pour se taire : « De Villiers… Asselineau… droite… extrême-droite ». Eh bien non ! Il n’y a pas des vérités de « gauche » et des vérités « de droite ». Vous pouvez penser et dire tout ce que vous voulez sur Asselineau, De Villiers et La Croix Riz. Nous n’en pensons pas moins que vous. Mais, ce qu’il faut faire triompher c’est : La vérité.

Je verse donc une autre pièce au dossier concernant le trotskisme : Le Programme de Transition. Et, je vous invite à lire les deux chapitres intitulés : « contre l’opportunisme et le révisionnisme sans principe » et « contre le sectarisme ». Trotsky condamne ici deux aspects de la politique qui fait obstacle aux révolutionnaires. Il s’agit bien de deux aspects d’une même politique puisque Trotsky précise : « Dans la politique pratique, les sectaires s'unissent à chaque pas aux opportunistes, surtout aux centristes, pour lutter contre le marxisme.  » Sectarisme et opportunismes vont de pair. Ce sont les deux faces de la même médaille. Nous voyons clair dans le jeu des révolutionnaires de la phrase qui apparaissent comme des sectaires-gauchistes quand ils condamnent à grands coups d’épithètes les réactionnaires Asselineau et De Villiers. Cette phraséologie ultra-gauche leur sert en fait à masquer une politique opportuniste voire même réactionnaire puisqu’il s’agit pour eux de cirer les pompes aux milliardaires qui possèdent la presse dominante et qui sont les premiers défenseurs de l’UE. Ceux-ci ont imposé des campagnes de presse pour le vote du traité de Maastricht puis pour le référendum de 2005 au cours desquelles toutes les télés, toutes les radios et tous les journaux avaient le même discours : il fallait l’UE, toujours l’UE car sinon le ciel devait nous tomber sur la tête. En fait, il s’agit pour ces révolutionnaires de salon d’appuyer cette politique pro-UE. Cette politique évidemment réactionnaire les amène à se la mettre en sourdine quand nous engageons ce combat pour la vérité : Oui ! Le père de l’Europe, celui qui a présidé la CEE pendant 9 ans était un nazi de premier plan qui a travaillé pour le compte d’Hitler sur un premier projet européen (La Neue Europa) avant de se mettre au service, pour le compte des dirigeants américains, de la CEE qui deviendra l’UE.

 

2. Le trotskisme débute en 1924

Avançons un peu avec une autre indication sur le trotskisme : sa date de naissance. Le trotskisme débute en 1924 après la mort de Lénine quand Staline et Trotsky se disputent la direction du parti bolchévique, de l’état russe et de l’internationale communiste. Cette date a une importance dans les discussions avec les réactionnaires de tous poils qui ne manquent pas d’expliquer que les trotskistes sont d’abominables révolutionnaires sanguinaires qui ont perpétré une quantité de massacres. Eh bien non ! Répétons-le, le trotskisme débute en 1924, en même temps d’ailleurs que le stalinisme, et aucune personne ne peut se plaindre d’avoir vu une goutte de sang couler du fait des trotskistes. Alors qu’à l’inverse, les trotskistes sont les victimes d’atroces répressions tant de la part du stalinisme que du nazisme. Bien sûr, les réactionnaires essaient de nous entraîner vers une autre discussion sur laquelle nous aurions beaucoup de choses à dire. Ils veulent évoquer la personne de Trotsky, commandant de l’armée rouge lors de la guerre civile et ainsi esquisser le tableau qu’ils adorent : L’armée rouge a agressé de gentilles armées blanches (comme des colombes), pacifiques et chrétiennes pour leur faire subir les pires atrocités. Nous aurions un tableau très différent à dresser mais, passons sur cette discussion, qui est hors sujet, car Trotsky n’était plus commandant de l’armée rouge quand est né le trotskisme. Avant de passer à autre chose, je voudrais tout de même prendre le temps d’attribuer la palme d’or de la réaction à V_Parlier qui est intervenu sur Agora Vox. Il nous a livré une citation particulièrement gratinée de Trotski en russe et en français :

« D’abord en V.O : "Если в итоге революции 90% русского народа погибнет, но хоть 10% останется живым и пойдет по нашему пути — мы будем считать, что опыт построения коммунизма оправдал себя". Ce que je traduirais par : "Si suite à la révolution 90% du peuple russe périt, pourvu que 10% reste en vie et suive notre chemin, nous considèrerons que l’expérience de construction du communisme s’est justifiée".

Il est incapable de fournir la source de sa citation puisqu’il l’a purement et simplement inventée. C’est un aveu tacite. Il écrit d’ailleurs :

"Ce n’est pas pour vous que j’ai posté cela, c’est pour ceux qui pourraient être séduits par vos plaidoyers et dénis, et qui pourront très facilement copier une partie de cette phrase (en Russe) dans Google ou Yandex pour voir si je l’ai inventée."

Publicité

Cela vérifie que les réactionnaires appliquent volontiers le principe jésuistique qui dit que la fin justifie les moyens. Pour ce qu’il estime être une juste cause, il considère que les plus ignobles procédés sont permis.

Mais, la palme de la falsification revient à un stalinien, version maoïste, nommé Luniterre. Il explique que Staline a laissé la vie sauve à une quantité de bolcheviques de la révolution d’octobre et, à l’appui de sa thèse, il donne la liste suivante : « Boudienny, Kalinine, Kirov, Jdanov, Vorochilov, Kaganovitch, Dzierżyński, Molotov, Joukov, etc… ». Cette liste n’est longue que par les points de suspension qui la terminent. Malheureusement, il y a quatre « bolcheviques » en trop dans cette liste. Korov et Dzerjinski sont morts respectivement en 1934 et 1926. C’est trop tôt pour dire qu’ils ont échappé aux purges staliniennes. Quant à Boudionny et Joukov, ils étaient généraux de l’armée du tsar au moment de la révolution d’octobre.

Les deux lauréats pensaient me faire prendre des vessies pour des lanternes.

Revenons à l'histoire du trotskisme Nous en étions à sa naissance, en 1924, à un tournant de l’histoire particulièrement dramatique. Depuis la révolution de 1917, les bolcheviques veulent étendre la révolution aux autres pays d’Europe en profitant d’une vague révolutionnaire qui déferle en réaction contre la guerre de 1914-18. Ils attendent particulièrement une victoire du prolétariat allemand mais celui-ci subit une première défaite en 1918-19. La révolution spartakiste a en effet échoué et ses deux grands leaders Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht ont été assassinés. Ensuite Lénine et Trotsky essaient de redresser les erreurs du jeune parti communiste allemand (le KPD) qui mène une politique trop sectaire (gauchiste). En 1923, une nouvelle révolution échoue à cause d’hésitations au moment de l’insurrection. Trotsky n’a pas pu se rendre sur place pour organiser cette insurrection. Le parti bolchevique s’y est opposé (voir cette petite vidéo). En Russie une opposition apparaît entre Staline et Trotsky avant même le décès de Lénine. Celui-ci en est évidemment informé. Dans un premier document, il donne son avis sur les défauts et les qualités respectives des deux personnages. Puis, voyant que ses propres décisions sont bloquées par Staline, il décide de l’écarter du pouvoir. Une confrontation de Lénine et Trotsky ensemble contre Staline n’aurait assurément pas laissé beaucoup de chances à ce dernier. Malheureusement Lénine meurt avant que la confrontation ait lieu.

