lundi 22 février - par Le Canard républicain

Scrutin proportionnel, vote anticipé, le pouvoir s’agite !!!

 

La météo politique annonce une perturbation centrée sur les élections prochaines. Et soudainement, le pouvoir envisage des changements dans le mode de scrutin et dans les modalités de vote. Analyse de ce climat politicien par les deux textes ci-dessous.

Que penser du scrutin proportionnel ?

La question de la proportionnelle fait partie des serpents de mer qui surgissent périodiquement dans le débat politique.

En apparence, la proportionnelle est plus juste que le système uninominal à 2 tours, surtout depuis les réformes Jospin de 2001 qui, en accordant une majorité automatique au Président de la République, suppriment toute valeur à l’Assemblée nationale. Cela étant, l’exemple de 1986 où Mitterrand imposa une proportionnelle intégrale, histoire de gêner Chirac en faisant monter le Front national, prouve que la chose est plus compliquée qu’on pourrait le penser.

Rappelons que toute réforme du système électoral doit s’analyser au regard de la situation politique du moment. Qu’en est-il aujourd’hui ? Supposons que l’élection des députés soit faite à la proportionnelle sur la base de listes nationales, ce qui, soit dit en passant, est le cas aux élections européennes. Apparemment, la représentation serait plus équitable. Peut-on en déduire que les citoyens seront mieux représentés ?

Quitte à paraitre mauvais coucheur, la chose ne me semble pas aller de soi. La proportionnelle se ferait sur des listes nationales présentées par les partis. Certes, on peut imaginer l’existence de listes parfaitement indépendantes, mais pourraient-elles faire jeu égal avec celles des partis acclimatés à la sphère médiatique et nourris de financement public, nouvel instrument du conservatisme ?

Si donc, par le jeu de la proportionnelle, les partis seraient représentés de façon plus juste, ce ne serait pas, à mon sens, le cas pour les citoyens. Pourquoi ? Parce que nous sommes au cœur d’une crise politique qui fait que les partis, tous les partis, sont de moins en moins reconnus par les citoyens comme porteurs de leurs aspirations. Dans un tel cadre, la proportionnelle ne ferait que légitimer un paysage politique pourtant contesté en changeant seulement leurs rapports de force. Bien pis, elle favoriserait l’élection des responsables des appareils politiques puisqu’on ne vote alors essentiellement que pour les étiquettes et pas pour les personnes. Peut-on dire, dans un tel contexte, que le pouvoir serait porteur de légitimité ?

Publicité

Or, le pays a besoin de reconstruire la légitimité de la vie politique. C’est pourquoi il faut repartir de zéro en redonnant la parole aux citoyens, à tous les citoyens. Ce sont les institutions, dans leur globalité, qui devraient enfin être l’objet d’un large débat dans la société. Ça nous changerait des « commissions Théodule » et des effets de tribune.

Les institutions sont un bien public. En tant que tel, elles appartiennent au peuple souverain. Il revient à chacun de nous de participer à sa reconstruction au-delà des pressions des porte-paroles de la classe dirigeante. Le défi est là. Sachons le relever.

André Bellon

Bricolage et cafouillage sont-ils les 2 mamelles des élections ?

Le gouvernement envisage d’instaurer le « vote anticipé » pour l’élection présidentielle de 2022. Selon un amendement déposé au Sénat, il s’agirait d’ouvrir le scrutin une semaine avant la date prévue : les électeurs pourraient se rendre dans certaines communes choisies par arrêté et exprimer leur choix par voie électronique grâce à une machine à voter. Cette initiative surgit alors que les élections régionales, prévues en juin, risquent de se dérouler sur fond de pandémie, alimentant les débats sur une extension des possibilités de vote par correspondance.

