samedi 6 mars 2010 - par Voris : compte fermé

Que dit le MoDem ? Sur son image dans les médias

Alors que les critiques fusent de toutes parts, des blogueurs de la toile démocrate en parlent. Ils s’efforcent de comprendre ce qui se passe. Pourquoi ce désamour du MoDem claironné dans les médias ? Certains analysent mais d’autres y vont de leur coup de gueule. La plume est libre. Nous reproduisons ici quelques opinions de blogueurs démocrates.

 
Dimanche sur Canal Plus, Corinne Lepage eut droit à la question très prévisible sur son départ possible du MoDem. Les journalistes sont décidément très prévisibles et leurs questions sont presque toujours des reprises de buzz ayant déjà couru dans tous les médias. Leur préférence va au buzz, aux querelles entre personnalités, aux petits "scandales". Le fond, ils s’en moquent un peu.
 
Sur son blog, Antoine Vielliard, Président du Mouvement Démocrate 74 Haute Savoie, lui, pose la question inverse : pourquoi tant d’écolos rejoignent-ils le MoDem ? Car, oui, les médias l’oublient : Corinne Lepage a d’abord rejoint le MoDem avant que l’on parle de son possible départ. Antoine Vielliard s’efforce d’analyser les raisons des ralliements de : 
 
- Christian Curdy, brillant candidat des Verts aux cantonales à Annemasse en 2001 et 2008 devenu candidat sur les listes du Mouvement démocrate de Haute-Savoie.
- Bernadette Robert Wyss, conseillère régionale verte sortante est sur la liste du MODEM dans l’Ain.
- Yann Wehrling, ancien porte parole des Verts, qui conduit la liste du Mouvement Démocrate en Alsace.
- Jean-Luc Bennahmias, ancien secrétaire national des Verts élu député européen MODEM. 
 
Il pleut comme à Gravelotte s’exclame le blog de la rédaction de "lesdemocrates.fr". Il paraît que l’expression date de 1870 quand les armées françaises recevaient sur la tête des pluies de feu prussiennes quelque part entre Metz et Verdun.
 
Aujourd’hui, disent ces blogueurs, c’est sur la tête de François Bayrou- assez voyante il est vrai pour faire une bonne cible -, que pleuvent les obus médiatiques et sondagiers. C’est à celui qui écrira le commentaire le plus violent et le plus définitif. Une sorte de nouveau sport national en somme. Peu d’éditorialistes, disent-ils, osent braver la pensée dominante. Et c’est en effet un bien curieux phénomène que cette pluie de Gravelotte qui s’acharne sur un seul homme jugé coupable d’on ne sait quel crime, celui de ne pas avoir choisi un camp contre l’autre peut-être, de n’être pas entré en guerre ? C’est que le patron des démocrates n’aurait pas saisi le prétexte d’un manifeste de Brunswick pour jeter ses troupes dans une guerre meurtrière. Pas de pluie sur Gravelotte en vue pour des adversaires que l’on se fait fort de respecter. La méthode du MoDem n’est pas la petite phrase assassine, ni le coup bas, la stigmatisation ou l’injure. Mais au contraire le dialogue, la réflexion, l’accord utile. Décidément un curieux homme ce Bayrou !
 
D’autres blogueurs vont jusqu’au coup de gueule. Ainsi Marianne qui a aussi publié son papier sur Agoravox : "François Bayrou, bouc émissaire des éconduits du MoDem aux régionales".
 
"Trop, c’est trop ! Je ne voulais pas intervenir pour ne pas alimenter la polémique, mais cela devient insupportable. Plusieurs cadres militants du MoDem en dissidence ou éconduits des listes ont récemment démissionné à grand bruit, avec lettres ouvertes sur place publique relayées sur la Toile. La presse, avide de querelles alimentant ses colonnes, ainsi que les partis politiques ravis de voir déstabilisé de l’intérieur un concurrent potentiel, se sont empressés de relayer ces polémiques, rendant inaudible tout autre discours, notamment de fond sur le projet du MoDem pour les élections régionales.
 
Un mauvais sondage, quelques défections ou quelques ralliements de cadres à une liste concurrente, d’une extrême banalité en période de bouclage de liste, auxquels s’ajoute une critique d’une personnalité représentative comme Corinne Lepage, suffisent à la presse pour conclure à la débâcle électorale et adopter un ton catastrophiste, attestant que l’optimisme orange est passé au blues (…)
 
Même son de cloche chez le blogueur breton Erwan Balanant  :
 
"J’en ai marre du discours actuel autour de François Bayrou et du Modem. De tous les bords, ça flingue, ça raille, ça dénigre…
 
Que nos ennemis politiques le fassent avec des arguments de mauvaise foi, passe encore, c’est le jeu, hélas, du combat politique. Qu’au sein de nos rangs, de nombreuses personnes expriment une critique parfois facile en poussant des cris d’effroi, ça m’agace, plus que ça, ça me met en colère.
 
