mercredi 10 mars - par Desmaretz Gérard

Quand le vaudou s’invite dans la télé-réalité et la politique...

Le lundi 1 mars 2021, Julien Tanti « balancait » que Carla Moreau, une candidate emblématique des « Marseillais " (chaîne W9), aurait demandé à une voyante que : « certains enfants des Marseillais aient des malformations et soient en mauvaise santé »... D'enchaîner que " la fille de Liam est handicapée, le fils Jessica Thivenin a eu de graves soucis de santé à la naissance, et qu'Angelina, sa propre fille, a eu des problèmes de santé à sa naissance ». La veille, Marc Blata (ancien candidat des Anges) avait déclaré que Carla Moreau aurait dépensé 90.000 € pour une poupée vaudou destinée à nuire à son amie Maeva, et dépensé des sommes faramineuses pour divers travaux occultes visant à nuire aux autres candidat(e)s...

Le vaudou fut importé : en Haïti - dans les Caraïbes - à la Nouvelle-Orléans - en Louisiane - en Floride - au Brésil - à Cuba et au Mexique (avec des adaptations locales selon la contrée d'origine) par les esclaves déporté(e)s d'Afrique centrale et occidentale. Au XVIII° siècle, une cérémonie vaudou fut à l'origine de la révolution haïtienne (1791-1804). Le 14 août 1791, un hougan (prêtre) fit boire le sang d'un cochon sacrifié aux esclaves venus assister à la cérémonie et ainsi les rendre « invulnérables »... Dans la nuit du 22 août, un millier de colons blancs fut massacré et des centaines de domaines agricoles incendiés. Le hougan fut tué lors des combats, sa tête exposée à la foule afin de prouver qu’il n’avait rien d’invulnérable. La cérémonie de « Bois-Caïman » marque l’acte fondateur de la révolution haïtienne.

Les « Tontons macoutes », sbires du régime de François Duvallier (1957 à 1971) dit Papa Doc et de son fils, invoquaient les esprits vaudou pour justifier leurs exactions. Des centaines de mulâtres furent torturés et massacrés au cours des mois d'août, septembre et octobre 1964 au nom de la pro-négritude (massacres des Vêpres Jérémiennes) ! Le président prétendait être un hougan à l'image du Baron Samedi. Cet lwa (invisible) des morts et figure terrifiante du vaudou mis en scène dans le film Live and let die (1973).

Le culte vaudou est un mélange des dieux yorouba et des divinités fon (ethnie majoritaire) de l'ancien royaume du Dahomey (Bénin) avec la rencontre de l'ancien testament, syncrétisme qui lui a permis de contourner l'interdiction de culte. Le vaudou repose sur : l'eau - la terre - l'air - le feu. Les dieux vaudou, à la fois physiques et immatériels, ont un visage interchangeable. Les esclaves baptisèrent leurs dieux « Rada », du nom de leur village d'origine. Les dieux accordent une grande importance aux : offrandes, aliments, chants, bougies et les sacrifices d'animaux pour remercier les esprits (Miami est la plaque tournante transnationale pour les objets et produits nécéssaires au culte). On ne s’adresse pas directement au dieu qui incarne l'être suprême, il n'est jamais représenté sous quelque forme que ce soit. Il délègue ses pouvoirs à des lwas (esprits ou divinités invisibles). Les adeptes communient avec un dieu suprême sans considération entre le bien et le mal, et les loas (esprits puissants) dirigent : l'argent, la santé, les affaires, l'amour, la sexualité et la mort.

L'houngor (temple) comprend le péristyle, partie ouverte au public, et la caye mystères (maison des mystères) des loas avec l’autel vaudou et la pierre du temple. Le potomitan érigé au milieu du péristyle représente l’axe du monde, il permet la communication entre le monde des humains et celui de dieu. Le Hougan ou la Mambo (prêtresse) a recours aux « médecines magiques » pour invoquer les dieux ou chasser les mauvais esprits. La magie blanche sert les actions positives, la magie noire les actions négatives, la magie rouge l'amour.

La culture vaudou haïtienne distingue différents types de zombification (mort revenu parmi les vivants). L'individu dont l'élimination a été décidée par un groupe pour protéger la société ; le poison et contre-poison administrés laissent la victime à l'état de légume ; l'enfermement dans un cercueil pour être enterré et déterré revient à vivre une expérience atroce, surtout si la victime n'est par sûre d'être ressortie... Le zombi est parfois condamné à l'éviction sociétale, sous-alimenté, drogué, il sert de main d’œuvre bon marché (travailleur ou personnel de maison). Celui qui se considère, zombi pour avoir visité le royaume des morts et dîné en compagnie de Baron Samedi et dame Brigitte, et le « zombi social » qui prend la place et le rôle d'une personne disparue après une catastrophe naturelle.

Publicité

Tout sacrifice débute par l'invocation des dieux. Dans l'état de transe, le dieu prend possession du corps du fidèle qui devient le serviteur de l'esprit invoqué et agit en son nom. Certains ethnopsychiatres voient dans la transe ou la « zombification » une manifestation proche de l'épilepsie ou de la schizophrénie (inversion de la personnalité) requérant une « structure spirituelle » particulière. Le « pouvoir d'autosuggestion observé chez certaines personnalités psychogéniques est un symptôme significatif. L'alternance d'autosuggestion et d'hétérosuggestion développées entre les hystériques et le public conduit à la fascination que ceux-là peuvent exercer sur l'entourage. On voit souvent des qualités étouffées apparaître au jour sous la forme de " personnalités partielles ", qui, chez les personnalités dites alternantes, finissent par avoir une existence autonome. Tous ne sont pas des malades puisqu'ils adhèrent totalement à leurs croyances  ».