 

3. Une définition du trotskisme qui exclut Lutte Ouvrière

Aussitôt Staline prend l’avantage sur Trotsky et il va imposer un nouveau cours à l’Internationale Communiste. L'opposition est désormais ouverte entre les deux hommes. C'est à partir de ce moment qu'on commence à parler de trotskisme et de stalinisme. A l’époque le terme « trotskisme » n’est d’ailleurs utilisé que par les partisans de Staline. Nous pouvons dès lors essayer d’avancer vers la définition de ce qu’est le trotskisme.

Après l'échec de la révolution de 1923, que tout le monde continue à observer ce qui se passe en Allemagne. Ce qui n’étaient que des erreurs dans la politique sectaire-gauchiste du KPD va se transformer en une politique criminelle impulsée pendant dix années par Staline. Celui-ci ne cherche plus une victoire en Allemagne car il veut asseoir le « socialisme dans un seul pays » en Russie. J’explique plus en détail en quoi a consisté cette politique du KPD dans mon livre « De François Mitterrand à Jean-Luc Mélenchon » aux pages 194 et 195. Cela va amener à la catastrophe de la prise du pouvoir par Hitler en 1933 après l’élection d’Hindenburg en 1932 qui n’est pas sans nous rappeler l’élection de Macron. En effet, les Besancenot et Présumey de l’époque avaient appelé à voter pour Hindenburg, en se bouchant le nez, afin, d’après eux, de voter contre Hitler. Trotsky écrivait :

"Descendant de marche en marche à la recherche du "moindre mal", la social-démocratie (NDLR menant la politique des Présumey et Besancenot de l'époque) a fini par voter pour le feld marschall réactionnaire Hindenburg, lequel, à son tour, a appelé Hitler au pouvoir. Démoralisant les masses ouvrières par les illusions de la démocratie dans le capitalisme pourrissant, la social-démocratie a privé le prolétariat de toutes ses forces de résistance."

Être trotskiste s’est aussi avoir assimilé cette leçon.

A partir de 1933, le trotskisme entre dans une seconde phase. De 1924 à 1933, Trotsky voulait redresser le cours de l’internationale communiste. A partir de la victoire du nazisme, il estime que ce n’est plus possible et il décide donc en 1938 de proclamer la IVème internationale dont il précise le projet révolutionnaire dans le célèbre « programme de transition  ».

Avec cette histoire très (trop) brève des premières années du trotskisme, nous voyons poindre une première définition de ce qu’est le trotskisme. Le trotskisme c’est le combat pour le socialisme qui passe par l’organisation d’une internationale révolutionnaire regroupant des partis de plusieurs pays eux-mêmes engagés dans ce combat. Il ne peut pas être question de trotskisme sans cette perspective d’une internationale révolutionnaire. Sur plusieurs points le programme de transition doit être modifié mais il reste, dans les grandes lignes, parfaitement valable et il doit donc être aussi une indispensable référence du trotskisme.

Le trotskisme est donc défini en premier lieu par ces deux points fondamentaux :

  • Le regroupement et l’organisation d’une internationale révolutionnaire.
  • La référence au programme de transition que nous voyons comme un condensé de l’expérience révolutionnaire depuis Marx jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale.

Nous voyons que cette définition rejette d’emblée hors du champ du trotskisme ceux qui ne s’intéressent pas à cette lutte pour l’internationale révolutionnaire à savoir Lutte Ouvrière et l’AGIMO. Les premiers ont eux-mêmes écrit : « Lutte Ouvrière s’est construite indépendamment des diverses organisations se réclamant de la IVème internationale ». Ah bon ! Et pourquoi cela ? Les dirigeants de Lutte Ouvrière estiment-ils que Léon Trotsky était un grand révolutionnaire mais que, sur ses vieux jours, il a eu cette lubie de vouloir une IVème internationale sans doute parce qu’il était un peu sénile ? A moins qu’ils estiment qu’il s’agissait d’une décision sans importance prise sur un coup de tête. Assurément, Trotsky n’aurait pas accepté que les militants de Lutte Ouvrière se réclament de lui.

Passons aux seconds : l’AGIMO. C’est nous ! Il faut sans doute que je souligne que si j’ai choisi le titre « Il n’y a plus de trotskistes en France » ce n’est pas la même chose que si j’avais écrit « Il n’y a plus que nous comme trotskistes en France ». En effet, il semblerait que des amateurs de polémique ne savent pas bien lire puisqu’ils nous ont attaqué sur le thème : Pour qui vous prenez-vous donc à estimer être les seuls… ? Nous estimons que ce n’est pas une mince affaire que d’essayer de mettre en place une internationale ouvrière et nous n’avons la prétention ni de pouvoir le faire dans l’immédiat ni de représenter à nous seuls une telle internationale. Alors, je ne peux que répéter ce que j’ai écrit à la fin de l’article :

« Avec l'AGIMO (Avant-Garde Internationaliste du Mouvement Ouvrier), nous ne pouvons pas prétendre assumer la continuité du trotskisme, avec notamment sa dimension internationale, (…) Il faudra bien, pour que le socialisme triomphe, qu'à un moment le combat à l'échelle internationale revienne à l'ordre du jour mais nous n'avons pas actuellement les moyens d'agir dans ce sens. Avec l'AGIMO, notre objectif est compatible avec ce combat mais il est plus limité. »

Il existe probablement dans le mouvement ouvrier des militants qui ne s’embarrassent pas de tant de scrupules et sont prêts à fanfaronner qu’ils sont trotskistes. Cela ne coûte pas cher. Qu’il nous soit permis de juger du contenu du flacon sans nous arrêter à l’étiquette qui est collée dessus !

Il reste la question d’une possible renaissance du trotskisme qui est à peine esquissée à la fin de mon article et qui a été soulevée dans les discussions. Un militant écrit :

« Il faut savoir que tant que les inégalités sociales existent la lutte de classes existera et de fait, l'élément subjectif qui traduira les revendications des travailleurs en un programme pour changer la société existera aussi. Vous pouvez lui mettre le nom que vous voulez mais il sera toujours là en France, en Algérie, en Allemagne et dans tous les pays du monde parce que le capitalisme vole les travailleurs dans tous les pays du monde. "Travailleurs de tous les pays unissez-vous" »

Ce militant a raison. La lutte des classes impose ce mouvement et c’est pourquoi je crois que le trotskisme renaîtra de ces cendres. Il faut cependant ajouter que le mouvement objectif de la lutte des classes ne peut pas en lui-même générer un programme révolutionnaire et qu'il faut, le plus possible, bénéficier de l'héritage de la lutte menée par les générations précédentes. C'est en cela que ce que nous lèguent Marx, Lénine, Trotski ... est important. La lutte inévitable des exploités pour plus de justice et de liberté va dans ce sens mais il faudra renouer avec cet héritage. En cela la rupture que connaît actuellement le mouvement ouvrier est dramatique. Par quels chemins, le trotskisme renaîtra-t-il ? Je ne suis pas en mesure de le dire. Il n’y aura aucune génération spontanée. Il faudra bien que des hommes conscients prennent des initiatives dans ce sens. Je ne vois pas actuellement ce qu’il faut faire mais je sais que cette question, actuellement en suspens, doit restée présente à notre esprit.

