samedi 15 octobre 2016 - par ddacoudre

Six du primaire une du secondaire

Le 20 mars 2010 j’écrivais la France enceinte d’une dictature. 08 novembre 2007 j’écrivais dans L’élite recule au bénéfice du chef, l’intelligence au bénéfice du populisme, il y a un glissement vers des penchants fascisants avec ce commentaire :  Pour déceler cela, il faut analyser cinq critères : l’existence de difficultés économiques, le souci de pureté, de probité, de transparence, conduisant à une forme d’inquisition en voulant tout savoir sur tous, un complément de force d’ordre à celle existante, un chef charismatique populiste, une guerre. Durant près de 10 ans la France en marche se fascise et se « totalitarise ». J’ai écouté avec attention et sans surprise les candidats LR au primaire. J’ai eu l’occasion d’écrire que j’étais opposé aux primaires qui sont des attrapes mouches, pardon citoyens. Leur but est de "bipolariser" la politique autour des deux partis qui les pratiquent, copier en cela la société américaine. Pour l’anecdote, c’était la vision prophétique de feu Georges Frêche, qui avait annoncé la création de la sociale démocratie et la bipolarisation de la politique française. C’est la conséquence directe de la perte de représentativité de ces deux partis, LR 175 000 adhérents, PS 160 000.

Légitimité et agent démocratique.

Ainsi, ils se retrouvent une légitimité en faisant appel à tous leurs électeurs potentiels. A ce propos il fut inquiétant d’entendre ces candidats être unanimement d’accord pour annihiler le syndicalisme en tant que force d’opposition de classe, ce qu’ils appellent le syndicalisme politique. C’est induire en erreur les citoyens en faisant croire que les syndicats n’ont pas à s’occuper de politique, on est encore en classe de primaire. Les syndicats sont totalement concernés par les décisions politiques des partis ou des gouvernants comme de celles des employeurs, la vie socioéconomique ne se saucissonne pas, puisque ce sont les décisions politiques qui décident de l’organisation sociale des travailleurs. Juppé a été dés plus clair sur l’abus qu’il fera du droit reçu du vote. Le vote sur le programme d’un candidat ne se détaille pas, l’on vote pour l’ensemble même si des points de conviennent pas (peut-être avec la technologie pourrions-nous envisager un jour un vote mesure par mesure de chaque programme. La conséquence en est que par l’intermédiaire de l’opposition ou des organisations de défense des intérêts particuliers, tout citoyen peut s’opposer à des mesures particulières qu’il a acceptées par son vote global. Cela est la démocratie et l’on a compris, avec Juppé il n’en est plus question, les citoyens s’ils le choisissent seront liés cinq ans par leur choix électoral quoi qu’il advienne, et pour qu’ils n’aient pas le temps de réagir il utilisera les ordonnances.

Non contant d’être un point de vue démentiel abusif, ne dépendant que du principe des deux tours, il est contre nature puisque demain est autrement et que le premier tour est le principe de réalité des opinions politiques. C’est le comportement type de ce que j’ai appelé la dictature démocratique. C'est-à-dire que tous les cinq ans les citoyens éliront leur tyran et n’auront plus rien à dire entre chaque élection puisqu’ils auront à la majorité voté pour cela. Pour apprécier la démocratie il faut que l’opposition existe, et qu’elle puisse être agissante, ce que veulent supprimer les candidats LR pour n’avoir qu’une opposition de papier. L’organisation capitaliste génère les forces d’oppositions qui entrent en conflit, les museler comme on l’a entendu, c’est y livrer pied et poing liés les salariés, car le capitalisme ne cède qu’au rapport de force. Ces sept candidats le rétablissent en sa faveur, point que ce soit de leur faute, mais de celle des citoyens qui ont renoncé à utiliser les dispositifs démocratiques mis à leurs dispositions. Eux ne font que profiter de l’aubaine. Que je sache faute d’adhérents ils n’ont pas dissous leur parti.

L’élection directe de représentants dans l’entreprise, l’on connait. En l’absence d’organisations syndicales structurées, c’est l’employeur qui propose à un des ces salariés accommodant de se présenter. Nous aurons par là le modèle soviétique version capitaliste comme il en existe déjà.

Pour clore sur ce point, la CFDT compte 868000 adhérents, la CGT 688 000, FO 500 000, et LR osent dire qu’ils ne sont pas représentatifs. Il ne faut pas oublier que déjà les élections nationales des administrateurs de la sécu ont été supprimées et celle des élections prudhommales par la loi n°2014-1528 du 18 12 2014 des socialistes. Or ces élections permettaient aux salariés d’avoir une visibilité du monde syndical et de démontrer leur représentativité, comme l’usage préférentiel du 1° tour en entreprise. C’est comme si maintenant une loi interdirait les primaires. Ainsi ce que s’autorisent LR et PS, ils le refusent aux syndicats.