Il y a les “mauvais” joueurs qui quittent le navire Je comprends la déception de certains de ne pas être “à la place” qu’ils souhaitaient, je suis le premier, non à m’en plaindre mais à le regretter. Mais nos convictions ne peuvent s’arrêter à un rang sur une liste. Un peu de ténacité, un peu de courage et un peu de fidélité, que diable !
 
Il y a les peureux Les sondages sont mauvais ! Qui a dit que les bonnes idées étaient toujours majoritaires ? Elles le deviennent à force de travail, à force de pédagogie. La meilleure des terres a été labourée plus d’une saison.
 
Il y a les donneurs de leçons Ceux qui trouvent que le modem n’est pas organisé, que François Bayrou est autocrate… bla bla bla. Qu’avez-vous fait pour proposer des solutions ? François Bayrou écoute, il suffit juste de lui présenter des idées pertinentes et efficaces et François Bayrou ne décide pas tout dans ce parti, j’en suis, d’ailleurs, la preuve vivante.
 
Il y a les impatients Qui a dit que construire un nouveau parti à vocation majoritaire se ferait en 2 ans, trois mouvements (élections) ? (...)
 
Mêmes constats chez ces deux blogueurs de déceptions et d’impatiences transformées en petites lâchetés et coups bas dont la presse en mal de sensation s’empare avec délectation osant moins s’en prendre aux mastodontes PS et UMP où les scandales, bagarres, défections, sont autrement plus meurtriers. Mais après tout, si ce n’était que le signe que le MoDem a atteint la maturité d’un grand parti ? Il est trop tôt pour le dire mais ce qui est sûr, c’est que les gros partis n’avaient pas donné cher de la survie de ce mouvement qu’ils pensaient éphémère, les choses étant appelées selon eux à rentrer dans le rang, dans leurs rangs, pour poursuivre l’ancestral affrontement bipolaire qui, s’il est stérile en idées et nuisible à l’intérêt général, est au moins un redoutable moyen de reconduire les sortants dans leurs postes d’élus, à perpétuer le système.
 
Le MoDem, l’empêcheur de tourner en rond, agace jusqu’aux médias parce qu’il existe encore et qu’il poursuit son chemin, intransigeant et déterminé à poursuivre son projet, à continuer d’exister.
 
 


8 réactions


    • Marianne Marianne 6 mars 2010 15:55

      Il est nul, archi-nul ce Chevalier Orange ! Il utilise tout argument fallacieux pour critiquer, sans hésiter notamment à s’attaquer au physique des gens, de Marielle de Sarnez ou au brushing de Chantal Brault, ... Il fait croire qu’il est un ancien MoDem qui connait toutes les ficelles, nous raconte des choses inventées sur l’entre-deux tours des présidentielles. En tout cas son comportement est loin d’être celui d’un MoDem ! Je ne comprends pas comment on puisse lui faire de la pub tellement c’est nul.

      Il y a en ce moment un tir groupé organisé visant le MoDem, et Corinne Lepage n’y est pas étrangère. Cela fait un moment que ça couve. Je finis par me demander si elle n’était pas infiltrée, comme l’a été Cavada, dans l’intention de pourir le Mouvement Démocrate de l’intérieur.

      Nous en avons assez de cette politique détestable, de ces mots vengeurs, des querelles intestines. Ce qui compte c’est ce qu’on propose aux Français pour sortir de cette crise et envisager un avenir meilleur à nos enfants, plus humain, où chacun ait sa chance, basé sur des valeurs autres que le fric et les paillettes, où règne la confiance, où les citoyens soient responsables. C’est ce que propose François Bayrou, qui mérite d’être écouté et a une vraie vision de l’avenir, une pensée profonde, les pieds sur terre, défend les petites entreprises, les artisans, les agriculteurs, les jeunes, ...


    • Voris 6 mars 2010 19:22

      Ce chevalier orange n’est pas une force constructive. Sa seule force est l’ironie mais dans son coin, bien à l’abri de la contradiction. Sa seule force est destructrice ; il n’apporte rien. D’ailleurs, il n’aurait pas les reins assez solides pour débattre (ici par exemple). C’est pour cela qu’il a quitté le MoDem : trop fébrile au milieu des bourrasques, c’est ce que je devine à le lire. Il faut avoir des convictions humanistes profondes et bien ancrées, un mental solide pour tenir et imposer patiemment cette troisième voie que beaucoup d’électeurs recherchent.

      Quant à Corinne Lepage, je ne lui prête pas de mauvaises intentions. Elle a rejoint le MoDem avec le Cap21 mais en gardant toujours une certaine autonomie. Ce serait dommage de la perdre, ce ne serait pas bon pour cette fameuse troisième voie et la dispersion des forces utiles ne serait pas une bonne chose non plus...


  • cubrad 6 mars 2010 10:55

    C’est une entreprise de déstabilisation, les média tentent de dégager la route devant leur seigneur et maitre. Si le modem arrive un jour aux responsabilités, je lui suggère d’assainir en profondeur la corporation du journalisme. L’information est une arme bien trop redoutable pour la laisser entre les mains d’un seul clan.