Nous avons commencé le ménage en sortant du champ des trotskistes le NPA et Lutte Ouvrière. Nous avons par ailleurs expliqué que nous ne sommes pas pleinement en mesure d'appliquer le programme trotskiste avec sa dimension internationale. Pour Lutte Ouvrière , il y a plein d’autres arguments pour montrer qu’ils ont bien peu de points communs avec le trotskisme. Je renvoie ceux qui veulent creuser la question à l’excellent article du site « Maghreb socialiste » intitulé « Lutte ouvrière : au nom du « trotskisme », une soumission totale au stalinisme et à ses avatars  ».

 

4. Les lambertistes ne sont pas trotskistes

Il reste à traiter le cas des lambertistes de toutes tendances. J’ai expliqué comment ils ont trahi en 1981 dans mon livre « De François Mitterrand à Jean-Luc Mélenchon » aux pages 158 à 163. Le groupe de Daniel Gluckstein (le POID) s’est particulièrement illustré plus récemment en crachant son mépris sur les gilets jaunes. J’ai stigmatisé leur attitude dans deux articles auxquels je renvoie le lecteur (celui-ci et celui-là). Pour montrer qu’une telle attitude n’a rien de commun avec le trotskisme c’est plus à Lénine qu’à Trotsky que je fais référence. Vous voudrez bien m’accorder qu’ils avaient sur ce point comme sur beaucoup d’autres la même pensée. Voici la citation de Lénine qui me parait tout particulièrement adaptée pour parler des gilets jaunes :

Publicité

« La révolution socialiste en Europe ne peut pas être autre chose que l'explosion de la lutte de masse des opprimés et mécontents de toute espèce. Des éléments de la petite bourgeoisie et des ouvriers arriérés y participeront inévitablement - sans cette participation, la lutte de masse n'est pas possible, aucune révolution n'est possible - et, tout aussi inévitablement, ils apporteront au mouvement leurs préjugés, leurs fantaisies réactionnaires, leurs faiblesses et leurs erreurs. Mais, objectivement, ils s'attaqueront au capital, et l'avant-garde consciente de la révolution, le prolétariat avancé, qui exprimera cette vérité objective d'une lutte de masse disparate, discordante, bigarrée, à première vue sans unité, pourra l'unir et l'orienter, conquérir le pouvoir, s'emparer des banques, exproprier les trusts haïs de tous (bien que pour des raisons différentes !) et réaliser d'autres mesures dictatoriales dont l'ensemble aura pour résultat le renversement de la bourgeoisie et la victoire du socialisme, laquelle ne "s'épurera" pas d'emblée, tant s'en faut, des scories petites-bourgeoises. »

A côté des plus opprimés de la classe ouvrière, ceux que Hollande appelle les « sans-dents », nous trouvons chez les gilets jaunes des « scories petites bourgeoises » et des « ouvriers arriérés » qui viennent avec leurs préjugés, leurs fantaisies réactionnaires, leurs faiblesses et leurs erreurs. Nous ne trouvons pas les professionnels de la politique et du syndicaliste dument affublés du label « mouvement ouvrier » décerné par Daniel Gluckstein. Mais voilà, « objectivement » les gilets jaunes s’attaquent au capital.

Ceux qui se réclament du trotskisme devraient, en pareille circonstance, se comporter comme une avant-garde qui cherche à exprimer « cette vérité objective d'une lutte de masse disparate, discordante, bigarrée, à première vue sans unité » pour tenter de l’unir et de l’orienter vers la conquête du pouvoir. A l’inverse, le POID rejette avec mépris ces gilets jaunes qu’ils ont enfouis sous un flot de calomnies tout comme d’ailleurs les militants de CPS (Combattre pour le Socialisme).

Il reste le POI qui a appelé à voter pour Jean-Luc Mélenchon et il n’est pas le seul. Ce qui est à l’ordre du jour, notamment lors des élections présidentielles, autant lors du premier tour que du second, c’est de faire prendre conscience de sa force à la classe ouvrière. Il faut qu’elle réalise l’unité de ses organisations. L’obstacle réside tout en entier dans la trahison des directions. La classe ouvrière peut lors des présidentielles battre tous les candidats du capital. C’est ce que devraient demander ceux qui se réclament du trotskisme. Quant à prendre un exemple, je prendrais celui des prochaines présidentielles, au cas où nous ne pourrions pas faire sortir Macron avant. Je suis intervenu récemment à l’occasion d’un millième article des militants de la FI qui se torturent pour choisir le prochain candidat. Excusez-moi d’avoir à l’occasion usé d’un style un peu relâché :

« Mélenchon, Ruffin ou Tartempion on s’en fout. PCF, PS ou FI on s’en fout. Nous exigeons 1 seul candidat pour les 3 grandes organisations ouvrières. En 2017 s’il y avait eu 1 seul candidat à la place de Mélenchon et Hamon il aurait été élu.

Un seul candidat. Il sera élu et il va en chier. Qu’il ne compte pas qu’on le laissera faire comme Mitterrand ou Tsipras. Qu’il ne compte pas qu’il s’en tirera en expliquant que c’est de la faute des allemands s’il ne peut pas tenir ses promesses. Qu’il ne compte pas qu’on le laissera obéir à l’UE. Ils ont tous voté pour offrir 300 milliards aux banques. Il faudra qu’il les récupère. Il ne faudra pas qu’il vienne nous expliquer qu’on a des dettes parce qu’il faut payer aux banques des intérêts sur le fric que nous donnons aux banques (…) »

Et dans une autre intervention, dans le même état d’énervement, j’ai écrit :

« j’ai toujours eu (aussi) d’énormes points de divergences avec ce traitre-rénégat de Mélenchon qui se fout de la gueule des militants de la FI. J’ai écrit tout un livre à ce sujet.

Cela ne m’empêche pas d’avoir toujours été pour un candidat unique des partis ouvriers lors des élections présidentielles quand ce qui est à l’ordre du jour c’est de battre les candidats du capital. Je le faisais hier comme aujourd’hui en disant bien que la seule chose qu’on attend de cette démarche c’est battre les candidats du capital. Nous savons très bien que c’est un traître qui sera ainsi élu et qu’il ne faut pas lui faire confiance. Il faut se préparer à se battre contre lui.

Si Mélenchon était élu, on sait comment il trahira. Il s’y prépare déjà. Il dira qu’il ne peut pas respecter ses promesses à cause de Merkel et des allemands. Vous êtes les pires des nationalistes. Il n’a pas et il n’a jamais eu l’intention d’appliquer le programme qui lui sert à vous berner. Mais on a l’impression que ça vous fait plaisir de vous faire promener en bateau par lui.

Au fait ! Mon principe de défense inconditionnel aux victimes de la répression... et autres mesures arbitraires s’applique aussi à propos de la censure faite pour tous les partisans du Frexit. (Je venais de rappeler que j’ai soutenu Mélenchon dans l’affaire des perquisitions). Même ceux qui sont contre le Frexit devraient se prononcer contre cette censure comme je me prononce pour la défense de Mélenchon (que je déteste) quand il est victime du camp adverse.

Mais, je crois que vous ne tirerez jamais le bilan de la prise du pouvoir par Hitler. Pour vos petits intérêts mesquins de boutiquiers de la FI vous êtes prêts à vous réjouir quand d’autres que vous sont victimes de la répression. C’est avec des connards raisonnant ainsi qu’Hitler a pris le pouvoir. Et en plus ils votaient pour Hindenburg en se pinçant le nez comme ceux qui votent pour Macron en se pinçant le nez pour, disent-ils, ne pas voter pour Le Pen.

J’en ai ma claque de ces révolutionnaires de salon qui votent pour Macron et défendent l’Union Européenne.