Le fidèle peut commander un homicide. À la mort de J.F. Kennedy le 22 novembre 1963, Duvallier affirma que l'assassinat du président américain était la conséquence d'un sort qu'il lui avait jeté ! Celui qui veut porter préjudice à son prochain doit apporter la poupée au prêtre pour qu'il la sacralise avant de la transpercer d'aiguilles. Il y a des cas ou cette pratique reste sans effet... Soit la victime est protégée par des esprits protecteurs puissants, soit le caractère humain des dieux implique que ceux-ci peuvent se tromper...

Le 11 mai 1978, le Timonier national Togolais, le général Eyadéma, fit interdire les groupes vaudou et enfermer les féticheurs avant la visite du président de la république populaire du Bénin... Toujours au Bénin, des lissa (albinos) sont enlevés, mutilés, sacrifiés : « tout leur corps est perçu comme de l'or : les organes, les cheveux, le sang » (Pamela Chichi). Tout a un prix, les « Hougans ou mambos » font payer leurs offices entre 300 et plusieurs milliers de dollars !

En Haïti, la mort n'est pas une fin, elle fait partie du quotidien, et les funérailles sont bon-enfant. Par contre, lors de la toilette du défunt, on en retourne les poches et plis des vêtements afin de s'assurer qu'il n'emporte rien qui pourrait se retourner contre les proches. Une forme de vaudou modifié s'est réimplantée sur la côte de l'Afrique de l'Ouest, (Bénin, Togo, Ghana, Nigeria). L’État béninois a été contraint de voter une loi limitant les dépenses mortuaires. Des familles laissaient le corps du défunt à la morgue pendant des mois, le temps de réunir plusieurs milliers d'euros pour l'organisation des funérailles qui duraient des mois !

En France, la diaspora haïtienne avoisinerait quelque 50.000 déracinés, proies très convoitées. Une Antillaise qui organisait des cérémonies vaudou dans le garage de son pavillon transformé en péristyle, a été condamnée à 2 ans de prison ferme ; pour abus de faiblesse sur des dizaines d'adeptes quelle a ruinés, ainsi que pour sévices et actes de cruauté sur des animaux. Les poules, moutons, pigeons et chèvres sacrifiés étaient parfois tués à mains nues pour asperger de sang les fidèles.

Au mois d'octobre 2008, une entreprise en liquidation eut l'idée de racheter le concept de la poupée Voodoo kit créée en 1997 aux USA. Le livre-objet adapté pour le marché français comprenait un manuel vaudou de 56 pages avec en cadeau, une poupée à l'effigie de Nicolas Sarkozy recouverte des mots-clés : Casse-toi pauv'con - Racaille - Travailler plus pour gagner plus, et 12 aiguilles dans un sachet en plastique. « Grâce aux sortilèges concoctés par le spécialiste en sorcellerie Yaël Rolognese, vous pouvez conjurer le mauvais œil et empêcher Nicolas S. de causer davantage de dommages. Alors qu'attendez-vous ? Quand vous prendrez votre retraite à 87 ans, il sera trop tard. Agissez au plus vite et commencez à reconstruire le paysage politique français grâce au manuel vaudou Nicolas S ».

Publicité

Nicolas Sarkozy engagea une action en référé invoquant la vente d'une poupée vaudou à son effigie, permettant symboliquement, de s'opposer à ses actions. Maitre Herzog appuya sa défense sur deux précédents, dans les années soixante-dix, Valéry Giscard d'Estaing avait obtenu le retrait d'un jeu de cartes à son effigie, et l'interdiction d'une publicité utilisant une photographie de Georges Pompidou. Que nenni, dans son ordonnance du 29 octobre, le tribunal déboutait le plaignant. Le tribunal estimait que la poupée et le manuel vaudou sont « une œuvre de l'esprit, composée de deux supports indissociables, qui véhicule des informations et des idées et relève de la liberté d'expression, son contenu informatif se plaçant délibérément dans le cadre de la satire et de l'humour ». Les juges de préciser qu'ils n'ont pas à « apprécier le bon ou mauvais goût du concept proposé, et que «  nul ne peut prendre au sérieux ce procédé et croire qu'il prônerait un culte vaudou tel que pratiqué dans les Antilles ».

Nicolas Sarkozy interjeta appel ; un autre coffret proposait une poupée à l’effigie de Ségolène Royal. La Cour d'appel de Paris (arrêt du 28 novembre 2008) a estimé que la poupée vaudou à l'effigie du président constituait bien une atteinte à la dignité du chef de l’État, mais qu'elle pourra continuer à être vendue à condition que figure sur le coffret, un bandeau en caractères gras de 5 mm : « Injonction Judiciaire » indiquant que la piquer « porte atteinte à la dignité du président de la République ». La période que nous traversons pourrait être une incitation à reproduire le buzz, version « Ken et Barbie  »..., à la condition de bien lire l'arrêté (54 pages) et de s'en faire expliquer les arcanes par un avocat. Le stock, 20.000 coffrets au prix de 12,95 €, fut épuissé en quelques jours !

Début septembre 2011, Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, a été aperçu proche de la forêt du roi Kpassé dans la région de Ouidah (Bénin), épicentre de la religion vaudou. A-t-il touché l'Irko sacré qui a le pouvoir de réaliser les vœux ? Pensait-il à la victoire de François Hollande - à sa nomination de Premier ministre - à Notre-Dame des Landes - ou à la prostitution africaine qui sévit en France : « Celles [les prostituées] qui viennent d'Afrique subsaharienne sont envoutées par le biais d'un rite vaudou » (rapport de l'Assemblée nationale du 6 décembre 2011).

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



10 réactions


Réagir