Sur la forme, le gouvernement paraît, comme dans bien d’autres domaines, se livrer à un concours d’improvisation. Sur le fond, l’extension du vote par correspondance doit être sérieusement encadrée afin d’éviter les fraudes et les manipulations. Idem pour le vote anticipé. Mais ce dernier soulève une question plus profonde et plus grave. Outre que l’exemple du cafouillage américain incite à la plus grande circonspection, comment admettre que les citoyens commencent à voter alors que la campagne n’est pas terminée ? Une campagne électorale constitue un moment essentiel de la vie démocratique car elle ouvre le débat et l’échange des points de vue, permettant aux électeurs de se forger une opinion et de fixer leur choix. Ouvrir le scrutin avant qu’elle n’ait atteint son terme rompt par ailleurs l’égalité entre les votants qui se déterminent dans des conditions différentes. Enfin, ces modifications du code électoral favorisent le recours aux très contestables machines à voter.

Contrairement à la procédure manuelle avec des bulletins imprimés que l’on peut recompter autant qu’on veut, il est par définition impossible de vérifier un vote électronique sauf à s’en remettre à la « science » des informaticiens et de ceux qui les emploient.

Alors que la démocratie française traverse une crise profonde, ce type de bricolage à quelques mois de l’échéance est inacceptable.

Anne-Cécile Robert

Publicité

----------------

LIRE AUSSI...

- La présidentielle n’est pas la solution, elle est le problème !
- La Constituante et la Présidentielle
- Commune de Paris : l’élection des mandataires du peuple. 26 mars 1871

---------------

https://www.lecanardrépublicain.net

Nous suivre sur : Facebook | Twitter | YouTube



41 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 février 09:11

    Clémenceau avait dit : « Une dictature est un pays dans lequel on a pas besoin de passer toute une nuit devant son poste pour apprendre le résultat des élections.

    Propos sibyllin qui semblait signifier que la « démocratie » était parfois laborieuse dans son organisation, mais qui en fait signifiait qu’on perdrait moins de temps à ne plus organiser des élections bidonnées. Cette citation est un exemple intéressant de l’ambiguïté des hommes de pouvoir qui utilisent l’humour pour tenir un langage à double fond qui leur permet à la fois de jeter le trouble dans les esprits et à se rétracter en cas de désaveu.


    • Émile 22 février 12:16

      @Séraphin Lampion
      Bonjour, pour le vote électronique un moyen de vérifier l’exactitude du vote se serait de faire publier les noms des gens ayant voté ainsi. Chaqun pourrait vérifier s’il a voté réellement ou si c’est la machine qui l’a fait pour lui. Bien sûr ça n’élimine pas la fraude mais ce serait un moyen de pression. 


    • damocles damocles 22 février 15:23

      @Émile

      Avec votre proposition vous saurez si vous avez voté ou si on vous a fait voter ,mais vous n’aurez pas la certitude pour QUI vous avez voté !


  • Clocel Clocel 22 février 09:38

    Magouillage et trifouillage sont les deux mamelles de la France...


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 février 10:09

      @Clocel

      de la France seulement, tu crois ?


    • Clocel Clocel 22 février 10:28

      @Séraphin Lampion

      Au niveau où nous sommes, nous devons servir de mètre étalon dans le recul des droits fondamentaux, et dans le reniement des valeurs essentielles nous n’avons pas de concurrents sérieux.

      Et que ce soit aussi pourri ailleurs ne me console pas, suivre l’exemple de nos voisins n’a été utilisé que pour nous déstabiliser et nous détruire, le modèle, aujourd’hui comme hier, c’est le boche, un peuple bas du front toujours prêt à laver ses frustrations et son mal-être sur ses voisins.

      Leurs deux banques principales sont virtuellement en faillite, comment vont-ils réagir lorsqu’il faudra réajuster sévèrement l’économie ?

      Ils ont déjà répondu à cette question dans le passé, c’est une pièce maîtresse dans le projet des mondialistes, l’irremplaçable idiot utile.