Bonne promenade. »

Je viens d’expliquer ici ce qu’est la politique du Front Unique Ouvrier qui est aussi un aspect essentiel du trotskisme. De même, l’unité des rangs ouvriers contre la répression et par conséquent le soutien à toute victime quel que soit son appartenance politique devrait être un principe de tout le mouvement ouvrier et il appartient donc aux trotskistes de ne pas transiger à ce sujet.

Je crois avoir suffisamment expliqué ce qu’est le trotskisme et au terme de ce tour d’horizon, je pense avoir confirmé qu’il n’y a plus de trotskistes en France.

 

5. L’UPR, l’AGIMO ou les révolutionnaires de salon

Je vais pour terminer aborder une question qui est hors sujet mais qui revient inévitablement dans les discussions : celle de mon passage à l’UPR. Je me suis déjà longuement expliqué à ce sujet. Mais, bien évidemment, mes contradicteurs sont toujours dans la démarche ultra-gauche des sectaires qui veulent masquer ainsi leur opportunisme. L’argument suprême est que j’aurais été contaminé par la réaction en passant à l’UPR.

Je rappelle que l'UPR n'est pas un parti politique mais un rassemblement provisoire de militants qui veulent le Frexit. François Asselineau dit que c'est une organisation sans "clivage gauche/droite". Je lui sais gré de tenir parole. J'ai pu défendre dans l'UPR les mêmes idées que celles que je défends ici. Aucune autre organisation n'aurait toléré que je fasse la même chose en son sein. Prenez-les toutes les unes après les autres pour voir et dîtes moi laquelle aurait accepté. Cela m'a permis de forger quelques outils notamment les deux livres "De François Mitterrand à Jean-Luc Mélenchon" et "Macron démission. Révolution" dans lesquels je ne fais aucune concession. J'ai écrit aussi une quantité d'articles sur Agora Vox, sur FaceBook et sur mon blog de Médiapart, ce qui permet en plus de discuter de chacun d'eux. J'en suis ressorti prêt pour la proclamation de l'AGIMO qui a maintenant son site web avec une douzaine d'articles et son groupe de discussion sur FaceBook avec 750 membres. Le bilan de mon passage à l'UPR est globalement positif. J'ai une audience sur AgoraVox et sur FaceBook avec suffisamment de contacts pour proclamer l'AGIMO.

Je n’avais pas calculé à l’avance que je procèderai ainsi pour proclamer l’AGIMO. Au départ, j’ai fait le tour des organisations qui sont favorables au Frexit tant il est évident que la réaction défend l’UE par toute la propagande qu’elle fait sur les médias dominants. Cette propagande est accompagnée par un blackout complet des partisans du Frexit et l’expression d’une profonde haine à leur encontre. Il faut être aveugle pour ne pas voir qu’il n’est pas possible de combattre l’ennemi de classe sans se prononcer pour le Frexit. J’ai évidemment cherché quelles organisations ouvrières étaient favorables au Frexit. Je n’ai trouvé que le POI, le POID et le PRCF. J’ai vite compris que je ne pourrais pas exprimer mes idées dans ces organisations notamment pour avoir été un temps membre de l’OCI. C’est pourquoi je me suis tourné vers l’UPR qui était l’organisation qui luttait le plus clairement pour le Frexit. Je me demandais si j’y serais vraiment accepté car, certes leur charte dit qu’il n’y a pas de « clivage gauche/droite » mais le seul discours qu’on entend est celui de François Asselineau qui est assurément un discours gaulliste et donc anti-communiste. J’ai eu quelques frictions avec des militants réactionnaires mais, je le répète, François Asselineau, qui était informé de mon orientation, m’a laissé m’exprimer autant que je l’ai voulu. Ma démarche était donc la bonne. Je serais curieux qu’on m’explique ce que j’aurais pu faire d’autre. Aurait-il mieux fallu que je rejoigne les révolutionnaires de salon et que j’aille voter avec eux pour Macron en me taisant sur la politique réactionnaire de l’UE et sur le fait que Walter Hallstein était un nazi ? Ce dernier fait est symbolique et significatif. A travers le combat pour faire triompher la vérité nous voyons clairement apparaître le clivage entre collaborateurs et résistants. Celui-ci ne correspond pas exactement au clivage entre exploités et exploiteurs mais il n’y a pas lieu d’hésiter sur le camp qu’il faut choisir.

 



48 réactions


  • agent ananas agent ananas 2 juin 13:33

    Qu’est-ce que le trotskisme ?

    L’avant garde néocons !


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 juin 13:55

      @agent ananas

      Mon pic a glace est toujours a vendre. Bonne qualité , n’a servi qu’une fois .


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 juin 14:35

      @Aita Pea Pea

      Le son à fond : lien


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 juin 19:02

      @Séraphin Lampion

      Pourtant Leon était en train de lui chanter Ramona ...


    • berry 3 juin 09:16

      @agent ananas
      Ce sont les mêmes, en effet.
      Les néocons ne sont pas de nouveaux conservateurs, ce sont des juifs américains trotskistes qui ont fait de l’entrisme au sein du parti républicain pour en modifier le logiciel au profit d’israël.
      Le baratin politique à destination des gogos a changé, mais la volonté politique de domination d’une partie de la secte juive est restée identique.


  • V_Parlier V_Parlier 2 juin 14:14

    Il faut être gonflé pour citer d’autres auteurs en les apostrophant directement dans un article !

    Votre « explication » sur l’origine de « ma » phrase est complètement débile et vous ridiculise encore plus. Cette phrase je l’ai lue la première fois sur un panneau que j’ai filmé moi même sur place, à Nizhny Novgorod dans une exposition « Россия моя история » (Russie, mon histoire). Et comme vous êtes incapable de faire une recherche Google, quelques articles :
    http://ascent-gore.narod.ru/revolyzia1917.html
    https://www.vilenin.info/index.php?c_page=115
    https://makaryshka.livejournal.com/360683.html
    http://www.stoletie.ru/vzglyad/s_dnem_rozhdenija_tovarishh_trockij_524.htm

    Il faut peut-être que je cheche la phrase dedans à votre place aussi. La fonction « rechercher dans la page » c’est trop difficile pour vous ?

    Et si pour vous ce n’est pas une « source valide » continuez dans le déni, peu m’importe. Pour ceux qui veulent en savoir plus dans les détails, ils peuvent lire (comme je l’avais déjà remarqué sous l’autre article) : « Une histoire secrète de la révolution russe » de Vikor Loupan, où l’auteur se donne le peine de fournir de multiples sources. Ma citation n’est encore rien à côté du reste.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 juin 14:46

      @V_Parlier

      Vous prenez les lecteurs d’Agora Vox pour des imbéciles.

      Il est évident que si Trotski avait écrit une pareille idiotie nous en aurions entendu parler depuis longtemps.

      Nous n’avons nullement besoin d’utiliser « ChercheDansL-Univers.com ». Nous savons que s’il existait une référence vous nous la donneriez.

      Votre stratagème de faussaire est grossier.

      Vous êtes bien le seul à donner une citation en russe et en français. Vous pensiez peut-être nous impressionner avec ça.

      Vous vous foutez vraiment de la gueule des gens.

      Plus vous insistez, plus vous vous enfoncez et plus vous vous dévoilez.

      Nous voyons très bien quel genre d’individu vous êtes.

      Le mépris des autres va de pair avec la prétention.