    • Voris 6 mars 2010 12:50

      La gauche de Besson, Lang, Attali, Kouchner, DSK, Dray, Frêche et quelques autres ? La gauche qui plaît à Sarko.


  • xray 6 mars 2010 16:48


    Lorsque vous cesserez de croire que ce sont les élus qui ont le pouvoir, on pourra peut-être avancer. 
    La politique n’est que de la diversion.  Le pouvoir est ailleurs.

    Vos chers élus se moquent de vous. Ils ont bien raison. 
    Ils ne sont que des marionnettes d’un grand guignol. 
    Le pouvoir est dans les mains de ceux qui contrôlent le capital de la Dette publique. (Pour la France, cinq fois le budget net de l’État.) 

    Le « capital de la Dette publique » gagne à pourrir la vie du plus grand nombre. C’est de cette façon qu’il s’est construit. (Misères et maladies) 

    Le capital de la Dette publique est entre les mains de ceux qui bénéficient de la loi 1905. La loi 1905 défiscalise les immenses revenus des « curés ». 

    Le Grand Guignol politique 
    http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

    Le bourbier européen 
    http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2009/05/09/le-bourbier-europeen.html 

    GOOGLE, Blog-spot, Le Post 
    http://echofrance.monblogue.branchez-vous.com/2009/11/21#215760  

    L’EUROPE 

    Le problème n’est plus de « construire » l’Europe. Le problème est : « Comment se débarrasser de cette saloperie ? » 

    On s’achemine vers une société européenne sans nom, sans repères matériels réels. Une société entièrement soumise au totalitarisme religieux. 


    Les
    Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
    Ils sont soumis à : 

    - Une monnaie d’occupation ; 

    - Des journalistes d’occupation ; 

    - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

    - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les
    Étasuniens, ou le Vatican ? 

    Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

    - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
    Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

    L’EUROPE des curés
    http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/22/l-europe.html 



  • saletam 6 mars 2010 18:05

    Comme l’a dit Azouz Begag il y a quelques jours, ils veulent à tout prix nous casser. Doit-on s’en étonner ? Les médias de masse roulent pour le système, le maintien du système tel qu’il est, ils font tout pour démotiver les électeurs, les démobiliser, leur objectif est de neutraliser le débat public pour maintenir l’immobilisme.

    De fait, il faudrait davantage s’inquiéter si les médias de masse devenaient objectifs vis à vis du Modem, cela indiquerait que celui-ci a intégré le système ou bien qu’il ne constitue plus une menace pour le système.

    A partir de là, il faut accepter cet état de fait, ne pas chercher à acquérir leur soutien, mais tâcher de résister : dénoncer leurs méthodes, les démasquer, les ringardiser ou plutôt montrer qu’ils sont ringards. Vaste programme.

    En parallèle, le Modem doit continuer à travailler, approfondir sa vision, critiquer, confronter son projet, le développer. Le reste c’est du flanc.


  • LOKERINO LOKERINO 6 mars 2010 23:19

    L’auteur , vous nous dites :
     « La méthode du MoDem n’est pas la petite phrase assassine, ni le coup bas, la stigmatisation ou l’injure. Mais au contraire le dialogue, la réflexion, l’accord utile. Décidément un curieux homme ce Bayrou ! »

    soit vous étiez aux antipodes ces deux /trois derniers années , soit vous êtes aveuglé, soit vous êtes d’une mauvaise fois incommensurable

    Bayrou depuis le lendemain du premier tour tire a boulet rouge contre Sarko et la sarkozye
    son comportement (et ce qu’il génère , genre ...Imhotep...sic) est exactement l’inverse que vous énoncez !

    quand au reste de l’article monsieur de la taverne , vous avez déjà fait mieux que cette tentative de sauvetage du soldat modem et de son icone béarnaise

    Soyez un peu plus réaliste et automodemocritique et ainsi , votre effort pour soutenir ce en quoi vous croyez seront plus efficace que l’aveuglement de certain de vos pairs .
     En particulier les deux autre compères présents sur ce site,(le blog de marianne frise , dans son idolâtrie, le ridicule) 


  • Kristen Kristen 7 mars 2010 17:12

    la Théorie du complot comme seule grille d’analyse de la dérive du Modem...amis démocrates arrêtez de nous servir cette sempiternelle mélodie..non seulement elle me rappelle la sauséabonde stratégie frontiste mais elle en plus elle est une insulte pour celles et ceux qui de soit par leur vote soit leur investissement à la création de ce mouvement ont espéré sans naivité excessive qu un vrai mouvement démocrate pouvait émerger au délà d une simple écurie présidentielle....

    DanielCon Ben Diht est incontestablement un meilleur fédérateur d energie et surement plus visionnaire quant à la manière de faire émerger de nouvelles manières politik...

    Corinne Lepage ne passe pas son temps à focaliser sur Tzarko elle s attaque aux problèmes de fond elle est n estobsédée par lelection présidentielle.....alors elle défend sans calcul ses idées....Terre Démocrate en est un exemple...


Réagir