    • Le421... Résistant Le421 22 février 17:41

      @Clocel
      Tout ce qui est pourri chez les autres, on se l’applique.
      Sans tenir compte des compensations qu’ils ont !!
      Un classique...


    • Clocel Clocel 22 février 18:55

      @Le421

      Avec quoi veux-tu compenser un manque de liberté ?

      « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux ».


    • Le421... Résistant Le421 22 février 20:57

      @Clocel
      Benjamin Franklin...


  • troletbuse troletbuse 22 février 09:56

    C’est quand les élections ?

    Dans plus d’un an je crois

    D’ici là, on votera pour vous par ordonnance, décrets, ou par machines car on n’arrête pas le progrès bien sur. C’est pour vot’ bien


  • ETTORE ETTORE 22 février 09:57

    Quand on verras un pouvoir en place proposer des solutions« démo-CRADiques » autres que pour sa réélection...

    On penseras qu’il est fou ! Et comme il nous as aussi, rendu fou , on voteras pour lui, parce que il nous ressemble !

    Voyez....la DEMOcrad&Cie, est une ronde. Et ce qui compte, n’est plus, qui danse avec, mais dans quel sens elle tourne !


  • babelouest babelouest 22 février 10:40

    Compte tenu de la situation, il est grand temps de rendre illégal tout « parti », ce qui n’empêche pas de laisser prospérer (uniquement financés par leurs membres physiques) des groupement d’analyse politique, comme l’Association Pour Une Constituante (clin d’œil à Anne-Cécile Robert et André Bellon). Conséquence : les candidats à devenir délégués du Peuple souverain qui ont réfléchi à un cadre pour cette délégation se présentent individuellement, sans aucun parrainage autorisé.

    https://ti1ca.com/annvdu09-Org-plus-complet2-Org-plus-complet2.png.html


  • zygzornifle zygzornifle 22 février 10:51

    Même si Macron a un seul bulletin aux présidentielles il gagnera les élections .....


  • ETTORE ETTORE 22 février 11:00
    zygzornifle 22 février 10:51

    Même si Macron a un seul bulletin aux présidentielles il gagnera les élections .

    Si il a le même bulletin que celui de ses ratés à l’ENA......Il risque d’être collé par sa...Maîtresse ! LOL


  • mac 22 février 11:23

    Etonant, cette idée de vote anticipé alors que les élections américaines viennent de se dérouler, non sans contestations.

    Peut-être que les mondialistes ont pu réaliser un coup de maître en plaçant un de leur serviteur dans ce grand pays et comptent réitérer cela chez nous et ailleurs ?

    Qui possède les médias et les licences d’exploitation de machines à voter ne deviendrait-il pas le maître du monde ?


  • Michel DROUET Michel DROUET 22 février 11:31

    On en est là à disserter sur les modalités de scrutin, mais on ne sait plus pour quoi on vote...

    N’y aurait-il pas des questions essentielles à se poser avant de savoir si on va veauter en cliquant sur une machine ?


    • Le421... Résistant Le421 22 février 17:44

      @Michel DROUET
      Et avant de voter contre une personne, à la gueule du client, il serait peut-être judicieux de voter pour un programme.
      Enfin, d’accord, il faut savoir lire et avoir plus de 20 de QI.
      Ça élimine déjà plein de monde...  smiley


  • Octave Lebel Octave Lebel 22 février 11:38

    Va-t-on se laisser encore longtemps cantonner et enfermer dans la dissection des outils du fonctionnement des démocraties et de l’exercice de la citoyenneté alors que les fondements de la légitimité dans notre pays sont actuellement en cause ? Ne serait-ce que par la concentration des moyens d’informations dans les mains d’une poignée de milliardaires ? Et qu’il est fait comme si c’était une évolution (fatalité) normale et indépassable. Vieille histoire. Ils veulent notre bien malgré nous.

    Ce qui ne gêne nullement nos « gouvernants » de continuer d’engager le pays « en notre nom » dans des postures diplomatiques discutables et aventureuses et des transformations censées contraindre nos vies et notre avenir sans échappatoire.