Ainsi, un des éléments qui fonde l’exercice de la démocratie, est en péril. Il faut seulement comprendre ceci : que, quel que soit le choix de société fait, ceux qui pour une raison juste ou suggestive se sentent exploités, doivent en démocratie disposer d’un lieu où se regrouper pour défendre leurs intérêts.

Programme politique.

Publicité

Nous coulons, pour nous sauver nous allons faire un trou dans le bateau, et demander au patronat de le boucher. Je peux donc annoncer sans être devin que si un candidat LR est élu, à l’exception de NKM, dans les cinq ans à venir ils battront le record de Hollande en augmentation du chômage. A l’exception de NKM qui avait une vision d’avenir, même restreinte, les autres n’envisagent que de faire des transferts de monnaie de l’état vers les patrons. La différence est que la monnaie utilisée par l’état (nos prélèvements) pour tout ce que vous voulez, va en création d’emplois directs. La transférer vers les patrons, c’est se garantir qu’une partie ira grossir les dividendes sans créer d’emplois. Donc le différentiel sera une augmentation du chômage. Il ne faut pas oublier que l’augmentation de la population absorbe une partie des créations d’emplois qu’elle génère, ce que viendra limiter l’augmentation du temps de travail et l’âge de la retraite.

Si je réduis les prélèvements de 30 milliards € qui me créaient à (4 000€ X 12 mois) 48 000 € ans 625 000 emploi, pour les transférer aux employeurs, ils créeront, soit plus d’emplois s’ils les rémunèrent en dessous de 48 000€ ans (à 2000 € cela fait, 625 000X2=1 350 000 emplois), s’ils les rémunèrent plus cela en fera moins. Pourtant ce qui ne changera pas ce sont les 30 milliards. Dans le public ou le privé ils resteront 30 000 000 avec une chance qu’une partie aille grossir les dividendes de l’employeur et finissent dans les revenus des actionnaires, car c’est là la finalité de la circulation monétaire dans l’organisation capitaliste, même les prélèvements, via les agents publics, finissent dans la poche des actionnaires. C’est en cela que je répète souvent que le débat public privé n’est qu’un débat idéologique qui n’a pas de sens en économie. Sauf à vouloir que les citoyens sans moyens de production ne puissent en posséder un via l’état, et sortir de la dépendance aux oligarchies ou aux ploutocraties qui possèdent la richesse.

Seuls les employeurs publics ou privés en investissant peuvent avoir besoin de salariés.

Mais depuis de longues années ce sont les entreprises locales petites ou moyennes qui génèrent des emplois et les pouvoirs publics les assistent par des allégements (comme quoi il n’y a pas que les salariés que l’on assiste, et R. Barre en disait : qu’il ne voulait pas aider les canards boiteux). Comme la plupart des entreprises sont territoriales, ces aides ne sont que des actions de vases communicants qui ne solutionnent rien. Que la baisse des charges soit massive comme le propose Fillon ou pas, les employeurs n’embauchent que s’ils peuvent vendre les salaires qu’ils versent. S’ils ont à vendre 30 milliards de salaires où d’investissement, ils n’iront pas les vendre dans le vase que l’on vient de vider. De plus il y a un risque d’aggravation si le marché traditionnel saturé dans lequel nous sommes ne se développe pas. Ce qui a de forte chance de se poursuivre et je ne les ai pas entendu privilégier l’investissement novateur pour une nouvelle société énergétique.

Les citoyens ont viré Sarkozy, ils vont virer hollande. Si c’est pour remettre un des six, il vaut mieux que vous allier à la campagne, ce sera un moment de détente avant de retourner chez le coiffeur LR vous faire tondre.

Ce débat était donc du folklore économique mais une vraie confirmation de la nullité des citoyens, en directions desquels ils s’adressaient, en matière économique. Le maitre mot était séduire par la conviction et par l’énergie mise dans les propos. Poisson c’est relativement distingué du seul fait qu’il était le seul homme de terrain, alors qu’aucun autre de loin ou de près ne sait ce qu’est travailler, eux qui invitaient les salariés à y consacrer plus de temps, alors que la technologie nous en dispense. Je clos là, tant il y aurait à dire.

Sécurité.

