samedi 27 juin - par nemo3637

Quoi qu’il en coûte !

Les Etats-Unis sont dans la ligne de mire au vu des violences policières insupportables dont sont l'objet les Noirs et les pauvres. Près de 80 villes sont ou ont été en situation insurrectionnelle. Epidémie et famine... Magasins pillés, policiers attaqués... ça sent tellement le roussi pour les Pigs - c'est le doux surnom qu'on donne souvent là-bas aux policiers... - que, genou à terre, leur moral faiblit. Certains ont-ils encore une dignité ? Même si une forte minorité semble toujours vénèrer le Gros Trump, le système tout entier est de plus en plus contesté. Ces policiers, quelle que soit la couleur de leur peau, l'autonomie de leur état, nous comprenons qu'ils sont au service d'un pouvoir fascisant.

 

Rien de tel en France !

La situation est-elle la même en France, ce pays de liberté, de bien être, où les immigrés nord-africains ou noirs seraient si heureux ? Notre politique de Santé, notre Protection Sociale ne sont-elles pas exemplaires ? De vrais bijoux, toujours mis en valeur...

Notre stratégie de délocalisation industrielle ? Notre Police si « républicaine » ? Et notre Président disposant désormais des pleins pouvoirs ?

Je mélange tout ? Mais la réalité tient de ce cocktail explosif.

Publicité

 

« Leur » police n'est pas « nôtre »

Ce « notre » vous l'avez compris, n'est pas… nôtre. Il est certainement plus celui des fascistes, des souverainistes de l'extrème-droite qui voudraient nous mettre dans le même panier que les patrons qui ont depuis longtemps mis leurs capitaux et leur industrie à l'abri, dans des paradis fiscaux, ou légalement à l'étranger. Eux qui voudraient nous faire ralliers cet Ordre, cette Loi, cette fantasmatique police républicaine héritière directe de celle du Maréchal Pétain.

Aux effaceurs de Mémoire, à tous les révisionnistes, rappelons que les CRS, créées en 1945, sont les héritiers directs des GMR de Vichy qui collaboraient avec les occupants nazis. Et cette institution policière reste dignes de son héritage fasciste quand au début des années 1960 ces mêmes policiers jetaient les manifestants algériens en Seine. Républicaine la police ? Des sondages montrent qu'un policier sur deux est sympathisant du Rassemblement National. L'Exécutif a préconisé et utilisé les flash-balls avec générosité, passant outre à toutes les condamnations d'institutions comme celle du Conseril de l'Europe.

Aux Etats-Unis les Noirs sont les premières victimes des exactions de la police. Un Noir sur la voie publique expose ainsi sa vie bien plus qu'un Blanc. Et cette police comme en France est au service de l'ordre capitaliste qui s'effondre.

Et c'est dans ce contexte d'un monde de contrôle au faciès, de décès entrainant de violentes polémiques comme celui d'Adama Traoré, que l'on comprend l'injustice qui amène au meurtre de Georges Floyd et à d'autres.

 

Publicité

Crise sanitaire, racisme et crise sociale

La crise sanitaire est indéniable mais les discours bien orientés, vont être l'occasion de demander des sacrifices à ceux qui, déjà auparavant, n'avaient plus les moyens de vivre. Une petite musique enfle, celle de la ministre Muriel Pénicaud qui évoque les baisses de salaires en échange du maintien des emplois, minable chantage d'un système déjà aux abois.

Les augmentations de salaires des personnels de santé restent toujours l'objet de vagues promesses. Les actionnaires du CAC 40 verront-ils leurs dividendes menacés par les initiatives gouvernementales ? Car, n'est-ce pas, il faut bien attendre le « ruissellement » qui se fera un peu plus attendre !

Depuis 18 mois la France est en crise. Gilets Jaunes, réforme du système des retraites, carences et grèves dans le système de santé... tous ces problèmes sont autant de fronts ouverts et non refermés que l'Exécutif est bien incapable de résoudre.

Dans Paris, soudainement, 20000 manifesrants se lèvent pour comdamner le racisme de la police française et l'impunité dont elle a toujours bénéficiée. Le système est toujours plus radicalement contesté. Une fois de plus les capitalistes tremblent.

Mettons fin à leur souffrance !



9 réactions


Réagir