    Juste une petite plongée dans ces outils. Que vaut cette apostrophe récurrente autour de la proportionnelle si ce n’est pas articulé avec les modalités précises d’une motion de censure en régime parlementaire et possibilité de dissolution de l’Assemblée entre autres. Par exemple, l’absence de cette dernière réellement mobilisable comme outil de dissuasion et de relégitimation réciproque par l’exécutif a permis les errances des partis et les combinaisons incessantes des politiciens avec des citoyens exilés hors de la politique sous la 4ème. Ceci bien entendu n’est pas la condamnation de l’outil en soi. Actuellement, une grande partie d’entre-nous ne se sent-elle pas comme exilée dans son propre pays en regardant et écoutant ce qui sort en continu des médias et du parlement ?

    Ce dont nous avons besoin, c’est d’une refonte complète de nos institutions. Il y a urgence. Que pèsent maintenant nos gouvernants à Bruxelles, là où se décident l’essentiel de notre politique ? Croyez-vous que leurs faiblesses ont échappé aux autres gouvernants et à la Commission ? 


  • Arogavox Arogavox 22 février 11:44

    « il faut repartir de zéro en redonnant la parole aux citoyens, à tous les citoyens  »

    ==> https://fr.calameo.com/read/003990373f841c36b2be9  


    • babelouest babelouest 22 février 11:47

      @Arogavox aujourd’hui c’est trop tard : nous n’en sommes plus en 1785, mais en 1789... à moins que nos concitoyens n’aient pas encore assez faim !


  • McGurk McGurk 22 février 14:29

    Désolé d’être un peu con aujourd’hui mais je n’ai pas du tout compris les dangers du vote proportionnel !!!


    • Eric F Eric F 22 février 18:10

      @McGurk

      « pas du tout compris les dangers du vote proportionnel »

      L’article semble pourtant clair sur ce point : il s’agit de listes établies par l’appareil des partis politiques, l’électeur ne choisit pas de représentants nominativement mais un groupe composé notamment de caciques.

      Et il y a aussi un autre défaut : la représentation n’est pas ancrée sur le terrain.

      C’est pourquoi certains préconisent un double vote : nominatif par circonscription locale, et de liste nationale (une partie des députés sont issus des circonscription, les autres à la proportionnelle).


    • McGurk McGurk 22 février 19:36

      @Eric F

      Je ne saisis absolument pas ce « choix de groupe ».

      Normalement, on vote pour une personne qui représente une équipe dont chaque membre a façonné une partie du programme.

      Alors pourquoi serait-ce différent pour cette notion-ci ?
      Qu’est-ce qui conditionne ce « choix de groupe » ?

      Pourquoi se faire chier avec un double vote ?


    • tashrin 23 février 17:38

      @McGurk
      C’est pas tellement ca le souci
      C’est surtout que si les francais etaient mieux representés à l’Assemblée (donc vote proportionnel), ce ferait une multitude de groupes parlementaires dont aucun à lui seul n’aurait la capacité à enterriner un texte. Donc le vote des lois serait impossible, sauf à ce qu’il y ait des tractations en sous main (je te vote ca pour que toi tu me votes ca ensuite)
      Ce qui au final se traduit par une paralysie institutionnelle dommageable pour tout le monde, ou du foutage de gueule généralisé, où le discours tenu aux électeurs est sensiblement différent de ce qui se passe en arrière cuisine


  • Matif 22 février 15:37

    Depuis bientôt 15 ans, des machines à voter sont imposées à plus d’un million d’électeurs pour toutes les élections politiques (Brest, Suresnes, Le Mans, Le Havre, Orange, etc.).

    Pour en savoir plus, lire les rapports de l’Observatoire du vote.


  • Initiativedharman Initiativedharman 22 février 18:04

    Si vous voulez vous coltiner 60 députés ou plus RN à l’Assemblée, il faut la proportionnelle.