Aucune nouveauté n’est apparu tous les discours répétés depuis des années dans le sillage du FN où chacun essaie de lui passer devant dans une surenchère sécuritaire porteuse de voix. L’accroissement des forces de police et de toute autre forme, comme celles complémentaires envisagées par le gouvernement, ne seront pas de nature à protéger du terrorisme. Il faut être des spécialistes et c’est le rôle des services spécialisés. Mais la situation générée par le terrorisme favorise, depuis des années, disons le clairement 2001, la multiplication de la surveillance et du fichage de la population, et c’en est pas fini compte tenu du développement technologique où une simple mouche robotique peut s’infiltrer partout. Cette politique menée au titre sécuritaire ne nous a offert aucune protection contre ceux qui avec des finalités malveillantes terrorisent la population. Sa portée n’est qu’efficacité passagère, le temps que ceux qui y sont soumis trouvent une parade. L’ennui c’est que la peur invite à renoncer aux libertés, en croyant que c’est en ouvrant son sac que l’on évite les vols et les bombes. Les dernières affaires médiatisées faisaient état d’une voiture pleine de bonbonnes de gaz qui auraient eu du mal à trouver une place dans un sac.

Mais là aussi nous sommes dans le primaire, une classe d’enfants qu’il faut sécuriser à la récréation par des moyens psychologiques. Ce ne serait pas grave si cela ne conduisaient les citoyens à poursuivre dans la voie de la fascisation.

Publicité

L’internement d’un présumé en est une par excellence et remet en cause les sources fondamentale du droit français. La dictature c’est toujours la facilité la démocratie c’est plus compliqué, car il y a toujours une prise de risque du fait que les citoyens ont le droit d’entreprendre et de penser librement. Nous pouvons dire que nous allons tuer le chef de l’état, nous serons entendus pour vérifier s’il y a une mise en œuvre d’une telle affirmation. Dans une dictature nous serions enfermés.

Sur l’identité.

Juppé ne pèche pas à l’extrême droite c’est clair, position de conviction ou un quitte ou double pour, en cas de victoire au primaire s’assurer une part des électeurs du PS. Rien de nouveau sur ce sujet si ce n’est l’énoncé de mesures qui visent les ressortissants d’Afrique qui n’auraient pas de qualifications ou qui ne seraient pas riches pour bénéficier de l’identité française afin de satisfaire à un « populisme » ambiant fait de confusion en tout genre qui tiennent à la rumeur et aux ragots que colportent essentiellement les gens du FN sur le net pour beaucoup. Cela a conduit Lemaire à tenir des propos insensés, comme celui de ne pas soigner les migrants illégaux. Comme humanisme l’on fait mieux.

Conclusion.

Globalement et je pense que s’il y a un autre débat de ce genre cela va confirmer que 2017 nous fera accoucher d’une dictature si, à l’exception de NKM et Poisson, un des autres est élu, même si Juppé le fera à son corps défendant, car son programme politique l’y conduira de fait.

J’ai essayé de commenter ce débat d’un regard différent de la presse, car les spécialistes complaisants ou non le feront mieux que moi. Je le fais dans la continuité d’un suivi que j’ai commencé en Novembre 2007. Les éléments qui concourent au développement d’une fascisation se sont mis en place lentement. Ils ont grandi en dehors du regard des citoyens, car le souvenir que les citoyens en ont, ce sont ceux de l’avant guerre qui ne sont plus ceux de notre conteste. Mais leurs critères de principe se sont adaptés à l’environnement socioéconomique et technologique qui est le nôtre. Ainsi, les difficultés économiques sont une réalité. Le souci de probité, de « pureté », de transparence qui impose la surveillance des citoyens et de tout connaitre d’eux est un fait en place. Le souci de l’ordre par adjonction de force complémentaire a eu lieu. La recherche du chef charismatique est en cours. Quand j’ai écrit la France enceinte d’une dictature il manquait ce chef et la guerre. Nous sommes entrés en guerre, il ne manque plus qu’à élire le chef charismatique. 

Pour faire une conclusion de ce que j’ai perçu c’est que finalement ce n’est pas le FN, parti fascisant, qui mettra en place une société fascisante qui conduire à la dictature démocratique, mais le prochain candidat LR.

J’ai essayé de faire une brève analyse qui sorte des sentiers battus, je peux me tromper. Mais une chose est sûre les citoyens ne se rendront même pas compte qu’ils se sont fascisés, la plupart sont encore dans une cour du primaire.



8 réactions


  • fred.foyn 15 octobre 2016 10:29

    Si seulement les Français pouvaient voir la réalité comme vous ?


    • ddacoudre ddacoudre 15 octobre 2016 13:17

      @fred.foyn
      bonjour.
      merci pour le commentaire.La vie c’est comme cela, nous ne naissons pas avec l’esprit critique,c’est un long apprentissage fait de connaissances certainement mais aussi d’engagement personnel et de l’observation de ses propres erreurs que nous sommes assuré de commettre. cela tient à l’existence imparfaite de l’humain qui ne peut tout savoir. c’est en cela que ceux qui courent après une forme de perfection absolue et une tolérance zéro sont de dangereux personnages qui élèvent des bucher. être libéral c’est savoir aussi cela est être tolérant, non pour laisser aller les choses mais les comprendre pour apporter la bonne réponse.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com .