      Vous ne reculez devant aucun moyen pour essayer d’obtenir gain de cause. A cette fin, les procédés les plus ignobles ne vous répugnent pas. Mais, pris en flagrant délit de falsification, votre colère explose.

      Calmez-vous ! Vous avez voulu jouer à ce jeu-là. Maintenant, il faut assumer.


    • V_Parlier V_Parlier 2 juin 15:38

      @Jean Dugenêt
      Quand je lis vos invectives je comprends encore mieux pourquoi même les communistes russes ne peuvent pas encadrer les trotskistes. (Il faut aller chez les libéraux mondialistes pour trouver des indulgents, et encore il faut les trouver !)

      « Vous êtes bien le seul à donner une citation en russe et en français. »
      => et alors ? il faudrait que je vous la laisse en Russe ?
      Elle est consultable partout en Russe, vous n’avez qu’à porter la parole en Français, c’est votre affaire !

      Si elle n’a pas été rapportée en Français c’est parce-que la gauche française a toujours été complaisante à propos de ce trotskisme fantasmé et de ses idéaux anti-patriotes, anti-identité. Quant aux libéraux atltantistes qui ont dominé la droite française, ils ne s’occupent pas des perdants, il ne connaissent que Staline, c’est plus simple pour eux.

      « Plus vous insistez, plus vous vous enfoncez et plus vous vous dévoilez. Nous voyons très bien quel genre d’individu vous êtes. »
      => Oh que j’ai peur ! Des « procédés ignobles », je suis démasqué ! smiley
      Mais, ne vous en déplaise, je me suis déjà très clairement « dévoilé » au passage dans plusieurs articles (en périphérie du sujet principal) : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ces-russes-a-qui-on-demande-des-197150 et https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/exposition-rouge-au-grand-palais-215832 .

      Et quant à vos réactions emportées : Vous auriez pu faire carrière dans les one-man-shows avec des sketchs pareils !

      La vérité c’est que vous êtes tellement en rage d’être contredit que vous vous croyez déjà en train de faire la révolution et de casser du « réactionnaire » derrière votre clavier. A ce rythme vous risquez de péter une durite.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 juin 15:45

      @V_Parlier

      Vous n’effacerez pas votre ignoble stratagème par l’invention d’un nouveau du même genre. L’expression « Il faut peut-être que je cherche la phrase dedans à votre place » est savoureuse. Heureusement que vous n’êtes pas historien. Vous laisseriez aux lecteurs le soin d’aller chercher les références de ce que vous inventez. Avec de tels discours, vous ne resteriez pas une semaine dans un institut d’histoire.


    • V_Parlier V_Parlier 2 juin 16:15

      @Jean Dugenêt
      On dit que le ridicule ne tue pas, mais en abuser finira peut-être par nuire à votre santé. Vous m’inquiétez.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 juin 16:51

      @V_Parlier

      Nous n’avons toujours pas la référence de votre magnifique phrase que vous attribuez, pour les besoins de votre démonstration, à Léon Trotsky. C’était comment déjà ? Ah Oui :

       "Si suite à la révolution 90% du peuple russe périt, pourvu que 10% reste en vie et suive notre chemin, nous considèrerons que l’expérience de construction du communisme s’est justifiée".

      Même Stéphane Courtois n’avait pas osé la sortir celle-là. Vous vous avez osé. C’est à ça qu’on vous reconnait.


    • Copain 2 juin 17:07

      @Jean Dugenêt

      Lol j’adore.

      La vie est pièce de théâtre : ce qui compte, ce n’est pas qu’elle dure longtemps, mais qu’elle soit bien jouée.
      Sénèque

      Si je deviens Roi je t’embauche gratuitement. Tu seras nourri, logé et le coeur léger. Il existe un autre monde

      Merci pour l’article et pour vos joutes verbales, impertinentes et non vulgaires

      Copain alias le barbare inculte bientôt Roi 


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 juin 17:14

      @Copain
      Merci. Je dois avouer que j’ai un peu de plaisir avec ceux qui insistent...


    • V_Parlier V_Parlier 2 juin 17:19

      @Jean Dugenêt
      Vous pouvez la recopier encore 10 fois si vous voulez, pas de soucis.


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 juin 09:19

      @Jean Dugenêt. C’est à Ninotchka qu’on attribue la sentence : « Les procès vont à merveille. Les russes seront moins nombreux, mais ils seront meilleurs ».


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 juin 14:33

    Vous êtes très rigoureux en ce qui concerne les courants politiques historiques.

    Pourriez-vous me confirmer qu’il existe toujours des bonapartistes en France, ou bien suis-je en droit de traiter d’imposteurs ceux qui s’en réclament ?


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 juin 14:39

      @Séraphin Lampion

      En rut il n’y a plus de bonne a partisme ...voir DSK .


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 juin 14:44

      @Aita Pea Pea

      et un chirurgien a retiré un kyste à Mr Trott, à Londres, le Trott’s kist !


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 2 juin 14:55

      @Séraphin Lampion

      Les Bonapartistes existent encore et ils le peuvent puisque Louis Napoléon (1914) descend par les mâles de Jérôme Bonaparte, le frère de Napoléon 1er.

      La descendance par les mâles de ce Louis Napoléon a donné Charles Napoléon (1950) et Jérôme Napoléon (1957).

      Charles Napoléon a eu lui-même un fils Jean Napoléon en 1986.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 juin 15:28

      @Daniel PIGNARD

      je ne comprends pas bien
      vous voulez dire que M. Dugenet descend par les mâles de Léon Trotsky ?


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 2 juin 16:42

      @Séraphin Lampion
      Je ne me souvenais pas avoir dit cela, mais comme vous avez l’air d’y tenir, on peut en convenir jusqu’à ce qu’il infirme cette possibilité.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 juin 16:49

      @Daniel PIGNARD
      Il n’a pas vraiment affirmé... mais il a trouvé une similitude.
      Je ne peux pas lui en vouloir.


  • dimitrius 2 juin 16:17

    Bel article d’histoire , aujourd’hui et par la grâce divine il n’y a pas plus de trotskistes que de beurre au Q.


  • caillou14 rita 3 juin 07:24

    Le trotskisme une secte politique dépassée pour grabataires séniles ?


  • CN46400 CN46400 3 juin 07:48

    Trotski aurait dû succéder à Lénine, sauf qu’en politique il ne suffit pas d’être super intelligent.

     Encore faut-il savoir cultiver la modestie et apprécier les forces et faiblesses des concurrents. Eviter les hésitations opportunistes (Brest Litvosk) et n’abandonner une position politique (NEP), qu’on a soutenu activement, qu’après explication franche et objective. Critiquer clairement les positions des autres (Socialisme dans un seul pays) en évitant les formules de remplacement (révolution permanente) qui peuvent être facilement dévoyées par un adversaire adroit, et mal interprétées par les citoyens.

     Trotski pouvait succéder à Lénine, mais son adversaire était bien plus puissant, et intelligent, qu’il ne le pensait.....