    Moi, j’ai pas envie de voir ça.


    • Eric F Eric F 22 février 18:17

      @Initiativedharman
      On n’établit pas un mode de scrutin en fonction des courants que l’ont veut favoriser ou exclure.
      A l’origine, le choix du scrutin uninominal à deux tours n’a pas été effectué pour exclure tel ou tel parti, mais parce qu’il fait émerger des majorités plus nettes.
      La proportionnelle bricolée qui existait sous la quatrième république donnait lieu à instabilité et cafouillages.


    • Initiativedharman Initiativedharman 22 février 18:25

      @Eric F
      Certes, je suis d’accord avec vous, mais il y danger avec la proportionnelle. On avait pu le constater sous Mitterrand lorsqu’il avait instauré une dose de proportionnelle, son « coup politique ». La IVème c’était du grand n’importe quoi.
      Avec la proportionnelle, le risque est de voir une Assemblée complètement déséquilibrée avec trop de groupes parlementaires. Ingérable.


    • Le421... Résistant Le421 22 février 21:00

      @Initiativedharman
      Ah, c’est sûr qu’avec une assemblée de godillots, c’est vachement gérable !!
      Tellement que ça ne sert à rien de proposer quoi que ce soit.
      On est dans une chambre d’enregistrement de la volonté du roy !!
      Point.


  • charlesleter 22 février 18:04

    bien vu

    le vote doit etre secret et controlable par les citoyens .Or avec les machines ,on peut savoir qui a voté et pour qui d’une part et d’autre part il n’y a plus de controles possible des bulletins par les citoyens. ce projet doit etre rejeté.


    • Le421... Résistant Le421 22 février 21:01

      @charlesleter
      Quand vous allez faire une opération à la banque en utilisant internet, c’est sûr, tout le monde peut voir ce que vous faites et modifier vos données.
      Ben voyons !!
      Vu comme ça...


    • charlesleter 23 février 17:33

      @le421
      tout le monde non mais la banque oui,pour le vote c’est pareil les informaticiens ont accès aux données,il suffit d’un logiciel espion ds le programme pour modifier les votes ou les connaitre.


  • Eric F Eric F 22 février 18:24

    "le pays a besoin de reconstruire la légitimité de la vie politique. C’est pourquoi il faut repartir de zéro en redonnant la parole aux citoyens, à tous les citoyens"

    Cahiers de doléances qui partent dans tous les sens, et débat capté par quelques courants d’influence.


    • Le421... Résistant Le421 22 février 21:03

      @Eric F
      Les cahiers de doléances des gilets jaunes ont fini dans les toilettes de l’Élyzée avec des traces marrons sur les feuilles après usage...  smiley


  • Matif 23 février 14:20

    Depuis bientôt 15 ans, des machines à voter sont imposées à plus d’un million d’électeurs pour toutes les élections politiques (Brest, Suresnes, La mans, Le Havre, etc.).

    Pour en savoir plus, lire les rapports de l’Observatoire du vote.


  • tashrin 23 février 17:41

    C’est très drole les gens qui pronent la démocratie à tout bout de champ mais qui paniquent à l’idée que les représentants RN puissent constituer une force democratique qui pèse sur la gestion du pays...

    Si vous êtes democrates, considérez que soit le RN est interdit car illégal, et on n’a pas de probleme. Soit que ca n’est pas le cas (et ça n’est effectivement pas le cas du tout), auquel cas c’est le fait qu’ils ne soient pas représentés qui constitue un déni démocratique... et donc une attitude fascisante (c’est pas ma sensibilité, mais en application de nos principes il ont le droit d’être là !)

    Paradoxal hein ?


  • cyrus CYRUS 25 février 03:12

    Pour le prochain confinement .. ayez du style 

    https://www.dropbox.com/s/elkwlnwvr7o16nk/Attestation.pdf?dl=0

    c’ est du papier libre ...


Réagir