  • baldis30 15 octobre 2016 12:06

    J’approuve à 100 %

    remarquable analyse sur les critères évoqués dans le premier paragraphe ...parfait !

    • ddacoudre ddacoudre 15 octobre 2016 13:26

      @baldis30

      bonjour. ces critères ont été défini par Robert Paxon qui fut un spécialiste de l’analyse de la période de la guerre 40/45 et du régime de Vichy. il a étendu sont analyse à tous les pays démontrant les différente forme de développement du fascisme dans les dictatures mais aussi dans les démocraties.ayant poussé l’analyse plus loin dans la recherche de comportement cognitif ou psychique, le fascisme n’est pas une invention nous en sommes tous porteurs, il ne tient que se réalise les conditions de son éclosion et que se réunisse consécutivement les cinq critères. le fascisme n’est pas humaniste, il est exclusif et se cherche des ennemies de l’intérieur que lui apporte la guerre. sur la base de cela il écarte ou élimine toute opposition.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com.


  • leypanou 15 octobre 2016 12:18

    Bel article plein de réflexions sur lesquelles on peut débattre.

    Je retiens seulement ceci : Cette politique menée au titre sécuritaire ne nous a offert aucune protection contre ceux qui avec des finalités malveillantes terrorisent la population ce qui n’a pas empêché l’attentat du 14 juillet, malgré les milliers d’euros et de manpower pour les caméras de surveillance.

    De toute façon, les mots manquent pour qualifier le dégoût que procure le gouvernement actuel et dans tous les domaines, et le prochain risque de ne pas valoir mieux sauf si le peuple français, par un éclair de lucidité, réalise enfin qu’il peut prendre en main sa destinée car comme le dit si bien l’auteur, le capitalisme ne cède qu’au rapport de force .


    • ddacoudre ddacoudre 15 octobre 2016 13:42

      @leypanou
      bonjour.
      tout à fait le sujet est tellement large et épineux qu’il s’offre au débat. je ne l’ai pas écrit, mais quand Sarko jupé, Copé justifiaient d’être candidats malgré leurs démêlés judiciaire.
      j’ai rapproché cela des camp d’internement des fiché S qu’il veulent faire à titre préventif.
      si a titre préventif nous enfermions les hommes politiques parce que certains se rendent acteurs ou complices de malveillances, il n’y aurait plus grand monde au gouvernement et dans l’hémicycle. accepter cela pour les fichiers S, alors que la peur du terrorisme est réelle, mais surfaite, car pour l’essentiel elle est émotionnelle et entre tenue. Nous ne savons pas plus quand un de ces frappadingues va agir que de savoir si en circulant sur la route nous n’allons pas faire partie des 3000 victimes.
      cette dérive du droit qui semble se justifier par un danger que l’on surévalue, sera une méthode utilisé comme moyen d’écarter préventivement , les délinquants, les criminels, les opposants.
      c’est en cela que j’écrivais dans la réponse précédente l’état de guerre entraine de fait la désignation d’ennemie de l’intérieur que l’on élimine. c’est une caractéristique du fascisme conduisant à la dictature.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com.


    • gargamel3 (---.---.70.136) 15 octobre 2016 14:03

      @ddacoudre

      mais quand Sarko jupé, Copé justifiaient d’être candidats malgré leurs démêlés judiciaire.
      j’ai rapproché cela des camp d’internement des fiché S qu’il veulent faire à titre préventif.


      Le rapprochement que vous faites dans ce passage est vraiment bon, je n’ai pas souvenir de l’avoir lu ailleurs. Je ressortirai l’idée à des amis ou à la famille quand on parlera politique. smiley

    • ddacoudre ddacoudre 15 octobre 2016 14:17

      @gargamel3

      bonjour. c’est une comparaison que je n’ai pas voulu écrire dans l’article, car mes propos ne vise jamais à être méprisant vis a vis d’hommes politique qui s’engagent, même si certains sont malveillant il n’y a aucune raison que dans ce groupe il n’y en ait pas rien ne le protège et il n’y a aucun moyen de les en protéger il ne tient qu’à eux d’être prudent comme nous tous nous devons l’être pour ne pas tomber dans la délinquance, la criminalité et autres. si le jeu politique s’autorise la polémique et les coup bas, je ne pouvais pas l’écrire sans faire un développement qui aurait allongé mon article déjà longé. la gravité d’un tel internement est l’usage ultérieur qui en sera inévitablement fait à la demande même des citoyens guidés en cela par les médias et la fabrication de l’opinion publique.
      mais je t’en pris tu peux le reprendre.

       

      cordialement ddacoudre.over-blog.com..
       


Réagir