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 juin 08:18

      @CN46400
      Il est probable que Trotsky ait sous-estimé à un moment les possibilités de Staline. Mais il faut se méfier des désaccords qui ont été inventés après coup par la propagande stalinienne. Il n’y a eu aucun désaccord fondamental entre Lénine et Trotsky entre avril 1917 et le décès de Lénine en janvier 1924. Tout ce qui est dit dans ce sens a été inventé depuis en particulier à propos de Brest-Litovsk et de la NEP.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 juin 09:04

      @CN46400
       « Trotski pouvait succéder à Lénine, mais son adversaire était bien plus puissant, et intelligent, qu’il ne le pensait.....  »

      Cette phrase m’interpelle... Comme on dit. Disons que je m’interroge. Je n’affirmerai rien de précis à ce sujet en ce qui concerne la comparaison entre Staline et Trotsky mais, d’une manière plus générale il y a lieu de s’interroger sur « l’intelligence » des personnes qui réussissent une ascension sociale... On pourrait aussi parler à ce sujet de Macron. J’ai donné pas mal d’indications à ce sujet dans mon livre « Macron démission Révolution ».
      Nous avons tous des exemples de personnes arrivistes qui réussissent. J’ai dressé un tableau prototypique de l’arriviste dans mon livre sur Macron. J’explique comment ils font, quelle est leur mentalité ? Tout cela relève-t-il d’une forme d’intelligence ? Certes il ne faut pas être complètement idiot mais il me semble qu’il y a dans cette façon d’être plus de perversité que d’intelligence.

      Revenons au cas de Staline. N’y a-t-il pas quelque chose de semblable chez lui ? Le désir d’accaparer du pouvoir est-il de l’intelligence ? Staline et Trotsky n’avaient surtout pas les mêmes objectifs. Trotsky voulait le socialisme et pour cela il voulait la révolution mondiale. Staline voulait s’accaparer le pouvoir contre Trotsky et il en est venu à combattre le révolution mondiale tout particulièrement en Allemagne.

      Si Trotsky avait voulu battre Staline sur son terrain c’est à dire en cherchant à s’accaparer le pouvoir, il aurait fallu, qu’en tant que commandant de l’armée rouge, il s’appuie sur les anciens généraux de l’armée du tsar qui étaient essentiellement des nationalistes pro-russes. De fait la « théorie » du « socialisme dans un seul pays » rejoint les aspirations nationalistes sur lesquelles Staline s’est appuyé et il les a même exacerbée.

      En fin de compte, je pense que ce n’est certainement pas du fait dune intelligence supérieure que Staline a fini par battre Trotsky. Ce que Trosky a sans doute sous-estimé c’est toute la force qu’un individu peut avoir par le contrôle d’un appareil bureaucratique. Le « talent » de Staline c’était d’être un homme d’appareil. Comme l’explique Jean-Jacques Marie, il a su profiter d’une situation qu’il n’a pas créée. Les conditions objectives de la révolution isolée ont amené inévitablement l’émergence d’un vaste appareil bureaucratique nécessaire pour faire redémarrer le pays. Staline s’est trouvé fortuitement à la tête de cet appareil et en a profité.


    • caillou14 rita 3 juin 09:51

      @CN46400
      Une personne intelligente ne fait pas de politique ayant la capacité de penser !
      La politique est réservée aux arrivistes aux EGOS démesurés pour emmerder les peuples !
       smiley


    • CN46400 CN46400 3 juin 10:34

      @Jean Dugenêt
      Sur Brest, on ne peut pas dire que Trotski et Lénine sont sur des positions identiques, même si les divergences sont moins pire qu’entre Lénine et Boukharine (OC de Lénine T27pages 81-121)


    • CN46400 CN46400 3 juin 10:57

      @Jean Dugenêt
      Il est vrai que l’intelligence est un concept impossible à mesurer et donc délicat à manier. Ceci dit, Staline a mieux su évaluer les sentiments profonds des prolos soviétiques du moment que Trotski, lequel a sans doute surjoué de ses capacités tribunitiennes, au risque d’apparaître méprisant pour les autres, Staline surtout.
      Pour des marxistes « vulgarisés » d’après la Guerre Civile, le « socialisme dans un seul pays », même sans étiquette, était plus « vendeur » que la « Révolution permanente ».
       Je regrette juste que Trotski n’aie pas poursuivi, dans le style direct et concret de Lénine, le combat pour la NEP...


  • julius 1ER 3 juin 09:27

    un article alambiqué et torturé sur Trotsky (ou soit -disant ) pour en arriver au fait qu’il faut voter Frexit et UPR pour services rendus à l’auteur !!!

    en ajoutant que l’UE c’est pas bien..... puisqu’on a retrouvé des traces de nazisme dans l’ADN de cet organisme .....What a shame !!!!!

    au delà de W Hallstein, il faut rappeler à l’auteur qu’en 1945, toute l’Allemagne ou presque était Nazie ce qui aurait dû la condamner en tant que Nation or il n’en a rien été puisque les Vainqueurs ont choisi de laisser vivre l’Allemagne en tant que Nation et ne pas la rayer de la carte .....

    60 millions de morts n’étaient pas suffisants pour agir ainsi.... d’ailleurs on peut se demander à partir de quel degré d’inhumanité on peut décréter qu’une Nation doit cesser d’exister en tant que telle ??

    le sujet du jour est Trotsky, et l’autre question est : est-ce que Trotsky aujourdhui en connaissant Assholineau serait encarté à l’UPR ????

    le plus simple serait de ce demander si au travers du prisme de l’internationalisme prolétarien (l’un des fondements même du trotskysme ) est-ce que le Frexit est révolutionnaire ?????

    pour moi, la réponse est non car quitter l’UE ne règle en rien la domination du Capitalisme multinational et de plus, remettre en selle un pseudo souverainisme-nationaliste ne réglera aucun des grands problèmes auquels nous sommes confrontés cad la division internationale du travail, le changement climatique et la bonne gouvernance qui n’est écrite nul part !!!!

    à cela il faut ajouter la transition énergétique, pierre angulaire de tout les éléments précités car sans énergie le monde actuel avec ou sans frontières est mort !!!


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 juin 11:02

      @julius 1ER
      Bonjour,

      C’est donc sans surprise que vous nous faites la démonstration d’une politique avec les deux faces de la médaille : opportunisme et sectarisme. Le but étant évidemment de continuer à défendre l’UE cet organisme qui enlève toute indépendance à l’état français. Du coup, nous avons droit à toutes les formules sectaires-ultra-gauche prévues pour aller jusqu’à justifier que vous ne lèverez pas le petit doigt pour faire triompher la vérité sur le fait que Walter Hallstein était un nazi.

      Vous vous lancez en plus à ce sujet dans une extrapolation invraisemblable : si on condamne Hallstein alors il aurait fallu condamner toute l’Allemagne et tous les allemands et pourquoi pas, pendant que vous y êtes la France et tous les français puisqu’ils collaboraient via Pétain avec les nazis. Vous faites manifestement exprès de tout mélanger afin de sauver la réputation d’Hallstein, de la CEE, de l’UE et de tous ses suppôts. et vous y allez lourdement avec les 60 millions de morts, le degré d’inhumanité et la condamnations des nations...

      La question de condamner ou non Hallstein serait plutôt à mettre en parallèle avec l’affaire Papon. Le recyclage des nazis et quant à lui à mettre en parallèle avec le recyclage des collabos.

      Les formules ultra-gauches se mélangent avec les amalgames. Si je suis contre Hallstein c’est parce que je suis pour Asselineau et donc l’extrême-droite. Et là encore les extrapolations : non la question du jour n’est pas de savoir si Trotsky serait à l’UPR (en l’occurrence ce serait plutôt l’AGIMO) mais la question est de savoir si Trotsky aurait déconsidéré les trotskistes qui se sont engagés pendant la résistance dans des maquis inféodés au CNR ?

      On arrive tout de même à la question de fond à la fin de votre commentaire :

      « est-ce que le Frexit est révolutionnaire ????? pour moi, la réponse est non car quitter l’UE ne règle en rien la domination du Capitalisme multinational »

      Le principe est ici de mal formuler la question pour être certain qu’il ne sera pas possible d’y répondre correctement.

      Pour être concret imaginons un algérien qui en 1958 (par exemple) dirait :« est-ce que lutter pour l’indépendane de l’Algérie est révolutionnaire ??????????? pour moi, la réponse est non car gagner notre indépendance ne règle en rien la domination du Capitalisme multinational ».

      Il pourrait même ajouter que cela n’amènera pas le socialisme en Algérie. Nous en avons la confirmation aujourd’hui.

      En effet, le Frexit ne sera pas la révolution socialiste et ne supprimera pas la domination...

      Mais être pour le Frexit est à l’évidence être contre la poignée de milliardaires qui tiennent tous les médias français et qui font la propagande de tous les jours particulièrement exacerbée quand il y a eu le vote sur Maastricht et le référendum de 2005. C’est là qu’on voit le plus clairement quelles sont les forces qui sont pour l’UE et contre le Frexit. Ces mêmes milliardaires sont ceux qui ont mis Macron à la présidence de la république.

      Je ne peux que répéter ce que j’ai dit à la fin de mon article. Cette question du Frexit et, même la seule question symbolique mais significative de la vérité concernant Hallstein, permet de bien voir la ligne de partage entre les collabos et les résistants.

      Venons en aux deux questions importantes :

      Etes vous pour ou contre faire triompher la vérité concernant Hallstein ?

      Etes vous pour ou contre la censure faite systématiquement dans tous les grands médias à l’égard de ceux qui sont pour le Frexit  ? (je rappelle que la majorité des français à voter « non » en 2005 malgré un martelage de propagande...)

      Je ne vous demande même pas avec ces deux questions si vous êtes pour ou contre le Frexit. C’est une autre question. Je veux seulement savoir si vous êtes un collabo ou un résistant.


    • julius 1ER 3 juin 15:00

      @Jean Dugenêt
      au lieu de tout déformer, camarade vous devriez apprendre à lire : je vous ai dit que même s’il y avait du Hallstein dans l’ADN de l’UE, cela ne veut pas dire qu’il faille jeter le bébé avec l’eau du bain !!!
      quand au sort de l’Allemagne en 1945 si vous étiez moins ignorant vous devriez savoir qu’il y avait de nombreux partisans de sa disparition ( même en France)
      alors me sortir le discours du peuple allemand qui n’était pas nazi .... les anti -nazis n’ont jamais dû dépasser les 2, 3 % car ceux qui l’étaient vraiment dès la 1ière heure on été les premiers à goûter aux camps de concentration !!!

      pour ce qui est de l’indépendance algérienne vous vous contredisez en permanence ???

      pour moi, la réponse est non car gagner notre indépendance ne règle en rien la domination du Capitalisme multinational ».

      lorsque vous dîtes cela vous devriez vous rendre compte qu’en 1958 le Capitalisme multinational était à minima .....

      alors vouloir en 2020 le Frexit sans sortir du Capitalisme multinational c’est juste un voeux pieux !!!!

      Il pourrait même ajouter que cela n’amènera pas le socialisme en Algérie. Nous en avons la confirmation aujourd’hui.

      lorsque vous dîtes cela, vous devriez savoir que l’Algérie s’est définie comme socialiste après son Indépendance avec la Nationalisation du pétrole et d’autres industries !!!
      en 2005 le débat ne concernait pas le Frexit mais l’adhésion à une Constitution ce n’est pas la même chose alors pas d’amalgame !!!


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 5 juin 12:05

      @julius 1ER

      Vous avez l’art de semer la confusion en tournant autour du pot pour former un brouillard d’dées sans jamais répondre à la question. On vous demande si vous voulez que la vérité soit connue à propos de Walter Hallstein. Vous répondez qu’il ne fallait pas exterminer les nazis. On vous demande si vous êtes partisan de censurer les partisans du Frexit sur tous les médias dominants. Vous répondez qu’en 2005 les fraçais n’ont pas voté contre l’UE. C’est du dialogue de sourds :
      - quel jour on est ?
      - 11h30.
      - Ah ! Merci bien. C’est là que je descends.

      Nous avons très bien compris que vous défendez les forces les plus réactionnaires du pays. Vous défendez les milliardaires qui ont mis Macron en place et qui possèdent et contrôlent tous les médias dominants. Il n’est pas question pour eux de laisser les partisans du Frexit s’exprimer ou de dire que Walter Hallstein était un nazi. Vous êtes avec eux. La question des questions était de savoir si vous êtes avec les collabos ou les résistants.

      Merci d’avoir répondu à la question.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 6 juin 22:05

      @julius 1ER
      "je vous ai dit que même s’il y avait du Hallstein dans l’ADN de l’UE, cela ne veut pas dire qu’il faille jeter le bébé avec l’eau du bain !!!« 

      Voilà un exemple de considération annexe qui vous sert à faire un brouillard pour ne pas répondre à la question : êtes vous pour dire la vérité concernant le passé nazi de Walter Hallstein.

      Peu importe à ce sujet de savoir s’il y avait ou non du Hallstein dans l’ADN de l’UE.

       »camarade vous devriez apprendre à lire"


  • Luniterre 3 juin 10:51

    Pour comprendre ce qu’est le trotskysme et son « Programme de Transition », le mieux est d’étudier directement les textes originaux de Trotsky sur le sujet :

    Pour refonder la gauche française, Marxisme ou trotskysme il faut choisir  !

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/11/18/pour-refonder-la-gauche-francaise-marxisme-ou-trotskysme-il-faut-choisir/


    Inédit de Trotsky : une page d’ Histoire particulièrement révélatrice ! ( Synthèse )

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/08/15/inedit-de-trotsky-une-page-d-histoire-particulierement-revelatrice-synthese/


    Luniterre


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 juin 11:09

      @Luniterre
      Bonjour,
      Vous revoilà avec vos liens. Avez-vous seulement remarqué qu’à chaque fois qu’on clique sur un de vos liens, on obtient le même écran ? Et puis, la discussion sur Agora Vox ne se limite pas à dire : allez voir tout ce que j’ai écrit...
      Excusez moi d’être un peu excédé.


    • Luniterre 3 juin 12:35

      @Jean Dugenêt

      J’apporte simplement des études complémentaires sur les documents d’époque et les textes originaux.

      A part vous, les lecteurs d’Agoravox semblent donc savoir se servir d’un ordi !

      Pour mémoire, le curseur, c’est en bas à droite...

      Luniterre


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 6 juin 08:20

      @Luniterre
      « A part vous, les lecteurs d’Agoravox semblent donc savoir se servir d’un ordi ! »
      Vous pensez qu’il y en a beaucoup qui vont farfouiller dans votre site web ?


  • babelouest babelouest 3 juin 13:32

    Curieusement, le Pardem, Parti de la Démondialisation, n’est pas cité. Ah oui, c’est vrai, il n’est pas marxiste, c’est le défaut majeur ! Je pense d’ailleurs que Marx, non plus, n’était pas marxiste.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 6 juin 08:22

      @babelouest
      « Curieusement, le Pardem, Parti de la Démondialisation, n’est pas cité »
      Je me sis intéressé à ceux qui prétendent être trotskistes. Serait-ce le cas du ParDem ?


  • Luniterre 7 juin 19:57

    ...Et pour finir et pour mémoire (...très courte de M. Dugenêt) et donc pour la 3ème fois sur Agoravox, la palme de la « falsification », sinon celle du mensonge (Luniterre=maoïste), lui revient haut la main :


    Luniterre 25 mai 20:05

    @Jean Dugenêt

    ...Et concernant Mao et le maoïsme, vous semblez avoir la mémoire courte, ou bien un problème de fixation obsessionnelle ! Pour « mémoire », voici copie du post en réponse à vos « accusations » précédentes :

    https://www.agoravox.fr/commentaire5611028

    Luniterre 20 novembre 2019 10:02

    @Jean Dugenêt

    Trop drôle !!! M. Jean Dugenêt, je n’ai évidemment aucune intention de vous assassiner, et cela d’autant moins que vous me faites bien rire ! Les occasions étant rares de rire avec la réalité du vécu politique, ce serait donc vraiment dommage ! Il est vrai que tourner globalement la politique en dérision est souvent une occasion de rire, comme le font parfois encore quelques rares humoristes talentueux, mais dans votre cas, le plus drôle et le plus improbable, c’est que vous semblez faire le sketch directement de l’intérieur même de la classe politique, sans avoir à la caricaturer le moins du monde.

    Pour commencer, quelques titres d’articles sur Mao et le maoïsme, que vous auriez du trouver sur TML, si vous aviez cherché un tant soit peu !

    Rien que dans les rubriques sous le titre du blog, il y a déjà celui-ci >>>

    Chine  : capitalisme ou socialisme ? __ Aux racines du révisionnisme maoïste 

    Le mensonge du maoïsme

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/06/28/le-mensonge-du-maoisme/

    Mao déclassifié…1954 : Les premiers ravages du maoïsme en France…

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2014/01/25/mao_declassifie_3_1954_les_p remiers_ravages_du_maoisme_en_france/

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/07/08/de-mao-a-xi-deux-visages-et-deux-formes-du-capitalisme-detat-en-chine/

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/09/01/de-la-structuration-maoiste-de-la-bulle-chinoise/

    De Mao à Ma, ou la « philosophie » chinoise du capitalisme !!

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/11/10/de-mao-a-ma-ou-la-philosophie-chinoise-du-capitalisme/

    Tout ça pour ça… ?! Ou les éternels démons kollabos de la petite bourgeoisie maoïste

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/08/tout-ca-pour-ca-ou-les-eternels-demons-kollabos-de-la-petite-bourgeoisie-maoiste/

    Janvier 1968, Révolution « culturelle » dans le Hunan : la gauche prolétarienne écrasée par le pouvoir maoïste !

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/07/09/janvier-1968-revolution-culturelle-dans-le-hunan-la-gauche-proletarienne-ecrasee-par-le-pouvoir-maoiste/

    Le maoïsme, une « dialectique » de la trahison

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/09/04/le-maoisme-une-dialectique-de-la-trahison/

    Etc…

    Bref, je n’ai pas que ça à faire, et si je devais recenser tous les articles consacrés, sur TML, à la critique du maoïsme, et depuis ses origines en 1927, je pense même que cela ne tiendrait pas dans les 10 000 caractères qui sont la limite d’un post sur Agoravox !

    Par votre incapacité à analyser simplement le contenu d’un blog internet au XXIème siècle vous faites la preuve plus qu’évidente de votre incapacité quasi monumentale à analyser quoi que ce soit en termes de documentation, et donc également, en termes d’analyse et de recherche historique !

    Votre démarche pour le moins stupide et carrément ridicule est une bonne illustration de l’incapacité générale de la classe politique française dont le prolétariat est précisément lassé au point de s’en désintéresser totalement, et notamment de se détourner de ses joutes électorales de plus en plus pitoyables.

    Il n’y a donc aucun besoin d’attenter à votre vie, pas plus qu’à celle de vos pairs dans cette classe de minables, et dont vous êtes donc l’archétype particulièrement drôlatique, et c’est donc bien là votre mérite essentiel !

    Luniterre


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 8 juin 09:03

      @Luniterre
      "Par votre incapacité à analyser simplement le contenu d’un blog internet "

      Vous vous prenez pour un dieu avec votre torchon de blog.
      Un seul coup d’oeil suffit pour rebuter quiconque clique sur un des 1000 liens que vous envoyez. Je n’ai nullement l’intention de lire la prose indigeste d’un falsificateur.

      L’épisode des mensonges sur les victimes et les rescapés de la terreur stalinienne me suffit.


    • Luniterre 9 juin 02:14

      @Jean Dugenêt

      Contrairement à ce que vous avancez, et c’est bien la preuve que vous critiquez le blog TML sans l’avoir lu, il n’y a aucun négationnisme de la réalité de la répression dite « stalinienne » en URSS.

      Vous êtes donc, avec votre mensonge flagrant « Luniterre=maoïste », tout simplement pris la main dans le sac et vous ne savez plus quoi inventer pour vous en tirer !

      Mais vous ne faites que vous ridiculiser encore un peu plus...

      Le côté positif, c’est que vous continuez à nous faire rire un peu, et c’est déjà ça, par les temps actuels.

      Avec mes remerciements, donc, malgré tout !

      Luniterre


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 juin 09:44

      @Luniterre
      Je me fiche que vous vous disiez maoïste ou pas.
      Par contre je vous prie de ne pas utiliser à tort et à travers les mots : mensonge, calomnie, falsification...
      Donner une qualification politique à un individu ne peut en aucun cas être un « mensonge » même si vous ajoutez « flagrant » et « pris la main dans le sac ».
      Une appréciation n’est jamais un mensonge car cela n’est pas un fait.

      Vous avez le croit de dire qu’il fait beau aujourd’hui et j’ai le droit de rétorquer que cette météo ne me satisfait pas. Ni l’un ni l’autre ne ment dans ce cas. Les anciens paysans de ma région considéraient qu’il faisait beau quand il pleuvait. C’est leur droit. Il s’agit d’appréciations et non de faits.

      Par contre dire que le soleil brille quand vous êtes sous une averse c’est une contre-vérité manifeste.

      Etes vous crétin au point qu’il faille vous expliquer cela ?

      Vous avez fourni comme liste de bolcheviks de la révolution d’octobre 1917 ayant soi-disant survécus à la répression de Staline la liste suivante :
      « Boudienny, Kalinine, Kirov, Jdanov, Vorochilov, Kaganovitch, Dzierżyński, Molotov, Joukov, etc… ».

      Cela est assurément un mensonge et une falsification.

      J’ai le droit de vous qualifier de stalinien pur jus. Maoïste ou pas : je m’en fiche. Je les mets dans le même sac.

      Je n’ai effectivement pas l’intention de lire votre blog dont vous semblez très fier. Nous venons de voir en effet que la profondeur de la pensée le dispute à la qualité de l’ergonomie.

      JD


    • Luniterre 9 juin 16:59

      @Jean Dugenêt

      Vous avez effectivement le droit de dire n’importe quoi, et même contre l’évidence !

      D’ailleurs ce devrait donc être, logiquement, le slogan de votre « parti » :

      AGIMO : l’Agitation des Mots !!!

      Et continuez donc nous faire bien rire !

      Merci de votre persévérance en ce sens !

      Luniterre


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 10 juin 09:34

      @Luniterre
      Fanfaronnez : c’est tout ce qui vous reste à faire.


Réagir